AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Solitaire forgeron et enchanteur
Solitaire forgeron et enchanteur
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Forgeron et enchanteur
LOCALISATION : Vagabonde jusqu'à Little Angleron
CITATION DU PERSONNAGE : Le gras c'est la vie

MESSAGES : 90
DATE D'INSCRIPTION : 27/08/2012

Niveau du personnage
Point RP:
22/100  (22/100)
Point Membre:
16/100  (16/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]   Lun 1 Avr 2013 - 1:43

Le bruit de mon marteau résonnait sur mon enclume à la fréquence de mes coups de masse sur l’acier. Sous mes frappes, la lame de métal recourbée d’une faucille rougie au feu changeait de forme et adoptait celle désirée. Je la martelais depuis un bon bout de temps déjà, je ne faisais même plus attention au vacarme assourdissant provoqué par les chocs entre les métaux, de toutes façons je m’y suis habitué au court des années de travail à la forge. Il est actuellement onze heures du matin, assez tard donc pour marteler sans crainte de réveiller quelqu’un. Je me trouvais actuellement dehors, là où il y a tout mon gros matériel, fourneau, bac, enclume… Des choses qu’on ne me volera pas au vue de leur encombrement. Je forgeai donc une faucille, pourquoi cet instrument ? Eh bien parce que mon stock d’outils de ce genre baisse assez vite, car le printemps est arrivé, et les paysans reprennent leur travail dans les champs, et comme chaque années, une bonne partie d’entre eux vont user certains outils au travail, et auront besoin de les réparer ou d’en racheter, chez moi entre autres. Enfin, nous sommes en Ecosse, dans un endroit assez dominé par la nature, alors des paysans, il y en a pas mal, donc pas mal de demande, alors autant faire en sorte d’avoir toujours un stock d’avance sur la demande. Celle-ci était sur le point d’être achevée, il ne me reste plus qu’à corriger quelques détails, ce que je fis rapidement. Après un dernier coup de marteau, je levai la lame et l’agita dans l’air, afin de vérifier qu’elle ne se déforme pas. C’est bon, elle conserve sa forme. Je remis la lame dans les braises jusqu’à ce qu’elle émette une couleur cerise. Pour vérifier la couleur, je me plaçai sous le parapet à côté, car il est assez difficile de juger correctement une couleur en pleine lumière. Tout allait bien, la lame devait être à environ 900°C avec cette couleur, la température idéale pour la tremper. Je me dirigeai ensuite rapidement vers le bac rempli non pas avec de l’eau mais de l’huile, maintenue à une température d’une soixantaine de degrés environ. Si j’utilise de l’huile et non de l’eau, c’est parce que l’eau convient mieux au acier faiblement carburé, qui ont entre 0,5 et 0,6% de carbone dans l’acier, et ma lame elle n’est pas faiblement carburée, elle se situe dans l’intermédiaire, alors je prends de l’huile pour être sûr de ne pas fragiliser l’acier. Rapidement, je plonge l’outil dans l’huile, qui émit un sifflement, et s’enflamma. Je plaçai un couvercle sur le bac afin d’étouffer l’incendie. Une fois la lame refroidie, je la remis dans le feu, afin de procéder au revenu. La trempe rapide provoque des efforts internes intenses, torsion de l’acier et autres. Le résultat est un outil très dur, mais très fragile, qui pourrait se casser comme du verre. Pour cela, il faut la refaire chauffer afin de la rendre beaucoup plus souple, au prix d’une légère perte de dureté. Ce procédé ce fait en deux phases, identiques et successives. Il faut tout d’abord faire chauffer l’acier à une température spécifique, le maintenir à cette température durant une à deux heures, et le laisser refroidir, une opération longue, mais qui permet d’obtenir un outil d’excellente qualité. Pour l’outil que je forgeai, je devais atteindre une température de 260°C, soit une couleur lilas. La difficulté de cette opération est de maintenir la température durant un temps aussi long, bien heureusement, je ne vais pas utiliser la forge pour cela, mais un four qui permet un contrôle de la température bien plus précis.

Je plaçai donc la lame dedans, et actionnai le souffleur afin d’atteindre la température voulue. Une fois chose faite, je restai à proximité, donnant quelques bouffés d’air de temps à autre, ou rajoutant du charbon. Entre temps, j’avais pris une petite bouteille d’hydromel afin de me rafraîchir et me donner un petit coup de fouet. Il n’y a pas à dire, j’adore cette boisson. Maintenant, je n’avais plus qu’à attendre.

_________________


Týr Ior Ehwaz offre de l'hydromel à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]   Lun 1 Avr 2013 - 14:10

Une semaine affreuse. Assez d'etre la petite fille, poupée, que personne ne voit. Dont tout le monde se fiche. Invisible. Il fallait qu'elle se change les idées. C'était insuportable.

Au programme de cette journée ? Faire les boutiques, dépenser tout son argent de poche en fringues, babioles et autres bétises inutiles. Mais avant cela un petit détail. Tout petit, trois fois rien. Changer. Devenir quelqu'un d'autre, quelqu'un qu'on voit et remarque.

Elle se presenta devant le mirroir de la salle de bain. Fini la petite fille bien sage ! Plus jamais !
Elle regarda froidement une dernière fois son reflet de jeune fille modèle. D'abord s'étaient les cheveux, une paire de ciseaux a la main. Les mèches tombent sur le sol comme des souvenirs, comme le passé. Elle sortait surtout pour une chose ! Aujourd'hui elle allait se faire percé dans une petite boutique.

Certaines filles se font percer les oreilles une seconde fois quand elles sont plus grandes. Pas Laure. Pour elle se sera deux percings sous la lèvre. Elle y est allée d'un pas ferme et derteminé avec les cheveux. Elle les a teint, la voilà blonde, les a coupé, la voilà avec des cheveux dont le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils sont beaucoup plus courts.

Elle ne veut pas rester une fille que personne ne voit. Elle ne veut pas etre une personne comme les autres. PLUS JAMAIS.

Elle n'est plus la petite fille de riche. Elle ne le sera plus jamais. On lui a dit. Maintenant, six mois après son arrivée. Sa mère est morte. On a retrouver son corps.

Quand elle entre chez le perceur. Elle est encore la jeune fille a maman qu'elle a toujours été. Mais quand elle en ressort elle est une nouvelle personne. Plus rien derrière elle. Rien dans l'avenir. Elle a passé une affreuse journée. Et cette journée lui a semblée tellement décalée de la réalité. Elle est ressortie avec deux belles pierres sous la bouche. Elle en est très heureuse mais impossible de montrer cette joie.

Elle s'arrete devant une étrange batisse. Dedans de la fumée, des sons répétitifs et métaliques. Cela l'intrique beaucoup et elle ne peut pas détourner le regard et ne se sent pas plus vue qu'au paravent.

Elle regarda longuement les braises ardantes, les flammes, tellement de choses étrangement dangereuses et pourtant fascinantes. Son regard se redresse sur le travailleur. Pourvu qu'elle ne le gène pas. C'est vrai qu'elle n'a peut etre pas le droit d'etre là.
Revenir en haut Aller en bas
Solitaire forgeron et enchanteur
Solitaire forgeron et enchanteur
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Forgeron et enchanteur
LOCALISATION : Vagabonde jusqu'à Little Angleron
CITATION DU PERSONNAGE : Le gras c'est la vie

MESSAGES : 90
DATE D'INSCRIPTION : 27/08/2012

Niveau du personnage
Point RP:
22/100  (22/100)
Point Membre:
16/100  (16/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]   Lun 1 Avr 2013 - 20:31

Le temps passait, et je maintenais toujours la lame à la bonne température. Cela devait faire une bonne demi-heure, un tiers du temps car je comptais la laisser une heure et demi par phase. L’heure du déjeuner approchait, mais je ne pouvais pas quitter mon travail ainsi, alors je mangerais plus tard, tant pis… De toute façon il me reste de l’hydromel, et ça, ça coupe un peu la faim.

Le temps passait, et la première phase fut terminée. Je sortis la lame et la laissais à l’air libre afin qu’elle revienne à température ambiante. Entre temps, je rentrai dans la forge, pris du pain, du fromage et une tranche de bœuf froid, et je me restaurai rapidement, avant de retourner à mon travail. La lame avait refroidie, elle était donc prête pour la deuxième phase. Je le replaçai donc dans les braises incandescentes, et repris mon occupation. En attendant, j’avais une épée à réparer, pas une lame magique, juste l’arme d’un passionné qui avait frappé un peu trop fort une barre de fer, persuadé que la barre perdrait… Résultat, deux morceaux d’épée à ressouder entre eux. Pour commencer, je chauffai chacune des deux parties brisées, puis les posais rapidement sur l’enclume, et les collais entre-elles à l’aide d’un étau. Ensuite, je martelais le point de jonction, afin de replacer les deux morceaux ensembles. Ensuite je m’occupai un peu de ma première œuvre, vérifiant que la température était toujours bonne, rajoutai un peu de charbon, quelques coups de soufflet et l’écart était corrigé. Les deux morceaux de l’épée tenaient maintenant ensemble, à force de chauffages et de coups, mais l’arme n’était pas pour autant réparée, il fallait lui redonner maintenant sa droiture d’origine. Rien de bien compliqué à faire, mais je le ferais avec soin comme toujours. Rapide coup d’œil à la lame de serpe, tout allait bien. Je remis la lame dans la forge, attendis qu’elle doit à la bonne température, et alla la marteler afin de faire en sorte qu’elle puisse être posée à plat sur l’enclume sans qu’il y ait de creux en dessous. C’est en recommençant à jouer du marteau que j’aperçus une jeune fille qui m’observait. Je vis tout d’abord ses cheveux, blonds et plutôt courts pour une fille. « Rhyan… » Le prénom de ma fille résonnait dans ma tête, car c’est à elle que je pense en premier en voyant une jeune fille blonde. Bien sûr, ce n’était pas elle, mais elle devait avoir environ son âge, et avait les mêmes yeux qu’elle. De plus, elle était passé il y a quelques jours à la forge, sans savoir que j’étais son père bien évidemment, et depuis ce jour, je m’attends à la revoir à chaque instants, enfin c’est plus une espérance qu’une attente, tellement sa vue me remplit de joie. Cette jeune fille était-elle une cliente ? Ou était-elle juste curieuse de découvrir la forge, comme certaines personnes de temps à autre ? Il faut dire que la forge dans un atelier traditionnel comme le mien était de plus en plus rare, car assez lent niveau production, alors nous étions remplacés par des machines sur des chaînes industrielles.

-Bonjour mademoiselle, comment allez-vous ? Je peux faire quelque chose pour vous aider ?

Oui c’est assez atypique un commerçant qui demande à un client potentiel comment est-ce qu’il va, mais j’ai pris l’habitude de le faire, je trouve ça plus convivial, ça change de « bonjour merci au revoir », comme je l’ais dis, nous ne sommes pas des machines…
Ma masse s’abattait de nouveau sur l’acier, avant de remettre dans le feu.

_________________


Týr Ior Ehwaz offre de l'hydromel à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]   Mar 2 Avr 2013 - 19:05

Instinctivement Laure lui sourit baissant poliement la tete pour le saluer

- très bien merci mais je ne fais que regarder. Enfin... Si cela ne vous gène pas.

Biensur que cela n'allait pas le gèner. Rare sont les travailleurs dans ce petit village a avoir une clientelle suffisante et pouvant se permettre de l'envoyer voir ailleurs. Aussi autant en profiter pleinement. Laure appuie ses coudes sur le comtoir a l'entrée de la batisse et regarde plus longuement.

- et si vous vous brulez ? On est obligé de vous emputer ?


Certes il y a d'autres façons plus courtoises de commencer une discutions, Laure les connais pour la plus part mais elle n'est plus celle d'avant ! Il faut qu'elle apprenne la façon dont les jeunes de son age « normaux » s'expriment et interrogent les autres. D'ailleurs, pour une première approche du sujet elle n'en est pas peu fière.
Le bruit du marteau sur le métal lui fait fermer les yeux a chaque coup. Par pur réflexe. Ce son est nouveau, inhabituel et agressif pour ses oreilles.

Le soleil la réchauffe doucement et c'est loin d'etre déplaisant cette position a cette place. C'est clair ! Les chats ont bien raison de sommeiller au soleil par des jours pareils. Et plus encore de ronronner comme des moteurs diesels. Pourtant seules les apparances sont confortables. Son cœur se bat contre une terrible tempète, ses yeux sont submergés de larmes sous ses paupières closes et nacrées de bleu.

Il faisait chaud aussi... ce jour la. Ce jour ou sa vie s'est éffondrée pour devenir ce qu'elle est ensuite devenue. Et ce matin les choses se sont encore empirées. Il faut dire que son avenir est des plus incertains, son passé n'existe plus... Elle est juste la, perdue dans les couloirs du temps entre l'enfant et l'adulte et entièrement seule. Non, elle n'a dit a personne qu'ils ont retrouver le corps de sa mère. Son père court toujours, elle ne le connait pas... Ne veut surtout pas le connaître.

-vous travaillez toute la journée aussi dur ?
Revenir en haut Aller en bas
Solitaire forgeron et enchanteur
Solitaire forgeron et enchanteur
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Forgeron et enchanteur
LOCALISATION : Vagabonde jusqu'à Little Angleron
CITATION DU PERSONNAGE : Le gras c'est la vie

MESSAGES : 90
DATE D'INSCRIPTION : 27/08/2012

Niveau du personnage
Point RP:
22/100  (22/100)
Point Membre:
16/100  (16/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]   Dim 7 Avr 2013 - 9:38

Alors que de mes coups de marteau sur le fer rouge continuaient à rythmer le cours de ma journée, alors que je faisais de mon mieux pour redonner à la lame d’épée sa forme d’origine. L’acier dans le four était toujours à bonne température, et je devais remettre le fer de l’épée dans le feu, ce qui me laissait un peu de temps à consacrer à la jeune fille toujours là près de moi à me regarder. Elle était bien blonde comme j’avais pu le constater, mais en la regardant un peu mieux, il n’y avait pas de raisons que je la confonde avec ma fille, elles étaient bien trop différentes… Oh les deux sont très belles, pas de doutes là-dessus, mais celle qui se trouvait face à moi avait les cheveux bien plus courts que ceux de Rhyan, et deux piercings sous les lèvres, lui donnant un léger genre émo, alors que ma fille, elle préférait les tatouages.

- très bien merci mais je ne fais que regarder. Enfin... Si cela ne vous gêne pas.

Me gêner ? Oh mais bien sûr que non, bien au contraire, je me sens moins seul quand il y a quelqu’un près de moi, cela rend le travail plus agréable, tant qu’elle ne touche pas à la forge, ce qui risquerait de la blesser. Depuis que j’ai pris une vie calme, ma sociabilité a augmenté, et je ne refuse jamais de parler, même avec ma propre fille au risque de me faire reconnaître. Je sais que cela arrivera un jour, alors j’ai arrêté de me prendre la tête avec ça.

-Oh mais je vous en prie mademoiselle, cela ne me dérange absolument pas. Vous êtes intéressée par la forge ?

Si oui, je suis tombé sur une fille à part, car de nos jours, les métiers manuels perdent leur succès, au profit d’un travail moins fatiguant et mieux payé. C’est d’ailleurs assez malheureux, quand on peut voir la quantité de travaux manuels disponibles, pour peu que l’on accepte de se retrousser un peu les manches. De toute façon les jeunes reviendront d’eux-mêmes, car tous ne pourront pas entrer en finance ou en commerce, alors ils prendront ce qu’ils trouveront, et apprendront à l’aimer. Pour ma part, j’ai vraiment la chance de faire quelque chose qui me plaît, la chance d’être heureux chaque matin en me levant tôt pour aller forger, et ça, beaucoup de gens de l’ont pas…

- et si vous vous brûlez ? On est obligé de vous amputer ?

Je ne pus m’empêcher de sourire. M’amputer… Si je devais me faire retirer un membre à chaque fois que je suis brûlé, je serais devenu un manchot stérile en fauteuil roulant, alors non, cette une précaution un peu superflue. La brûlure fait partie de mon métier, elle me maintient dans la bonne voie, et me rappelle à l’ordre quand je m’en écarte.

-Fort heureusement, ce n’est pas nécessaire. Il m’arrive souvent de me brûler, et j’ai encore mes deux bras et mes deux jambes, je considère juste ça comme un enseignement, car la douleur est malgré tout, quelque chose de très pédagogique, et elle vous apprend à faire ce qu’il faut pour ne pas la ressentir de nouveau.

Je pars peut être un peu loin là, quoique finalement non, j’explique juste mon point de vue complet, plutôt que de n’en citer qu’une partie, et encore, je ne rentre pas dans les phrases philosophiques, en même temps ce serait inapproprié de les citer dans une forge, j’ai autre chose à faire en plus, l’acier est de nouveau chaud. Avant de le sortir, je vérifiai celui de la serpe dans le four. La couleur indique qu’il est trop froid, j’ajoutai donc du charbon avant de refaire marcher le soufflet. Ensuite, je me remis à travailler la lame d’épée, qui serait bientôt prête.

Quand le silence fut revenu, la jeune fille me reparla.

-vous travaillez toute la journée aussi dur ?

Travailler aussi dur ? Finalement je ne m’en rends plus bien compte, étant donné les années d’habitudes qui me précèdent. Enfin c’est vrai qu’en y faisant attention, je pratique un art plutôt physique, mais j’ai aussi passé ma jeunesse à travailler avec mon père dans la forêt, à ramasser du bois, alors mon physique a toujours été orienté vers la force, donc au final, mon travail est vraiment fait pour moi.

-Je travail toute la journée, mais pas uniquement à la forge, je fais également des gravures sur certains objets, ce qui est beaucoup plus calme. Généralement je fais cela plutôt le matin et le soir, afin de ne pas déranger ou réveiller le voisinage. Et vous ? Vous travaillez ou alors vous étudiez ?

Où est le mal de faire connaissance ?


_________________


Týr Ior Ehwaz offre de l'hydromel à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]   Dim 14 Avr 2013 - 13:34

-Fort heureusement, ce n’est pas nécessaire. Il m’arrive souvent de me brûler, et j’ai encore mes deux bras et mes deux jambes, je considère juste ça comme un enseignement, car la douleur est malgré tout, quelque chose de très pédagogique, et elle vous apprend à faire ce qu’il faut pour ne pas la ressentir de nouveau.

Elle y répondit par un sourire. Toute cette agitation la fascinait plus qu'une petite fille. Elle n'avait pour le moment encore jamais pensé a l'avenir. Ou qu'elle aille elle savait seulement quelle ne voulait pas ressembler a sa mère. Une femme trop occupée par son travail pour voir qu'elle avait couper les ponts avec toute sa famille y compris sa propre fille. Cette femme ne se sentait mère que lors des vacances. Une malheureuse semaine par an ou elle payait tout a sa fille. Mais une mère, c'est loin d'etre cela.

a vrai dire je ne sais pas trop pour mon avenir...

Elle était là simplement a regarder mais elle avait bien envie elle aussi de frapper aussi fort avec un marteau. Peut etre pas en faire un metier pour le reste de sa vie mais juste histoire de se défouler. De pouvoir hurler toute la colère qu'elle avait contre sa mère... contre ceux qui avaient retrouver son corps... contre toute l'humanité qui l'avait séparée de ce qu'il restait de sa famille.
Visiblement, bien qu'elle ait fait percer sa lèvre un peu plus tot, elle vivait toujours avec ce bagage sentimentale sur le dos, bien lourd a porté pour une adolescente. Son regard se perdait dans les flammes, sur les lames rouges et brillantes.

et vous travaillez seul ?

Il n'y a pas de mal a faire un peu la curieuse, d'autant plus qu'il a l'air gentil ce brave travailleur. Elle appuie sa tete sur ses poignets, se courbant pour atteindre le rebord du plan de travail.

et ça ne vous casse pas les timpans de frapper aussi fort ?


Après tout, une fois pour se débarasser de tous les tracas de sa vie mais a longueur de journée cela doit bien faire souffrir les oreilles, vous rendre sourds a 40 ans, ou vous faire sombrer dans la folie ! Pourtant lui a l'air totalement sain d'esprit. Ce qui l'intrigue encore d'avantage.

- Je travail toute la journée, mais pas uniquement à la forge, je fais également des gravures sur certains objets, ce qui est beaucoup plus calme. Généralement je fais cela plutôt le matin et le soir, afin de ne pas déranger ou réveiller le voisinage. Et vous ? Vous travaillez ou alors vous étudiez ?

j'étudie encore. Repond elle du tac au tac avec un sourire très fière d'elle.


Elle travaillait très dure et ne tolerait pas d'avoir une seule mauvaise note sur son bultin scolaire. Ne pas réussir un exercice s'était comme de la toturer mantalement. Hors de question qu'elle ne comprenne pas. Ses professeurs en étaient presque inquiet, d'une élève qui travaille aussi dur, ne se sociabilise pas avec les autres élèves mais avec des adultes. Restait a voir si elle discutait avec des personnes fréquentables ou non. C'est peut etre ce qui effraie les adultes. Pourtant il n'y a pas de mal vraiment, si ?
Revenir en haut Aller en bas
Solitaire forgeron et enchanteur
Solitaire forgeron et enchanteur
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Forgeron et enchanteur
LOCALISATION : Vagabonde jusqu'à Little Angleron
CITATION DU PERSONNAGE : Le gras c'est la vie

MESSAGES : 90
DATE D'INSCRIPTION : 27/08/2012

Niveau du personnage
Point RP:
22/100  (22/100)
Point Membre:
16/100  (16/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]   Dim 14 Avr 2013 - 22:31

Etrange, la jeune fille qui m’observait avait l’air satisfait au fur et à mesure que mon travail avançait, elle en souriait et paraissait absorbée par le travail de l’acier sur l’enclume. C’est original, généralement les filles de cet âge trouvent plutôt ces travaux désagréables, car très physiques et bruyants, mais elle, elle avait l’air passionnée. On aurait d’ailleurs plutôt dit une passion qu’elle découvrait plus qu’un attrait pour la forge depuis son plus jeune âge, car la curiosité se lisait dans son regard, comme celui d’un enfant que l’on amènerait dans un magasin de jouets, s’émerveillant en tournant la tête de tous les côtés, mis à part que l’enfant ici était nettement plus âgée, et que le jouet était un marteau et une enclume.

-La forge vous intéresse ? Vous avez l’air captivé.

Non il n’y pas de mal à demander, c’est surtout pour elle, si ça l’intéresse, alors je pourrais éventuellement lui expliquer diverses choses, tout ce qu’elle veut en fait, car le savoir est quelque chose qu’il me plaît de transmettre. D’ailleurs, ces derniers temps, j’ai de plus en plus pensé à prendre un ou une apprenti, mais plus personne aux alentours ne veut faire ce métier, alors j’attends, dans l’espoir de voir arriver quelqu’un à qui je pourrais transmettre mon savoir, et ainsi que la forge Herlið, celui ou celle qui prendra le relais après moi héritera de la forge, libre à lui de l’utiliser encore ou non, je ne serais plus en mesure de le lui reprocher. Oh bien sûr, il me reste bien du temps avant que ce jour n’arrive, mais former quelqu’un, c’est long, très long, sans fin même, on en a toujours à enseigner, alors autant commencer le plus tôt possible.

-A vrai dire je ne sais pas trop pour mon avenir...

Je la regardai, surpris. Pourquoi me parlait-elle de son avenir, voulait-elle des conseils quelconques ? Quoi qu’il en soit j’étais surtout surpris qu’elle me sorte ça comme ça, alors que la conversation ne tournait pas vraiment autour de ça… Enfin qu’importe, je ne lui ferais pas remarquer, libre à elle d’embrayer sur un autre sujet de conversation sans prévenir, le client est roi comme on dit.

-Votre avenir ? A propose de quoi ? Vous hésitez entre plusieurs chemins ?

Bon, où en était ma serpe ? Ah, la lame se maintenait toujours à bonne température, parfait, elle se présentait plutôt bien. Entre temps, la belle adolescente m’avait demandé si je travaillais seul. Après la légère crispation que le mot « seul » me provoquait, je pus lui répondre, tout en pensant à Rhyan du coup, dire qu’elle a deviné que j’étais son père, les retrouvailles furent assez violentes…

-Oui je travaille seul. J’aurais pu avoir une famille, mais je n’ai pas été à la hauteur, alors je vis seul, et du coup, travaille seul, sauf si le Destin décide de placer un apprenti sur mon chemin.

Oui je raconte ma vie, et ? Elle m’a bien raconté la sienne, j’estime que c’est à moitié un devoir de lui rendre la pareil, et puis cela crée les bases de la confiance, très importante dans la vie. Je me remis à marteler la lame de l’épée, puis commençai à me dire que les morceaux étaient sur le point d’être bien ressoudés. En réalité, on ne ressoude pas une lame, la complexité de l’assemblage des différentes couches d’acier rend cette opération impossible, mais je suis enchanteur, et les runes que je placerais à la fin résoudront ce problème. La fille passionnée n’en avait sinon pas finit avec ses questions. Elle me demanda par exemple si le fait de frapper l’acier à longueur de journée ne m’endommageait pas les tympans. Oui, il est vrai que cela est assourdissant, et que j’ai dû y laisser une petite partie de mon audition, mais je porte des bouchons, ils sont juste masqués par mes cheveux, et j’y ai rajouté ma petite touche magique. Ainsi, plus le bruit est fort, plus il est atténué, ainsi, je peux tenir une conversation avec quelqu’un comme maintenant, sans me détruire les oreilles. Bien sûr, je ne pouvais pas tout lui dire.

-Je pote des bouchons, mais ils sont assez discrets, et ma chevelure les masque, sinon oui, je serais sourd à l’heure actuelle.

J’observais la lame de métal, elle était prête à être modifier par la magie. Je ne la tremperai pas, car les deux parties n’en forment pas encore une, et la trempe crée d’immense tension dans l’acier, il ne faudrait pas qu’il ne se brise de nouveau… Non, je vais simplement le laisser refroidir dans du sable, ce sera très lent. En même temps, la jeune fille me répondit qu’elle étudiait encore, une pointe de fierté dans sa voix.

- C’est tout à votre honneur, les études sont une excellente chose, c’est elles qui vous permettront d’accomplir tous vos rêves.

Puis ne sachant que faire en attendant la fin de l’opération concernant la lame de serpe, qui se déroulait comme il faut, je décidai de forger… Une hache, de la même apparence que Reiði, ma hache de combat que je gardais toujours sur moi, dissimulée sous mon tablier au cas où un client trouverait amusant de tester mes armes sur moi, c’est-à-dire une tête assez imposante, longue d’une vingtaine de centimètres et large d’au moins douze, adaptée pour un manche d’une quarantaine de centimètres. Redoutable en combat à une main. Pas besoin de faire de noyau en fer mou, la tête de la hache n’est pas censée rencontrer de surfaces extrêmement dures, et la bois du manche absorbera les chocs. Je pris donc un morceau de fer purifié, que je mis dans le feu. Une fois rouge, je le sortis, commença à la marteler, puis me rappela que la fille aux cheveux blonds qui m’observait avait l’air intéressée. Alors je tendis vers elle un marteau plus léger.

-Cela vous plairait-il d’essayer ?

_________________


Týr Ior Ehwaz offre de l'hydromel à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]   Mar 19 Nov 2013 - 20:08

Evidement qu'elle voulait essayer. Ca la démangeait de copier mais biensur ce n'était pas très poli de s'imposer et puis... Elle restait une fille et meme si rare sont ceux qui font la difference il en reste beaucoup qui voient un forgeron comme un homme viril et fort et riraient au nez d'une gamine curieuse épaisse comme Laure.

De toute façon maintenant elle ne voulait plus jamais ressembler a la fille que sa mère aurait autant voulu voir grandir ; une gentille gamine qui fait de longues études pour faire un metier tipiquement féminin comme estétitienne ou alors coiffeuse, tout au plus une assistante de bureau ou alors qui aurait suivit sa trace et deviendrait avocate. STOP ! Ses reves étaient morts avec elle ! Plus de parents plus de reves stupide et qui ne sont en rien les siens a suivre.

- oui je voudrais si ca ne vous dérange pas biensur...


D'ailleurs elle avait tout juste commencer sa métamorphose en une fille qui ne passe pas inappercue. Elle voulait qu'on la voie et avec une tete pareille il était difficile de ne pas se retourner sur elle. Adieu la petite fille bien sage avec le niveau scolaire d'une intello, toujours si bien habillée, parfaitement peignée et qui se sent toute intimidée quand on lui adresse la parole.

Maintenant elle voulait etre une femme forte ! Meme si c'est avant tout un moyen de refuser la mort de sa mère... depuis le temps qu'elle l'attendait évidement elle se doutait bien que sa mère n'était plus de ce monde. Mais a present s'était noté noir sur blanc, avec un testement et tout et tout.
En fait elle n'avait pas encore vu ce papier, juste le courrier qui lui annoncait qu'on avait retrouver le corps innanimé de sa mère.

C'était idiot, il n'y avait plus rien a esperer et puis Laure avait déjà pleurer toutes ses larmes.
Elle s'avanca donc pour commencer.

- Comment je fais ? Je supose qu'on ne tappe pas n'importe ou.
Revenir en haut Aller en bas
Solitaire forgeron et enchanteur
Solitaire forgeron et enchanteur
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Forgeron et enchanteur
LOCALISATION : Vagabonde jusqu'à Little Angleron
CITATION DU PERSONNAGE : Le gras c'est la vie

MESSAGES : 90
DATE D'INSCRIPTION : 27/08/2012

Niveau du personnage
Point RP:
22/100  (22/100)
Point Membre:
16/100  (16/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]   Lun 25 Nov 2013 - 16:20

-Oui je voudrais si ça ne vous dérange pas bien sûr...

Je souris. Rares sont les clientes, presque inexistantes sont celles qui accepteraient de tester la forge sans crainte du bruit, des brûlures, de la salissure ou autres désagréments provoqués par cette pratique. Je regardais la jeune fille de haut en bas puis de bas en haut. Fine, elle avait des bras bien frêles pour manier ma masse, mais comparer à la majeur parti de filles, elle ne donnait pas vraiment cette impression de faiblesse et de fragilité qui pouvait se faire sentir en les voyant. Me retournant vers mon établi, je pris d’abord un petit marteau fait pour des frappes plus précises, mais il était vraiment trop léger, ce n’était plus vraiment pour de la forge, mais plus de petites corrections ou finissions, je devais lui trouver mieux. Le temps de mettre la main sur l’outil adapté, elle me demandait comment il fallait s’y prendre. Non c’est sûr qu’on ne tape pas n’importe où n’importe comment comme elle le dit si bien.

-Deux petites secondes, je vous trouve un marteau adapté. Et sinon, comment vous appelez-vous ?

C’est vrai que je ne connaissais toujours pas son prénom, et comme nous sommes visiblement partis pour faire plus ample connaissance, autant commencer maintenant. Au passage, je mis la main sur une petite bouteille d’hydromel n’ayant pas été ouverte. Un petit coup d’œil à l’étiquette m’informa que c’était une de mes préférées, mais je n’avais pas encore fini celle déjà entamée, alors après un rapide haussement d’épaules, je me retournai vers l’adolescente en lui montrant la bouteille.

-Vous m’avez l’air encore un peu jeune pour être majeur, mais j’ai bu de ce breuvage bien avant d’avoir votre âge donc bon, cela vous fait-il envie le temps que je vous prépare quelque chose à faire ? Personne n’en saura rien.

Ah, enfin je trouvai ce que je recherchais, un marteau assez lourd pour accomplir la plupart des tâches de petite et moyenne envergure, sans pour autant être impossible à manier pour une personne lambda. Bon, on ne fera pas une épée avec, mais c’est parfait pour commencer. Je pris également un nodule de fer purifié que je mis dans les braises, et je lui tendis le marteau.

-La forge commence à partir de maintenant, et non pas quand on se met à marteler le fer. Certains voient ça comme un métier brutal et grossier. En réalité, c’est un art, et forger une épée, un couteau ou simplement plier une barre de métal revient à peindre un tableau pour un peintre et sculpter un visage pour un sculpteur : l’artisan y met tout son cœur et son esprit, son âme et sa façon de penser se reflète dans son œuvre finale. Tu sais maintenant ce qui t’attends, même si tu le désires, tu auras du mal à cacher tes émotions une fois que tu auras commencé, cela se verra également dans ta façon de travailler. Si tu n’as pas peur de ça et que tu es prête à dévoiler qui tu es vraiment, alors tu peux commencer à manier le soufflet afin de rougir le fer.

Le tutoiement m’était venu naturellement, en même temps je viens de passer, pour quelques instants je pense, d’une relation d’inconnu à inconnu à celle de maître à élève, et cela rapproche en quelques sortes. Tout ce que je viens de lui sortir, c’est vrai, enfon du moins je le pense vraiment, et je ne dois pas être le seul. Selon sa façon de travailler, j’en apprendrais bien plus sur elle qu’elle ne l’imagine, alors je me dois de la prévenir par respect, et aussi à pur titre d’enseignement.

-Quant à moi, je me contente de te regarder et de te guider si tu décides de commencer.

_________________


Týr Ior Ehwaz offre de l'hydromel à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]   Mar 26 Nov 2013 - 22:22


-Deux petites secondes, je vous trouve un marteau adapté. Et sinon, comment vous appelez-vous ?


Elle essaya de se montrer patiente meme si elle avait plutot le contraire en habitude. Quand mistinguette veut quelque chose c'est toute suite ! Certes, cela lui a déjà permit plusieurs fois de connaître le « retour du baton » comme on dit. Mais a tord ou a raison cela n'avait pas suffit a la refroidir sufisement pour qu'elle apprenne la patience.

-Laure... Laure Lowel.

Cependant elle ne lui demanda pas en retour son nom. Pas qu'elle le sache mais il ne lui parut pas essentiel de le demander. Trouvant ca assez logique de se présenter quand la personne en face s'est présentée a vous suite a votre demande.

Tandis qu'il continuait de chercher l'autre suivait toute l'action en s'avancant sur le comptoir et a ce rythme la elle aurait vite fait de passer de l'autre coté si le forgeron ne s'était pas retourné subitement vers elle. La jeune fille le regarda alors avec l'un des airs les plus innoncents qui soit sous sa frange. Pas que cette dernière, bien qu'elle lui tombe sur les yeux, ne la dérange ; mais elle était habituée a être brune et maintenant elle était plus ou moins blonde. Et ca, elle ne s'y était pas encore habituée.

Laure attendait qu'il se présente mais recu une toute autre information en retour. Cela ne la gena cependant pas. Elle continurait de le vouvoyer voilà tout.

-Vous m’avez l’air encore un peu jeune pour être majeur, mais j’ai bu de ce breuvage bien avant d’avoir votre âge donc bon, cela vous fait-il envie le temps que je vous prépare quelque chose à faire ? Personne n’en saura rien.

- Ou... Oui mais... Qu'est ce que c'est ?

Oui, biensur elle aussi savait lire et ne s'était pas génée d'y jeter un rapide coup d'oeil. Elle ne savait pas trop ce que c'était. Alcool ou jus de pomme ? En vérité elle posait la question surtout pour que, lancé dans son explication, il ne la voit pas essayer de redescendre du comptoir en toute discression.
Il lui présenta enfin un marteau qu'elle regarda longuement. C'était bien joli mais s'il ne fallait pas taper nimporte ou nimporte comment que voulait il qu'elle en face sans explications ?

-La forge commence à partir de maintenant, et non pas quand on se met à marteler le fer. Certains voient ça comme un métier brutal et grossier. En réalité, c’est un art, et forger une épée, un couteau ou simplement plier une barre de métal revient à peindre un tableau pour un peintre et sculpter un visage pour un sculpteur : l’artisan y met tout son cœur et son esprit, son âme et sa façon de penser se reflète dans son œuvre finale. Tu sais maintenant ce qui t’attends, même si tu le désires, tu auras du mal à cacher tes émotions une fois que tu auras commencé, cela se verra également dans ta façon de travailler. Si tu n’as pas peur de ça et que tu es prête à dévoiler qui tu es vraiment, alors tu peux commencer à manier le soufflet afin de rougir le fer.

Cela ne lui sembla que blabla incohérent mais bon, elle s'imposait déjà en voulant essayer elle ne voulu pas se risquer a le contredire toute suite.

-D'accord c'est partit !

Sans aucune gène elle vint donc regarder de plus prêt toute la mécanique du soufflet qu'elle devait utiliser en réfléchissant a la méthode a employer. Après quelques instants elle comprit plus ou moins comment faire -après avoir retourné l'objet dans tous les sens et essayé toutes les techniques, meme certaines qui ne viendraient pas a l'esprit d'un être humain banal-

-Quant à moi, je me contente de te regarder et de te guider si tu décides de commencer.


-Oui... Mais vous me laissez pas perdre un bras la dedans hein !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Demain je forge Andúril [PV Laure Vanessa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: ▐ Z.O.N.E R.P.▐ :: ● ● Little Angleton :: || Les commerçants :: °La Forge Herlið-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :