AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tout le monde sait comment on fait des bébés mais personne sait comment on fait des papas [PV Lucian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Humaine Noire
Humaine Noire
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Je m'accroche
LOCALISATION : Dans le désert
CITATION DU PERSONNAGE : I'll taste the devil's tears, drink from his soul but I'll, never give up you - Angus & Julia Stone

MESSAGES : 650
DATE D'INSCRIPTION : 01/07/2012

Niveau du personnage
Point RP:
19/100  (19/100)
Point Membre:
74/100  (74/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Tout le monde sait comment on fait des bébés mais personne sait comment on fait des papas [PV Lucian]    Dim 13 Oct 2013 - 17:22

I can feel your heartbeat like it's my own...

Cinq mois. Cinq mois que Richard avait retrouvé Mary-Jane dans une ruelle sale de Glasgow. Un peu moins de cinq mois qu'elle avait commencé à avoir des nausées. Un peu moins de cinq mois que le test de grossesse s'était écrasé avec ses larmes sur le carrelage de la salle de bain.

Mary avait aimé cet enfant. Dès le premier instant. Elle s'était haï, mais elle l'avait aimé. Elle n'avait pas vu le fruit d'un viol, des attouchements dégueulasses de ce mec, à la sortie de la boite. Ce connard, qui l'avait attirée mais qui avait fini par la répugner. Elle avait bien payé ce changement d'avis.

Mais elle était décidée à être forte. Elle allait être mère. Elle voulait le garder. Elle croyait en Dieu, elle savait qu'il lui avait fait un don après la souffrance. Elle se souvenait que Mike était beau. Et elle savait aussi que la connerie ne se transmettait pas génétiquement. Richard et Eileen n'avaient rien dit quant à sa décision. Ils la soutenaient. Elle ne savait pas ce qu'ils pensaient réellement. Mais elle s'en fichait. Elle était centrée sur son ventre, gros comme cinq mois, sur l'amour qu'elle portait à cet enfant à naître, sur la façon dont elle allait centrer sa vie autour du petit être. A moitié inconnu.

A moitié volé. Une petite vie volée au destin.

Etrange.

Douloureux.

Mais plein de bonheur. Elle l'aimait, oui, elle l'aimait.

Mary-Jane sortait aujourd'hui de l'IBMM de Cardiff, un beau bâtiment sur les rives de la baie. Elle venait de le voir. Son bébé. Elle n'avait pas demandé le sexe. Pas question. Elle voulait la surprise, avoir l'inconnu dans le ventre jusqu'au bout.
Vêtue d'un ample chemisier et d'une chaude veste en cuir ainsi que d'un jean de femme enceinte, large, très bizarre à porter, ayant abandonné les talons pour des bottines plates, brunes. Ses cheveux détachés formaient à cause du vent une pagaille innommable. Ils lui cachaient successivement les yeux, le nez, la bouche. Le vent la faisait pleurer. Elle se sentait à la fois transportée de bonheur et de désespoir. Elle avait envie de rire. Elle rit. Elle s'assit au bord de l'eau, près de cet étrange endroit où des fans de la série Torchwood avaient collé de multiples dessins, petits mots de deuil et autre. Pour Ianto Jones. Personnage fictif. M-J sourit. Elle regarda de l'autre coté. Elle pouvait apercevoir une tache bleue. La Doctor Who Experience. Elle n'existait pas, il y a quelques années. Mais la jeune femme l'appréciait. Il faudrait peut-être qu'elle se décide à regarder, un jour.

Un homme passa, dans un beau costume, le visage soucieux. Mary le trouva beau. Elle porta une main à son ventre. Le froid la rendait folle, étrange. Elle sourit à cet homme, serrant sa veste contre elle, comme pour protéger son bébé du froid, plus qu'elle même.

_________________





Dernière édition par Mary-Jane L. Howard le Dim 28 Mai 2017 - 1:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice | Experts en assassinat
Modératrice | Experts en assassinat
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Avocate/Notaire
LOCALISATION : Europe
CITATION DU PERSONNAGE : Ne jamais faire de projets, c'est mieux d'improviser. Une des meilleures choses pour une femme, c'est d'entendre qu'elle est sexy.

MESSAGES : 134
DATE D'INSCRIPTION : 30/08/2012

Niveau du personnage
Point RP:
37/100  (37/100)
Point Membre:
29/100  (29/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Tout le monde sait comment on fait des bébés mais personne sait comment on fait des papas [PV Lucian]    Sam 6 Mai 2017 - 22:59

Des papiers, des papiers, plein de papiers. Et dire que je dois aller au tribunal tout à l'heure … Cette corvée. Pourquoi faut il qu'on ait un double emploi ? Comme si les assassinats ça ne payait pas assez … Ca paye bien, très bien même, beaucoup mieux que notaire et avocat, pourtant on est doué, du coup on a de bons honoraires. Mais, c'est chiaaaaaaant. Pourquoi ?

La couverture, idiot.


Oui, merci Scarlett, je sais déjà tout ça. Mais ça se voit que c'est pas toi qui est en train de faire les papiers là ! Je suis en retard en plus, le procès commence dans une heure, tous les papiers sont sans dessus dessous dans l'appartement, posé au milieu de flingues, tout va bien. Bon, ranger, vite. Et trier surtout. Je souffle. Je reprends ma respiration, j'essaie de me calmer pour être méthodique.

Tu veux que je te remplace ?


Je la laisse donc faire, elle est plus calme que moi maintenant.

Tes vêtements sont trop grands sérieux, j'ai l'air d'une zouave.


TRIE MES PAPIERS PITIE ON VA ETRE EN RETARD.


Oui oui, je m’exécute donc. Je prends des dossiers et glisse les papiers qui semblent parler de la même chose ensemble. Je reconnais tous ces logos, quand Lucian travaille, je ne suis jamais très loin. Alors je suis assez familière avec tout ça. J'ai tout de même plus de distance ce qui me permet de trier tous ses papiers sans péter un câble, n'est-ce pas Lucian ?

Oh, tais toi …


Je glisse tous les dossiers dans sa serviette, vérifie la tenue que mon frère portera, enlève les quelques poussières qu'il pourrait y avoir et le laisse reprendre les droits du corps que nous partageons.

Merci.


Elle ne répond pas, mais je sens qu'elle est heureuse de m'avoir aidé, elle sait que je suis vraiment reconnaissant. Nous sommes vraiment une bonne équipe, tous les deux. Bref, je resserre mon nœud de cravate, prends le casque et sort de l'appartement, encore en bordel.

Sérieusement, si quelqu'un vient dans cet appartement, il aurait peur. Peur de qui nous sommes. Je ferme les trois verrous de la porte et descends en trombe les escaliers. Arrivé en bas, j'enfourche la moto, mets le casque et file droit vers le tribunal.

Il y a de la circulation mais je me faufile facilement entre toutes les voitures jusqu'à arriver devant le tribunal. Je trouve de la place facilement, enlève vite mon casque, passe ma main dans mes cheveux pour essayer de les recoiffer un minimum et monte les quelques marches qui me sépare des portes.

J'ai cinq minutes d'avance.




Le procès s'est plus ou moins bien passé. J'étais uniquement là pour réunir des faits. Mais j'ai une autre mission à faire maintenant. Quelque chose de beaucoup plus délicat. Quelque chose que Lucian doit faire, pas Tom. Tom était au tribunal. Je repasse donc à la moto, prend l'arme qu'on a toujours dans le petit coffre et la dispose au creux de mes reins, regardant au préalable que personne ne me voit.

Je fais alors demi tour et marche, l'air soucieux, vers un café non loin de là. Je croise une femme qui me sourit pendant que je fais sonner la petite cloche qui est accroché à la porte.


Elle est plutôt mignonne, et toi tu ne lui adresses même pas un regard...


Hin quoi ?


La fille, là, dehors.


Oh, je vois, effectivement j'étais tellement dans mes pensées que je n'ai pas réalisé que y avait d'autres personnes que moi qui m'entourent. Je m'assoie dans le petit fauteuil près de la vitrine, et sourit enfin à la femme dehors, lui faisant même un signe de venir me rejoindre, sur le fauteuil en face de moi qui est vide.

Je demande en même temps deux thés au serveur. Je suis assez excité pour ne pas en rajouter avec du café. Nerveux surtout. Le thé arrive vite, j'espère que la femme comprendra que le deuxième est pour elle. Ma mission n'est qu'un peu plus tard dans la journée, je peux essayer de me vider un peu l'esprit en attendant. En ayant une agréable discussion avec une charmante demoiselle par exemple.

_________________

I want to meet you
one day.

Pan


You're dead


Our impossible dream...


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine Noire
Humaine Noire
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Je m'accroche
LOCALISATION : Dans le désert
CITATION DU PERSONNAGE : I'll taste the devil's tears, drink from his soul but I'll, never give up you - Angus & Julia Stone

MESSAGES : 650
DATE D'INSCRIPTION : 01/07/2012

Niveau du personnage
Point RP:
19/100  (19/100)
Point Membre:
74/100  (74/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Tout le monde sait comment on fait des bébés mais personne sait comment on fait des papas [PV Lucian]    Dim 28 Mai 2017 - 17:46

When will this day break ?
When will my heart ache ?



Il s'était assis à une table près de la baie vitré d'un café, juste de l'autre côté de la rue. Mary-Jane l'observa enlever sa veste, la poster délicatement sur le dossier, se retourner, s'asseoir, et... lui sourire. L'humaine en resta un instant hébétée, la main gauche en l'air, l'index et le pouce tenant le col de sa veste en cuir brun, l'autre sur ses jambes, juste devant son ventre, la bouche légèrement entrouverte. Un instant étrange s'écoula, comme si elle s'était trouvée sous l'eau. Lorsqu'il fut fini, elle attendit de voir s'il lui avait réellement souri, ou si c'était juste une vue de l'esprit, ou de la politesse.

Il lui faisait un signe de main. Mary-Jane ferma la bouche, et fronça légèrement les sourcils, la mail toujours suspendue au niveau de son cou. Puis elle se ressaisit, réalisant qu'elle ne voulait pas avoir l'air mal aimable devant cet homme. Elle lui sourit alors, bien que ses yeux trahissaient une légère angoisse. Il fallait qu'elle se lève pour le rejoindre, maintenant. Et il avait commandé deux boissons, donc c'était plutôt sérieux. Il fallait qu'elle se lève et il allait voir son ventre. Enfin tant pis. Dans tous les cas, à présent, et pour encore quatre mois, ça faisait partie de ce qu'elle était. Ça ne servait à rien de cacher quoi que ce soit. Ça ne servait à rien de ne pas se lancer. Il fallait qu'il advienne ce qui pouvait advenir, et voilà.

Alors, Mary-Jane, appuyant les paumes de ses deux mains sur le rebord sur lequel elle était assise, se releva, serrant sa sacoche contre elle et, les yeux dans le vide, afin de ne pas croiser le regard de ce bel homme qui l'attendait dans le café, traversa la rue.

Elle entra dans l'établissement, qui était assez classe, mais aussi un peu mignon, un peu bobo. Elle n'y avait jamais mis les pieds, bien qu'elle y ait souvent pensé, tout simplement parce qu'elle n'avait pas eu l'occasion. Elle s'était dit qu'elle y inviterait Lola, un jour, lorsqu'elle passerait à Cardiff, voir sa nouvelle petite maison. Mais elle n'avait pas de nouvelles de Lola ces derniers temps. C'était normal, elle ne lui en voulait pas. Lola était sauvage.

Sans presque s'en rendre compte, elle s'assit, mécaniquement, sur le fauteuil en face de l'inconnu, sans poser sa veste, en gardant sa sacoche contre elle, comme pour s'apprêter à déguerpir d'un instant à l'autre. M-J garda d'abord les yeux baissés, rivés sur la tasse fumante en face d'elle. Du thé. Le médecin lui avait conseillé de préférer les infusions. Elle leva doucement les yeux vers le jeune homme. Il était vraiment très beau. Châtain aux reflets roux, les cheveux tirés en arrière, les yeux très bleus, intrigants. Elle n'avait pas envie de paraître impolie devant cet inconnu qui l'avait gracieusement invitée. Mais elle ne voulait pas non plus faire de mal à son fœtus. Elle sourit alors machinalement, prit une grande inspiration, puis répondit :


-Je suis désolée, je ne peux pas boire de thé, je suis enceinte. Je le paierai, ne vous en faites pas.

Bon, ça c'était fait. Elle était folle. Il réagirait comme il voudrait, comme il pourrait. Il pouvait tout aussi bien sortir du café en claquant la porte et en la regardant avec mépris. Bon s'il faisait ça, ce serait bizarre, tout de même. Il pouvait très bien décider de ne plus avoir envie de prendre un verre avec elle sans être agressif.
Elle devait avoir assez de liquide, pensa-t-elle en entortillant ses doigts dans les lanières de sa sacoche. Elle devait avoir l'air vraiment perdue, et stupide. Mais tant pis. Elle décida de bloquer toute pensée négative concernant sa personne. Sinon, elle ne s'en sortirai jamais dans la vie. Elle ajouta donc, sans plus réfléchir :


-Merci de m'avoir invitée, en tous cas. Vous êtes du coin ?

Mary trouvait ça moins agressif que de lui donner tout de suite son prénom. On verrait bien comment il réagirait à la sorte de bombe qu'elle venait de larguer. Quelle situation merdique. Se faire remarquer par un beau gars, et devoir tout casser en expliquant "Oui je suis enceinte parce que je me suis faite violer, et je n'ai pas voulu avorter parce que je suis bizarre et que j'aime déjà cet enfant. Mais sinon je suis célibataire."

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice | Experts en assassinat
Modératrice | Experts en assassinat
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Avocate/Notaire
LOCALISATION : Europe
CITATION DU PERSONNAGE : Ne jamais faire de projets, c'est mieux d'improviser. Une des meilleures choses pour une femme, c'est d'entendre qu'elle est sexy.

MESSAGES : 134
DATE D'INSCRIPTION : 30/08/2012

Niveau du personnage
Point RP:
37/100  (37/100)
Point Membre:
29/100  (29/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Tout le monde sait comment on fait des bébés mais personne sait comment on fait des papas [PV Lucian]    Mar 8 Aoû 2017 - 11:39

La belle inconnue parue rougir face à mon invitation. Le thé arriva bien vite et j'évitais de trop la regarder pour éviter de lui mettre trop de pression dirons-nous. Aheum. Mais elle était plutôt belle. Du coin de l'oeil, je regardais si elle acceptait mon invitation, plutôt bizarre me dira-t-on. Carrément bizarre oui. Normalement on parle avec la personne avant de lui offrir une boisson chaude. (Certains diront même que les boissons chaudes c'est que quand un ami est bouleversé qu'on lui en offre une). Je fais tout le contraire. Mais voyez-vous, je suis aussi également un peu nerveux, rapport à ma mission de ce soir. C'est une routine sans nom, mais c'est comme monter sur scène pour les artistes, j'ai le trac. Un thé me détendra. Ou deux, si elle décide de pas venir.

La petite cloche de la porte d'entrée retentit, elle était finalement rentrée. Je souris quand elle s'assit en face de moi, face à nos thés. Surprise agréable qu'elle ait acceptée. Je ne vais pas me plaindre. Elle garde ses vêtements, et sa sacoche sur ses genoux. Elle n'a pas l'air très en confiance. Elle sait que je ne vais pas la violer ?

-Je suis désolée, je ne peux pas boire de thé, je suis enceinte. Je le paierai, ne vous en faites pas.

Oh. Mince. Moi qui pensait que le thé convenait à tout le monde. Rares sont les personnes qui n'aiment pas le thé. J'ai l'impression qu'elles sont plus nombreuses à ne pas aimer le café par exemple.

-Oh, s'il vous plaît, ne vous en faites pas pour ça. Prenez ce qui vous fait plaisir et je boirais ce thé. J'ai moi aussi deux personnes à nourrir.

Tu pues en private joke.

Ouais bah on fait ce qu'on peut dear.

D'ailleurs, ça te fait pas tilt ou te gêne pas ?

De quoi ?

… Enceinte ?!


Oh ! … AH ?! Oui, j'ai entendu mais je n'avais pas forcément tilté, effectivement. Well, ça fait quoi qu'elle soit enceinte exactement ? Rien du tout. C'est une personne au visuel tout à fait charmant que j'ai invité pour prendre une boisson chaude, rien de plus, rien de moins. Quel est le problème ?

-Merci de m'avoir invitée, en tous cas. Vous êtes du coin ?

Le petit changement de sujet qui fait du bien à mon cerveau. On va pas se mentir. Même si je suis plus doué que Scarlett en relations humaines, c'est pas tout à fait notre fort non plus. Et j'éviterai de me poser 300 000 questions comme ça.

-Il est toujours plus agréable d'avoir un minimum de compagnie.

Ca dépend laquelle...

Oui bon, ok, mais j'sais pas, elle est mignonne. Et pourquoi ne pas essayer de mieux la connaître ? C'est pas parce qu'une personne est d'abord rencontrée au détour d'une rue qu'on peut pas se rapprocher après, n'est-ce pas ?

Si tu le dis.

Je le dis. Tout à fait. Et puis, on verra bien comment ça se passe.

Je prenais une gorgée de thé. Beaucoup trop chaude. Pourquoi ils servent toujours le thé beaucoup trop chaud. Tu ne peux jamais le boire sans te cramer la moitié de la langue. Je commande une boisson, chaude certes, mais je m'attends à pouvoir la consommer de suite. Et bah non. Quand tous les gens qui sont autour de toi ont pris un café, tu es le seul qui n'a pas encore commencé à boire son thé alors qu'ils ont tous fini leur expresso et sont sur le point de partir.

-Disons que mon boulot m'amène à beaucoup voyager.

Je vois pas comment répondre plus précisément à sa question. J'vais pas commencer à dire que j'ai des appartements partout dans l'Europe ou presque tout de même.

Elle par contre, avec son léger accent, je pourrais dire qu'effectivement elle est du coin.

Scarlett, on a un accent nous ou bien ?

J'me suis jamais posée la question. On doit en avoir un quand on parle une langue étrangère je pense. Après … Je sais pas.

-C'est pour bientôt ?

Je glisse un coup d'oeil vers son ventre bien rebondi, pendant que je rebois une gorgée de mon thé.

_________________

I want to meet you
one day.

Pan


You're dead


Our impossible dream...


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine Noire
Humaine Noire
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Je m'accroche
LOCALISATION : Dans le désert
CITATION DU PERSONNAGE : I'll taste the devil's tears, drink from his soul but I'll, never give up you - Angus & Julia Stone

MESSAGES : 650
DATE D'INSCRIPTION : 01/07/2012

Niveau du personnage
Point RP:
19/100  (19/100)
Point Membre:
74/100  (74/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Tout le monde sait comment on fait des bébés mais personne sait comment on fait des papas [PV Lucian]    Lun 14 Aoû 2017 - 20:02

I don't know what I'm looking for

Il était très poli. Il avait un léger accent écossais. Très léger. Il n'eut pas l'air offensé par le fait que Mary-Jane refuse son thé. Il lui proposa gentiment de prendre autre chose, déclarant que boire deux thés ne lui faisait pas peur, ayant lui même deux personnes à nourrir. Deux ? Mary-Jane leva un sourcil et observa son vis à vis d'un air interrogateur. Puis elle sourit, et demanda :

-Vous aussi vous êtes enceinte ?

Elle espérait qu'il serait réceptif à son humour. A vrai dire, elle n'en faisait pas souvent. Il fallait vraiment qu'elle se sente en confiance. Là, c'était un peu différent, il lui avait tendu une grosse perche. Et surtout, M-J voulait savoir ce qu'il voulait dire par là. Peut-être simplement qu'il se considérait comme gros mangeur et buveur. Au pire, il prendrait un air gêné et abrégerait la discussion pour ne pas avoir à se coltiner l'humour potentiellement douteux de la galloise. En tous cas, elle avait eu une poussée de courage, et peut-être qu'elle n'aurait pas à le regretter. Mary se frotta nerveusement le bras avant de regarder de nouveau l'inconnu -qui était beaucoup trop beau pour elle, se surprit-elle à penser-, et parler à nouveau :


-En tous cas merci.

Elle ne savait pas combien de fois elle avait remercié cet homme depuis qu'il l'avait invitée, mais il fallait qu'elle arrête, parce qu'elle devait paraître beaucoup trop nerveuse. Bien sûr, elle avait ses raisons. La dernière fois qu'elle s'était retrouvée avec un homme autre que son frère, elle avait fini par se faire violer. Mais étrangement, l'humaine avait envie de faire confiance à cet inconnu, elle avait envie d'aller de l'avant dans la vie, de ne pas avoir peur, de tenter des choses. Changer ce qui l'enfermait, briser le quatrième mur de la vie, peut-être. Parfois, on crée soi-même ses propres barrières, avait-elle remarqué. Il fallait peut-être cesser de suivre un chemin tout tracé.

La jeune femme appela un serveur et lui commanda une infusion. Au moins, c'était chaud, et aucun risque pour le bébé. Elle aurait pu prendre un chocolat chaud, mais cela lui semblait trop sucré pour ses envies du moment. Et depuis qu'elle était enceinte, M-J ne faisait que suivre ses envies, culinairement parlant. Il lui arrivait de ne presque rien manger de la journée, et de se réveiller au milieu de la nuit pour se gaver de jambon et de fromage, elle qui n'aimait pas vraiment la viande, en temps normal. Étrange petit bébé que celui qui poussait dans son ventre.

En tous cas, l'inconnu n'avait pas l'air de se formaliser de sa grossesse. Probablement qu'il ne l'avait pas invitée parce qu'il voulait la séduire, alors. Il avait peut-être eu pitié. Ou c'était simplement de la gentillesse. Dans tous les cas, la future maman ne le prenait pas mal. Elle souriait rêveusement. C'était étrange, les gens. Mais les rencontres, elle avait toujours aimé ça. Amical, amoureux, professionnel, il y avait toujours un frisson, un frémissement du cœur. Peut-être que c'était ça que lui, cet homme là, dont elle ne connaissait toujours pas le nom, recherchait.

Il lui expliqua qu'il lui était agréable d'avoir de la compagnie. Elle lui sourit de nouveau, et retira sa veste, commençant à se sentir plus à l'aise, et à avoir moins froid. Il avait raison. Pourquoi les humains avaient-ils tous tellement peur de leurs semblables ? Les parents de Mary-Jane étaient pour l'amour du prochain sans condition, ils avaient réussi à se libérer des contraintes sociales, ils n'avaient pas peur d'aller vers les autres. Ils n'auraient fait de mal à personne. Jusqu'à ce qu'ils se fassent tuer. Mais ce n'était pas le moment d'y penser, ou même de regretter leur pacifisme mortel, car aujourd'hui, elle avait envie de faire un peu comme eux, de leur rendre hommage. En l'honneur de leur premier petit enfant, du côté de leur fille, du moins. Elle sourit donc de nouveau à l'homme en face d'elle, et répondit :


-Vous avez raison. J'apprécie également. Au fait, je ne connais pas votre nom. Je m'appelle Mary-Jane.

Pas besoin de l'encombrer avec des surnoms, si la conversation ou une quelconque relation devait se poursuivre, il y viendrait bien tout seul, au M-J, ou au simple Mary. Jane tout court, personne n'avait fait. Mais la jeune femme était ouverte à tout. Pourquoi pas.

Le serveur apporta son infusion à la brunette. L'inconnu, lui, avait déjà commencé à boire son thé. Elle guetta la légère grimace sur son visage, et sourit avec amusement. C'était couru d'avance. Cela lui arrivait tout le temps également. L'envie de boire son thé, en général, était plus forte que la peur de se brûler la langue. On croit toujours que le moment est le bon, qu'on a assez attendu, mais en fait, non. Le temps passe si lentement lorsqu'on attend de pouvoir boire son thé. Vérité universelle, selon Mary-Jane.

A la question de la jeune femme sur son origine, l'homme répondit évasivement que son travail le faisait beaucoup bouger. Elle hocha la tête. Mystérieux hein ? Cela lui donnait envie d'en savoir plus. Peut-être était-ce un genre de timidité. Mais on invite pas les inconnus à boire un verre quand on est timide. Plutôt de la pudeur ? Elle décida de demander.


- Et qu'est-ce que vous faites dans la vie, si ce n'est pas trop indiscret ?

Elle tenta de tremper les lèvres dans son infusion, tandis qu'il regardait son ventre. Elle sourit en tentant de ne pas faire de bulles dans sa tasse, mais n'y parvint pas. Elle reposa donc sa tasse sur sa coupelle et s'essuya rapidement la bouche. On a rien vu, se dit-elle. A ce moment là, l'inconnu lui demanda si l'accouchement était pour bientôt. Alors Mary jeta un œil à son abdomen, comme si elle le redécouvrait, et répondit avec un sourire un peu gêné -parler de sa grossesse lui était parfois inconfortable- :


-Février. J'en suis à cinq mois.

Puis elle se mit à caresser doucement son ventre. Elle se sentait un peu trop stressée, elle voulait rassurer son bébé, pour ne pas lui causer du tort. Étrange, comme elle se préoccupait autant de cet enfant, même pas désiré. D'aucuns l'auraient trouvé folle. Mais elle arrivait à vivre avec elle-même.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice | Experts en assassinat
Modératrice | Experts en assassinat
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Avocate/Notaire
LOCALISATION : Europe
CITATION DU PERSONNAGE : Ne jamais faire de projets, c'est mieux d'improviser. Une des meilleures choses pour une femme, c'est d'entendre qu'elle est sexy.

MESSAGES : 134
DATE D'INSCRIPTION : 30/08/2012

Niveau du personnage
Point RP:
37/100  (37/100)
Point Membre:
29/100  (29/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Tout le monde sait comment on fait des bébés mais personne sait comment on fait des papas [PV Lucian]    Sam 26 Aoû 2017 - 13:20

Mon interlocutrice de demanda ce que je voulais dire par là. Ca se voyait sur son visage. Chose bien normal après tout. Personne ne dit généralement qu'il a deux personnes à nourrir. Elle sourit alors.

-Vous aussi vous êtes enceinte ?


Je décrochais un petit rire bref mais sincère. Comment répondre à cela maintenant que j'avais abordé Scarlett.

Tu arrives toujours à te mettre dans des situations pas possible.

-Non, non, mais disons qu'un alter ego pourrait.

Bravo Lucian.

De toutes façons si elle n'est pas douée elle ne comprendra pas. Donc c'est bon. Au pire elle me prendra pour un fou. Un schizophrène. Et ces gens là ont le droit de vivre comme les autres après tout. Et même si elle était douée, c'est pas pour ça que je dévoile ce que je suis dès les cinq premières minutes. Pour des missions oui, ça nous est déjà arrivé mais ça s'arrête là. On doit connaître les compétences de chacun pour pouvoir travailler au mieux.

Elle me remercia de mon invitation. Je balayais son propos d'un geste de la main.

-Ce n'est rien voyons.


Ce n'est pas un thé en plus qui allait nous ruiner. Mercenaire, ça paye plutôt bien. Plutôt bien beaucoup. On est assez réputé dans le milieu. Même notre activité de non doué rapporte bien. Encore heureux, sinon on ne pourrait pas avoir tous ces appartements, bureaux et véhicules sans éveiller les soupçons. Et même si on voudrait que les non doués soient au courant de la magie, c'est pas pour ça qu'on va faire notre coming out seuls. En plus on risquerait de s'attirer les foudres d'Orpheo. Déjà qu'ils sont pas hyper d'accord sur notre métier... Chose plutôt compréhensible mais bon. On va éviter d'attirer davantage leur attention sur nous. Surtout que les choses sont plutôt compliqués là bas depuis quelques années. Si on tombe sur la mauvaise personne, on risquerait de ne plus du tout exister … Oui on a des contacts. Quand même. Des anciennes connaissances. Avec qui on est resté en contact. Ils n'approuvent pas notre activité mais ils ne nous dénonceront pas. C'est déjà ça. Et après on essaie au maximum de se cacher, même si on leur accorde une certaine confiance.

Elle commanda alors une infusion. C'était presque la même chose qu'un thé au final. Au pire ils pouvaient toujours redonner le sachet du thé et remplacer celui de l'infusion. Mais je me connaissais. Boire deux thés ne me faisaient pas peur !

Mais ta vessie, si.

Je tiens mieux que toi, chère sœur.


Ce n'était pas faux. Elle savait pertinemment bien que je marquais un point ici. Je souriais, tout seul, certes. La jeune demoiselle devait me prendre pour un fou. Si ce n'était pas déjà le cas.

Elle retira enfin sa veste, je me détendais alors un peu plus. J'étais heureux qu'elle se sente plus à l'aise. Après tout, je n'allais pas l'agresser. J'avais du mal à comprendre comment on pouvait agresser des femmes.

Oh tu sais, il y a des cons partout.

C'était vrai. Combien de fois j'avais entendu Scarlett se faire siffler dans la rue. Alors même qu'elle ne dévoilait aucun bout de peau. C'est vrai que ce n'était pas son genre de se trimballer en jogging mais quand même. Un rien excitait ces jeunes gens. Et pas que jeunes. Dégoûtant. Combien de fois j'ai voulu prendre le contrôle de notre corps pour leur foutre une raclée. Touche. Pas. A. Ma. Soeur. Evidemment, Scarlett sait se défendre. Obviously. Elle décide juste de les ignorer. Et si jamais ils viennent plus près, well... Disons que plusieurs ont ensuite fait un séjour à l'hôpital. Ca leur aura sûrement appris la leçon et peut être qu'ils ont arrêté d'emmerder les femmes. On espère du moins.

-Vous avez raison. J'apprécie également. Au fait, je ne connais pas votre nom. Je m'appelle Mary-Jane.

Je souriais.

Jane. Tarzan. Jane. Tarzan. Non, pardon.

Va falloir que tu arrêtes avec les dessins animés.

Oui bah excuse moi de rattraper ce que j'ai pas vu quand j'étais petit.

-Je m'appelle Tom.


Parce que je pars du principe que c'est une non douée. Et mon nom pour ces gens est Tom Mercer, notaire. Celui de Scarlett est Sélène Mercer, avocate. C'est notre boulot de mercenaire qui a pour nom Lucian et Scarlett. Ou pour les gens qui nous sont proches. Peut être qu'un jour, elle aura l'autre prénom. En attendant, on n'est jamais trop méfiant. Je détesterais qu'elle tombe sur Lucian Mercer sur le dark web et qu'elle voit nos activités et qu'ensuite elle … Eh bien, qu'elle nous dénonce. Ca fouterait une belle partie de notre vie en l'air.

-Tom Elvis Jedusor.


Ou Tom Marvolo Riddle. Au choix. J'espère qu'elle comprendra la référence et que c'est une petit blagounette. Hihi. J'ai un petit sourire en coin pendant que je sirote mon thé qui est encore beaucoup trop chaud. Tristesse infinie. Et je ne suis pas Voldemort par contre. Je suis gentil par rapport à lui, non ?

A voir...

Oui bon. Mon avis est un peu biaisé.

Un peu ?

Prout.

Très mature.

RE PROUT.

-Et qu'est-ce que vous faites dans la vie, si ce n'est pas trop indiscret ?


-Je suis notaire. J'ai un bureau en commun avec une avocate. On voyage en Europe principalement pour répondre aux besoins de nos clients.


Et c'est vrai. Quand ça coïncide avec nos activités de mercenaire c'est encore mieux. Sinon, en fonction des clients, on les redirige vers des collègues aussi doués que nous. Parce que comme tout le monde, ça nous arrive parfois d'être overbookés. Et oui, on est quand même humain avant tout.

Elle essaya de boire son infusion. N'était-ce pas trop tôt ? Elle allait se brûler, tout comme lui. Tout comme tout le monde, tout le temps. Elle ne fit pas de petite grimace mais... Un truc dans sa tasse ? Comme des bulles ?

Moi je fais ça quand j'ai une paille !


Mais toi t'es un enfant.

Je souris, mais faisait mine de ne rien avoir vu. C'est quelque chose de personnel de faire des bubulles ! Des bubulles, des bubulles, mes bubulles.

-Février. J'en suis à cinq mois.


Je ne sais pas ce que ça représentait exactement. Oh bien sûr je sais qu'il faut neuf mois pour être à terme mais … Mes connaissances s'arrêtaient là. Et Scarlett n'avait jamais vécu ça, et nous n'avions pas d'amies qui l'avait vécu non plus donc … Voilà. En même temps on a pas beaucoup d'amis non plus. On est des sauvages solitaires. Grrr.

Euh, Lucian, tu vas bien ?

Aheum, oui oui.

Un enfant.

Je ne pipais mot. Namého.

Elle se mit à caresser son ventre d'un geste maternel rempli de tendresse.

-Cela ne vous gêne pas dans votre activité ?


Petit façon détournée de demander ce qu'elle fait dans la vie, sisi t'as vu.

Mais Lucian stoooop ! Tu m'épuises !

Je ne savais pas exactement les réglementations du Pays de Galles en ce qui concerne les congés maternité des femmes enceintes. Scarlett a beau être une avocate hors paire, on ne connaît pas forcément toutes les lois de tous les pays par cœur. Donc généralement on fait beaucoup de recherches pendant notre boulot, pour se remettre à niveau. C'est fatigant, mais on a l'habitude et d'une certaine manière, ça nous plaît. Même si être mercenaire est beaucoup plus... Passionnant ?

-Et le père ?


Et le père quoi ? Bah je sais pas. Et le père juste. Genre il fait quoi. Il le prend bien ? Enfin, sûrement, non ? Mais il le vit bien ? Genre des fois c'est sur d'avoir une femme enceinte à la maison, non ?



OUI BON CA VA JE SAIS PAS. Je demande. Je suis gentil. Je suis social. Pas comme toi. Hihi.

_________________

I want to meet you
one day.

Pan


You're dead


Our impossible dream...


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine Noire
Humaine Noire
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Je m'accroche
LOCALISATION : Dans le désert
CITATION DU PERSONNAGE : I'll taste the devil's tears, drink from his soul but I'll, never give up you - Angus & Julia Stone

MESSAGES : 650
DATE D'INSCRIPTION : 01/07/2012

Niveau du personnage
Point RP:
19/100  (19/100)
Point Membre:
74/100  (74/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Tout le monde sait comment on fait des bébés mais personne sait comment on fait des papas [PV Lucian]    Ven 15 Sep 2017 - 23:42

I wanna know who you are

Elle avait réussi à le faire rire, un petit peu. Un bref éclat. La jeune femme sourit avec satisfaction, et trempa un bout de la langue et des lèvres sans son breuvage. Encore trop chaud. Mais tant pis. La conversation était engagée, cela allait aider à passer le temps jusqu'à ce que l'infusion soit buvable.

D'autant que la réponse de l'inconnu se révéla tout aussi mystérieuse que la phrase qui avait amené la question de Mary-Jane. Un alter ego. Elle leva un sourcil, toujours le nez plus ou moins dans son mug. De quoi pouvait-il bien parler ? Toutes les réponses qui lui venaient à première vue avaient un rapport à la magie. Evidemment. En tant que bonne humaine douée, elle réfléchissait essentiellement à travers ce prisme. Mais peut-être parlait-il de quelque chose de tout à fait terre à terre, après tout, comme d'une sœur jumelle. Ou peut-être essayait-il simplement de lui faire comprendre qu'il aimait se travestir en femme la nuit. Cette pensée arracha un sourire à la galloise.


-Y aurait-il une femme en vous ? répondit-elle simplement avec un clin d’œil.

Ca voulait tout et rien dire, et elle verrait bien s'il se voyait vexé d'une telle remarque. En général, c'était assez amusant de blesser les hommes dans leur virilité avec ce genre de remarque. Lorsqu'elle sortait de sa carapace, M-J aimait bien taquiner, au fond. Lorsqu'elle ne le dévorait pas des yeux avec amour et admiration, elle adorait titiller Richard, qui se contentait, depuis le temps, de lever les yeux au ciel en soupirant.
Elle avait énormément de chance de l'avoir. Longtemps, il avait été tout pour elle. Et encore aujourd'hui, il était son pilier principal dans la vie. Un peu fatigué par les mésaventures de sa petite sœur, bien sûr, mais toujours rempli d'amour et de bienveillance.

Bienveillant, il lui semblait que cet homme élégant et propre sur lui, au sourire malicieux, l'était aussi. C'était cela qui se dégageait de lui et qui, assez surprenament, poussait la douée à lui faire confiance, au moins assez pour s'asseoir à la table d'un café avec lui. Elle aurait dû être terrifiée, penser à ce type. Ce Mike. Même si les circonstances étaient différentes. Pas d'alcool. Pas de nuit noire. Pas de séduction brûlante. Juste une calme attirance, quelque chose dans le regard du brun qui lui donnait envie de le connaître plus, de faire en sorte qu'ils ne se soient pas assis l'un en face de l'autre autour d'une boisson chaude juste pour rien. Peut-être qu'une belle rencontre allait sortir de ça.

Déjà, il venait de lui indiquer son prénom. Tom. Simple. Agréable. Ca lui allait bien. Ca faisait peut-être même un peu trop passe partout. Elle allait lui demander si c'était un diminutif de Thomas lorsqu'il lui déclara, avec le plus grand sérieux du monde, que son nom complet était Tom Elvis Jedusor. Mary-Jane dut poser sa tasse pour ne pas risquer de renverser de l'eau chaude sur ses vêtements tant le fout rire qui la prit fut soudain et violent. Décidément, il était amusant. Et faire rire Mary, c'est déjà un bon point pour rentrer dans sa vie. Sans compter que c'était quelque chose dont elle avait désespérément besoin ces derniers temps, du rire.
Elle reprit peu à peu ses esprits et s'efforcer de se composer un visage neutre afin de fixer son interlocuteur dans les yeux et de lui répondre :


-Bien. Alors je crois que je vais être obligée de vous tuer, répondit-elle froidement.

Ce était assez vrai, finalement. Si Lord Voldemort avait réellement existé, la jeune galloise aurait traqué ses mangemorts, et possiblement lui-même. Bon, elle aurait certainement échoué et serait un petit cadavre nourrissant les plantes qu'elle chérissait tant. C'était comme essayer de s'attaquer directement à Dorian Cross ou à Anja Von Duisbourg. Pas du niveau d'une humaine noire sans organisation. Enceinte en plus. L'image de sa petite personne au ventre rebondi avançant bravement vers les deux leaders sorciers noirs la fit rire intérieurement. Puis par réflexe, elle se mit à caresser son ventre. Elle ne pouvait imaginer prendre de risque concernant cet enfant. Cet amour inconditionnel ne cessait de la surprendre. Elle en avait presque mal au ventre, parfois, au plus profond d'elle. Cet enfant c'était autant sa douleur que son bonheur.

Elle finit par décocher un grand sourire à son interlocuteur afin de lui signifier qu'elle blaguait -pas tant que ça, au final-. Ceci laissa à Tom l'occasion de lui parler de sa vie professionnelle. Un notaire. Mary-Jane n'en avait jamais rencontré. Enfin. Si, une fois ou deux, lorsqu'on lui avait parlé de l'héritage de ses parents. Pas grand chose au final, à part le terrain dévasté de Llandrindodd Wells, ce qui restait de la maison de leur enfance. Richard et Eileen avaient pour prochain de rebâtir quelque chose dessus, afin que la vie reprenne le dessus. Jusqu'ici, M-J n'avait jamais eu la force de considérer cet endroit autrement que comme un cimetière. Le cimetière de son enfance, de son bonheur, et de ses parents.

En tous cas, le dénommé Tom avait l'air d'avoir une vie bien remplie. Il lui parla de son associée, une avocate. Peut-être était-ce elle, l'alter ego ? Cela aurait été bizarre, même s'ils étaient très proches, d'en parler comme s'il était responsable de l'estomac de cette dernière. Mary-Jane hocha la tête en pouvant enfin siroter la première gorgée buvable de son infusion.


-Ca a l'air prenant. Mais vous devez être passionné, j'imagine. Et puis, voyager est toujours agréable, même quand c'est pour le boulot.

Il lui était arrivé de se déplacer pour tuer des gens, ou pour récupérer des plantes dont elle avait besoin, mais Mary rêvait d'aller plus loin, en Asie de l'est, en Afrique... Elle n'avait que peu quitté l'Europe dans sa vie. Elle avait été au Turkménistan, en Inde, au Chili, aux Etats Unis, et en Australie. Avec son mentor, elle était pratiquement passée par tous les pays d'Europe. C'était déjà un beau score, en y réfléchissant, mais le monde fascinait la jeune femme, et elle le savait plus large, plus grand, mystérieux. Dans son cœur, elle était encore une enfant qui ne demandait qu'à découvrir des choses. Peut-être prendrait-elle son bébé par la main, dans quelques années, et l’emmènerait avec elle, faire le tour du monde.

L'homme voulait visiblement savoir ce qu'il en était de sa propre activité professionnelle, car il lui demanda, en parlant visiblement de la grossesse, si cela ne la gênait pas pour travailler. A vrai dire, elle n'avait pas vraiment considéré cet aspect de la chose, toute à côté de la plaque qu'elle était, en général. Mais avant de répondre "sérieusement", elle s'autorisa une autre petite blague à son interlocuteur.


-Vous voulez dire, tuer des gens ? Si, c'est extrêmement incommode pour assassiner proprement, ce ventre.

De nouveau, elle adressa un grand sourire à Tom, comme si elle venait de dire la chose la plus naturelle du monde. Qui n'était qu'un demi-mensonge, au final. Elle était humaine noire, bien sûr qu'elle tuait des gens. Toutefois, elle ne l'avait plus fait depuis son viol, et donc depuis le début de sa grossesse.
Puis elle reprit :


-Non, plu sérieusement, je viens de m'installer comme herboriste à mon compte, ce n'est donc pas trop embêtant, sauf pour aller faire des cueillettes en montagne ou ce genre de chose, mais on s'en accommode.

M-J continua de siroter son infusion en regardant son interlocuteur dans les yeux. Elle attendait une réaction de sa part, une réponse à une question précédente. Ou une autre question. Qui arriva. Et qui n'était pas celle qu'elle attendait. Evidemment, évidemment pourtant que cela allait arriver. Il lui demanda, à propos du père.

Mary pâlit, très légèrement. Afin de se redonner une contenance, elle but une gorgée dans sa tasse à présent bien entamée. Puis, elle prit une grand inspiration, et déclara, les yeux rivés dans ceux de Tom. Elle avait décidé de ne pas avoir peur, de ne pas avoir honte. Elle lui donnerait sa réponse. Sa vie était ainsi, à présent.


-Il n'y a pas de père. Juste un géniteur.

Pour le moment, il n'avait pas besoin de plus de détails. Pas besoin d'aborder une sordide histoire de viol alors qu'elle venait de le rencontrer. Elle avait tout de même un minimum de pudeur. Au moins, c'était dit.

Elle resta un instant à le regarder, nerveuse. Elle avait un peu plombé l'ambiance, probablement. Elle décida de se rattraper rapidement, et, posant un peu trop brusquement sa tasse sur la table, demanda à Tom :


-Et donc, c'est le travail qui vous amène à Cardiff ?

Voilà, le travail. En voilà un sujet sans prise de tête, sans trop de sentiments, sans trop de risques et de malaise. Elle espérait réellement qu'elle ne l'avait pas trop gêné, et se surprit à croiser les doigts sous la table, de la main droite.


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice | Experts en assassinat
Modératrice | Experts en assassinat
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Avocate/Notaire
LOCALISATION : Europe
CITATION DU PERSONNAGE : Ne jamais faire de projets, c'est mieux d'improviser. Une des meilleures choses pour une femme, c'est d'entendre qu'elle est sexy.

MESSAGES : 134
DATE D'INSCRIPTION : 30/08/2012

Niveau du personnage
Point RP:
37/100  (37/100)
Point Membre:
29/100  (29/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Tout le monde sait comment on fait des bébés mais personne sait comment on fait des papas [PV Lucian]    Jeu 9 Nov 2017 - 17:18

Un léger rire se dessina sur ses lèvres que je devinais douces.

Ça va Roméo ?


Chut. Elle a ri à ma blague, pas comme toi, madame je n'ai aucun sens de l'humour.

Elle leva un sourcil face à ma réponse. Peut être en avais-je trop dit. Il ne faudrait pas que des non doués commencent à se poser des questions. Quoique... si. En fait, si. C'est exactement ce que l'on voulait. Mais faire ça seul, un petit coup comme ça n'est vraiment pas bienvenu. On ne peut pas faire une énorme révélation sur le monde magique juste seul. Vu ce qu'il se passe à Orpheo en ce moment... mais je l'ai déjà dit. Il me semble.

Bah alors on se fait vieux ?


Non mais il faudrait une énorme meute d'humain noir, Et BOUM LA MAGIE EXISTE LES GARS. Orpheo serait beaucoup plus dans la merde. En plus là ils sont plutôt occupés avec les organisations de sorciers noirs et la libération de l'orphelinat, ça pourrait être le moment idéal ...

Bon après ça causerait aussi un vent de panique à cause des événements sus nommés qui se déroulent en ce moment. Et on veut plutôt quelque chose qui se passe dans le calme Et La compréhension, La tolérance et l'acceptation.

Coucou Les gars, on est gentil nous en fait.

En plus on bute des vilains.

Plus ou moins...

-Y aurait-il une femme en vous ?

SHE KNOWS.


Non. Elle a fait un clin d'œil bécasse.


C'était une blague roooooh.

Je répondis avec La même mimique tout en trinquant l'air avec une de mes tasses de thé.

-Qui sait, dis-je avant de m'abreuver.

Moi je sais.


Da.

Je me présentais donc Et fit ma blague redoutable. Je suis Lord Voldemort, je lui ressemble tellement en plus. Enfin, avec le nez. Et des cheveux. Et moins albinos. Et je crois que La liste est encore longue. Disons que j'ai uniquement mon deuxième prénom en commun avec lui.

Elle fit mouche, Un rire éclatant retentit dans ton le café. Ce son était très agréable. On n'avait pas trop l'habitude ni même l'occasion de sociabiliser avec d'autres personnes. Surtout inconnues. Plutôt Des collègues de travail pour quelques missions Et l'heure n'était généralement pas aux blagues.

Ça changeait de la routine. Découvrir de nouvelles personnes totalement inconnues, douées ou non.

Bouffée d'air frais.

-Bien. Alors je crois que je vais être obligée de vous tuer.

Elle essaie de faire sa vilaine là ? Elle sait que elle est pas crédible ?

Pourquoi tu juges ?

Il est vrai qu'après ce magnifique rire claironnant il était difficile de la croire. Sauf que ...

C'est pour ça que tu as déplacé Le Bras dans le dos ?

Aucune réponse. Mais le geste a été souple, discret, mais notre main était sur La crosse du pistolet dans le creux de mes reins.

Elle caressa son ventre ce qui me permis de me détendre. Je ne sentais que maintenant Les muscles de mon dos et de mes bras qui s'étaient tendus naturellement sous la menace, pour bouger Et se défendre aussi rapidement que possible.

Toujours être prêt à agir. Ne jamais baisser sa garde.

En plus un jour j'me baladais (sur l'avenue, le cœur ouvert, à l'inconnue), sur Les champs élysées en plus, très approprié donc, quand je me suis fait agressé par une illustre inconnue.

J'me suis bien défendu.

Aheum.


On s'est bien défendu.


J'ai fait tout le boulot.


N'en rajoute pas quand même.

Bref. On a réagit au quart de tour. Qu'est-ce qui empêcherait Mary-Jane de faire la même chose ? Peut être qu'elle sait qui je suis vraiment Et qu'elle cherche à m'éliminer.

Se méfier de tout le monde.

Voilà pourquoi on ne batifole pas avec Des inconnu.e.s et qu'on s'en tient à Des relations professionnelles.

Mais le regard qu'elle lance à son ventre et le geste protecteur de sa caresse m'incite à penser qu'elle aime assez son enfant pour ne pas le mettre en danger. Et donc ne pas se mettre en danger. C'est un sacré handicap un ventre de cette taille. Un poids, tout Un centre d'équilibre à revoir, bref, l'enfer. Je pense. T'en penses quoi Lety ?

T'es sérieux là ?


Non.

Un grand sourire revient sur le visage de MJ à mon adresse. Je me détendais alors totalement, ma main revint sur ma tasse de thé. Sans oublier que j'en avais une deuxième qui refroidissait tranquillement à côté.

Ma main avait bien sûr quitter mon arme depuis longtemps, La veste remise par dessus pour n'effrayer personne mais elle était restée tendue sur ma cuisse.

-Ca a l'air prenant. Mais vous devez être passionné, j'imagine. Et puis, voyager est toujours agréable, même quand c'est pour le boulot.

-Ce n'est pas toujours une partie de plaisir mais ça se fait plutôt bien. Apres c'est vrai qu'il me permet de voyager souvent à travers toute l'Europe et parfois plus loin. Je ne suis pas à plaindre.

Bon après on tue aussi Des gens. Et on essaie que les deux boulots coïncident.

Tu radotes.


Prout.


Maturité.


-Vous voulez dire, tuer des gens ? Si, c'est extrêmement incommode pour assassiner proprement, ce ventre.

Elle est pas normale celle là je te le dis Moi. Méfie toi frérot. Ça sent mauvais cette histoire.


Pourquoi cette fascination sur tuer des gens ? Il est vrai que La plupart des non doués prendraient sûrement ça comme étant une blague, en écho avec La précédente sur Harry Potter (ah mince vous étiez là Et vous avez un cerveau donc vous savez déjà). Mais nous ne sommes pas n'importe qui. L'arme dans mon dos peut d'ailleurs le prouver ... ce contact est d'ailleurs très rassurant.

Elle se remit à sourire. Comme si tout cela n'était qu'une blague.

Mais elle cache quoi celle la ? C'est louche.


-Non, plus sérieusement, je viens de m'installer comme herboriste à mon compte, ce n'est donc pas trop embêtant, sauf pour aller faire des cueillettes en montagne ou ce genre de chose, mais on s'en accommode.

Changement radical de sujet quand même. Promenade en nature contre meurtres. Tout va bien. Après l'un n'empêche pas l'autre ...

-Vous n'avez personne pour vous aider dans cette tâche ? Et au moins vous vous éloignez de la ville ça doit faire du bien. Ça fait bien longtemps que je n'ai pas pris de vacances loin de toute cette agitation.

On est plutôt Des citadins quand même avec Lety.

C'est mon nouveau surnom ?


Je disais donc, avant que l'autre grognasse ne l'interrompe, que nos contrats sont plutôt en ville. Et je ne ressens pas forcément un besoin immense de vacances. Je suis bien au travail, j'ai un bon rythme qui me tient occuper Et je n'ai pas le temps de larver. J'aime être actif. Ça me convient. J'me vois pas trop aller en campagne j'avoue. Et nos cibles sont plutôt citadines aussi, si vous voyez ce que je veux dire.

Quand je La vis pâlir en face de moi, je me suis dit que j'avais fait une boulette en évoquant le papa du bébé dans le ventre. Mais je pouvais pas savoir eh. Pas vrai ?

Tu cherches du réconfort auprès de qui là ?


Pas auprès de toi apparemment ...

Elle bu à nouveau dans sa tisane avant de me répondre. L'heure n'était plus trop aux plaisanteries et l'ambiance se faisait plus lourde.

-Il n'y a pas de père. Juste un géniteur.

Bon. On va supposer que son ex est un connard et s'est enfui comme un lâche Et surtout, on ne va pas faire de blagues dessus. C'est bien dommage parce que ça nous aurait cheer up quand même.

Tu crois ça ? Là maintenant tout de suite ?


Bah non justement Vu La tête d'enterrement je vais éviter ouais ...

-Et donc, c'est le travail qui vous amène à Cardiff ?

Ah d'accord, changement de sujet donc. Je finis ma première tasse en une gorgée avant de répondre.

-C'est exact. Je sors tout juste Du tribunal Et je dois faire passer le temps avant une autre affaire qui aura lieu ce soir.

Et ça risque d'être un tantinet longuet. Je pris mon autre tasse de thé, mis du miel et Du thé dedans avant de tout remuer à l'aide de ma cuiller. J'allais faire pipi tout l'après midi avec ça moi, c'était pas possible.

-Si vous voulez me tenir un peu compagnie, vous serez la bienvenue.

Parce que sinon on va faire quoi ? Traîner ici quelques heures, bouquiner, aller repérer le lieu (même si on a déjà de bonnes connaissances), manger, faire du shopping dans les rues congelées, flâner ... bref. Pas beaucoup de choses à faire. Peut être aller dans un musée mais je sais pas ... j'avais La flemme. J'avais surtout envie de rentrer à l'appartement et prendre un bon bain chaud avec Des bougies parfumées.

Une vraie fille.


On se demande de qui je tiens.


Arrêtes, t'adores ça.


C'est pas faux. La mousse et La bonne odeur, De prélasser de longues minutes avant de reprendre le travail, ça faisait Du bien. Je m'octroyais ce petit plaisir quelques fois par mois.

-Et votre boutique marche bien ? Vous pouvez m'en dire plus sur en quoi ça consiste ?

Je posais ma tête sur mes doigts qui s'étaient noués entre eux, Les coudes sur La table, Un sourire aux lèvres. Après avoir bu Du thé, obviously. La température de celui ci avait bien descendu donc il était à une température tout à fait correct pour être posé le temps de parler mais en même temps pour être bu sans se brûler la langue, assez pour se réchauffer et tout ça.

Mais vraiment, sa discussion pourrait être intéressante. Ça consistait en quoi être herboriste ? Genre on lui achetait des herbes pour cuisiner ? Des herbes pour se soigner ? Si oui lesquelles Et comment ça marche ? Des petits mélanges ?

Allez y, je suis tout ouïe.


Spoiler:
 

_________________

I want to meet you
one day.

Pan


You're dead


Our impossible dream...


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tout le monde sait comment on fait des bébés mais personne sait comment on fait des papas [PV Lucian]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Tout le monde sait comment on fait des bébés mais personne sait comment on fait des papas [PV Lucian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: ▐ Z.O.N.E R.P.▐ :: ● ● Europe :: || Pays de Galles :: °Cardiff-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :