RED&RAYNE ✟ « A l'aube du mal... »


Partagez | .
 

 RED&RAYNE ✟ « A l'aube du mal... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CITATION DU PERSONNAGE : GREYJOY ✟ « Notre vengeance sera le pardon.... »

MESSAGES : 377
DATE D'INSCRIPTION : 06/11/2011

Niveau du personnage
Point RP:
38/100  (38/100)
Point Membre:
71/100  (71/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
R. Leesian Vasilis
Revenge
MessageSujet: RED&RAYNE ✟ « A l'aube du mal... »   Sam 8 Juin 2013 - 18:24


« La naissance du mal... »

    Ciel assombri d'un voile noir de nuage, dont les éclairs illuminent les cieux. Le paysage autour de moi et sans couleur, en noir et blanc. Bien que ce soit à Londres, l'époque semble différent, tout comme la chanson que j'entends. Parmi deux hommes un seul, m'attrape et me tire dans une ruelle, il n'a pas de visage... Du moins, il fait trop sombre pour espérer apercevoir les traits de son visage. Seul ses dents blanches sont visibles, montrant son sinistre sourire. Non. Une balafre est visible sur son visage sombre, elle est blanche et luminescente comme ses dents. Une balafre qui se situe sur son oeil gauche, ou à côté de son oeil gauche. Je tente de me débattre, jusqu'à ce que... Sur sa silhouette noire, sans couleur, juste noire... Une tâche rouge apparaît, du sang... Seule couleur visible dans cet univers. L'homme disparaît on de millier de chauve souris à la suite... L'autre homme, n'avait pas bougé observant de ses yeux clairs dans les ténèbres, tout aussi luminescente que la balafre et les dents du premier individu.

    Celui-ci s'approche et me recouvre d'une cape obscure aussi obscure que lui...


    Et puis, je me réveille en sursaut... Les réveils en sursaut, cela m'arrive souvent, quand je fais ce genre de rêve. Et je rêve de cela depuis, trois nuits, me demandant ce que ça signifie, me demandant si je dois toujours aller en Islande... C'est sur les routes de Londres que je marche en direction de l'Écosse, j'en ai pour des jours... Mais je dois bien passer par quelque part pour attendre l'Islande, peut-être que j'y trouverai une embarcation. La nuit est glacée dans le coin, mais ici j'arrive à me réfugier dans des halls le soir, où il est fait un peu plus meilleur, qu'à l'extérieur. Dans les poubelles je trouve de quoi me nourrir, les touristes et les londoniens gaspillent beaucoup la nourriture ici. J'en profite et je rationne l'eau potable que je trouve dans les coins publics. L'eau, je suis parfois étonnée de voir ce qu'ils font avec l'eau, combien de quantité d'eau il gaspille pour leur fontaine, alors qu'il pourrait donner de cette eau perdue au pays de sécheresse.

    Nous sommes un lundi du soir, d'après ce que je sais et j'ai eu vent... J'ignore la date précisément, on doit être un 22, ou 23 peu importe...

    Alors que le jour a laissé place à une nuit noire, une mélodie qui ne met pas inconnu me parvient aux oreilles... Il s'agit d'une chanson, qui date de l'année 1920. Comment je le sais, je me trouve devant un vieux cinéma qui passe des films en noir et blanc. Et j'avoue que même en Somalie, on a le droit d'avoir des passions et j'en ai pour ce genre de musique. Puis un flash d'un appareil photo vient me brûler la rétine, flash me rappelant étrangement les éclairs silencieux de mon rêve. L'atmosphère devient lourd, comme si soudainement un regard malsain s'était posé sur moi. Un mauvais pressentiment. Pressentiment, qui crée un vide au niveau du ventre. Alors, je m'écarte du cinéma, c'est alors que dans le coin de l'oeil je vis une silhouette me suivre. Je tentais néanmoins de garder mon calme, il y a des gens autour de moi, je n'aurais qu'à crier si jamais, tout ce passait mal. Et puis, peut-être que ce n'est que mon imagination...

    J'ai maintenant une mauvaise expérience des hommes, chacun profite de moi contre mon gré et qu'on je ne suis plus en état de faire quoi que ce soit. Puis, je passe devant une vitrine, où il passe les informations. C'est alors, que la chaîne fait passer un avis de recherche et c'est à ce moment-là que je reconnais, le criminel recherché... A cause de la balafre, qu'il porte à côté de son oeil gauche. Un frisson me parcoure le dos, la peur de même... Est-ce que mon rêve parlait de lui ? Est-ce qu'il va me violer et me tuer ? Non, je ne veux pas mourir comme ça. Je me mets alors, à courir paniquer comme si soudainement, j'étais effectivement pris pour cible. Et comme pour tenter de semer la personne qui me poursuit, s'il y avait réellement une personne qui me suivait. Je bifurque entre plusieurs ruelles, la peur au ventre quand soudainement... Un cri. Le cri d'une femme, provenant de la même ruelle que moi, bien, qu'il y a un croisement.

    La peur laisse place à la curiosité quand les cris deviennent nettes, c'est alors que je me précipite pour voir ce qui se passe. Tout en me demandant tout de même, s'il était raisonnable d'y aller, ou de ne pas y aller. Et quand, enfin j'arrive... Je l'aperçois. Une silhouette dans le haut de sa veste blanche est immaculée de sang, je reconnais la balafre sur son visage... Mes yeux s'attardent sur la jeune fille au sol, gisant, inerte... Mes mains se posent sur mon visage, comment pour tenter de cacher mon dégoût, ma surprise, ma peur... Je ne sais pas ce qu'il m'a pris exactement à ce moment-là, mais je me suis mise à crier en courant vers lui. Je le pousse des deux mains pour le faire trébucher au sol et je me mets à crier à l'aide de toutes mes forces. L'homme se releva, la peur qu'il s'en prenne à moi, me remonta jusqu'au triple. Quelque chose sembla effrayer l'homme peu après et il prit la fuite. Quand, le calme revint dans mon esprit, un bruit sourd ce fit entendre derrière moi.

    Le même bruit que l'eau jeter d'un seau depuis le cinquième étages... Bien que la jeune fille était blessée, elle respirait encore... Je sortie de la ruelle quelques instants pour chercher de l'aide... Bien que mon anglais, soit nul...

    « A l'aide, s'il vous plaît... Une fille agressée par homme là-bas, elle, être blessée. »

    J'attrape un homme...

    « Aidez-moi, monsieur... S'il vous plaît ! »

_________________



« The Mother of Kraken... »

Greyjoy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
EMPLOIS/LOISIRS : Kill. Exterminate.
LOCALISATION : Nowhere
CITATION DU PERSONNAGE : Le ciel, la terre, et même moi. Le monde entier est rouge sang.

MESSAGES : 194
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
26/100  (26/100)
Point Membre:
51/100  (51/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Redwan Soul
Admin | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
MessageSujet: Re: RED&RAYNE ✟ « A l'aube du mal... »   Lun 10 Juin 2013 - 14:07

Vous vous rendez compte que cet idiot ne Mike m'a demandé de l'accompagner à Londres ? Moi ? Il m'a demandé de l'accompagner à Londres ! Juste parce que je suis téléporteur. Nan mais gars, si t'as pas d'ami, prends un Curly ! J'ai donc du le téléporter jusqu'ici. C'est vraiment ... Chiant. Nul. Il n'y a pas écrit Taxi sur mon front. Heureusement que je n'ai pas à l'attendre le temps qu'il finisse son truc à Orpheo tout de même. J'aurais pas apprécié. Sinon, il a mon numéro. Mais je dis pas que je viendrais le chercher. J'ai des missions en plus à faire. Contrairement à lui qui passe ses journées avec des gosses. Je le plains, vraiment. Et lui aussi en a marre, je le sais bien. On en aurait tous marre à sa place. Rien que ceux d'Ecosse nous tapent sur le système.

J'ai fait un aller pour Londres. Ecosse, Londres, c'est assez crevant. Enfin, je pourrais rentrer maintenant aussi, et j'aurais encore de l'énergie mais quitte à être ici, autant faire un tour. Enfin, j'ai quand même pas grand chose à faire. Surtout que j'aime pas Londres, on est vraiment trop proche d'Orpheo. Je n'aime vraiment pas ça. Je ne suis absolument pas rassuré et c'est nul.

Je veux dire, j'ai confiance en moi, il n'y a absolument aucun soucis vis à vis de ça, je peux très vite m'échapper. C'est juste l'endroit. C'est un réflexe défensif que j'ai disons. C'est pour ça que nous ne sommes jamais venus habiter à Londres. S'il n'y avait pas Orpheo, je pense qu'on serait déjà venu. Malheureusement, tous ces exorcistes à notre poursuite, ça a plutôt tendance à nous faire fuir.

Je ne sais donc pas du tout quoi faire. C'est mal. Vraiment très mal. Pour le moment, j'erre dans les rues, juste ça. Et tous ces humains, car je sais que se sont surtout des humains qui m'entourent, il n'y a pas d'autres moyens, me donnent envie de tous les égorger. Je sais que j'ai mon poignard dans le dos. Ca me chiffonne qu'il soit là, si bien rangé, caché à la vue de tous. J'ai envie de l'utiliser. Tellement.

Je serre donc les dents et continue d'avancer. Je n'ai rien à faire. C'est naze. Pourquoi j'ai accompagné cet imbécile moi ? Pourquoi il a choisit de porter son dévolu sur moi aujourd'hui ? Saleté d'O'Callaghan.

Je continue donc d'errer dans Londres, m'enfonçant de plus en plus dans la ville, dans les coins sombres, dans les petites ruelles désertes. J'ai envie de faire couler du sang. J'aimerais beaucoup.

Un cul de sac se présente à moi, une personne est dedans. Intéressant. Je m'approche d'elle. Je prends mon ancien couteau suisse que j'ai dans ma poche. Il est presque pas aiguiser, ça va être drôle. Le quartier est désert, je n'ai entendu aucun bruit depuis tout à l'heure. Je me rends donc invisible et me colle à elle. Elle prend peur. Je mets ma main sur sa bouche, rend visible la main qui tient le couteau, pour qu'elle puisse voir ce qui l'attend et enfonce la pointe dans sa gorge d'un coup brut. Le tranche ensuite avec difficulté le reste, le couteau n'est pas aiguisé, ou très peu, ça se fait par à-coups, la peau se déchire eu fur et à mesure. Je sens la trachée, je mets un coup de couteau dedans pour la trancher. Mon couteau arrive bientôt à la fin de son voyage. La fille est déjà morte, je suis déjà visible depuis longtemps. Je laisse tomber le cadavre au sol qui fait un bruit lourd et m'en vais, évitant de marcher dans le sang. C'était amusant, tiens.

Je sors donc du cul de sac, le sourire aux lèvres et me dirige autre part. J'arrive dans une rue un peu plus peuplé. C'est bizarre, il y a deux secondes il n'y avait absolument personne. Quartier mal famé juste à côté de cette rue fréquentée ? C'est étrange. Dans ce cas, il ne doit pas faire bon d'être ici en pleine nuit alors qu'il n'y a plus personne. Enfin, pour les gentilles personnes. Je souris en pensant au massacre que je pourrais faire. J'imagine déjà les magasins, les immeubles tachés de sang, plein de cadavres jonchant le sol. L'image dans ma tête est magnifique, vraiment. Et j'aimerais bien qu'elle se réalise, grâce à moi, tout seul.

Si un jour on doit anéanti tout un village, qu'il n'y a que des humains dedans, ou que tout le monde dort, je pense que je suis la personne adaptée pour faire ça. Vraiment. Ça me plairait d'ailleurs beaucoup de décimer tout un village à moi tout seul. Ahaha.

D'un coup, mes pieds trempent dans de l'eau. Du moins, mes chaussures. Je fronce les sourcils et regardent la source. C'est une petite ruelle très étroite entre deux bâtiments. Je m'insère dedans. Deux cadavres sont par terre et il y a une fille, blonde également, encore en vie. Je la regarde, avec un air mauvais.

L'eau est juste là, posée presque. Comme si elle était apparue, par magie. Je m'avance vers la fille et prend son bras, brutalement. Je sors mon poignard et maintiens fermement son bras pour ne pas qu'elle se débatte. Je fais une entaille dessus, le range. Je trempe mon dos et trace une rune sur son avant bras. Révèle moi tes secrets, petite. Puis-je te tuer ?

La rune révèle : sorcière. Merde. Elle a pourtant l'air effrayée. C'est elle qui a tué ces deux hommes ? Voyons voir tu es faites de quelle trempe. Je regarde les deux cadavres. Et me retourne à nouveau vers elle, un sourire aux lèvres.

- Comment t'appelles-tu ?

Certes, je m'en fiche un peu. Donc je l'emmène ailleurs, la sors de cette ruelle sombre pour l'amener là où il y a des personnes, la tenant par le bras pour ne pas qu'elle s'échappe. Et si j'attirais de nouveaux adeptes dans nos rangs ? Même si je n'ai aucune idée de comment je vais bien pouvoir faire ça.

- As-tu apprécié ôter la vie à ces deux hommes ?

Un sourire sadique illumine mon visage. Je viens juste de prendre une vie. J'ai aimé ça. J'aimerais encore le faire. Tuer, je suis fait pour ça après tout. Laisser le sang coulé, en abondance. Certes, j'ai été plutôt rapide, bref et je n'ai pas fait de scène, c'est assez rare. Mais ça m'arrive, parfois.

_________________

Things I do :
Kill & Exterminate people

Professionnellement anthipathique

Il m'arrive quand même parfois d'être drôle
Color: red


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

RED&RAYNE ✟ « A l'aube du mal... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une bataille à l'aube...
» Demain, dès l'aube...
» L'aube écarlate
» « Rayne's Relationships~ »
» A l'aube du Premier Jour [Aniel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: || Chemins effacés-
Nos partenaires