Supernatural "Legendes Urbaines"


Partagez | .
 

 Supernatural "Legendes Urbaines"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Supernatural "Legendes Urbaines"    Lun 14 Oct 2013 - 6:00






Légendes Urbaines

Prologue


Le temps est glacial, l'air frais de l'hiver approche à grand pas, emporter par les vents du nord. C'est du haut du pont de Brooklyn, que j'observe le ciel nuageux. Je soupire, pas un ciel bleu à l'horizon, même pas un nuage de clarté. Tout ce gris en vient presque à me déprimer, ou me faire perdre le moral. Que c'est un bon jour pour se suicider... Le suicide, c'est d'ailleurs la raison de ma venu ici, la raison pour laquelle je me tiens au sommet du pont de Brooklyn. Oh non, je ne suis pas là pour ce que vous pensez à l'instant, j'attends une invité qui va certes plus tarder à arriver à présent. D'ailleurs la voici, serrée dans son manteau vert, écharpe azur enrouler autour du coup. Elle remonte le pont de Brooklyn pour s'arrêter 200 mètres en-dessous de l'endroit ou je me trouve. Son regarde semble mélancolique, perdue sur l'horizon océanique qui s'étant en face d'elle. Cette New-yorkaise est plus jeune que moi et va bientôt avoir 17 ans, ou plutôt, aurait peut-être bientôt ses 17 ans.  

C'est elle qui souhaite mettre fin à ses jours en sautant du haut de ce pont. New-Mee s'approche de moi en sortant de nulle part, celui-ci se contente de m'observer silencieusement. Son regard voulait tout dire, je soupire avant de m'étirer le dos et de me laisser glisser les jambes les premières vers le vide en-dessous de moi... du sommet du pont où j'étais assise, bien entendu. Balai en main, balai qui m'avait servi à monter au sommet du pont et qui à présent me sert à redescendre pour rejoindre ma camarade suicidaire en bas. Le temps que je descende, elle avait déjà enjambé la barrière du pont, s'apprêtant à sautant. Les larmes traces leurs chemins le long de ses joues noirs, elle n'est pas la première New-yorkaise avoir le cœur briser, mais sûrement l'une des premières à se tuer pour un homme fêtard et coureur de jupon. Elle m'aurait connu un an auparavant, je lui aurais accordé le vœu de briser le cœur de celui qui lui a brisé le sien, cœur en mains au sens propre... Quand je vous disais que j'étais pas cool avant, c'est pas une blague.  

« Ah ! Mais que vois-je ?! Dis-je juste à quelque centimètre d'elle, la surprenant au passage, manquant de la faire tomber dans le vide.

- Oh mon dieu ! Depuis quand êtes vous là ? Je ne vous pas entendu arriver... »

Je l'observe ne lui répondant que d'un sourire, elle recula en posant la question collant son dos contre la paroi glacial du pont. Je venais de la décourage de sauter simplement en disant un petit « Ah » et entre nous, il faut beaucoup de courage pour sauter dans les bras de la mort, je n'ai pas ce courage. Et peut-être est-ce une bonne chose de ne pas avoir ce courage, le suicide ne mène nulle part que dans la folie, le trouble, l'obscurité. Elle me regarde après avoir récupéré son calme et sa respiration, elle continue de me regarder avec assistance, attendant sûrement que je lui dise quelque chose. Et pour tout vous dire, j'étais ici pour la convaincre de ne pas sauter, que la vie à tant de chose à offrir, qu'il serait dommage de gâcher la sienne pour une histoire d'amour qui à mal tourner. Mais j'ai l'impression que ma simple présence à largement suffit à tous mes mots, n'ayant guère eurent le temps de sortir de ma bouche.

« Dite-moi ? M'appela-t-elle.  

- Oui ?

- Est-ce que je vous aurai pas déjà vu quelque part ? »

Je souris et lui réponds que non d'un geste vif de la tête, je crois qu'elle n'avait désormais plus le cœur à sauter, ma mission du jour touchait à sa fin on dirait. Oui, à la base je fais du bénévolat pour les enfants affamé, maltraité et autre, tout cela pour laver mes péchés passés. C'est alors que New-Mee me proposa il y a peu, de sauver des vies pour toutes celle que j'ai pris et j'ai trouvé que c'était une idée brillante. Alors je sauve des gents, des âmes en détresse employant même des moyens magiques en de rares cas...

« Vous êtes Kara ! »

Mon cœur rata un battement à l'instant, venait-elle de prononcer mon nom ? Non, je devais sûrement faire erreur, l'esprit joue souvent ce genre de tour. Je me retourne vers elle le visage souriant.

« Vous disiez ?

- Êtes-vous Kara ? »

Je ne rêvais pas, elle venait bien de dire mon nom. Elle n'est pas censé me connaître, bien que moi j'en sache long sur elle grâce aux esprits. Comment était-ce possible ? Toujours le sourire aux lèvres, ne montrant pas mon malaise, je lui demande ceci.

« Qu'est-ce qui vous fait dire ça ? 

- Votre chaperon rouge qui scintille comme si y avait des joyaux incrustés, votre balai noir comme la nuit dans vos mains.  

- Je ne comprends pas.

- Tu vas pas me dire que tu ne connais pas Kara « L'entité de Satan », alors que tu es déguisé comme elle. »

Une fois de plus mon cœur rate un battement... Qu'est-ce c'est que cette sottise, l'entité de Satan ? D'où est-ce qu'elle sort cette histoire... Mon cœur battait désormais si vite que j'eus presque un moment de faiblesse sur mes jambes tremblantes.  

« Je sais que le moment est mal choisi, mais dis moi plus sur cette Kara. Elle me regarda, d'un air suspect, il y avait de quoi l'être... Après tout je ne me préoccupe même pas du fait qu'elle a tenté de se suicide il a pas trois minutes.

- Eh bien, Kara « l'entité » ou « la pucelle du diable » est une légende urbaine assez récente à la Bloody Mary. On dit que lorsque qu'on prononce trois fois son nom devant un miroir, elle apparaîtra trois jours plus tard pour t'accorder un vœu en échange de ton âme. Tout les lycéens connaissent cette histoire ma vieille, mon petit frère aussi.

- Récente ? Quand est-il apparue ?

- Il y a un an je crois... »

Cela risque d'être embêtant, réellement embêtant... La légende sur moi, n'est pas embêtante en elle même, le problème c'est mon nom. Pour moi qui suit à la base une entité, elle symbolise la vie pour moi. Il suffirait qu'un ados tombe sur un bien m'appartenant et qui prononce mon nom pour que je réponde à son appel, mon pouvoir « Pact » m'y oblige. Et voyez-vous, du temps ou j'étais la pucelle du diable comme il me désigne, j'ai laissé mes biens un peu partout pour que les innocents m'invoque et avec cette légende urbaine, beaucoup d'entre eux vont le faire. Peut-être sont-il déjà en train de le faire, mais son mes biens, pour l'instant. Je regarde, la fille...

« Il faut seulement prononcer trois fois son nom ?

- Non, il faut une chose qui lui appartient du temps ou elle était vivante, comme une mèche de ses cheveux, un tissu de son chaperon rouge, ou ses os... »

Mes os ? C'est quoi se délire, il me prenne vraiment pour un fantôme à la Bloody Mary ou quoi.

« Tu connais des gens qui possède ses biens ?

- Bien sûr que non, ce n'est qu'une légende urbaine. Toi tu dois faire partie de ces dingues qui croient en Kara, comme il croit en la Dame blanche ou au Wendigo. Bon je rentre chez moi...

- Oh c'est vrai !

- Oui, quel est l'intérêt de se suicider devant une fan de Cosplay ! »

Elle sort un livre et me le passe...

« Tiens cadeau, ce livre parle de toute les légendes urbaines... Mais si tu veux celle uniquement de Kara l'entité, il y a des boutiques qui vendent des romans en tout genre et il y a déjà 5 tomes sur la légende urbaine de Kara, si ça t'intéresse.

- Me... merci ! »

Je la regarde partir avant de diriger mon regarde vers le livre que j'ouvre délicatement. Il y a même un sommaire, La dame Blanche, le Wendigo, le chien de l'enfer, Bloody Mary et bien d'autre, Kara l'entité figure tout en bas de la page. Je voulais absolument voir ce que ce livre racontait sur moi, j'ouvris le livre à mon chapitre et je vis... Je vis les images de moi, du moins les caricatures de moi. J'avais l'apparence d'une fillette à tête de serpent. Qui était l'auteur de ce livre ? Rien quand survolant chacune des histoires que ce livre raconte sur moi, elles sont toutes vraies. Comment est-ce possible ? Je n'ose même pas imager les Romans de 5 tomes sur moi, il faut que j'enquête sur ça et que je découvre ce que tout ça signifie avant que quelqu'un se rende compte que j'existe belle et bien. Ou pire que ça, qu'il découvre où réside le Clan Cromwell.

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...


Dernière édition par Kara Halliwell le Jeu 17 Oct 2013 - 3:21, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    Lun 14 Oct 2013 - 7:43






Légendes Urbaines

Chapitre 1


Je lis et relis chaque mot de chaque ligne page après page, j'en suis déjà au tomes 3 de la légende urbaine de Kara. Et à chaque fois que je tourne une page de ces livres, je suis à chaque fois stupéfait. La qualité des détails sur moi, sur mes actes passés sont plus que troublantes. Il y a six jours, j'ai acheté les 5 tomes de Kara l'entité, qui relate mon passé d'avant que je ne change en personne de bien. J'ai appris qu'un sixième tome est sur le point de sortir grâce au vendeur qui m'a généreusement informer, à cause du fait que je lui avais acheté les cinq tomes de Kara l'entité. Plus important encore, j'ai le nom de l'auteur de ses romans en couverture à la fin du livre... Henry J. Bennet. C'est en ayant fait une recherche internet dans un cyber café, que j'ai trouvé l'adresse de ce type. Il a fallu que je le cherche dans les pages jaunes, ce type n'est pas connu du tout et le pire encore, c'est qu'il semble vivre dans un trou paumé du Maine... Dans une ville nommée Haven.

Comment fait-il pour vendre ses ouvrages, sans pour autant faire parler de lui. Avait-il à la base chercher à garder l'anonymat ? Je devais partir à sa rencontre au plus vite, d'où le fait que j'ai pris un ticket de train pour Haven. Le train partait pour 19h, j'avais du temps devant moi, il était 17h45. Je suis partie faire un tour à l'une des cabines téléphonique de la gare, je devais prévenir Aggatha de la situation. Je décroche le téléphone de la cabine, compose un numéro et le dépose directement sur le accoudoir. Après quelque minute, le temps ralentit autour de la cabine, les personnes ralentissent jusqu'à se stopper nette. Un hibou survol la gare en ma direction, je sors une lettre, j'y écris rapide quelque mot en enochien, avant d'ouvrir la porte de la cabine et laisser le hibou atterrir sur mon avant bras droit. Je lui remets la lettre dans son petit bec et je lui demande d'apporter cette lettre impérativement à sa majesté, la reine Aggatha.

Lettre qui informe du danger qui plane au-dessus de nos têtes, nous le clan Cromwell. Je suis partie en quête de trouver qui est donc cette épée de Damoclès. Le hibou s'envole et je referme la porte de la cabine derrière moi, après avoir repris ma position initiale, je raccroche le téléphone et le temps reprend tout de suite après son cours. J'avais composé le numéro de Emrys Caldwell, un Marquant ayant créer des Runes capable de créer des distorsions de l'espace-temps. Le hibou lui appartient, il l'a fait téléporter jusqu'à moi grâce un trou de ver qu'il a également créé. Il a trouvé où je me situais grâce à l'appel, étant un sorcier localisateur. Je retourne vers ma place, il n'est que 17h50. Evidemment, comme le temps a ralentit pas grand chose s'est écoulé durant le laps de temps où j'étais dans la cabine, je me contente de lire un nouveau chapitre de mon roman. 19H, il temps de prendre mon train, je dois être assez voyant au milieu de cette foule avec ce chaperon rouge sur le dos et mon balai, bien qu'il soit emballé.

Au moment, où je m'apprête à monter dans le train grande ligne, trois individus en costard cravate me bouscule brutalement moi et les autres futurs passagers pour monter dans le train. Ils étaient assez mal élever comme les autres passagers le disent en effet, mais leur attitude à tous les trois, était plus que suspect. L'un des trois hommes n'avait aucune valise, aucune mallette, hors que ses deux autres camarades chacun portait une mallette. Des personnes m'aident à me relever et je les remercie chaleureusement. Quelque minute après l'incident, j'étais installée à mon siège, le train pris la route en direction du Maine. Je décide de continuer ma lecture sur le roman...

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...


Dernière édition par Kara Halliwell le Mar 15 Oct 2013 - 20:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    Lun 14 Oct 2013 - 10:33






Légendes Urbaines

Chapitre 2


« Alors que l'homme tenta d'échapper aux flammes de ténèbres qui se dressaient face à lui, sa femme supplia l'Entité de laisser la vie de son mari sauve. Mais l'Entité dont les yeux brillaient d'une lueur violette refusa d'écouter la femme chagrinée, « ce qui était fait, était fait » avait-elle dit. Le pacte que le mari avait conclu était de sauver sa femme de la mort, il l'avait signé le contrat de son sang et son souhait fut réalisé, à présent il devait payer le prix. Il connaître 70 ans, chaque jour qui passera à 12h00 et à 00h00 le fléau de la flamme du châtiment. Comme Prométhée, il se verra subir un douleur atroce et guérira pour souffrir de nouveau le jour d'après, tel est le prix du Pacte qu'il a conclu... »    

Je referme le roman, le cœur battant la chamade... Il s'agissait de la famille Wyatt, ce roman parle de toutes mes rencontres sans exception. Je lève le regard vers le ciel obscure, la nuit est inquiétante ce soir. Que vais-je devenir si je venais par être rattrapée par le passé de nouveau ? Je ferme les yeux, ça fait un moment que je ne lui ai pas parlé. Plongée dans mes pensées, dans mon esprit me laissant tomber lentement dans un puis sans fond. Les voix de mon passé, des souvenirs en tout genre se manifeste, ainsi que certains que j'aurai préféré oublier, ressurgissent. Certaines portes se sont ouvertes de nouveau dans mon esprit, des portes qui auraient du rester closes. Je n'ai pas le choix, je dois le réveiller, je dois lui parler, j'ai besoin de son soutien. Après une descente qui dura quelque minute, mes pieds sentent enfin qu'il touche sol... Cependant, l'endroit de mon esprit où je me trouve n'ai guère éclairé, il y fait d'un noir où je ne vois même pas le bout de mes doigts. Le son de goutte de pluie qui tombe attire peu après mon attention.

Dans l'obscurité, je me dirige à l'aveugle vers le son de la pluie. Un son si familier, de gouttelette se fait entendre à l'approche de la source d'où provient le son de la pluie. La foudre illumine se qui semble un couloir en face de moi. Je continue d'avancer vers ce couloir et ses fenêtres donnant sur un extérieur pluvieux et orageux. Des éclairs apparaissent de nouveau éclairant l'endroit où je me trouvais, je fus surprise par les tableaux... Des tableaux représentants chaque personne en décomposition, des personnes ayant fait un pacte avec moi. Peu à peu l'obscurité se dissipe laissant entrevoir mieux à présent la pièce dans lequel je me trouvais. Il y avait des centaines de tableaux, je m'y mes mains autour de mon visage, étaient-ce réellement tous mes victimes ? « Libère-moi ! Libère-moi ! » Je me redresse et je regarde dans tous les sens, chacun des tableaux se mirent à bouger et à regarder dans ma direction dans ce semi-obscurité.

Chacun d'eux d'une voix si fébrile me demandèrent de les libérer, mes larmes se frayèrent un chemin de mes yeux à mes joues. Qu'avais-je fais ? Comment pouvais-je les libérer ? Je ne savais même pas comment il était arrivé là. Je m'écroule au sol, abattue par mon propre chagrin. Je les supplie de me pardonner, à l'époque j'ignorais ce que la vie représentait, j'ignorais la valeur d'une âme humaine.  

« Tous ces tableaux t'appartiennent, pourquoi pleures-tu, Kara ? »

J'ouvre les yeux de nouveau à la fois surprise, mais aussi rassuré d'entendre cette voix si familier. Je regarde au-dessus de mon épaule et l'observe.

« Chacun d'eux savaient ce qu'ils leur attendaient, ils ont paye le prix.

- Djibrïl ! »

Je me lève et lui fait face, essuyant mes larmes aux passages. Puis à la suite mon regard se retourne vers les tableaux...

« Que veux-tu dire par, ils m'appartiennent ? »

Il s'approche de moi et me prend par la main avant de m'entraîner avec lui à travers le ce long couloir obscur. Il faisait si noir, pourtant Dji n'avait aucun mal à se déplacer. On s'arrêta devant un autre tableau qui supplier aussi comme les autres de le libérer, Dji me regarda et me demanda ceci.  

« Le reconnais-tu, Kara ? »

Surprise de sa question, je me concentre pour tenter de distinguer de qui était le portrait. Je recule d'un pas paniqué quand je me rends compte de qui il s'agit.

« C'est... c'est Dean !

- Le dernier de tes contrats. »

Je regarde le tableau paniquer...

« No... non, Dean n'était pas un contrat comme les autres... C'était pour le sauver, que...

- Que quoi ? Et pour M. Wyatt, il voulait aussi sauvez sa femme autrefois, pourtant il fait parti de tes collections. »

Je reste silencieuse.

« Tu sais mieux que moi ce que signifie âme scellée, Kara... Peu importe la personne qui souhaite pactiser qu'elle soit bonne ou mauvaise, peu importe le souhaite qu'il demande qu'il soit bon ou mauvais, un pacte reste un pacte et quand l'âme est scellée à ton esprit... elle est condamnée à en payer le prix. »  

Dji s'approche de moi et pause sa main sur mon épaule.

« Qu'importe ce que l'avenir te réserve Kara, il y aura toujours des personnes qui souhaiteront utiliser tes talents et ils seront damnés, mais en aucun ses personnes seront des innocents. Car ils connaissent le prix à payer, ils auront été prévenu, comme eux autrefois qui ornent ces murs aujourd'hui, ont été prévenu aussi. Si tu veux tout de même minimiser les appels, trouve l'homme qui risquerait de les provoquer, fait le vite avant que ce soit bien plus que des veufs qui t'invoquent. »

Il a raison... Pourquoi me suis-je mis à pleurer pour eux, alors que chacun d'entre savait ce qu'ils leur attendaient en pactisant avec moi, ils ont quand même pris le risque pour vivre leur vie au goût du plaisir. Je regarde Dean et fronce les sourcils. Je comprends mieux à présent comment Dean a eu connaissance de mon existence et comment il a su pour m'invoquer, je dois absolument retrouver cet auteur et l'arrêter... Avant que d'autre sorcier noir comme Dean, s'aperçoit de ma réelle existence...

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...


Dernière édition par Kara Halliwell le Mar 15 Oct 2013 - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    Lun 14 Oct 2013 - 12:17






Légendes Urbaines

Chapitre 3


Le soleil se lève sur un paysage d'une immensité verte à perte de vue, nous traversâmes une forêt dont j'ignorais complètement le nom. J'avais un peu de mal à ouvrir les yeux, hier soir mes rêves étaient quelque peu agités. Peut-être qu'était-ce dû au fait je n'étais point habituée à dormir dans un train, mais j'en doute fort. Je ne suis pas une personne dont la nature est délicatement, beaucoup de chose hante mes pensées dernièrement. Je me retourne vers ma camarade du siège voisin à mes côtés et lui demande poliment, si elle avait reçu une certaine information sur l'heure d'arriver du train à la gare menant à Haven, pendant que je dormais encore. Celle me répondit, qu'il restait encore 2h demi de trajet pour atteindre la gare. Je la remercie et me lève pour me diriger vers les toilettes, quand je vois un des hommes qui m'avait bousculé hier dans la soirée avant le départ du train. Je ne daigne l'accorder aucun regard, ce genre de personne ne mérite pas qu'on le prête attention.    

J'entre dans les toilettes et je suis rassurée de ne pas sentir une odeur assez forte d'excrément de ce type, ou d'urine. D'ailleurs, je ne sens rien du tout... Etrange, non pas que cela me déplaît de ne pas sentir les odeurs fortes habituelles des W.C, mais je trouve cela étrange qu'il n'y a pas d'odeur après qu'un homme en soit sortie. Je ne l'ai même pas entendu tirer la chasse d'eau, je dois sûrement être paranos. Tandis que je fais silencieuse mes besoins un son vient agacement titiller mon ouïe, un sorte de tic-tac que ferait une horloge, ou plutôt un minuteur de micro-onde. D'où pouvait provenir ce son, je l'entendais de telle manière qu'on aurait dit que l'objet se trouvait à côté de moi. Après avoir fini mes besoins et nettoyer mes mains, j'observe le plafond des W.C. Le bruit semblait provenir de la haut, je ferme les cuvettes et monte dessus afin d'atteindre le plafond. Je pousse avec moi et je fus surprise de voir avec quelle facilité j'ai déplacé le grillage du plafond.    

Il était clair quelqu'un avait forcé celui, mais pour quelle raison exactement ? Donc après avoir déplacé ce que j'appelle le grillage du plafond, même si ce n'est pas le nom approprié, à la suite je passe la tête lentement pouvoir ce qu'il y a dans ce tuyau de refroidissement. Une mallette se trouvait juste devant mon nez, une mallette... Etait-ce la mallette de l'homme qui m'a bousculé, en tout cas ça y ressemble beaucoup. Le bruit de minuterie vient de la mallette, il n'y avait pas de doute à voir. Pourquoi l'homme aurait délibérément laisser sa mallette dans la ventilation des toilettes, ses hommes cherche-t-il à causer déraillement du train, est-ce une bombe dans la mallette ? Non attendez, pourquoi chercherait-il à faire une telle chose, ça n'a aucun sens. Je dois voir ce qu'il y a à l'intérieur de cette mallette, mais est-ce une bonne chose, si je tente de l'ouvre que va-t-il arriver ? Est-ce que la manette va exploser entraînant moi et les passagers les plus proches dans le souffle ?        

Que devais-je faire ? Me demandais-je tandis que ma main soulever la mallette, pour la poser sur le dossier de la cuvette. Mes doigts posés sur les boutons sur les boutons de la mallette, je fis un compte à rebours jusqu'à trois, avant de trouver la force d'appuyer sur les boutons. La mallette s'ouvrit avec violence, mais n'explosa pas pour autant. Ce qui y avait dans la mallette ressemblait néanmoins bel et bien à une bombe. Des gens veulent apparemment, réellement faire sauter ce waggon, il faut a tout prix désamorcer cet engin. Le Prix ! Je suis incapable de désamorcer cette chose moi-même, mais si quelqu'un pactisait avec moi et dont le souhait serait de désamorcer la bombe il y aurait une chance. Mais qu'est-ce que je raconte, je vais pas bien... Je dois trouver un autre moyen mois dramatique et vite le temps presse... La bombe dois exploser d'après la minuterie dans deux 2 heures.

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...


Dernière édition par Kara Halliwell le Mar 15 Oct 2013 - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    Lun 14 Oct 2013 - 15:49






Légendes Urbaines

Chapitre 4


Le temps passe comme une flèche tirée d'un arc, il ne restait plus qu'une heure et demi de trajet avant d'arriver à la gare pour aller à Haven et une heure avant que la bombe n'explose. La situation m'échappait tout bonnement, c'est fait un heure que je suis enfermée dans les W.C cherchant une solution. Devais-je prévenir les autorités, mais si je le faisais, est-ce que ceux qui ont mis la bombe ne risques pas de s'en apercevoir ? Le risque est trop grand, ils pourraient faire sauter l'engin à distance à l'aide d'une sorte de télécommande ou tout simplement d'un téléphone portable, d'un pc ou autre. Que faire ? Le temps continue de tourner au compteur, il faut que j'agisse... Je soupire, qu'on une idée me traverse l'esprit, faire sortie la bombe du train sans que personne s'en aperçoive. Quand je prends la décision de faire ceci, une chose se mit à vibrer dans la poche droite de mon pantalon. C'était un téléphone portable classique, comment il est arrivé dans ma poche, je n'ai pas de portable à la base. A quel moment me l'aurait-on introduit dans la poche ?  

Sûrement pendant mon sommeil, serait-ce ma camarade du siège voisin qui me l'aurait mis ? Ou une autre personne pendant que moi et ma camarade dormais. Je compose le dernier numéro appeler, celui-ci se met à sonner. Le cœur battant, suspicieux de savoir qui allait répondre à l'autre bout du fil. L'individu décrocha mais ne répondit pas, inquiet j'en fis de même, luttant pour ne pas raccrocher. J'ouvris discrètement la porte des W.C pour jeter un coup d'œil aux alentours. Celui qui avait décrocher était-il dans ce train, était-ce un des hommes qui avait mis la bombe dans la ventilation des W.C, était-ce lui qui allait tuer des centaines de passagers ? La plupart des gens ont un téléphone portable à l'oreille, d'autre un pc Portable, tout le monde pouvait être le coupable, tout le pouvait être une des personnes qui peut faire sauter à tout moment la bombe à distance. C'était de la folie, il y a vraiment beaucoup de monde.  

« Kara ? »

Comment ?!!! Quel est encore cette diablerie ? D'où connaît-il mon nom, je commence à ne plus rien comprendre. Et ça me fout en rogne sérieusement, des choses ce trame et je n'aime pas vraiment le virage que ça prend.

« Qui êtes vous et comment connaissez vous mon nom ?

- Tu es plutôt célèbre maintenant, après tout dans les légendes urbaines ta prédécesseur est Bloody Mary, tes histoires éclate tout best-seller de cette année.  

- C'est toi qui a placé cette bombe dans le train, enfoiré !

- Du calme, du calme princesse... Je suis là pour t'aider moi. Après tout c'est moi qui t'es aidé à te relever quand c'est trois criminel ton bousculer. Et qui t'es donné se portable au même moment. »

Trois criminels, il veut parler de ces trois type en costard je suppose... Je vois, m'aider à me relever était dans seule bute de me donner le portable, il doit faire partie des passagers du train...

« Kara, tu dois sortir du train et éviter à tout prix d'aller à Haven.

- Comment ça, je ne comprends pas... Pour quelle raison ?

- La bombe que ces type en mis elle est pour toi ! »

Qu... quoi ? Pourquoi me viserait-on ? Je le sentais, la situation prend un virage qui ne me plaît vraiment pas. Des personnes en veulent à ma vie, est-ce par rapport ce roman un cinq tomes. Est-ce que ces trois type en noir sont des exorcistes d'orphéo qui sont venue finir le travail ? Avec une bombe ? Non, ce peu probable, voir quasi impossible. Orphéo n'a jamais été fou au point de mettre des vies innocentes en danger, même si c'est ma tête qui est en jeu. Des sorciers noirs ? Pourquoi utiliseraient-ils une bombe pour me neutraliser alors qu'ils préfèrent largement faire le travail soit-même. Non tout ceci n'a aucun sens, cela voudrait dire qui pourrait s'agir d'humain noir ? Admettons que ce soit le cas, pourquoi chercherai-t-il à m'abattre à cause d'un roman ? Ah moins, que j'ai un jour conclu un pacte avec l'un deux il y a bien longtemps le révélant mon existence... Je dois en informer la Reine Aggatha, le Clan Cromwell est plus qu'en danger. Le humain noir pourrait grâce à ce roman trouver l'emplacement de la cité des Witches.    

« Dis-moi, qui on a après ma vie, est-ce l'auteur du Roman « The entity » qui comte ma vie ?

- Je n'ai que peu d'information sur lui, mais je te propose d'en reparler plus, tard... Il faut que tu sorte du train.

- Le prochain arrêt est dans une heure et la bombe explose dans 30 minutes, maintenant 29 minutes.

- Non l'arrêt pour Haven est dans une heure, mais le prochain est dans vingts minutes. Ecoute voilà ce qu'on va faire, tu as du le deviner, je suis aussi dans le train et pour te venir en aide qui plus est. Je te promets que tu auras le droit à plus d'explication quand on sortira du train.

- Mais pour la bombe, je ne peux pas la laisser...

- Tu l'emmène avec toi, je la désactiverai... Passe par l'entrer B du train pour ne pas que les types qui ont apporter la bombe te repèrent sortir du train avec leur matos. »

J'accepte sans hésiter après avoir raccroché, je referme aussitôt la mallette avec la bombe à l'intérieur. Je retire mon chaperon rouge pour passer inaperçue et retourner à ma place avec la mallette. Les hommes qui tentent de me tuer son pas des débiles, je présume qui vont vérifier que je ne tente pas de sortir du train. Mais eux vont sûrement descendre à la prochaine et si je faisais d'une pierre deux coup. Je sors la bombe du train la donne à mon contacte pour qu'il la désactive et je m'occupe de coincer les trois gigolos. Et j'ai un plan pour cela... Je demande à ma voisine si elle peut généreusement enfiler mon chaperon le long du trajet jusqu'à Haven vue que c'est là-bas qu'elle va, en échange je refile un billet de 20 dollars. Elle accepta. Je commence à aller à l'entrer B quelque minute avant que le train ne s'arrête. Mallette en main je descends du train, le téléphone portable se mets à vibrer, je réponds aussitôt.

C'était mon contacte, il me demanda d'avancer tout droit sans me retourner et d'entrer dans le pub en direction des W.C. Un homme referma la porte derrière et la bloqua pour que personne d'autre n'entre, me faisant sursauter au passage. Etait-ce mon allié ?  

« Heureux te revoir à nouveau en personne Kara, laisse moi voir cet engin. Il la regarda un moment, avant de rajouter. C'est bon je peux la désactiver, j'ai besoin de cinq minutes seulement.  

- Tant mieux, parce que tu as dix minutes avant qu'elle nous tue tous les deux. »

Je regarde par la fenêtre les trois hommes sortir du train, comme je m'attendais de leur par. Je dois les rattraper pour les interroger, ils doivent penser que je suis encore dans le train grâce à mon acolyte qui m'a extirpé 20 dollars.

« C'est eux, je dois les arrêter.

- Ok prend cette arme et passe par la fenêtre, je te rejoins dès que j'ai fini. »

J'acquisse avant de partir, rattraper trois mec en noir allait pas bien être difficile, par chance ils étaient arrêtés juste derrière le bâtiment dans lequel j'étais. Je reste cache derrière le mur pour écouter ce qu'il dise. Apparemment, l'un d'eux parle au téléphone, sûrement avec leur boss. Il lui annonce que le boulot est fait que j'étais dans le train et que la bombe n'allait pas tarder à sauter. Sauf que je n'étais plus dans le train et la bombe aussi, qui plus est, allait être désactivée.  Dès que l'homme raccrocha, je sortis de ma cachette et pointa l'arme dans leur direction.

« Mains en l'air ! »

C'est quoi cette réplique de flic démoder... Il faut que je fasse mieux la prochaine fois.

« Je n'hésiterai pas tirer si vous faites un mouvement brusque ! »

Je ne sais pas comment enlever la sécurité du pistolet, j'espère qu'ils vont croire à mon bluff.

« Mettez-vous à terre tout doucement et ne bouger. »

C'est ce qu'ils firent, que la déesse de la Lune soit bénite. Mon allié sortie des W.C et me rejoint comme promis, il fouilla un par un les hommes à terre et les désarmèrent. Nous pouvions les interroger, maintenant... Minutes... Il y avait quelque chose de louche...  

« Nous les avons eu Kara, bravo !!! Dit-il joyeusement, avant de s'apercevoir que quelque chose me chiffonnait. Kara ?!

- Où est la mallette de ce type ?

- Quoi ?

- Il y avait deux mallettes... »

Au moment ou je dis ceci, une explosion se fit entendre au loin à travers la forêt...

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...


Dernière édition par Kara Halliwell le Mar 15 Oct 2013 - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    Lun 14 Oct 2013 - 18:56






Légendes Urbaines

Chapitre 5


« Isabella... Ces copines lui avaient lancé ce défie qui allait mettre fin à son court bonheur, lors d'une soirée pyjama entre amie. Tout avait commencé avec un jeu stupide, qui entraîna bien des âmes innocent dans les profondeurs abyssaux de la folie depuis son invention, la bouteille infernale. Le premier défie fut un baiser entre fille non loin sans grande importance, le deuxième défie était de dire trois fois Bloody Mary dans le noir devant un miroir, en ce qui concerne le troisième défie... Joahna, une des filles racontas l'histoire d'une sorcière qu'on nommé l'entité du diable, car elle a paraissait pour réaliser un souhait, trois jours après que long est prononcé son nom trois fois devant un miroir avec un objet appartenant à la sorcière en question. Pas de quoi avoir peur, puisque personne ne possédait l'objet appartenant à la sorcière, de tout les façons. Se disaient certaines d'entre elles pour se rassurer un tant soit peu. Ce pendant, celle qui connaissait l'histoire de l'entité poursuivit et sortit de son sac à ce qui ressemblait à une mèche de cheveux. D'après elle, ça appartenant à la véritable sorcière. Qui allait donc tenté d'invoquer la sorcière des limbes ? La bouteille infernale allait le décidé, chacune des filles gardèrent un silence de mort, concentré sur la bouteille tournoyant. Pourquoi étaient-elles autant paniquées se demandèrent-elle, ce n'est qu'un jeu et l'histoire de la sorcière n'était qu'une invention rurale. Non, chacune d'elle ressentais se drôle sentiment. Et voilà que la bouteille vint à s'arrête sur Isabella, elle prit la mèche de cheveux, s'enferma dans la salle de bain pour y prononcer trois fois ceci.... « Je t'invoque ô toi Kara Halliwell, réponds à mon appel. » Elle sortie de la salle de bain souriante, tentant de détendre l'atmosphère avec succès... Cependant, Isabella disparue trois jours plus tard et les autorités ne l'ont jamais revu... Ouah, on peut dire que tu es plus effrayante que je ne l'imaginais, Kara !

- C'était la moi d'avant, j'ai changé aujourd'hui. »        

Dis-je à l'arrière d'un car nous conduisons vers la ville d'Haven, perdu dans mes pensées.

« Tu repenses aux personnes que tu n'as pas pu sauvé dans le train c'est ça ? Ce n'était pas de ta faute.

- J'aurai du savoir qu'il y avait une deuxième bombe. »

Oui, j'aurai du être plus attentif, mais voilà, j'ai échoué et plein de mort d'innocent sont à déplorer encore une fois par ma faute. Si je n'avais jamais été cette Kara là, si je n'avais même jamais existé, certaine personne se porterait bien mieux aujourd'hui. La nuit tombe drôlement vite dans le Maine, sans compter la nuit sombre qui agit comme un voile. Dire que dans la matinée, j'ai échappé de peu à la mort grâce à mon nouvel ami du nom de Wyatt Jonathan Weaver. Concernant les trois hommes du train, nous avons rien pu faire pour leur soutirer des informations, car après les avoir neutralisé, ils se sont suicidés avec un poison dissimulé entre leur dent, emportant leur secret avec eux. Depuis, j'ai gardé le silence jusqu'à maintenant, tandis que Wyatt lisa le roman « The entity » où il découvrit la facette noire de ma personnalité. Bien qu'il la connaisse, il ne semble pas effrayer de rester à mes côtés qui d'une certaine manière j'apprécie énormément. Je soupire, il est vrai que cette journée m'a largement déprimé et découragé, mais je devais absolument me reprendre.    

« Très bien Wyatt, dis-moi tout ce que tu sais à propos de cet écrivain Henry J. Bennet, est-ce lui qui a engagé ces hommes ?

- Non, Henry n'est qu'une victime dans histoires... C'est un humain possédant des gênes mutants, que vous autre nommé humain doué. S'il connaît autant de chose sur toi c'est parce qu'il a pratiquement vécu ta vie.

- Comment ça ?

- Henry est un sorte de médium.

- Dans ce cas, pourquoi écrit-il ma vie et pour qui travaillaient ces types de ce matin ?

- A la base Henry pensait que tout ce qu'il voyait, n'était que le fruit de son imagination... Jusqu'au jour ou une certaine, Aliyah Manderly voit en lui plus qu'un écrivain, mais un moyen de localiser certain être magique... Tu es la première avec qui Henry a établi un lien et grâce à toi et toutes les information que tu possèdes, Aliyah c'est où ce trouve certain lieu où réside certain être magique.

- Ce Henry est connecté à moi, n'y a-t-il pas un moyen de briser ce lien ?

- A toi de me le dire... »

Le pacte... Aliyah Manderly, qui peut-elle être ?

« Comment sait-tu autant de chose sur Henry...

- Parce qu'il y a encore des 3 ans de ça, c'était encore mon jeune demi-frère. Nous avons la même mère, mais pas le même père. Et concernant, Aliyah, je n'ai pas grand chose à par qu'elle semble avoir une dent contre toi...

- Bien alors, tâchons de découvrir qui elle est et pourquoi elle veut ma peau ! »

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...


Dernière édition par Kara Halliwell le Mar 15 Oct 2013 - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    Lun 14 Oct 2013 - 23:32






Légendes Urbaines

Chapitre 6


Ciel bleu d'une clarté dégagée, pas un nuage à l'horizon. C'est devant un paysage océanique que j'ouvre les yeux, nous avions quitté les forêts et le car approchait d'Haven. Finit l'odeur des arbres et des feuilles mortes, bienvenue aux odeurs de poissons. Haven, nous y voilà, l'enquête allait pourvoir reprendre. Je regarde instant Wyatt, me demandant pourquoi souhaitait-il rester à mes côtés ? Etais-je sa meilleure chance de retrouver son petit frère ? Cependant il a tout de même souhaiter que je ne poursuive pas ma mission de peur que j'entre tête la première dans un piège certain. Je lui ai dit que l'un des hommes avait informé leur chef que j'étais dans le train avec la bombe, et donc à mon avis, je suis certainement morte pour ceux qui me traque. Dès que nous arriverons à Haven, je devrais impérativement trouver une cabine pour rentrer en contacte avec sa majesté la reine Aggatha pour ainsi lui faire mon rapport au sujet du lien d'Henry et moi qui représente un danger.  

Sans omettre d'oublier la menace Aliyah Manderly, même si on a rien sur elle... Les hommes que nous avons vu, était certainement les hommes d'Aliyah Manderly, qui sait ? L'avenir nous le dira. Nous arrivons enfin dans la petite ville, je secoue Wyatt pour le sortir de son sommeil. Je prends mon sac et lui le sien, je me demandais ce qu'il avait dans son sac, sûrement pas des vêtements vu les frottements métallique qui émane de son sac. Je sais qu'il a pris les flingues des trois hommes d'hier, mais je me demandais autre chose... Qu'avait-il fait de la bombe qu'il avait désactivé ? Je me dis que ma nouvelle petite nature que je suis, lui a peut-être trop vite accorder sa confiance. D'ailleurs il est apparemment le frère de celui qui dévoile l'existence de ma famille les mettant en danger. Il se peut qu'à la fin de cette histoire, rien ne se termine avec un « ils eurent beaucoup d'enfant et vécurent heureux ». A choisir de sauver entre son frère où ma famille, je choisirai de sauver ma famille.    


**Serais-tu capable de tuer un innocent de sang froid à nouveau, comme autrefois...**


Je serais capable de tout pour protéger ma famille, même si mes crimes me bannira cette fois-ci définitivement du Clan, ces le prix à payer, toute chose à un prix. Tout à commencer avec moi et tout finira avec moi. Tu le sais mieux que quiconque Djibrïl, nous sommes la seule et même personne.


**Alors, peut-être devrais-tu ressortir tes contrats.**


J'en ai bien l'intention, mais quand le moment sera venu, quand le moment sera venu...  Je regarde silencieusement Wyatt qui se retourne vers moi et me demande si tout va bien, le classique. Je lui réponds un « ouais, ouais tout est ok », lui offrant un sourire sincère pour l'instant. Car, oui... Gardant en tête qu'il ne m'a donné aucune raison d'être un ennemi, je reste tout de même méfiante à son égard. Même si ce type n'est qu'un humain lambda, il a du être soldat à une époque, vue la vitesse à laquelle il a désamorcé une bombe. Nous nous dirigeâmes verre la mairie, j'étais un peu déçue, car il y avait aucune cabine téléphonique jusqu'à maintenant. Je pourrais utiliser un téléphone portable, mais le problème c'est que les portables usent de différent réseaux de communication et les liaisons magiques ne sont pas flexible. Dans ce cas, je dois utiliser un autre moyen, plus lent mais très utile.

Pour ceux qui se demande pourquoi je n'utilise tout simple pas le téléphone, c'est simple... Dans la cité des witches à l'intérieur de la barrière magique, il n'y a pas de téléphone. Je me retourne vers Wyatt et lui demande de m'attendre quelque seconde avant de me diriger vers le port où il y avait encore quelque pigeons. J'inscris sur un bout de papier en Enochien « ZOSH-TESH-VAL-TASH-LA » qui signifie, « Que la parole soit » je tendis le bout de papier juste en face de l'oiseau. Mais yeux prirent une lueur violette, soufflant à la suite sur le bout de papier les mots prirent formes d'un amas de poussière dorée qui recouvra l'oiseau. Je le regarde un moment, avant de m'exprimer.  

« Peux-tu transmettre un message au Clan Cromwell de ma part...

- Oh ! No soucis Sista, crache le morceau. J'suis tout à toi, Baby ! »

Eh ben, lui aurais-je donner trop de langage ? Enfin peu importe, vue que c'est temporaire...


********


Nous rentrâmes dans la mairie, à l'accueil un homme nous demanda si nous cherchions à recevoir des informations. Je n'y suis pas aller pas quatre chemin, je lui demande où trouver un hôtel dans le coin. Il était tôt, mais mieux valait-il se munir de corde de rappel, que partir à l'escalade sans rien. Il nous fallait un hôtel, ensuite nous iront à l'adresse où vit Henry J. Bennet. Bien entendu, Wyatt ne comprenait pas vraiment ma décision.

« Mais enfin, Kara... Henry est tout proche.

- Si on y va maintenant, on risque certainement de le mettre en danger. Regarde derrière toi ! »

Il se retourna vers le port, son expression...

« Ils ont de drôle de tenu pour des pêcheurs, ses messieurs nous suivent depuis que nous sommes arriver.

- Ok... ok, il va falloir mettre au point un...

- Plan, je sais. »

Lui souriais-je.

« Ok d'accord, va pour l'hôtel... »

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    Mar 15 Oct 2013 - 21:53






Légendes Urbaines

Chapitre 7


Armée d'un colt, seul arme que je puis utiliser sans trop de difficulté, je prenais route en compagnie de Wyatt pour la demeure de son jeune frère Henry J. Bennet. Nous avions attendu la nuit pour évité d'être repéré, les hommes qu'on avait aperçu dans la journée, étaient restés devant l'hôtel toute la journée. Nous avions dû sortir par une porte de service, espérant le semer sans avoir une course poursuite pour autant. Et pour l'instant, nous semblions pas être suivi, j'espérais vraiment que nous allions trouver Henry chez lui et je n'aimerai pas avoir fait tout ce chemin pour rien. Concernant les hommes qui nous ont suivi jusqu'à l'hôtel, était-ce des personnes qui travaillent pour la même personne qui a envoyé les trois types du train, ou pas ? Mais comment m'aurait-il reconnu ? Je pensais que c'était mon chaperon rouge qui me trahissait, mais apparemment non. Mais peut-être grâce au indication fournie par le roman « The Entity », ils ont pu faire un portrait robot dans mon visage. Chose qui est tout à fait possible avec tous les détails fourni par le roman.    

Il nous a fallu un peu près trente minute pour trouver la demeure de notre homme, la montre de Wyatt indiquait Minuit pile. Il n'y avait pas un chat qui courait les rues, pas un bruit à par les murmures emporter par le vent. La maison d'Henry était éteinte, dormait-il, ou était-il absent ? Wyatt et moi se regardèrent un instant avant de nous diriger vers la bâtisse. Je le laisse prendre les devant et frapper à la porte, peut-être que Henry serait moins sur ses gardes en voyant son frère aîné, qu'une inconnue sortie de nulle part... dans l'éventualité qu'il soit bien à la maison. Après avoir frappé une première fois, Wyatt actionna la sonnette de l'entrer et une lumière s'alluma au premier étage suivi d'un râlement : « Ouais, ouais j'arrive... J'ai entendu la première fois ! » On l'entendit descendre des escaliers, moi et Wyatt cacha nos arme sous la ceinture pour éviter la panique. J'étais pressée de voir à quoi ressemblait ce Henry, celui-ci ouvrit la porte. Son regard se posa sur Wyatt en premier après avoir enfilé ses lunettes. Il était plutôt sexy...

« Wy... Wyatt !

- Salut p'tit frère. »

Ils se prirent l'un et l'autre dans leur bras, suivit d'un « oh mon dieu » de monsieur Henry. Je trouvais cela très touchant, les retrouvailles de deux frères qui ne se sont pas vu depuis trois ans. Je souriais bêtement, que j'aimerais revoir ma famille aussi, mais je dois terminer mon apprentissage de witch et aussi faire de bonne action pour me repentir, sans compter... Qu'à présent il y a cette histoire à régler qui m'empêchera sûrement de revoir ma famille à jamais, si tout continue à prendre une mauvaise tournure. Je m'avance pour montrer que je suis présente derrière Wyatt, sans pour autant les interrompre par politesse. Henry se retourne vers moi et me demande si je suis la petite amie de son frère, son frère le repris tout de suite et de manière si enfantin. Je trouvais cette situation si comique que je ne pus m'empêcher de retenir un petit rire. J'allais m'apprêter à lui dire que j'accompagnais son frère, je ne tenais pas vraiment à lui dire qui j'étais tout de suite, quand il pris mes deux mains subitement.  

« Non, je sais qui vous êtes... Kara... Kara Halliwell, du clan Cromwell. »

Mon cœur se mit à battre d'un coup à une allure rapide, ce type me connaissait bel et bien. C'était donc bien lui le médium qui est lié à moi. Je regardais Wyatt, ce doute-t-il de ce qui vas advenir de son frère, si continue d'écrire ce qu'il voit. Henry serra ma main et ajouta qu'il fallait que je rentre, ainsi que son frère, ce qu'on fit. Nous étions assis sur un canapé confortable, qu'on je regarde la décoration du salon, j'ai vraiment l'impression que c'est une américaine d'un certain âge qui vit ici. Henry revient dans le salon après s'être absenté dans la cuisine, avec trois tasse de thé et des cookies... On dirait vraiment ma vieille tante. Il nous donna nos tasse, pris la sienne et s'assit à son tour au passage. Il y eut un silence avant que Wyatt le brise...    

« Alors, comme ça... Tu sais que c'est elle l'héroïne de tes histoires, tu n'as pas peur d'elle.

- Non, parce qu'elle n'est plus celle qu'elle était avant, le sixième tomes allaient parler de ce changement d'ailleurs. Deux hommes envoyés des cieux, sont descendus sur terre, afin de sauver Kara de son obscurité. »

Il veut parler de ces deux exorcistes qui sont à ma poursuite ? Ils veulent ma peau surtout. Je dépose la tasse et me retourne vers Henry, je dois être directe avec lui maintenant.

« Henry, dite-moi pour qui travaillez-vous ?

- Kara ! Me reprit Wyatt, tendit que son frère ne comprenait pas ma question.

- Des gens ont tenté de m'assassiner avec une bombe et je veux savoir pourquoi ?

- Kara, je t'ai dit qu'il n'y était pour rien ! Me reprit à nouveau Wyatt sur un ton élevé. Henry est innocent. »

Je savais que Wyatt ferait tout pour défendre son frère, il sera toujours de son côté. Je détourne la tête vers la fenêtre et soupire, quand Henry rajoute.  

« Non, Wyatt... Je ne suis pas si innocent que tu ne le croit.

- Que veux-tu dire... Demanda Wyatt, tendit que je me retourne de nouveau vers Henry avec curiosité.

- Dans cette histoire, je ne suis qu'un complice.

- Complice ? Repris-je.

- Oui, je suis désolé Kara, mais je ne suis pas réellement l'homme que tu recherches. »

Je reste silencieuse, le laissant poursuivre ce qu'il avait à me dire. Wyatt lui, ne comprenait plus rien, du moins, ne comprenait pas vraiment où son frère voulait en venir exactement, rien qu'à lire son visage cela se voyait.

« Wyatt, je sais que je t'ai dit que je voyais des choses c'est vrai d'ailleurs tu l'as vu par toi par la suite, mais je ne suis pas médium, en réalité cela faisait partie de ma couverture de te faire croire ceci. »

Moi et Wyatt échangèrent un regard avant d'écouter la suite.

« J'avais un jour postuler pour travailler à la CIA, tu te souviens. Ils avaient dit qu'il allaient prendre en compte mon CV et ils me rappelleraient dans dix jours. J'avais bel et bien reçu un coup de fil dix jours plus tard, il s'agissait d'une certaine Aliyah Manderly à l'appareil. Nous avons pris rendez-vous dans un café du coin, elle prétendait faire parti d'une branche spécial de la CIA. Je ne savais pas si elle disait vrai, mais elle avait de bon argument qui tenait la route par ailleurs. Je lui ai demandé alors, ce qu'elle attendait de moi. C'est alors qu'elle m'a raconté des tas de choses sur toi... »

Dit-il en me désignant.

« Moi ?

- Au début, je n'y croyais pas... D'ailleurs comment je pouvais croire en l'existence d'un monde surnaturel. Et pour tout vous dire, je ne l'ai pas cru jusqu'à maintenant, où je vous vois en chair et en os.

- Et alors, ensuite ? L'interrogeais-je.

- Eh, eh bien... Elle a dit que je serais très bien payer et voulant savoir où cette histoire allait m'emmener, j'ai accepté de faire ce qu'elle m'a demandé. C'est-à-dire, me faire passer pour l'auteur du Roman « The Entity ».

- Pour protéger, le véritable médium de moi.

- Exact, Aliyah savait que tu souhaiterais retrouver celui qui a fait ces livres. Je ne croyais pas à ses histoire de surnaturel, mais plus j'étais à ses côtés, plus je voyais ses délires ce concrétiser. »

Je comprenais mieux, Wyatt se leva avec un air inquiet affiché sur son visage, c'est alors que je lui demande ce qui ne va pas.

« Cette Aliyah savait que Kara chercherait à retrouver l'auteur de ce livre.

- Oui, d'où la bombe dans le train, non ? Lui dis-je.

- Non, tu ne comprends pas Kara... »

Un « clic » vient l'interrompre, Henry avait son arme pointé sur moi...

« Quand Aliyah apprendra que j'ai coincé l'entité du Diable, elle sera ravi de faire ta connaissance Kara... * Rire * »


To be continue...

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    Mer 16 Oct 2013 - 1:21






Légendes Urbaines

Chapitre 8


« Henry qu'est-ce qui te prend, baisse ton arme.

- Wyatt, nous sommes tous les deux des soldats, tu sais mieux que moi ce que cette chose représente pour notre nation... C'est une menace ! Si tu as lu les Romans, tu dois savoir de quoi elle est capable. »

Wyatt resta silencieux, alors voilà où on en était... Henry travaille pour Aliyah, il n'est pas retenu contre son gré, c'est un complice comme il l'a si bien dit. Il s'approche de moi arme toujours pointé en direction de ma tête, je suis à sa merci. Il me prévient tout de même d'éviter les mouvements brusque, d'évité de bouger tout court pour ainsi me désarmer de mon colt. Wyatt tenta de dialoguer avec son frère pour comprendre ses motivations, tenter de savoir où cette histoire le mènerait. Je ne crois pas que ma vie lui importe beaucoup dans l'affaire, tant que cela n'envoie pas son frère au purgatoire accidentellement. Henry affirma à son frère que c'est d'ordre humanitaire, que sa mission était importe, il lui demanda de lui remettre son arme à la suite. Wyatt hésita beaucoup avant de lui faire confiance et lui remettre son arme. Je me contente de rien dire, cherchant une solution pour me sortir de là, Wyatt demanda ceci...

« Qu'est-ce que la CIA lui veut alors... Est-ce la CIA qui a placé cette bombe dans le train ? »

Pourquoi lui remettre son arme et ensuite lui poser cette question, qu'est-ce que Wyatt à en tête ? Je ne vois absolument plus l'intérêt de trouver des excuses à Henry et la motivations de la CIA pour m'avoir. Minute, la CIA ? Pourquoi l'a CIA placerait une bombe pour me liquider, n'est pas les gentils eux ? Je comprends que la CIA tente de me liquider, mais pourquoi sacrifier au passage des civils ?

« Non pas la CIA, mais l'ASN ! »

ASN, je n'ai jamais entendu un groupe gouvernemental ou extrémiste qui porte ce nom, pourtant je voyage beaucoup. Je continue d'écouter la discussion qui s'était engagée entre les deux frère...

« ASN ? Ajouta Wyatt.

- « Armée Sans Nom » en français...

- Tu travailles pour eux ?

- Pas exactement, je bosse pour leur chef, j'en suis pas membre pour autant. Aliyah m'a promis de me faire rentrer dans la CIA si je l'aide à attraper Kara.  

- Cette femme a fait sauter un train, plein de vie innocente son perdu... Tu ne vas pas me faire croire que tu acceptes ça.

- Le train n'a pas sauté, tout comme les trois hommes qui portait les bombes ne sont pas mort... Tout ça n'était un leur pour vous donner une certaine illusion et Kara est tombé dans le piège. Malgré tout elle a quand même réussi à remarquer qu'elle était suivi même à Haven, enfin bon... »

Maintenant que j'y pense, je n'ai entendu aucune personne à Haven parler de train qui aurait dérailler lors d'une explosion. Hors qu'en temps normal, ça aurait déjà fait le tour de la ville, voire du pays entier, vue que c'était un attentat à la bombe. Et dieu c'est que les attentats à la bombe sont pris comme une déclaration de guerre aux américains après le 11 septembre. Wyatt demanda à Henry qui était l'Armée sans nom et d'où vient-elle ? Henry toujours l'arme pointé sur moi, lui répondit.

« Elle vient de toute part, ce sont les illuminati en mieux et plus hostile ? Les illuminatis se content de rester caché dans l'ombre, conspirer pour que la fin du monde arriver, alors que l'armée sans nom agit pour éviter que le monde s'arrête... C'est-à-dire éradiquer les choses surnaturels, ces abominations de la nature et elle, Wyatt, c'est une abomination qui va nous aider à trouver d'autres abominations. Le roman ne divulgue pas tout car, le médium ne voit pas tout.

- Mais si vous tenez Kara, vous tenez le secret du monde magique entre vos mains.

- Tu comprends vite, c'est pour cela que nous avons besoin d'elle vivante pour le moment. »

Quand il dit ceci, des hommes sortie de nulle part, d'autre entrèrent par la porte d'entrer et je reconnus parmi eux, les trois hommes du train. Henry expliqua alors, que pendant qu'il était dans la cuisine, il les avait appelé. Il y avait même une femme de race blanche parmi eux, elle aussi elle était membre de l'ASN. Elle vint et m'attacha les main, avant qu'il ne face quoi ce soit, je demanda tout de même ce qui me paraissait important sur le coup.

« Puis-je au moins savoir une chose ? Henry me regarda un moment avant de baisser son et répondre.

- Oui bien sûr pourquoi pas.

- Si tu n'es pas le médium, qui c'est ?

- Eh bien, il s'agirait d'un certain dénommé Alma Wake qui vivait auparavant ici, on le nommait l'enfant du phare. Mais je ne sais rien d'autre sur lui, à par qu'il a été très précieux pour l'ASN et nous a permis grâce à ses détails de t'attraper. Vous pouvez l'emmener, ce n'est plus de mon ressort à présent. »

J'espère que tu es content Wyatt, tu as pu retrouver ton cher frère. Je dois à présent faire face à mon destin, où m'emmenait-il ? Je n'en avais aucune idée. Mais plus important, je viens d'apprendre qu'il y a un groupe extrémiste qui tente d'exterminer les notre, l'ASN. Je ne pouvais rien faire les mains liés derrière le dos, ils m'emmenèrent dans une camionnette où je vis une dernière fois Wyatt aux côtés d'Henry avant d'y grimper.

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    Mer 16 Oct 2013 - 22:35






Légendes Urbaines

Chapitre 9


L'Armée Sans Nom avait réussi à mettre la main sur moi, apparemment après peut-être des années de recherche pour me localiser. Pourquoi me garder vivante, pour simplement leur être utile à localiser d'autre comme moi ? Leur médium n'est-il pas assez doué pour cela, un être pourvu de magie, ne peut-il pas les aider lui-même ? Ce médium serait-il une personne qui a grandi sans connaître le monde magique ? Pourquoi est-ce moi qu'il désir, n'ont-il pas encore localiser l'endroit où se situe la cité des witches ? Peut-être que le médium ne le sait pas, ne le voit pas ? Peut-être, on-t-il besoin de moi pour le découvrir ? Ou peut-être qu'il souhaite bien plus de ma part que je ne le crois, comme réaliser un vœu en particulier. Suis-je donc censée prendre en considération le lien que le Médium à fait avec moi contre mon gré ? Peut-être, est-ce la seule raison pour laquelle j'ai été prise pour cible par l'ASN, j'étais le seul être magique à avoir été repéré après le médium.

Il y avait deux personnes à l'avant de la camionnette, les quatre autres dont la femme y compris étaient à l'arrière avec moi, ou plutôt j'étais à l'arrière avec eux. J'étais un peu heureuse, parce que dans l'histoire je n'ai pas dû avoir à blesser le frère de Wyatt et le train n'a pas déraillé. La bombe qui a explosé n'était qu'un leur, une pièce monter exprès pour me faire croire à une chose à laquelle j'ai évidemment cru. Cela fait un quart d'heure que le véhicule roule, nous devions avoir quitté la ville d'Haven à présent. D'où j'étais, je ne voyais rien et je ne pouvais rien faire pour y remédier, je ne pouvais même pas tourner la tête sans les mettre sur leur garde... C'était pathétique, ils m'ont scotcher la bouche pour éviter que je leur jette soit-disant sortilège. Non, mais pour qui ils m'ont pris, une sorcière de Salem ? Une mélodie vient lentement traverser mon esprit, mélodie provenant des bas-fond de mon âme.

Elle fait remonter en moi un souvenir que j'ai avec ma grand mère me racontant l'histoire de Blood Red, le manoir maudit de la famille Rimbauer. Mais peut-être que je vous la raconterai une prochaine fois en temps voulu, pour l'heure, le véhicule s'arrête brusquement manquant de nous faire tomber moi et mes ravisseurs à l'arrière. La femme demanda à celui qui conduisait pourquoi il s'était arrêté comme ça, suivit d'un « putain », d'où on était en voyait pas grand chose de devant. C'était celui à côté du chauffeur qui répondit à sa question, comme quoi il y avait une vieille femme au milieu de la route. Ce qui sembla surprendre tout le monde sur le coup, ce qui n'était pas mon cas. Je ne comprenais pas vraiment ce qu'il y avait de surprenant, à voir une femme âgé sur la route, c'est son choix si elle a envie de se promener seul dans le noir et dans une forêt, non ? Le conducteur klaxonna pour commencer, puis descendit pour que la vieille dégage du chemin.

Elle ne semblait pas vouloir bouger d'après ce que j'entendais. Puis soudain, il y a eu ce flash aveuglant et le deuxième à l'avant du véhicule descendit du véhicule arme en main, ce qui me laissa perplexe sur le coup. Après des séries de coup de feu il y eut un autre flash. Cette fois c'est les quatre autres personnes à l'arrière avec moi qui descendit me laissant seul. Des flashs blancs illuminaient l'environnement, quand les coups de feu cessèrent... Je me demandais encore ce que je devais faire sur le coup, est-ce que je tente de m'échappe ou pas ? Quand les portes arrières de la camionnette s'ouvrèrent de nouveau, je n'arrivais pas croire qui j'avais en face de moi...

« Reine Aggatha ! Dis-je, le scotch toujours collé à la bouche.

- Heureuse de te revoir ma tendre enfant... Aller, dépêches-toi de sortir de ce drôle d'engin à roulette. »

Ce que je fis tout de suite, elle me détacha la main et m'enleva le scotch à la bouche. Je la regarde et rajoute.

« Mais que faites vous ici, Altesse ?

- Oh voyons Kara, pas de ça entre-nous, tu sais très bien que je n'aime pas cela... Appelle-moi tante Aggie. Me dit-elle si joyeusement.

- Qu'avez-vous fait des hommes ?

- Oh ils sont ici, ils vont très bien. »

En les observant, je dirais qu'ils étaient tous pétrifiés en fait, mais enfin soit.

« Mais toi, Kara comment vas-tu ? Ton dernier message m'as laissé présager que ça allait mal.

- Moi, mais je vais bien ma tante... Le danger vient d'eux, ils veulent exterminer les sorciers.

- Oh ils ne sont pas les premiers à le vouloir et à le tenter, mais si tu t'inquiète pour la cité des Witches sache qu'elle est très bien protégée. D'autre part, je suis venue ici pour te ramener avec moi.

- Mais ma tante, êtes vous certaine que c'est une bonne idée, je...

- Tu t'es bien débrouillée pour aider la cité, tu es différente de ce que tu étais il y a un an.

- Oui...

- Mais tu n'en es pas convaincu n'est-ce pas ? Me demanda-t-elle, je reste silencieuse, car c'est bel et bien ce que je pense, elle rajoute en sortant un chaperon rouge. Dans ce cas poursuit, ton apprentissage New-Mee a encore beaucoup de chose à t'apprendre, tu me fais penser à moi à ton âge... Qui sait, si tu deviens la sorcière que tu dois être, tu seras peut-être la prochaine à porter cette couronne. »

Par la barbe de Merlin, me chuchota-t-elle avant de rire... Etait-elle sérieuse ou pas, on ne sait jamais avec cette vieille excentrique. Mon cœur venait de rater plusieurs battement à cause de ce qu'elle venait de dire et elle, elle riait.

« Désoler si je rie, mais tu as fait une tête si drôle, ma chérie...

- Ce n'est pas très marrant ce genre de blague, vous savez ma tante ? Lui soupirais-je.

- Oui, c'est pour cela que s'en était pas une. Me dit-elle à nouveau, cette fois je me pétrifie sur place.

- Mais, pourquoi moi ? Je suis un monstre, j'ai fait tant de mal...

- Parfois, certains des gluants, lascif, petits monstres laids se révèlent être la belle. Je suis capable de voir dans ton cœur et il n'y a que pureté et bonté. Tu es une nouvelle personne aujourd'hui et cette personne est désormais sur la listes des prétendants aux trônes de City of the Witches. Continue à me montrer que j'ai eu raison de te désigner... Maintenant je vais y aller avant qu'on remarque mon absence.

- Quoi vous êtes venue ici en cachette ?

- Muahaha !

- C'est pas drôle, majesté... »

Peu après ma discussion avec tante Aggatha, nous sommes montées sur un carrosse volant... Oui volant, comment ? C'est simple, je possède le don Flying qui me permet de transformer un simple balai en balai volant, et voyez-vous, je tiens ce don de mon père qui est capable de transformer des carrosses, en carrosses volants, puis les chevaux qui les tirent lévitent grâce au pouvoir d'un lévitant qui est le chauffeur du carrosse. Tante Aggie me déposa à la gare la plus proche, avant que je ne parte, celle-ci me donna un nouveau chaperon rouge qui fut le sien quand elle était jeune. Je la remercie et partie, en route pour l'aventure et la découverte...

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    Jeu 17 Oct 2013 - 2:28






Légendes Urbaines

Chapitre 10

« Prequel »


Nuit d'éclipse de lune, au vent qui souffle à travers les arbres, dont les portes et les volets mal fermé claque à travers les rue désertique de la ville d'Houston... L'on peut entendre au loin les bagarres de chiens sauvages se battant pour avoir l'os encore garnie de viande, les hiboux roucoule dans l'ombre. Les grincements d'un panneaux de signalisations raisonne jusqu'aux oreille d'un couple de la cinquième avenue, pire encore ils doivent tous deux supporter les piaillement d'une bande de délinquant qui, encore une fois... Déambule dans les rues à une heure tardive, ne respectant pas au passage le sommeil des autres. Ils étaient cinq et se croyaient les caïds du Texas, allant jusqu'à provoquer le shérif de la ville à chaque fois que le moment se présente. Oh et quand il se faisait prendre, ces messieurs n'avait rien à craindre des représailles, ils se foutaient pas mal de ce que pouvaient penser les gens, ou même leurs parents.

Le plus jeune d'entre-eux avait 14 ans, le plus âgé, lui, avait 17 ans... C'est le garçon de 17 ans, qui trouva le chaperon d'un rouge magnifique au milieu de la rue. Il se demanda comment une merveille pareil pouvait se laisser perdre par celui ou celle qui le portait. Mais était-ce par hasard qu'un aussi magnifique chaperon se trouvait là par terre, au moment où des jeunes gens passaient par-là ? Les quatre autres garçons le rejoignirent et lui demandèrent ce qu'il avait bien pu trouver pour les lâcher sans prévenir. Le plus jeune demanda à qui pouvait appartenir ce tissu d'un rouge aussi rouge que le sang lui-même ? L'un des plus âgés lui répondit en lui demandant ce que ça pouvait lui foutre ? Le garçon de 17 ans ajouta, si le minus voulait l'offrir à sa « môman ». Ils aimaient bien maltraités les petits nouveau du quartier, Tobi, le garçon de 14 ans était un petit nouveau qui vient tout juste d'emménager. Sa mère l'avait déconseillé de suivre ces quatre voyous, ils étaient de mauvaises fréquentations...

Le shérif qui avait à l'œil la petite bande, avait fortement déconseillé d'approcher le gamin où de faire quoi ce soit qu'ils pourraient eux quatre risquer de regretter... aucun de la bande, ou du gamin n'a écouté leur aînée. Ils sont venu cherché Tobi tard dans la soirée et celui-ci, sortie par la fenêtre de sa chambre. Plus le temps passait, plus Tobi se rendait compte que cette soirée avait eu lieu simplement pour l'humilier à chaque occasion. La goutte d'eau en trop qui fit déborder l'eau du vase, n'était autre que le fait qu'il parle de sa mère qui fut obliger de déménager plusieurs fois pour trouver un boulot. La pauvreté était la première chose qu'on remarquait chez lui et sa mère, il n'aimait pas qu'on y face à allusion. L'un des délinquants demanda à Matt, celui âgé de 17 ans ce qu'il y avait écrit à côté de son doigt. La première fois Matt ne l'aperçue pas, la seconde en soulevant le pousse il vit écrit des inscriptions, il s'agissait d'un prénom et d'un nom.

« Kara Ha... Halliwell ?! Dit-il à voix basse essayant de voir ce qu'il avait écrit à travers le rouge de ce tissu.

- Quoi ? Demanda un des jeunes.

- Kara... Kara Halliwell, il y a écrit Kara Halliwell... »

Tout de suite après avoir dit pour la troisième fois « Kara Halliwell », une petite voix se fit entendre derrière le plus âgé, une voix de fillette répondant à l'appel de son nom. Celui-ci se retourna en sursaut et aperçu l'enfant qui lui faisait face. Elle avait les pieds nue, portait une robe rouge, la moitié de son visage était caché par sa longue chevelure brune et elle portait un petit balai noir entre les mains. La petite bande dans le plus grand furent assez surpris de voir l'enfant, qui devait avoir dans les 9 ans, ou moins, débarquer de nulle part... Ce n'était pas le cas de Tobi qui voyait rouge autour de lui, la colère se lisait dans son regard, tout le contraire de la petit fille, qui n'affichait aucune expression. Le plus grand demanda si ce tissu était à elle, l'enfant lui répondit que s'était bien son chaperon rouge, qu'elle avait égaré. Ils se mirent à rire dû à l'allusion qu'il y avait avec le petit chaperon rouge du compte des frères Grimm. Les rires aggravèrent la colère de Tobi, tandis que la petite fille n'afficha toujours aucune expression.

« Rendez-lui son vêtement maintenant... Hurla Tobi, les poings serrer à n'en plus faire circuler le sang dans ses veines.

- Où sinon quoi, tu vas nous frapper ? Dit un des garçons...

- Tu ferais mieux d'appeler ta mère la pauvre, elle a plus de chance que toi de nous amadouer, si tu vois ce que je veux dire. Annonça Matt en montrant l'index au niveau de la ceinture, il rajoute d'un ton amusé en voyant les yeux de Tobi ruisseler. Oh, le pauvre, il va pleurer.

- J'aimerais que vous disparaissiez, tous autant que vous êtes et que personne ne vous retrouve...

La petite fille qui était alors derrière Matt se retrouva à côté de Tobi, sans que personnes d'entre eux n'aperçoivent le moment où elle s'est rendu jusqu'à lui. La fille tendit sa main comme pour attendre d'être serré d'une autre main, qui dans cette situation semblait être celle de Tobi. Elle rajouta...

« Tu veux jouer avec moi ? »

Ne comprenant pas véritablement ce que la petite fille voulait lui dire à ce moment là, Tobi essuya ses larmes et serra la main de Kara, pensant lui faire plaisir en acceptant... Cependant, une fois que sa main est rejointe celle de la petite fille, il y eut un silence. Plus de rire énervant, plus de moquerie, plus une respiration à part celle de la petite fille et la sienne. La bande avait disparu, laissant qu'un des skates s'en aller frapper contre la bordure du trottoir d'en face sans celui qui le montait. Où étaient-ils tous passés ? Tobi regarda avec effrois la petite fille ramasser son chaperon rouge, que tenait Matt il n'y a pas une seconde. La peur se lisait sur ses yeux, quand il sentie une brûlure sur sa poitrine, un pentacle y était apparu avec des lettres bizarres. Il attrapa la fille ne sachant pas pourquoi il l'accusait, sentant qu'elle y était pour quelque chose, il lui cria de lui dire ce qu'il vient de se passer.

« On joue ! Affirma-t-elle d'un ton si calme, malgré les secousses de Tobi.

- Qu... quoi ? On joue à quoi ?

- Ben à Peter Pan... Je réalise tous tes rêves, en échange tu seras pour toujours mon garçon perdu ! »

Et il allait être effectivement pour toujours un garçon perdu, dix jours après l'événement... Tobi disparue à son tour, sa mère a prétendu à la police que son fils disait avoir rencontré un démon, qu'il avait fait disparaître les quatre jeunes en voie de disparition aujourd'hui. Elle a prétendu que son fils avait dit que la fille au chaperon rouge viendrait le chercher très bientôt pour l'emporter avec elle en enfer, elle pensait que son fils faisait des cauchemars, mais voilà qu'aujourd'hui... Il a réellement disparu, sans laissé de trace.

Chaque parole a des retentissements.
Chaque silence aussi...
De Jean-Paul Sartre.

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    Jeu 17 Oct 2013 - 3:19






Légendes Urbaines

Epilogue


L'histoire a montré qu'à chaque fois que l'homme était au bord d'un cataclysme, il trouvait la force de garder espoir et de continuer à se relever quoi qu'il arrive. L'homme doit sa survie dans le système grâce à sa nature complexe. Nous les sorciers, on peut dire que nous avons aussi un certain instinct de survie, une certaine nature complexe qui nous pousse à garder espoir même quand la situation semble noir. Nous sommes devenus la cible d'un groupe humain nommé ASN, nous sommes peut-être sur le point de participer une bataille entre deux espèces... Le début de la fin, voilà où on en était. Mais nous gardons tout de même le sourire et nous attendons, que cette bataille vienne à nous et pas le contraire. Moi, je continue mon voyage à travers l'Amérique afin de finir mon apprentissage, je souhaite devenir une bonne sorcière et je viendrais en aide en ceux dans le besoin.

Peu importe que l'ASN soit à ma recherche, peu importe qu'il y est un médium qui voit ma vie et qui la dévoile dans un Roman. Je sais mon clan, ma famille en sécurité et ça, c'est tout ce qui m'importe. Désormais, je voyage sur la route des Etats-Unis à la recherche de surnaturel. Ma nouvelle mission est de protéger les innocents des êtres surnaturels qui abusent de leurs pouvoirs et des esprits trop colèrique, quand j'en ai l'occasion, c'est ainsi que je vais parfaire mon apprentissage. Je monte abord d'une impala que j'ai acheté depuis peu, et je prends route vers le Nevada ou ma première mission sera d'enquêter sur la route 666 qui dit-on, est hanté par des cannibales que les Amérindiens ont nommé les Wendigos. Mon nom est Kara Halliwell et je suis votre sorcière bien aimée... Quel est votre souhait ?


Fin

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
EMPLOIS/LOISIRS : Marchande
LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
182/200  (182/200)
Point Membre:
217/200  (217/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Finola Halliwell
Ange & Démon
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    Jeu 17 Oct 2013 - 3:34






Supernatural


Tomes 1 : Légendes Urbaines [Sortie...]
Tomes 2 : Wendigos [Prochainement...]
Tomes 3 : Le secret de Masonwood [Prochainement...]
Tomes 4 : La Fontaine de Jouvence [Prochainement...]

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Supernatural "Legendes Urbaines"    

Revenir en haut Aller en bas
 

Supernatural "Legendes Urbaines"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» legendes urbaines
» Supernatural [Fantastique]
» Supernatural World
» Forum : Supernatural RPG
» légendes du pays des vikings... suite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Suivis du personnage :: || Solos-
Nos partenaires