USA je te présente Billy Sullivan!


Partagez | .
 

 USA je te présente Billy Sullivan!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Solitaire | Membre de l'ordre Blaidd Ddrwg
CITATION DU PERSONNAGE : je t'aime! toi pas

MESSAGES : 88
DATE D'INSCRIPTION : 17/12/2012

Niveau du personnage
Point RP:
22/100  (22/100)
Point Membre:
47/100  (47/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Billy D. Sullivan
Solitaire | Membre de l'ordre Blaidd Ddrwg
MessageSujet: USA je te présente Billy Sullivan!   Sam 22 Déc 2012 - 9:46

Un jour si froid en Suisse que les outils des ouvriers restaient collés a leurs doigts. Un froid mordant et les rues d’ordinaires si bruyantes résonnaient dans un silence absolu. Si bien que Billy avait discrètement profité des rafales froides pour réclamer une pause. De toute façon elle se doutait bien qu’elle n’allait pas ramener sa sœur en la harcelant de messages ni en se présentant a la porte du Mystery. Elle avait prévu donc, de se reposer en attendant que la température redevienne raisonnable. Rien a faire, aujourd’hui elle ne bougerait pas de son lit ! Elle n’avait aucune raison de le faire après tout enfin… non… si dormir, réfléchir sur elle, réfléchir sur le reste du monde. Peu importe !
Et ce maudit facteur qui vient toujours déranger les gens très tôt le matin. Billy enfile rapidement ses vêtements, elle prend un temps non négligeable a se coiffer, a ce maquiller. Non bien entendu il n’est pas encore a la porte mais il a cette manie de venir toujours aux alentours de 8h et donc Billy se prépare. Elle passe une bonne demi heure tous les matins à ce petit jeu en espérant que les gens l’aiment.
8h05 : la sonnette de la porte résonne et elle se doute déjà que c’est lui. Elle lui ouvre avec son sourire d’ange comme tous les matins, reste polie, elle est tout simplement magnifique comme un rayon de soleil sur la ville et pourtant, elle n’est sure de rien, elle n’a aucune confiance en elle. Quoiqu’il en soit elle attend en silence que son facteur passe à la maison suivante et rentre pour regarder le tas de paperasse qu’il lui a donné. Factures… Factures… Factures… Impôts… Publicité… Et cette enveloppe toute blanche avec juste l’adresse notée dessus.
Son cœur se restée brusquement dans sa poitrine. Comment aurait elle puit oublier ne serait ce qu’un instant cette écriture au stylo plume, noire, en italique mais lisible et ses majuscules ? Comment les oublier ? Il n’y a qu’une personne qu’elle ait déjà vu écrire de cette manière. Elle ressent le besoin de s’asseoir avant de l’ouvrir et prend le temps de poser tous les autres papiers sur la table du salon avant de rejoindre le canapé. Oserait elle l’ouvrir ? Oui bien entendu et pourtant chaque fois qu’elle reçoit ce type de lettres elle hésite. Et s’il s’agissait d’un mot déplaisant pour encore dire que leur histoire d’amour est finie ? Que pour lui se n’était rien de plus qu’une amourette, une sottise, une connerie ? Elle reste un moment à attendre. Elle attend mais elle ne sait pas exactement quoi. Elle inspire une dernière fois et déchire la blancheur de la lettre pour en tirer une feuille toute aussi blanche.
Déjà au premier coup d’œil elle ne commence pas plus mal que les autres. Le même « Chère Billy » en haut de la page et la même signature « Alex O’C » en bas. Quelle ironie du sort que lui qui l’ait trompé si brusquement et ait remit toute sa vie en question ait aussi maintenant besoin de se confier a elle. Peut importe ! Se n’est pas le sujet. Cette lettre était courte mais au moins claire. Il était aux USA et aillant déjà découvert qu’elle s’était autorisée un peu de repos dans la course poursuite effrénée de sa sœur, il lui avait demandé de le rejoindre là bas. Il avait donné une adresse et un billet d’avion avec la ferme conviction qu’elle irait le rejoindre. Et le pire dans toute cette histoire c’est sûrement qu’il avait entièrement raison. A une vitesse fulgurante Billy avait attraper quelques affaires qu’elle avait lancé dans une valise, enfilé ses bottines noires et son long manteau qui lui tombait jusqu'à la demi des mollets et tout aussi noir et elle était partie. Comme ça, une fois de plus sans rien dire. Elle avait prit des vacances après tout et se n’était pas sa mère qui allait l’empêcher de partir. D’ailleurs sans se retourner elle avait vu que celle-ci était dans l’escalier quand elle s’apprêtait à partir. Elle avait ressentit même, une certaine satisfaction de la part de cette mère qui n’avait jamais puit supporter de la voir a ses cotés, de la voir partir.
Billy attrapa le premier avion qui se présentait a elle et se retrouva, quelques heures plus tard aux USA. Là bas elle prit un taxi et rejoignis le domicile du Monsieur « j’ai pas besoin de toi mais en fait si un peu quand même » Robert, le taximan la draguait dans le taxi. Cela ne lui déplaisait pas de se sentir encore un peu attirante même après ce voyage épuisant. Mais non, rien a faire. Elle attrapa comme convenu son bagage quand ils arrivèrent devant la porte, le sortit du coffre et s’en alla frapper à la porte en remettant machinalement sa mèche de cheveux qui lui tombait sur le visage derrière son oreille. Ce n’est pas, d’un autre coté lui qui pleurera, elle lui a laissé un beau pour boire avant de partir.
Elle entend du bruit à l’intérieur, quelqu’un vient…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier Noir ~ Membre de Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Membre de Rosenrot et fripouille à ses heures ! Dahaha !
LOCALISATION : Derrière toi. Tu me fais un poutou ?
MESSAGES : 242
DATE D'INSCRIPTION : 05/06/2012

Niveau du personnage
Point RP:
20/100  (20/100)
Point Membre:
45/100  (45/100)
Niveau: 9 - Mage
avatar
Alexander O'Callaghan
Sorcier Noir ~ Membre de Rosenrot
MessageSujet: Re: USA je te présente Billy Sullivan!   Mar 5 Fév 2013 - 12:16

Je sais que j'ai un problème. Un gros gros problème.
Dans ma tête.
Dans mon corps.
Dans mon cœur.

Douche froide.

Je sens le jet glisser sur mes cheveux, mon visage, mes lèvres et mes joues, l'eau se mélanger aux bulles de savon et onduler sur chaque parcelle de ma peau. Raide comme un piquet, immobile comme une statue de pierre, je plante mon regard sur les carreaux de mon mur sans lui laisser la chance de pouvoir s'échapper.

Troublé. Troublé à s'en planter les doigts dans la chair tendre de ses paumes, jusqu'à ce que l'on sente le sang couler.
Le sang.

Blood makes noise
It's a ringing in my ear
Blood makes noise
And I can't really hear you
In the thickening of fear


C'est vrai, j'aime les femmes, j'apprécie grandement leur compagnie, la douceur de leurs gestes, le tintement de leur voix, le satiné de leur peau, la finesse de leurs formes...
Quand bien même nos relations ont toujours été houleuses.

J'avoue non sans honte que j'ai eu des conquêtes à plus ou moins long terme, des relations non exclusives et des liaisons sans lendemain. Malgré tout, je me suis toujours efforcé de rester gentleman avec elles, les prévenant toutefois que je n'attendais rien de ce nous entretenions. Certaines l'ont bien compris quand d'autres ont commencé à s'attacher.

Comme Nancy par exemple.

Oh ! Je ne suis pas devenu subitement prétentieux, mais disons cependant qu'il n'y a pas besoin d'être devin pour comprendre cela : la tension dans son corps quand je la frôle, les regards à l'arrachée, les sourires gênés...

Ce que je ne comprends pas par contre, c'est comment moi, j'ai pu tomber aussi vite sous son charme, à un point crucial où j'en viens à avoir du mal à me contrôler... Pas que je sois tout à fait dépourvu de sentiments à la base, mais disons que je sais ce qui m'attend si je commence à... à m'investir dans une relation.
Surtout dans une relation avec une humaine.
Surtout dans une relation avec un parent de Drust.
Surtout dans une relation avec un ennemi des Cross.

Bon sang, c'est si compliqué que ça me donne mal à la tête...

Douche glacée pour évacuer. Pour oublier.
Pff... oublier ? Comme si c'était seulement possible...

Car le hasard a fait naître ce côte à côte tant heureux que funeste. Ce qui nous sépare elle et moi, ce n'est pas tant la distance ou le temps mais plutôt l'écho d'un nom et l'impassibilité de la nature humaine.

Car elle est humaine quand je suis sorcier.
Elle est humaine quand je suis un Noir. A sang pour sang.
Elle est humaine quand j'appartiens tout entier à Rosenrot.

Et l'ironie, elle, veut que je brûle déjà de la revoir. Et oui ! Ma bêtise, c’est comme les tiroirs dans les films d’espionnage : quand j'ai beau penser avoir touché le fond, je parviens toujours à découvrir une couche de plus en dessous.

Comme un de compartiment secret, en quelque sorte...

Parce que je nous mets en danger, tous les deux : Mademoiselle* va me torturer avant de nous tuer, si elle l'apprend.
Surtout quand je sais qu'elle ne me porte pas spécialement dans son cœur et qu'elle se méfie de moi plus qu'un quelconque autre O'Callaghan.

Ah... décidément, les femmes de ma vie ne sont pas tendres avec moi...

Le son sec d'un poing contre la porte d'entrée me sortent de ma rêverie. Trois coups retentissent et je perçois, malgré la douche, le bourdonnement d'un cœur et une respiration saccadée.

Tient ? J'étais pourtant sûr de n'attendre personne...

Je coupe l'eau, m'essuie à l'arrachée pour rejoindre ma chambre et enfiler un bas de jogging gris avant de me diriger vers l'entrée, une serviette à la main pour sécher mes cheveux.

    « Billy ? »

Quelle surprise ! Il est vrai que je lui ai demandé de venir mais...

    « Je ne t'attendais pas aussi tôt ! Comment cela se fait-il que tu... »

Je secoue la tête, consterné par mon manque de civilité. Elle a fait tout ce chemin parce que je lui ai demandé de venir (bien que je ne l'attendais pas avant deux bons jours, c'est vrai), et me voilà à couiner comme une poule quand je devrais l'accueillir comme il se doit.

Je suis vraiment d'une bêtise sans nom...

    « Aurais-je oublié mes bonnes manières ? Pardonne mon impolitesse, c'est l'étonnement ! Je suis vraiment ravi de te voir ! Tu es toujours aussi jolie ! Entre, je t'en prie ! »

Je la fait entrer sans plus de cérémonie, la débarrasse de sa veste et de son sac avant de la diriger dans le salon. Je la laisse s'asseoir confortablement avant de lui proposer quelque chose à boire. Un tour rapide dans la cuisine avec sa boisson en main, je lui tends le verre avant de lui dire, embarrassé...

    « Cela te gêne-t-il que j'aille enfiler quelque chose de plus convenable ? Je reviens dans un instant... Fais comme chez toi en attendant ! »

... avant de disparaître à nouveau dans ma chambre.

Spoiler:
 

_________________




DCs admirés : Remy Sullivan/ Nérys McLaren/ Isaya-Leca Hedge-Humptington/ Behati Sonah Al Hattal/ Asling Grey ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solitaire | Membre de l'ordre Blaidd Ddrwg
CITATION DU PERSONNAGE : je t'aime! toi pas

MESSAGES : 88
DATE D'INSCRIPTION : 17/12/2012

Niveau du personnage
Point RP:
22/100  (22/100)
Point Membre:
47/100  (47/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Billy D. Sullivan
Solitaire | Membre de l'ordre Blaidd Ddrwg
MessageSujet: Re: USA je te présente Billy Sullivan!   Lun 4 Mar 2013 - 19:45

- oui bien sur… vas y.

Autant qu’il aille s’habiller puisque elle est a l’interieur. Se serait bête qu’il prenne froid a cause d’elle.
La pièce est plutot jolie. Elle a un coté moderne malgré le fait que les volets soient encore fermés et totalement usés. Un coup de peinture ne leur ferait pas de mal. Bien entendu c’est un détail. Mais quand il faut aussi ajouté le plafond disons que ça devient déjà un travail plus important. La grande question alors s’est pourquoi a-t-il décidé de s’installer ici plutot qu’ailleurs ?


Il y a un parfum dans l’air dans cette maison. Un parfum féminin. Elle le savait. Il n’a pas changé, pas du tout. Elle n’aurait jamais du venir ici. Elle pouvait aussi faire comme si elle n’avait jamais reçut cette invitation ! Mais non ! C’est Billy ! A peine a-t-elle vu ou il était qu’elle a sauté dans le premier moyen qu’elle a trouver pour s’y rendre. Soyons réaliste. C’est tout ce qu’elle esperait depuis des mois, des années peut etre… depuis qu’ils s’étaient embrouillés et quittés.

- tu habites tout seul ici ? ou alors c’est temporaire ?

Elle le regarde revenir un peu plus couvert. Il faut toujours s’en occuper ! comme d’un enfant. Elle se leva donc pour attraper la serviette qu’il laissa sur une chaise du salon.

- seche tes cheveux correctement. Tu vas etre malade. Je te l’ais déjà dit.

Certes elle n’est pas venue pour le materner. D’un autre coté elle ne peut pas l’imaginer malade. Lui, cloué au lit avec une mauvaise fièvre ! Insuportable ! STOP ! Billy calme toi !
Il est assez grand pour se débrouiller tout seul, non ? Non ! il faut qu’elle le face ! Voila trop tard ! elle lui met la serviette sur la tete et lui seche les cheveux comme si s’était un enfant de neuf ans.

- et je t’ais déjà dit aussi qu’on ne met pas les serviettes humides sur les chaises en bois, non ?

Difficile de cacher a quel point elle voudrait l’avoir encore un peu pour elle. Juste une heure, peut etre deux… Billy ça suffit ! Lache le ! Non, trop difficile. Brusquement elle s’arrete. Oui, ça suffit… Il faut arreter d’essayer de le reprendre. Arreter de le materniser autant. Arreter de tout faire pour le reprendre. Il n’est plus a elle. L’a-t-il déjà vraiment été ?

- pourquoi voulais tu que je te retrouve ici ? tu as des problèmes ?


Tous les moyens sont bons pour fuir maintenant. Décidément, elle est incapable de savoir ce qu’elle veut. Enfin non, ce n’est pas ça. Elle sait parfaitement ce qu’elle veut : Lui. Mais elle sait aussi qu’elle n’a pas le droit de le vouloir.

Son seul but devrait etre de ramener Remy chez eux. Reformer leur famille. Forte et puissante. Alors pourquoi est ce qu’elle ne peut s’empecher de le vouloir. Son amour pour la vie. Son amour pour toujours. Elle y a crut de tout son corps et de toute son ame. En deux heures tout était fini.

Mais comme on dit, a son age on croit tous que s’est le grand amour, le prince charmant, l’amour pour la vie et pour la mort. A cet age c’est le premier amour, le plus fort, ou l’on donne toute sa personne et ou l’on se dit finalement que s’était juste une bétise. Trop tard tant pis. Afficher un sourire et passer a autre chose. Pour le sourire, Billy est très douée, un vrai tallent. Pour passer a autre chose, là c’est une grande histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: USA je te présente Billy Sullivan!   

Revenir en haut Aller en bas
 

USA je te présente Billy Sullivan!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hillary Rodham Clinton présente ses voeux à Haiti
» Steve Sullivan
» Billy Bat par Naoki Urasawa
» L'Uruguay présente ses excuses au peuple haïtien
» Billy Hatcher and the Giant Egg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Amérique :: || Etats-Unis :: °New York-
Nos partenaires