AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Soul's Meeting

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Kill. Exterminate.
LOCALISATION : Nowhere
CITATION DU PERSONNAGE : Le ciel, la terre, et même moi. Le monde entier est rouge sang.

MESSAGES : 183
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
14/100  (14/100)
Point Membre:
37/100  (37/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Soul's Meeting   Mer 1 Mai 2013 - 22:41

Soul's Meeting


Redwan & Bleuann & Green & Silver & Bianco & Cyan




Bleu, dépêche toi où je vais commencer sans toi. J'ai déjà du me battre pour garder ces quelques corps. Ils commencent à sentir mauvais en plus. Enfin, je peux toujours prendre des humains, des sorciers et les torturer aussi. Se sera bien. Par contre, il faudra que je me maîtrise. Il ne faudra pas que je les tue avec qu'ils seront plein de sang. Sinon, je risque de me faire gronder par Anja.

Bleu, dépêche toi. J'ai même ramener de la peinture. Parce que je sais que le sang ça va puer au bout d'un moment. Du coup on nettoiera les murs. Et il restera tout de même des traces du sang. Se sera du sang séché, et il restera. J'hésite encore à enlever les peintures qui sont accrochées au mur. D'un côté j'me dis que ça va être chiant de peindre dessus. Mais aussi, quand les gens reviendront, parce que c'est sûr qu'ils reviendront un jour, se serait drôle qu'ils voient qu'on a peint avec du sang sur eux. Le sang de leurs élèves.

Traumatisme. On va garder les peintures. Je m'en fiche que se soit leur souvenirs. Je m'en fiche royalement. Je veux juste détruire leur coeur. Parce que c'est ce que je suis. Un Soul, sans âme. C'est assez bizarre d'ailleurs comme relation. Très ... Paradoxal. Dans la famille, il n'y a que Green qui a encore une part de son âme. Mais on arrive très vite à lui faire oublier.

Des pas, des talons. Je me retourne pour voir ma soeur, je lui souris et lui lance un pinceau.

- Je t'attendais.

Par quoi commencer ? Peinture ou sang ? Moi je veux que le sang sèche, donc faudra pas en mettre beaucoup. Quoi que du sang qui coule c'est beau aussi. Une fontaine de sang. C'est la classe ça. J'aurais ça chez moi plus tard. Constamment approvisionné par les gens que je tue. Ils se videront entièrement de leur sang. Ils seront tout desséchés. Et je les jetterais. Parce que ce qui m'intéresse, c'est leur sang. Voyez moi comme un Dexter numéro 2 si vous voulez. Sauf que moi je ne fais pas que récupéré un frottis sanguin, je prends tout leur sang et je l'étale sur mes murs. C'est plus joli. Ça met de la couleur au moins. Et Bleu vient ajouter sa patte aussi.

Enfin, je m'avance vers la pile de corps et commence à en ouvrir un. On aurait du s'y prendre plus tôt ... Ils ont déjà commencer à sécher, c'est même pas drôle. En plus ils ont déjà nettoyé le sang qu'il y avait par terre.

Cadavres à la con. Bon, je vais commencer par de la peinture, je chopperais un gamin qui passe par là après. Ca lui fera le moral comme ça. Un moral d'acier.

Un pot de peinture rouge, parfait. Juste, parfait ! Je l'ouvre donc et éclabousse le mur avec. Je recommence à plusieurs endroits. Je ris ! Ahaha ! Tout ce rouge partout ... Le pot est déjà vide, je le lance en l'air et il retombe dans un bruit métallique tandis que je deviens fou, je ris, écarte les bras et contemple mon travail. Du rouge. Il en faut encore plus. Mais il faut du sang aussi. Beaucoup de sang. Du sang frais !

Un petit passe par là. Je lui choppe le poignet. Je suis devenu fou, je veux voir son sang coulé. Mais si c'est un sorcier on me tappera sur les doigts. Dis moi, petit, tu es un humain, ou un sorcier ? Réponds moi. Je le renifle. J'essaie de savoir ce qu'il est. Mais je suis complètement dévasté, je veux juste voir du sang coulé, peu importe à qui il appartient. Mais je dois quand même demandé.

- Humain, ou sorcier, mon petit ?

Et ne me ment pas. Je saurais si tu mens ou pas. J'ai un sourire de psychopathe sur les lèvres. Réponds moi mon petit, réponds moi.

- Hu... Humain...

Parfait ! Je ris à gorge déployé et ... Non, il te faut pas lui trancher la main, se serait un peu trop. Par contre, je lui fait une belle coupure sur tout l'avant bras. Assez profonde pour que le sang coule. Je me téléporte jusqu'aux pinceaux, avec lui.

Ho, un portrait de Nérys, juste là. Re téléportation. Je plante le pinceau dans les doigts du petit et commence à peindre Nérys, dérisoirement, mais tout en conservant une certaine beauté. Des moustaches, des oreilles de chat, parce que les chats c'est mignon. Surtout quand on les égorge.

L'enfant hurle, l'enfant pleure. Il m'énerve. Mais j'ai besoin de plus de sang de sa part, mais si je le tue, on ne va pas m'aimer. Alors je coupe dans l'autre avant bras et prend un plus gros pinceau, qui pompe tout le sang qui prend et je commence à faire des taches, partout.

J'étale aussi le sang, sautant partout tellement ça me met en émoi de voir ça. Je vire le gosse, si je continue il va perdre trop de sang et mourir. Et on va dire que c'est de ma faute. Mais il en faut un autre.

Oh, mais je viens juste de le penser et te voilà déjà là ! Je ne prends même pas la peine de lui demander de quelle race il est et lui entaille déjà le doigt. Et je peins directement avec son doigt sur le mur. C'est drôle, c'est excitant, enivrant.

Je me retourne et voit Green, sur le pas de la porte. Oups. Je toussote pour que Bleu se retourne elle aussi. Je vire le gamin d'un coup de pied au cul, il s'étale par terre. Je m'approche alors de mon petit frère, regarde entre temps ce qu'on a fait au mur. Beaucoup de rouge. Ha, c'est beau le rouge.

Je mets une main sur son épaule et me met à ses côtés.

- Tu n'as encore rien vu ! Je compte prendre leur tête à eux et les mettre sur des pics ! Tu viens nous aider à peindre ?

Evidemment, quand je parlais d'eux, c'est la pile de morts entassés au fond du hall. Leur sang est trop sec, ils ne sont d'aucune utilité. Alors Green, tu nous rejoins ? Chez petit frère...

_________________

Things I do :
Kill & Exterminate people

Something rare :


Honnest, I really don't like people:
 


Mike roule une pelle à Invité


Dernière édition par Redwan Soul le Mar 8 Aoû 2017 - 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
avatar

MESSAGES : 304
DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
32/100  (32/100)
Point Membre:
20/100  (20/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Ven 24 Mai 2013 - 19:54



« Et quand il veut serrer son bonheur il le broie »



Tu t'étires dans ce lit au drap si blanc, beaucoup trop blanc. Dans la pièce règne une odeur de sexe et un frisson te parcours le dos alors que tu repenses à la nuit précédente. Hier a eu lieu une réunion quand au futur des sorciers noirs au Mystery Orphanage. Bien sûr, tu n'y étais pas invitée ; trop faible, trop jeune, trop instable. Ton père a préféré y envoyer Bianco et pour une raison connue d'Anja seule, la cheffe de Rosenrot y a invité Green.
Une fois de plus le bleu est laissé de côté.
Mikeal aussi y était présent et, après la séance, il est venu se glisser dans ton lit. Tu n'as pas tenté de résister lorsqu'il a posé ses lèvres sur les tiennes. Tu n'aimes pas particulièrement cet homme, en fait tu ne l'aimes pas tout court. Ses manières et son caractère, tout te déplaît en lui. Mais ton corps est attiré par le sien et cela tu ne peux le lier. Alors tu le laisses s'occuper de toi telle une poupée de chiffon.
Puis dès qu'il a fini, Mike se traîne hors de ton lit et t'abandonne sans même un geste de tendresse. Cette fois-ci tu aurais pourtant presque aimé sentir ses bras autour de toi, une présence quand tu t'endors, une chaleur à tes côtés.
Mais ça ne marche pas comme ça, n'est-ce pas Bleuann ?

Tu poses un pied en dehors de ton lit et enfiles un Tshirt un peu trop grand sur ta culotte blanche. Tu ne comptes pas aller très loin, juste traverser le couloir pour rejoindre Red et peindre les murs de la chambre qu'il s'est attribué. De toute façon les esclaves n'oseront rien dire sur la façon dont tu es (dés)habillée, quant aux autres sorciers... il t'importe peu de savoir si tu vas trouver ou non un autre homme dans ton lit cette nuit.
De toute façon tu ne croises personne dans le couloir. Alors tu pousses la porte où tu sais que tu trouveras Redwan et tu réponds à son sourire par un autre sourire avant d'attraper au vol le pinceau qu'il te lance.

- Je t'attendais.

Tu ne réponds pas, te contentant d'ôter le couvercle du pot de peinture verte pendant que ton aîné se penche sur un tas de cadavre dans un coin. Tu plonges ton pinceaux dans l'épaisse peinture et commence à l'étaler sur les murs, sans vrai sens. Vert. Pourquoi vert ?
Ça te fait penser à Green, inévitablement. Mais tu décides de ne pas t'attarder sur ce détail là et continue de peindre des troncs verts auxquels tu rajoutes des feuilles bleues. Tu fais confiance à Red pour ajouter du rouge à tout ça. Il est d'ailleurs déjà en train de faire son cirque. Les cris du gamin qu'il utilise pour peindre vienne se perdre dans tes tympans. Ça t'agace un peu parce qu'il crie vraiment trop fort et que tu n'aimes pas entendre les gens crier. Encore moins pleurer.
Mais tu te concentres sur ta propre peinture alors que ton frère change de victime. Tu rajoutes du violet et du jaune. Tu entends Red s'agiter à côté de toi, mais soudain il arrête de bouger. Un léger toussotement te fait te détourner et tu rencontres le regard de Green.

- Tu n'as encore rien vu ! Je compte prendre leur tête à eux et les mettre sur des pics ! Tu viens nous aider à peindre ?

Tu frissonnes. Tu sais que tout ça, tout ce massacre ne va pas plaire à Green. Il n'a jamais compris la relation que tu avais avec votre plus grand frère, même quand vous étiez enfant et que tout allait encore bien. Tu te mords la lèvre aussi fort que possible jusqu'à sentir le goût du sang sur ta langue. Pour ne rien dire. Pour te taire.
Tu te retournes et continues tes dessins. Tu n'as aucune envie de voir Green ici. Pourquoi Red l'a-t-il invité ? Tu ne serais pas venue si tu avais su... Ton pied shoot dans un baril de peinture et tu te retrouves avec le pied couvert de vert.

- Merde, merde, merde !

Les larmes te montent aux yeux et tu te décides à fuir pour ne pas avoir à supporter la présence du plus jeune de tes frères. Mais avant que tu n'aies atteint le seuil de la porte, tu vois Silver apparaître.
Il a les yeux rouges, défoncé par le sommeil ou pas une autre substance. Tu l'observes et tu te demandes jusqu'à quel point il est encore conscient de lui même.
Tu te souviens quand tu t'es aperçue des premières traces de piqûres sur ses bras. Tu t'es toujours demandée si un jour le téléphone sonnerait et annoncerait l'amputation d'un second membre de votre famille. Après le vert égaré, l'argenté mort.
Votre père n'a jamais apprécié cette situation. Il a toujours été bien trop fier pour s'adresser directement à Silver, mais il a tenté de lui couper sa dépendance par d'autres moyens. En tuant la femme qu'il aimait par exemple. Oh oui, ton père a toujours été très fort lorsqu'il s'agit de tuer les êtres aimés par ses enfants déviant.
Et dire que malgré tout ce qu'ils ont fait, toute la merde qu'ont pu foutre Silver et Green, malgré tout ça vos parents leur porte quand même plus d'intérêt qu'à toi. Parfois tu es complètement jalouse d'eux.
D'autres fois tu ne fais qu'en vouloir à Green. Silver n'était pas comme ça avant son départ. Personne n'était comme ça.

- Salut Silv'. Ça va ?

Tu lui adresses un sourire aussi faible qu'une grimace. Il y a beaucoup trop d'âmes dans cette pièce et cela crée une tension bien trop grande. Jusqu'à ce que tout finissent par se dégoupiller et qu'ait lieu une explosion.
Une explosion de couleurs.

_________________


« Dans presque tous les mythes fondateurs, personne n'a de pire ennemi que son frère, si ce n'est son père qui, craignant une alliance des frères contre lui, prend parfois les devants et les tue. »





Dc de Myaw Nienta ~ couleur blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de Rosenrot | Âme verte
Membre de Rosenrot | Âme verte
avatar

MESSAGES : 390
DATE D'INSCRIPTION : 21/12/2010

Niveau du personnage
Point RP:
13/200  (13/200)
Point Membre:
12/200  (12/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Mar 28 Mai 2013 - 22:41


C’est l’instinct qui, pressentant la menace d’une perte si immense et si irrévocable, fait que l’esprit se rebelle quand il en prend la mesure.

Si il y avait bien quelque chose que Green avait du mal à séparer, c'était le vide qui se créait quand sa soeur se retrouvait avec Red. Comme si elle devenait un peu plus comme lui, un peu moins comme eux. Il avait envie de tirer désespérément sur le lien qui les réunissait depuis toujours, mais il savait que ça lui ferait trop mal. Tirer sur un cailloux peut vous arracher les mains, vous mettre en sang sans que le rocher n'ait à venir.
Le truc c'est que cette fois-ci, Redwan lui même invitait son petit frère à venir se transformer en monstre à son tour. L'idée, en soit, pouvait être totalement plaisante. Oublier les règles, les normes, les valeurs, les souvenirs et tout le reste pour ne faire que dans l'euphorie du moment, ce qui s'avérait simple. Une pulsion sanguine qu'il n'essayait plus de contrôler au risque de la laisser s'échapper.

Alors le jeune homme prit tout. Il prit l'idée que Myaw ait vécu ici, l'idée que Mikeal O'Callaghan ait pu la voir et la toucher, peut être la faire pleurer un jour même. Il prit aussi l'idée qu'il n'était pas un monstre. Il prit ses sentiments, et même le lien qu'il partageait avec Bleuann. Il prit son départ avec Chloé, la mort de Chloé, et surtout il prit le respect de la vie, prit le fait qu'il n'était pas pour la douleur et la souffrance gratuite. Ouais, il prit tout ça et le mit dans un carton qu'il enferma dans son coin de sa tête, après l'avoir recouvert d'une couverture opaque.

Bien. Le jeu pouvait commencer.

A vrai dire, Green n'était pas invité. Il ne l'était pas parce qu'il avait prouvé à de nombreuses reprises qu'il pouvait être le rabas-joie atterré devant les actes d'une fratrie dérangée.

Mais il était temps de ressouder un brin de la famille abîmée par des parents qui rasaient ce qui ne leur plaisait pas, par des idéaux différents et surtout par une prophétie brisée parce une tâche bleue dans cet océan masculin. Alors Green marchait vers son frère, sachant où il était.
Ne demandez pas comment. Il savait, voilà tout.

- Tu n'as encore rien vu ! Je compte prendre leur tête à eux et les mettre sur des pics ! Tu viens nous aider à peindre ?

Green pousse bien bien bien loin le carton, et se mord la langue pour avaler toute l'horreur qu'il voit. Et ce qu'il voit se mue en un sourire horrifiant. Il fait bien parti de ceux qui n'ont plus aucune âme.
Ma foi. On ne peut pas être parfait.
Green voit bien que Bleu ne va pas, qu'il y a quelque chose qui cloche, mais il fait comme si.. comme s'il était aveugle, comme si il était parti. On pourrait croire à une humeur particulière, mais il n'y avait rien de tout ça là dedans.
Elle lui a tellement reproché d'être parti, qu'il aimerait lui dire qu'il serait comme ça. Qu'il serait tel qu'il est aujourd'hui s'il était resté.
Un monstre.

- Vous m'avez même pas attendu.

Légère frustration qu'il prend soin de coller dans sa voix jusqu'à ce qu'il voit Silver. Il est un peu à l'Ouest parfois. Mais Green l'aime plutôt bien.
Une famille quoi.
Bleuann adresse quelques mots à son grand frère sans que le jeune homme ne relève, le nez penché dans les peintures. Il voit bien qu'un côté vert à déjà été fait et il devine qui a bien pu le peindre. Red .. rouge quoi.
Alors il ne pouvait avoir qu'une jeune femme au regard un peu perdu.
Mais Green, monstre d'indifférence attrape un pot noir. Simplement noir. Il en balance un peu sur le mur comme une âme jetée, une âme qui éclabousse les murs.
Puis il vide le reste sur les corps. La peinture souille certains visages pour leur donner une vision d'horreur.

- J'espère que vous avez pris des gants. Le sang de mêlé, ça tâche.

Il souffle, et toute son humanité s'envole.

- Tu me passes une pique, Bleuann ?

Tout cela agrémenté d'un sourire absolument condescendant. C'est marrant, parfois, de ne plus avoir d'âme. Plus rien. Un sentiment mauvais dans la poitrine qui vous gueule une litanie infernale.
Mais il suffit de prétendre que vous êtes sourds.

_________________








Dc de : Ian, Nawel, Rhyan, Lola, Josh, June.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Sorcier noir de Rosenrot | Toxicomane tourmenté
Modérateur | Sorcier noir de Rosenrot | Toxicomane tourmenté
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Soldat de Rosenrot
LOCALISATION : Probablement au manoir Soul.
MESSAGES : 50
DATE D'INSCRIPTION : 22/05/2013

Niveau du personnage
Point RP:
15/100  (15/100)
Point Membre:
11/100  (11/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Mer 29 Mai 2013 - 0:02


Je suis contre moi retenu dans ce putain d'orphelinat. Père m'a forcé a participé à ce massacre contre des gens qui n'avaient rien demandé. Des gens qui sont presque incapable de se battre. Le rapport de force était égale à quinze adultes contre quinze enfants et un adulte. C'était inégal, mais c'est ça qui semblait être bon pour eux. Je m'en fou après tout, c'est leurs idées, moi je suis plus rien. Je suis dans cette pièce, vide. On m'a demandé de surveiller trois professeurs attachés mais je crois que j'en ai marre d'être là. J'ai envie de me fumer un petit truc ou me piquer. Je commence à être légèrement en manque et je sens l'énervement qui monte en moi. Enfin, l'énervement tout est relatif. Parfois, j'ai envie de leur cracher à la gueule, à ce connard de Redwan et à mon père. A Dorian Cross, a Anja von Duisbourg, à tout ces petits cons qui croient péter plus haut que leur cul. Ca me soule. Si quelqu'un lisait mes pensées à ce moment, je serais sûrement exécuté sur le champ pour trahison. Rien à foutre, je rejoindrais Amandine.

Ce qui était marrant avec Amandine c'est que son nom approchait l'amande, qui était la même saveur que l'héroïne. C'était mon héroïne finalement, dans tout les sens du termes. Elle était mon idole, celle que je pouvais contempler sans me lasser et celle dont je me nourrissais. Je m'abreuvais sur sa poitrine nue de sa peau si douce et amère à la fois. Ma bouche venait mourir sur ses tétons qui étaient aussi bons qu'une bonne dose de drogue en moi. Putain, ca me manque et maintenant qu'est ce que je fous ? J'suis là à surveiller des gens qui ne peuvent de toute façon pas bouger. Ca sert à rien, j'sers à rien. Qu'est-ce que dirais Amandine si elle était là ? Elle rigolerait sans doute. Elle me dirait de venir et d'ingérer quelque chose. Je me sentais mal soudain, comme envahi par une bouffée de nostalgie ou de mélancolie. Une envie de suicide, de balancer ma putain de carcasse maigre à travers une fenêtre. Voir les éclats brisés voler autour de moi, en meme temps que je m'élève dans les airs, flottant l'espace d'un instant comme un oiseau puis m'écraser au sol telle une enclume. Le sang qui coule, beaucoup de sang. Et ils réaliseront, et ils réaliseront.

J'me casse. Rien à foutre d'être puni. De toute façon, on peut me punir de tout, je suis bien avec ma drogue. Tant qu'on m'en prive pas, moi ça va, j'me sens bien. Personne n'a jamais pensé à m'en priver. Je sais pas pourquoi. Enfin, si on m'a déjà privé de ma drogue. Définitivement. Peu importe, faut que j'arrête de ressasser ça. J'm'enfuis et prends mon manteau avant de me pencher à une fenêtre d'une salle vide. J'sors un filtre et mon herbe verte magique. J'sors le petit bout blanc de merde qui sert à tenir le joint. J'ai jamais su comment ça s'appelait et je m'en fous. Amandine ne le savait pas non plus, alors on s'en fout. Je me marre, presque nerveusement. Je sens l'excitation qui monte en moi, comme à chaque fois que je roule ou que je me prépare une seringue ou que je sors le sachet avec cachetons. Comme une montée d'adrénaline avant un long et bon plaisir. Je suis bien là. Je finis de rouler, je passe ma langue. Pilon : fait. Je sors mon briquet et je me prends une bonne taffe des familles. Je souffle la fumée en l'air. Je regarde autour de moi. Personne. Tant mieux.

Mes pensées s'évadent, s'entremêlent et je me perds dans tes yeux qui me semblent juste devant. Je peux quasiment te sentir, te toucher, t'embrasser, m'unir à toi. Le problème dans ma phrase c'est qu'il y a quasiment et que tu reviendras jamais. Je meurs à petit feu, tu me consumes comme ce putain de spliff. La braise l'emporte et s'en va en fumée. Le joint c'est moi, la braise c'est toi, la fumée c'est nous. Où est passé ton incandescence ? Putain. Putain. Il a vraiment tiré. Je crois que je m'en remettrais jamais. Déjà, tu as tout consumé et moi avec ma main, tel un barbare, je me jette par la fenêtre. Ce n'était qu'un joint, rien de plus. J'crois que je suis bien là, bien trop bien pour réaliser ce que je dis. Je vole un peu, j'me sens léger et heureux. J'ai l'impression que je vais te retrouver ce soir et que je vais pouvoir te consommer un peu. Plus jamais.

J'me dirige vers le hall. Je sais ce qui s'y passe parce que je l'ai entendu hier. Ou je l'ai rêvé. Je sais plus exactement. Je sais qu'ils vont s'amuser mais que moi je vais encore m'en foutre parce que je suis bien trop défoncé et bien trop faible pour leur dire de s'arrêter. Je joue avec mes sourcils, parce que c'est vachement super drôle. Je pourrais prendre ce couteau et l'enfoncer au fond de ton putain de corps Redwan, je pourrais. Mais, j'en ai rien à foutre de ta misérable tronche. T'es rien et tu seras jamais rien. Tu veux faire plaisir à père mais tu te rendras bien vite compte que ta vie ne rime à rien. C'est pas pire que moi après tout. Moi complètement défoncé. Alors je reste là, pauvre enfant, sans but et sans pourquoi. Je sais pas où est l'horizon. Je vis sous la croix. Je sais qu'un jour je m'envolerais, c'est tout. Je pénètre là où ils sont. Un tas de cadavre. L'horreur sans nom. Je m'en fou. Moi je rentre et je rigole. C'est rigolo, regardez on dirais presque une fourmilière humaine. Ou encore pire, ils pourraient faire le mille-pattes humains. On les colle de bouche à anus et ça fait un bon milles-pattes. Moi j'aime bien. Il y avait Redwan et Bleuann. On dirait qu'elle s'apprêtait à sortir quand je suis arrivé.

- Salut Silv'. Ça va ?

Nous sommes jeunes encore. Mais nes ailes sont brisées. Reste la drogue, pour nous enfuir.

- Ca va ma petite soeur que j'aime. J'aime bien ta fourmilière.

Elle m'adresse un faible sourire. Je lui retourne un grand sourire. J'me sens bien avec elle. Une autre voix.

- Vous m'avez même pas attendu.

Et voila que Green se joint à nous. J'ai mal pour lui par fois. Je repense à cette fille abattue sous ces yeux. On a connu le même sort, deux destins différents. Moi, je me suis drogué pour oublier. Lui il est devenu un monstre et a commencé à tuer pour oublier. Enfin je crois, je sais plus trop. Sa remarque n'est pas digne de lui et je suis presque déçu. Qu'est ce que je raconte ? Je n'attends plus rien de lui de toute façon. Au fond, je crois que Green je l'aime bien comme Bleuann. Ce sont deux personnes qui m'ont comprise je crois. Je suis défoncé. Green vide le pot de peinture noir sur les corps autant que sur le mur. C'était atelier peinture visiblement. Je fis comme une photographie avec ses yeux. Je voyais l'écran qui lui indiquait tout les paramètres. Je clignais de l'oeil. LE PETIT OISEAU VA SORTIR. Il se mit à rire à nouveau. Ca ferait une belle photo et je la revendrait cher. Mais il fallait que je participe évidemment. Alors je pris un pot de peinture. Je savais même pas quelle couleur. Tiens, c'était argenté. Comme lui. La vie est foutrement bien foutue on dirait. J'en balançais sur le mur. Pourquoi ?

- J'espère que vous avez pris des gants. Le sang de mêlé, ça tâche. Tu me passes une pique, Bleuann ?

Je savais pertinemment ce qui allait se passer. Je passais outre. Je ne pouvais rien faire et j'étais bien trop high pour réagir. Je suis éclate-man. J'avais une autre idée. J'ai mis mes mains dans la peinture argenté qui reste et je les ai collé sur les bras de Bleuann. Parfois j'avais envie de tendresse de sa part. Mais c'était pas possible. On est des adultes. On est des tueurs. On est ce qu'on nous dit d'être.

- Przytulić

Je lui souffle à voix basse. C'est notre code. Elle sait ce que ça veut dire. Ca veut dire câlin en polonais. Les autres ne le savent pas. Libre à elle de donner suite mais je ne pense pas qu'elle dira quelque chose vu que les autres sont là. Et puis elle a s'en doute envie de s'amuser.

Les yeux comme des perles au noir des mers de Chine,
Oh merveille tu me donnes la main
Petit bout de beauté
Poésie incarnée
Prisonnier de tes reins, que c'est bon!
Quand tu me tiens tu ressembles à l'amour qua j'ai fait autrefois
Que j'ai fait tant de fois
Que j'ai fait avec toi!
Dis, on le refera?
Aller! Jure et susurre qu'on le refera
Tu ignores le vide devant toi
Les vertiges et la peur
Tu connais pas

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Kill. Exterminate.
LOCALISATION : Nowhere
CITATION DU PERSONNAGE : Le ciel, la terre, et même moi. Le monde entier est rouge sang.

MESSAGES : 183
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
14/100  (14/100)
Point Membre:
37/100  (37/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Sam 1 Juin 2013 - 0:23

Quand Bleu arrive, elle prend un pinceau, en silence et commence à mettre du vert. Je n'aime pas cette couleur. Parce que le vert nous a un peu trahi, en quelques sortes. Mais il commence à revenir dans le droit chemin, petit à petit. Mais je sais qu'il n'aime pas nos habitudes. Bleu pas trop aussi. Mais depuis que Green est parti, elle est venue vers nous. Et Green est revenu. Et lui aussi commence à s'habituer. Aller, la famille, soyons tous des sans âme. C'est drôle moi je trouve. Et puis, je suis le grand frère, vous êtes censé prendre exemple sur moi. Même si le plus entreprenant de la famille c'est Bianco. Enfin, je m'en fiche. Même si j'aimerais bien aussi être augmenté, avoir plus de responsabilités et tout ça. Certes, je préfère torturer plutôt que de me prendre la tête avec toute la hiérarchie. N’empêche, que je suis quand même le plus vieux, le premier qui est entré dans l'organisation. Et ce n'est pas comme si j'étais un mauvais soldat après tout. Donc pourquoi Bianco, et pas moi ?

Green arrive et a l'air peu enchanté par ce qu'il voit. Moi, je me méfie. Green, viens du c$ôté des sans âme. C'est bien plus drôle que d'avoir des sentiments. Les sentiments c'est nul, c'est pour les faibles. Ça déconcentre. Ça te fait perdre tes moyens. Jamais je n'aurais de sentiments, pour personne. Et si un jour ça venait à arriver, je tuerais moi même la personne pour qui j'éprouve quelque chose. Ne jamais être dépendant. Car les sentiments amènent à la dépendance. On ne réfléchit plus, on fait des actes insensés, débiles. Et on a sans cesse besoin de cette personne. La dépendance, c'est naze. Vous avez qu'à voir mon frère pour le voir. Silver. Un déchet celui là. Pire que Green.

Sauf qu'un sourire apparaît sur le visage de Green. Un sourire de sans âme. C'est bien. C'est ce qu'il faut, alors je souris à mon tour, parce qu'il va dans le droit chemin, tandis que Bleuann râle dans son coin. Je sais que ça va mal. Je le vois. Mais je m'en fiche. Je n'approuve pas leur relation. Trop proche, trop de sentiments. Trop d'habitudes, trop d'amour. Et finalement, c'est ça qui leur a fait mal, qui les a brisés. Mais ça leur a permis d'évoluer. Ce qui n'est pas une mauvaise chose en soit. Mais maintenant, les choses sont devenues étranges, pour toute la famille. Alors que si tout le monde avait été neutre, dès le départ, se serait mieux.

- Vous m'avez même pas attendu.

Je lui fout une tape dans le dos et retourne aussi à ma peinture. Je prends un énorme pinceau que je trempe dans le rouge. Le pinceau absorbe beaucoup de liquide et je peins. Je déborde, partout. Sur les arbres de Bleu. Parce que je fais un ciel rouge. Et le flou atmosphérique, ça existe. Et ça fait que c'est le ciel qui vient sur les arbres. Du moins, c'est comme ça en dessin. Et moi, j'aime le rouge. Je veux une effusion de rouge. Du rouge, encore et toujours du rouge. Partout du rouge.

Et là, qui je vois arriver ? Silver, bien évidemment. Défoncé, comme d'habitude. Déchet. Père a tué sa précieuse femme. Mais il n'a pas pris sa drogue, alors qu'il devrait. Je suis sûr qu'il ferait un excellent Soul s'il n'était pas sous substance illicite en permanence. Qu'il utilise ce désespoir pour tuer, ça pourrait être intéressant.

Je plonge mon pinceau dans le pot de peinture rouge et le lance sur Silver. Le pinceau passe à côté de sa joue, exactement là où je voulais, laissant une marque de peinture sur sa joue, au passage.

- Je n'approuve pas cette barbe.

Ça fait je m'en foutiste. Pas propre. En tant que Soul, on se doit d'être clean. Pourtant, notre éducation a été la même. Pourquoi suis-je le seul à respecter nos valeurs ? Avec Bianco surtout. Lui il a de l'ambition et c'est bien. Olive et Cyan sont dans leur coin. Voilà ce qu'il en est de notre famille. Brisée. Je n'y accorde pas vraiment d'importance, mais je préférerais qu'on soit là, tous les sept, en ligne, que tout le monde nous craignent. Les sept couleurs Soul. On ferait une sacrée bande si on était tous unis, autant que nous pouvons l'être, si nous étions tous des gros psychopathes avides de sang, prêts à servir Anja et Rosenrot.

JE me fais la parfaite image dans la tête. Le soleil qui se lève dans notre dos, nous sommes tous en ligne, prêt à attaquer, tous les sept. Un sourire avide de tuer, ravis à la connaissance du futur sang qui va couler, placardé sur nos visages. Les personnes nous craindraient, la famille Soul. Mais ce n'est que dans mes rêves.

- J'espère que vous avez pris des gants. Le sang de mêlé, ça tâche. Tu me passes une pique, Bleuann ?

Bien Green, bien. Très bien, je souris de plus belle. Et lui balance un cadavre, qui glisse sur le sol, sur la peinture et le sang qu'il y a déjà.

- T'as qu'à t'en occuper.

Voyons si t'as les tripes de faire ce que tu dis, petit frère. D'ailleurs, ça manque de rouge dans ton noir, donc tant que ça n'est pas sec, je prends mon baril et le lance dessus, histoire que les deux couleurs se mélangent. Une teinte de rouge dans le noir. Un dégradé. Rouge, rouge/noir, noir. C'est beau. Du coup, faut aussi mélanger manuellement. Alors je me téléporte là où a échoué mon pinceau et me retéléporte à côté de mon mur. Un truc de flemmard la téléportation, vraiment. Mais j'adore ça. Je rends les gens fou avec ça. Et au moins, on ne pouvait pas m'enfermes aux cachots, alors que tout le monde y a eu droit. En même temps, je n'aimais pas ça, on peut pas forcer un grosse à rester là dedans. Alors je m'enfuyais. Mais ils avaient d'autres techniques pour me tenir en laisse, les vicieux. Rien que les runes anti téléportation. Mais je les effaçais vite. La peur sûrement. Quand t'es gamin, même quand t'es un Soul, t'as tout de même peur du noir.

Et il faut s'occuper du déchet. A qui je lance un regard noir. Il a l'air tout amorphe, un vrai légume. Il a l'air d'attendre quelque chose de Bleu. Non Bleu, non, je ne veux pas. Je ne sais pas ce qui se trame mais je refuse. Silver, il faut te muscler. Te renforcer. T’entraîner. Je n'accepte pas un homme tel que toi dans ma famille, en tant que frère. Vraiment, tu es une honte pour la famille. Ça ne va pas du tout. Je n'approuve rien de toi. Certes, je t'ai violenté quand tu n'étais qu'un gosse, ça m'a bien fait rire d'ailleurs, tu était mon petit souffre douleur. Mais c'est comme ça qu'on grandit, qu'on se forge. Alors bouge toi le cul Silver. Tu veux prendre ta revanche ? Dis moi que c'est ce que tu veux. Au moins, il y aurait de la colère en toi, c'est c'est un bon motivateur. Alors bouge toi, merde.

Je me rapproche de lui, je ne sais même pas s'il m'entend arriver derrière lui tellement il est dans un état second. Pitoyable. J'approche ma bouche de son oreille. Je vais encore te faire morfler Silver. Jusqu'à ce que tu deviennes un vrai Soul.

- Bouge !

Je le pousse ensuite contre le mur, peinture fraîche. Et puis, il y a plein de pot de peinture par terre aussi. J'espère que tu vas tomber. Je le regarde, sans émotion. Froidement. Fais toi un coeur de pierre, la déception que père t'a faite aurait due t'énerver. C'était fait pour ça. Deviens comme nous Silver. Rejoins la vraie fratrie des sans âme. Car là tu es seul, dans ton coin. Comme un déchet. Un paumé. Une raclure de la nature. Motivation mon frère.

Se serait bien, qu'il y est Olive, Cyan et Bianco qui viennent. Se serait drôle. Extrêmement. Je sais qu'ils sont dans le coin, j'ai vu Bianco hier. Et les jumeaux ont certainement participé à l'attaque. Sûrement, j'étais trop occupé à faire des dégâts pour m'occuper de quoi que se soit, de qui que se soit.

_________________

Things I do :
Kill & Exterminate people

Something rare :


Honnest, I really don't like people:
 


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
avatar

MESSAGES : 304
DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
32/100  (32/100)
Point Membre:
20/100  (20/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Sam 1 Juin 2013 - 19:59



« Ce qui compte, ce n’est pas la couleur mais la qualité de l’âme. »





Tu aimes bien le sourire dessiné sur les lèvres de Silver. Lorsqu'il n'est pas trop défoncé, il est vrai. Honnête. Gentil.

- Ca va ma petite soeur que j'aime. J'aime bien ta fourmilière.

Tu ne t'aventures pas à lui demander ce qu'il entend par fourmilière. Ton frère argenté a ses mots et sa philosophie bien a lui. Personne ne peut le comprendre entièrement, personne mise à part la femme qu'il aimait, celle que ton père a fait tuer...
C'est toujours la même chose. Vous étiez sept, vous étiez fort. Pas forcément très tendres les uns envers les autres, mais vous vous aimiez. Et puis l'amour et ses conneries ont débarqué dans vos vies. Et plus rien. Plus de fratrie. Plus d'âmes. Plus de couleurs, tout devint beaucoup trop pâle. Green et Silver ont succombé les premiers. Cyan et Olive se sont reclus de leur côté. Bianco a évité ces problèmes là en fuyant les gens et en s'empêchant d'aimer ou d'être aimé. Red lui est trop psychopathe pour tomber dans un piège pareil.
Et toi ? Toi tu subis tout ça. Tu subis les dégâts de l'amour sur ta famille. Et tu crèves en silence.

Un pinceau traverse la pièce comme un éclair pour laisser une marque sur la joue de ton frère défoncé. Rouge sang. Évidemment.

- Je n'approuve pas cette barbe.

C'est dommage, toi tu l'aimes bien cette barbe. Ça lui donne un côté différent. Mais de toute façon Red trouve toujours quelque chose à redire à Silver. C'est son souffre douleur, sa petite joie quotidienne. C'est triste, toi tu aurais préférée que vous vous entendiez tous bien comme quand vous étiez enfant. Vous auriez pu former un arc-en-ciel tous les sept. Pas un arc-en-ciel conventionnel, certes, mais tout de même. Sept couleurs alignées les unes à côté des autres comme une armée multicolore.
Une jolie armée.

- J'espère que vous avez pris des gants. Le sang de mêlé, ça tâche. Tu me passes une pique, Bleuann ?

Un frisson parcourt ton dos alors que tu te retournes à l'appel de ton nom. Pourquoi demande-t-il une pique à toi alors qu'il sait pertinemment que tu ne commets pas ce genre de barbaries. Toi tu te contentes de peindre. Du vert, du bleu, du turquoise.
Sur le mur, partout, tu vois du noir. Tu devines tout de suite qui a bien pu étaler cette couleur là. Ou cette non-couleur puisque telle est la dure vérité du noir.
Red balance un cadavre à la gueule du plus jeune de tes frères, un peu comme de la viande à un chien. Ça te dégoûte, mais encore une fois tu ne dis rien. Tu ne dis plus rien, tu n'en as plus la force.

- T'as qu'à t'en occuper.

Tu as envie de t'écrouler, comme si tu ne sentais plus tes jambes sous toi. Jambes de coton. Tu sens déjà le monde tourner autour de toi et des points aussi noirs que la peinture sur les murs tâcher tes pupilles.
Et puis tu sens deux mains glacés sur tes bras. Ce sont celles de Silver trempées dans de la peinture argentée et, étrangement, ce contact te fait chaud au coeur.

- Przytulić

Ton sourire se renforce sur tes lèvres alors que tes jambes se solidifient. Przytulić, ça veut dire câlin en polonais. Vous êtes les deux seuls à le savoir et, même si vos autres frères le savaient, ils ne vous auraient pas entendu. Tu observes l'argent sur tes épaules. C'est joli, on dirait une traînée d'étoile sur les bras d'une fée.
« Obejmout », c'est ça que tu t'apprêtes à lui répondre, à lui souffler dans le creux de l'oreille. Obejmout c'est ta réponse à toi, la réponse au code secret. Ça veut aussi dire câlin, mais en tchèque cette fois, c'était Amandine qui te l'avait appris.

Tu t'en souviens encore de ce jour où elle te l'a appris. Amandine était droguée, jetée, défoncée, mais elle était gentille, vraiment gentille. Tu l'aimais bien au fond. Une fois tu les avais croisé par hasard au parc, ton frère et elle. Elle avait insisté pour t'offrir une glace à la myrtille "Parce que c'est ta couleur Bleu !" Toi tu aurais préféré quelque chose de vert, mais tu as accepté. Puis vous vous étiez assis sur un banc et c'est là qu'elle avait parlé d'un de ses voyages, à Prague.
"Je n'en est pas retenu grand chose au final, à part une chose. Obejmout. Ça veut dire câlin en tchèque. Et ça sera notre mot secret à tous les trois, d'accord ?" Puis elle avait éclaté de rire. Elle était comme ça Amandine. Différente.

Tu prépares tes lèvres à ce mot, mais c'est autre chose qui en sort. Une exclamation de surprise. Parce que pendant que tes souvenirs déviaient vers l'ancienne amante de Silver, tu n'as pas vu Red s'approcher. Et pousser son cadet violemment.

- Bouge !

Tu as envie de te précipiter vers Silv' pour l'aider à se relever. Puis de te tourner vers l'ainé de tes frères et de l'insulter copieusement de toutes les insultes qui t'a lui-même appris dans ta jeunesse. Tu as envie de hurler à la mort. Puis de te tourner vers Green, de saisir un pot de peinture bleu et de le lui renverser sur la tête.
Pour te venger ? Pour essayer de trouver une lumières dans ce chaos ? Une couleur dans toutes ces âmes.

À la place de ça tu te contentes de te détourner de Silver. Tu n'as pas la force de l'aider à se relever devant tes autres frères. C'est être faible, beaucoup trop faible. Il ne faut pas s'attacher aux gens Bleu, c'est trop dur de les oublier après. Trop dur de vivre.
Tu n'arrives déjà pas à vivre pour toi-même, alors pourquoi t'obstiner à vivre pour plusieurs ?
Tu vas chercher une pique dans le bardas que Red a amené, puis tu l'amènes à Green. Avant de te retourner du tas de cadavre. Pour ne pas vomir.
Pour qu'ils ne voient pas les larmes briller dans tes yeux.

_________________


« Dans presque tous les mythes fondateurs, personne n'a de pire ennemi que son frère, si ce n'est son père qui, craignant une alliance des frères contre lui, prend parfois les devants et les tue. »





Dc de Myaw Nienta ~ couleur blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de Rosenrot | Âme verte
Membre de Rosenrot | Âme verte
avatar

MESSAGES : 390
DATE D'INSCRIPTION : 21/12/2010

Niveau du personnage
Point RP:
13/200  (13/200)
Point Membre:
12/200  (12/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Jeu 6 Juin 2013 - 21:20

Il n'est rien et pourtant il est là. Là, à mi-pas entre ce qu'il n'est pas, et ce qu'ils voudraient qu'il ne soit pas. A mi-chemin entre ce qu'il n'est, et ce qu'ils voudraient qu'il soit. C'est à dire pas grand chose. Il est dans le commencement de grandes choses qui ne sont jamais commencées. Dans le tour du monde sans être jamais parti. Il est là sans jamais l'avoir été parce qu'il a posé Green Soul, le gosse qui soufflait sur les plaies de sa petite soeur dans un coin du Mysery. Sûrement dans l'entrée, avant qu'il ne commence le massacre, méthodiquement, avec les autres. Il récupérerait son dégoût, et son âme un peu plus tard. Quand il n'y aurait plus de raison pour qu'elle parte en courant.

- Je n'approuve pas cette barbe.

Il lève la tête et a envie de soupirer le plus fort possible, parce qu'il trouve Redwan débile à toujours persécuter Silver, comme ça. Un passe temps comme un autre, certes, mais Green aurait adoré qu'un jour son grand frère claque une crise. Franchement, le frère sanglant l'aurait bien mérité, mais ce n'était pas ses affaires et il ne bronche pas. Encaisser, c'est son truc, et de toute façon il se fou bien des injustices de sa famille. Y'en a déjà bien assez dans son coeur.

Redwan lui balance un corps. Un truc mort, et Green ne s'attarde pas sur un quelconque visage. C'est juste.. Un truc qu'il faut faire juste pour s'ancrer un peu plus dans la famille. Enfin, dans ce que les autres appellent une famille ? C'était des liens, quoi qu'on dise. De sacrés liens.

- T'as qu'à t'en occuper.

Le jeune homme fuit forcément le regard de sa petite soeur. Il n'a pas envie de savoir ce qu'elle en pense et de toute façon il le sait très bien. Oh oui, tellement bien qu'il se sent aussi mort que le cadavre qu'il a entre les mains.

Il se détache lentement de ce qu'il se passe dans la pièce pour arracher la tête du mort. Non, faut pas abuser, il va pas le toucher, surtout quand les pouvoirs sont au service de la tuerie. Une main sur les tempes, Green fait léviter la tête du cadavre. Il n'écoute pas le bruit de la peau qui se déchire.
Il n'écoute pas le bruit de son coeur écoeuré qui se soulève.
Il n'écoute pas non plus les muscles tendus jusqu'à céder, et les muscles qui craquent jusqu'à se séparer. Et la tête roule un instant sur le côté. La section est nette, comme la nouvelle cicatrice sur le coeur de l'âme verte qui se noircit.
Jusqu'à brûler.

- Bouge !

Green lève la tête. C'est bon, quoi. Il voit Silver se retrouver au sol et forcément, ça ne lui plaît pas que se soit ainsi pour rien.

- Redwan, gronde un instant le petit frère de la bande.

Il n'a en aucun cas la prétention de le défier ou n'importe quelle autre connerie. Simplement ne pas faire comme si il n'en avait rien à foutre, c'est trop injuste, simplement. Et.. au fond.. il sait que ce comportement ne plaît pas à Bleu. Il ne peut pas lui plaire, forcément.

Et puis Bleuann lui passe les piques. Il serre les dents aussi fort que s'il les voulait voir disparaître dans sa gencive. Il les prend, les yeux baissés, rivés sur le sol. Hors de question de voir la blessure de sa petite soeur.

Avec son don, lentement, il plante la pique. Il a du mal, il ne vise pas correctement, il ne se concentre pas, ou mal, ça ripe et du sang glisse sur le sol mélangé au noir et au rouge de Redwan. Mais il persévère et la pique entre dans le cou du cadavre. Il a presque des relents d'horreur mais il pince les lèvres. Tout va bien.
Tout, va, bien.
Il se saisit de la pique et la relève. Des yeux morts le regardent et il détourne son regard noisette pour ne pas vomir. Comment Red peut-il faire ça comme ça ? Pour rire ? Seul, sans avoir à impressionner quiconque, sans rien vouloir prouver. Il est fou, c'était déjà sûr mais là.. c'est affirmé. Au moins, les Souls laisseront une trace d'eux, ça, c'est certain. Qui ne pourrait pas être au moins étonné en voyant des piques surmontées de têtes de cadavre, et de la peinture mêlée à du sang ?
Idée à la con.

- On les met où au juste ?

_________________








Dc de : Ian, Nawel, Rhyan, Lola, Josh, June.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Sorcier noir de Rosenrot | Toxicomane tourmenté
Modérateur | Sorcier noir de Rosenrot | Toxicomane tourmenté
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Soldat de Rosenrot
LOCALISATION : Probablement au manoir Soul.
MESSAGES : 50
DATE D'INSCRIPTION : 22/05/2013

Niveau du personnage
Point RP:
15/100  (15/100)
Point Membre:
11/100  (11/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Lun 10 Juin 2013 - 23:39

Je ne sais pas ce qui se passe parfois. Je suis complètement défoncé, je sais plus à quoi je pense. Je m'imagine dans une immense ferme. Bleu avec moi et aussi Amandine. Un immense champ de blé dans lequel on se perdrait. Puis on regarderait le ciel en fumant. Je serais bien là avec les deux femmes de ma vie. Parce que j'aime sincèrement Bleu même si je dis ça en étant défoncé. Je vous jure que le monde n'est plus si clair que ça quand on est haut perché. On se rend compte de beaucoup de chose et on se rend compte qu'on a pas mérité la plupart des choses qui nous arrivent mais qu'elles nous arrivent tout de même. Père a dit que c'est la vie. Redwan a dit que c'est la vie. Ils disent tous ça. Mais si c'est la vie pourquoi continuer à vivre dans un monde qui n'en a rien à foutre de nous ? Moi je le suis parce que j'ai une raison de vivre : les cachetons, la fumée et les sniff et tout le bordel. Je ne peux pas partir ce soir, ni abandonner.
On a tous notre raison de vivre.
Redwan, le sang. Green, la déraison. Bleu, la plainte. Bianco, l'ambition. Olive, Cyan. Cyan, Olive. J'ai un coup de rouge sur la joue. Une oeuvre de Redwan. Je suis habitué maintenant, il m'a tellement tapé dessus quand j'étais petit que c'est presque une gentillesse de sa part. Maintenant, je m'en fous. D'facon, j'suis tellement défoncé que j'ai vu le pinceau venir au ralenti et la peinture se mettre à pleine vitesse sur mon visage. Je ne bouge même pas. Il dit un truc idiot sur ma barbe. De toute façon, il trouverait toujours un truc à redire.

- Bouge !

Et mon corps bouffe la poussière. Encore une fois. Mais je crois que Redwan n'a pas mesuré la hauteur de ses actes. Parce qu'aujourd'hui je ne suis plus le même. Je crois que la seringue m'a un peu trop boosté. Je sens l'énergie magique qui parcourt mes veines avec une puissance inhabituelle. J'en perds presque la vue, obstrué par la magie qui me monte au crâne.

- Redwan.

Green gronde. Franchement, j'en serais presque touché. Nan, j'en ai rien à foutre de lui. Je sens la rage qui monte et qui redescend en moi. Une partie de moi me dit de me laisser faire comme d'habitude, l'autre me dit de réagir et de me casser. Mais avant que je n'ai pu amorcer un quelconque mouvement je vois Green planter la pique. Je n'en attendais pas moins de lui. Il est devenu formaté n'est-ce pas ? Tuer, tuer, tuer, quoi d'autre ? Aujourd'hui Green s'en fout de tout. Autant que moi ? Je ne crois pas.
Je ne sais pas ce qui se passe. Je ne contrôle plus vraiment. Je suis déjà a moitié dans les vapes quand mes mains se soulèvent. Une immense bourrasque se forme et je ne controle plus mon corps. Elle se met en direction de Redwan avec une rapidité fulgurante, bousculant tout sur son passage et créant d'immenses vent dans la pièce. Je ne vois pas la suite mais je sais que ça a touché la cible. J'suis a moitié conscient. Toujours contre le mur. Qu'aies-je fait ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Kill. Exterminate.
LOCALISATION : Nowhere
CITATION DU PERSONNAGE : Le ciel, la terre, et même moi. Le monde entier est rouge sang.

MESSAGES : 183
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
14/100  (14/100)
Point Membre:
37/100  (37/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Mer 12 Juin 2013 - 21:01

Une fois que Silver a été bousculé, par nul autre que moi, il se retrouve donc par terre. Chose que je voulais ... Juste à moitié je crois. Je veux juste qu'il arrête d'être un gros mollasson, parce que ça a tendance à m'énerver. Qu'il fasse quelque chose de sa vie, qu'il arrête d'être juste ... Passif.

- Redwan.

C'est Green qui gronde. Evidemment. Alors comme ça le petit dernier de la famille essaye de protéger son grand frère du plus vieux ? Que c'est mignon. Que c'est charmant, touchant même je dirais presque. Enfin, il sait très bien qu'il ne me fait pas peur.

Par contre, l'air commence à s'agiter autour. Je crois que .. J'ai sous estimé Silver. Ou alors, c'est ce que je voulais qu'il fasse. Bleu est trop calme en ce moment. Enfin, ça se voit que ça ne vient pas d'elle vu qu'elle est tranquillement en train de peindre sur son mur. Aller Silver, attaque moi. Je t'en prie. Fais moi du mal, comme j'ai pu t'en faire. C'est ça, hais moi, venge toi. Sois cruel.

Le vent se fait plus fort dans le hall, plus sec, plus tranchant. D'un coup, je suis projeté contre le mur encore ruisselant de peinture fraîche. Le coup me coupe le souffle et je tombe par terre en glissant contre le mur. Bravo, mes habits vont être plein de peinture maintenant, c'est malin. Enfin, au moins Silver c'est bougé, c'est pas trop mal. J'ai réussi à faire quelque chose avec lui, j'ai réussi à ce qu'il se bouge. Il a obéi, en quelques sortes, c'est bien.

Je toussote une fois à terre, pour récupérer mon souffle, parce que se faire plaquer contre le mur par une rafale de vent n'est pas le meilleur truc qui soit. Je me relève donc, m'époussetant. Je n'ose regarder mon dos. Il doit vraiment être dégueulasse. Sauf que, j'ai un sourire triomphant sur les lèvres. Je me dirige donc vers mes frères, et ma soeur et prend la main de Silver pour le relever d'un coup.

- Tu vois quand tu veux.

Je tape alors son épaule, toujours avec un sourire. Je ne lui en veux même pas. Plutôt... Fier de lui presque. Et je ne répliquerais pas, j'ai pas envie de faire une scène ici. Surtout pas, ici. Pas avec tous les traîtres qui traînent dans le coin. Les affaires de famille, ça se règle en privé. On ne se donne pas en public, jamais. Jamais. Là, c'était juste une petite leçon. Leçon apprise d'ailleurs.

Je me sors alors une cigarette et l'allume d'un coup rapide de briquet. Je me retourne vers le mur sur lequel je me suis écrasé. Ça fait ... Une jolie trace. Je penche la tête pour l'observer. Je pense que je vais laisser ça comme ça. Par contre, je vais signer. Il faut tous qu'on signe. Alors, je prends nos quatre couleurs. Un pinceau par couleur et je note sur le mur. Soul. Là où je me suis écrasé. C'est bien comme ça, non ? Au pire, si c'est moche, on l'efface. Je m'en fiche un peu. C'est vrai que l'effet est assez bizarre. Mais bon. J'ai la flemme de l'effacer, que quelqu'un d'autre le fasse.

- Vous croyez que c'est de la peinture inflammable ?

J'ai un sourire de psychopathe sur les lèvres cette fois, ma clope à la main. Voulant juste la jeter dans la peinture, pour voir si le pot prendrais feu. Par contre, il n'y a aucun élémentariste eau parmi nous, c'est bien dommage. Parce que si c'est inflammable, ça risque de prendre vite. Et de brûler tout l'orphelinat. Avec tous les gosses dedans. Criant, hurlant, de douleur, de peur. On les verrait courir, dans tous les sens, pour échapper aux flammes, alors que certains commenceraient déjà à pleurer, des croûtes, des brûlures, des cloques se formant sur eux. Et ils pleureraient de douleur et de terreur. Parce qu'ils connaissent la fatalité de tout ceci : la mort. La mort seule.

Et le responsable de se massacre se tiendrait debout, dans les flammes, un sourire fou sur les lèvres. Voyant un cauchemar se dérouler devant ses yeux. Mais rien ne lui fait peur. Il donne la mort.

A bien y réfléchir, il faudrait contrôler le feu pour pouvoir faire ça. Se serait bien d'ailleurs, de contrôler le feu. Enfin, je ressemblerais trop aux Cross à mon goût. Du coup, ça ne me plairait pas vraiment. Mais juste une fois, uniquement une. Devenir le cauchemar de tous ses enfants... Oui, se serait effectivement extrêmement drôle.

_________________

Things I do :
Kill & Exterminate people

Something rare :


Honnest, I really don't like people:
 


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Lun 27 Jan 2014 - 11:16

La réunion commençait à 9 h et donc j’y étais à 8h45. Le temps de m’installer, de m’assurer que j’avais tout ce dont je pourrais avoir besoin mais je ne connaissais pas l’ordre du jour qui serait donc une surprise pour moi. J’étais prêt à affronter à peu près toute sorte de réunion. Je regardais autour de moi et fus le premier étonner que des O’callaghan puissent en faire partie alors que Bleuann, pourtant une pure souche ne le pouvait pas. Il y avait évidemment Anja, elle était comme toujours rayonnante.

La réunion a duré jusque 11h20. J’ai bien tout noté, bien tout enregistrer. La prochaine sera pour le 22 janvier l’année prochaine. D’ici là j’ai amplement le temps de trouver de nouvelles idées à proposer, de nouvelles choses à faire, et bien entendu pouvoir m’élevé dans cette fourmilière.
Je remballe mes affaires et quitte la pièce au milieu des derniers a sortir. Je ne suis pas pressé. Mon élévation sociale m’attend depuis que je suis né elle peut encore m’attendre deux petites minutes. C’est en retournant à ma chambre poser mes affaires que j’entends la voix de Bleuann. Par petite curiosité je pose mes affaires sur le lit et va voir la peinture dans la chambre de Red. Je sais qu’il devait faire cela aujourd’hui. Ce sont mes frères et ma sœur… Ils ont l’air de beaucoup s’amuser mais je ne me sens pas intégré à leur petite partie de peinture. D’ailleurs je n’entre pas immédiatement. Je les regarde faire. J’ai passé la plus grande partie de ma vie (jusqu'à aujourd’hui) a travailler dur en espérant m’élever… j’en ai oublié ces petites choses toutes bêtes qui rendent la vie plus amusante et les gens souriants même dans les pires moments.

Je n’ose pas m’incruster parce que, même si je tiens à chacun d’eux, nous n’avons rien en commun. Je frappe donc à la porte. Exceptionnellement je voudrais venir avec eux… comme autrefois, avant que les choses ne se compliquent et ne nous séparent de façon brutale.

-je peux participer ?

Il est rare que je vienne jouer avec eux… Mais ça m’étonnerait qu’ils refusent… Au pire tant pis je passerais mon chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
avatar

MESSAGES : 304
DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
32/100  (32/100)
Point Membre:
20/100  (20/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Dim 9 Mar 2014 - 10:49


« La mauvaise peinture est tragiquement plus belle que la bonne, car elle dépeint la faillite humaine. »



Tu fermes les yeux très fort en te disant que comme ça, peut-être, tu ne sentiras plus la douleur de Green. Tu as envie de redevenir petite fille, de cacher tes yeux de tes mains et de tout oublier. Mais tu n'y arrives pas parce que les sentiments du plus jeune de tes frères dégoulinent dans ton coeur. Du dégoût, de la répulsion, de la haine presque.
Tu serres tes poings et tu te forces à penser à autre chose qu'à ces têtes coupées et à tes frères qui ne sont plus capables de s'aimer avant. L'espace d'un instant tu t'isoles totalement dans ta tête, dans ton monde. Tu crées une histoire, une belle histoire, pour oublier le théâtre désolant qui se joue dans ton dos.

Il y a une petite fille. Mais pas n'importe quelle petite fille, une princesse. Pas une princesse en toque, une vraie de vraie, avec une couronne et une licorne. Sa marraine c'est une fée et ses parents sont le roi et la reine du château. Et ils l'aiment tous beaucoup, jusqu'au bout du monde. Et plus loin encore !

Les sentiments de Green s'estompent petit à petit alors que les images prennent de plus en plus de couleur dans ta tête. Tu fermes les yeux encore plus fort et tu continues à rêver debout.

La petite princesses a six grands frères. Six princes qui s'amusent avec elle toute la journée. Ils lui apprennent à se battre à l'épée, à monter à cheval, à faire des trucs de garçons. Et quelque fois, ils acceptent en ronchonnant de jouer à la poupée avec elle. Ils lui font promettre de ne pas répéter plus loin qu'ils jouent à des jeux de fille et ils se plaignent beaucoup, mais au fond la princesse sait bien qu'ils adorent jouer avec elle.

Un sourire s'esquinte sur tes lèvres. Cette petite princesse ne se rend pas compte de la chance qu'elle a. Tu ne peux t'empêcher de te dire que si tu étais née ailleurs, dans un château en diamants par exemple, ta vie aurait été un peu plus comme ça. Un peu moins déchirée de tous les côtés. Tu te demandes où est le fil et l'aiguille pour recoudre les lambeaux de ta vie en une toile aussi jolie que celle que tu imagines dans ta tête.

Mais un jour une terrible sorcière arrive au château. Elle a pourtant l'air gentil au début et tu ne te méfies pas. Elle s'appelle Chloé, elle a des long cheveux et un joli sourire. Un sourire d'ensorceleuse. Et un mois n'a pas passé que, déjà, son sourire a fait des ravages. Les princes et la princesse se déchirent entre eux, se bouffent littéralement. Personne ne veut plus jouer à la poupée ou apprendre à la princesse à chevaucher sa licorne. Et elle se retrouve seule, seule à pleurer.

Ton sourire s'estompe alors que, lentement, tu réalises que, quelque que soit l'endroit de ta naissance, ta vie est prédestinée à tourner au cauchemar. À te faire mal. À la différence qu'au moins dans les contes, il y a une fin heureuse.

Tu reprends contact avec la vie lorsque tu sens une bourrasque déchirer la pièce. Ton pouvoir de contrôler le vent s'affole ; serait-ce toi qui, sans en avoir conscience, aurait balancé cette mini tornade ?
Puis tu vois Silver à moitié assommé contre un mur et tu es rassurée ; pour une fois ce n'est pas ta faute. De l'autre côté de la pièce, Red est couvert de peinture, un sourire étrange sur les lèvres. Tu te demandes ce qui a bien pu se passer entre tes frères pendant que tu étais dans ta tête. Tu sens la satisfaction de l'aîné de tes frères alors qu'il se dirige vers l'âme argentée pour l'aider à se relever.

- Tu vois quand tu veux.

Tu ne cherches pas à comprendre ce qu'il s'est passé et tu te contentes de regarder Red signer votre nom sur un mur. Tu t'es placée stratégiquement pour ne pas avoir Green dans ton champs de vue. Tu ne supportes plus son regard ; tu ne supportes plus ses questions silencieuses. Ni sa hargne.

- Vous croyez que c'est de la peinture inflammable ?

Tu regardes la clope de ton frère tanguer dangereusement au dessus d'un pot de peinture. Tu ne peux t'empêcher de penser que ça serait stupide de faire un truc pareil et de tous crever dans un brasier. Et de toute façon, si par hasard vous en ressortiez vivant, Croix et Rosenrot se battraient pour vous assassiner.
Tu te dis que parfois Red est stupide et tu t'apprête à le lui faire remarquer quand un nouvel arrivant débarque dans la chambre.

- Je peux participer ?

Tu te retournes pour accueillir Bianco avec un sourire et tu lui balances le premier pot de peinture qui te passe sous la main - le blanc, comme par hasard. Tu le détailles un moment, ne pouvant t'empêcher de te dire que, de tout tes frères, Bianco est celui que tu connais le moins. Peut-être parce qu'il était très discret dans la famille. Ou alors qu'il a toujours fixé des objectifs à sa vie. Mais paradoxalement, si c'est celui que tu connais le moins, c'est aussi celui qui est le moins coupable de la division de votre famille. Et donc celui à qui tu en veux le moins.

- Bien sûr Biank'. Ça fait plaisir de te voir.

_________________


« Dans presque tous les mythes fondateurs, personne n'a de pire ennemi que son frère, si ce n'est son père qui, craignant une alliance des frères contre lui, prend parfois les devants et les tue. »





Dc de Myaw Nienta ~ couleur blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Lun 10 Mar 2014 - 10:11

- Bien sûr Biank'. Ça fait plaisir de te voir.

Elle ne l’a jamais appelé par son nom. Mais c’est surement mieux comme ça. Il affectionne à sa façon de pouvoir être un peu moins tendu avec cette partie de la famille qu’avec ses parents ou son boulot. Mais le dire le ferait surement bruler vif.
Bianco analyse un moment la peinture. Il n’est pas artiste mais parfois il lui prend un grain de folie qui le pousse à se rapprocher de ses frères et sa sœur comme ce jour un peu particulier donc. Il repose le pot au sol et commence à peindre.
Dans un sens même en étant juste à côté il ne semble pas être vraiment là : On ne l’entend plus et d’ailleurs hormis sa jeune sœur aucun de ses frères n’a semblé remarquer qu’il était là. Mais ça lui convient, il aime toujours mieux être un peu sur le côté. L’habitude probablement…
Ils sont toujours agités avec Red et Silver. Mais leur vacarme rend le silence un peu moins lourd. Bianco saisit un pinceau et commence un travail parfaitement encadré, extrêmement calme. Imperturbable… Sauf peut-être par l’idée de peindre aussi sa sœur.
D’ailleurs il ne faut pas longtemps pour que ça dégénère. Il se retourne et met un coup de pinceau sur le bras de sa sœur avant de reprendre son air fermé du « ce n’est pas moi »  Il ne sent pas sa détresse mais il fait aujourd’hui autre chose que de penser à ses objectifs… Ou au moins il essaie d’y penser un peu moins qu’à l’ordinaire. Ce qui est déjà un effort surdimensionné pour lui.
Son blanc immaculé sur le mur ne laisse pas de place à l’imagination, a la folie ou même aux bavures et taches. Le temps de remettre son pinceau dans le pot et pouf ! Deuxième tache sur Bleuann.
Ce n’est qu’une saute d’humeur et bientôt il sera à nouveau un bon petit pantin qui reste soigneusement loin de sa famille.
Bien entendu ce n’est pas par honte, haine ou colère. Mais il ne retrouve plus ces jeunes années ignorantes dans les courts moments où il reste auprès de ses frères et sa sœur.
Il s’arrête un moment face au mur. Depuis combien de temps ? Combien de temps encore ? Il ne peut pas rester dans cette famille si divisée et qui, comme au théâtre semble s’être soudain réunifiée… Ne pas avoir d’autres objectifs que sa réussite personnelle lui a permis d’amplifier ses dons… cette malédiction plutôt. Il sait que dans cette pièce ils sont tous divisés… Mais ils s’efforcent quand même à faire comme ci. Et ça, son esprit ne peut pas le comprendre.
Discrètement un autre coup part vers ses frères, passe entre les deux.

-Raté…

C’est qu’il encouragerait presque sa sœur a suivre sa bêtise. Bientôt le sol sera tapi de taches multicolores… Un peu comme les participants. Mais il faut rire parfois… Ca unis un peu même si c’est pour de faux… pendant le temps d’un rire c’est pour de vrai.
Hélas le jeu semble tourner court. Sa secrétaire passe presque par hasard devant la chambre. Il a une réunion… encore… toujours… Elle ne va pas jusqu'à le disputer d'être couvert de peinture parce qu’elle n’oserait pas mais elle n’en pense pas moins. Bianco range le pot. Barbouille a nouveau Bleuann… Il faut être forte quand on est entouré de frères… surtout des frères comme eux.
Il faudrait qu’il se dépêche et finalement…

-Vous n’avez qu’a leur dire que je ne me sens pas très bien…

Ce n’est pas souvent qu’il peut rire de la sorte. Et puis une réunion sur des paperasses qui ne le concernent qu’en minorité…
Revenir en haut Aller en bas
Membre de Rosenrot | Âme verte
Membre de Rosenrot | Âme verte
avatar

MESSAGES : 390
DATE D'INSCRIPTION : 21/12/2010

Niveau du personnage
Point RP:
13/200  (13/200)
Point Membre:
12/200  (12/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Lun 10 Mar 2014 - 21:53




« Je peux pas flinguer un chien, un mec j’veux bien mais pas un chien. »



Green lève la tête, quelque seconde. Il ne tarde pas à rebaisser les yeux subitement. Il ne supporte plus rien. Il n'a jamais rien supporté de cette mascarade qu'ils tendaient à faire quand ils se retrouvaient tous ensemble. Pourtant, ça ne semblait faire vraiment plaisir qu'à Redwan, qu'à Redwan, vraiment, qui semblait s'amuser comme un fou. Alors Green s'enfermait et devenait stupide, agressif, vide.
Une coquille creuse qui sonnait longtemps quand on toquait. Il se désespérait de voir sa petite soeur étaler sa peinture verte sur du sang. Il lui semblait qu'elle mélangeait son âme avec la crasse, le sang, et l'orgueil des noirs. Car les enfants noirs ne vivaient jamais vraiment heureux. Ils étaient tâchés, pour toujours d'ambitions, d'envies autres que les leurs et il est difficile d'apprendre à un enfant que tuer et correct quand lui même à pleuré quand il a vu son poisson rouge flotter stupidement à la surface.
Ouais, stupidement.

Alors le jeune homme s'enferme, voûte les épaules, et même si son coeur pulse du sang rouge dans ses veines bleues, même si son coeur lui rappelle qu'il est rouge avant d'être attaché au bleu. Enfin bon, le vert se retrouvait donc noyé entre tellement de courants qu'il n'arrivait simplement plus à respirer.
Du tout.
Et c'est ainsi, qu'asphyxié, il répandait sa peinture noire, plantait des piques et étalait du sang, le coeur au bord des lèvres sans que personne ne le remarque.

Ses propres sentiments s'effacent alors sous ses doigts alors qu'il mélange, inlassablement, ce qu'il devrait être et ce qu'il est.

Alors Redwan parle, parle encore, parle toujours, mais la boule de nerf qu'est finalement un des juniors de la bande ne l'entend plus. Il n'entend que sa haine, sa colère, son dégoût, sa tristesse, ce jus de poubelle qui l'infecte depuis tout petit. De la crasse, indécollable, collé à sa peau, affilé à son âme.
Il a beau courir, tout le ramène ici, car on le veut ici. On l'a désiré, une histoire de prophétie qu'à brisé Bleuann.

Le jeune homme la regarde finalement en se redressant. De longues secondes qui roulent, coulent,
tombent.

- Je peux participer ?

Green se réapplique subitement à sa tâche, épaules basses. Bianco vient d'arriver, et Green, malgré l'affection qu'il lui porte, le voit toujours comme une partie de sa famille, qu'il associe à Chloé, tuée.
Inlassablement.
Alors il hoche la tête quand la voix de sa soeur tinte brusquement.

- Bien sûr Biank'. Ça fait plaisir de te voir.

Green serre les dents. Autant, Silver et Bleu, ça ne le dérange pas. Silver est éclaté trois quart du temps, et le quart restant, il traîne avec sa petite soeur et au fond, c'est aussi bien comme ça. Silver a eu autant de chance que Green et parfois le jeune homme à de l'empathie pour son frère argenté qui étale de la peinture. Il l'aime bien, même. C'est sans doute le dernier qu'il associe à la tuerie qu'il se refait sans cesse dans sa tête.

Green avait souvent lévité entre le monde de la réalité et celui des rêves. Quelque part dans un endroit cotonneux ou deux yeux bleus pouvaient s'ouvrir de nouveau. Mais à présent que la réalité lui prenait la main, il sombrait, tombait de l'espace éphémère qui l'avait maintenu en vie.
Il se perdait, il se mourrait.

Il n'arrivait plus à se rappeler l'exacte couleur des iris de Chloé, et il en avait marre de savoir à quoi elle ressemblait, il aurait aimé pouvoir le contempler, pour de vrai.
Une fois au moins. Encore.

Encore.

Alors il contemple, l'air las, Bianco taquiner Bleuann. Il ne sait pas si elle rit, ou non, mais lui, ça ne l'amuse pas. Bianco et son ambition agace le plus jeune de la bande et il n'a pas envie de sourire. Il fait le dos rond, colle ses deux mains dans le noir, sur le mur, laissant des traces de paumes sur le mur.
Il ne sait pas pourquoi il a fait ça.
Il ne sait plus ce qu'il fait de toute façon, et ce, depuis très longtemps.

-Raté…

Green entend ça, et voit une traînée de peinture, un peu loin de lui. Trop loin pour l'atteindre de toute façon.
Autant physiquement que psychiquement.
Ca ne l'amuse pas, de toute façon. Il est jaloux de Bleu, il crève de jalousie, mais se renferme, hors de question que sa soeur le ressente. Il n'a pas le droit d'être jaloux parce qu'un jour il est parti, il l'a laissé. Il l'a laissé comme un abruti mais il ne pouvait plus rester, il serait mort.
Il préférait vivre, vous comprenez ? Même s'il a finit par saisir que s'il ne pouvait pas vivre avec sa famille, il ne pouvait pas exister sans Bleuann.
Dur choix, n'est-ce pas ?

Green regarde du coin de l'oeil Bianco trouver une excuse à une secrétaire pour rester avec eux. Il aurait fuit, lui, à sa place, courant pour échapper à ce carnage qu'il regarde, vide. On dirait plus tard que les Soul sont passés par là. Ironique nom de famille pour des  gens qui n'ont pas d'âme.

Alors le jeune homme lève la tête et contemple ceux qui ont détruit le peu de stabilité qui lui restait, et il contemple la pièce. Elle est immonde.
Comme eux, comme tous.
Puis il s'aperçoit qu'il ne se supporte plus lui même, et qu'il a besoin de sa petite soeur, qu'il ne voit plus que de dos depuis de longues minutes. Voilà qu'ils ne se supportent plus. Il aimerait tirer sur leur lien si particulier pour qu'elle se retourne, mais il a peur qu'il soit trop fragile et qu'il se brise. Comme toujours Bleu est le centre de l'attention, mais seulement parce qu'elle était le ciment de tous les frères.
Faudrait qu'ils redeviennent une famille, comme avant, les chevaliers soudés autour de leur princesse. Mais quand Green baisse les yeux sur le cadavre à ses pieds et qu'il découvre une petite fille, il pense à la princesse de ses rêves, à Chloé, à Bleu quand elle était petite, et il lâche avec une douceur étonnante.

- J'dois y aller, amusez vous bien.

Il contemple son oeuvre : du noir, du sang, un cadavre, une pique, une tête, et son dégoût étalé sur le mur.
Puis il serre les dents, et relâche toute la pression. Il a conscience qu'il heurtera sans aucun doute possible Bleuann, il a du mal lui-même à respirer. Il s'excusera, un jour. Il ne faut pas qu'elle abandonne.
Il ne faut pas qu'elle l'abandonne.


[I'm done, j'suis désolée mais je sors du RP hihi. C'était un réel et pur plaisir. ♥]

_________________








Dc de : Ian, Nawel, Rhyan, Lola, Josh, June.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Sorcier noir de Rosenrot | Toxicomane tourmenté
Modérateur | Sorcier noir de Rosenrot | Toxicomane tourmenté
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Soldat de Rosenrot
LOCALISATION : Probablement au manoir Soul.
MESSAGES : 50
DATE D'INSCRIPTION : 22/05/2013

Niveau du personnage
Point RP:
15/100  (15/100)
Point Membre:
11/100  (11/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Sam 6 Mai 2017 - 23:36

Je déteste ma stupide famille. Je te déteste Green parce que jamais tu n'essaierais de t'opposer pour me sauver, je te hais de tout mon être et mon corps, tu n'es rien qu'un stupide idiot et tu mérites la... Qu'est ce que tu dis Silver ? Calme toi.
Non j'me calme pas, non il sait pas ce que c'est d'être sous considéré d'avoir toujours à se justifier, à prouver qui on est. Pour lui tout a toujours roulé, putain je te hais Green. Qu'est ce que tu branles ? Pourquoi tu t'es pas déjà suicidé ? Tu le mérites bordel.

Qu'est ce que je fous là ?

Je ne sais pas si je déteste Red encore plus mais c'est à égalité franchement. Il est idiot et ne mérite même pas que je parle de lui. Il mérite la mort lui aussi. C'est un être cruel, il fait comme si chaque chose qu'il voulait il le provoquait. Putain, si j'avais autre chose qu'un cerveau lobotimisé je vous buterais tous. TOUS. Mais toi en premier Red et je m'attacherais à ce que ça soit long.

Qu'est ce qu'elle fout là ?

Bleuann. Putain t'es ma soeur et t'es quelqu'un de bien. Mais pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi tu réagis aussi peu. Pourquoi tu fuis pas ? Pourquoi tu fais pas quelque chose ? T'es tout le temps perdu dans tes pensées. Et je suis quoi pour moi toi ? Des souvenirs ? Une espèce de volonté de rester attaché à moi parce que je suis du même sang que toi ? Ben non c'est juste IDIOT. C'est pas possible que tu fasses ça. J'aimerais te secouer comme un prunier et te dire que tu peux avoir une belle vie.

Qu'est ce que le monde fout là ?

C'est moi qui suis faible. Regarde Red se fout de ta gueule alors que tu pensais avoir lancer un effet dans la pièce. Tu pensais que t'allais te faire remarquer et t'imposer sur une utilisation de pouvoir ? Voyons. T'es juste décrédibilisé à vie avec ton parcours contre la drogue. D'ailleurs t'es encore shooté là maintenant ? Ah tu sais pas. Tu sais pas. Ben non je sais pas, parce que j'ai plus le goût à la vie j'suis rien. Ma famille n'existe plus. J'existe plus. Adieu.

Je regarde chacun de mes frères. Green se casse. Bianco se marre. Avec Bleuann. Et Red, il fait de la merde. Comme d'hab. J'en ai marre de la peinture. J'en ai marre de faire semblant de vouloir être une famille. J'ai juste envie de me réfugier dans un espèce de confort. Un faux confort parce que ma vie n'est qu'une illusion. J'ai des moments de lucidité parfois. Des moments où je redescend pas comme ça. On doit me prendre pour un fou. Quand je vois Green partir, j'me dis que c'est ma porte de sortie.

- Moi aussi j'me casse.

Et je suis parti. Sans me retourner. Jamais.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
Modo | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 34
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
0/100  (0/100)
Point Membre:
36/100  (36/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Mer 28 Juin 2017 - 20:47

Je me concentre sur le travail. Comme toujours. J’observe chacun des visages apeurés des enfants et les rabats un à un pour les rassembler dans une pièce. Pourquoi ? Je sais pas, on nous a juste demandé de le faire. Ce qu’il leur arrivera par la suite ne me concerne pas. Qu’un seul d’entre eux s’écarte du rang et il comprendra son erreur. J’en pousse certains un peu trop lents. Leurs petits pieds m’insupportent. J’ai l’impression de mener une fourmilière. Boum, une petite onde de choc et c’est moi qui vous le dit, ces petits ils vont faire un bond en avant. Mais peut-être que les plafonds vont tomber… Cette carcasse pardon… ce manoir va finir par devenir une ruine. Je me demande comment on a pu entasser autant de monde dans un si petit endroit. En plus, j’ai grillé la présence de poltergeist dans les sous-sols. Avec Olive, on est allés leur faire la peau juste pour rire, juste comme ça. Ça faisait longtemps qu’on n’en avait pas croisé, donc ça nous a un peu changé.

Je pousse un soupir et termine d’amener le troupeau dans le champ. Un autre de Rosenrot prend le relais et nous trouvons le moment opportun pour prendre une pause. Pas que le travail soit particulièrement difficile. Non, en fait c’est juste complètement barbant. Un peu d’excitation ne serait pas de trop. Quoi de mieux que d’écumer les couloirs à la recherche d’une occupation ? Un gosse perdu ou cherchant à s’échapper par exemple. Ou un adulte, encore mieux, pour le challenge. Une petite mission pleine de charme, rapide et bien organisée.

Sans laisser à mon frère le temps de comprendre, je quitte le navire et, sans un mot, descend les marches et arpente les coins isolés dans l’espoir de voir débarquer une petite souris prise au piège. Mais il n’y a rien. Cette grande maison est vide, Rosenrot a déjà tout raflé. Je suis un peu frustré. Je pousse une porte, traverse une allée et un visage certainement très familier me passe devant les yeux. Je ne m’attarde pas dessus et me stoppe en attendant mon frère. Ce serait vraiment malencontreux qu'Olive croise Green. Enfin bref. Si ce mec est dans les parages, il y a peut-être moyen d’en croiser d’autres. La « famille », tout ça. Effectivement, la voix de Silver me paraît un peu plus loin, dans le hall. Deux. Il doit s’adresser à quelqu’un. Vu le ton employé, à quelqu’un de suffisamment proche. Quoique, Silver est tout le temps défoncé, je suis pas certain qu’il s’exprime différemment en fonction du rang de la personne. Enfin bon, c’est la cadet de mes soucis tout ça. On est tous un peu timbrés ici, alors un junkie de plus ou de moins…

Timbrés. C’est le mot. Sérieux, y’a eu un meurtre ? Non, enfin ça c’est normal. Je veux dire, un meurtre sur les pots de peintures. Partout, y’en a absolument partout. Et je repère Red, complètement taré, enjoué et énervé en même temps, bref comme d’habitude. Et il y a Bleu aussi, dans un coin, qui ne bouge pas beaucoup. Et puis Bianco, mais j'ai rien à dire sur lui donc je fais semblant de ne pas l'avoir vu. Je m’adresse à Olive assez fort pour être entendu des deux autres.

-On a raté la réunion de famille j’crois.

Puis, tout en traversant la pièce en prenant soin de ne pas trop me salir, j’ajoute :

-Sympa la déco Red’. C’est conceptuel, c’est avant-garde. Mais y’a quelque chose qui manque…
-Comme du rouge.
-Ouais c’est ça, du rouge. Ça arrache pas encore assez la rétine.

Je pose mon regard sur Bleu et la salue furtivement :

-Yo, soeurette, t’es toute belle aujourd’hui.

C’est en m’approchant d’une autre porte que je me tourne et marche à l’envers pour avoir mes joyeux frères et sœurs encore face à moi.

-Bon, comme vous respirez le bonheur, ce serait dommage de vous déranger. On va chasser de l’humain, à plus.

Dans un grand sourire, j’attrape le bras de mon frère, pousse la porte et disparaît en sa compagnie. Y’a pas à dire, notre famille c’est vraiment un enchaînement de gens dérangés. On pourrait faire beaucoup de choses ensemble et pourtant on continue à se marcher dessus, à s’engueuler ou à s’ignorer. On pourrait devenir terriblement puissants et pourtant ça ne marche pas comme ça. Si je le regrette ? Non, je m’en fiche. Tant que j’ai Olive, ça m’est égal. Lui, je sais qu’on ne me le retirera pas, on est la même personne, le même camp. On est certainement plus avantagés que tout le reste de la fratrie. Très certainement.

_________________


DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Kill. Exterminate.
LOCALISATION : Nowhere
CITATION DU PERSONNAGE : Le ciel, la terre, et même moi. Le monde entier est rouge sang.

MESSAGES : 183
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
14/100  (14/100)
Point Membre:
37/100  (37/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Soul's Meeting   Mar 8 Aoû 2017 - 12:28

Redwan était pris dans sa drôle de frénésie de peinture. S'engueulant avec sa famille, marchant fièrement sur l'ego de Silver. A dire vrai, il ne savait même pas si il avait du respect pour les gens qui partageaient son sang. A dire vrai, il s'en foutait.

Il entendit Bianco se joindre à leur groupe mais son occupation sur le mur était beaucoup plus drôle que d'accueillir son frère. Après tout, Bianco, son délire, c'était le pouvoir, la puissance, l'administration, tout ça. So not funny. Il savait pas ce que c'était de s'amuser vraiment, de torturer les gens, de les tuer, petit à petit. Ca prenait aux tripes et que c'était bon !

Il se retourna légèrement pour voir Bleu et le nouvel arrivé s'amuser entre eux. Grand bien leur fasse. Quoique Bianco avait l'air … Heureux ? Nevermind.

Il ouvrit les pots de peinture à coups de pieds, les balança contre les murs, les regarda se déversa au sol. Il se fichait du bazar qu'il était en train de mettre. Mais complètement.

Il entendit deux de ses frères dire qu'il partait. Il avait limite envie de dire « bon débarras », il se retient. Il avait la flemme de leur parler, il voulait pas perdre de temps avec ça. C'était Green et Silver. Et honnêtement, tant que Silver continuait à être si … Shouté en permanence, ça le faisait pas. Rosenrot à une image à tenir. Et ils étaient à l'orphelinat avec Croix. Il fallait prouver qu'ils étaient meilleurs qu'eux. Et pas être un déchet complètement stone qu'on veut juste pousser du pied tellement il nous dégoute. C'est ce qu'était Silver. Un déchet.

Et Green. Green qui était revenu mort. Mort. Plus aucun d'eux n'avait d'âme. Mais Green, c'était pire. Il fuyait tout le monde. Et il était vide. Mort. Plus aucun fun.

Le pire, c'est que Red pensait que ces deux là avaient du potentiel. Si seulement ils s'y mettaient sérieusement. Si seulement, ils avaient gardé l'union qu'ils avaient quand ils étaient petits. Ils étaient soudés. Et tout ça s'est brisé. Red a toujours été cruel avec Silver, il est né au mauvais moment. Et quand Green est parti, il a pris un bout de cette alliance avec lui. Et ça s'est effondré. Tant pis. Red a le sang. Ca lui suffisait amplement.

Les jumeaux arrivèrent. Firent des réflexions sur le manque de rouge avant de repartir aussi sec. Il les regarda, un sourcil rehaussé, pendant qu'ils partaient par la grande porte.

L'âme rouge se téléporte près d'un corps de mêlé qui traînait encore là. Il était encre intact. A part le fait qu'il soit mort, évidemment. Il le traîna jusqu'au mur, lui traça une rune d'explosion sur le ventre et l'enclencha. Le corps explosa, recouvrant le mur, le sol et le plafond de sang, d'organes, de peau... Il sourit en contemplant son œuvre.

Ils n'étaient plus que trois, mais il trouvait le travail accompli. Ses mains étaient pleines de sang. Il interpella un humain. Un jeune humain. Plus ils sont jeunes, mieux c'est. La guerre était encore très récente, ils étaient encore traumatisés. Il pouvait alors en rajouter plein par dessus. Des couches et des couches de trauma. Pour en faire des humains brisés, qui n'oseront jamais se rebeller, de parfaits esclaves.

Il lui prit le menton, étalant plein de sang sur ton visage.

-Range. Et oublie pas, c'est tes camarades que tu as sur le visage.

Il frissonna, eu les larmes aux yeux et était tendu comme pas possible. Redwan se délecta de cette vision. Il ne voulait évidement pas que toutes ces couleurs s'en aillent. Il voulait qu'elles restent, aussi longtemps que possible. Il voulait juste que les pots de peintures ne soient pas dans le passage, et que lui et ses camarades noirs ne glissent pas sur les bouts d'organes tombés par terre.

Sa mission ici était fini. Sans un mot, il se téléporta dans le jardin.

_________________

Things I do :
Kill & Exterminate people

Something rare :


Honnest, I really don't like people:
 


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Soul's Meeting   

Revenir en haut Aller en bas
 

Soul's Meeting

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: ▐ Z.O.N.E R.P.▐ :: ● ● Mystery Orphanage :: || Rez-de-chaussée :: °Le hall-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :