AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ange & Démon
Ange & Démon
avatar

LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1105
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
213/200  (213/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely   Lun 5 Juin 2017 - 7:18

La sorcière pourpre et le petit chat blanc



Un vent frais souffle légèrement, un vent propre aux péripéties météorologiques canadiennes. Un pays bien fascinant, ma foi. J'y ai posé les pieds qu'une fois dans ma jeunesse et cela remonte désormais à bien loin. Tout est différent aujourd'hui, ce monde à bien trop vite évolué pendant mon sommeil. Un homme a marché sur la lune paraît-il, c'est incroyable comme l'humanité a progressé. La science et la technologie rivalisent désormais avec la science magique, je suis à la fois intriguée sans toutefois vraiment l'être. Je n'ai pas vraiment besoin de la technologie pour survivre, c'est la magie qui m'a conduit à être celle que je suis devenue. Sadima est envoyée en mission dans un pays étranger pour ses recherches, j'ignorais que j'avais dévoré l'âme d'une aventurière... J'aurais probablement réfléchi à deux fois avant de la supprimer et l'assimiler. Toutefois, à force de bouger et d'être toujours en mouvement, mon corps redevient de plus en plus fort.
Et puis, Sadima est une gentille dame aux attraits physiques digne d'une combattante, elle s'entraîne énormément. Mon corps est toujours à sa limite de l'épuisement lorsque je reprends le dessus sur cette enfant. Il est vrai que le corps d'origine de Sadima était costaud, je l'ai tué par surprise d'un coup dans la nuque, mais peut-être m'aurait-elle aisément vaincu si elle m'avait vue venir... Si elle avait vu venir sa mort. En tout cas, cette enfant débordante d'énergie m'est très utile si je dois être sincère finalement. Je dois récupérer mes forces, mais si je peux être un peu plus forte physiquement, pourquoi pas laisser faire Sadima... Lorsque j'aurais atteint un niveau acceptable de force, je retournerai à la cité des sorciers et j'y dévorerais mes sœurs pour leur traîtrise ; chairs et âmes. La simple idée à cette pensée, changea l'espace d'un moment la couleur de mes yeux. Passant d'un bleu ciel à un noir complet sous cette pulsion meurtrière, pour de nouveau laisser place au bleu d'un battement de paupière.

Je laisse redescendre l'énergie magique qui venait de monter en flèche sous l'adrénaline. Oui. Ce corps était plutôt réactif... Mon esprit et mon corps rythmé pour devenir physiquement celui de Sadima la combattante, est en soit un mélange explosif qui marche bien. J'observe mes valises, je ne vais pas tarder à partir. J'alimente de nouveau la rune qui me permet d'avoir l'apparence de Sadima, avant de laisser la conscience de cette dernière prendre le dessus.

Londres, 5 juin 2017... J'endorme la conscience de Sadima, une fois le pied posé au sol. La rune touche à sa fin, mon apparence revient. Sadima a beau ne pas croiser mon reflet dans mon miroir par crainte de faire face à la vérité, je préfère éviter qu'elle soit consciente quand mon apparence revient. C'est toujours très pénible lorsqu'elle fait sa crise d'angoisse et qu'elle prend conscience qu'elle est morte. Me revoilà donc de retour à Londres, je ne suis que de passage car une expédition est en cours pour Sadima en Bolivie. Je repars du coup dans la soirée. Pourquoi suis-je ici ? Voilà une question forte bien posée. Mon regard se pose sur le bâtiment où mon corps est irrémédiablement attiré. Une personne a fait appel à moi il y a trois jours, mon pouvoir me met peu à peu dans cet état de transe. J'entre dans l'appartement en utilisant une Rune déverrouillage, je souris face à l'homme qui dormait paisiblement dans son lit.
Je reste debout aux pieds de son lit, je chuchote quelques mots en latin, des mots qui viennent effleurer sa peau comme une main baladeuse et caresser avec douceur son oreille. Il se réveille en sursaut comme si son corps était sur le point d'être violé. Il est probablement vrai qu'il aurait fait un terrible cauchemar dans les prochaines secondes, s'il n'avait pas ouvert les yeux. J'aime influencer le sommeil des innocents, je trouve les cauchemars fascinants, surtout ceux où on est victime d'atrocité. Je n'ai jamais fait de cauchemar malheureusement, mais je prends plaisir à observer ceux qui en font. « Mais qui êtes-vous ? Que faites-vous chez moi ? Vous n'avez pas le droit ! Comment êtes-vous entrée. » Qu'il est bruyant de si bon matin... Est-ce cela les hommes de nos jours ? Ce monde est fort étrange ; des femmes qui portent des pantalons, des hommes portent des robes. La perversité semble être encrée dans la société humaine, j'ai du mal à croire que cette race puritaine est à l'origine de la chasse aux sorcières. C'est eux-mêmes qu'ils devraient chasser désormais.

« Silentium ! » Et immédiatement l'homme se trouva incapable de parler, je viens alors m'asseoir auprès de lui avec un sourire des plus aimable. « Calmez-vous un peu mon cher, c'est vous qui aviez fait appel à moi il y a trois jours ». Son visage pâlie l'espace d'un moment, c'est toujours très intéressant à voir. Je lui redonne la capacité à parler, le considérant calme. « Oh, c'est vous ! Désoler... Vous ne ressemblez pas à la description de Kara Halliwell ». Je fais un geste négatif de la tête. « Kara n'existe pas, son nom et prénom est un mensonge... Kara est une légère déformation d'un sort d'invocation ; l'appel du pacte. Kara Halliwell est en fait, ''Arka I'll aw Hell'' dans le langage des sorcières. » L'homme perplexe demande ce que ça signifiait... Je lui répondis comme il l'entend, le langage des sorcières étant un créole de l'anglais. Et comme tout créole certain mot est inventé pour désigner une chose. Arka, ici, désigne la « femme pourpre », c'est-à-dire moi... « Arka, I will go in hell for you. »
C'est presque qu'une déclaration d'amour que j'accepte de tous ceux que veulent obtenir de moi un souhait. L'homme avait engagé une longue conversation, jusqu'à enfin arriver à l'essentiel du sujet ; son souhait. L'homme voulait devenir important, mais ce n'était pas par le biais d'un vœu... Son souhait était de ramener sa défunte femme à la vie... Une demande aussi puissante, doit avoir une compensation tout aussi puissante, sinon le souhait ne se réalisera jamais. Alors, je lui annonçai qu'il fallait offrir une vie pour une autre vie, qu'il devait au moins avoir avec le corps de sa femme avec lui. Et... Avant que je ne termine, l'homme ouvrit le placard ou un squelette était posé à côté d'une jeune femme en larme. « Il y a six ans, cette femme a causé la mort de ma femme, elle sortait d'une soirée, ivre et pourtant elle a pris le volant malgré tout. Je veux qu'elle offre sa vie pour celle qu'elle a jadis fauché. » Mes yeux devinrent noirs, complètement noirs ce qui effraya la jeune femme, mais très peu l'homme.

La plupart du temps, les gens ont peur de moi, lui est resté convivial... Lui, il a cru en mon existence là où pour d'autre j'étais que légende et fiction. Il a tout perdu et j'étais son espoir. « Je ne peux pas prendre sa vie moi-même si c'est pour un vœu de cette acabit... Vous devez signer un contrat et prendre vous-mêmes sa vie pour moi, comme une offrande. » Ainsi mon pouvoir considérera qu'il y a un échange équivalent. L'homme lit alors attentivement le contrat, le survole par moment, puis abandonne au final... Trop long. Ce contrat comporte mille deux cent pages, la plupart ce sont des règles qui viennent se place entre les lignes, certaines sont là pour en annuler d'autre... Mais l'homme est malin. « Ai-je le droit de créer mes conditions au pacte. » J'acquiesce de la tête. « Du moment que c'est vous qui prenez la vie de cette femme et me l'offrez ». Il écrit alors sur papier noir sur blanc ses conditions :
« Ma femme doit être ressuscitée en chair et os, je ne veux pas d'un zombie. Je veux qu'elle soit comme elle était de son vivant. Je veux que ma femme vive longtemps. Vous avez votre échange équivalent, je veux que vous ne touchiez pas à mon âme, ni celle de ma femme. Voilà, est-ce que mes conditions sont acceptables ? » Un sourire toujours aux lèvres, je rajoute. « Brillant... Mais votre femme ne vivra que le temps que cette femme devait vivre dans sa destinée... Si elle devait se faire renverser par une voiture demain, alors votre femme mourra demain de cette manière. La mort n'apprécie pas qu'on change ses plans ! » A mes mots l'homme signa le contrat malgré tout avec ses conditions qu'il me rendit en main propre. La femme tenta de se défendre, mais d'un geste nette elle fut égorgée par l'homme. Je sentis son âme pénétrant mon être avant que le contrat disparaisse dans une flamme pourpre. « Pacte accepté ! » Alors, le squelette de la défunte se reconstituait d'organe et de fibres musculaires à vue d'œil tandis que le corps de la femme égorgée se décomposa.

Un souffle. Les poumons de la femme fraîchement ressuscitée se remplissait de nouveau d'air et l'homme accourut dans ses bras avec amour... tandis que j'avais longtemps quitté la pièce. Mon corps était extrême épuisé, fragile et exposé à toute menace éventuelle.
Il était huit heures du matin lorsque j'ai fait ce pacte, il est dix-sept heure lorsque je me réveille sur le banc de ce parc, mon corps toujours extrêmement épuisé, moins ce matin tout de même. Un enfant me fait face, peut-être un ados... Dans tous les cas, pour moi, même un adulte de cinquante ans est un enfant à mes yeux étant donné mon âge. Il a des cheveux bien étrange, il me fait penser à cette famille de grecque... Les Greyjoy, je crois ? Si puissants autrefois, je me demande ce qu'ils sont devenus.

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...


Dernière édition par Finola Halliwell le Dim 23 Juil 2017 - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Pré-adolescent | Les jumeaux maudits
Modérateur | Pré-adolescent | Les jumeaux maudits
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Etudiant/Many things
LOCALISATION : Canada
CITATION DU PERSONNAGE : Both against the world

MESSAGES : 96
DATE D'INSCRIPTION : 23/01/2013

Niveau du personnage
Point RP:
31/100  (31/100)
Point Membre:
23/100  (23/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely   Jeu 13 Juil 2017 - 1:21

Je me réveillai en sursaut. En sueur. Je jetais un coup d'oeil au réveil sur ma table de nuit. 13h. C'était pas la famille d'accueil qui était la plus proche de moi. Enfin, aucune n'a été très proche de moi. Mais là … c'est quand même pas mal. Ils ont sûrement déjà mangé. Et puis passer des repas en « famille » c'était pas trop mon truc. Surtout quand celle-ci n'en a rien à faire de toi. Qu'elle fait ça juste à cause du boulot. Ou pour recevoir une pension supplémentaire. C'est pas comme si ils faisaient réellement attention à moi. Personne fait jamais vraiment attention à moi. Sinon, ça fait bien longtemps qu'il m'aurait rendu mon frère, vous ne croyez pas ?

Je filais directement prendre une douche où je laissais l'eau couler longtemps. Elle restait gelée. Encore une fois, tout le monde était passée donc il ne me restait que de l'eau froide. Ma respiration se coupait à chaque fois que ma peau entrait en contact avec cette eau si froide. Je faisais donc vide et me frictionnait avec application. Moins de cinq minutes plus tard, j'étais déjà sorti. Je m'habillai donc rapidement pour faire … Je ne sais quoi. Sortir ? J'avais pas envie ? Traîner ici ? Tout le monde me jugeait et personne ne me parlait. En même temps, j'avais déjà eu des crises dans ce nouveau foyer. Les plus petits me fuyaient comme la peste, les adultes ne voulaient pas que leurs prunelles ne s'approchent de moi... Bref. Désespérément seul.

J'allais quand même errer dans le salon, voir ce qu'il se passait. La télé était allumée, personne devant, je regardais autour de moi avant de m'y installer pour l'après midi.

Je m'étais rendormi. Les cauchemars n'aidaient pas à me reposer, les terreurs nocturnes, les insomnies, tout ça … Et puis c'est pas parce qu'on m'entend hurler à la mort qu'on vient me voir. Non, trop peur que la bête s'éveille. Forcément.

L'heure du thé. Du monde était invité. Forcément, la mère de famille voulut s'installer dans le salon et avec un « fioush » qu'on réservait habituellement aux animaux, elle me vira, juste comme ça. Il ne fallait pas faire de vagues devant les invités.

Alors je sorti de la maison. JE me dirigeais vers le parc à grand pas. Mon endroit pour décompresser, pour fuir tout ça. Je n'avais pas mis très longtemps avant de le dénicher. Évidemment, la première fois que j'étais venu je ne connaissais pas le chemin, tellement j'étais en colère. Alors pour rentrer... Je m'étais perdu plusieurs fois. Maintenant, je n'avais plus aucun doute sur la direction à prendre.

Forcément, j'avais ma place. Un banc un peu excentré, un peu loin du passage, à l'ombre, près des fleurs. Il était habituellement vide. Je m'étais tellement de mauvaise humeur sur cet objet qu'il devait s'imprégner de tout ça et faire fuir les gens. Mais en cette fin d'après midi, quelqu'un était là. Quelqu'un était allongé dans mon refuge.

Une femme. Elle se réveillait. Je fulminai. Je n'avais déjà pas de chez moi, si en plus on me privait de mon moment seul, loin de tout le monde où j'étais bien, j'allais définitivement pas être content du tout.

-C'est mon banc.

Je la fusillai du regard. Dégage connasse, or I will make you.


Couleur:
 

_________________

My brother means
everything to me.


Guess who I am:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
Ange & Démon
avatar

LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1105
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
213/200  (213/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely   Mer 26 Juil 2017 - 1:36

La sorcière pourpre et le petit chat blanc



Combien de temps suis-je donc restée inconsciente ? Je sors cette montre à Gousset qui semble m'accompagner depuis fort longtemps dans cette éternité que je tente de faire mien. Je me rends à l'évidence que cinq bonnes heures avaient filé dans un passé immuable, déjà bien loin derrière moi. Mon esprit est encore embrumé dans un océan de pénibles voix intérieures, les voix des âmes, de ces si nombreuses consciences que j'ai dévorées il fut un temps. J'écoute à peine les deux petits mots de l'enfant en face de moi, bien que je retienne paradoxalement ce qu'il me dit. Quel intérêt ai-je à avoir un regard pour cette forme de vie qui n'a rien d'autre à m'offrir si ce n'est que sa chair et son âme, quand je n'ai ni faim de chair, ni faim de souffle de vie ? Il n'est rien d'autre qu'un être ne vivant que pour s'apitoyer sur son sort, incapable de trouver la force de prendre les choses en main de sa propre volonté, préférant attendre qu'une main lui soit tendu pour le sortir de cet marais de merde dans lequel il se plaît à couler.
Pauvre enfant, la douleur et la peine sont marquées sur sa face, ou plutôt cachées derrière ce masque d'hostilité que je n'ai aucune peine à déceler... L'âge et l'expérience sans doute. Mais peu importe, un mouton aura beau teindre son pelage en noir, il ne ressemblera pas à un loup pour autant. Mes yeux bleuté, nuance d'un vert discret se plantent dans ceux sombres du gamin. J'aime ses yeux, ou plutôt cette teinte noire qui me rappelle les miens lorsque les ténèbres sont taquines en moi. Mais j'aime aussi cette solitude qui se dégage de son regard, elle m'excite, la souffrance des autres m'excite. Les noires émotions ont toujours nourri mes pulsions les plus profondes. Impossible que cette petite chose ne soit à mes yeux autre chose qu'une tendre chair qui n'attend que de tomber entre les griffes de son prédateur... Fragile et seul, seul et impuissant. L'impuissance n'a pas sa place dans ce monde pour ceux qui veulent gagner, car la seule puissance mène au pouvoir et non la soumission peu importe sa forme dans la société.

« Et qu'elle est donc la chose qui vous empêche de vous saisir de votre banc, ma personne ? » Demandais-je de cette ténébreuse voix sous mes désirs éteints qui laissent peu à peu place à une pulsion taquine. Non pas que je souhaite m'amuser, je ne suis pas de ce genre. Toutefois, je ne suis pas contre un quelconque petit divertissement, je suis une femme qui apprécie influencer l'esprit et je trouve que les mots sont des armes des plus tranchants. Le ton de ma voix et ma façon de parler est de très loin celui du langage soutenu de l'époque victorienne où j'ai été arrachée. Je rajoute sur un ton presque un peu plus sensuelle, d'une douceur mesquine accompagnant soudainement les mots suivants : « Ou est-ce votre propre passivité qui en est la cause, mon garçon ? » La sorcière que je suis, sait reconnaître les âmes en peine qui se brisent peu à peu et c'est cela que je veux principalement dévorer... Car se sont-là des proies plus ou moins facile à séduire ou plus ou moins susceptible de me divertir d'un véritable défi.
Je me redresse enfin sur le banc, mes yeux ne lâchant pas ceux du petit. Je le fixe d'un regard qui semble comme vouloir pénétrant son être. Maintenant que je l'ai vue et qu'il m'a vue, il ne peut désormais plus espère continuer à être invisible à mon monde, car a présent je suis aussi dans le sien, cette bulle dans lequel il se réfugie... Cette solitude qui ne va plus l'être. Puis mon regard se détache de lui pour se plonger dans le bleu de ce ciel. Je soupire et rajoute alors sur un ton bien moins mielleux. « Tu te complais dans ce tas d'ordure que tu appelles vie, si tu souffres c'est de ta faute et celle de ton inactivité à prendre les choses en main... Alors, si tu ne veux pas t'asseoir-là en ma compagnie, trouve-toi donc un autre banc où tu pourras mieux subir ta pauvre merde d'existence. » Je le tutoie, pourquoi aurai-je du respect pour ceux qui n'ont pas le courage d'agir ?

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Pré-adolescent | Les jumeaux maudits
Modérateur | Pré-adolescent | Les jumeaux maudits
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Etudiant/Many things
LOCALISATION : Canada
CITATION DU PERSONNAGE : Both against the world

MESSAGES : 96
DATE D'INSCRIPTION : 23/01/2013

Niveau du personnage
Point RP:
31/100  (31/100)
Point Membre:
23/100  (23/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely   Mer 9 Aoû 2017 - 18:43

-Et qu'elle est donc la chose qui vous empêche de vous saisir de votre banc, ma personne ?

Da ! Je levai les yeux au ciel. Comme si ma vie n'était pas assez merdique, il fallait qu'on me prenne l'endroit où je pouvais me calmer tranquillement. Et qu'on me fasse chier en plus de ça. Sérieusement. Je ne supportais pas cette femme. Voilà. Elle m'énervait. Elle me jugeait en plus, ça se voyait à son regard. Qu'est-ce que tu me veux ? Franchement ? Je veux pas de toi, je veux juste être tranquille, je veux pas parler, je veux voir personne, je veux qu'on me laisse tranquille, tout seul, dans mon coin.

-Ou est-ce votre propre passivité qui en est la cause, mon garçon ?

Trop c'était trop. Elle m'avait énervé. Je fulminai. J'essayai de projeter mon pouvoir sur elle pour qu'elle bouge son cul, mais je pensais que ça n'aurait pas beaucoup de succès alors je montai en même temps sur le banc la tirai par le col pour amener son visage vers le mien.

-DEGAGE SALE VIEILLE.

Elle était peut être pas si vieille mais honnêtement, j'en avais rien à faire. J'étais en colère, je voulais être seul et je sais pas être calme. C'est pas moi le calme des deux. C'est mon frère. Moi je fonce dans le tas, je frappe, et voire je m'excuse après. Ou pas. Souvent pas, parce que je fais que me défendre, ou défendre la prunelle de mes yeux. Et si je dois défendre, ça veut dire que ya eu une agression ou quoi juste avant. Donc je suis pas en tord. C'pas moi qui ai commencé. Certains adultes diront que si je suis en trord parce que j'en suis venu aux poings. Et alors ? On a qu'à pas me provoquer et ça ira très bien.

J'essayai de la pousser mais elle se releva et fixa ses yeux dans les miens. Quoi, tu veux me défier ? Tu veux te battre ? Vas y, sur le coup se sera toi en tord, pas moi. Tu sais, quand j'irais porté plaintes pour coups et blessures. En plus je suis mineur, tu seras bien dans la merde. Bien comme il faut.

-Tu te complais dans ce tas d'ordure que tu appelles vie, si tu souffres c'est de ta faute et celle de ton inactivité à prendre les choses en main... Alors, si tu ne veux pas t'asseoir-là en ma compagnie, trouve-toi donc un autre banc où tu pourras mieux subir ta pauvre merde d'existence.

Mais … POUR QUI ELLE SE PREND ?! Cette femme n'a juste aucun respect pour quiconque en fait. Moi non plus, pas beaucoup, certes, mais merde ! Ya quand même des limites ! Elle croit qu'elle me connaît ? Elle fait quoi à me prendre de haut là ? J'ai horreur de ça, je suis un être HUMAIN, j'ai le droit au RESPECT. MERDE.

S'asseoir en sa compagnie ? Après qu'elle m'ait traité comme une merde ? Et puis quoi encore ? Elle peut bien aller se faire mettre. Bien profond. Ouaip. Je tenais plus. Je ne contrôlais plus mon corps et une claque partie dans sa direction. Je suis un enfant, j'ai pas la répartie d'un adulte, j'ai pas les mots d'un adulte pour exprimer tout ce que je ressens. Tout ce que je connais c'est la violence. Tout ce que j'ai toujours fait c'était de me battre. C'est tout ce que je connais. Et je trouve que ça marche plutôt bien pour exprimer sa frustration, son envie de défendre une personne, pour faire peser une menace. T'as touché à mon frère ? Je te roue de coups. Peut être qu'au moins tu ne recommenceras pas. Je m'en fiche d'être dans la merde après. Je protège mon frère. Point.

Mon frère qui n'est pas là. Alors c'est mon besoin d'espace que je défends. Mon besoin de solitude. Mon besoin de garder mes habitudes. C'est hyper égoïste, ouais, rendez moi mon frère et je serais peut être plus aimable.

En attendant, elle avait le droit à un crachat à ses pieds et je me retournai. Je me dirigeai vers la sortie du parc pour essayer de trouver un nouvel endroit, qu'on me piquera pas cette fois.

_________________

My brother means
everything to me.


Guess who I am:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
Ange & Démon
avatar

LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1105
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
213/200  (213/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely   Ven 19 Jan 2018 - 16:58

La sorcière pourpre et le petit chat blanc



J'observe la réaction du petit, si au début j'en suis légèrement ennuyée ayant typiquement prédit cette dernière selon la manière d'être des individus de son genre, les gens de sa pathétique catégorie de perdant. Tous les mêmes, à s'apitoyer sur leur sort, sur ce qui les fait tellement, ô tellement souffrir. Les gens comme lui me donne envie de les prendre dans la paume de main et de tout simplement les écraser comme les vers-de-terre qu'ils sont réellement. Mais... Un intérêt soudain pour ce garçon grandit au plus profond de mon être, alors que sa main vient percuter ma joue. Indubitablement, ce petit à plus de cran qu'il semblait le montrer plus tôt. Mais je suis aussi surprise par tout autre chose... Au moment où sa main rencontre ma joue, mon corps semble comme se revigorer. Je réalise alors qu'il venait de se nourrir de quelque chose, quelque chose qui allait grandir en moi pendant un certain temps avant de disparaître.

Alors que le petit me tourne le dos, je comprends alors pourquoi j'avais à l'instant eu l'impression qu'il avait l'espace d'un moment eu de l'emprise sur moi. Et plus cette chose grandissait en moi, plus je me sentais de plus en plus en colère, j'avais envie de frapper le premier venu, crier à m'en rompre les cordes vocales. Je réalisais immédiatement que les émotions du petit me percutait de plein fouet et ce après qu'il m'ait touché. « Oh ? » Laissais-je échapper, légèrement surprise. On les croise à chaque coin de rue maintenant, tout c'est être douée de magie. Les temps ont bien changé depuis mon absence, ou plutôt pendant cette absence forcée. Rien que de repenser au fait que mes sœurs mon trahi, moi leur cadette ne fait que bouillir le sang qui coule dans mes veines... Ou peut-être est-ce la colère du petit que me fait simplement cet effet. Ai-je été injuste avec lui, peut-être et c'était complètement voulu. Je voulais le blesser volontaire.

Je me lève alors et le rattrape... « Attend petit... » Je l'arrête en posant une main délicate sur son épaule avant de passer devant lui. « Ce que j'ai dit à l'instant... Ces mots crus, en réalité c'était à moi qu'ils étaient destinés. » Commençais-je avant de poursuivre. « J'ai cette salle habitude de m'en prendre aux autres pour ne pas avoir à être devant mes propres problèmes. S'il te plaît, accepte mes excuses, si tu veux ce banc je prendrais sur moi et je m'en irai. »

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...


Dernière édition par Finola Halliwell le Ven 26 Jan 2018 - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Pré-adolescent | Les jumeaux maudits
Modérateur | Pré-adolescent | Les jumeaux maudits
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Etudiant/Many things
LOCALISATION : Canada
CITATION DU PERSONNAGE : Both against the world

MESSAGES : 96
DATE D'INSCRIPTION : 23/01/2013

Niveau du personnage
Point RP:
31/100  (31/100)
Point Membre:
23/100  (23/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely   Dim 21 Jan 2018 - 13:40

J'entends alors des pas se précipiter dans ma direction. J'espère que c'est juste quelqu'un qui fait un footing, pitié. Une main se pose alors sur mon épaule. Je n'aime pas ça, je la dégage au plus vite en faisant basculer mon torse. Tu m'touches, j'te bouffe. Je t'ai pas donné l'autorisation de me parler, de m'approcher, encore moins de me toucher. C'est quoi ça en plus, toucher les gens alors qu'ils savent pas que t'es derrière eux ? N'importe quoi. Ca va pas bien dans leur tête.

Et pourquoi elle m'a rattrapé ? C'était pas clair le fait que j'en avais juste marre d'elle et que je ne voulais pas continuer de l'entendre gémir ? Laissez moi seul, c'est si compliqué à faire monter dans le cerveau, sérieusement ? J'vois pas où est le mal de vouloir rester seul. J'suis très bien seul. Surtout si c'est pour me faire remonter les bretelles par une vieille mégère, très peu pour moi. Elle me connaît pas, elle connaît rien de ma vie. Elle a pas à me juger, elle a à rien dire du tout.

-Attend petit...

Non. Malheureusement elle passe devant moi et me coupe le chemin. Je m'arrête sec.

-Ce que j'ai dit à l'instant... Ces mots crus, en réalité c'était à moi qu'ils étaient destinés. J'ai cette salle habitude de m'en prendre aux autres pour ne pas avoir à être devant mes propres problèmes. S'il te plaît, accepte mes excuses, si tu veux ce banc je prendrais sur moi et je m'en irai.

Oh mais du coup tout est pardonné ! On va aller se rasseoir gaiement sur le banc tous les deux ! On va même partager un goûter !

Et puis quoi encore ? Faut apprendre à réfléchir avant de parler. T'es une adulte, t'es censé savoir faire ça. On balance pas ce genre de choses à un inconnu, encore moins à un gamin, c'est du grand n'importe quoi.

Moi je peux dire des choses que je regrette ? Je pourrais, l'ennui, c'est que je ne parle pas. Problème évité.

Je suis toujours énervé. J'ai l'impression que les petits cailloux à mes pieds vibrent à cause de moi. J'ai l'impression que le vent a changé de direction, plus fort. J'ai l'impression que le parc est plus silencieux, plus sourd. Comme si tout ce qui était présent se concentrait sur ma colère.

C'est pas possible, on contrôle pas les être humains. Enfin... Si. Mais pas moi, parce que je suis juste hyper faible.

Je n'en voulais plus de ce banc, elle l'avait souillée avec toute cette rancoeur, avec toute cette colère que je ressentais à présent. Ca devait être mon endroit de calme. Elle a tout gâché. Maintenant il est tout sali avec cette colère qui gronde dans ma poitrine.

-Casse toi.

J'avais gardé les dents serrés, pas sûr qu'elle ai entendu ou compris. Le grognement qui tremblait dans ma gorge avait probablement caché la moitié des mots. Je voulais juste être très loin d'elle. Ou qu'elle parte très loin de moi.

Je relevais la tête, la regardais droit dans les yeux, sans cligner, sans avoir peur de ce qui pourrait m'arriver.

-T'es une adulte, t'es censé réfléchir avant de parler, maintenant si tu peux pas te contrôler, t'as qu'à aller mourir. Dégage de mon chemin.

Je décidais alors de passer en force, la bousculant avec mon gabarit minuscule. La sortie du parc était si près pourtant.

_________________

My brother means
everything to me.


Guess who I am:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
Ange & Démon
avatar

LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1105
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
213/200  (213/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely   Dim 21 Jan 2018 - 23:05

La sorcière pourpre et le petit chat blanc



La colère s'est longtemps emparée de mon être, les émotions du petit me submergent, me noient dans un torrent de ce que j'avais longtemps tué avec la mort de mon mari. C'est comme si je suis à la surface d'une mer déchaînée, luttant contre des vagues terriblement puissantes. Puis je coule, seule, au fond des abysses. Est-ce cela que ressentait le petit ? Me voilà empathe à cause de lui, moi la sorcière pourpre. Moi qui n'ai aucune pitié, qui baigne dans une cruauté qui m'est propre. Ce petit je le briserai en temps normal, j'ai un siècle de haine derrière moi. Un siècle de détermination. Oui. J'ai renoncé à ma bonté pour réaliser mes rêves, aussi sombres soient-ils. J'ai renoncé à mon humanité pour combler les compétences qu'ils me manquaient. Et voilà que j'étais à présent empathe, foutu gamin. Tu aurais pu te retenir et partir sans me gifler, sans que j'aie à être emportée par les tourbillons de ton mal-être. Souffre seul et silence, ne force pas les autres à souffrir avec toi ou goûter à ta propre souffrance.

Mais qu'est-ce qu'il croit ? On a tous nos problèmes, d'ailleurs chacun de nous est déjà bien chargé avec les siens. Tous ses humains vendant leurs âmes pour quelques broutilles futiles et éphémères. On aurait beau leur dire que ce qu'ils demandent n'est pas tellement utile si c'est le bonheur qu'ils recherchent, ça ne changera rien au fait qu'ils vendront leur âme quand même. Pourquoi ? Parce que les êtres humains sont près à tout pour oublier leur soucis et rare sont ceux qui ont le courage d'y faire face. Un peu de gloire, de richesse, d'amour au lieu d'une vie qui leur semble toujours plus éprouvante. Je déteste ceux incapables d'assumer ce qu'ils sont, qui pleurent, puis regrettent. Est-ce que c'est que je suis devenue ? Non, ce n'est pas moi, c'est ce gamin qui me fait penser ainsi. Voilà où j'en suis, vouée à avoir des pensées qui ne sont plus les miennes.

Les mots du petit sont durs, aussi durs qu'ont pu être les miens. C'est un juste retour des choses. « Pandora Mystery, ma vieille amie, toi aussi tu pensais que je parlais avant de réfléchir. On dirait que je n'ai pas tant changé que ça finalement. » Dis-je à moi-même le regard lever vers le ciel, une pensée qui ne put rester à l'intérieur de moi, forcément entendu du petit qui s'éloignait non loin. « Mais que veux-tu ? Lorsqu'on assiste à la mort d'un être qui vous est cher, on ne peut être que bouleversé. » Mon regard quitte le ciel et ce reporte vers le petit, avant de s'en détourner immédiatement. Je décide de reprendre à la suite la direction du banc.

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...


Dernière édition par Finola Halliwell le Ven 26 Jan 2018 - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Pré-adolescent | Les jumeaux maudits
Modérateur | Pré-adolescent | Les jumeaux maudits
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Etudiant/Many things
LOCALISATION : Canada
CITATION DU PERSONNAGE : Both against the world

MESSAGES : 96
DATE D'INSCRIPTION : 23/01/2013

Niveau du personnage
Point RP:
31/100  (31/100)
Point Membre:
23/100  (23/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely   Mar 23 Jan 2018 - 13:54

Derrière moi, j'entends alors une voix. La voix de la vieille, évidemment. Elle veut pas lâcher le morceau ou bien, comment ça se passe ? Mon message est pas clair, c'est ça ? Je m'arrête alors et me retourne, pour l'écouter. Pourquoi je suis poli comme ça moi ? Surtout avec quelqu'un qui n'a juste aucun respect envers les autres. J'devrais juste être déjà loin d'ici.

-Pandora Mystery, ma vieille amie, toi aussi tu pensais que je parlais avant de réfléchir. On dirait que je n'ai pas tant changé que ça finalement.

Pandora Mystery... Comme la mamie qui gère l'orphelinat ? Je crois que c'était son nom. On est pas bien resté longtemps là bas d'ailleurs. C'est à peine si on l'a vue la mamie. Je sais pas ce qu'elle est devenue. Elle, et les autres orphelins. Je me souviens de la grotte, j'avais encore Kily à ce moment là. Et depuis... J'essaye de survivre, entre les gens qui se fichent de mon bien être, ceux qui se fichent de m'avoir séparé de mon jumeau et … Les autres qui veulent absolument voir qui est le nouveau. Laissez moi tranquille. Eux ils comprennent. Après un coup ils veulent plus s'approcher de moi, c'est à peine si j'entre dans une pièce ils s'en vont tous. Je sème la terreur partout où je vais. C'est drôle. Je suis beaucoup seul du coup. Mais ça me gêne pas. J'veux d'abord retrouver mon frère, ensuite, potentiellement, on verra. On a déjà fait confiance à beaucoup trop de gens alors que c'était de mauvaises personnes.

-Mais que veux-tu ? Lorsqu'on assiste à la mort d'un être qui vous est cher, on ne peut être que bouleversé.

Je me retourne franchement vers elle, alors qu'elle retourne vers mon banc.

-Moi aussi j'ai perdu des gens, plus que vous pouvez l'imaginer. C'est pas une raison pour faire la morale à tout le monde.

J'ai perdu beaucoup, malgré mon jeune âge. Rien que l'innocence de l'enfance. Capout. Oubliée. Aux oubliettes. Je ne la retrouverais jamais celle là. Je saurais jamais ce que c'est d'être un enfant, un vrai, pendant longtemps.

Je lui crache au pied, une nouvelle fois. Et retourne vers la sortie du parc. Pour de vrai cette fois j'espère.

_________________

My brother means
everything to me.


Guess who I am:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange & Démon
Ange & Démon
avatar

LOCALISATION : Londres
CITATION DU PERSONNAGE : Nous sommes ce que nous croyons être.

MESSAGES : 1105
DATE D'INSCRIPTION : 18/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
213/200  (213/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely   Sam 27 Jan 2018 - 21:35

La sorcière pourpre et le petit chat blanc



Je suis vraiment dans une situation qui, de tout évidence, n'aurait pas dû avoir lieu. En effet, il est vrai que si je lui ai parlé comme je lui ai parlé c'est parce que je voulais bel et bien lui faire du mal à cet enfant sans éducation. Je ne le connais guère et son âme ne m'intéresse pas le moins du monde, pourquoi aurai-je fait preuve de gentillesse avec lui ? Parce que c'est un enfant ? Mais voyons… Absurde idée que voilà. À son âge je parcourais déjà le No Man's Land pour aider les soldats blessés. Il n'a pas connu la guerre magique comme je l'ai connu. Ce monde, cette époque, tout est plus facile pour les enfants. Du moins, c'est ce que je pensais avant de recevoir cette odieuse gifle. Maintenant, voilà que mes pensées sont incertaines à cause d'émotions étrangères qui viennent parasiter et ébranler tout mon être. Actuellement, je ne sais même plus comment je dois agir. C'est un étrange sentiment. Devrais-je me montrer plus horrible encore afin de me venger de cette gifle ? Ou devrais-je plutôt m'éloigner de lui afin de redevenir moi-même ?

« Peut-être bien jeune homme... Mais chacun à sa manière de gérer la mort comme il le peut et qu'on soit adulte ou non ne change rien à la douleur et à l'envie de l'extérioriser par un moyen ou un autre... Tu devrais comprendre cela si tu as aussi perdu des gens. » Répondis-je simplement, le mien a été de devenir la sorcière pourpre, de chercher un moyen de vaincre la mort pour ne plus jamais connaître la peine que j'ai subie en perdant mon bien aimé et cela quitte à perdre mon humanité. Désoler pour ce petit homme, si c'est à lui que j'ai fait la morale, il était là au mauvais endroit, au mauvais moment. J'ai un léger vertige, alors que la faiblesse due à mon dernier pacte commence à peser de nouveau sur mes jambes. Je me dirige vers le banc de nouveau et m'assois, puis observe à nouveau le ciel. Pandora, n'est-ce pas ? Pourquoi ai-je songé à elle tout d'un coup ? Qu'est-elle devenue désormais ? Est-elle toujours en vie et si c'est le cas, la reconnaîtrais-je si je la revois un jour ?

Le temps n'a pas eu d'emprise sur moi, mais est-ce le cas concernant ma vieille amie ? Je sors de ma poche une vieille montre à Gousset en argent. « Bon... Le temps n'est plus à la contemplation... Il est temps pour toi de reprendre ta place ma petite Sadima. » Et vivement que le don du petit s'estompe.

_________________

My soul burns, my spirit sinks, my body cries in the darkness...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Pré-adolescent | Les jumeaux maudits
Modérateur | Pré-adolescent | Les jumeaux maudits
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Etudiant/Many things
LOCALISATION : Canada
CITATION DU PERSONNAGE : Both against the world

MESSAGES : 96
DATE D'INSCRIPTION : 23/01/2013

Niveau du personnage
Point RP:
31/100  (31/100)
Point Membre:
23/100  (23/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely   Dim 15 Avr 2018 - 23:52

Et voilà que la vieille parlait encore. J'en avais marre. A la base, j'étais venu ici pour être tout seul. J'suis bien tout seul. Pourquoi les gens ils comprennent pas ça, sérieusement ? En plus il est nul mon banc, dans les courants d'air, ya des crottes de pigeon partout... C'était le seul vide la première fois que je suis arrivé ici. Et j'avais vite compris pourquoi les gens préféraient s'asseoir par terre plutôt qu'ici. Mais ça m'allait bien, personne venait me déranger, personne me prenait mon banc.

Personne, jusqu'à aujourd'hui. Elle m'a souillé mon refuge. Le petit endroit où j'étais bien tout seul. Tout ça s'est envolé. J'vais devoir m'en trouver un autre. Je sais pas où je vais aller. J'vais bien trouver un pont, un autre parc, quelque chose. La nature est loin, c'est bien dommage. J'aurais bien aimé me trouver un caillou dans la forêt. Tant pis. La ville se sera. J'vais aller faire copain copain avec des clodos (non).

-Peut-être bien jeune homme... Mais chacun à sa manière de gérer la mort comme il le peut et qu'on soit adulte ou non ne change rien à la douleur et à l'envie de l'extérioriser par un moyen ou un autre... Tu devrais comprendre cela si tu as aussi perdu des gens.

Je m'en fiche éperdument. Elle avait qu'à réfléchir avant, c'est ça être adulte aussi, c'est réfléchir avant de faire, d'agir ou de parler, c'est être mature. Clairement, elle l'est pas du tout. J'ai connu des gens plus retenu qu'elle alors qu'ils étaient encore plus brisé que moi. Et déjà, pour être plus brisé qu'un gamin de quinze ans qui a tout perdu, faut être déjà pas mal dans la merde.

Elle a aucune excuse. Aucune. J'aimerais la gifler une deuxième fois, laisser parler toute ma rage sur elle, qu'elle comprenne à quel point elle est nulle, et à quel point moi, je suis ravagé, je ne suis plus rien, que j'ai plus rien à défendre, j'ai plus rien à faire de cette vie. Je sais même pas pourquoi j'en suis encore là. J'voudrais me défouler sur elle. Sauf que je suis qu'un gamin. Alors c'est bien joli de prendre par surprise, une gifle, ou deux, mais si je commence à rouer de coups, faut pas se faire de rêves, elle se mesurera bien vite à moi, aussi vieille qu'elle soit. Elle me maîtrisera si facilement, que c'est moi qui serait roués de coups. Et encore en plus mauvais état que je ne le suis déjà.

Même moi, je suis plus mature qu'elle.

Aller, salut. J'espère ne plus jamais la recroiser, j'vois pas pourquoi d'ailleurs.

_________________

My brother means
everything to me.


Guess who I am:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely   

Revenir en haut Aller en bas
 

La sorcière pourpre et le petit chat blanc | Ft. Kely

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: ▐ Z.O.N.E R.P.▐ :: ● ● Europe :: || Angleterre-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :