Forever Halloween


Partagez | .
 

 Forever Halloween

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
EMPLOIS/LOISIRS : Kill. Exterminate.
LOCALISATION : Nowhere
CITATION DU PERSONNAGE : Le ciel, la terre, et même moi. Le monde entier est rouge sang.

MESSAGES : 192
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
26/100  (26/100)
Point Membre:
41/100  (41/100)
Niveau: Novice
avatar
Redwan Soul
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
MessageSujet: Forever Halloween   Dim 9 Juin 2013 - 1:21

Forever Halloween


Bleuann & Redwan





Heureusement que j'ai assez d'expérience pour m'éviter le calvaire de l’orphelinat tous les jours. Heureusement que ma capacité à torturer et tuer sans état d'âme - comme presque tout le monde, certes - me rapporte certains avantages. Comme faire des missions. Assassinats, bien sûr, mais pas que. Et au moins, je n'ai pas à surveiller ces gamins tout le temps. Que je suis heureux d'échapper à cette corvée ! Souffrez bien, chers camarades.

Sinon, ma mission, tuer un mêlé. Facile, tellement facile. J'aimerais bien un peu de challenge de temps en temps, sinon je vais vite me rouiller. Un peu trop vite à mon goût. Un mêlé, un tout petit mêlé inoffensif. Oh, il a bien essayer de se défendre, mais c'était sans compter sur mon expérience du métier. Rien que le fait que je puisse me rendre invisible dérange les personnes. Surtout que j'ai bien fait attention à mettre une rune sur tous mes vêtements. Une rune cousu, de la même couleur que le tissu, à un endroit où on ne la voit pas. Dès que je fais un achat, je l'appose. La rune se déclenche lorsque j'active mon pouvoir. Elle rend invisible mes vêtements quand je suis invisible. Et puis, le fait que je puisse me téléporter aussi. C'est pas mal, je bénis mère nature pour ses pouvoirs merveilleux. Même s'ils ne sont pas vraiment offensifs. Il faut juste être un minimum rusé. Et puis, ça trouble l'adversaire. Et il faut profiter de ce manque d'attention pour frapper, tout simplement.

Du coup, ma mission était en Italie. Ça tombe bien, père et mère habitant là en ce moment. Et je sais que mon adorable petite soeur s'y trouve. Et qu'elle s'y sent très seule. Je le sais, c'est tout. Aussi peut être parce que je me prétends le plus aimé. Alors que je sais très bien que c'est Green son préféré, mais honnêtement, je m'en fiche. Ce n'est pas comme si j’accordais une quelconque importance à tous ces liens. Enfin si, un peu. Disons juste que c'est confus et que je n'arrive pas à exprimer ce que je ressens vis à vis de ma famille. Je préfère donc ne rien dire.

Je marche donc, alors que le soleil commence progressivement à se coucher. Des nuances de jaune, rose, orange et rouge colorent déjà le ciel. Pourtant, il n'est que dix huit heures. Ceci est très étrange. Le soleil se couche plus tard habituellement. Alors que je suis enfin dans un coin calme, dénué de toutes personnes, je me téléporte devant la maison de mes géniteurs. Je sonne alors et rentre, sans y avoir été invité. Je suis l'aîné de la famille, je pense que j'ai le droit de rentrer dans cette famille sans accord, n'est-ce pas ?

J'aperçois donc père et mère dans le salon et vais les saluer. Je leur demande en même temps où se trouve Bleuann. Ils m'indiquent alors la direction. Sous sol. Apparemment, elle s’entraîne. Je me téléporte donc dans la salle d'entrainement. Je crois que je suis déjà venu dans cette maison, elle me rappelle des choses. En même temps, j'ai aussi l'impression que toutes nos maisons se ressemblent. Déjà, elles sont toutes grandes. En même temps, il en faut de la place, pour accueillir neuf sorciers noirs en même temps. Parce que, sait-on jamais, toute la fratrie peut débarquer d'un moment à l'autre. Même si je sais très bien que Green, par exemple, évitera de se montrer. Silver aussi.

Je m'avance dans la grande salle où plusieurs armes sont mises à disposition. J'ai jamais été doué au lancer de quoi que se soit. En même temps, quand je peux me rapprocher de ma victime, je le fais. Sinon, c'est les flingues. Mais je ne cherche pas à lancer de couteau, de javelots, de marteaux ou autre chose encore. Par contre, il faudrait que j'essaie de téléporter un objet une fois. Je devrais savoir le faire tout de même. Et après, pendant que celui ci bouge. Ça pourrait être utile.

- Bleuann ?

Ma voix résonne dans la salle presque vide. Père et mère m'ont pourtant dit qu'elle était là. Et Bleuann, je suis sûr qu'elle sait que je suis là aussi. Elle a du sentir mes émotions, non ? Enfin, je n'ai pas vraiment d'émotions donc les sentir, ça doit être compliqué. Je veux dire, quand une coquille est vide, tu ne sens rien. Après, je n'y comprends rien à l'empathie. Même si parfois ça doit être amusant. Sentir tous les sentiments de la victime que tu écorches, connaitre la douleur que tu lui fais subir... Je suis sûr que j'adorerais ça. C'est cruel de penser ça, n'est-ce pas ? Mais cruel, je le suis.

En fait, si, Bleuann doit me sentir. Toute cette envie de meurtre, cette frénésie, cette folie. Je suis sûr qu'elle sait à qui ça appartient. Aller Bleuann, montre toi, petit soeur.

- Bleu ?

T'es allée te doucher ou quoi ? Dans un soupir, je sors de la salle. Je ferme la porte derrière moi et monte les escaliers. Je regarde dans les salles que je croise si je ne vois pas de trace de ma soeur. Je reviens finalement au salon en compagnie de mes ascendants.

Je m'assoie sur le canapé et croise les jambes.

- Aucune trace d'elle ?

"Elle", comme si elle n'était pas leur fille. Comme si il n'y avait pas d'attache, rien. Comme si, c'était juste une chose sans nom qui se trimbalait dans la maison. Moi je l'aime bien ma soeur. C'était la petite princesse quand elle était bébé. La petite princesse de tous ses frères. Je nie de la tête et repart à sa recherche. Je n'aime pas spécialement rester avec eux. Alors je monte les étages, à sa recherche. Peut être que je vais la trouver dans sa chambre, n'est-ce pas ?

Je frappe donc une fois à la porte. Un, c'est mon chiffre. Parce que je suis le premier à être né. Parce que je frappe une fois et je touche ma cible, elle peut mourir en une fois. Même si je préfère prendre mon temps. En même temps, un coup de téléportation, et je frappe où je veux, étant juste à côté d'elle, je peux faire tout ce que je veux. Frapper une fois, c'est peut être pas le truc idéal, mais c'est mon truc. Si on suit mon idée de naissance, Bleu devrait frapper sept fois quand elle va quelque part. Peut être le fait elle. Peut être pas. Moi, je frappe une fois. Et quand on me connait, on sait que ce n'est pas une erreur.

J'ouvre la porte et m'avance dans sa chambre.

- Je te cherchais dans la salle d'entraînement.

Je m'approche ensuite d'elle pour lui faire la bise. Nous sommes éduqués chez les Soul, après tout.

_________________

Things I do :
Kill & Exterminate people

Professionnellement anthipathique

Il m'arrive quand même parfois d'être drôle
Color: red


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
MESSAGES : 315
DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
60/100  (60/100)
Point Membre:
31/100  (31/100)
Niveau: Novice
avatar
Bleuann W. Soul
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
MessageSujet: Re: Forever Halloween   Dim 9 Juin 2013 - 11:15



« On cesse d’être un enfant quand on comprend qu’on est mortel. »



Ton poing se fait cueillir par ton oreiller alors que tu retiens un cri de rage. Pourquoi, mais pourquoi ton père t’a-t-il demander de rentrer ? En te rapatriant du Mystery Orphanage, tu as l’impression d’avoir été enlevée du cœur de l’action. Pour te retrouver où ? Dans ce grand manoir vide de sens avec les deux personnes au monde qui s’en fiche le plus de toi. Tu te demandes un instant ce qu’il se passerait si, comme Green, tu décidais de t’enfuir avec un humain. Mais rien, il ne se passerait rien. Tes parents te laisseraient sans doute partir sans même te regarder, oubliant instantanément que, à une époque, ils avaient une fille.
Tu sèches tes larmes de rage et te redresses. Ce n’est pas comme ça que tu leur montreras que tu es digne d’être une Soul ! Tu enfiles un short noir et un simple Tshirt bleu avant de redescendre au salon.

- Je descends m’entraîner !

Ni ton père, ni ta mère ne daignent te répondre, comme s’ils s’en fichait. C’est sûrement ça en fait, ils s’en fichent. Tu aurais bien pu leur avoir annoncer que tu devenais nonne chez les humains, ils n’auraient pas plus réagit. En fait, tant qu’il n’y a pas le prénom d’un de tes six frères, celui d’Anja ou tout simplement le nom de Rosenrot, ils n’en ont rien à carrer de toi.
Vieux bornés.
Arrivée dans la salle d’entraînement, tu sors une cible et trois flèches qui ressemblent un peu à des seringues. La différence c’est qu’elles sont entièrement en bois. Une idée de ton père, pour éviter les détecteurs de métaux où les sorciers capable de manipuler les métaux. Il suffit de tremper la flèche dans un poison mortel et, à l’aide d’une sarbacane, viser son adversaire.
Tu sors ta propre sarbacane de ta poche. Tu t’es bizarrement attachée à cet objet mortel et tu en as fais ton arme préférée comme certains le font avec leur poignards. Des plumes bleus ainsi que des perles dorées la décorent et tu ne peux t’empêcher de la trouver beaucoup plus jolie que les sarbacanes grisâtre et toutes simples mises à dispositions dans la salle d’entraînement.
Puis tu prends ta première flèche et vise la cible. Ton projectile passe à deux centimètres au dessus. Un peu agacée, tu saisis une deuxième flèche qui cette fois-ci passe dix centimètres au-dessus. Bien joué Bleu. Si c’est comme ça que tu comptes tuer tes adversaires… La troisième flèche trouve enfin le chemin pour s’enfoncer dans la cible, mais bien loin du centre.
Serrant les dents pour ne pas détruire le matériel autour de toi, tu ranges ton matériel avant de te tourner vers le sac suspendu dans un coin de la salle. Tu ne prends même pas la peine de protéger tes mains et frappe directement la bête, martyrisant ainsi tes phalanges.
Et tu frappes, tu frappes, tu frappes. Tu frappes jusqu’à ce que le sang perce ta peau, jusqu’à ce que la douleur soit insupportable. Et à ce moment là tu continues encore de frapper, comme si tu voulais prouver au monde que toi aussi tu étais forte, que toi aussi tu savais te battre.
Pourquoi tes parents s’en fichaient de toi ?

L’entraînement terminé tu remontes dans ta chambre sans prendre la peine de passer par le salon. Tes poings saignent, mais tu les ignores. Le sang c’est bien, le sang ça forge. Voilà la devise de la famille Soul. Et tu es un Soul ou tu n’es pas ? Très bien. Alors ce sang, tu t’en fiches.
Arrivée dans ta chambre tu fais face au miroir. Ton regard dévie sur tes longs cheveux bruns ainsi que sur ta poitrine. Alors c’est ça qui fait que tes parents te haïssent ? Juste parce que tu es une fille ? Tu peux changer s’ils veulent, tu peux te couper les cheveux, faire une opération, prendre des hormones. Tu peux devenir le septième fils de la famille Soul, devenir une vraie couleur.
Est-ce que tout aurait été différent si tu n’avais pas été une fille ? Peut-être que Green ne serait pas partis. Peut-être que Silver ne serait pas tomber dans la drogue ? Peut-être que vous auriez formé une famille unie derrière vos parents, comme une petite armée derrière ses généraux ? Qui sait ? Tu te sens moche, beaucoup trop femme, beaucoup trop faible.

Un coup à la porte te fait sursauter. Un coup, juste un coup qui trahit immédiatement l’homme de l’autre côté de la porte. Redwan. Il n’y a que lui qui frappe ainsi, un coup franc, froid, droit.

- Je te cherchais dans la salle d'entraînement.

Tu hausses les épaules. Peut-être que finalement tes parents t’ont un peu écouté quand tu leur annonçais que tu allais t’entraîner. Ou peut-être que ton frère s’est diriger automatiquement au sous-sol, sachant que c’est le seul loisir dont tu disposes à la maison.
Tu lui rends sa bise avant de tendre tes poings devant toi.

- Je saigne.

Rouge, le sang est rouge comme le prénom de Red. Peut-être est-ce pour ça que ton grand-frère aime tant le sang ? L’âme définie par un prénom… Red est sans aucun doute le prénom le mieux choisis entre vous tous. Quoi de mieux pour un être aussi sanguinaire que ton frère ?
Il a toujours été comme ça, le plus dingue de tous. Déjà petite tu préssentais que ton frère finirait comme ça, ça se voyait. Comme ça se voyait qu’un jour Bianco gravirait les échelons de Rosenrot pour diriger. Ça a toujours été dans leurs caractères. Un caractère qu’il parvenait cependant à calmer lorsqu’ils étaient avec leurs autres frères.
Pourquoi tout est devenu si compliqué alors que quand vous étiez enfant c’était tellement plus simple ? Vous vous amusiez bien tous ensemble à jouer dans le jardin ou à construire des cabanes dans vos chambres. C’était le bon temps tout ça, le temps où tu n’avais pas à te battre pour prouver ta valeur parce que, quoi que tu faisais, tu avais six paires d’yeux en admiration devant toi.
Et tout ce que tu as à présent c’est un trou dans le cœur et du sang sur les doigts…


_________________


« Dans presque tous les mythes fondateurs, personne n'a de pire ennemi que son frère, si ce n'est son père qui, craignant une alliance des frères contre lui, prend parfois les devants et les tue. »





Dc de Myaw Nienta ~ couleur blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
EMPLOIS/LOISIRS : Kill. Exterminate.
LOCALISATION : Nowhere
CITATION DU PERSONNAGE : Le ciel, la terre, et même moi. Le monde entier est rouge sang.

MESSAGES : 192
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
26/100  (26/100)
Point Membre:
41/100  (41/100)
Niveau: Novice
avatar
Redwan Soul
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
MessageSujet: Re: Forever Halloween   Dim 9 Juin 2013 - 14:50

Ma petite soeur hausse les épaules devant moi. Elle me rend la bise, quand je vous dis que nous sommes bien éduqué. Même s'il est vrai que parfois nous passons au delà de ces politesses quand nous sommes entre nous. Juste entre nous. Ou en pleine folie. Et moi, je le suis souvent. Le mieux, c'était quand on était petit, on faisait plein de cachotteries aux parents, on essayait de prendre notre petit-déjeuner au plus vite pour tous aller s'amuser dans le jardin. Des éclats de rires l'envahissaient, sept petites bouches qui rigolaient, qui s’amusaient, qui s'aimaient ... ? Oui, on devait sûrement éprouver beaucoup d'amour les uns pour les autres à cette époque là. Tous avec notre grain de folie. N'oubliant jamais ce que l'avenir nous réservait.

Elle tend ensuite ses poings devant elle et je les regarde.

- Je saigne.

Un léger sourire s'étale sur mes lèvres. Je lui prends ensuite ses mains et l'accompagne à la salle d'eau pour nettoyer le sang. Je fais couler l'eau. Le rouge se mêle avec le liquide transparent. C'est ma soeur, ma soeur préférée. Avec elle, j'agis un peu différemment parfois. J'adore le sang, je ne le nie pas. Mais je n'ai pas envie que se soit ma soeur qui soit blessée. C'est la petite princesse après tout. C'est elle qui commande et nous qui obéissons normalement, c'est elle qui ne doit jamais être touchée.

Le sang met du temps à se tarir dans l'évier, j'essuie ensuite ses mains avec du papier qui me tombe sous la main, tout en le jetant à la poubelle dès qu'il est trop imbibé d'eau. Du sang continue d'apparaître. J'ouvre le placard et prend une bande de pansement. Nous sommes des sorciers mais nous avons quand même ce genre de choses chez nous. Il y a tout de même des choses que je ne comprendrais jamais. Enfin, aucun d'entre nous n'est guérisseur. Tant mieux je crois. L'empathie de Bleuann suffit largement à énerver les doyens pour ne pas en rajouter davantage.

Je m'assoie sur le lit et commence à lui bander la main avec précaution, tendresse presque. Mais tout le monde sait que je n'ai plus de sentiments depuis longtemps. Si tout le monde me disait qu'il me quittait, maintenant, je serais juste un solitaire. Une âme rouge solitaire. Et ça ne me ferait rien. Absolument rien.

- Voilà, princesse.

Je lâche les mains de Bleuann, maintenant qu'elles sont bandées. Elle voudra sûrement les retirer avant le repas, pour ne pas montrer aux parents une quelconque faiblesse. Mais ça aura peut être le temps de cicatriser un peu en même temps. Et c'est surtout histoire d'éviter que du sang n'atterrisse partout dans la maison. Le sang de Bleuann. Le sang d'un mêlé, j'adorerais le faire gicler sur les murs. Ca me ferait bien rire d'ailleurs. Plus que ça d'ailleurs.

Je m'allonge sur le lit, les mains derrière la tête. Et je regarde le plafond de sa chambre. Je ne suis même pas épuisé de ma journée. Je suis juste las. Devoir partagé un repas avec père et mère, heureusement que Bleu est là. Sinon, je ne serais pas venu. A vrai dire, je suis venu uniquement pour elle. Certes les géniteurs m'apprécient beaucoup. Premier né, fou, a perdu son âme, aime le sang... Un bon soldat de Rosenrot, ils m'adressent la parole. Chose qu'ils ne font pas vraiment avec Bleuann, avoir un repas avec eux sans personne est moins une torture pour moi que pour elle. Mais je tiens tout de même à dire qu'elle pourrait aller manger ailleurs aussi. Nous sommes en Italie, les humains d'ici sont renommés pour leur bonne cuisine, moins qu'à Paris, certes, mais il y a tout de même quelque chose. Et les restaurants ne manquent pas, n'est-ce pas ?

Après, je peux comprendre qu'on apprécie pas d'être seul à une table pour manger. Ce n'est pas forcément ce qu'il y a de plus agréable. Pour les personnes dotées de sentiments, j'entends. Et Bleu ? Bleu en a encore, assurément. Sinon, elle ne pourrait pas réagir comme ça vis à vis de Green, ou de Silver. Rien qu'eux. Olive et Cyan ne se mêlent plus beaucoup à nous. Ils restent tous les deux, dans leur coin. Et Bianco... Il gravit les échelons. Voilà notre famille, brisée. Et pourquoi ? Parce que Green s'est épris d'une humaine et l'a suivie. C'est fou comme des liens fraternels peuvent extrêmement vite tombés dans notre monde.

J'ai appris dès que j'étais enfant à ne pas avoir de sentiments. Mais je ne pouvais pas m'empêcher de ressentir de la joie à chaque fois qu'un de mes frères voyaient le jour. Après tout, j'étais petit. Et Bleu est née lorsque j'avais dix ans. Nous étions tous jeune. Mais déjà, j'étais fou. Déjà, je n'avais aucun sentiment pour les autres. Car cinq ans plus tard, j'exécutais ma première victime. Mais, pour mes frères et soeur, peu importe le temps qui passera, je ressentirais toujours quelque chose je pense. Aussi infime soit-il. Et trop petit pour que ça me blesse à un moment où à un autre.

- Que veux-tu faire en attendant, chère soeur ?

Je te parlerais bien de mon boulot, mais je sais que ça te donne envie de vomir. Je sais bien que tu ne supportes pas tout ça. Je sais bien que Green non plus ne le supporte pas. Mais Green a déjà perdu son âme. Toi aussi, finalement. Green, je le force à voir la vérité en face. Toi, c'est plus compliqué, tu es la petite protégée de tes frères. Et puis, je t'ai accompagnée pour ta première mission. J'ai vu comment tu avais réagit lorsque j'ai crevé ce bébé qui n'avait que quelques jours. Tu es partie vomir. Je le sais. Et je ne peux m'empêcher de penser que lors de son premier meurtre, on sait comment on réagir pendant tout le reste de son existence. Et je n'ai pas l'impression de m'être trompé. En tout cas, c'est valable pour toi, et moi. Les autres aussi, sûrement. Je ne sais pas. C'est ainsi que moi, j'adore tuer, ça me met dans une frénésie. Et toi, ça te rend malade.

_________________

Things I do :
Kill & Exterminate people

Professionnellement anthipathique

Il m'arrive quand même parfois d'être drôle
Color: red


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
MESSAGES : 315
DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
60/100  (60/100)
Point Membre:
31/100  (31/100)
Niveau: Novice
avatar
Bleuann W. Soul
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
MessageSujet: Re: Forever Halloween   Lun 17 Juin 2013 - 1:25


« Vous n'êtes pas exceptionnels, vous n'êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenant tous au même tas d'humus en décomposition. »



Tu ne sais plus vraiment ce que tu représentes pour ton frère. Tu as l’impression que, plus que vous tous, il a perdu son âme. C’est le plus fou, le plus dingue, le plus psychopathe. Comme si, en grandissant, il avait perdu la capacité d’éprouver quoi que ce soit d’autre que ce sentiment de folie qui le caractèrise. Tu as peur que, comme tout le reste, il t’ait rayé de son esprit, que tu ne sois plus rien d’autre qu’un souvenir un peu bleu de son enfance.
Et pourtant… Pourtant lorsqu’il te prend les mains pour t’amener à la salle de bain, tu as l’impression de voir presque de la tendresse dans ses gestes. Il est doux, pas brusque, calme. Tu regarde la sang rouge devenir de plus en plus pâle sous le jet de l’eau froide et tu te demande si l’amour c’est comme le sang : ça se nettoie sous l’eau froide ou à coup de javel, mais ça finit bien par disparaître. Disparaître totalement ? Non, il reste toujours une trace. Infîme, invisible à l’œil nu et pourtant bien présent.
Le sang sur tes mains non plus ne semble pas vouloir se tarir, si bien que ton aîné se voit obligé de te bander les mains. Tu regardes alors le tissu blanc se gorger peu à peu de rouge. Ce n’est pas bien beau, mais ça tu t’en fiches. Au final, c’est comme si tu avais cherché les problèmes, cherché à te faire du mal pour que quelqu’un te soigne, pour que Red te montre encore un peu son amour.

Tu aurais envie de t’ouvrir les veines. Pas pour mourir, non, tu n’as aucune envie de quitter ce monde. Tu aurais envie de t’ouvrir les veines pour que quelqu’un vienne à ton secours. Pour que quelqu’un te prenne dans ses bras, s’occupe de toi, soigne les plaies sur tes bras et dans ton cœur. Tu aimerais bien t’ouvrir les veines devant Green, peut-être que ça le ferait réagir, peut-être qu’enfin il te sauverait ?
Ou peut-être qu’il t’abandonnerait une nouvelle fois, te laissant te vider dans ton sang, te noyer dans un torrent rouge et bouillant. Oui, peut-être qu’il n’en aurait rien à foutre, exactement comme tes parents n’en ont rien à foutre de toi. Eux, c’est sûr qu’ils te laisseraient crever plutôt que d’appeler une ambulance.

- Voilà, princesse.

Tu resserres tes petits poings contre toi. Oui, c’est sûr que tes parents préféreraient te laisser crever plutôt que de lever un petit doigt pour toi. Alors pourquoi t’obstines-tu ? Pourquoi répètes-tu jour après jours les mêmes efforts ? Manger avec eux, t’entraîner jusqu’à en tomber de fatigue, tuer alors que tu n’aimes pas vraiment ça.
Des fois tu comprends Green. Tu te dis que toi aussi tu aurais aimer fuir pour aller vers une vie meilleure. Une vie plus normale. Sans meurtre, sans pouvoir, qu’importe ? Mais ça serait déshonnorer Rosenrot et toute la famille Soul. Et tu sais pertinemment que tes parents ne tiennent pas assez à toi pour, comme ils l’ont déjà fait avec Green ou Silver, te forcer à revenir. Non, eux te laisseraient partir en s’assurant qu’au premier tournant de ton voyage une lame te décapite. Ils n’auraient de répis de te traquer jusque dans ta vie normale pour te tuer. Eliminant avec ta vie toute trace de honte.

Tu suis Red dans ta chambre et tu t’allonges à côté de lui sur ton lit. Quand vous étiez plus jeunes, vous déplaciez des matelas dans la plus grande chambre afin de dormir tous ensemble. Il y avait ceux qui gigotaient dans tous les sens, ceux qui ronflaient, ceux qui pétaient, ceux qui parlaient en dormant, ceux qui n’arrivaient pas à s’endormir. Mais ça n’avait pas d’importance, vous restiez ensemble malgré tout à grogner, à vous engueulez, puis à tous finir par vous endormir les uns sur les autres, serrés dans un câlin improvisé.
Vous étiez unis.
Vous vous réveilliez toujours très tôt le matin. Vous jouiez dans toute la maison, vous faisiez un boucan d’enfer. Vos parents étaient souvent absents et de toute façon la maison était tellement grande que vous pouviez faire autant de bruit que vous vouliez, tant qu’ils n’étaient pas dans la pièce à côté. C’était magique ces instants que vous passiez, tous ensemble. Magique.

Mais maintenant… Maintenant tu t’allonges sagement à côté de Red, sans même oser l’effleurer. Autour de vous la maison est calme, bien trop calme. Demain matin si tu te lèves tôt, ça sera pour aller t’entraîner dans les sous-sols. Plus de jeux, plus de rires, plus de bordel. La maison est vide, trop vide.
Vous avez souvent déménagez, mais cela ne t’a jamais vraiment dérangé. Ne t’avais jamais vraiment déranger. Parce qu’avant il y avait tes frères et que, tant qu’ils étaient là, tu avais l’impression d’être chez toi. Maintenant cette maison est juste un lieu vide de bruit, de sens et de souvenirs. Que ne donnerais-tu pas pour retourner dans une de vos anciennes maisons, pour ressentir les rires qui, il y a maintenant bien longtemps, résonnaient entre les murs.
À la place il ne te reste pas grand chose.

- Que veux-tu faire en attendant, chère soeur ?

Tu hausses les épaules ; tu ne sais pas vraiment. Enfin si, tu sais. Ce que tu aimerais c’est jouer comme avant, que Red te prenne sur son dos et que vous fassiez le tour de toute la maison en criant comme des cow-boys. Mais ça n’est pas possible, bien sûr que ce n’est pas possible. Contrairement à toi, Red a grandit dans sa tête, il a changé. Vos jeux d’enfant ne l’intéressent plus, tout ce qu’il aime c’est le sang, le sang, le sang.
Et toi ? Toi, tu es toujours la même. Tu es une enfant. « Grandis un peu ! », c’est ce que tout le monde ne cesse de te répéter. Mais tu n’y arrives pas, décidemment tu n’y arrives pas du tout. Comme si tu étais persuadée qu’il est plus facile de vivre dans un passé magique que d’affronter la triste vérité.
Alors qu’au fond, c’est juste douloureux.

- Je ne sais pas. J’aimerais bien peindre des nuages au plafond, mais pour combien de temps pourrais-je rêver dessous avant que l’on ne déménage encore ? Tu as envie de faire quoi toi ?

Tu te rappelles toutes les pièces que Red et toi avez peintes. Tous les pots de peintures que vous avez vidés, explosés sur les murs. Ces tâches géantes que vous avez créés ensemble. Ces papiers peints revisités. Et pourtant, vous saviez bien que vos parents faisaient repeindre les murs en blanc à chaque fois que vous déménagiez. Mais cela ne vous empêchait pas de recommencer, toujours. Vous vous acharniez à répéter les mêmes gestes, avec les mêmes pinceaux. Pour rendre toutes ces maisons un peu plus habitable, pour les faire votre.
Peut-être que vous espériez qu’un jour vous pourriez y rester pour toujours.
Foutaise. Chez les Soul tout demeure éphémère.

_________________


« Dans presque tous les mythes fondateurs, personne n'a de pire ennemi que son frère, si ce n'est son père qui, craignant une alliance des frères contre lui, prend parfois les devants et les tue. »





Dc de Myaw Nienta ~ couleur blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
EMPLOIS/LOISIRS : Kill. Exterminate.
LOCALISATION : Nowhere
CITATION DU PERSONNAGE : Le ciel, la terre, et même moi. Le monde entier est rouge sang.

MESSAGES : 192
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
26/100  (26/100)
Point Membre:
41/100  (41/100)
Niveau: Novice
avatar
Redwan Soul
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
MessageSujet: Re: Forever Halloween   Lun 5 Aoû 2013 - 15:58

Bleuann s'allonge à mes côtés, sans bruit, sans émotion presque. On dirait même qu'elle est tendue. Comme si elle avait peur. Peur de moi. Peur de ce que je suis. C'est vrai que je suis un malade mental. Je l'assume même pleinement. Mais je ne ferais jamais de mal à ma sœur. Enfin, ça dépend sous quelles conditions je suppose. Mais je ne lui toucherai pas un seul cheveu pour une grosse somme d'argent. L'argent, je m'en fiche, tellement. Et la famille, c'est supposé être sacré, passer avant l'organisation, plus ou moins. Je crois. Du moins j'ai l'impression que ça se passe comme ça chez les Cross. Mais chez nous c'est différent. Nos parents ne nous ont jamais donné d'amour, c'était une relation complètement différente. Ils nous ont mis au monde plutôt par besoin je dirais. Ou alors c'est parce qu'on était des accidents alors qu'ils voulaient juste s'amuser. On ne sait pas et on ne saura jamais. Il faudrait être fou pour oser leur demander des choses aussi intimes. Nos parents sont fous, et on l'est tous un peu à notre manière.

J'ai tout de même l'impression que ça me fait de la peine que ma sœur réagisse comme ça à mon égard. Comme si je pouvais prendre plaisir à la blesser maintenant. Comme si tout ce que nous avions vécu avait disparu. C'est vrai, en quelque sorte. Cette époque est révolue. Les jeux, les rires, les disputes... Tout ça est parti. Purement et simplement. Parce que nos vies ont changé, il s'est passé des choses. Trop de choses. On s'est dessoudé. C'est triste tout de même. Mais cette tristesse je la perçois mais je ne la ressens pas. Un cœur, il y a bien longtemps que je n'en ai plus. Mon cerveau ne décrypte plus les informations que celui-ci pourrait essayer de lui donner. Pincement au cœur ? Je m'en fiche, je garde le même air sur le visage. La respiration reste régulière et les battements de cœur aussi. Ça ne m'atteint pas.

Je sais que tous ces changements peuvent parfois être durs, j'ai mûri, j'ai grandi, je suis un adulte désormais. Peut être depuis mes quinze ans. Je ne sais pas, je ne sais plus, et ce n'est pas comme si j'y consacrai une grande importance à toutes ces questions. Même s'il est vrai que lorsque j'étais enfant, je ne m'imaginais pas finir comme ça, on ne s'imagine jamais quand on est plus vieux, je ne m'imagine pas quand j'aurais soixante ans. Je vis au jour le jour, rien de plus. Mais petit, jamais je n'aurais imaginé que notre famille serait à ce point brisée.

Bleuann hausse les épaules et je lâche un soupir en fermant les yeux, presque exaspéré. Je n'ai pas envie de retourner voir les parents. Je suis venu ici pour elle. Et puis ce n'est pas encore l'heure de manger, n'est-ce pas ? Sinon on aurait le signal. Et puis je suis aussi venu tôt pour passer plus de temps avec elle, avant le repas.

- Je ne sais pas. J’aimerais bien peindre des nuages au plafond, mais pour combien de temps pourrais-je rêver dessous avant que l’on ne déménage encore ? Tu as envie de faire quoi toi ?

Bleu, ne me pose pas cette question, tu sais très bien que tout ce qui m'intéresse c'est de tuer, de voir le sang couler, gicler, éclabousser, partout, dans tous les sens, de tâcher les murs avec, de l'étaler après... De faire toute une scène avec. J'en avais toujours rêvé de ce moment, enfin, surtout quand il s'approchait, surtout quand je voyais mon destin se dessiner sous mes yeux, et quand je suis passé à l'acte, j'ai su que j'étais fait pour ça. Tuer. Voir du sang. Faire couler le sang. C'est ce pour quoi je suis né.

Je me relève alors, un sourire sur les lèvres et en deux temps, trois mouvements, me voilà à la cave. Bizarrement, nous avons toujours des pots de peinture et des pinceaux cachés dedans, peu importe où nous sommes. Il y a toujours de quoi peindre. Alors je cherche un gros pot bleu. Des énormes pinceaux. Et un bac vide que je remplis d'eau. Je reviens instantanément avec tout ça dans la chambre de Bleu.

- Et bien peignons.

D'un mouvement de poignet, j'ouvre le pot de peinture, je trempe mon énorme pinceau dedans.

Je me mets alors face à Bleu et lui met le pinceau dans la figure. Cette immaturité ne m'étais pas venue depuis longtemps déjà. C'est rare, qu'elle en profite.

Comme ça Bleu est bleue.

Je dilue alors la peinture dans l'eau et grimpe sur son lit. Je tends le bras et comment à presser la brosse sur son plafond. Plusieurs fois, remettant plus ou moins de peinture, faisant un dégradé dans le nuage. Au plafond c'est plus compliqué que sur les murs. Je fais aussi giclé de la peinture sur elle. Alors que je suis toujours sur son lit, n'agite le pinceau au dessus d'elle pour que des gouttes l'atteignent. Uniquement parce que ça m'amuse. Pour mon propre bonheur.

J'ai toujours tout fait pour mon propre bonheur. Depuis que la famille est séparée au moins. J'en ai toujours fait qu'à ma tête. Si je veux faire ça à ce moment là, je ferais ça. Vous aurez beau me supplier, vous pourrez toujours courir. Les seules personnes avec qui je montre un peu de gentillesse, se sont les personnes de ma famille. Mes frères et sœur. Même Silver. Il a été mon souffre douleur, et l'est toujours un peu mais il reste avant tout mon frère. Disons juste qu'il est né à la mauvaise période de mon existence. Et l'habitude de me déchaîner sur lui est restée. Effectivement, j'en faisais déjà à ma tête à ce moment là. Pauvre Silver, il a du en voir des vertes et des pas mures par ma fautes. Mais je n'ai pas une once de regret et je continuerais de me comporter comme ça avec lui. C'est devenu une habitude que je ne pourrais pas enlever. Vilain que je suis. Et tant que sa barbe ne sera pas impeccable, je m'énerverais toujours ...

_________________

Things I do :
Kill & Exterminate people

Professionnellement anthipathique

Il m'arrive quand même parfois d'être drôle
Color: red


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
MESSAGES : 315
DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
60/100  (60/100)
Point Membre:
31/100  (31/100)
Niveau: Novice
avatar
Bleuann W. Soul
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
MessageSujet: Re: Forever Halloween   Sam 6 Mai 2017 - 17:43

D’un coup tu vois Red disparaître et un premier sourire naît sur ton visage. Tu sais qu’il a été chercher des pots de peinture. Où ça ? Tu n’en as aucune idée. Mais, lorsque vous aviez envie d’effectuer votre petit rituel, Red finissait toujours par dégotter des pots de peintures. Et toi tu ne lui demandais jamais où il les avait trouvé - l’important c’est qu’ils fussent là.
Quelques secondes plus tard, il est de retour avec un pot de peinture bleue, de l’eau et une dizaine de pinceaux dans les bras.

- Et bien peignons.

Doucement, tu te relèves du lit afin de t’approcher de ton grand-frère. Mais lui ne t’attend pas et plonge déjà un pinceau dans le gros pot.
Tu sais très bien que, dès que tu t’approcheras, le pinceau finira dans ta figure. Tu le sais parce que Red est ton frère et que, malgré toute la distance et l’éloignement qui s’est installé dans la demeure des Soul, tu le connais.
Et tu reconnais la part de malice qui se dégage de lui. Qui t’atteint en plein cœur, te faisant presque rire.
Cependant tu ne t’esquives pas. Tu t’approches et tu te prends le pinceau en pleine poire.
Tu es bleue.

Red ne s’arrête pas là et grimpe sur le lit afin de dessiner des nuages au plafond. Toi tu es trop petite pour l’atteindre, alors tu te contentes de te recoucher sur le lit afin de profiter du ciel en train de te créer sous tes yeux.
Des nuages bleus.
Pour Bleu.
De la pluie tombe sur toi et sur tes draps, mais tu t’en fiches. Tu n’auras qu’à appeler une esclave afin qu’elle change les draps. Tu pourrais aussi lui dire de mettre le lit de Red dans cette pièce. Tu espères qu’il reste dormir.
Tu espères qu’il reste pour toujours.
Quelque part, quelque chose en toi ne peut pas s’empêcher d’espérer le retour de tout tes frères afin que tout redevienne comme avant, quand vous étiez enfants. Vous pourriez être une armée arc-en-ciel, une armée Soul ensemble, soudés.
Mais tu sais que ça n’arrivera jamais.
Tu refuses de grandir, mais le monde change trop autour de toi pour ne pas que tu le voies. L’unité des enfants Soul n’existera plus jamais.

Parfois tu te demandes si c’était la même chose dans la fratrie de ton père. Si, lorsqu’il était petit avec ses six frères, ils s’entendaient aussi bien que vous. Si lui aussi faisait des bêtises et se retrouvait enfermé dans la cave mais s’en fichait parce qu’il savait qu’une fois dehors il retrouverait les bras de ses autres frères.
Est-ce qu’un jour tout a balancé ?
Est-ce qu’un jour tout doit balancer ?
Peut-être n’aviez-vous pas le choix ? Que c’était obligatoire d’un jour se réveiller avec le poid de l’adolescence sur les épaules.
On ne peut pas rester enfant pour toujours Bleu.

Les gouttes de peintures tombent sur ton visage comme des larmes alors que Red continue à se concentrer sur les nuages.
Mais ça ne te fait plus si plaisir après tout.

- Tu restes ce soir ?


Ta voix est mal assurée. Tu connais déjà la réponse. Red est en mission, il ne pourra sans doute pas. Il doit retourner prendre ses ordres auprès d’Anja.
Et même s’il pouvait ce soir, il ne pourra pas rester demain. Ou après-demain.
Plus de fratrie Soul.

Tu restes ce soir ?
Tu restes tous les jours ?

Les nuages au-dessus de toi te semblent déformer. Tu sais bien qu’ils resteront à peine quelques jours avant que tes parents s’en aperçoivent et fasse repeindre le plafond en blanc. Pour retrouver les murs vierges et sans âme de cette maison vide.
Et alors, c’est comme si Red n’était jamais venu. Comme si ces nuages n’avaient jamais existé. Et tout recommencera. L’indifférence de tes parents. L’absence de Green et Silver. La présence trop étiolée de tes autres frères.
Encore une fois tu seras seule.

Alors tu abandonnes Red quelques temps, le temps d’aller chercher un scalpel dans la trousse à pharmacie des toilettes. Ça va moins vite que pour ton frère, toi qui ne peut pas te téléporter.
Toi qui est juste empathe.
Et toute seule.

Lorsque tu reviens, tu tends le scalpel à Red et relève ton haut afin de dévoiler ton ventre.

- Dessine-moi un nuage.

_________________


« Dans presque tous les mythes fondateurs, personne n'a de pire ennemi que son frère, si ce n'est son père qui, craignant une alliance des frères contre lui, prend parfois les devants et les tue. »





Dc de Myaw Nienta ~ couleur blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
EMPLOIS/LOISIRS : Kill. Exterminate.
LOCALISATION : Nowhere
CITATION DU PERSONNAGE : Le ciel, la terre, et même moi. Le monde entier est rouge sang.

MESSAGES : 192
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
26/100  (26/100)
Point Membre:
41/100  (41/100)
Niveau: Novice
avatar
Redwan Soul
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
MessageSujet: Re: Forever Halloween   Sam 20 Mai 2017 - 23:51

Bleu est bleu. Redwan pouffa en voyant le visage de sa sœur couvert de sa couleur. Ca avait du bon, parfois, de retrouver son âme d'enfant. Pour quelques instants, pour quelques secondes, se retrouver comme ils étaient quand ils étaient jeunes. Avant que tous ne partent dans des directions différentes. Avant que la famille se brise. Redwan ne savait toujours pas si ça lui faisait quelque chose. Il était mitigé. Il savait qu'il avait passé de bons moments avec ses frères et sa sœur. Mais c'est la vie, et il faut bien grandir un jour, prendre ses responsabilités et faire ce pour qu'on on était né. Pour Redwan, c'était de faire couler le sang. Tout le monde l'a toujours su. Son prénom lui allait si bien.

Et pourtant, il ne pouvait s'empêcher de ressentir un peu de nostalgie tandis qu'il peignait le plafond de Bleu, comme si il faisait ça en parti pour la rendre heureuse, pour que la princesse puisse à nouveau sourire. Ca le brisait en un sens que elle n'ai plus toute sa joie, depuis que Green était parti. Mais il ne pouvait rien y faire. Il n'a jamais été très fusionnel, avec aucun membre de sa famille. Il les avait aimé, il était sûr de ça, mais à présent, tout était confus.

Pour être honnête, le sorcier ne se posait pas trop ce genre de questions, il vivait surtout l'instant présent, et attendait de refaire couler le sang, vivant surtout pour s'amuser à voir le sang. Du sang, toujours et encore plus de sang. Cet écarlate luisant qui suintait peu à peu des plaies, faisant perdre la vie de celui qui le possédait.

Il ne se posait donc pas de questions sur lui même, sur sa famille, sur l'amour, sur la vie, sur la mort. Il vivait juste. Et profitait autant qu'il pouvait.

Sa sœur s'était rallongé sur son lit. Il aurait voulu la prendre sur ses épaules pour qu'elle l'aide à peindre. Il savait qu'elle adorait ça. Bleu, pourquoi ne le rejoignais-tu pas ? Vous auriez pu mettre une chaise sur le lit, une table pour que tu montes dessus aussi. Pourquoi regardais-tu uniquement ton frère ? Avec ce regard qui paraissais si vide, si mort, si … Torturé. Redwan ne pouvait pas comprendre ce qui se passait dans le cœur de la jeune fille, il avait perdu tout sentiment. Il savait qu'il n'aimait pas la voir dans cet état, mais tout de même, il ne pouvait rien y faire. Il ne savait pas quoi faire, même si il avait voulu changer ça. Que dire ? Que faire ? Alors il continuait de peindre des nuages bleus au dessus de la tête de sa sœur.

Les gouttes de peinture commençaient à pulluler sur les draps, sur les habits des deux Soul. Le liquide coulait le long du bras de Red, ce qui le grattait légèrement. Il était en train de salir ses vêtements. Il n'aimait pas ça. Il regarda sa chemise. Bleue. Il était donc trop tard. C'est avec un soupire qu'il retrempa le pinceau dans le pot pour continuer. Il se tacherait encore plus. Tacher pour tacher, de toutes façons. Et puis, il ne voulait jamais se tacher, mais il finissait toujours … Taché. C'était inévitable. Il faisait pourtant attention, mais quelque chose venait toujours le distraire. Là, il voulait que ses nuages soient parfaits. Alors il n'avait pas fait attention. D'habitude il est trop épris par la frénésie de voir du sang couler. Alors il s'en met partout. Et à chaque fois, c'est la même histoire.

- Tu restes ce soir?

Le sorcier se tourne vers sa sœur. Que voulait-elle dire par là ? Il restait dans la maison, pour la nuit, oui. Pour quelques jours, maximum. Mais bientôt, son besoin de sang se ferait trop invivable et il devrait rentrer. Il se donne parfois l'impression d'être un vampire, sa soif de sang étant plus forte que tout. Sa soif de sang étant irrépressible.

- Je reste dormir là ce soir, oui, si telle est ta question.

Ou était-ce dormir avec elle ? Dans la même chambre ? Ca peut se faire aussi, après tout. Red pouvait faire preuve de compassion. Parfois. Rarement. Mais que voulait Bleu ? Il n'en savait rien. C'était elle l'empathe. Si elle ne lui disait pas les choses clairement, il ne pourrait jamais les deviner. Surtout vu à quel point il est mauvais en relations humaines. Sa sœur devrait pourtant le savoir. N'est-ce pas ? Elle le connaît, après tout. Elle sait à quel point il est profondément ancré dans son chemin, pavé de cadavres, aux murs recouverts de sang, seul, bien dans sa solitude, fou, fou de sang.

Parce que lui n'était pas parti. Ils continuaient de se voir régulièrement. Il continuait de voir l'évolution de sa sœur dans l'organisation. Et sûrement que elle aussi voyait ses actions.

Bleu se leva pour aller dans la salle de bain, son frère la suivit des yeux, le pinceau toujours imbibé de peinture encore à la main. Elle revient, un scalpel à la main. Redwan affichait un air interrogateur. Il déposa le pinceau dans le pot, le laissant couler et sauta du lit, pour rejoindre la princesse Soul. Elle tendit le scalpel à Red, qui le prit, ne sachant toujours pas ce qui se passait, pendant qu'elle levait son tee shirt.

- Dessine moi un nuage.

Redwan ne savait pas quoi faire. Il était bloqué. Ses yeux faisaient des allers retours entre le scalpel, le ventre nu de sa sœur et son visage. Il ne savait pas quoi décidé. D'un côté, son envie de sang était monté d'un coup. Mais … C'était mal, non ? C'était sa sœur, il ne pouvait décemment pas blesser sa sœur, si ? C'était la princesse de la fratrie, celle qui ne devait pas être blessée... Green le détesterait si il faisait ça. Assurément. Mais, qu'en avait-il à faire des sentiments de Green ? Ces choses là l'atteignaient-ils ? La réponse est bien entendu non. Comment pourrait il le savoir en plus ? Mais comment pouvait il faire couler le sang de sa sœur ? Certes, c'est elle qui lui a demandé, mais … Et alors ?

Il s'assit sur le lit, cala le scalpel dans sa main et l'approcha du ventre de Bleu. Il fit une première incision, le sang perla et coula le long de son ventre, jusqu'à son bas. Il coula également le long des doigts de Redwan. Il approcha sa main de ses yeux.

Le sang de Bleuann. Le sang de sa sœur. Le sang de sa princesse.

Il fronça les sourcils. Et jeta le scalpel à l'autre bout de la pièce.

- Non.

Oui il était un monstre, il le savait. Mais il n'était pas ce monstre. Il ne pouvait pas blesser sa précieuse sœur. Il ne pensait pas avoir de sentiments, mais rien que le passé qu'ils ont vécu ensemble, les promesses dites et non dites, le fait qu'elle ne doit pas être blessée, cela comptait, malgré tout. Les histoires qu'ils avaient vécues.

Il se releva et prit sa sœur dans les bras. Il était hors de question qu'elle soit blessée. Au final, c'est qu'elle comptait pour lui. Malgré le fait qu'il aime le sang, sa sœur était tout de même plus importante, apparemment ? Apparemment. Il cala la tête de Bleu sur son épaule et la maintenant avec une de ses mains, l'autre au creux de ses reins.

Il se détacha après quelques secondes, il n'était pas trop pour les effusions affectives.

Il lui prit tout de même la main et l'entraîna hors de sa chambre, hors de la maison, jusqu'au jardin. Il s'accrocha à elle et les téléporta, loin d'ici. Ils arrivèrent devant un petit bistrot du coin, qui avait l'air bien sympathique.

- Ca te dirait pas plutôt qu'on mange tous les deux ?

Loin des parents, loin des problèmes, loin des peurs, loin des doutes, loin des faiblesses. Un moment juste pour eux deux, en quelque sorte. Un moment pour eux, enfermés dans un temps, pour se redécouvrir, pour échanger, pour agir comme deux membres d'une famille normale.

_________________

Things I do :
Kill & Exterminate people

Professionnellement anthipathique

Il m'arrive quand même parfois d'être drôle
Color: red


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
MESSAGES : 315
DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
60/100  (60/100)
Point Membre:
31/100  (31/100)
Niveau: Novice
avatar
Bleuann W. Soul
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
MessageSujet: Re: Forever Halloween   Lun 12 Juin 2017 - 15:46

Les gouttes de peinture continuent de tomber comme des larmes sur ta peau alors que ton frère est concentré sur son travail. Il met la même hargne à peindre qu'à tuer. Ces gestes sont précis et dévastateur, presque chirurgicaux. Le pinceau se tort contre le mur blanc et les nuages apparaissent plus orageux que féériques. Ils sont le reflet des nuages qui hante ton corps et ton esprit...

- Je reste dormir là ce soir, oui, si telle est ta question.

Ce soir... Juste ce soir ? Tu rêves de redevenir enfant, d'avoir cinq ans à nouveau et six grands frères aimant pour te protéger. Mais ça, tu ne peux pas le dire à Red. Il ne comprendrait pas... Lui tout ce qu'il intéresse c'est le sang, la mort et la douleur. La famille passe après. Après le meurtre de mêlés, après la souffrance des esclaves, après Rosenrot.
Tu t'éloignes donc pour filer dans la salle de bain et revenir avec un scalpel. Un air de défi se peint sur ton visage lorsque tu tends l'outil à ton frère. Tu as envie de sentir ta chair déchirer, ta chair souffrir et s'ouvrir afin de garder un souvenir impérissable de Red graver dans la peau. Et puis tu connais l'amour de ton frère pour le sang... C'est un cadeau que tu lui offres ; le sang rouge de la petite Bleu, de la petite soeur...
Red s'assied sur le lit et saisit le scalpel. Il semble hésiter un instant avant d'appuyer la lame contre ton ventre. Aussitôt le sang se met à couler. Il coule partout. Sur ton short en jeans, sur tes jambes pâles, sur les doigts de ton frère. Tu fermes les yeux pour mieux apprécier la douleur, pour mieux te concentrer sur la souffrance.
Et le plaisir.
Mais soudain le doute que tu sentais déjà dans Red s'intensifie et il jette l'instrument au loin et tu ne sens plus la morsure du métal sur ta peau.

- Non.

Un seul mot, mais d'une fermeté absolue. Alors quoi ? Red n'aime plus le sang ? Ne fait-il plus honneur à son nom ? Depuis quand l'hémoglobine rebute ton frère ?
Ou alors est-ce parce que c'est ton sang à toi ? Le sang de la princesse de la famille. Il ne veut pas te faire du mal, c'est ça. Il reste un fond de sentiment dans son coeur et il ne comprend pas que tu désires cette marque. Que tu as besoin de cette cicatrice ancrée en toi.
Red te prend dans tes bras dans un câlin maladroit. Ça fait bien longtemps que tu n'as pas eu de câlin. De vrai câlin. Pas ces étreintes empreinte de sexe que t'offre des hommes au détour d'une nuit d'ivresse. Pas ces gestes bestiaux empli de désir mais vide du moindre sentiment que tu partages parfois avec Mike de temps en temps.
Alors tu le serres en retour malgré son refus précédent.
Il sent bon. Il sent le musc masculin et amer. Une odeur bien différente du sanguinaire homme que tu connais et bien plus proche de l'adolescent que tu as fréquenté pendant ton enfance. Tu as l'impression de te retrouver plongée des années auparavant.

Enfin, il se détache de toi, mais garde ta main profondément ancrée dans la tienne. Il t'attire hors de la chambre, hors de l'étage, hors de la maison. Jusqu'au jardin parfaitement entretenu qui entoure la propriété italienne. Vous en avez connu des jeux dans ce jardin... Vos parents venaient souvent à Naples l'été et, alors qu'à leur habitude ils vous délaissaient en vous laissant aux mains des esclaves et des serviteurs, toi et tes frères alliez jouer dans l'immense jardin à l'herbe verte et aux nombreux arbres fruitier. L'argent avait parfois du bon...
Red vous téléporta ensuite dans une petite ruelle de la ville latine devant un bistrot à la devanture bleue et qui était rempli des rires des clients. Une odeur de pizza et de pâte se dégageait du restaurant et était terriblement attirante...

- Ca te dirait pas plutôt qu'on mange tous les deux ?

L'idée d'une Calzone te tentait bien, mais tu la repoussas afin de te concentrer sur ton idée initiale. Tu poussas ton frère à l'abri d'une petite rue sombre perpendiculaire à la rue abritant le restaurant, puis tu te baissa afin de soulever le bas du pantalon de ton aîné et de saisir la lame qui s'y cachait et que tu savais qu'elle se trouverait là. Red ne sortait jamais sans ses petits compagnons et tu le connaissais assez pour savoir où il les cachait.
Le poignard était parfaitement aiguisé, ce qui n'était pas surprenant compte tenu de l'amour du travail bien fait de ton grand frère. Tu te reculas ensuite d'un pas, souleva de nouveau ton t-shirt et posa la lame contre ton ventre afin de finir le travail commencé et non achevé par ton aîné.
La douleur faillit te faire trembler, mais tu te concentras sur ton travail et te contenta d'enfoncer l'acier plus profondément dans la chair. Enfin, les contours tracés tu relevas la tête avec un sourire et affronta le regard de Red.

- C'est plus joli comme ça.

Pourtant ta peau translucide ne ressemblait plus à rien. On aurait dit le travail d'un boucher amateur tant le sang coulait. Tu avais sans doute dû appuyer un peu trop fort... Alors tu sorti de ta poche la bande et les compresses que tu avais préparé en allant chercher le scalpel et tu les posas sur ton ventre afin de stopper l'hémorragie. Une tâche rouge apparue aussitôt sur la bande blanche, mais le sang ne s'étendit pas hors du pansement et tu pu rabattre ton haut sur ton ventre.

- Allons manger maintenant ! Je meurs de faim !

_________________


« Dans presque tous les mythes fondateurs, personne n'a de pire ennemi que son frère, si ce n'est son père qui, craignant une alliance des frères contre lui, prend parfois les devants et les tue. »





Dc de Myaw Nienta ~ couleur blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
EMPLOIS/LOISIRS : Kill. Exterminate.
LOCALISATION : Nowhere
CITATION DU PERSONNAGE : Le ciel, la terre, et même moi. Le monde entier est rouge sang.

MESSAGES : 192
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
26/100  (26/100)
Point Membre:
41/100  (41/100)
Niveau: Novice
avatar
Redwan Soul
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
MessageSujet: Re: Forever Halloween   Mer 9 Aoû 2017 - 15:55

Sa sœur lui rendit son étreinte. Ca faisait longtemps et ce contact était plutôt agréable même si ça avait tendance à le mettre mal à l'aise. Il n'avait plus du tout l'habitude de tout ça. Depuis la déchirure, tout avait changé. Il avait continué son chemin sur la voie rouge. La voie du sang. La voie qui lui était destinée. Il s'était détaché de sa famille, en même temps, quelle famille ? Olive et Cyan avaient toujours fait clan à part, Bianco montait au pouvoir, il était fait pour ça et c'était pas du tout son dada, Silver était complètement péter H24, Green était mort, il ne restait plus que Bleu, et encore, même elle n'était plus que l'ombre d'elle même.

Leur princesse si joyeuse, si souriante, si pleine de vie, elle était morte en même temps que Green s'était enfui. Green qui était revenu, mort. Il n'y avait plus de famille, il n'y avait plus de fratrie, il n'y avait plus rien. Bleu essayait de contenter leurs parents, sans grand succès, lui ne pouvait rien faire. Lui n'avait pas les mots, lui n'avait jamais été aussi proches d'un des membres de leur famille que Green et Bleu étaient proches. Il ne pouvait rien faire. Et ça ne l'atteignait pas.

Alors il la téléporta hors de la maison. Loin des parents qui la détestaient tant. Pour peut être essayer de retrouver cette étincelle de quand ils étaient plus jeune. Cette complicité. Peut être, lui même n'en savait rien.

Mais avant de pouvoir entrer dans le restaurant, Bleuann le poussa dans une ruelle et lui pris son poignard. Il fronça du nez, il n'aimait pas trop qu'on lui prenne ses affaires. Il avait passé des heures à parfaitement l'affûter en plus. Le testant sur des morceaux de chair passant à proximité. Jusqu'à ce qu'elle soit parfaitement effilée, qu'elle morde la peau à peine on l'eut posée dessus.

Elle souleva son tee shirt pour la deuxième fois de la soirée, il la regardait faire, songeur. Elle fit glisser son poignard contre son ventre. Le sag coulait à flot mais soyons honnêtes, c'était un vrai carnage. Redwan grimaçait quand il voyait son beau couteau manié de la sorte. Il fit un pas pour essayer de prendre en main la chose mais elle avait apparemment déjà fini.

-C'est plus joli comme ça.

Il tirait toujours la grimace. Le travail était grossier. Décidément, sa sœur n'était pas faite pour ça. Elle se banda le ventre. La compresse devint rouge très rapidement. Une fois cette chose cachée, il retrouva la parole.

-Tu sais, si t'avais insisté je te l'aurais fait.

Parce que là, quelle horreur. Il ne voulait pas voir ce que ça donnerait une fois cicatrisé. Se serait grossier. Toujours. Si il l'avait fait, la cicatrice aurait été fine et belle, assurément. Quel massacre.

Il reprit son couteau, le nettoya avec un reste de compresse qu'il jeta par terre et remis le poignard à sa place.

-Allons manger maintenant ! Je meurs de faim !

Il hocha la tête et sorti de la ruelle, accompagnée de sa cadette. Ils entrèrent alors dans le restaurant. Et comme tous les restaurants, il y avait des vulgaires humains partout. Il devrait se contenir pour ne pas faire un bain de sang ici. Sa sœur risquerait de ne pas apprécier. Très vite les menus arrivèrent. Il commanda d'abord deux pintes, histoire d'attendre accompagnés d'un bon breuvage le temps de choisir et d'être servi. Et puis, ça lui changera les idées par rapport au fait qu'il soit entouré d'humains. Vulgaires déchets.

Il avait proposé un repas en tête à tête, mais il n'avait pas la moindre idée de quoi dire pour meubler le temps du repas. C'était sa sœur, certes, mais ici, ça lui paraissait... Forcé ? Pas qu'il n'aime pas passé du temps avec sa sœur, mais avec les collègues de Rosenrot, ça va venir plus naturellement. Il ne savait pas comment exprimer la légère gêne dans laquelle il se situait.

Il n'en fit rien paraître.

-Tu prends quoi ?

Il hésitait entre … Beaucoup trop de pizzas différentes. 4 formaggi, Pomodoro e burrata, chèvre et miel... Il allait sûrement penché pour la deuxième, celle qui lui donnait le plus envie à ce même moment.

Il espérait que sa sœur avait plus l'art de la conversation que lui.

_________________

Things I do :
Kill & Exterminate people

Professionnellement anthipathique

Il m'arrive quand même parfois d'être drôle
Color: red


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
MESSAGES : 315
DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
60/100  (60/100)
Point Membre:
31/100  (31/100)
Niveau: Novice
avatar
Bleuann W. Soul
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
MessageSujet: Re: Forever Halloween   Dim 26 Nov 2017 - 22:27

Red fait une drôle de tête en te voyant se saisir du couteau et l’appuyer contre ta peau. Il n’avait jamais aimé qu’on lui empreinte ses affaires. Ça avait fait de nombreuses histoire durant ton enfance ; étant l’aîné, c’est toujours lui qui recevait des habits et des jouets neufs alors que vous ne faisiez que récupérer les pantalons et les pulls trop petits pour lui. Car malgré leurs richesses, vos parents refusaient de dépenser de l’argent en futilité, ne vous offrant des vêtements neufs que lors des grandes occasions. Tu te rappelles encore de ta première robe - avant tu n’en avais jamais eu puisque tu héritais des habits de tes frères - en velours délicat que ta mère t’avait acheté à l’âge de six ans. C’était pour une soirée organisée dans le manoir principal des Soul. Il y avait là de nombreuses personnalités influentes de Rosenrot dont, notamment, Karl Von Hammersbrück, le prédécesseur de Anja.
Tes frères portaient des costumes et toi ta jolie robe. Vos parents voulaient faire bonne impression, vous exhibant comme une fierté alors même que vous étiez la plus grande de leurs déceptions.
La robe en velours traîne toujours dans un placard du manoir de Berlin...

Toujours est-il que Red n’aimait pas qu’on touche à ses affaires. Combien de fois ne s’était-il pas pris la tête avec Olive, Cyan ou Silver ? Il ne tente cependant pas de reprendre son arme, se contentant d’observer ton massacre sans dire un mot. Tu peux facilement imaginer que, dans sa tête il doit fulminer. Mais il ne dit rien, te laissant faire, te laissant te scarifier de ce nuage rouge qui te marquera à jamais.
Une sale cicatrice.
Sale comme ton âme.

-Tu sais, si t'avais insisté je te l'aurais fait.

Tu hausses les épaules. Trop tard. Trop tard pour ton corps et trop tard pour ta tête. Tu es déjà passée à autre chose, entraînant ton aîné avec toi dans le restaurant. Le serveur vous installe à grand renfort de gestes et de rires - un cliché italien dans toute sa splendeur - et tu espères qu’il n’exaspère pas ton grand frère. Tu n’as pas envie que ce lieu soit souillé et se transforme en bain de sang et, en plus, ce genre de chose entraîne toujours tout un tas de complication - du type paperasse à remplir, effacer des mémoires, prévenir Anja,... Et ça serait donner une occasion à vos parents de t’engueuler - toi, pas Red le fils prodigue qui aime tant le sang - de ne pas avoir su garder le contrôle. Tu te promets donc de sonder régulièrement les émotions de ton aîné, quitte à l’assommer si tu le sens trop tendu.
Le serveur vous apporte deux cartes et tu te plonges dans la lecture des plats. Tu sens cependant la gêne de ton frère, qui ne semble pas quoi savoir dire, même si son visage n’en laisse rien paraître. Il commande deux pintes et tu plonges alors aussitôt tes lèvres dedans. Tu te rappelles encore, quand tu avais 15 ans et que tu filais ton argent de poche en douce à Red pour qu’il aille acheter de l’alcool à ta place pour les soirées avec les autres jeunes mineurs de Rosenrot. C’était toujours Red qui le faisait, parce que tu savais pertinemment que c’était celui qui te poserait le moins de question, celui qui se fichait de filer cinq litres de vodka à une quinzaine d’adolescents.

-Tu prends quoi ?

Tes yeux se perdent sur la carte. Tu sais pertinemment que, quelle que soit le plat que tu choisiras, tu ne feras que le picorer, le manger à moitié. Depuis toujours, tu es comme ça. Ton estomac est resté bloqué dans l’enfance ; tu manges peu, mais tu grignotes beaucoup à côté. Et, à table, tu t’arranges toujours pour refiler en douce la fin de tes assiettes à tes aînés, six ventres sur place. À quoi bon avoir un chien à qui filer ses restes quand on est la cadette de six grands gaillards ?
Enfin sauf quand ils ne viennent plus. Et que les repas se transforment en torture.
Heureusement, si tes parents te critiquent pour beaucoup de choses, ils n’ont jamais été du genre à t’obliger à finir ton assiette. Aussi, tu peux laisser de côté, abandonner les bouts de viandes, les choux de Bruxelles - tu as horreur de cela - et les parts de gâteau.

- Des spaghettis carbonara.

Puis tu te replonges dans le liquide doré devant toi. Ça, la bière, c’est sûr que tu n’en laisseras pas une goutte ! Tu tiens étonnamment bien l’alcool d’ailleurs pour ton poids ; sans doute la conséquence d’une trop grande consommation. Tu te demandes si, un jour, ton foie craquera, si tu cracheras du sang. Tu te dis que ça serait bien fait pour toi, que ça t’apprendrait à ne pas te respecter. Et puis qu’importe de toute façon ? Ça ne pourrait jamais être pire que ta vie insupportable avec ces parents qui ne t’aiment pas, ces frères qui te fuient et le prince charmant qui, définitivement, ne veut pas exister.

- Tu couches avec quelqu’un en ce moment ?

Ta question est directe, mais tu t’en fiches ; Red est ton frère après tout et c’est même lui qui t’a offert ta première capote. S’il y en a bien un qui n’est pas gêné par toutes ces questions autour du sexe, c’est lui. Pas comme Bianco, bloqué sur son ascension sociale et incapable de baisser les yeux sur une paire des fesses.
Tu ne demandes pas s’il est avec quelqu’un, tu sais bien que ce n’est pas son genre. Au moins, cela vous fait un point commun ! Mais pas exactement pour la même raison... Red c’est parce qu’il est incapable d’aimer quiconque, toi c’est parce que personne n’arrive à t’aimer...
Alors il vous reste le sexe. Et l’alcool.

_________________


« Dans presque tous les mythes fondateurs, personne n'a de pire ennemi que son frère, si ce n'est son père qui, craignant une alliance des frères contre lui, prend parfois les devants et les tue. »





Dc de Myaw Nienta ~ couleur blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
EMPLOIS/LOISIRS : Kill. Exterminate.
LOCALISATION : Nowhere
CITATION DU PERSONNAGE : Le ciel, la terre, et même moi. Le monde entier est rouge sang.

MESSAGES : 192
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
26/100  (26/100)
Point Membre:
41/100  (41/100)
Niveau: Novice
avatar
Redwan Soul
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
MessageSujet: Re: Forever Halloween   Lun 15 Jan 2018 - 17:28

Evidemment que le restaurant était bondé. Evidemment que c'était des humains, le monde des sorciers étaient bien trop petits pour qu'on puisse se retrouver dans un lieu rempli de sorcier. Pré-au-Lard et le Chemin de Traverse n'existaient que dans les contes. Un lieu où on était libre de montrer qui on était réellement aux yeux du monde, c'était impossible.

Redwan ne savait pas s'il préférait que les humains soient ignorants ou non. Ca pourrait lui plaire qu'ils déguerpissent tous de peur quand il faisait son entrée. Mais en même temps, où serait le fun de traquer une victime innocente et la dépecer tandis qu'elle était encore consciente ? Oh, le sorcier savait faire ça, pour sûr. Il était presque un professionnel des runes. Ils les avaient étudiés en long en large et en travers. Il s'était même intéressé à la médecine pour connaître des runes différentes. Celles qui permettaient à des personnes de rester éveillées par exemple... Douce rune. Sa victime prenait pleinement conscience à quel point elle avait été infortunée de tomber sur lui ce soir là. Où est le fun de torturer quelqu'un qui s'est déjà évanoui ? Il n'y en a aucun. Absolument aucun.

Qui allait-il dépecer ce soir là ? Il scrutait la salle du regard quand les bières arrivèrent. Peut être ce serveur trop bruyant et gesticulant qui pouvait bien vite lui taper sur les nerfs. Il espérait que c'était l'anniversaire de personne dans la salle ce soir. Il n'était absolument pas d'humeur pour une petite chansonnette.

En fait il aurait dû aller kidnapper le chef de cuisine, le téléporter dans un endroit vide de la famille, sauf Bleu, et ils auraient été que tous les deux, le calme autour d'eux, sans humain dégoûtant qui pensaient qu'ils étaient leur égaux. Quelle bonne blague.

Pourquoi les sorciers devaient ils supporter ces monstres dégoûtants dès qu'ils voulaient faire une sortie ? Oui, il fallait absolument annihiler toute l'espèce humaine pour qu'il puisse vivre au grand jour dans un nouveau monde : celui des sorciers.

Et il continuerai de massacrer des esclaves.

-Des spaghettis carbonara.

Il allait prendre une hawaïenne.

Non. C'était une blague. C'était une hérésie de mettre de l'ananas sur une pizza. Déjà parce que c'était pas bon, l'ananas, tout court, en soi, c'est pas bon. Alors sacrifier une pizza pour mettre de l'ananas dessus... Blasphème ultime.

Voilà qui serait sa victime ce soir, la personne qui commanderait une hawaïenne. Il espérait que se soit un enfant.

Enfin, il n'avait pas particulièrement besoin de faire couler le sang ce soir. Bien sûr qu'il en avait envie, qui n'en aurait pas envie ? Mais il n'avait, pour le moment, pas ce besoin viscéral, cette pulsion qui faisait qu'il ne se retenait plus. Pour le moment, il allait bien. Après, ça ne l'empêchait pas de traumatiser quelqu'un à vie.

Sa sœur avalait goulûment sa bière tandis qu'il la buvait lui même à un rythme plus mesuré. Après, si il était un peu plus pompette – bon courage pour ça – ça le détendrait peut être pour parler à Bleuann. Mais Redwan s'en sortait plutôt pas mal avec sa résistance à l'alcool. Comme sa sœur. A eux deux ils pourraient sûrement vider la réserve d'alcool de ce minable restaurant de banlieue. Avoir du sang sorcier rendait déjà plus difficile l'absorption de la molécule par le sang. Les sorciers se soignent plus rapidement qu'un vulgaire humain, ils éjectent donc l'alcool plus vite aussi et est absorbé plus difficilement. Un peu comme un super héros.

-Tu couches avec quelqu’un en ce moment ?

Il fût légèrement surpris par la question mais pas désarçonné. Pourquoi pas après tout, c'était une conversation comme une autre. Ca faisait combien de temps qu'ils ne s'étaient pas parlé ? Juste tous les deux ? Sans tous les autres ? Et même, ça faisait combien de temps que toute la fratrie ne s'était pas réunie autour d'un verre ? Très longtemps, beaucoup trop longtemps. De toutes façons, Silver avait peur de lui et n'osait plus l'approcher. A partir de ce moment là, il ne pouvait rien faire, même si il avait quelque peu arrêter de l'importuner. En même temps, comment embêter quelqu'un qui n'est jamais là ? Et Green, well... N'en parlons pas. Tout le monde menait juste sa petite vie. Comme si il était seul. Ils étaient sept en tout, mais au final, ils étaient juste seuls. Et cela vouait à s'éterniser. Quels frères ? Bleu était la seule qui continuait de faire un effort avec tout le monde et qui voulait garder le contact. Quelque chose que son frère respectait et qu'il essayait donc de maintenir aussi. Toujours essayer de faire plaisir à la princesse. Même si c'était au final lui qui était le plus loin d'elle. Ils n'avaient, au final, pas grandit ensemble. Quasiment pas.

-Non.

Bravo Redwan, quelle excellente idée pour clore une conversation et dire qu'on ne veut plus en parler. Après ça dit que ça essaye de faire des efforts. Mon cul, ouais.

Il soupira, reposa sa bière qu'il n'avait pas eu le temps de porter jusqu'à ses lèvres.

-Ya un gars de Croix que j'ai commencé à faire chier ya un mois, on verra ce que ça donne. Après c'est pas comme si j'étais « en chasse » - il fit vraiment les guillemets – et je saute encore moins sur tout ce qui bouge, pas comme ce Mikeal.

Je réprimai une moue de dégoût en prononçant ce prénom. Cet homme... Brrrrr, il ne voulait même pas y penser.

-Bref, si un jour ça vient, ça viendra, peut être que se sera régulier, peut être pas. En tout cas, je ne me prends pas la tête. Et c'est pas vraiment un de mes besoins les plus primaires.

Non, lui c'était plutôt le sang. Sa soif de sang avait complètement remplacé sa soif de sexe dans sa vie. Entre tuer et niquer, il choisirait la tuerie sans aucun soucis. Il foncerait tête baissée, couteau entre les dents.

Cette fois, sa bière atteignit sa bouche. Celle-ci allait se finir beaucoup trop vite finalement alors que les commandes n'étaient toujours pas prises, et encore moins arrivées... Il chercha le serveur du regard et lui lança un regard noir. Celui-ci frémit de la tête au pied et s'approcha en tremblotant.

Il appréciait quand une proie reconnaissait son prédateur et en avait peur. Mais il avait obligation d'approcher. Le client était roi, n'est-ce pas ? Toute la joie de ce serveur avait disparu, il était blanc comme neige. Redwan eu un sourire carnassier en demandant leur plat, carbo et pizza 4 fromages, et un refill de leur bière bien entamée. Il espérait que la cuisson serait plus rapide que la prise de commande. Il ne fallait pas trop espérer.

Il se retourna vers sa sœur avant que le serveur ai pu dire quoi que se soit.

-Et toi ? Des conquêtes ? Quelque chose ? N'importe quoi ?

Le fait d'avoir effrayé se serveur l'avait quelque peu … Soulagé et il se sentait dorénavant mieux. Même si il aimerait le saigner à blanc, bien sûr. Rien n'était mieux que le sang.

_________________

Things I do :
Kill & Exterminate people

Professionnellement anthipathique

Il m'arrive quand même parfois d'être drôle
Color: red


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
MESSAGES : 315
DATE D'INSCRIPTION : 27/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
60/100  (60/100)
Point Membre:
31/100  (31/100)
Niveau: Novice
avatar
Bleuann W. Soul
Modette en chef | Membre de Rosenrot | Âme bleue
MessageSujet: Re: Forever Halloween   Lun 5 Fév 2018 - 23:52

Tu observes ton grand frère. Il ne semblait vraiment pas à l’aise dans ce milieu ; tu pouvais sentir l’énervement qui perçait de la part de ton frère et tu devinais que l’attitude beaucoup trop positive du serveur ne devait sans doute pas arranger tout ça. Tu espérais qu’en parlant avec toi de ses coups d’un soir - ou de plus d’un soir ? - Red se concentrerait sur autre chose et se détendrait.

- Non.

Bon. Au moins c’était clair, net et direct. Et tu n’étais pas sûre que ton frère se détendrait ainsi. Super idée le restaurant parmi tous les humains. Si toi tu pouvais les supporter sans trop y penser, tu te rendais compte que ça en devenait presque dangereux de trimballer ton aîné dans ce genre de lieu.
Quelqu’un ne pouvait-il pas créer un bar réservé aux sorciers ?

Red but une gorgée avant d’approfondir un peu plus sa réponse :

- Ya un gars de Croix que j’ai commencé à faire chier ya un mois, on verra ce que ça donne. Après c’est pas comme si j’étais « en chasse » et je saute encore moins sur tout ce qui bouge, pas comme ce Mikeal.

Oups. À ces mots, tu avales de travers la gorgée que tu étais en train de boire et toussote discrètement. « Ce Mikeal », comme ton frère dit, tu le connais très bien. Très intimement, même puisque vous avez souvent coucher ensemble. Tu sais qu’il fréquente d’autres personnes, là n’est pas le problème, toi-même tu couches avec d’autres, mais tu te dis que, vu la tête de Red, il n serait guère réjouit à l’idée de savoir que sa petite sœur se tape le coup facile de Rosenrot. Surtout qu’il ne semblait, vraiment, mais vraiment pas l’apprécier à la moue dégoûtée qui s’affiche sur son visage.

- Bref, si un jour ça vient, ça viendra, peut être que se sera régulier, peut être pas. En tout cas, je ne me prends pas la tête. Et c’est pas vraiment un de mes besoins les plus primaires.

Tu hoches la tête. Bien sûr, le seul besoin de l’aîné des Soul était le sang, aussi rouge que son prénom et étalé sur ses mains, si possible. Tout le monde la savait, de Anja à l’esclave le plus misérable de l’organisation. C’est d’ailleurs pour cela que, la plupart des esclaves le craignait et le fuyait le plus possible, sachant pertinemment qu’il pouvait les décapiter simplement parce qu’une mouche avait volé un peu trop près de son oreille. Et tu savais également que ces pulsions étaient bien utile à la cheffe de Rosenrot qui pouvait l’envoyer en première ligne sans sourciller, certaine que ce soldat fou du sang donnerait tout.

Le serveur passa prendre vos commandes et tu laissas ton aîné commander alors que tu sentais la joie du serveur se transformer en peur et en malaise. Il faisait moins le malin à présent et ton pouvoir ressentait une grande angoisse face à ces clients bizarres, surtout l’homme qui avait un sourire carnassier et déstabilisateur.
Red commande, en plus de vos plats, deux nouvelles bières, ce qui te satisfait grandement en vue de l’aspect vide de ta pinte.

- Et toi ? Des conquêtes ? Quelque chose ? N’importe quoi ?

Le serveur choisi ce moment-là pour se précipiter avec deux nouvelles rousses entre les mains, comme s’il avait désormais compris à qui il avait affaire et qui s’empressait de remplir au plus vite les commandes de Redwan Soul.

- Tu sais que mourir de peur ne fait pas saigner ? demandes-tu en observant le serveur se précipiter en commande, sans doute pour accélérer la cuisson de la pizza.

Tu reprends une gorgée de bière, prenant tout ton temps pour répondre à la question de ton frère. Tu n’as pas envie de lui mentir, aussi ne comptes-tu pas lui cacher ta relation avec Mike, mais tu espères que cela ne l’énerve pas trop au point de décapiter un ou deux clients. Vous devriez alors partir avant même d’avoir eu vos plats et ton ventre grogne par la faim. Tu désires vraiment tes pâtes carbonara à présent. Saigner ça donne faim.

- Quant à Mike, je t’accorde qu’il peut être agaçant dès lors qu’il ouvre la bouche, mais c’est un merveilleux amant.

Tu écartes une mèche de ton visage avant d’ajouter :

- Surtout quand ladite bouche est, justement, occupée. Si tu vois ce que je veux dire.

Certaines personnes auraient pu trouver gênant de parler ainsi ouvertement de sexe avec la famille, mais pas vous. C’était quelque chose de tellement mécanique et abstrait, qu’il n’y avait plus aucune dimension de gêne. C’était une chose comme les autres, au même titre que manger ou dormir. Peut-être moins essentiel, mais pas moins naturel.
Le sexe était beaucoup moins tabou que les sentiments dans la famille Soul.

Le serveur revient avec vos commandes en un temps éclair. Il a sans doute dû stresser tout le monde en cuisine, comprenant l’importance de ces deux clients effrayants. Tu recouvres ton plat d’une montagne de parmesan que tu regardes commencer à fondre avec la chaleur des pâtes. Puis, parce que tu n’as aucun respect pour les coutumes italiennes, tu saisis ton couteau et ta fourchette et tu coupes tes spaghettis.
Et si quelqu’un ose faire un commentaire, il aura affaire à ton grand frère.

_________________


« Dans presque tous les mythes fondateurs, personne n'a de pire ennemi que son frère, si ce n'est son père qui, craignant une alliance des frères contre lui, prend parfois les devants et les tue. »





Dc de Myaw Nienta ~ couleur blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
EMPLOIS/LOISIRS : Kill. Exterminate.
LOCALISATION : Nowhere
CITATION DU PERSONNAGE : Le ciel, la terre, et même moi. Le monde entier est rouge sang.

MESSAGES : 192
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
26/100  (26/100)
Point Membre:
41/100  (41/100)
Niveau: Novice
avatar
Redwan Soul
Modo | Sorcier Noir de Rosenrot | Âme rouge
MessageSujet: Re: Forever Halloween   Dim 5 Aoû 2018 - 16:57

C'était si agréable de voir le serveur trembler de peur. Tout son être ressentait la suprématie du sorcier. Il savait qu'il n'était qu'un vulgaire insecte, qui pouvait y passer à tout moment. Redwan éprouvait beaucoup de joie à le voir dans un tel état, c'était jouissif, de voir comment son caractère avait changé. Il sentait même sa peur quand il allait voir les autres clients, gardant un œil sur son cauchemar, comme une proie qui s'apprête à fuir à tout moment.

Impossible pour un humain. Faible.

Qu'est-ce qu'il aimerait verrouiller toutes les portes et faire une tuerie en ce précieux instant, que chaque humain regarde la mort dans les yeux, qu'ils se pissent tous dessus de frayeur en voyant jusqu'où il pouvait aller.

Par égard pour sa sœur, il se contrôlait. Jouer avec le serveur le calmait légèrement.

Bleu était, bizarrement, la personne dont il était la plus proche dans la famille, à part son père peut être, malgré leur plus de dix ans d'écart. Effectivement, si elle ne se donnait pas la peine d'essayer de garder un lien avec chaque membre de la fratrie, Red n'aurait pas essayer.

C'était en quelque sorte elle qui les maintenait encore tous relier. Si elle n'était plus là, il n'y aurait plus de fratrie du tout. Juste des inconnus. C'est à peine si il se donnait la peine de saluer les jumeaux quand il les croisait dans le QG allemand.

Ne parlons pas de Green. Green n'existait plus depuis bien longtemps.

Silver était aux abonnés absents.

Green, celui qui les a fait exploser.

Même si les liens avec ses frères et sœur ne représentaient pas grand chose pour lui, le sang représentait bien plus, c'était devenu sa raison de vivre, il en voulait tout de même à Green pour avoir tout gâché. Sans ça, la famille serait peut être encore soudée. Peut être.

Il le tuerait bien. Peut être.

Pour Bleu, il prenait soin de l'ignorer et de l'esquiver dès qu'il le pouvait.

Il était très loin de comprendre les attaches entre deux personnes et l'empathie c'était clairement pas son truc, mais quand on a grandit avec autant de personnes et qu'on a appris à les connaître quand on était jeune, on sait que y'a des choses qui restent immuables. Comme l'attachement de Bleu à Green.

Ils étaient bien quand ils étaient petits, si innocents, si parfaits, si soudés...

Les nouvelles bières arrivèrent instantanément, le sorcier ne se donna pas la peine de regarder le serveur pendant qu'il les posait sur la table. Celui-ci savait, inconsciemment, qu'il devait garder une distance de sécurité avec son prédateur. Il sentait que si il ne faisait ne serait-ce que le frôler, il mourrait instantanément, ou pire.

Red planta des yeux glacials dans son dos pendant qu'il s'éloignait en cuisine de petits pas brouillons et précipités. Il avait parfaitement réussi à le décontenancer. Le serveur sentit le regard au plus profond de sa chair car un frisson apparu sur tout son corps et lui fit manquer un pas.

Le sorcier ne put s'empêcher d'apprécier ce moment avant de replonger dans sa bière et la conversation avec sa sœur.

-Tu sais que mourir de peur ne fait pas saigner ?

D'un air nonchalant, il pivota légèrement sur sa chaise afin de placer son bras sur le dossier, tenant sa bière de l'autre.

-Honnêtement, tu trouves pas ça hyper drôle de les voir trembler du plus profond de leur être ?

Le sourire carnassier revint sur ses lèvres. Oh qu'il appréciait, il se délectait de la peur qu'il faisait régner. La proie savait à qui elle avait à faire.

Heureusement que sa sœur le fit revenir à la réalité car il recommençait à voir rouge, à ressentir la passion et la pression du sang à faire couler. Il se retourna alors vers elle et posa sa tête sur ses doigts entrelacés.

-Quant à Mike, je t’accorde qu’il peut être agaçant dès lors qu’il ouvre la bouche, mais c’est un merveilleux amant.

Il serra les mâchoires.

-Surtout quand ladite bouche est, justement, occupée. Si tu vois ce que je veux dire.

Il pouffa. Il valait mieux ça il est vrai. Ce gars pouvait débiter un nombre hallucinant de conneries à la minute et c'en était épuisant. Il se tenait très éloigné de lui. Le plus loin possible. Une petite téléportation en le voyant arriver dans la pièce où il était et le tour était joué. Aussi simple que ça.

Il était pas très enthousiaste du fait que ce O'Callaghan s'amusait dans un lit, ou ailleurs, avec sa sœur mais bon, elle faisait bien ce qu'elle voulait avec son cul. Il était très loin d'être le grand frère hyper protecteur. Par contre si ce Mike s'amusait à blesser Bleu, il en ressortirait très probablement très amoché disons. Ça lui donnerait une leçon pour ne pas recommencer.

Uniquement si elle lui demandait. Ou qu'elle lui faisait comprendre.

Mais ils étaient pas vraiment de ce type dans la famille. Chacun sa merde.

-Si ce deal avec lui te contente, je n'ai rien à en dire.

Et même, comme dit précédemment, chacun sa merde en soit. Elle est grande et bien capable toute seule de s'occuper d'elle même. Et des gens qui la dérangent. Elle aussi a connu la goût du meurtre et de la torture, même si il est moins prononcé que chez son aîné.

Même si ça lui plaît pas, elle aussi sait faire la sale besogne. Et la fait très bien.

Ce Mikeal ne posera donc aucun problème si il s'avère être … Trop gênant.

-Je suis tout de même assez étonné qu'il soit si bien que ça. Il ne fait que se vanter tout le temps, je pensais alors que c'était juste un beauf qui ne pensait qu'à lui dans ce genre de relation.

L'assouvissement du plaisir était quand même quelque chose d'important dans une vie, et même si ce n'était pas sa première préoccupation, Redwan était bien au courant et devait aussi se satisfaire à certains moments. Il choisissait juste des proies de meilleures qualités.

Le serveur arriva dans un temps extrêmement rapide avec les assiettes des deux Soul. Pour le remercier, Redwan avait très envie de lui planter la fourchette dans la main, la clouant ainsi à la table. Il prit la fourchette et l'empoigna, et fit glisser sa langue sur ses dents, les yeux émerveillés, fixant cette partie qu'il voulait à tout prix attaquer.

Le serveur repartit, Red fit tomber sa fourchette sur la table. C'était si dur de se retenir. Il souffrait. Il respirait très fort, fixant toujours le serveur qu'il voulait saigner. Il voulait voir son sang gicler dans tous les sens pendant qu'il hurlait et que la vie s'éteignait en lui. Il le voulait tellement.

Le bruit des couverts de Bleu détourna son attention. C'est ça, il fallait se concentrer sur Bleu. Rien d'autre ne devait compter là.

Mais quand la pièce était envahie d'humains... Ces proies si faciles, si vulnérables, ces proies qui l'amusaient tellement.

Il secoua la tête en voyant sa sœur couper ses spaghettis.

-Tu as vécu je ne sais combien de temps en Italie et tu es toujours incapable de les rouler autour de ta fourchette ?

Il disait cela d'un air léger, un sourire au lèvre, un peu taquin. Il s'en fichait après tout, elle faisait bien ce qu'elle voulait.

Il observa sa pizza qui était luisante de gras de fromage. Il prit une des parts déjà parfaitement coupées, le fromage fila et il dut tirer dessus jusqu'à ce que le tout se détache avant de l'amener à sa bouche.

Il continua sur la taquinerie gentille et facile.

-Et quand tu vas dans un restaurant asiatique, tu demandes une fourchette aussi ?

Il continua à pouffer un peu, une petite lueur de défi dans les yeux.

_________________

Things I do :
Kill & Exterminate people

Professionnellement anthipathique

Il m'arrive quand même parfois d'être drôle
Color: red


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Forever Halloween   

Revenir en haut Aller en bas
 

Forever Halloween

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Let's go for Halloween ! [tous invités à participer !]
» Love me now or hate me forever!
» Halloween event !!!
» L'event d'halloween sur FR
» UN AMI D'UN SOIR (conte pour Halloween)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Europe-
Nos Partenaires