My lover she is waiting for me, just across the bar. [PV : Alicia❤]


Partagez | .
 

 My lover she is waiting for me, just across the bar. [PV : Alicia❤]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
these violent delights have violent ends.
EMPLOIS/LOISIRS : homme au foyer.
LOCALISATION : avec alicia et les triplés.
CITATION DU PERSONNAGE : history is a burden. stories can make us fly. (mark gatiss)

MESSAGES : 95
DATE D'INSCRIPTION : 19/03/2013

Niveau du personnage
Point RP:
28/100  (28/100)
Point Membre:
44/100  (44/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Reever Livingstone
these violent delights have violent ends.
MessageSujet: My lover she is waiting for me, just across the bar. [PV : Alicia❤]    Mer 25 Sep 2013 - 18:59

So if by the time the bar closes and you feel like falling down. I'll carry you home.
Robb & Alicia



Septembre, les mois avaient filés à une vitesse hallucinante. Hier encore tu avais l'impression d'être sous le joug de tes seigneurs et maitres à Rosenrot. Pourtant cela fait bien cinq mois que vous vous êtes enfuis, toi et MattBy. Cinq mois ou vous avez pu goûter à la liberté pour la première fois depuis.. Depuis ce qui te sembles être toujours. Toi qui ne gardes aucun souvenirs de ta vie passée, ta vie normale. Toi qui penses avoir été abandonné avec ton jumeau. Tu ne te souviens que de ta vie d'esclave et pourtant Clara elle te rapporte des souvenirs enfouis dans votre subconscient. Des souvenirs lointains et joyeux. Tu ne te souvenais pas d'avoir déjà ris avec une autre personne que ton jumeau. Après tout, vous êtes la paire, vous vous soutenez quoi qu'il arrive. Vous êtes proches, beaucoup trop même. Vous avez déjà franchis la limite trop de fois avec Gabrielle. Tu ne saurais dire si tu regrettes ces nuits sulfureuses ou pas. Tu ne les trouves pas normales, mais elles sont évidentes. Ta façon de pensée n'a jamais été comprise des autres. Mais après tout, personne ne te demandais jamais ton avis. Pourquoi le feraient-ils ? Toi le simple esclave effacé, suivant les ordres sans rechigner. La peur, la peur qu'on puisse s'en prendre à ta moitié te suffisait pour encaisser toi-même tous les coups. Tu étais trop soumis. Tu n'as même pas eu la force de prendre les reines pour vous échapper, non tu avais trop peur de partir vers l'inconnu. MattBy t'y a forcé, elle et Clara sont celles qui se sont véritablement enfuies. Toi tu es resté, ton âme ne pouvant se détacher malgré tes efforts multiples. Mais aujourd'hui voies le résultat. Vous respirez enfin. Vous êtes méfiants certes, mais vous n'avez plus à vous inquiéter autant. Qui irait chercher deux esclaves alors qu'ils ont le Mystery Orphanage et Pandora ? Ce ne sont pas vos affaires. Vous n'y êtes jamais allés, vous ne la connaissez pas. Ce n'est pas votre monde. Si seulement vous aviez une idée de qui vous êtes réellement dans le monde magique. Peut-être prendriez vous plus de responsabilités en ayant trouver Orphéo à Londres. Mais à quoi bon, vous ne savez rien.

Aujourd'hui vous êtes encore à Paris, vous n'avez pas bougé. Toujours dans la même auberge miteuse. Comment vous vous en sortez ? Vous faites comme vous pouvez, vous n'avez pas d'argent, pas de papiers, pas de diplômes. Vous n'existez pas aux yeux de la loi. Vous avez disparus. Et pourtant vous voilà, frais et bien installés. Vous vous débrouillez comme vous pouvez pour survivre dans cette jungle française. Mais ça ne durera pas, rester trop longtemps serait trop quand même trop dangereux. Vous êtes actuellement en train de prévoir votre prochaine destination. Allemagne ? Non, plus jamais. Peut-être les États-Unis, mais c'est beaucoup trop loin. Vous devez encore décider. Fuir, encore et encore. Toujours.

Tu sors un dernier sac de la camionnette. Ça ne fait que quelques jours que tu as ce boulot. A vrai dire ils t'ont prit parce qu'ils avaient besoin de bras musclés et c'est tout. Tu ne sais pas ce qu'il y a dedans et tu ne veux pas le savoir. Tu bosses c'est tout, là où tu peux sans te poser de questions. Tu ne réfléchis pas toi, la tête pensante c'est Clara. Mais aujourd'hui tu prend soin d'éviter qu'elle ne se manifeste. Son aventure avec ce Mike te fais encore froid dans le dos rien que d'y penser.

Après avoir reçu ton argent tu pars sans regarder en arrière. Tu avances pour te mêler aux gens communs. Ils ne te regardent pas, tu ne les regarde pas. C'est vrai que tu es beau, un bel homme. Mais ça ne t'intéresse pas. Ton sex-appeal ne t'as jamais été d'utilité dans ton ancienne condition après tout.
Tu prends ton temps puis tu te décide de t'arrêter dans un petit café. Tu as envie de boire quelque chose dehors en ce milieu d'après-midi. Tu t’assois sur un fauteuil dans un coin. Une jeune femme arrive pour te demander ce que tu voulais commander, du thé à la menthe. Il y a cinq mois tu l'aurais regarder sans savoir quoi répondre. Maintenant tu es plutôt bien habitué à vivre comme les autres personnes. Rien ne peut t'étonner. Presque rien.


HRP:
 

_________________



1. 2. 3.
then something broke in me and i wanted to go home. to be where you are.


dc de kirsten w.
& meiko g.


Dernière édition par Reever Livingstone le Mar 9 Jan 2018 - 1:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste humaine | Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre | Admin
EMPLOIS/LOISIRS : Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre
LOCALISATION : Entre Londres et Paris...
CITATION DU PERSONNAGE : Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi, on s'aime comme ça, la Seine et moi

MESSAGES : 471
DATE D'INSCRIPTION : 02/09/2013

Niveau du personnage
Point RP:
20/100  (20/100)
Point Membre:
83/100  (83/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Alicia Roussel
Exorciste humaine | Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre | Admin
MessageSujet: Re: My lover she is waiting for me, just across the bar. [PV : Alicia❤]    Lun 21 Oct 2013 - 12:14

Don't let me be misunderstood.

Alicia marchait, pensive mais d'un pas assuré, dans les rues de Paris. C'était un quartier entre la grisaille poisseuse de la porte de St Ouen, et la ville, la ville clichée, celle des bistrots et des vieux bâtiments. Un quartier pas très riche. Elle se demanda s'il y faisait aussi bon vivre que dans le seizième arrondissement où la sous-directrice d'Orpheo possédait un bel appartement. Proche de ses trente ans, Alicia vivait déjà très bien. On ne pouvait pas aller jusqu'à dire qu'elle était très riche, mais elle avait un très bon niveau de vie, faisait partie de la classe bourgeoise de Paris. On aurait presque pu la qualifier de bobo. Elle pensa que pour cela il lui faudrait un chat. Un chat, c'est très bobo. Et puis, mignon, indépendant...L'animal idéal. Oui elle devrait songer à adopter un chat.

Elle jeta un coup d’œil à l'intérieur de son poignet, comme si elle regardait une montre mise à l'envers. La rune de détection qu'elle avait dessiné au crayon à maquillage -matériau assez efficace, malgré tout-. Elle brillait de plus en plus vivement. La jeune femme se mit à marcher plus vite.

Ses pas finirent par la mener devant un petit bistrot, le genre classique parisien tentant de se moderniser, d'être un peu hype. Elle s'arrêta devant l'entrée, sortit un miroir, vérifia que son rouge à lèvres était toujours en place, et souleva ses cheveux de ses mains pour dégager son visage. Cela l'aidait à se montrer sure d'elle.

Alicia sentit la rune pulser alors qu'elle entrait dans le bar. Elle n'eut qu'à tourner la tête à gauche, elle sut que c'était lui. Il correspondait au signalement. Jeune homme dans sa vingtaine, présentant un pouvoir de métamorphose humaine dans le sexe opposé et un don de télékinésie, sans papier d'identités, accompagné par un autre individu humain possédant le même pouvoir (le sexe originel de la personne n'avait pas été déterminé par la police magique). Cela voulait dire esclave. Ex-esclave, tout du moins. Elle avait tenu à s'en charger, le combat contre l'esclavagisme lui tenait à cœur et cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas agi sur le terrain.

Elle se dirigea alors vers l'endroit où il était assis, une table basse entourée de fauteuils. La sous-directrice s'assit en face de lui. Elle vit alors son visage de plus près. Il était très beau. Une beauté brute, sauvage. Elle lui sourit gentiment, et lui tendit la main, posant sa carte de membre du conseil d'Orpheo sur la table.


-Bonjour. Je suis Alicia Roussel, sous directrice d'Orpheo France et Angleterre. Je ne te veux aucun mal, je suis ici simplement car la police magique nous a signalé ta présence dans la ville en situation ressemblant à de la fuite et soulignant le fait que tu es humain et sans papiers. Tu n'as pas d'existence juridique, nous en avons déduit que tu es esclave de sorciers noirs. Arrête-moi si je me trompe. Dans tous les cas, si tu l'es, sache que tu peux bénéficier de notre protection et de notre aide pour te procurer de quoi vivre et t'insérer dans la société.

Elle avait beaucoup parlé, pas trop vite, mais pas trop lentement. Elle voulait qu'il comprenne bien ses paroles. Elle souriait, et se montrait gentille, comme toujours. C'était dans sa nature. Elle espérait que cette entrevue se passerait bien. Alicia héla la serveuse et commanda une tasse de thé noir.

_________________


Ouais c'est pas faux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
these violent delights have violent ends.
EMPLOIS/LOISIRS : homme au foyer.
LOCALISATION : avec alicia et les triplés.
CITATION DU PERSONNAGE : history is a burden. stories can make us fly. (mark gatiss)

MESSAGES : 95
DATE D'INSCRIPTION : 19/03/2013

Niveau du personnage
Point RP:
28/100  (28/100)
Point Membre:
44/100  (44/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Reever Livingstone
these violent delights have violent ends.
MessageSujet: Re: My lover she is waiting for me, just across the bar. [PV : Alicia❤]    Mar 9 Jan 2018 - 1:31

monsters & gods


Tic toc, tic toc. L'aiguille de l'horloge au mur faisait presque trop de bruit, elle résonnait presque trop fort dans ta tête. Les bavardages incessants des autres clients t'étaient indifférents. Après toutes ces années de quasi-solitude, regarder le monde bouger, évoluer, ça avait quelque chose de fascinant. Ça avait aussi quelque chose de menaçant. La peur, cette peur constante de ne pas savoir, de ne pas pouvoir.
Mener une vie normale, oui, mais comment ? Encore aujourd'hui tu baisses trop souvent les yeux lorsqu'on te parle, ta soumission est presque inscrite dans ton ADN. Rebelle toi, affronte le monde, ose hausser la voix. Les mots de Clara font encore écho dans ton esprit, elle qui cherche toujours à se battre, elle qui ne baisse pas les bras. Et tu lui en veux, pourtant. Tu lui en veux de chercher sa liberté coûte que coûte, dans les bras du premier venu. Tu sais très bien que tu n'as pas le droit de lui reprocher, elle a bien dû vous supporter. Mais tu n'y peux rien, c'est plus fort que toi. Alors elle reste muselée à l'intérieur de toi, hurlant dans le vide pour sortir.
Elle te le fera bien payer un jour.

Tes yeux se posent sur ta tasse, elle est encore brûlante, mais tu te risques à la prendre dans tes mains. La douleur, la souffrance. Tu es habitué, tu les as connues toute ta vie, comme de vieilles amies. Et le liquide qui coule dans ta gorge, bien qu’inconfortable, te fait le plus grand bien. Tu humectes tes lèvres, te grattes la barbe. Tes yeux se posent vers la fenêtre plus loin à ta gauche, ils regardent les gens passer, se promènent, valsent de personnes en personnes. Tu resserres ta veste, du cuir bien usé, trop usé.
Au moins, elle tenait encore chaud.

La porte s'ouvre, tes poils s'hérissent, mais tu ne regardes pas, tu n'oses pas regarder. La panique s'empare de toi quelques secondes, l'instinct de survie, l'envie de fuir au plus vite. Au final tu te détends, du coin de l’œil tu vois que ce n'est qu'une femme comme une autre, sûrement une parisienne habituée du coin. Ton attention se reporte très vite sur tes mains, rouges, rugueuses, sèches. Les travaux manuels qu'on te donne t'épuisent, c'est vrai. Mais tout est meilleur que l'esclavage.
Tout est meilleur qu'être moins que rien.

Tu t'apprêtais à reprendre une gorgée lorsque tu sentis du mouvement vers ta direction. Elle venait vers toi, cette femme, cette brune. Tu ne saurais dire ce à quoi elle te faisait penser, tu n'avais aucun ressentie, un seul sentiment de peur qui revenait vite, au galop.
Comme une deuxième peau dont tu ne pouvais jamais te débarrasser réellement.

« Bonjour. Je suis Alicia Roussel, sous directrice d'Orpheo France et Angleterre. Je ne te veux aucun mal, je suis ici simplement car la police magique nous a signalé ta présence dans la ville en situation ressemblant à de la fuite et soulignant le fait que tu es humain et sans papiers. Tu n'as pas d'existence juridique, nous en avons déduit que tu es esclave de sorciers noirs. Arrête-moi si je me trompe. Dans tous les cas, si tu l'es, sache que tu peux bénéficier de notre protection et de notre aide pour te procurer de quoi vivre et t'insérer dans la société. »

Tu ouvres grand les yeux, essayes de comprendre le torrent d'informations auquel tu étais soumis. Orphéo France, ça existait donc également. Non, tu ne la crois pas, tu te méfies, tu es sur tes gardes. Pourquoi prendraient-ils leur temps de s'intéresser à toi, à vous ? Vous ne leur êtes pas utiles, ils ont d'autres problèmes à résoudre. Vous les esclaves n'avaient jamais eu d'importance.
Sinon, pourquoi n'être jamais venus vous sauver.

« Non »

C'est tout ce que tu arrives à dire avant de baisser la tête, la rentrer dans tes épaules. Tu es un animal docile, un animal acculé. Toi tu veux seulement qu'on te laisse tranquille, qu'on te laisse en paix avec Gabrielle, que le monde ne vous veuille plus de mal. Est-ce que c'est trop demandé, une vie à deux ?
Avec Clara en trois.

« Je ne sais pas, laissez moi seul »

Tu caches tes mains, te balance presque sur toi-même.
L'ancien esclave encore en prison.

(c) REDBONE



#99ccff I love you

_________________



1. 2. 3.
then something broke in me and i wanted to go home. to be where you are.


dc de kirsten w.
& meiko g.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste humaine | Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre | Admin
EMPLOIS/LOISIRS : Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre
LOCALISATION : Entre Londres et Paris...
CITATION DU PERSONNAGE : Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi, on s'aime comme ça, la Seine et moi

MESSAGES : 471
DATE D'INSCRIPTION : 02/09/2013

Niveau du personnage
Point RP:
20/100  (20/100)
Point Membre:
83/100  (83/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Alicia Roussel
Exorciste humaine | Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre | Admin
MessageSujet: Re: My lover she is waiting for me, just across the bar. [PV : Alicia❤]    Jeu 11 Jan 2018 - 0:15

Are you free, or are you being borrowed ?

Effrayé. Mal à l'aise. Al aurait dû se douter que c'était ce qui allait arriver en premier dans l'expression de cet homme. Un gars qui aurait pu être elle, et elle aurait pu être lui. Ils étaient humains, l'un aurait pu naître comme elle, dans une famille aimante, et y rester, découvrir sa magie, l'accepter, intégrer Orpheo. L'autre aurait pu naître dans le QG d'une organisation noire, et vivre durant toute sa vie dans la servitude, jusqu'à ce que, un jour, elle soit libérée. Ou peut-être avait-il été enlevé, durant son enfance, son adolescence ?
Alicia ne savait rien de lui, au final. Elle savait simplement qu'il avait été esclave, et qu'à présent il ne l'était plus. Orpheo l'avait repéré à vagabonder, et avait constitué un dossier. Fin de l'histoire.

Ou plutôt, début, pour Alicia, qui se trouvait bien embêtée, noyée dans une réponse de plomb, un "non", sans appel. Mais fragile. L'exorciste misait sur une période d'esclavage plutôt longue, vu ses réactions, son langage corporel qui disait "soumission". Presque fuite. Il aurait pu, d'ailleurs. Renverser sa chaise, courir à toute vitesse hors du bar.

Il ne le fit pas, mais la jeune femme put sentir que c'était juste, le fil était mince. Renfrogné, l'homme cachait ses mains sous la table, semblait comme un enfant pris en faute. Un enfant qui a vu des choses, vécu. Trop vécu pour ses jeunes années. Finalement, il dit qu'il ne sait pas. La serveuse déposa le thé d'Alicia sur la table. Elle lui jeta un regard, et s'attarda une minute sur elle, se demandant si elle devait commander quelque chose pour son interlocuteur. Mais elle la laissa partir sans un mot, la suivant seulement des yeux.

Silencieuse, elle observa le garçon qui fuyait sans fuir. Tout son être criait qu'il voulait se cacher sous la table, dans un trou, et pourtant, il semblait trop tétanisé pour bouger. Ali entreprit de calmer sa propre respiration. Peut-être finirait-il par faire de même. Contrairement à lui, elle plaça ses deux mains bien en vue sur la petite table en bois. Elle attendit. Comme face à un renardeau orphelin, à un cheval récalcitrant, qui a eu peur de son ombre. Ou de quelque chose de plus tangible.

Elle ne dit rien pendant plusieurs minutes, se laissant imprégner de la situation, de la peur du jeune homme, des bruits du café. Elle détailla lentement dans son esprit sa barbe, ses cheveux frisés tirant sur le roux, ses yeux clairs, ses vêtements un peu élimés.
Puis elle finit par sortir un stylo de sa veste, le poser sur la table, et remonter la manche de sa veste sur son bras gauche.

- Rune de vérité ? proposa-t-elle le plus calmement du monde.

D'un signe de tête, elle lui indiqua qu'il pouvait la dessiner lui-même. Comme ça, pas d'entourloupe. Evidemment, si elle avait vraiment voulu la lui faire à l'envers, il y aurait eu d'autres moyens, mais cela aurait requis de forte connaissances en matières de runes, et ce n'était pas son cas. Ce n'était d'ailleurs pas le cas de la majorité des sorciers, mêlés et humains en ce monde. C'était en tous cas la meilleure solution qu'elle avait trouvé pour établir une relation de confiance. Ca, et rester calme. Surtout, ne pas le brusquer. Alicia avait bien conscience que toute sa vie avait été réellement aisée. Remplie de confort, et d'amour. Sauf pour quelques semaines qui lui avaient montré à quel point elle avait été chanceuse jusqu'ici.

A cette pensée, elle serra les dents, se retenant de ne pas frissonner. Pas le moment de partager ce genre d'émotion négative. Elle se devait d'être à l'aise, pour que l'inconnu le soit aussi. Al pensa à ses frères et sœur jouant avec elle sur une plage sur nord de la France, enfants. Son cœur se réchauffa. Elle se demanda si le probable ex-esclave avait une famille. Si elle lui manquait. S'il l'avait connue.
Peut-être la personne qu'on avait indiquée comme l'accompagnant était cette famille.


- Tu aimes le lait chaud ? demanda-t-elle ensuite sans brusquerie, comme si c'était la question la plus naturelle du monde.

Une consommation l'aiderait peut-être à se détendre. Le lait chaud, trouvait Alicia, c'était réconfortant. Elle se trouva stupide. Encore une fois, elle raisonnait comme une personne "normale", qui avait eu une vie facile, privilégiée. Elle se dit qu'au moins, elle en avait conscience. Elle faisait de son mieux. Etre remis en question, c'était bien.
L'idée étant d'être à la hauteur de son titre de sous-directrice. Mais l'important était surtout d'être humaine.

_________________


Ouais c'est pas faux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: My lover she is waiting for me, just across the bar. [PV : Alicia❤]    

Revenir en haut Aller en bas
 

My lover she is waiting for me, just across the bar. [PV : Alicia❤]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 05. What the hell are you waiting for.
» Goodbye my lover ~ Goodbye my friend /Dawn/
» Waiting for the miracle to come - Prio Morpheus.
» Les RP de Maxime, le "lover"
» Waiting for the Grand BAYAKOU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Europe :: || France :: °Paris-
Nos Partenaires