AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   Lun 19 Juil 2010 - 19:45

Ifonly they knew...

Noah Rolane
Artémis R. Hellsing
Quand les gens sont de mon avis, il me semble que je doit avoir tort -Wilde



[center]
Lets try a little Freedom






-Viens avec nous, ça va être marrant !
Comme à son habitude, Tim cherchait à l'embringuer dans l'une des ses bétises qui vous valent une privation de dessert par la suite. Noah, qui fatiguait rien qu'à les voir sautiller sur place, déclina l'offre poliment, faisant comprendre à son frère qu'il avait besoin d'air. Celui-ci hocha imperceptiblement la tête, pour que Noah sache qu'il l'avait compris. Les jumeaux avaient tout un langage caché qui leur permettait de comuniquer entre eux sans utiliser de mots. Très pratique la plupart du temps.
Noah emprunta donc le viel escalier de pierre qui menait aux dortoirs des enfants, et manqua de tomber en courant sur les marches inégales. Il arriva près de son lit, fouilla dans ses affaires pour y dégoter son appareil photo. C'était l'objet le plus merveilleux qu'il possédait, et, à ses yeux, la plus belle chose au monde. Il repris le chemin inverse, faisant attention à ne pas tomber cette fois-ci. Une fois en bas, il peina à ouvrir les lourdes portes d'entrées, mais fut chanceux, une jeune fille sortait aussi, et d'un geste gracieux, les ouvrit sans effort.
Il marcha le long d'un sentier, gonflant ses poumons de l'air frais environnant. Il arriva près d'un champs aux hautes herbes. Les nuages laissaient passer un rayon de soleil clairement visible au loin. Noah s'attarda, prennant de multiples cliché du paysage et des hautes herbes qui l'entouraient. Il immortalisa le jeu de deux papillons qui dansaient dans la brise, et les fleurs qui bordaient le chemain. Il s'était avancé sans s'en rendre compte et se trouvait maintenant au beau milieu du champs. Finallement lassé de prendre des photos, il s'allongea, regardant les nuages défiler. Heureux d'avoir pensé à son blouson noir car le vent se faisait de plus en plus violent, rafraichissant l'air en dépit des quelques rayons de soleil. Il voyait dans les cumulus des lapins qui se pourchassaient, se demandant s'ils jouaient au loup; Quelques dragons qui semblaient dormir; Et, juste au dessus de la forêt, une forme étrange qui lui rappelait vaguement une grenouille. Il s'imagina que le bruit des lapins qui jouaient réveillait les dragons endormis et que ceux-ci les prennaient en chasse...
Complètement absorbé par son récit imaginaire, il fut surprit de voir quelqu'un lui tomber dessus, littéralement...



Here, the story starts...


Dernière édition par Noah Rolane le Mar 20 Juil 2010 - 1:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   Lun 19 Juil 2010 - 20:17

Artémis tenait son bloc-notes serré contre sa poitrine; il la réchauffait imperceptiblement. Le vent en faisait battre les feuillets doucement, au même rythme que le balancement des épis dans le champ où la jeune femme avançait. Elle ne cessait de trébucher sur des mottes de terre disgracieuses, mais ne regardait pas pour autant ses pieds. Le ciel était magnifique et valait la contemplation qu'Artémis en faisait. D'un autre côté, il n'était pas question de s'arrêter pour végéter devant la beauté de la voûte: elle voulait rentrer chez elle suffisamment tôt pour coucher par écrit ce qu'elle avait vu dans la matinée et souhaitait aussi manger, car elle ne s'était pas encombrée d'un panier pique-nique.

Elle observait donc le ciel en manquant de s'écraser le nez dans le terreau à chaque pas. Artémis avait toujours été maladroite: là, elle était même suicidaire. Elle savait pertinemment qu'elle risquait de se prendre les pieds dans quelque chose, mais jouait avec le feu. Naturellement, ce qui devait arriver, arriva.

Elle resta un instant en l'air, comme en suspension. Pendant cette seconde, elle pensa au juron qu'elle prononcerait une fois étalée au sol; elle optait pour « Saperlipopette », parce qu'elle le trouvait vieillot et donc parfaitement distingué. Quand elle ne sentit plus le vent mais uniquement la terre froide, elle se redressa vaguement en lâchant son carnet d'écriture, afin de voir l'objet de sa malchance. Ce n'était pas un objet.

Elle s'empourpra de la racine des cheveux jusqu'au menton avant de se répandre en excuses: c'était un petit garçon allongé, presque assoupi.

- Je suis vraiment désolée, je ne voulais pas te marcher dessus, je suis maladroite et je ne regardais pas où je mettais les pieds, excuse-moi vraiment... je.... Je ne t'ai pas fait mal ? Ça va ?

Sa voix vacillait sous la honte et l'empressement. Le petit garçon ne semblait pas bien amoché, mais le côté protecteur d'Artémis prenait le dessus: s'il ne lui assurait pas de sa santé merveilleuse et de son absence de bleus, elle risquait de le prendre dans ses bras. C'était plus fort qu'elle, cela ressemblait un peu à de la pitié - elle s'en étonna intérieurement.

- Tu... fais quoi allongé dans un champ ? Tu regardais le ciel ?

Elle observait le garçon de très près maintenant, elle s'était rapprochée en rampant presque à quatre pattes jusqu'à lui. Il était jeune: peut-être pas dix ans; son visage était parsemé des tâches de rousseurs et des grains de beauté caractéristiques des écossais. Il était du pays! Ces derniers temps, Artémis ne croisait plus grand monde.
Elle s'assit à côté de lui en essayant de ne pas lui faire peur - même s'il n'avait pas franchement l'air farouche. Elle supposa même qu'elle était plus effrayée que lui...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   Lun 19 Juil 2010 - 21:56

Noah ouvrit de grands yeux ronds. Il était tellement absorbé par son monde fictif qu'il s'imagina être attaqué par l'un de ses dragons-nuages. Mais les dragons ne disent pas "saperlipopette", d'ailleurs ils ne parlent pas du tout. Il pu constater, lorque la jeune femme se releva, qu'elle n'avait en effet rien d'un dragon. Si elle ne venait pas tout juste de lui écraser les côtes, il aurait même pensé qu'elle était jolie. Mais le fait est qu'elle les lui a écrasé, ces côtes, alors tant pis. Et puis en fait si, elle avait une ressemblance: Elle était en train de virer au rouge, comme Noah avait imagé ces dragons. Vraiment étrange cette fille..
Il blablatait interieurement sans se rendre compte que la jeune fille balbutiait sans qu'il ne l'écoute vraiment. Elle disait quelque chose comme:
Je suis vraiment désolée, je ne voulais pas te marcher dessus, je suis maladroite et je ne regardais pas où je mettais les pieds, excuse-moi vraiment... je.... Je ne t'ai pas fait mal ? Ça va ?
Elle lui avait sortit tout ça avec un débit impressionnant. Elle devait être sacrément pressée de finir sa phrase... Il lui sourit pour lui faire comprendre qu'il allait bien, mais n'eut pas le temps de lui répondre que l'inconnue le questionnait déjà.
Tu... fais quoi allongé dans un champ ? Tu regardais le ciel ?
Noah avait l'habitude de faire des choses que personne d'autre faisait. Après tout, il buvait son chocolat chaud après s'être brossé les dents. Ce n'est pas une pratique courante. Il avait donc l'impression d'être tout le temps questionné sur le pourquoi du comment de tout ce qu'il faisait. Mais cette fille n'avait pas l'air de le prendre pour un extra-terrestre. Elle se demandait simplement ce qu'il faisait, sans le juger. Noah fut ravi d'arriver à cette conclusion, et décida qu'elle avait droit à l'explication et au pourquoi du comment:
Oui, les nuages sont rigolos. Regarde, il y a trois lapins, deux dragons et une grenouille.. Ah, ben, avec le vent, y'a plus de grenouille, mais elle y était tout à l'heure.
Il afficha avec cela un grand sourire, fier d'avoir repéré autant d'animaux. Il réalisa soudain qu'il se comportait comme un bébé de six ans et s'assis tout de suite pour reprendre une expression plus sérieuse. Aïe, ces côtes.. Il allait avoir un bleu.
Il jeta un coup d'oeil à l'inconnue, qui semblait ne pas avoir remarqué la grimace de douleur qu'il venait de faire. Rassuré, il lui sourit. Celle-ci s'assis à côté de lui. De près, il constata qu'elle était plutôt jeune. Quoi que, Noah n'avait jamais su deviner l'âge des gens. Sans crier garde, sa bouche décida de se faire entendre...
Et toi, appart écraser des enfants dans les champs, tu fais quoi ?
Il espérait que même les fille a moitié dragon avaient de l'humour, sinon elle risquait de mal le prendre. Il afficha un sourire en coin, celui que son frère portait tout le temps. Il priait pour qu'elle comprenne qu'il plaisantait. Ah, cette manie qu'il avait, de toujours parler tellement vite qu'il n'avait pas le temps de réfléchir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   Lun 19 Juil 2010 - 22:19

- Oui, les nuages sont rigolos. Regarde, il y a trois lapins, deux dragons et une grenouille.. Ah, ben, avec le vent, y'a plus de grenouille, mais elle y était tout à l'heure.

Le petit garçon restait allongé à observer le ciel. Artémis se demanda un instant s'il avait pris conscience de s'être fait marché dessus. Elle fit la moue en regardant le ciel aussi. C'était la raison pour laquelle elle avait trébuché! Elle n'y voyait pas de lapins, pas de dragons ni de grenouilles. Bien sur, elle avait de l'imagination, mais elle ne percevait que des nuages: de magnifiques cumulonimbus courroucés de la lumière éclatante du soleil, gonflant avec vanité au grès des vents. Elle admirait ce paysage: elle aimait l'Écosse pour cette beauté.
En un instant, elle avait oublié le garçon et rêvassait à nouveau en observant les géants blancs se déplacer lentement au dessus d'elle. En plissant les yeux, elle distinguait un des dragons du petit étendre sereinement ses ailes pour glisser vers l'horizon. Majestueux.

- Et toi, à par écraser des enfants dans les champs, tu fais quoi ?

Elle tourna vivement sa tête vers celui qu'elle avait oublié; puis prenant conscience du sarcasme, elle fut secouée d'un petit rire honnête. Artémis le trouvait mignon et naïf, même si la remarque aurait dû lui faire penser le contraire.

- Je n'écrase pas des enfants dans les champs à plein temps. Ça ne rapporte pas beaucoup, se moqua-t-elle sans cesser de sourire.

L'enfant s'était redressé. Elle le toisai sans s'en rendre compte; les yeux dans le vague mais le regard vers lui. Que faisait-elle réellement ? Elle s'ennuyait. Elle se baladait, écrivait, traînait au pub', discutait un peu et attendait désespérément que Sophia daigne bien lui assigner une nouvelle mission. Le petit posait une excellente question.
Mais ce n'était pas un moment pour faire une introspection! Elle se secoua la tête pour replacer les quelques neurones qui se battaient en duel et rampa dans la terre jusqu'à son bloc-notes. Elle le ramena en le brandissant comme un objet de convoitise.

- J'écris ! s'écria-t-elle avec une sorte de ton triomphant. Elle n'était pas peu fière d'écrire, de "scribouiller" comme certains disaient en riant. Dernièrement, c'était toute sa vie. Elle aimait cela: et même si ce n'était pas de la grande littérature, cela lui plaisait à elle, et c'est cela qui importait.

- Mais il n'y a pas de dragons, de lapins ou de grenouilles dedans...

Elle espérait, sans vraiment s'expliquer pourquoi, que le petit garçon ne lui en veuille pas trop de ne pas inclure ces animaux dans ses récits. Elle ressentit le besoin de se rattraper; en se mordant la joue, elle s'empressa d'ajouter:

- Il y a de courageux héros dedans, et je suis sûre qu'ils aiment les grenouilles et les lapins par contre ! Tu aimes lire ou écouter des histoires ?

Artémis lui fit le plus grand sourire dont elle était capable - sa culpabilité quant à l'avoir écrabouillé s'était envolée- elle ne cherchait plus qu'à le découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   Lun 19 Juil 2010 - 23:26

Heureusement pour lui, la jeune fille se mit à rire. Sa question ne l'avait pas vexée. Ouf. On sait jamais, ça pourrait être carnivore les filles-dragon...
- Je n'écrase pas des enfants dans les champs à plein temps. Ça ne rapporte pas beaucoup.
Noah étouffa un rire. Elle avait même de l'humour. Elle resta un moment immobile, le fixant. Il se demandait s'il lui restait une moustache de chocolat de son goûter. Ca lui arrivait souvent. Il passa la main sur sa bouche pour essuyer les éventuels résidus, ce qui sembla ramener la jeune femme à la réalité. Elle ne le dévisageait donc pas, elle était simplement dans la lune; Rassurant. Elle s'éloigna, toujours sur les genous. Etrange méthode de déplacement, peut-être quelque chose réservé à son espèce... Noah secoua la tête pour chasser ces idées. N'importe quoi, les dragons, ça n'existe pas, tenta-t-il de se persuader.
Elle se retourna subitement brandissant un bloc-notes. Elle lui dit qu'elle écrivait. Ah, parce que c'est un exploit ? Noah ne comprenait pas... Lui aussi savait écrire, mais il n'en était pas si fier. Peut-être que les lettres de la langue des dragons étaient très difficiles, et qu'ils apprenaient à écrire très tard. C'est sûrement ça, se dit le garçon...
- Mais il n'y a pas de dragons, de lapins ou de grenouilles dedans...
Dans son carnet ? Comment un dragon peut passer dans un bouquin aussi petit ? Evidemment qu'il n'y en a pas ! Complètement perdu, le jeune homme la regarda sans comprendre.
- Il y a de courageux héros dedans, et je suis sûre qu'ils aiment les grenouilles et les lapins par contre ! Tu aimes lire ou écouter des histoires ?
Ah, elle écrit des histoires ! C'est beaucoup plus logique. Il n'y avait jamais réfléchit, mais c'est vrai que toutes les histoires qu'on leur lisait le soir avant de dormir devaient bien venir de quelque part. Noah se sentit très bête tout à coup. Il s'empressa de répondre, craingnant qu'elle ne remarque qu'il s'était perdu dans son monde imaginaire.
- Oui, j'adore les histoire ! Même s'il n'y a pas les animaux du ciel.
Ca y est, je me remets à parler comme un bébé cadum,
se dit le jeune homme. Mais il n'y pouvait rien, ce large sourire lui paraissait familier. Comme s'il l'avait toujours connu. Elle était si maternelle, qu'il devait confondre ce vague souvenir du sourire de sa mère avec celui de l'inconnue. Puis, sa bouche parla a nouveau d'elle même.
- Comment tu t'appelles?
Bon, ça va, sur ce coup-ci elle avait dit un truc utile au moins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   Mar 20 Juil 2010 - 0:00

- Oui, j'adore les histoires ! Même s'il n'y a pas les animaux du ciel.

La phrase s'était fait attendre. Artémis eut même peur un instant qu'elle ne vienne pas et qu'il détestât les histoires ou trouvât ça d'un autre âge. Quand l'enfant la lâcha, ce fut une délivrance. Au moins, elle pouvait lui parler de quelque chose! Qu'aurait-elle dit, sinon ? « Ah, tu n'aimes pas les histoires ? Ah... bon... je vais te laisser alors, je crois... » ? Démoralisant. Tous les enfants aimaient les histoires, généralement. Artémis pensa qu'elle devrait peut-être en écrire pour eux, plutôt que pour elle. Elle aurait volontiers écris un conte, même. Plus elle y réfléchissait, moins l'idée lui semblait saugrenue. Avec des dragons, des grenouilles princesses et des lapins sans Alice. Cela l'enchantait... Dire qu'elle n'aurait pas eu cette envie ou cette idée toute seule. Vraiment, ce gamin était génial! Elle se calma un peu en regardant l'enfant qui ajouta:

- Comment tu t'appelles?

Artémis leva un sourcil. Il changeait vite de sujet. Du coq à l'âne! Ou du lapin-dragon à la grenouille, au choix. Elle continuait d'arborer son sourire - en réalité, elle ne parvenait pas à se l'enlever du visage. Ce garçon lui plaisait, il était « chou ».

- Je m'appelle Artémis, mais si tu n'aimes pas tu peux m'appeler Rose. J'ai deux prénoms, alors autant en profiter. J'aime bien les deux en plus.

Elle se tut. Il s'en fichait sans doute cordialement qu'elle ait deux prénoms, qu'elle les aime bien et qu'elle veuille en profiter. Lui, comment s'appelait-il ? Avant même qu'il réponde pour dire celui qu'il préférait, elle enchaina:

- Et toi ? Tu as plusieurs prénoms ? Comment tu te nommes ?

Artémis était de nature curieuse: et le petit garçon aussi, apparemment. Ils allaient bien s'entendre. Finalement, cet évènement égayait sa journée; même si elle serait obligée de laver ses vêtements plein de terre en rentrant et qu'elle n'aurait sûrement pas le temps d'écrire ce qu'elle voulait. Elle risquait même de l'oublier: mais elle n'oublierait pas cette rencontre. Elle pourrait même faire de ce petit garçon le preux chevalier de son futur conte! Sans s'en rendre compte, elle souriait béatement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   Mar 20 Juil 2010 - 0:27

- Je m'appelle Artémis, mais si tu n'aimes pas tu peux m'appeler Rose. J'ai deux prénoms, alors autant en profiter. J'aime bien les deux en plus.
Deux ? Noah ne voyait vraiment pas à quoi ça pouvait servir. C'est pas comme si ça tombait en panne, des prénoms. M'enfin...
Artémis... Ca lui rappelait quelque chose. Ah ! Les histoires des Dieux grècs, ce nom ressemblait à celui de l'une des déesses, mais Noah était incapable de se souvenir de plus que cela. De toute façon, il n'eut pas le temps de lui poser la question qu'elle reprenait déjà.
- Et toi ? Tu as plusieurs prénoms ? Comment tu te nommes ?
Alors là, c'était trop de questions à la fois ! Encore une fois, sa bouche fut plus rapide que son cerveau. Noah s'imaginait souvent qu'ils étaient un vieux couple marié et qu'il se battaient constament pour avoir la parole. Il semblait que la superiorité feminine soit d'actualité dans ce couple là...
-Moi c'est Noah. J'en ai qu'un. Mais comme j'ai un jumeau, nos parents n'allaient pas chercher quatres prénoms, ça fait beaucoup ! Et Artémis, c'est le nom d'une Déesse grèque, non ? J'aime bien la mythologie.
Noah repensa à ce livre qui lui avait été offert pour noël, Le voleur de foudre. Il aimait beaucoup ce livre parce que le héro était très jeune. Il rêvait, lui aussi, de pouvoir faire de grandes choses malgré son jeune âge. Du haut de ses dix ans, il débordait d'ambition. Il voulait un jour être comme son frère, bavard, extravertit et courageux. Et peut-être même ressembler aux héros de l'histoire. Perdu dans ses pensées, il avait oublié la jeune fille. Un petit papillon blanc qui passait par là l'extirpa de ses rêveries. L'insecte se posa sur l'épaule d'Artémis. Il tenta de butiner son pull, puis, face à son échec, repartit danser dans la brise.
-Visiblement, c'est ton truc d'attirer les p'tites bêtes... Au fait, elle parle de quoi ton histoire ? Y'a des princesses ? Non parce que j'aime bien les filles mais des fois ça a trop peur de se salir pour jouer avec nous, c'est ennuyant.
Noah baissa les yeux sur le pantalon de la jeune fille et remarqua les taches de boue qui jonchaient le tissu. Ben au moins elle faisait pas partie des filles qui se prenaient pour des princesses ! Décidément, Noah l'aimait de plus en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   Mar 20 Juil 2010 - 0:44

- Moi c'est Noah. J'en ai qu'un. Noah ? Noé en anglais. Noah's Ark. Bien entendu, malgré sa perte de mémoire, Artémis connaissait la Bible! Elle l'avait vaguement lue, plus comme un roman de fantaisie que comme un texte religieux. Elle aimait bien ce prénom, Noah. C'était simple, cela sonnait bien.
- Mais comme j'ai un jumeau, nos parents n'allaient pas chercher quatre prénoms, ça fait beaucoup !

Artémis fut secouée d'un petit rire enjoué et à la fois amer. Quatre prénoms, c'était effectivement beaucoup. Il avait un jumeau. Elle avait entendu dire qu'ils étaient inséparables, qu'ils faisaient tout ensemble et ne pouvaient vivre l'un sans l'autre: si l'un décédait, l'autre mourrait de chagrin. Elle avait entendu pas mal d'histoires là-dessus. Il avait pourtant l'air bien séparé de son autre jumeau, pour le coup.
Son rire était aussi amer. Il avait dit "nos parents n'allaient pas chercher". Artémis n'avait pas connu ses parents; ou du moins, ne s'en rappelait pas. Elle ne se rappelait pas non plus de sa jeunesse. Elle ne se souvenait pas avoir été comme lui, une gamine effervescente une fois trempée dans les champs, rêvant de dragons et de lapins. Dans son cœur, un léger pincement. Parfois, elle regrettait.

- Et Artémis, c'est le nom d'une Déesse grecque, non ? J'aime bien la mythologie.

Elle acquiesça en chassant les mauvaises pensées de sa tête. Oui, son prénom était celui d'une déesse grecque, celle de la chasse si elle se souvenait bien. Elle ne s'était jamais trouvé un tempérament chasseur. Elle appréciait les animaux, elle leur trouvait une beauté mystérieuse, une sorte d'insondable caractère sauvage et profond. Elle n'avait pas vu énormément d'espèces d'animaux à cause de sa perte de mémoire mais elle se souvenait avoir vu des images du cheval de Prevalski sur internet, à l'occasion d'un reportage sur les espèces non domestiquées par l'homme. Elle s'était repassé plusieurs fois la vidéo d'une heure et demie pour voir encore et encore les mêmes images de ces étalons robustes et farouches courir dans les hautes herbes.

-Visiblement, c'est ton truc d'attirer les p'tites bêtes... Au fait, elle parle de quoi ton histoire ? Y'a des princesses ? Non parce que j'aime bien les filles mais des fois ça a trop peur de se salir pour jouer avec nous, c'est ennuyant.


L'enfant la tira de sa rêverie. Elle n'avait même pas remarqué le papillon qui s'envolait. De... de quoi parlait son histoire ? Non, il n'y avait pas de princesse. Elle se secoua un peu la crinière de la main gauche, pour reprendre ses esprits.

- Non, pas de princesses. Tu n'aimes pas les filles ni les princesses ? J'en mettrais peut-être une plus tard, mais mon histoire parle de choses tristes au début et je n'en suis qu'au début. Tu veux que je te le raconte peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   Mar 20 Juil 2010 - 1:28

Elle remit ses cheveux en place, et Noah se demanda pourquoi les filles s'embêtaient toujours avec des cheveux aussi longs. C'est agacant d'avoir à les brosser et tout ça. Etant donné l'aversion qu'il éprouvait pour les coiffeurs, le garçon n'arivait vraiment pas à comprendre comment on pouvait aimer se laisser pousser des poils d'un mètre sur la tête... Sûrement un de ces trucs de filles, comme faire attention aux vêtements ou avoir des ongles longs...
- Non, pas de princesses. Tu n'aimes pas les filles ni les princesses ? J'en mettrais peut-être une plus tard, mais mon histoire parle de choses tristes au début et je n'en suis qu'au début. Tu veux que je te raconte le début peut-être?
Elle écrit des choses tristes. Noah se souvint qu'il ne prenait la pluie en photo que lorsque lui même n'allait pas bien. Il vit en elle une peine profonde et réalisa qu'à cause de son attitude enfantine, elle ne lui révèlerait rien sur ce qui l'attristait. Il se sentit coupable. Elle aurait pu se confier à lui s'il n'avait pas agit de façon si puérile jusqu'ici. Le garçon ne se rendait pas compte que si elle ne partageait pas tout cela avec lui, c'était avant tout pour protéger son innocence, comme n'importe quel adulte l'aurait fait. C'est un réflexe naturel que de vouloir protéger un enfant, mais ça, Noah ne pouvait le concevoir. Pour lui, son âge était une barrière qui limitait ses relations avec les autres et l'enfermait dans un océan d'impossibilités.
Ne voulant pas l'emener vers un sujet qui risquait de l'attrister, le petit garçon préféra lui redonner le sourire en restant léger.
J'adorerais entendre ton histoire. Peut-être que je pourrais la rendre un peu plus joyeuse ? En ajoutant des lapins qui jouent au loup, par exemple ?
Noah redoutait qu'elle ne décline cette offre. Il savait que l'art était précieux à chacun et qu'il était dur d'accepter que d'autres le modifient. Mais Artémis n'avait rien d'une personne possessive. Elle semblait épanouie et ouverte. Il croisa les doigts de sa main droite, qui était cachée dans sa poche de pantalon. Il voulait vraiment qu'elle soit son amie et avait peur d'être rejeté par cette nouvelle rencontre. Il espérait qu'en égayant son récit, il parviendrait à lui faire voir le monde à travers ses yeux, un monde plein de couleurs, peuplé de créatures improbables et de sensations nouvelles à chaque seconde. Au fond, ce qu'il voulait vraiment c'était calmer cette peine. Une autre de ses ambitions démesurées... Il chassa cette idée de la tête, s'épargnant ainsi une future déception
Le vent s'était calmé et il avait enlevé sa veste. Il avait attrapé quelques épis de blés autour de lui et arraché les grains un à un machinalement, tout en réfléchissant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   Mar 20 Juil 2010 - 1:45

- J'adorerais entendre ton histoire. Peut-être que je pourrais la rendre un peu plus joyeuse ? En ajoutant des lapins qui jouent au loup, par exemple ?

Décidément, cet enfant était plein de bons sentiments, de bon cœur. Il était tendre. Artémis l'aurait bien croqué! Elle lui sourit en lui ébouriffant les cheveux d'une main - ce qui n'eut pas grand effet vu sa coupe. Elle espéra un instant qu'il ne se rebute pas de ce geste.

- Il n'y a pas de lapins qui jouent au loup, et il faudrait que je réfléchisse pour en rajouter. Et comme je ne suis pas très intelligente, j'en ai pour longtemps à réfléchir. Si tu veux, on peut faire autrement. Tu me racontes une histoire avec des lapins qui jouent au loup, et je l'écris. C'est pas mal comme petit marché non ? Chacun sa part, et après je te donne l'histoire et tu pourras la lire quand tu le souhaiteras.

La proposition était honnête, cela l'embêtait de raconter une histoire malheureuse à un bambin si rayonnant. En plus, elle n'en connaissait pas la fin. Elle aurait du y penser avant de lui demander s'il voulait l'écouter. Toujours tête en l'air...

Artémis fouilla dans son sac à la recherche d'un stylo: elle en trouva un tout rabougri et noirci. Elle s'interrogea: à quoi pouvait-elle bien ressembler ainsi ? Des genoux pleins de terre, une sacoche en ruine, une crinière de sauvageonne... Elle était sûrement loin de l'idée de « princesse » que pouvait se faire le petiot.

Il était loin de l'idée qu'elle se faisait des enfants. Elle les voyait gambader et jouer à chat en criant partout, pas rêver dans les champs. Elle les imaginait plus énergiques. Cela lui démangeait de savoir: elle, avait-elle gambadé ou rêvé ?

Elle ouvrit son bloc-notes à une nouvelle page et écrivit en belles lettres -elle s'appliqua autant qu'elle le put- rondes "A Noah". Elle avait lu dans plein de romans ces destinations, ces dédicaces, elle ignorait le nom exact, que l'on trouvaient au tout début. Artémis s'était toujours imaginé que c'était pour des proches, des intimes. Elle n'aurait pas imaginé l'écrire pour un parfait inconnu; une réplique lui revint en tête cependant: « maintenant qu'on connaît nos prénoms, on est plus des inconnus! ». Elle s'empêchait de sourire. Ils connaissaient leurs prénoms, après tout, et puis il ne risquait pas de la kidnapper!
C'était le monde à l'envers. L'enfant, c'était elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   Mar 20 Juil 2010 - 12:25

En la voyant sourire à sa proposition, le petit bonhomme se détendit. Il décroisa ses doigts pendant que ceux d'Artémis ébouriffaient ses cheveux déjà en bataille. Il eut un léger pincement de coeur, ça, c'était tout sa mère. Elle voulait vous emmener chez le coiffeur un jour sur deux, mais passait son temps à les dépeigner, son frère et lui.
- Il n'y a pas de lapins qui jouent au loup, et il faudrait que je réfléchisse pour en rajouter. Et comme je ne suis pas très intelligente, j'en ai pour longtemps à réfléchir. Si tu veux, on peut faire autrement. Tu me racontes une histoire avec des lapins qui jouent au loup, et je l'écris. C'est pas mal comme petit marché non ? Chacun sa part, et après je te donne l'histoire et tu pourras la lire quand tu le souhaiteras.
Pas très intelligente ? C'est bizarre de se rabaisser à ce point-là, pensa Noah. Il menaça silencieusement de faire brûler sa bouche si elle parlait sans qu'il n'eut le temps de réfléchir. Après tout, il ne la connaissait pas, cette fille, et il est clair qu'il ne savait rien du tout sur les filles-dragon, mais elle avait l'air d'une chouette fille, rien ne pouvait insinuer une quelconque déficience mentale. Il la scruta un moment
-Moi je te trouve normale, à part que tu ne regardes pas où tu vas, tu n'as pas l'air bête.
Il ajouta à cela son sourire le plus angélique en espérant qu'elle comprenne qu'il voulait lui remonter le moral.
-Et c'est d'accord, pour l'histoire, dit-il en lui tendant la main. Marché conclu, annonça-t-il sur un ton des plus sérieux.
Il attrapa sa veste noire, qui était en boule près de lui depuis qu'il l'avait retiré. Il la secoua un peu pour enlever les quelques brindilles d'herbes qui s'accrochaient au tissu, puis l'étala derrière lui, là où son dos serait dans une minute. En voyant qu'Artémis suivait ses gestes du regard, il s'expliqua:
-En regardant les nuages, on a plus d'inspiration. Y'a tellement de choses à y voir avec un peu d'imagination.
Il haussa les épaules et s'allongea. Les nuages n'étaient que de gosses boules de cotons, au départ. Mais en se concentrant d'avantage, il pu voir qu'il s'agissait en fait d'un cheval qui hennissait, d'un grand bateau qui lui rappelait le Titanic parce que sa coque était fendue, et une fille en robe de mariée. Quelques nuages changeants au grès du vent agrémenteraient l'histoire lorsqu'ils auraient pris une forme interprétable.
Du coin de l'oeil, il vit la jeune fille prendre la même position et entreprit de lui montrer les habitants du ciel.
Il lui expliqua que la mariée et le cheval étaient probablement à bord du paquebot, et que celui-ci était extrèmement luxueux. Il s'agissait sûrement du départ en lune de miel d'un couple fraichement marié. Le cheval était internationnalement connu, l'un des plus rapide et le plus prisé... Il s'arrêta un moment pour regarder la jeune fille. Il n'avait jamais imaginé partager son monde imaginaire avec quelqu'un d'autre que son frère. Il ne connaissait Artémis que depuis une heure et pourtant elle avait déjà son entière confiance. Sûrement encore un truc de dragons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   Dim 1 Aoû 2010 - 19:20

- Moi je te trouve normale, à part que tu ne regardes pas où tu vas, tu n'as pas l'air bête.

Était-ce censé la rassurer ? Peut-être. Elle ne se trouvait elle-même pas particulièrement « normale », surtout avec des pouvoirs qui la dépassait quelque peu. La remarque partait d'un bon sentiment et Artémis y répondit par un sourire.

- Et c'est d'accord, pour l'histoire, marché conclu.

Elle observa la feuille de calepin marquée de "A Noah" un instant puis cala le bouchon du stylo entre ses dents (elle commença à le mâchonner inconsciemment).

- En regardant les nuages, on a plus d'inspiration. Y'a tellement de choses à y voir avec un peu d'imagination.

Il venait de s'étaler sur sa veste. Ses propres affaires étaient déjà dégoutantes de terre, peut-être était-ce une meilleure idée de ne pas imiter le garçon: mais finalement, elle prit la même position que lui. Un peu de lavage en plus ou en moins... Elle détailla les nuages sans rien y voir, même en se forçant.
Après quelques instants, Artémis se tourna sur le flanc, vers Noah. Elle l'observa scruter le ciel, attendant qu'il commence. Il ne tarda pas. Il parla, en accompagnant de son doigt les formes des nuages gonflés de pluie, de cheval, de couple marié, de voyages en bateau...

Comprenant qu'il finirait par se perdre dans sa contemplation, elle prit les devants. Elle ne pouvait pas retenir tout ce qu'il lui contait et ne pourrait sûrement rien écrire qui lui plaise - et finalement, c'était ce qu'elle voulait. Elle le coupa en douceur.

- Le couple ? Le cheval ? Tu veux qu'ils soient tes héros ? Tu as une idée du nom qu'on pourrait leurs donner ?

Elle laissa un soupir en s'accrochant à la réaction de l'enfant -pourvu que ce ne soit pas trop brutal pour ne pas le sortir de son univers.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: || Chemins effacés-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :