AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 But I know something they don't

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2556
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
281/200  (281/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: But I know something they don't   Lun 21 Mai 2012 - 22:06


But I know something they don't

&
Jake & Mikeal

Que faire aujourd'hui ? Je n'ai ai strictement aucune idée. Je suis chez une fille en plus, mais pas une pute pour une fois. Une blonde aux yeux verts, joliment formée. Je l'ai rencontrée hier soir dans un bar. On a parlé, enfin, surtout elle. Beaucoup, voire même beaucoup trop. Parce que moi je m'en fou de sa vie. Mais je garde le sourire pour avoir ce que je veux. Et là, elle continue de ma parler, me remerciant pour cette merveilleuse nuit alors que je bois tranquillement mon café. Je continue à sourire malgré tout. Mais sa voix m'agace profondément, trop gamine pour ce corps pourtant si beau, si mature et si féminin. Cette voix trop fluette gâche tout. Et ça m'énerve profondément. Cette voix ne convient pas à ce corps. Et si je lui enlevais ses cordes vocales ? Non, je vais juste l'étrangler sans qu'elle s'en rende compte. Parce que la première option se verrait trop. Il faudrait couper sa gorge et elle pourrait mourir. Bien que je m'en fiche qu'elle meurt ou non. Juste que je ne veux plus l'entendre parler. J'imagine donc que mes mains sont sur sa gorge et la serre de plus en plus fort pendant que je bois mon café. Plus aucun son ne sort de ses lèvres entrouvertes, elle me regarde, un regard de pitié, une demande d'aide et d'incompréhension. J'arrête la pression, elle halète et moi, bel hypocrite que je suis, je vais la voir, avec une mine inquiète. Je m'y prends certes un peu tard mais sa lenteur de cerveau m'est utile et je peux donc la convaincre que je ne veux que son bien. Pauvre humaine. Je lui demande si elle va bien, que je m'inquiète pour elle alors que je ne ressens rien du tout. Même pas une once de pitié. Les larmes lui montent aux yeux. Oh non, pas des larmes, pitié, pas de larmes ! Je l'embrasse avec mon haleine caféinée pour qu'elle se calme. Elle se pend à mon cou et je l'emmène jusqu'au lit pour recommencer ce qu'on a fait cette nuit.

(...)

Elle s'est rendormie et j'en profite pour m'en aller. Vêtu d'un jean, une chemise rouge sans manche et un bonnet gris sur les oreilles, je part de l'appartement de cette femme dont je ne connais même pas le nom. Je suis quand même un beau salaud. J'en souris. Il ne faut pas oublier que c'est uniquement une chétive humaine. Elle ne vaut rien, même pas de goutte magique en elle. Je prends donc juste mon pied et c'est tout.

Je prends les transports qui me rapprochent du quartier général de Rosenrot. Je vais faire quoçi là bas ? Je n'en sais rien, rien du tout. Voir s'il y a des gens peut être, glander... Mes journées habituelles en fait. J'ai l'impression que je ne fais que ça en ce moment de toutes façons. Dans un pays ou un autre, je ne fais rien de mes journées. Cela en est lassant. C'est quand qu'elle va commencer cette mission ?! Que je puisse enfin arrêter de m'ennuyer toute la journée ...

Je regarde si personne ne me suit et j'entre dans le passage jusqu'à la grande porte. Les entrées du quartier général sont nombreuses. Je pense que même mes parents ne les connaissent pas toutes. Je crois même qu'il y a des annexes dans d'autres villes. Peut être avec des téléporteurs qui nous amène jusqu'au principal ... Je rêve peut être un peu trop parfois, quoique cela pourrait être possible. J'entre donc tous les codes d'accès et remonte dans l'immense salon où le feu crépite dans l'âtre de l'ancienne cheminée. Imposante. Magnifique. Mais cette salle est vide. Personne. Je vais donc me promener dans les couloirs vierge de monde également. Ils sont tous en mission ou quoi ? Je croise Anja que je salue en m'inclinant. Elle porte ses lunettes de soleil et je ne sais pas si elle m'a vu ou non. J'arrive alors dans la cuisine où je me fais moi même mon café alors que tous les esclaves sont présents. Je sais qu'ils ne viendront pas préparer ce café à ma place. Ils ont trop peur pour ça, et puis si on veut leur demander quelque chose, on le fait. C'est juste que des fois j'ai envie de faire les choses par moi même et ne pas être sans arrêt assisté par d'autres. Donc eux, ces petits esclaves, ils savent que si on ne leur demande rien ils doivent se la fermer. Mais ils me regardent. Je n'y fais pas attention, j'ai l'habitude des regards sur moi. ce qui me gêne surtout c'est qu'ils aient arrêté de parler au moment où je rentrais dans la pièce. Ils ont le droit de parler quand même. J'ai bien supporter cette sale blonde toute la soirée jusque ce matin. D'accord, je me suis vengé en l'étranglant à moitié mais bon. Eux je les connais un peu, du moins, leurs voix, et je sais qu'elles ne sont pas agaçantes. Et puis quand on entre dans une pièce où tout le monde s'arrête de parler, on se dit qu'il y a des messes basses, et les messes basses c'est jamais bon signe.

Une fois mon café prêt, je m'assoie à leur table, au bout et les dévisage un à un en buvant ce breuvage brulant. J'en vise un avec mon doigt qui tient la tasse par laquelle sort de la fumée.

- T'es nouveau toi, non ?

Toutes les têtes se retournent vers lui et font plusieurs allers retours entre nos deux visages qui continuent de se fixer. Il ne cille pas et soutient mon regard. J'aime ça. Malgré que le rouge teigne légèrement ses joues, il garde ses yeux braqués dans les miens. Je l'aime bien celui là, il ne fuit pas. Je souris encore et lui fait signe de venir avec moi dans le salon et demande par la même occasion un autre café. Le salon est toujours aussi vide. On s'installe donc face à face sur deux fauteuils, juste à côté du feu. L'autre café arrive que je goute. Je fais une moue désapprobatrice et demande du sucre. Qui arrive presque instantanément. Je replonge mes yeux dans ceux de ce nouveau, regard qu'il tient encore. Il ne lache pas l'affaire, c'est bien.

- Sais-tu que je pourrais te rouer de coup sous cet affront ?

Car, en effet, certains sorciers trouveraient répugnant et extrêmement grossier qu'un humain, qu'un esclave soutienne leur regard et ils le tabasseraient. Mais je n'en ai pas envie. N'empêche qu'il détourne de suite les yeux sous cette menace. Mais il revient très vite. Je souris alors, encore, sourire qui finit vite en éclat de rire alors que je reprends de mon café.

- Je ne vais rien te faire, rassure toi, ... ?

Je laisse ma phrase en suspens en attendant son prénom. Je me prépare à boire et rajoute

- Enfin, pour le moment

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 177
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
71/100  (71/100)
Point Membre:
110/100  (110/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: But I know something they don't   Mar 22 Mai 2012 - 19:42


Tous assis dans la même salles, les esclaves bavardent. Jake n'est pas là depuis longtemps mais il connait chacune des personnes qui sont là, les passés de ceux qui ont bien voulut lui en parler et quelques images seulement de ceux qui sont restés muets. Il connait leurs expressions, leurs paroles favorites. Il sait à qui ils appartiennent vraiment. Certains servent plus l'un que l'autre, d'autre sont exclusivement à Anja. Il le sait bien : Les rumeurs vont vite, et on parle des sautes d'humeurs de cette femme froide qui tue certains pour un rien.
L'esclave s'en fou éperdument. Il ne le connaissait pas, il n'a aucune raison d'être triste. De plus, les raisons de sa mort n'ont aucun intérêt. Jake n'est pas lui, pourquoi en avoir peur.
Il se fait un chocolat chaud qu'il tient entre ses mains gelées. L'odeur excellente et sucrée lui monte aux narines. Il sourit. On vient de lui montrer le tour de la propriété en cinq minutes avec des téléportations. Forcément, il a refait le tour tout seul pour mieux comprendre. Les téléportations, c'est trop bizarre, il déteste ça. Son regard se balade sur les autres. Seul un à des pouvoirs, et il est seulement empathe : il a entendu dire qu'Anja s'en servait uniquement pour être sûr que ses adversaires étaient terrorisés.
C'était peut être tant mieux pour lui. Les autres font le ménage : ils nettoient souvent le sang laissé par d'autre. Ils dépoussièrent, cirent le bois et obéissent pour les tâches les plus chiantes et les plus faciles. Hier, on a demandé à Jake de toucher un interrogé pour savoir si il avait, oui et non tué un parfait inconnu. Il lui avait suffit de le toucher pour que la scène lui remonte : Un couteau contre une gorge, un flot de sang, de la terreur. Les yeux suppliants de l'interrogé le suppliaient de dire non. Il avait haussé les épaules, impassible.

" Oui. "

Anja s'approcha - pleine d'assurance - et lui brisa le coup net. Elle souriait. Comme apaisé. Geste simplement efficace, aucune fioriture. Il l'appréciait beaucoup. Deux jeunes filles lui avaient demandé pourquoi il n'avait pas mentit. Il leur avait simplement répondu que si il avait tué ce membre de Croix, il devait être puni. On lui avait demandé de le faire, le reste ne l'intéressait pas. Quant aux jérémiades féminines du genre ' Il avait peut être un enfant ! ' il les avait fait disparaître d'un geste de la main vaguement agacé. Son enfant s'en remettrait, il avait perdu deux mères et il l'avait bien vécu. Pourquoi pas les autres ?
Bref.
Un homme entra. Jake savait comment son pouvoir marchait maintenant : si il arrivait à le toucher, le contact serait facilement établi et il pourrait en savoir pas mal sur son passé. Mais comme il ne pouvait pas le tuer - et ne s'y risquerait pas, il ne le connaissait pas - il le fixait simplement. Les yeux sont les fenêtres de l'âme, il pourrait glaner les dernières choses qu'il avait faite. Restait à pouvoir le regarder dans les yeux un petit bout de temps.
Il s'assoit avec son café. Leurs yeux se croisent. Il a un pâle sourire sur les lèvres. Il le vois. Avec une fille, mais les traits du visage de cette dernière restent flou. Ils sont assis autour d'une table. Il vois l'agacement de l'homme en face de lui, puis un cou contracté, des mains qui tendent d'enlever des mains invisibles. L'homme en face qui ne bouge que trop tard.
Jake sourit.
Il le pense bourreau. Ou au moins dangereux.
Il monte des barrières mentales contre le don de celui qui lui fait face. Il le pointe soudain du doigt. L'esclave ne bronche pas, ne se raidit pas. Il sait qu'il ne peut pas le tuer. Pas de sang froid au moins. Pas avec autant de témoins. Mais il peut lui demander d'aller ailleurs.

- T'es nouveau toi, non ?

Jake hausse les épaules. Il est assez nouveau, ouai. Bon. Il suppose qu'il a le droit de répondre face à cette question directe. Il se fou de se prendre une droite après tout.

" Oui. "

Oui. Le même oui qui avait condamné cet homme qui mentait face à Anja. Cela ne lui fait ni chaud ni froid, la mort, la torture et la douleur font parti de sa vie. Il n'a jamais connu le confort ou encore moins l'amour, comment vouloir quelque chose que l'on ne connait pas ? Il ne souhaite s'attacher à personne. Tout Rosenrot peut crever, il s'en ficherait éperdument. Au fond, seule l'idée d'une vie occupée et tracée qui s'efface soudain l'emmerderait un peu.

- Sais-tu que je pourrais te rouer de coup sous cet affront ?

Jake sait bien qu'il pourrait y avoir un sous entendu dans cette pseudo-question, comme pour lui dire qu'il faudrait qu'il arrête. Mais on est bien d'accord que c'est juste un question hein ?
Tu sais que tu pourrais te faire frapper ou pas ?
Il a envie d'hausser les épaules, mais il se contente de continuer à le fixer. Ne rien savoir de plus sur lui le frustre un peu. Mais bon. Rien à faire.
Marla, une jeune femme rousse aux yeux verts, complètement dénuée de dons se penche sur une certaine Annouchka. Messages basses. Jake répond la parole, couvrant le bruit des chuchotements. Il a détourné les yeux le temps d'identifier qui parle. Il l'aime bien, Marla. Elle n'est pas bourrée d'idées stupides de révoltes inutiles.

" Je sais. "

Il se met à rire et l'homme blond qu'est l'esclave ne comprend pas pourquoi. Ne comprend pas ce qu'il y a de si drôle. Il cligne des yeux, se disant que c'est simplement une stupidité d'homme qui à besoin de regonfler son égo. Ceux qui ont un peu de pouvoir aiment beaucoup rabaisser ceux qui n'en ont pas. Ils ont tord. Anja n'a jamais manqué de respect à Jake. Jake lui est terriblement fidèle pour le moment. La haine ne pousse pas en avant dans le bon sens.
Décidément, cet inconnu ne marque pas beaucoup de points. En plus, Jake est doué pour faire l'innocent. Toucher l'inconnu et lui rappeler les points les plsu traumatisants de son enfance. La mort de quelqu'un qui l'aimait, ou une fille qui l'a jeté comme une pauvre loque. Il ne se gênera pas, faisant passer ça pour de la niaiserie.
Why not ?

Je ne vais rien te faire, rassure toi, ... ?
" Jake. "

Pas de nom de famille, pas d'identité, tant mieux. L'esclave porte à ses lèvres son chocolat encore brûlant. Il en boit une gorgée qui descend dans son estomac et lui réchauffe le coeur. Il se sent un peu mieux. Marla s'est remise à parler discrètement. Jake la fixe quelques secondes. Elle se tait. Tant mieux, elle risque de prendre plutôt cher à être impolie comme ça. Elle ne devrait pas oublier si rapidement qu'elle ne vaut absolument rien, elle est sans pouvoir, et qu'elle risque d'être offerte à un Cross ou même qu'un membre de Rosenrot pourrait se faire plaisir avec elle. Bien gaulée, de jolies formes, sourire parfait et chevelure flamboyante. Des paumettes hautes et roses qui lui faisaient un adorable visage encore enfantin.
Elle ne fera pas long feu, se dit l'esclave de vingt six ans.

- Enfin, pour le moment.

Le sourire de Jake s'agrandit un peu plus. Il n'a pas peur - la peur, connait pas - il se dit simplement qu'il se pense vraiment supérieur. Parce que Jake à beau être une esclave, il n'est pas un petit chien soumis qui se laisse frapper sans raison. Il préférerait taper sur cet homme et après se faire défoncer par quelqu'un d'autre - là au moins, il y aurait une vraie raison, et en plus ça en aura valut le coup -.
Il se remet à boire de son liquide brûlant.
Impassible.
Nonchalant.

[PS : Couleur : Firebrick ]

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2556
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
281/200  (281/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: But I know something they don't   Ven 25 Mai 2012 - 19:54

Jake, ce nouvel esclave n'est pas bien bavard. C'est dommage parce qu'il a quand même l'air d'un dur à cuire. Par contre, des esclaves sont à la porte et il a l'air de les regarder attentivement, surtout Marla. Et Marla, elle ressemble beaucoup à Savannah. Mais Savannah, elle reste à la maison pour servir mes parents et surtout moi quand je suis là. Un jour peut être que je l'amènerai avec moi quand je déciderai de quitter la maison. Même si je n'y suis pas souvent, quand le moment de revenir se sera une autre maison. La mienne.

Donc Savannah, elle sert aussi à me vider quand je n'ai pas envie de sortir. Que je suis vulgaire ! Face à son mutisme, je décide de le provoquer un peu. Je finis mon café d'une traite, je me lève et part vers cette belle rousse. Parce que c'est vrai qu'elle est belle. Jake me suit du regard. Alors que Marla est en pleine conversation avec un de ses camarades - car je ne sais pas quels liens ils ont - je prend son poignet d'une main et je la colle au mur en l'embrassant. Avec l'autre main, je masse son sein droit. Je regarde Jake du coin de l’œil et souris alors que mes lèvres sont toujours collées à celles de Marla qui ne bronche pas. Que peut-elle faire de toutes façons ? Rien. C'est une esclave, elle n'a pas son mot à dire. Les esclaves sont tout de même bien pratiques. Je la lâche, me lèche les lèvres en la provocant du regard. Mouvement que je continue en retournant à ma place pour que Jake me voit. J'ordonne à ma conquête de m'apporter un cendrier et des allumettes. Lorsque j'apporte une cigarette à ma bouche, elle apporte tout le matériel dont j'ai besoin. J'allume donc ma cigarette et attends que ma flamme sur l'allumette s'éteigne seule. Enfin, elle s'éteindra quand il n'y aura plus de support et donc quand elle me brûlera les doigts. Je l'éteins alors an secouant mon poignet quand la chaleur près de mes doigts est trop intense. Je fume donc ma cigarette en silence pendant que mes yeux se baladent sur la tapisserie et les différents tableaux qui ornent les murs. Je me lève et m'approche d'une fenêtre. Je fais signe à Jake de venir et j'entends ses pas sur le vieux plancher, vite suivi par l'ancien tapis.

- Que penses-tu des agissements des Sorciers Noirs, Jake ?

Je regarde l'extérieur en disant ces mots, mais son avis m'intéresse. Que fait-il ici ? Comment est-il arrivé là ? Enfin, il y a au moins une menace en moins dans les Humains Noirs, vu que cette menace est ici, en tant qu'esclave. Oui car d'après son caractère, même si je ne le connais pas du tout, je dis qu'il en ferai partit. On a au moins ça en commun, "Noir" et la magie. C'est pour ça que je préfère les humains doués aux humains. Mais par cela, ils sont déjà moins naïfs donc moins faciles à manipuler. Mais toujours plus faciles que des Sorciers ou des Mêlés. Mais je me base là sur des stéréotypes. Ce type n'a pas l'air d'avoir la langue dans sa poche, mais ces mots sont mal choisis. Ce que je veux dire, c'est qu'il n'a pas l'air de se laisser marcher sur les pieds. Je ne pense pas qu'il accepte de se faire tabasser sans l'avoir mérité, mais par contre, je pense aussi qu'il assume ses actes. Enfin, si ça se trouve, j'ai tout faux. Il faudrait que je creuse un peu pour avoir une opinion exacte sur lui, savoir comment il fonctionne. Mais je crois que ça va prendre du temps. Je suppose qu'il n'est pas du genre à se dévoiler au premier arrivant et encore moins à la première parole. La preuve, il m'a juste dit son nom.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 177
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
71/100  (71/100)
Point Membre:
110/100  (110/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: But I know something they don't   Ven 25 Mai 2012 - 22:57

Jake soupire. Il sait qu'il n'y a que deux raisons pour lesquelles les sorciers prennent la peine où le temps de descendre. Enfin, le fait qu'il ait besoin d'eux ne compte pas. La plupart du temps, ils sont bipés, sifflés, hurlés, appelés ? Ca dépend. Selon l'humeur. Bref, il se doute bien que Mike n'est pas là pour ça - sinon il aurait déjà demandé ce qu'il veut. Bien. Soit il s'est fait rabaissé plus bas que terre par quelqu'un d'autre - Anja sait plutôt bien faire ce genre de choses - et il a donc envie de traîner au sol quelqu'un d'autre - qui d'autre de mieux qu'un esclave qui ne peut absolument rien dire ? - Soit, deuxième option, il est là parce qu'il s'emmerde et il veut d'autres gens pour s'emmerder avec lui - ou à emmerder, au choix -. De toute façon, tu veux quelque chose sans sentiments, les esclaves sont toujours là pour toi.
Toujours.
Toujours.
L'esclave blond serre les dents et sa tasse. Un peu agacé de n'être qu'un objet. Mais il ne dit rien - après tout, y'a rien à dire .. - Cet homme ce lève. Mike. Ce Mike. Pas très dur à deviner, ça transpire de lui. Bref, lui se lève après avoir finit son café d'une traite et s'approche de Marla ( Qui aimerait bien reculer mais forcément, ne peut pas. La première règle qu'on apprend quand on est esclave, c'est que la résistance ne sert à rien du tout. Pourquoi ? Les esclaves sont des prédateurs, plus on se débat, plus cela devient amusant. ). Jake serre les poings. Il connait la suite. Marla va prendre sa dose. Il hésite à se lever. Secoue la tête. Il n'y peut rien, il n'a pas à rentrer dans les problèmes de Marla. C'est un peu la faute de la jeune femme.
Il vire le un peu de son esprit.
C'est la faute de la jeune femme.
Il la plaque contre un mur. L'esclave fixe le chocolat qui tourne, prisonnier de la tasse. Il ne peut pas s'échapper. Chacun son destin. Lui, c'était de fermer ça gueule et d'attendre. D'ignorer. Mais sur ce point, Jake à du mal. Il jette un coup d'oeil. Ce Mike pelote lourdement Marla. L'embrasse. L'esclave déglutit. Que faire à part attendre ?
Rien.
Et c'est ce rien qui ne va décidément pas.
Ses dents grincent et ils serrent les mains le plus fort qu'il peut autour de sa tasse. En priant qu'elle résiste. Ca ne serait pas drôle qu'elle casse. L'autre aurait gagné, Jake aurait du mal face à une pareille défaite.
Il la lâche.
Qui ? Mike Marla ou Jake la tasse ?
Les deux.
Jake fixe résolument sa tasse pendant une bonne minute, fermant les yeux sur ce qu'il se passe. Il se mord la joue pour éviter de hurler qu'il dégage. Mais quand il relève les yeux, Marla s'est enfuie. Elle a eut peur, il le sait. Ca aurait pu finir en viol, mais Mike n'est pas aussi débile.
Il y a trop de témoins.
Les esclaves échangent quelques regards. Deux sont bippés. Disparaissent. Un se lève sans raison.
Reste Jake, Mike, une femme de trente ans, une de bien cinquante ans. Puis deux enfants qui froncent les sourcils devant un papier qu'ils tiennent. Ca fait peut. Trop peu.
Le sorcier noir se met à fumer.
Hum..

- Que penses-tu des agissements des Sorciers Noirs, Jake ?

Un sourire narquois se peint sur le visage de l'esclave. Il pense beaucoup de choses mais il n'a pas le droit de penser. Il est même presque sûr que les sorciers noirs pensent qu'ils n'ont pas d'âmes. Alors que.. ceux qui iront aux diable, ce ne sont pas les pauvres qui meurent soumis. C'est ceux qui ont pris les décisions.
Enfin, Jake s'en fou, il n'est pas croyant.

" Des agissements ? Rien. "

Mais il n'arrive pas - et n'arrivera jamais - à fermer sa gueule. Il continue donc, un léger sourire pleins d'arrogance sur son visage. Ses yeux bleus qui fouillent ce Mike. Ces failles, ces blessures. C'est bien plus drôle de le toucher en plein là ou ça fait mal.

" De vous par contre.. "

Difficile de placer plus de sentiments dans cette phrase. Mais il n'ose pas aller jusqu'au bout, faut pas penser non plus que ce Jake est fou. Croyez moi, il ne l'est pas. Il cracherait pas mal de haine à la gueule de celui qui pense que tous les corps de femmes sont à lui. Il attend avec impatience le jour ou on le prendra pour une sous merde, qu'on le piétine, qu'on le méprise, qu'on y crache dessus. Mais même là, il pense qu'il ne comprendrait pas. Trop d’égoïsme. Beaucoup trop d'autosuffisance.
L'esclave finit son chocolat d'une traite.
Ennuyé.
Il se lève comme s'il se fichait définitivement qu'on lui parle - mais vous en faite pas, il va revenir, il compte pas dégager à cause d'un con - et va chercher son paquet de cigarettes à lui.
Elles sont pas qu'en tabac, y'a un peu tout et n'importe quoi dedans, mais il n'est pas accro. Il aime juste des fois penser que tous va un peu mieux. Il revient donc s'asseoir et s'en roule une. Puis s'en grille une, la porte et ses lèvres, fait un rond avec la fumée et reporte son regard glacé sur ..

"Mike, c'est bien ça ? "

Non, ne pense pas que l'esclave c'est intéressé à toi. Pense simplement que l'homme qui en face de toi est peut être plus doué que ce que tu ne peux penser. Pense aussi qu'il n'est peut être pas humains.
Ah non, pardon, ça tu peux pas.
Trop d'égoïsme.

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2556
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
281/200  (281/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: But I know something they don't   Dim 3 Juin 2012 - 23:13

En fait, plu j'observe ce gars, plus j'ai l'impression qu'il a un cerveau, qu'il sait réfléchir. Et il ne fait rien d'inutile, rien qui puisse le mettre en tord. Parce que même s'il a des couilles, il mesure ses propos. Pas très loquace, il ne veut pas donner son opinion. Il garde tout pour lui, comme ça on ne peut pas lui faire du tord.

- De nous ? Tu ne veux pas m'en dire plus ?

Je balade mes pieds dans cet immense salon, plutôt froid malgré les couleurs et la chaleur que dégage la cheminée. Mais ce n'est pas comme si j'y étais mal à l'aise. Cela doit être pour les nouvelles recrues que ça doit être inquiétant. Surtout si elles sont inexpérimentées et qu'elles n'ont pas vécues dans un milieu hostile dès leur plus jeune âge. Non je n'étais pas dans un milieu hostile mais j'ai été éduqué pour être un soldat de Rosenrot à la fin. Et je fais mon boulot. Et cet environnement ne me fais absolument pas frissonner, j'y suis à mon aise.

- Mike, c'est bien ça ?

Je me retourne vers Jake, lui souris et incline la tête d'un signe affirmatif, la relève pour lui demander de poursuivre ce qu'il voulait dire. Je veux te connaître Jake. Je le veux. J'ai décidé de réussir, peu m'importe le temps que ça me prendra. Je dois donc faire quelque chose pour le mettre en confiance et qu'il m'en dévoile plus à son sujet. Parce que je suis curieux, que je m'ennuie, qu'il est nouveau et que j'aime sa bouille. Maintenant, où est-ce que je pourrais l'amener ? Qu'est-ce que je pourrais faire ?

Je le prends par les épaules et l'amène à l'extérieur du Quartier Général. Il se laisse faire. Dommage que je n'ai pas la voiture, ça aurait été plus facile d'aller en ville. On marche donc vers une bouche de métro. Métro qu'on prends, évidemment.

Nous voilà sortis et nous marchons en direction d'un bar. Le trajet s'est passé en silence. Nous entrons dans un monde où il fait chaud, la musique est trop forte et une odeur de sueur règne légèrement. Je ne suis jamais venu dans ce pub. J'aurais dû en prendre un autre. Mais bon, nous voilà alors nous nous installons au comptoir, sur deux grands tabourets qui sont côte à côte. Humain, ça sent l'humain. Je demande deux bières au barman en ayant l'approbation de Jake pendant que je commande. Il nous sert de suite et je me rends compte à quel point j'ai soif et que j'en avais envie lorsque le liquide envahit ma bouche et coule dans ma gorge.

- Alors Jake, que voudrais-tu faire aujourd'hui ?

Je repose ma chope déjà bien entamée. Je veux qu'il s'amuse. Quand un humain s'amuse il est heureux. Quand un humain est heureux, il se confie plus facilement. Et je suis là pour ça aujourd'hui. alors, Jake, et si tu me révélais tous tes secrets ?

Je suis disponible à toutes ses demandes. C'est un peu comme si on inversait les rôles aujourd'hui. Enfin, n'allez pas me prendre pour un véritable esclave non plus, ce n'est pas le cas. J'accepte juste de le trimballer n'importe où aujourd'hui. Enfin, tant qu'il ne va pas voir une de ces connaissances ou des humains noirs, cela m’ira très bien. Espérons juste qu'il ne demandera pas ça. Sinon, je serais dans l'incapacité d'accepter sa demande. Devrais-je l'emmener à Disney ? Le soucis, c'est que c'est à Paris. Cela lui ferai des vacances, et je pense que si je dis qu'il était avec moi durant ce temps, personne n'osera rien lui reprocher. Il devrait s'estimer heureux, je lui paie des vacances.

Nos bières sont déjà bien avancées, et la sienne descend bien plus vite que la mienne. A croire qu'il aime boire ce petit. On va essayer de le tester un peu.

- Comment es-tu arrivé à Rosenrot ?

Une bière te suffit-il à te dévoiler ou pas mon petit ? Va-t-il falloir lui donner plus de bonheur ? Veut-il se noyer dans l'alcool ? Que dois-je faire pour qu'il craque et qu'il me dise tout ce que je veux savoir pour satisfaire ma curiosité ? Parle mon petit Jake, parle moi. Je suis là pour ça.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 177
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
71/100  (71/100)
Point Membre:
110/100  (110/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: But I know something they don't   Mer 6 Juin 2012 - 21:33

" Et là, ça était le pire. Plus rien, plus rien pendant 10 ans, plus rien pendant 3652 jours et 3653 nuits. Fini le jeu, les jeux, le piment de mon existence. J’ai erré dans ma vie comme quand on erre dans une tragédie de Racine. Hermione version mec. Où suis-je ? Qu’ai-je fait ? Que dois-je faire encore ? Quel transport me saisit ? Quel chagrin me dévore ? Ah ne puis-je savoir si j’aime ou si je hais. Sophie m’a assassiné. Trucidé. Egorgé. Baisé. Enculé. Et tant d’autres rimes tarées. Et puis j’ai fini par y penser à l’imparfait. Me résoudre au bonheur fade de ma naissance. L’amour, la famille, le boulot, l’antenne parabolique. Du Racine j’vous dis. "

Chacun comble sa vie comme il veut. Comme il peut. Jake, il aurait pu un jour essayer d'être libre. Courir le plus vite qu'il peut, courir avant qu'on ne le rattrape, qu'on ne le tue, ou qu'on fasse à nouveau de lui un esclave. Il aurait pu mais ne l'a pas fait. Sans savoir pourquoi. Ou plutôt si, il savait très bien la suite. Rattrapé. Torturé. Tué. Il ne faut pas négliger le fait qu'il soit voyant. Mais cette fois ci, pas de rêves, pas d'annonces, pas de sons étranges entendus. Juste un lourd pressentiments qui lui donnait envie de rester. Vous savez, l'être humain a un excellent instinct de survie. Il ne faut pas croire mais il en perd sa conscience et son âme tant il veut vivre. Il arrive à repousser ses limites et s'est ainsi.
Jake préférait vivre enchaîné plutôt que mourir. Faut dire que personne ne s'était jamais penché sur son cas. Personne n'avait juste essayé de lui ouvrir ses chaînes, personne ne se serait risqué à ça. Lui faire goûter la liberté ? On connaissait tous la fin. On s'habitue facilement au bonheur. On trouve des moyens improbables de l'atteindre. Comme la jeune fille qui ment pour voir quelques minutes celui qu'elle aime. L'adolescent qui cache des tas de truc sous son matelas parce qu'on lui a interdit. Comme l'esclave qui tente de s'enfuir. Parce que mort, il sera libre.
N'y goûte pas Jake. La liberté à un goût mortel.

- De nous ? Tu ne veux pas m'en dire plus ?

Non. Non il ne veut pas mais il est un poil plus intelligent que ça. Répondre non reviendrait à aller chercher le bâton pour se faire battre et de le tendre à ce Mike. Autant garder ce dernier dans la main. On verra qui tapera sur qui.
L'esclave déglutit. Il se doute aussi que si il parle, si il dit tout, ce Mike ce désintéressera de lui. Le laissera tomber comme un objet inutile. Comme ce jouet soudainement moins intéressant que l'autre, tout neuf. Et Jake sait que pour le moment, il est le tout neuf. Il remercie silencieusement .. ba personne, puisqu'il est pas croyant mais il se remercie lui même d'être un homme. Femme, il aurait du coucher avec, sûrement. Ce qui est une idée assez répugnante en soit.
Bref.

" Je pense que vous vous pensez en tout supérieurs. Alors qu'à part nos parents respectifs, rien de nous distingue. Même pas notre race. "

Race. Cela sonne un peu péjoratif dans sa bouche mais il n'a pas pu retenir cela. Race. Race. Race. Alors comme ça, tu maîtrises mieux tes dons que des pouvoirs, alors t'es inférieurs ? Jake s'en fou finalement. Il est sorcier. Sorcier dans ses veines, sorciers dans sa tête, il ne lui manquait qu'un pas pour découvrir qu'il avait le droit à la liberté. Le problème, c'était qu'il avait les pieds enchaînés.
C'était plus compliqué pour marcher.
Le maître prend alors l'esclave par les épaules. Esclave qui ne bronche pas évidement. Pas de questions à se poser; Jake s'en fou de ça aussi. On va ou on lui demande d'aller. Il fera juste en sorte de ne pas mourir. Le reste n'a aucune importance. Sa vie n'a aucune importance. Alors il regarde le paysage comme spectateur de son propre corps. Il sent ses muscles jouer. Il n'y a pas de graisse sur son corps, Jake n'est pas un chouchou, c'est un nouveau. Il n'y a pas assez de nourriture pour tout le monde pour pouvoir se permettre un peu de gras quelque part.
Ils prennent le métro. L'esclave regarde autour de lui. Que des gens occupés, bourrés d'appareils électroniques qui leurs bouffent la vie. Fatigués, stressés. Il se dit qu'il était finalement chanceux. Il était peut être esclave de quelque personne, mais c'était certainement mieux que d'être esclave d'appareils, d'un boss et du temps. Surtout du temps. Et de l'argent. Jake n'en possède pas, et ça ne lui manque pas.
Les deux rentrent dans un bar. Les gens croient-ils vraiment qu'ils sont amis ? Frères ou collègues ? Croient-ils vraiment en l'égalité ? Car il ne faut pas rêver, l'égalité, ça n'existe pas. C'est un concept inventé par les humains pour se sentir mieux dans leur peau. Les animaux n'ont jamais essayé de créer l'égalité. Ils sont fataliste. Mais l'humain, pour se sentir supérieur à décidé de l'être. Sauf qu'il faut être réaliste. Ça ne marche pas. Pas bien du tout même. Jake s’assoit. La bière commandée arrive. Il la prend entre ses mains, se demande si ce n'est pas une tentative pour le saouler. Mais il se raisonne : la bière, il en faudrait beaucoup trop pour le saouler. Et il doute que Mike paie autant pour un esclave. Même pour le faire parler. Pour lui faire dire quoi d'ailleurs ? Il porte le liquide à ses lèvres. Ca a bon goût, et ça Rosenrot, la bière, c'est super dur à trouver pour un esclave, alors il profite mais reste froid et distant. Mais le léger sourire flotte sur ses lèvres. Trop faible pour être vraiment visible. Trop ancré sur son visage pour ne pas l'être du tout.

- Alors Jake, que voudrais-tu faire aujourd'hui ?

Il hausse les épaules. On ne lui a jamais demandé. Pas qu'il soit dans l'incapacité de répondre à cette simple question. Evidement, il aurait pleins de choses à demander. Trop même. Tellement que ça se bouscule dans ses tête. Alors il regarde droit dans les yeux Mike, se fichant de le tutoyer, ou non. Si il s'énerve, Jake ne parlera pas. Qui sera le plus stupide ? L'esclave à tutoyer ou le maître à frapper ? Il incline la tête sur le côté, fixant toujours le sorcier en face de lui.

" Ca fait quoi d'être libre ? "

Libre de se dire qu'aujourd'hui, on peut faire ce qu'on veut. Aller ou on veut, manger ce qu'on veut, parler à qui on veut. Mais c'est un concept étranger pour Jake. Faire ce qu'on veut, ça n'existe même pas dans ses rêves. Il faudrait le libérer un jour, un seul pour qu'il goûte autre chose que sa pauvre vie. Un jour pour que Jake s'envole. Change de nom, de nationalité, se fasse oublier à tout jamais. Peut être qu'un jour Anja le libérerait ? C'est ce que Marla prétendait. Que si elle était de bonne humeur, peut être un jour seraient-ils libre. Alors Jake haussait ses épaules, fataliste. Libre ou pas, vivant ou pas, cela était égal. Tout était égal.
Ce jour le serait aussi.
Sa vie le serait toujours après tout.

- Comment es-tu arrivé à Rosenrot ?

L'esclave relève la tête. On lui a déjà demandé des tas de fois, la question est nule, n'est plus intéressante depuis des lustres, alors il se contente de réciter machinalement.

" Mes précédents maîtres ont été tués. Anja à décidé que je serais utile. "

Mais il ne s'arrête pas là. Il n'est pas con, il veut en savoir un peu plus sur qui l'emploie, qui tente de le faire parler, qui l'utilise pour se distraire. Il veut connaître ses faiblesse, pour les utiliser si un jour quelqu'un en a après lui et lui demande de le faire.

" Comment t'en est arrivé à obéir à Anja ? "

Au fond Mike, toi aussi t'es un peu esclave.
Ne lui répond pas qu'il n'y a que toi qui pose les questions. Soit un peu plus fin que ça. Un esclave, ça obéit mais c'est pas débile. Les humains pensent que ça a été abolit. Je ne vois pas pourquoi les gens les plus puissant se priveraient d'un tel service. Des gens qui obéissent. Qui ont un cerveau mais qui ne se plaignent pas. Jamais. Des gens formés, compétents, des vies qui ne mènent à rien, qui peuvent être supprimées sur un coup de colère.
Pourquoi tu vivrais et pas moi, Mike ?
Dans le coeur de Jake, un jour se formerait l'envie. L'injustice, la colère, la haine.
Un jour.

" Je n’étais pas le meilleur parce que je frappai plus vite, j’étais le meilleur parce que la foule m’aimait... Gagne la foule, Maximus, et tu auras ta liberté ! "


_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2556
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
281/200  (281/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: But I know something they don't   Mar 10 Juil 2012 - 12:31

Après quelques instants de silence où je fume calmement ma cigarette, Jake se décide à parler.

- Je pense que vous vous pensez en tout supérieurs. Alors qu'à part nos parents respectifs, rien de nous distingue. Même pas notre race.

Je passe ma langue sur mes dents. Il y a des choses que je pense établie et auxquelles je n'aime pas réfléchir. Ce qui m'énerve, c'est ce qu'il dit est vrai. Enfin, en partie. On m'a toujours dit de penser comme je le fais actuellement, j'ai été élevé comme ça alors je ne pose pas de questions. Mais ça ne veut pas dire que je suis con ou que je ne peux pas réfléchir, c'est juste que je ne m'en donne pas la peine. Mais qu'un esclave dise ça. Oui, cela m'agace un peu. Je me retourne vers lui, aucune trace d'énervement sur le visage, un visage parfaitement neutre, comme si il ne s'était rien passé pendant que j'avais le dos tourné.

Une fois dans le bar et les bières commandées, Jake ne répond pas à ma question. Et ça ne m'aide pas, je ne sais pas quoi faire, il aurait pu me donner une idée tout de même, je lui reposerai la question plus tard.

- Ca fait quoi d'être libre ?
- Je ne peux pas répondre à cette question, je n'en sais rien, je l'ai toujours été, depuis que je suis né. Je n'ai pas connu le fait d'être prisonnier, je ne peux donc pas comparer, ni te satisfaire en donnant une réponse.

Comme dans une expérience scientifique, tu dois comparer deux choses quand il y a un seul facteur qui change. Ici c'est prisonnier ou libre. Je ne peux pas comparer. Je n'ai pas fait cette expérience.

J'arrive bientôt à la moitié de ma bière. Je crois que je vais me prendre autre chose après, un cocktail ou un shot.

- Mes précédents maîtres ont été tués. Anja à décidé que je serais utile.

C'est bien du Anja ça. Elle a toujours son nez partout. Comme si elle contrôlait tout, enfin, presque. Mais elle voit le monde, c'est elle la chef après tout donc il vaut mieux qu'elle sache exactement ce qu'il en est dans le monde.

- Comment t'en est arrivé à obéir à Anja ?

Mais c'est qu'il a de la répartie ce petit. Je commande mon shot. Oui il me reste de la bière, ça attendra. Le barman l'enflamme, je prends la paille, et boit le tout d'un trait sans éteindre la flamme. Je relève la tête et me passe la main dans les cheveux. L'alcool me brule légèrement la gorge mais je me sens extrêmement bien.

- Je répondrais à ta question quand tu me diras ce que tu veux faire aujourd'hui. C'est peut être méchant mais, je te laisse gouter légèrement à la liberté, profites-en. Et si tout se passe bien, je t'amènerai avec moi plus souvent.

Oui, je l’appâte, je lui tend une carotte, c'est exactement ça. Mais c'est lui qui veut savoir ce que ça fait d'être libre. Je lui en donne un avant gout. Il faut juste qu'il ne me mettre pas un couteau dans le dos. Sinon, ça va très mal se passer pour lui. Disons que c'est comme un enfant qu'il veut aller à tel ou tel endroit, mais on ne peut pas le laisser seul parce qu'on a peur pour lui, donc on l'accompagne. C'est la même chose. Sauf que là c'est un peu plus contraignant, je l'admets. Mais, pourquoi il ne pourrait pas l'avoir lui aussi ? Un aperçu de la liberté, c'est toujours mieux que rien, lui qui voulait savoir ce que c'était. Il pourra répondre tout seul à sa question comme ça.



Spoiler:
 

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 177
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
71/100  (71/100)
Point Membre:
110/100  (110/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: But I know something they don't   Sam 27 Oct 2012 - 22:04

L'esclave passe une main gênée dans sa nuque, avant de sa gratter la joue. Forcément, la proposition de Mikeal l'attire. Comment pourrais-ce en être autrement ? Mais d'un autre côté, il n'est pas fou. Goûter à la liberté serait une grave erreur : il sait très bien que plus tard, sa liberté deviendrait son principal désir.
Fight desire.

- Je ne peux pas répondre à cette question, je n'en sais rien, je l'ai toujours été, depuis que je suis né. Je n'ai pas connu le fait d'être prisonnier, je ne peux donc pas comparer, ni te satisfaire en donnant une réponse.

En effet, le jeune homme n'est pas satisfait, et il surprend ses dents venir mordre sa lippe inférieure. Ses tics qui petit à petit apparaissent sur son visage les contrarie fortement. C'est rageant, de ne pas toujours être aussi impassible ou aussi neutre qu'il voudrait.
Mais que voulez-vous, on a pas toujours ce qu'on veut.
Et sa liberté, effectivement, il ne l'avait pas.

- Je répondrais à ta question quand tu me diras ce que tu veux faire aujourd'hui. C'est peut être méchant mais, je te laisse gouter légèrement à la liberté, profites-en. Et si tout se passe bien, je t'amènerai avec moi plus souvent.

Peut être méchant ? L'esclave haussa les épaules dans un geste totalement désinvolte. Qu'est-ce qui n'était pas méchant, de nos jours ? Surtout quand sa venait de quelqu'un comme Mike. C'était tout juste banal, et Jake ne se formalise absolument pas du contenu de la phrase.
Goûter à la liberté.
Il sait ce qui arrive aux esclaves qui commencent à rêver qu'ils ne le sont plus. En général, ils font tout pour être libre et commencent par proférer des inepties comme « Je préfère mourir plutôt que continuer à être esclave. » Jake ne préfère-t-il pas la vie à la liberté ? Pour le moment, si, totalement. C'est pour ça qu'il considère la proposition avec une réelle méfiance, comme si quelques mots pouvaient lui faire du mal.
Ce qui est réellement le cas, après tout.

- Je ne sais pas ce que je veux faire.

Après tout, on ne lui en a jamais donné l'autorisation, il ne voit vraiment pas.. ce qu'il voudrait faire ? Voudrait. Voilà tout ce qui rend la phrase de son maître totalement étrangère à ses oreilles. Il sait ce qu'il doit faire, ce qu'on lui a ordonné de faire, mais surtout pas ce que sa volonté lui dicte. Il tire donc une moue dubitative, perplexe.

- Je suis sensé vouloir faire quoi ?

Peut être qu'il voudrait retourner dans de lieux précis ? Visiter une ville ? Retrouver des gens ? Mais qui ? Boire quelque chose ? Manger quelque chose ? Il n'a pas faim, ou soif, il n'est pas nostalgique, ni curieux.
Les dents serrées comme toujours face à un maître, il n'arrive pas à attraper une des pensée farouche qui vole devant lui. Sous son nez. Incapable de choisir, il finit donc par planter son regard singulier dans celui de Mike.

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2556
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
281/200  (281/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: But I know something they don't   Lun 17 Déc 2012 - 22:28

Je finis donc ma bière, l'effet de l'alcool restant inactif pour le moment. Et j'en commande une deuxième, lui demandant d'ajouter du sirop de barbapapa dedans. Oui ça peut paraître un peu fille, mais c'est quand même super bon ! Ça rajoute un petit côté sucré. Par contre, il faut pas trop en boire, ça a tendance à dégoûter sinon. Mais une de temps en temps fait un bien extrême. Même sur les lèvres, le gout reste. Par contre, n'essayez pas de draguer avec ça. Enfin, ça dépend de la fille, et ça dépend pour qui vous voulez vous faire passé. Sachant que je préfère passer pour un mec, je n'ai plus aucune crédibilité avec ça. Heureusement que la couleur du sirop ne change pas trop la couleur de la bière. Elle s'opacit un peu mais c'est tout. On ne peut pas deviner que c'est du sirop de babapapa dedans.

Je déguste donc cette merveille, des petites étoiles de bonheur dans les yeux. Sucré, c'est bon le sucre. Le salé aussi c'est bon. Mais c'"est une autre histoire. Aheum. Je regarde trop de dessins animés, c'est pas sérieux. Récemment, je me suis même regardé Le Petit Dinosaure. Vous savez, avec Petit Pied, et ses amis. Dans la Grande Vallée. Du 1 au 6. Parce que je les regardais quand j'étais petit. Et voilà. Et il y en a plein d'autres qui sont sortis ! Ça va jusqu'à 15 épisodes je crois ! Je ne savais même pas qu'il y en avait autant. Ça a vraiment été un choc pour moi. Mais j'ai redécouvert la petite série de mon enfance, ahah. Là aussi j'étais heureux. Et là encore j'étais seul pour regarder ça. Vous imaginez sinon, la honte.

- Je ne sais pas ce que je veux faire.

Et je ne peux pas l'y aider. Je le laisse réfléchir un peu pendant que je lis des merdes sur mon téléphone. Je vais même jusqu’à jouer avec des applications. Décidément, les smartphones, il n'y a que ça de bien. Avec ça, plus besoin de magazine quand on fait caca ! J'en révèle peut être trop là. Je suis toujours un BG hin. Je veux dire par là, que la question du caca reste toujours dans ma tête, elle ne va nulle part ailleurs. Enfin, le caca va dans les toilettes mais ce n'est pas ce que je voulais dire.

- Je suis sensé vouloir faire quoi ?

Sa question m'étonne et je verrouille mon téléphone pour pouvoir pleinement réfléchir à son sujet. C'est quelque chose de personnel quand on veut faire quelque chose. Il y a tellement de choses à faire. Ou alors faut-il lui faire d'abord découvrir ce qu'il y a dans le monde pour qu'après il est envie d'y retourner ? Mais lui, il n'a jamais rêvé de faire quelque chose ? Suis-je bête, je n'ai qu'à poser la question.

- C'est quelque chose de personnel. Il n'y a pas quelque chose dont tu as toujours rêvé de faire ? Découvrir le monde, bon ok, ça c'est vague. Aller dans un parc d'attraction, manger une glace, aller dans un bar de strip tease...

Oui, je dis tout ce qui me passe par la tête. Il y a tellement de choix possibles. Faire du shopping, Anja ne voit pas d'opposition à ce que les esclaves possèdent des choses personnelles, il peut donc porter des habits qui lui plaise. La liste s'allonge encore, aller au zoo, partir en voyage voir un nouveau pays, aller dans des musées, aller au cinéma. J'arrête donc cette liste infinie.

- Ou tu préfères que je choisisse et que je te fasse découvrir ?

Dans tous les cas, nous sortons du bar après que j'ai réglé nos consommations. Une fois à l'extérieur, je m'allume une cigarette et en propose une à Jake.

- C'est toi qui choisit de découvrir. Aujourd'hui tu as le droit d'exprimer ton avis. De dire non. De dire je veux. De faire tous les caprices que tu veux. Mais soit un bon chien quand tu rentres à la maison.

Que pourrais-t-on faire en tout début ? J'aimerais bien l'emmener dans un parc d'attraction mais ils sont à plusieurs heures d'ici. donc se sera pour une prochaine fois, je vais plutôt l'amener faire les boutiques, et si on croise une fête foraine, pourquoi pas. J'arrête donc un taxi et lui indique le centre commercial le plus grand des environs.

- Et maintenant, je te suis.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 177
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
71/100  (71/100)
Point Membre:
110/100  (110/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: But I know something they don't   Sam 20 Jan 2018 - 15:34

De toute façon, quoi que dise l’esclave il n’est qu’amusement pour Mike et il le sait. Il sait que l’issue sera la même quoi qu’il fasse : Mike, satisfait (que ce soit parce que Jake a bien agi ou parce que Mike l’a tabassé) et lui, sûrement déçu, peut être un peu triste s’il est possible de l’être lorsqu’il ne reste rien à se raccrocher.
Enfin, si, il lui reste sa réalité physique. Il n’a pas mal, il va bien, il est battu, c’est chiant. C’est plus facile de raisonner ainsi, moins d’embrouilles dans l’esprit, plus d’aisance à obéir sans trop causer.
Il commence ainsi à se mettre sur la défensive, il s’est trop ouvert et il le sait, ça va mal tourner. Il n’aurait pas du se laisser devenir le jouer de Mike. Il n’y a pas d’intérêt, il va y perdre.

- C'est quelque chose de personnel. Il n'y a pas quelque chose dont tu as toujours rêvé de faire ? Découvrir le monde, bon ok, ça c'est vague. Aller dans un parc d'attraction, manger une glace, aller dans un bar de strip tease...

L’esclave hausse un sourcil. Il lui parle de choses interdites qui certes le tentent mais ne peuvent pas le mener bien loin. Pour améliorer sa condition il devrait être plus fort, plus obéissant, indestructible, invincible. Pas autre chose, et surtout pas rêveur. Les rêves n’apportent rien et, s’ils permettent de nettoyer le cerveau des éléments de la journée il faut toujours se rappeler qu’ils sont là uniquement pour être rêvés, pas pour nous emporter plus loin.
Un parc d’attraction ?
Une glace ?
Un strip tease ?
L’autre ne se rend pas compte que se sont les rêves futiles d’un maître malheureux. A quel point la nourriture, des wagons colorés ou les femmes sont-elles quelque chose de futile ? D’inutile ? Il a sa dose d’adrénaline quand il doit tuer des gens, pourquoi s’entêter à glisser au milieu de gens salis, comme disent les maîtres, pourquoi s’amuser sur des attractions faites par des non magiques ?
Quel intérêt ?

- Ou tu préfères que je choisisse et que je te fasse découvrir ?

Jake reste silencieux, immobile. Il a conscience des muscles de son dos qu’il fait jouer pour essayer de rester concentré et ne pas se laisser glisser dans la conversation qui l’embête. Il devrait être utile. S’entraîner, bouger, être en mission. Pas parler. Les mots sont volatiles pour lui et il ne les maîtrise pas aussi bien que l’homme en face de lui. Il a l’impression d’être manipulé.

- C'est toi qui choisit de découvrir. Aujourd'hui tu as le droit d'exprimer ton avis. De dire non. De dire je veux. De faire tous les caprices que tu veux. Mais soit un bon chien quand tu rentres à la maison.

L’autre arrête un taxi et indique un nom inconnu aux oreilles de l’esclave qui se tasse dans la voiture un peu plus. Il ne sait pas où il va, il est gêné, il est mal à l’aise. Un bon chien ? On dirait que Mike s’amuse beaucoup a essayer de le sortir de sa condition pour mieux essayer de le rentrer dans une boîte mais l’esclave a trop bien été dressé. Comme Alexis ça ne l’intéresse pas de sortir, ils savent l’un comme l’autre que leur place est ici, que leur vie est ici et que le monde extérieur tournera toujours sans eux. Ce que beaucoup de maîtres ont du mal à accepter - ce qui est fondamentalement dommage pour eux. Anja se croit-elle irremplaçable ?

- Et maintenant, je te suis.

Cette fois-ci Jake sait que la balle est dans son camp. Il peut plus ou moins parler et si Mike tient ce qu’il dit (rien n’est moins sûr) il pourra peut être rentrer sain et sauf chez lui. Les patrons sont tous des patrons mais certains ont plus de droits que d’autres et il sait que Mike n’est pas au sommet de la chaîne alimentaire.
L’esclave lui adresse un maigre sourire avant de répondre :

- Vraiment ?

Il prend son courage entre ses mains, le rassemble comme il faut et inspire pour pouvoir lâcher sa réponse froidement, sans sourciller, peu importe la réaction de Mike en face de lui.

- Alors on rentre à la maison.

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: But I know something they don't   

Revenir en haut Aller en bas
 

But I know something they don't

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: || Boite à souvenirs-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :