AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un phénix qui ne renaîtra jamais. [Rhyan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Modérateur | Black Phoenix ~ Humain noir
Modérateur | Black Phoenix ~ Humain noir
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Nowhere to see
LOCALISATION : Un peu partout et nul part à la fois..
CITATION DU PERSONNAGE : Ce que l'on fait dans notre vie résonne dans l'éternité.

MESSAGES : 652
DATE D'INSCRIPTION : 01/12/2011

Niveau du personnage
Point RP:
116/200  (116/200)
Point Membre:
125/200  (125/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Un phénix qui ne renaîtra jamais. [Rhyan]   Jeu 10 Avr 2014 - 22:09

What I thought wasn't all
So innocent
Was a delicate doll
Of porcelain
When I wanted to call you
And ask you for help
I stopped myself
Gomen nasai for everything
Gomen nasai, I know I let you down
Gomen nasai till the end
I never needed a friend
Like I do now

La lune n'est pas très élévée dans le ciel; elle éclaire la pupille de leur yeux affaibli par la fatigue. La nuit est pourtant déjà bien lancée, des jeunes adultes s'agitent autour d'un feu sur la plage, la musique étant à fond. L'ambiance bat son plein.
Cela troublerait presque la quiétude de la non-conversation de jeunes gens, assis dans le sable, regardant la mer s'élancer brutalement puis se retirer doucement. L'eau est foncé, comme si un orage se préparait. Pourtant le ciel est dégagé, on voyait clairement la sphère blanche.
Les deux personnes assise dans le sable, calme, était un homme et une femme. Ou plutôt une adolescente, en apparence.
L'homme était chatain, les yeux bleus, avaient les cheveux mi-longs -ils lui tombaient au milieu des omoplates-  et il venait d'esquisser un sourire vers l'horizon. La jeune fille était blonde et avait l'air un peu plus sérieuse que le jeune homme. Le jeune homme sortit un joint et l'alluma, tira un peu dessus, avant de le tendre à la jeune fille. Une phrase déchira le silence.

- C'est bien parce que c'est toi, dit l'homme d'un air détendu.

Il souffla une longue fumée épaisse. La température n'était ni froide, ni chaude. Juste parfaite pour se sentir à l'aise avec un gilet. D'ailleurs le garçon était vêtu d'un pantalon clair, d'un t-shirt bleu foncé et d'un gilet rouge pour recouvrir le tout.

Il était évident que les deux personnes se connaissaient, mais à quel point ? On dirait qu'ils avaient partager beaucoup de moment ensemble, ils avaient l'air complice. L'homme croyait fermement au fait que l'amitié homme-femme n'existait pas. Il était évident qu'un homme et une femme ne pouvait pas être franchement ami sans qu'un jour, à un moment il se passe quelque chose. Cette théorie est vraie, pour lui, si il s'est déjà passé quelque chose. Et parfois il arrive même que ça refasse surface.

Brutalement. Sauvagement. Les sentiments renaissent de leur cendres, tel un phenix, tel l'espoir qui était confinée dans un coin en attendant le moindre signe. Une petite chose qui peut en déclencher une autre. L'effet papillon, qui fait que le coeur de quelqu'un se remet à battre au meme rythme que celui de quelqu'un d'autre. Sans raison spéciale apparente. Juste parce que, on se retourne et parfois on se rends compte que les choses n'ont jamais été aussi belle qu'avec cette personne. On regrette de ne pas avoir procédé autrement, on pleure, on supplie pour un nouveau départ de relation. Mais ça n'arrive jamais vous savez ? Si un jour vous avez foiré quelque chose avec quelqu'un, vous pouvez faire une croix dessus. A moins que cette personne vous aime vraiment. Mais parfois ce n'est pas évident. Pour elle, ça sera "un accident de parcours" ou encore pire "quelque chose qui n'a jamais vraiment existé". Mais pour lui ça a été plus fort que ça. Elle a sans doute sous-estimé la force de ce qui s'était passé ces soirs là. Ces soirs là où il longeait la mer, l'écoutant se jeter contre les rochers et il lui parlait, parlait et encore parlait. Il se délectait du son de sa voix avec plaisir.
Il souriait quand il souriait, il vivait pour elle. Il pensait à elle à chaque instant.
Où en est-on maintenant ? Tout a volé en éclat. Comme si un ciseau invisible était apparu et avait coupé le lien qui les reliait.

On ne peut jamais revenir en arrière. On ne peut qu'espérer un rebondissement inattendu. A ce niveau là, ça ne tient plus de l'espoir, ça tient du miracle.

"On a parfois le cœur soulevé par la sauvagerie du monde. On est écœuré par la montée de nouvelles tyrannies, le raffinement des anciennes, par les mensonges, l'odeur du fumier dans les villes et l'horreur qui pèse sur tous nos lendemains.

On s'engloutit alors dans un sombre désespoir. On a peur, on a honte et on est triste d'être humain. On réclame en pleurant une naissance nouvelle ou du moins l'admission par baptême dans une nouvelle confrérie.

Mais on redoute de ne pouvoir obtenir ni l'une ni l'autre. Que le monde refuse de s'arrêter pour nous. Et qu'on ne peut que le quitter d'un bond, pour plonger dans une douteuse éternité.

Notre foyer lui-même nous semble hostile, comme si tous les talismans qui définissaient notre identité s'étaient retournés contre nous. On se sent déchiré, mis en pièces et en morceaux. On comprend alors avec terreur que si on ne peut pas s'asseoir pour réunir ces morceaux et les assembler à nouveau, on va devenir fou.

Mais parfois se produit pourtant une manière d'événement mystérieux et éblouissant, qu'on contemple encore longtemps après avec un émerveillement mêlé du respect qu'impose le sacré."

_________________



Je suis un dragueur..:
 

.. Mais c'est seulement parce qu'on me le demande:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprentie Exorciste
Apprentie Exorciste
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : La victoire appartient à celui qui y croit le plus et surtout le plus longtemps.

MESSAGES : 153
DATE D'INSCRIPTION : 29/06/2011

Niveau du personnage
Point RP:
62/100  (62/100)
Point Membre:
44/100  (44/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Un phénix qui ne renaîtra jamais. [Rhyan]   Sam 12 Avr 2014 - 15:46

« The night is dark and full of terrors. »


Personne ne parle mais c'est tant mieux.
Personne ne parle parce qu'il n'y a rien a dire. Leurs yeux sont crayonnés vulgairement de fatigue et Rhyan, genoux contre la poitrine, se dit pour la cinquantième fois de la soirée avec un air amer.
« What if I was normal ? »
Alors elle souffle, elle souffle ses cris sourds qui s'en vont au large avec les vents marins, l'iode, et les malheurs terriens. Elle entrouvre les lèvres et toutes ces questions s'évaporent dans la nuit, espérant trouver une réponse. Mais il n'y en a pas. Il n'y en a jamais eu. Parce que Rhyan a du mal à se comprendre elle-même, elle s'éloigne toujours plus de ses croyances et de ce qu'elle pensait vrai. Rhyan grandit et elle s'enfuit du monde manichéen dans lequel elle était bien installée. C'est dur.
Simplement.

- C'est bien parce que c'est toi.

L'adolescente tourne la tête et attrape le joint avec un léger sourire en coin. Elle tire, une grosse et sale latte, d'un coup sec et s'amuse un instant à faire des rond avec l'épaisse fumée qui passe ses lèvres. Pour elle, rien ne salit ses poumons, non. Pour elle, le joint était comme un nettoyant qui décrassait ses poumons et laissait sortir ses angoisses, ses peurs, ses doutes puis ses complexes qui étaient toujours plus lourds à porter; c'était plus simple avec un roulé coincé entre ses lèvres rouge pâle.

Elle regarde alors Matt. Elle joue avec ses cheveux blonds du bout des doigts. Elle ne se rend même pas compte de ce geste qu'elle fait sans cesse, comme un tic, quelque chose de mauvais qui se colle à elle. Comme le fait qu'elle fasse craquer ses phalanges.
Ce qu'elle se met à faire en rendant le joint au brun. Leurs épaules s'effleurent, se touchent, encore. Elle ne sait plus ce qu'elle fait là, comment elle a atterrit ici, mais pourvu que le passé ne fasse pas surface. Faites qu'il ne la rattrape pas et ne meure pas à ses pieds comme le font les vagues.
Elle a été malheureuse, longtemps. Elle ne comprenait pas pourquoi elle était restée seule, cet été là, sans réponses. Qu'avait-elle fait de mal ?
Seule.
Elle avait été blessée, longtemps.
Puis elle avait appris à nager, simplement, à rester à la surface sans plus personne pour lui apprendre, ni aucune bouée. Comme si elle avait enfin appris à faire du vélo sans les roulettes. Elle avait été dépendante et quand tout avait enfin été fini, elle avait cru à un bonheur clair.
Mais elle avait eu tord. Tellement tord.

Elle ne parle pas, parce qu'elle n'a rien à dire. Elle ne parle pas parce que tout est toujours si lourd de sens. Elle préfère écrire, et se cacher. Dire des peut être, des je crois, et laisser ses avis tranchés au placard, laisser ses sentiments réels et ses certitudes. Elle sait ce qu'elle pense des gens. Elle le sait mais n'assume pas.
N'assume plus rien.
Alors elle sourit et reprend le joint avant de s'enfumer l'crâne parce que tout est mieux quand on vit dans le brouillard. Elle sourit et tout lui manque plus, encore. Torin, toujours, puis Shybaï souvent, Taki, toujours, et les jumeaux, parce qu'en ce jour elle est loin.

Loin de tout.

_________________



"- Et qu’est ce qui se passe si tu tombes amoureuse ?
- Oh... Me dis pas que tu crois à ces trucs là.
- J’te parle d’amour là, pas du Père Noël."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Black Phoenix ~ Humain noir
Modérateur | Black Phoenix ~ Humain noir
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Nowhere to see
LOCALISATION : Un peu partout et nul part à la fois..
CITATION DU PERSONNAGE : Ce que l'on fait dans notre vie résonne dans l'éternité.

MESSAGES : 652
DATE D'INSCRIPTION : 01/12/2011

Niveau du personnage
Point RP:
116/200  (116/200)
Point Membre:
125/200  (125/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: Un phénix qui ne renaîtra jamais. [Rhyan]   Dim 13 Avr 2014 - 0:29


I'll be here for you as long as you'll be here for me.

Summer has come and passed
The innocent can never last
Wake me up when September ends

Like my fathers come to pass
Seven years has gone so fast
Wake me up when September ends

Here comes the rain again
Falling from the stars
Drenched in my pain again
Becoming who we are

As my memory rests
But never forgets what I lost
Wake me up when September ends

Tandis qu'elle s'amusait à faire des ronds de fumées avec sa bouche, lui souriait tranquillement. Toute ces choses lui semblaient si loin et si proche à la fois. Il avait cet exaspérant défaut de toujours vouloir voir les choses du bon côté. C'était terrible parce que même quand il ne semblait plus y avoir d'espoir, il trouvait toujours un motif pour se dire que ça allait s'arranger.
Ici, il se disait, que oui peut-être que les chose avait changés, que la situation n'était plus comme avant, qu'elle avait évolué, lui aussi d'ailleurs, mais qu'est ce qui les empêchait de revenir en arrière concrètement ? Le fait de se dire "on a pas évolué durant tout ce temps". C'est pas vraiment une régression, plus une stagnation. Ces périodes qui vous semblent dorés, où vous ne retenez que le positif, où vous l'impression que tout vous souriez, ce sont ces périodes là que n'importe qui aimerait retrouver. Pour lui, elle représentait cette période.

Elle tourna sa tête alors vers lui. Il ne la regarda pas mais il senti ses yeux se poser sur lui. Qui était-il pour elle maintenant ? Un ami, un pote, une occupation ? Ou c'était plus que ça. Il y avait encore un lien, enfoui loin dans leurs esprits, qui les liait très, trop fortement mais qu'ils rejetaient parce qu'ils étaient trop orgueilleux. Sa main vint se joindre à ses cheveux pour les faire tourner entre ses doigts. Presque machinalement. Il avait l'habitude et ne bougea même pas. Il continuait de regarder l'horizon d'un air songeur et heureux à la fois.
Elle lui tendit de nouveau le joint qu'il prit d'un air nonchalant avant de s'exploser une nouvelle fois la gorge et les poumons. Il ne sentait plus rien, il s'y était habitué, c'était comme respirer un air différent. Rien de bien fou. Il lui repassa avec désinvolture.

Il se glissa derrière elle et passa une jambe de chaque côté de son corps puis colla son buste à elle pour ne faire plus qu'un avec elle. Il posa sa tête doucement sur son épaule. Si c'était ça leu relation au final ? De temps à autre, on se retrouve sur une plage, on se colle, on se donne un peu de chaleur humaine puis on repart chacun de notre côté, on vit nos vie normalement, comme si ce n'était qu'un merveilleux passage mais qu'on ne peut pas plus savourer que ça?
Il passa ses bras autour de sa taille qu'il vint poser sur son ventre doucement. Sans aucunes intentions derrière la tête, juste une envie d'affection. Quelque chose qu'elle pouvait lui apporter mais seulement si elle avait envie. Elle ne se forçait jamais, c'est quand elle voulait, où elle voulait. Il devait toujours se plier à ses désirs. Mais ça avait un petit côté joyeux pour lui. Il ne saurait décrire pourquoi.

Ca ne le touchait plus. Il avait arrêté de se soucier de ce qu'elle lui faisait payer. Oui, il lui avait fait mal. Il avait fait des choses qui avait sans doute dépasser tout ce qu'il voulait faire mais il n'avait jamais pensé à mal. Elle l'avait mal pris, et c'était compréhensible, mais en revenant en arrière... Il n'aurait jamais dû s'excuser. Parce que ce n'était pas que de sa faute. La responsabilité était partagé. Sauf sur une chose, mais il ne voulait pas revenir dessus. Pourtant, comme il l'appréciait beaucoup, il n'avait pas hésité à écraser sa fierté à coup de pied et à lui dire qu'il la voulait près d'elle. Et encore pour longtemps.
Il faisait tout son possible pour entretenir leur relation. Ce n'était pas forcément grand chose, des petites attentions, des petits mots, des photos envoyées par-ci par-là, mais il savait qu'il avait eût du mal à se faire une place dans son coeur, alors il n'allait pas abandonner maintenant. Il voulait être au creux de son coeur pour encore un bon moment. Mais était-ce forcément vrai dans le sens contraire ?

- Tu penses quoi de nous ?

Si je penche un peu la tête j'peux peut être arriver à voir le bâtiment des consultations
J'repense à toutes ces fois où on m'a dit :
T'es trop sensible
Mais ça va aller, fais pas cette tête
Bon ok, ce sera peut-être pas tous les jours la fête
Et le docteur de la tête qui me répète que c'est comme ça,
Qu'il faut que je l'accepte
Que c'est comme le diabète, qu'il faut vivre avec
Alors j'essaye chaque jour que Dieu fait
J'ai pas dit mon dernier mot t’inquiète
Y'a rien d’écrit, rien d’écrit
Et nique la voix qui m'dis
Tu s'ras schyso, bipolaire, trop fragile, suicidaire
Tyrannique, incurable, repoussant
Pas regardable
Tu s'ras sadique, narcissique, voyeur, pervers
Egocentrique, destructeur
Dépressif, obsessionnel, compulsif
Tu s'ras damné, condamné
Étendu sur la chaussée
Déformé, mal branlé
Démolit, trois fois rejeté
Tu seras c'qu'on dit tu discutes pas
Ici bas, c'est comme ça

_________________



Je suis un dragueur..:
 

.. Mais c'est seulement parce qu'on me le demande:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprentie Exorciste
Apprentie Exorciste
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : La victoire appartient à celui qui y croit le plus et surtout le plus longtemps.

MESSAGES : 153
DATE D'INSCRIPTION : 29/06/2011

Niveau du personnage
Point RP:
62/100  (62/100)
Point Membre:
44/100  (44/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Un phénix qui ne renaîtra jamais. [Rhyan]   Dim 13 Avr 2014 - 21:01

« N’avez-vous jamais fait ce rêve étrange et glaçant : celui où vous savez pertinemment que vous n’êtes pas folle mais où personne autour de vous ne semble du même avis ? »



Rhyan se perd, parfois. Rhyan s'oublie, souvent. Elle aimerait s'échapper, toujours. Prendre du recul, aller à quelques centaines d'années lumières de la terre pour essayer de comprendre son monde un peu mieux. Comment il fonctionne.
« Quand on voit la Terre de l'espace
On oublie ses problèmes
Mais j'ai les pieds sur Terre »
Rhyan ne peut donc pas. Elle reste là, les pieds bien liés au sol par un boulet marqué de quelques lettres p a s s é. Enfin pas que, bien sûr. Il est lourd de toute façon ce boulet là, et même si la jeune blonde est assez forte pour le traîner sans qu'il ne se remarque, elle n'arrivera jamais à s'envoler. Même plus dans ses rêves. Enfin, ça la fait encore rire, que sa réalité déteigne sur son imaginaire, mais bien vite, cela sera à son plus grand dam.

Elle se demande si c'est ça, être adolescent. Rire puis se retourner et sentir son masque se déchirer de ses pommettes alors qu'elle se croyait sincère. Etre fatiguée alors sentir la déprime se glisser entre ses doigts, coupante comme des lames, puis revoir les bonnes personnes et trouver son monde merveilleux. Avant de les sentir partir. Et agripper la solitude fort contre son coeur à la nuit tombée.
Oh, la solitude, c'est pas méchant après tout. Ca ne mord pas. C'est parfois un peu lourd à porter à bout de bras mais ça ne vous agresse pas. Mais c'est comme quelqu'un avec qui on a pas choisit d'traîner, parfois, on en peut plus.

Et ce soir là, il y avait Matt, qui avait finalement changé de place. Elle sentait son torse contre son dos et ça avait quelque chose de rassurant, de normal, quelque chose qui se devait d'être là quand tout le reste ne pouvait plus tenir droit. Il fallait qu'il soit là. C'était important, même si c'était faux elle y croyait tout de même un peu. Non, Matt ne serait pas là pour toujours, sûrement pas même. Il allait avoir un moment où ça allait se déchirer ou simplement s'effilocher et finir par tomber. Peut être même qu'ils ne s'en rendraient pas compte. Peut être même que quand ils raconteraient des histoires à leurs enfants, ils ne se souviendront pas de ce qui les avait unis.

Qu'est-ce qui les avait unis ?

Ce qui se ressemble s'assemble, hum ? Mais qu'avaient-ils de similaire, alors ? Rhyan soupire et se recroqueville un peu, pose sa main sur celle de Matt elle-même sur son ventre comme pour se convaincre qu'il est là, encore.
Qu'il ne partira pas, cette fois.

Il lui rend le joint, et elle l'attrape vivement entre ses doigts délicats, garde le bout rougeoyant face à elle et murmure.

- Ce n'est pas pour toi, ce genre de merde.

Et elle compte bien le garde, par ailleurs. C'est elle qui peut fumer ça, s'encrasser et sourire, se pourrir et en rire. Pas lui. Il n'avait pas le droit. Elle, se sentait libre aux yeux des autres mais était enchaînée de tous les côtés. Les chaînes de fumée invisibles restent présentent. Alors ouais, elle, elle fumait. Lui, non. Parce que ç'aurait été aberrant et elle avait besoin de ce côté qu'elle aimait comme haïssait : son stupide optimise.
Stupide.
Ca l'irritait, et elle se retrouvait là, seule face à des mots qu'elle ne pouvait pas comprendre, souvent. Elle était seule entre quatre murs, se tenant loin de la lumière comme si les murs eux-même étaient crispés. Elle ne pouvait ni accepter ni assimiler d'où venait ces mots là. Impossible. Elle était si différente, si loin, il restait toujours hors de portée, hors de toucher, elle n'avait pas le droit à ses bras ni à son sourire alors pour une fois qu'elle pouvait elle n'avait pas envie de bouger. Et pourtant, il allait finir par faire froid, ils allaient devoir se séparer, partir, mais ça n'avait pas d'importance tant qu'il était là, quelque part. Qu'elle n'avait qu'à demander pour recevoir.
Enfin, si elle restait solide.
Parce que Rhyan avait tendance à se liquéfier, et personne n'était jamais là pour la ramasser, parce qu'elle préférer de loin rester transparente, et couler sous les yeux aveugles des autres.
Chacun sa nature. Ils n'avaient rien de similaire et pourtant il y avait ce truc, cette boîte, ce fil si épais, si grand qu'ils partageaient. Un truc en commun, tout à fait. Aussi étonnant qu'il puisse paraître.

« When you're at the end of the road
And you've lost all sense of control
And your thoughts have taken their toll
When your mind breaks the spirit of your soul
Your faith walks on broken glass
And the hangover doesn't pass
Nothing's ever built to last
You're in ruins. »

- Tu penses quoi de nous ?

Alors Rhyan se renfrogne; elle n'aime pas les questions. Sûrement qu'il le sait, et tant pis, elle a qu'a y répondre sincèrement un peu plus souvent, sans détours, mais elle ne peut pas. Elle ne peut pas; ne sait-il pas encore ?
Elle n'aime finalement rien comprendre parce que comprendre est blessant, agaçant. Ce n'est pas comme elle le voudrait. Jamais.
Pourquoi es-tu si loin, Matt ?

- Rien, répond-elle.

Voilà, rien, elle ne pense rien, parce que c'est toujours si emmêlé. Pourtant, y'a des tas trucs qu'elle aimerait dire mais qu'elle préfère hurler, hurler dans ses cris sourds quand elle plaque ses mains sur ses oreilles pour ne plus qu'entendre son coeur, et se rappeler qu'elle est réelle et en vie.
Malgré toute l'étrangeté planant dans sa tête.
« La vie n'est pas écrite et pourtant je voudrais que les secondes qui passent me promettent que je n'te perdrais jamais. »
Tu n'entends rien, n'est-ce pas Matt ?
Comme si tu pouvais.
Elle ne demande pas la pareille non plus. Pas que ça ne l'intéresse pas, mais ça lui fait peur. L'échec, tout ça, c'est pas joyeux. Elle préfère son torse contre son dos et un joint presque entièrement consumé entre ses doigts. Elle ne veut plus bouger. Plus jamais. Rester dans ce rien parfait et inimaginable. Plus rien ne lui fait peur en cet instant, vous ne comprenez donc pas ?
« You know nothing, Jon Snow »
Elle n'a plus à se faire de soucis pour quoi de se soit. Plus de risques. Plus de peut être. Juste Matt et Rhyan. Rhyan et Matt.

- Parle de moi à tes enfants, un jour, s'il te plaît, dit-elle finalement.

Parce que le monde de Rhyan est encore construit de poésie, de promesses, de jolies phrases faites avec de vilains mots.
Des mots partout.
Des mots toujours.
Il n'y a que ça qu'elle sache manier de toute façon.

« Did you try to live on your own
When you burned down the house and home
Did you stand too close to the fire ?
Like a liar looking for forgiveness from a stone »

_________________



"- Et qu’est ce qui se passe si tu tombes amoureuse ?
- Oh... Me dis pas que tu crois à ces trucs là.
- J’te parle d’amour là, pas du Père Noël."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Black Phoenix ~ Humain noir
Modérateur | Black Phoenix ~ Humain noir
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Nowhere to see
LOCALISATION : Un peu partout et nul part à la fois..
CITATION DU PERSONNAGE : Ce que l'on fait dans notre vie résonne dans l'éternité.

MESSAGES : 652
DATE D'INSCRIPTION : 01/12/2011

Niveau du personnage
Point RP:
116/200  (116/200)
Point Membre:
125/200  (125/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: Un phénix qui ne renaîtra jamais. [Rhyan]   Ven 18 Avr 2014 - 0:13

Mirrors on the ceiling,
The pink champagne on ice
And she said we are all just prisoners here, of our own device
And in the masters chambers,
They gathered for the feast
The stab it with their steely knives,
But they just cant kill the beast

Matt est un gentil garçon. Il écoute ce qu'on lui dit de lui faire. Il est docile après tout et plutôt à l'écoute. Il ne vous causera pas de problème de manière générale et tentera de vous aider si vous lui semblez bon. Souvent souriant, il aime que ce sourire se répercute sur votre visage. Mais il y a une chose à ne jamais, jamais, jamais faire.
Le trahir, l'humilier et le trainer dans la boue. Ses petits défauts étaient qu'il était rancunier, très très rancunier mais aussi persévérant dans la rancune. Tant que vous ne seriez pas dans la pire position qu'il peut vous mettre, il ne sera pas satisfait. Parfois, il éprouvera de la pitié pour vous, mais jamais il ne relâchera l'étreinte. Agissant dans l'ombre, il se satisfait de voir que les autres tombent comme des mouches suite à ses stratégies. Il en rigole tout seul, une sorte de machiavélie.
C'est mal, très mal. Mais il est né comme ça, c'est son éducation, c'est son sang, c'est sa fierté. Un égo si démesuré qu'il a de la peine à s'excuser, quand bien même il serait en tort. Un égo si immense que s'il se suicidait du haut de celui-ci, il ne retomberait probablement jamais.
C'est lui, simplement.

Elle posa sa main sur celle de Matt. Il sentit sa chaleur, son énergie, son calme et son anxiété en même temps. Il la connaissait bien et il savait quelque chose la travailler mais tenter de percer la carapace de Rhyan c'est comme... tenter de percer un mur blindé. Avec les bons outils, avec du temps et de la persévérance vous y arriverez.
Moi ? Ca fait longtemps que j'ai rendu les armes.
Cette fille peut te faire croire que tu arrives à la cerner mais tu n'y arriveras pas. Tu peux deviner ce qu'elle est et le lendemain elle jouera un autre rôle que tu ne connaîtras pas. Elle peut toujours te surprendre. C'est aussi ce pourquoi Matt l'aimait, elle se réinventait chaque jour et il aimait découvrir chaque facette de sa personnalité. Cependant, quelque chose ne changeait jamais : sa stabilité dans l'amitié. Elle a au moins ça pour elle. Matt vous dirait honnêtement que, si on la connait bien, on peut lui faire confiance. On peut lui confier les choses importantes, ça ne ressortira pas.
Elle n'aide pas spécialement mais elle écoute au moins.
C'est ce genre de personne que Matt aime. Des gens bien, selon lui.

- Ce n'est pas pour toi, ce genre de merde.


Matt sourit suite à son dernier murmure. Non, ce n'était pas pour lui. Mais il la suivait dans ses conneries après tout. Il était accroc à elle, si on pouvait dire. Pas accroc dans le sens, il n'arriverait pas à se passer d'elle, parce qu'il y arrivait. Mais il était accroc dans le sens où ses pensées étaient souvent tournés vers elle. Il se demandait, qu'est ce que c'est sa vraie vie ? Qu'est-ce qu'elle est vraiment derrière son masque ?
J'aimerais être à côté d'elle et savoir tout ça. Lui parler des heures sans qu'elle ne se cache, apprendre à la connaître vraiment sans que TU te caches. Je veux savoir.
Mais ça n'arriverait jamais, il savait baisser son égo pour elle, la réciproque n'était pas vraie. Il ne lui en voulait pas pour autant.

- Rien

Elle répondait à sa question d'avant. Il sourit : ce type de réponse ne l'étonnait pas. On lui posait une question à peine personnelle et elle faisait le hérisson, se recroquevillait et sortait les piques, histoire de dire qu'on ne saurait pas ce qu'était le fin fond de sa pensée.
Pour elle, on doit obéir. Pour lui, on doit juste être à l'écoute.
La vie est faites ainsi.
Il la serra et ferma les yeux, paisible. Après tout, pourquoi se quereller mentalement ? Il avait la chaleur d'une belle fille, l'océan et le silence pour lui tenir compagnie. Il pouvait difficilement rêver mieux. Surtout quand cette fille était vraiment sublime. Il le pensait vraiment, même si elle ne voulait pas l'entendre.

- Parle de moi à tes enfants, un jour, s'il te plaît, dit-elle finalement.


Matt partit dans un petit rire doux. Cette enfant était amusant parfois.

- J'espère que tu leur parleras de moi aussi...

Il marqua un petit temps d'arrêt avant de poursuive.

- Ca sera une évidence si tu le choisis.

Le jeune homme espérait bien que le sous-entendu était passé. Il l'embrassa dans le cou, avec toujours un grand sourire aux lèvres.

Il suffirait de presque rien
Peut-être dix années de moins
Pour que je te dise "Je t'aime"
Que je te prenne par la main
Pour t'emmener à Saint-Germain
T'offrir un autre café-crème

Il suffirait de presque rien
Pourtant personne tu le sais bien
Ne repasse par sa jeunesse
Ne sois pas stupide et comprends
Si j'avais comme toi vingt ans
Je te couvrirais de promesses

_________________



Je suis un dragueur..:
 

.. Mais c'est seulement parce qu'on me le demande:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprentie Exorciste
Apprentie Exorciste
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : La victoire appartient à celui qui y croit le plus et surtout le plus longtemps.

MESSAGES : 153
DATE D'INSCRIPTION : 29/06/2011

Niveau du personnage
Point RP:
62/100  (62/100)
Point Membre:
44/100  (44/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Un phénix qui ne renaîtra jamais. [Rhyan]   Ven 18 Avr 2014 - 22:13





« Dont tell me if I'm dying, 'cos I don't wanna know,
If I can't see the sun, maybe I should go.
Don't wake me 'cos I'm dreamin', of angels on the moon
Where everyone you know, never leaves too soon »

Rhyan est une gentille fille. Elle est persévérante, quand elle veut vraiment fort quelque chose, quitte à se détruire; jamais quitte à se mentir. Elle essaie de toujours rester lucide, mais vous savez, c'est souvent plus dure que ce qu'elle ne croit. Parce que Rhyan se protège sans cesse. Sans arrêt, jamais. Elle ne veut pas que les gens sachent tous. Qu'ils ne sachent rien c'est aussi bien !
Mais après tout, qu'est-ce qui serait pire, Rhyan ? Que Torin soit encore en vie mais qu'il ne t'aie pas recherché, ou qu'il soit mort ?
Tu peux sourire parce que tu sais bien ce que tu choisirai, parce que l'autre serait trop blessant, trop humiliant. Ton propre égoïsme te fait peur, parfois, mais finalement le vrai problème et tu le sais, ce sont tes terreurs.
Tu as peur, tout le temps. Ton cerveau aime te faire des petits best of de tout ce qui pourrait arriver de pire, de tes hontes et de tes humiliations. Et tu te recroqueville, tu t'éloignes et tu te dénigres, voilà, plutôt que de tenter ta chance tu préfères te bassiner que ce n'est même pas la peine de tenter.

Pourtant, vaut mieux mourir avec des souvenirs qu'avec des désirs. Des rêves même pas entamés.
Et tu l'sais.
Mais tu n'changes rien.
Pauv'hérisson.
Alors quand les choses arrivent à elle sans qu'elle ne se soit battue pour, elle apprécie plus que personne, et profite, profite chaque seconde et chaque instant. Et bien plus encore. Parce que Rhyan est toujours en colère, et si un jour elle perd sa haine, tout sera perdu, car elle n'aura plus la force pour rien.
En attendant, elle a la rage. Tout le temps.
Un jour, elle s'était levée simplement, et alors qu'elle ouvrait les yeux elle avait senti cette boule dure au creux de son estomac. Elle avait tout fait pour que ça s'en aille mais elle n'avait rien pu changer. C'était là, c'était resté. Ses yeux froids et distants des jours de doutes en disaient plus long sur elle que n'importe quel sourire sincère, et quiconque avait traversé ses jours maussades, ses regards gris et ses rictus méprisants pouvait affirmer qu'il la connaissait.
Ainsi, sa hargne était restée. Logée. Bien au chaud. Et bien nourrie.

« Do you know, that everyday's the first
Of the rest of your life? »

Matt se mit alors à rire et elle se retrouva à nouveau dans ancrée dans sa réalité. Les yeux lourds de fatigue, toujours, et gris de doutes, elle sentait les épaules du jeune homme se secouer dans son dos.
Tout était meilleur que le silence de toute façon.
Alors elle sourit, mais en coin, vit'fait, à sa façon. Un coin de lèvre qui s'affaisse et un peu d'air expiré avec un peu d'amusement. La fatigue la rend aigrie, elle devrait faire plus attention, les rares moments qu'elle a avec Matt sont déjà suffisamment rares pour qu'elle ne puisse se permettre de les gâcher. A quand sera le prochain, hum ?
A quand sera le prochain..

« You can tell me all your thoughts
About the stars that fill polluted skies
And show me where you run to
When no one's left to take your side
But don't tell me where the road ends
'Cause I just don't wanna know
No I don't wanna know »


- J'espère que tu leur parleras de moi aussi...

Elle aimerait savoir. Elle aimerait savoir, mais elle ne sait pas si elle le fera. Elle ne sait même pas si elle aura des enfants, si un jour ça sera le bon moment. Après tout, avoir des enfants, c'est égoïste, ce qu'est parfois Rhyan malgré tous ses efforts.
Eh, les enfants, est-ce que je peux vous raconter une histoire ? L'histoire d'une vie ?
Ou pas.
Peut être juste l'histoire d'un début d'adolescence, de cinq ans, de dix, vingt ?
Allez savoir.
Alors est-ce que vous voulez entendre une histoire, les enfants, une histoire qui a parut si vraie pendant un instant qu'on l'aurait crue éternelle. Mais que votre mère n'arrivait pas à savoir, parce que comme toujours, elle avait peur, mal, et elle était en colère.
Puis elle était fatiguée.

Laide et vaincue.

- Ca sera une évidence si tu le choisis.

Elle sent les lèvres de Matt s'écraser contre son cou. Elle ferme les yeux. Ses paupières se retrouvent et elle ne voit plus les roulis de la mer. Elle se perd, dans le noir recherché.
Ce n'est pas tentant, d'être enceinte.
Est-ce que tu te rends compte de ce que tu dis, Matt ?
Est-ce que seulement tu réalises ?
Le monde est en guerre. Shy est enceinte. Taki était a deux doigts de mourir et Londres est sous le cendres. Elle même est en guerre avec sa propre personne. Sans cesse. Elle voudrait tellement de choses !
Elle voudrait être tellement de choses.
Comment faire naître un enfant qui n'aurait pas de père ? Ni de mère ?
Un enfant qui ne serait finalement à personne, et qui regarderait silencieusement le monde comme quelque chose qui ne le concernerait pas, comme Rhyan avait longtemps fait avant de rencontrer ce qui se rapprocherait le plus d'une famille.
Une famille avec un cactus.

- Dans une dizaine d'années peut être, lâche-t-elle finalement.

Elle presse la main du garçon mais se lève. Elle n'aime pas être contradictoire, elle l'est, voilà tout. Alors seulement, il la perd.
Elle se lève et débarrasse son short en jean des grain de sable, réajuste son débardeur bordeaux et repositionne sur ses épaules le gilet de laine long et distendu d'une couleur crème.
Il la perd.
Mais il doit avoir l'habitude n'est-ce pas ?
Elle reviendra il le sait. Elle reviendra parce qu'elle a besoin de lui a c'qui paraît.
Le vent lui arrache le gilet des mains et elle le laisse flotter avec elle, avec ses cheveux, avec son amour.

Alors regarde là Matt, et rappelle toi. Rappelle toi qu'elle n'est pas tienne, ni acquise, mais que quoi que tu fasses, elle ne sera jamais loin, et toujours à portée d'main.

_________________



"- Et qu’est ce qui se passe si tu tombes amoureuse ?
- Oh... Me dis pas que tu crois à ces trucs là.
- J’te parle d’amour là, pas du Père Noël."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Black Phoenix ~ Humain noir
Modérateur | Black Phoenix ~ Humain noir
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Nowhere to see
LOCALISATION : Un peu partout et nul part à la fois..
CITATION DU PERSONNAGE : Ce que l'on fait dans notre vie résonne dans l'éternité.

MESSAGES : 652
DATE D'INSCRIPTION : 01/12/2011

Niveau du personnage
Point RP:
116/200  (116/200)
Point Membre:
125/200  (125/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: Un phénix qui ne renaîtra jamais. [Rhyan]   Mer 23 Avr 2014 - 0:21


I'm already onto you


I won't break down tonight.
I feel it for the first time.
I feel it for the first time.

I found a new place here.
I'm coming down fast.


L'orage ne se tait pas. Il éclate sans cesse et crée des torrents qui se noie dans les réseaux, embrouillant le tout. Il ne peut plus, il ne sait plus, il n'est plus capable de réfléchir. Il a juste besoin de poser sa tête et de sentir le monde retomber sur épaules.
Le jeune homme était persuadé que sa phrase avait fait réfléchir Rhyan. Comment pouvait-on être insensible à ce genre de "demande" ? Personne ne l'est. Tout le monde y réfléchit, ne serait-ce qu'une seconde même si c'est pour apposer un catégorique non. Il continue à sourire, il sait qu'il a touché à un point sensible. Parce que ça remet tellement de choses en cause.
Il le sait, c'est impossible. Il n'a même pas besoin de poser la question pour savoir que c'est non. Mais il demande tout de même, parce que c'est un rêveur sans limite. Un rêveur qui aspires à d'autres rêves parce que tout les siens se sont envolés sans une once de pitié pour lui.

Lorsqu'on est au bord du gouffre, on se raccroche à ce que l'on peut. Même si les morceaux de la falaise glissent délicieusement sous nos doigts, on essaye. On ne veut pas se dire que la mort est proche. On croit atteindre le fond, mais ça n'est jamais vraiment fini hein ? Son bord du gouffre, à un moment fût Rhyan. Elle aurait pu écraser sa main et le regarder se faire happer par les ténèbres somptueux, mais elle a préféré le relever. Rien ne ressemble à ce qui était.
Cramponne toi à la putain de réalité sinon tu t'envoles. Sinon on te ramène sur terre et on te colle la tête au sol pour que tu bouffes toute la poussière possible pour te faire comprendre à quel point t'es une merde. Tant que tu n'as pas prouvé ce que tu es, tu n'es rien. Quand bien même un jour tu prouves, il te faudra éprouver encore maintes difficultés car après les preuves vient la jalousie et la confirmation. Si elle n'arrive jamais, le feu s'attise et s'enflamme pour former un immense brasier, rendant l'atmosphère incandescent. Tu es plein d'oxygène, le feu t'embrase comme un phénix.
Comme un phénix, tu vieillis, tu t'affaiblis, tu ne ressembles plus à rien, tu n'es plus toi, tu n'es plus rien. Puis un jour tu touches le fond.
Le fond.
Puis, lorsque tu croyais que tout était fini, tu renais de tes cendres. La vérité semble encore trop dur à accepter et tu préfères fermer les yeux devant tout ce que tu as subis plutôt que d'accepter la réalité. Tu as honte de toi. Mais le phénix un jour, redevient flamboyant et brillant.
Ce jour là, l'évidence est là, le silence se fera devant le deus ex machina.

- Dans une dizaine d'années peut être, lâche-t-elle finalement.

Et elle pressa la main de Matt avant de se relever, comme pour fuir un obstacle qui lui semblait bien trop grand, comme infranchissable. Comme si elle ne pouvait pas se convaincre qu'elle serait un jour capable de le franchir. Elle préférait détourner les yeux et se dévaluer aux yeux de tout le monde plutôt que de se motiver, prendre son élan et réussir.
C'est plus facile de regarder le sol et de s'en aller. La facilité, toujours.

Il la regarde partir, marchant, le vent tirant son gilet. Il attraperait la lune pour elle. Que ne ferait-on pas pour les yeux d'une jolie fille ?
Il se releva et la rattrapa calmement avant de l'attraper par la taille et la tirer doucement vers lui.

- I'll never let you go, murmura-t-il.

Whatever happens. Even if you are down in the dumps.

C'est toujours ta seule réponse,
Quand je te dis qu'il vaudrait mieux,
Ne plus se revoir nous deux
J'étais certain cette fois
Que rien ne me retiendrait
On se trompe quelques fois
Une larme a tout changé
Rien qu'une larme dans tes yeux,
Et soudain je réalise
Je réalise que de nous deux
C'est moi le plus malheureux
Par ma faute trop de fois
Mon amour tu as pleuré
J'ai voulu partir cent fois
Et cent fois je suis resté.
Je comprends combien je t'aime
Je t'aime et je veux te le dire
Je veux te revoir sourire

_________________



Je suis un dragueur..:
 

.. Mais c'est seulement parce qu'on me le demande:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un phénix qui ne renaîtra jamais. [Rhyan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un phénix qui ne renaîtra jamais. [Rhyan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: ▐ Z.O.N.E R.P.▐ :: ● ● Amérique :: || Etats-Unis-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :