AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'âme bleue {Ok}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
avatar

MESSAGES : 303
DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
32/100  (32/100)
Point Membre:
20/100  (20/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: L'âme bleue {Ok}   Sam 27 Oct 2012 - 12:06

Welcome to Mystery...

Bleuann Wendy
Soul
« Oublie les Wendy, tous autant qu’ils sont et je t’emmène là où tu n’auras jamais, jamais plus à penser aux choses des grandes personnes. »




      feat Astrid Berges Frisbey
        Âge : 20 ans
        Date & Lieu de naissance : 3 décembre 1992 à Madrid
        Race : Sorcière
        Statut : Célibataire
        Groupe : Sorcière noire
        Don premier : Empathe
        Pouvoir premier : Elémentariste air
        ( Cours facultatif suivis : pour les élèves)
        ( Matière(s) enseignée : pour les professeur)
        ( métier : pour les humains innocents)





« RACONTE-MOI-UNE-HISTOIRE... »

    ● ● 15 lignes minimum de votre histoire sont demandées.

    Nous sommes le 3 décembre 1991. Dans la douleur, mais sans le moindre cri, une femme accouche dans son lit, assistée simplement par sa femme de chambre. Car c'est ainsi qu'accouchent les femmes de la famille Soul ; dans la douleur et le silence. Pas d'hôpital, pas de plainte. Leur rang les oblige à supporter la torture de donner la vie sans pouvoir exprimer leur mal.
    Mais enfin la douleur délivre un petit bébé qui, lui, s'empresse de crier aussi fort que lui permettent ses petits poumons. La femme de chambre emballe l'enfant dans un linge avant de le tendre vers la mère.

    - C'est une fille, Madame.

    La femme, le front couvert de sueur par le dur labeur qu'elle vient d'exécuter, lance à peine un coup d'oeil à l'enfant avant de désigner le berceau blanc, sans âme et sans couleur, attendant à côté de son lit.

    - Pose-la ici et dépêche-toi de prévenir mon mari.
    - Très bien Madame. Ai-je l'autorisation de vous demander le prénom de la petite ?

    La mère jeta un coup d'oeil à l'enfant qui semblait s'être calmé et qui regardait tout autour de lui, curieux de ce nouveau monde. Ses yeux étaient bleus, comme le sont les yeux de tous les bébés.

    - Bleuann. Bleuann Wendy Soul.

    * * *

    Aussi loin que je m'en souvienne, mes parents ne m'ont jamais porté la moindre attention. Mes parents avaient déjà eu six autres garçons avant moi, mais ils désiraient encore un fils. Un septième fils. Mon père lui-même était le cadet de sept garçons et dans ma famille il y a une vieille légende qui parle du septième fils du septième fils.
    Raté, je suis une fille.
    Vous savez, ce n'est pas facile de n'être ni aimée, ni détestée. Juste ignorée. Si au moins mes parents avaient fait le choix de me haïr ouvertement, j'aurais pu me rebeller contre eux, accepter mon sort et leur rendre leur haine triplée. Mais comment rendre de l'ignorance ?
    Je me demande si mes parents n'espéraient pas me voir dépérir et mourir. J'ai vu une fois un reportage sur des enfants dans un orphelinat en Russie. Ils ne recevaient aucune attention, ils étaient juste nourris et lavés. Le reste du temps ils le passaient dans leur lit. Et peu à peu, ils mouraient. Car à quoi bon rester en vie si personne ne veut de vous ? Si il n'y a plus aucune raison de résister face à la mort ?
    Heureusement moi des raisons j'en avais six. Mes frères, eux, étaient fiers d'avoir une petite soeur. Ils m'ont toujours traité comme une princesse, même s'ils voyaient que mes parents me détestaient. Ils m’offraient leur amour et me protégeaient au maximum de la cruauté de mes parents. Je crois bien que, de tous mes frères, mon préféré était Green. Nous n’avions un peu moins d’un an de différence et j’étais collée à ses baskets en permanence.
    Comme je vivais dans un monde entouré par la magie, j’ai très vite découvert mes pouvoirs et en particulier mon empathie. J’étais particulièrement sensible aux gens qui m’entouraient, je voyais quand ils allaient mal sous leur sourire, quand les larmes qui coulaient étaient fausses, quand le cœur criait à l’hypocrisie. Mais avec Green, le lien que j’ai développé fut encore plus fort. Je sais quand il a mal. Où qu’il soit dans le monde, je le ressens, tout au fond de moi. C’est comme si on m’arrachait un minuscule morceau de cœur. C’est inexplicable comme sensation, je le sais et c’est tout.
    Mes parents n’ont guère été impressionnés par mon don. Pour eux, c’était un « don de femmelette ». Mais malgré ce manque de reconnaissance, moi je continuais mon bout de vie, entourée par l’amour de six frères plus que protecteur. Et je le vivais très bien comme ça.

    * * *

    Je n’avais pourtant rien demandé à personne, moi cette vie là elle me plaisait. Je m’en contentais. Mais chaque vie a ses hauts et ses bas et la mienne commençait tout juste sa descente vers les enfers.
    Le jour de mes 8 ans, mes frères ont tout fait pour que ma journée soit une réussite. Mes parents bien sûr, s’en fichaient. Ça faisait bien longtemps que je m’étais faite à l’idée qu’ils ne m’offriraient jamais de cadeau. Mais ce n’était pas grave, j’avais mes frères. C’est Redwan, l’aîné de 17 ans, qui m’a offert le premier cadeau de ma journée. Pleins de tubes de peinture. Lui et moi, on n’a jamais aimé le blanc, on a toujours teinté le monde dans nos couleurs. On aime peindre, c’est ainsi. Je savais bien que pour lui, peindre ça voulait aussi dire tuer et voir le sang rouge se rependre par terre, mais j’ai toujours pris soin d’ignorer cette facette de sa personnalité. Il était avec moi si tendre que je pouvais m’en contenter.
    Puis les jumeaux âgés de 15 ans sont venus me chercher après l’école. Ils m’ont fait traverser les rues de Madrid jusqu’au parc d’attraction où ils m’ont chacun offert un tour de manège et un goûter. J’en garde un souvenir plein de barbapapa.
    J’ai encore reçu une tonne de bonbons multicolores et une très belle peluche de mes deux autres frères. Il ne manquait plus que le cadeau de Green. Je savais que ça serait quelque chose d’incroyable. Cela faisait des semaines qu’il le préparait en cachette et mon don d’empathie le lisait en lui dès que je croisais son regard, bien qu’il essaie de me le cacher. C’est donc avec le cœur léger et le sourire aux lèvres que j’arpentais les couloirs de ma maison. Green n’était pas encore là, mais je savais qu’il n’allait pas tarder.
    Il était 22h00 quand je l’ai enfin trouvé. Il avait le regard aussi vide que les mains. Pas de cadeau, comme s’il avait oublié. Il a tenté de sourire, mais je savais que son sourire était un mensonge. Je me suis approchée de lui, mais il s’est détourné. Green, mon Green s’est détourné. Et au moment où j’ai sais sa main, j’ai senti le noir. Un noir terrible à avaler les cœurs.
    C’était la première fois que mon père l’enfermait dans la cave.
    Il n’a plus jamais été le même mon Green. Il a commencé à haïr papa et à tous nous haïr. Même moi. Moi qui ne lui avais rien fait. Il disait que nous étions maudit. Il nous appelait la famille sans âme. Et peu à peu sa rébellion a commencé à détruire les liens de la famille. Je ne sais pas s’il s’en est rendu compte, mais plus il s’éloignait, plus ce qui nous liait les uns aux autres se gangrenait. Mes frères commençaient eux aussi à m’ignorer. Et j’étais vouée à disparaître. Dépérir. Mourir.
    Comme ses enfants de l’orphelinat russe.

    * * *

    Elle est arrivée un jour dans sa vie. Comme ça. Je n’ai jamais connu son nom, mais j’ai été la première à savoir qu’elle était là ; ça se lisait sur le visage de Green. Il était heureux. Il n’a rien dit à Père et Mère, mais on voyait qu’il était heureux. Il serrait les dents, il rentrait dans le rang. Parce que sa belle l’attendait quelque part, dans son jardin secret. Amoureux ? Peut-être bien. Je n’ai jamais osé lui demander.
    Il a vite compris que je savais et c’est devenu un secret entre nous. Nous. Il y avait de nouveau un nous. J’étais redevenue sa petite sœur adorée, sa princesse. J’étais de nouveau heureuse. Encore une fois j’ai envie que le temps se stoppe sur cette image là. Mais le temps et moi n’avons jamais été amis.
    Parce qu’un jour il est partit. Green est partit. Avec elle, cette fille. Cette fille que je haïssais. Et une nouvelle fois j’étais seule. Toute seule. Toute seule avec le vent. Avec ce nouveau don que je venais de découvrir. Le vent me parlait, m’écoutait, jouait dans mes doigts. J’étais élémentariste air. Élémentariste !
    Bizarrement, le jour où mon père a su ça, il a changé du tout au tout. D’un coup, mes parents ont porté un regard différent sur moi. Un regard… interessé. « Elle pourrait faire un bon élément pour Rosenrot… Il faudrait l’entraîner. ». Ils m’ont obligé à couper mes longs cheveux et à jeter mes robes. Puis ils m’ont fait travailler, travailler, travailler. Ils m’ont forgée pour que je devienne comme eux, pour que je devienne un membre de Rosenrot. C’était dur, mais je serrais les dents.
    Parce que pour la première fois de toute ma vie, ils ne m’ignoraient plus.
    J’ai mis un moment avant de comprendre qu’ils ne voyaient en moi qu’une sorte de remplaçante de Green. Mais je ne l’ai pas mal pris. Au contraire j’ai redoublé d’efforts parce que je voulais prouver à mes parents que j’étais meilleure que Green. Qu’ils avaient raison de miser sur moi. Alors j’ai travaillé. Pour devenir la meilleure.

    * * *

    Un jour, je me suis réveillée en pleine nuit, terrassée par une énorme souffrance. Je n’ai pas mis bien longtemps avant de comprendre que ce n’était pas ma souffrance, mais celle d’un autre. Amenée par un lien très fort, un lien que seul un frère et une sœur peuvent tisser. Quelque part dans le monde, Green souffrait.
    Une petite enquête m’a appris la mort de Chloé. La fille qu’il aimait. Sa meilleure amie. Son jardin secret. Ainsi donc elle avait un nom. Et une date sur sa pierre tombale. Et moi, j’ai ri. J’étais heureuse. Je me disais qu’à présent Green allait revenir, qu’il serait admiratif devant la force que j’avais acquise et qu’il redeviendrait le grand frère adorable que j’avais toujours aimé.
    Mais je me suis lamentablement trompée. Il était brisé. Et lorsqu’en rentrant, il a vu toute la force que j’avais dans les yeux, il m’a juste regardé, a secoué la tête avant de murmuer :

    - Ça y est. Toi aussi tu as perdu ton âme.

    * * *

    J’ai promis de vivre pour servir Rosenrot. Je serais prête à donner ma vie pour eux. Je crois qu’Anja m’apprécie bien. Je suis une femme, je suis une sorcière noire et ma famille est à son service depuis des générations. Elle est presque gentille avec moi. Enfin je ne suis pas sûre que l’on puisse qualifier Anja de gentille. Mais en tout cas elle n’est pas méchante. Ni injuste. C’est une chose qu’il faut lui reconnaître d’ailleurs. Elle n’est jamais injuste ; elle croit juste en ses convictions. Et moi je crois aux miennes.
    Green ne me regarde peut-être plus de la même manière, mais ça m’est égal. Mes parents me reconnaissent et j’ai toujours cinq autres frères. C’est juste que, parfois, quand je sens mon cœur flanché et que je devine qu’il est en train de souffrir quelque part, je regrette. Regrette notre lien perdu. Notre lien délié.






« QUI-ES-TU ...? »

    ● ● 10 lignes minimum de votre psyche sont demandées.
    De par mon empathie, je suis quelqu'un de très sensible ce qui agit beaucoup sur mon humeur. Souvent, lorsque je suis en présence d'une personne triste, mon morale tombe dans mes chaussettes. Mais dès que quelqu'un a un vrai sourire sur le visage, je retrouve tout de suite la pêche.
    Mais devant mes parents, je fais moins la maligne. Même si j'ai gagné un peu de leur attention, je me dois de les respecter. Dans ma famille, les enfants vouvoient les adultes, même s'il s'agit de leur propre parents. Je me souviens que mes amis étaient choqués quand je leur apprenais ça. Et je me souviens aussi que Green ne le respectait pas forcément.
    J'ai un peu peur du noir. Green n'a pas été le seul a passé par la cave, je crois qu'on y a tous goûté. Nous moins que lui, évidemment. Mais un peu quand même. Quand on faisait des bêtises. Quand on ne réussissait pas ce que voulait père. Quand on ne se donnait pas au maximum. Je hais cette cave et un jour je me suis promis de ne plus jamais y mettre les pieds, quitte à finir en sang pour réussir les exercice de mon père. Et je n'y suis jamais retournée. Mais dans le noir, je garde toujours le souvenir de ce cloisonnement et des frissons qui me parcouraient le dos... C'est pour ça que je dors toujours avec une petite lumière.
    J'aime beaucoup les couleurs par contre. Chez moi, tout est blanc. Vraiment blanc. Alors avec Redwan on s'amusait à dessiner sur les murs de nos chambres et nos parents nous laissaient faire. Je me demande même s'ils sont au courant ; ils ne sont jamais venus dans ma chambre... Je crois que ma couleur préférée c'est... le vert. Même si on me surnomme l'âme bleue. D'ailleurs, personne ne m'appelle Bleuann, tout le monde préfère Bleu.
    Et voilà, je crois que j'ai tout dit sur moi. Ou en tout cas beaucoup. Je pense que ça serait trop long de vous expliquer exactement comment je suis. D'ailleurs je ne suis même pas sûre d'y parvenir. Au fond, moi-même je ne me connais pas très bien...
    Ah, peut-être quelque chose que vous devriez savoir. Il m'arrive de chanter pour mes victimes. Surtout celles qui étaient gentilles. C'est ma façon à moi de leur dire au revoir. Et de me faire pardonner pour les avoir tuées.


    ● ● 5 lignes minimum de votre physique sont demandées.
    Je suis jolie. Enfin je crois. C'est ce que disent les regards des hommes qui se posent sur moi en tout cas.
    Quand je me regarde dans la glace, je vois un visage enfantin. Deux yeux qui oscillent entre le marron et le vert. Des cheveux bruns souvent emmêlés. Je ne suis pas très grande et, comme dirait Maria une des nombreuses gouvernantes qui s'occupait de nous enfant, je ne suis pas bien grasse non plus. "Il faut manger plus de chocolat ma petite !" qu'elle dirait.
    Mais j'ai des muscles. Discret, mais bien présents. Je ne peux de loin pas battre mes frères au bras de fer, par contre j'arrive parfois à les mater en combat rapproché. Je crois que c'est parce qu'ils font trop confiance en leurs pouvoirs et qu'ils ne bossent pas assez le combat. Tant pis pour eux.
    Les gens me prennent souvent pour une jeune femme timide. Il paraît que j'attire la confiance. Les gens ne se méfient pas car je semble respirer la gentillesse. C'est un atout précieux à vrai dire, comme ça ils me laissent les approcher. Jusqu'à ce que je sois assez proche pour leur planter une dague dans les côtes. C'est pour ça que j'ai toujours préféré les missions d'infiltration aux simples meurtres de sang froid. J'aime connaître ma victime. Pour savoir quoi leur chanter.


MORE?


Bleu

    Âge :
    Poste Vacants ? : []oui [X]non
    Comment avez-vous connu le forum? : Par Green
    Fréquence de venue : Ça dépend...
    Codes : Good job ~ By Taki


Dernière édition par Bleuann W. Soul le Dim 28 Oct 2012 - 0:33, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Professeur de sabre & téléportation ~ le pot de fleurs
Modérateur | Professeur de sabre & téléportation ~ le pot de fleurs
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : Fear only makes the wolf bigger than he is

MESSAGES : 3843
DATE D'INSCRIPTION : 12/06/2010

Niveau du personnage
Point RP:
271/300  (271/300)
Point Membre:
389/300  (389/300)
Niveau: Confirmé

MessageSujet: Re: L'âme bleue {Ok}   Dim 28 Oct 2012 - 21:46

So. Ton style d'écriture te trahit est agréable et j'ai rien à redire nulle part. Tu es VALIDE \o/. Je vais mettre rang, couleur, tout l'blabla et pour ta part, tu peux aller rp et poster où ça te chante o/

_________________




Lova ya ♥:
 


Don't look:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

L'âme bleue {Ok}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: ▐ G.E.S.T.I.O.N D.E.S P.E.R.S.O.N.N.A.G.E.S▐ :: ● ● Vos papiers s'il vous plait! :: || Présentations validées-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :