Gala, paillettes et champagne (surtout champagne) - Page 2


Partagez | .
 

 Gala, paillettes et champagne (surtout champagne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Exorciste humaine | Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre | Admin
MESSAGES : 469
DATE D'INSCRIPTION : 02/09/2013

Niveau du personnage
Point RP:
20/100  (20/100)
Point Membre:
83/100  (83/100)
Niveau: Novice
Alicia Roussel
Exorciste humaine | Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre | Admin
MessageSujet: Re: Gala, paillettes et champagne (surtout champagne)    Dim 29 Oct 2017 - 22:57

Point de juste milieu, il nous faut du sensass', des paillettes et du strass

Un peu malgré elle, Alicia se sentit touchée lorsque Mrs Porter lui fit savoir qu'elle se ferait un plaisir de montrer son hospitalité si la jeune française se décidait un jour à visiter Berlin. Bien que cette ville lui semblât très jolie, le genre d'endroit parfait pour passer un week-end avec Reever (sous réserve d'arriver un jour à trouver une baby-sitter assez courageuse... Peut-être un de ses propres parents ?), Al était pratiquement certaine que la prochaine fois qu'elle se rendrait dans la capitale allemande, ce serait pour le travail. Il était donc pratiquement sûr qu'elle pourrait de nouveau profiter de la compagnie de sa collègue. Il serait probablement très intéressant de constater par soi même ce qu'un QG dirigé par les conservateurs, se dit d'ailleurs la sous directrice en sirotant son thé au jasmin.

Puis, l'anglaise la pria de l'appeler Elizabeth. Alicia considéra l'offre. D'un côté, cette femme était bien plus âgée qu'elle. De l'autre, elles possédaient une place équivalente dans la hiérarchie d'Orpheo. Elle n'avait pas non plus envie de se montrer trop intime trop vite avec l'exorciste. Après tout, elle venait de la rencontrer, et les deux femmes avaient une relation avant tout professionnelle. Mais elle avait raison, elles étaient en train de partager des choux sur une terrasse, et partageaient la même opinion à leur sujet -au moins ça- : ils étaient délicieux. Au final, elle ne savait toujours pas si elle devait accepter, ou décliner poliment l'offre.

La française opta pour une réponse relativement évasive, mais qui saurait faire part de façon diplomatique de son embarras :


- C'est bien aimable à vous de me le proposer, mais ne devrions-nous pas garder un certain professionnalisme ? En tous cas, je suis ravie que les choux vous plaisent.

Al la regarda dans les yeux, et acheva son goûter le sourire aux lèvres. Sa collègue fit de même, et un petit quart d'heure plus tard, les deux femmes prenaient congé l'une de l'autre. En effet, il était près de seize heures, et le gala approchait à grands pas. La sous-directrice avait encore des choses à faire au QG avant d'aller se préparer, chose qui ne serait probablement pas aisée, confère les triplés.

Elle serra la main d'Elizabeth tout en lui disant :


-Je vous en prie, ce fut un plaisir pour moi. Je vous dit à ce soir, en effet. Passez un très bon après midi.

Ce fut avec un large sourire qu'elle se dirigea vers la station de métro la plus proche pour se rendre au QG d'Orpheo Paris.
Celui-ci se trouvait non loin d'ici, sur les quais de Seine, tout proche du Louvre. Le bâtiment était vieux, et datait principalement du Paris médiéval. Bien évidemment, la structure avait été modifiée au fil des ans, mais avait eu la chance de résister au fil du temps grâce à une série de runes et d'enchantements. Le QG formait aujourd'hui un ensemble assez disparate, ayant reçu modifications et ajouts selon les modes architecturales. Il était toutefois beau, et éminemment parisien, possédant un cachet inimitable, magique.

Alicia passa le reste de l'après midi à répondre à quelques messages urgents, à s'occuper des dossiers les plus pressants, ainsi qu'à gérer certaines questions logistiques concernant l'organisation du fameux gala. Car on était à Paris, en France, et, le monde magique ne faisant pas exception à la règle, personne n'était dans les temps, les petits problèmes et incidents techniques débordaient de partout. Mais, sans se départir de sa bonne humeur et de son énergie habituelles, la française s'acquitta de ses tâches. Elle avait cette merveilleuse capacité de se jeter à corps perdu dans le travail, sans penser à rien d'autre. Evidemment, le fait d'être réellement passionnée par son occupation y était pour beaucoup, et elle aimait être efficace. C'était ce genre de qualité qui lui avait assuré son poste actuel, Al en était consciente, et très fière. Elle travaillait donc chaque jour à être toujours plus digne des responsabilités qui lui incombaient, et de sa grandiose supérieure, Selena Deslilas, probablement la femme qu'elle admirait le plus sur cette Terre.

La sous-directrice quitta son bureau à plus de dix-huit heures, en panique car le gala était à présent dans moins d'une heure, et compta nerveusement tous les arrêts de métro pour arriver jusqu'à Oberkampf, où se trouvait son appartement.

Reever était en train d'endormir les enfants lorsqu'elle se glissa à pas de loups dans le salon. Il la rejoint une quinzaine de minutes plus tard, alors qu'elle avait entrepris de ranger un peu les restes du repas de sa petite famille, maigre contribution au travail de son compagnon.
Elle l'embrassa doucement lorsque celui-ci lui fit face, fatigué, visiblement, mais toujours le sourire aux lèvres.


-Qu'est-ce que je ferais sans toi ? lui demanda-t-elle en lui tendant la boite de choux qu'elle avait jalousement conservé toute la journée dans le mini frigo de son bureau.

Elle guetta avec impatience le moment où l'ex-esclave allait croquer dans une des pâtisseries, tout en commençant à se déshabiller, car l'heure tournait, et elle ne pouvait pas réellement se permettre d'être (trop) en retard. Ses yeux s'illuminèrent lorsqu'elle vit le sourire de plaisir sur le visage de son rouquin préféré qu'elle embrassa de plus belle, s'excusant de façon répétée de son absence. Elle prendrait au plus vite des congés, lorsqu'elle sentirait que la situation serait plus détendue, ou s'arrangerait pour que les petits partent un moment chez leurs grand-parents, ce qui permettrait au moins à Reever de souffler et de réfléchir à ce qu'il pourrait éventuellement vouloir faire de sa vie. Car Alicia soupçonnait que son concubin n'aurait pas spécialement envie de n'être qu'un papa poule toute sa vie. Bien sûr, si c'était le cas, elle le respecterait totalement, mais peut-être son amoureux avait-il un rôle autre à jouer dans ce monde, qu'il soit magique ou non.

Abandonnant ses vêtements dans le salon, Al prit la direction de la salle de bain, et, après un rapide passage sous la douche, entreprit de coiffer ses longs cheveux châtain, de se maquiller -un peu de blush, beaucoup de mascara, car elle aimait avoir les yeux très noirs, et un rouge à lèvres bordeaux-, puis de passer la robe de mousseline rouge qu'elle avait achetée ce matin. Plus qu'à passer un médaillon en forme de baleine à bosse en onyx noir ornée d'un minuscule diamant que lui avaient offert ses parents à la fin de ses études, elle était dans le salon, en train d'enfiler de longues boucles d'oreilles en argent pour compléter le tout.


-Je te plais ? demanda-t-elle doucement à Reever.

Elle n'était pas habituée à se voir ainsi, et avait presque peur de se dénaturer, elle qui aimait être au naturel. Mais elle ne pouvait nier qu'elle aimait bien cela, au fond, essayer de ressembler à une princesse, même à trente ans passé. Comme un jeu.
Elle avait un peu peur qu'il ne la reconnaisse plus.

Ce qui ne fut probablement pas le cas, car l'humain doué hocha la tête, un très léger sourire flottant sur son visage, et elle vint l'embrasser très légèrement sur les lèvres, afin de ne pas enlever son rouge à lèvres. Elle lui sourit à son tour et s'excusa de nouveau d'être absente ce soir. A vrai dire, elle se sentait un peu fatiguée. Elle aurait presque préféré se glisser dans le lit avec lui, et juste parler, l'écouter raconter ce qu'il avait fait avec les petits aujourd'hui, s'endormir dans ses bras.

C'est ainsi qu'Alicia enfila ses escarpins presque à regret, souhaita une bonne soirée à son compagnon, en essayant de faire en sorte qu'il ne remarque pas sa légère mélancolie, et sortit, un long trench brun sur les épaules, dans la nuit parisienne.

Une voiture du QG vint rapidement la chercher, et une dizaine de minutes plus tard, elle montrait son carton d'invitation à l'employée de l'hôtel très chic qui avait été privatisé pour l'occasion. Il se trouvait près de l'arc de triomphe, et la salle de réception procurait une vue à couper le souffle sur les Champs Elysées.
Alicia, qui avait déjà pu voir l'endroit, arbora un grand sourire satisfait de pouvoir enfin voir le résultat final des heures de débats logistiques à n'en plus finir. Elle espérait que les invités apprécieraient l'ambiance.

Ce gala était donné en l'honneur de la libération d'un certain nombre de prisonniers d'Orpheo France, qui avaient été capturés par Croix au début de la guerre. C'était une victoire assez importante pour l'Ordre, et un gala était toujours une bonne occasion d'alléger les cœurs, tout en nouant de nouvelles relations. On avait profité de l’événement pour y greffer une campagne de sensibilisation sur les orphelins et prisonniers de guerre avec possibilité de dons et brochures distribuées aux invités.

Alicia se fit un devoir de saluer tout d'abord ses collègues de Paris et de Londres, puis une conversation en entraînant une autre, elle dut saluer quelques directeurs de QG, et aperçut Selena discuter avec Declan Mystery, à l'autre bout de la pièce. Elle décida donc d'aller les saluer, mais, alors qu'elle prenait congé du directeur du QG de Berne, elle aperçut Elizabeth Porter, encore plus éblouissante dans sa robe verte que ce matin, car elle s'était coiffée, maquillée, et avait ajouté quelques bijoux.
Mais l'accessoire qui la rendait encore plus impressionnante et belle était un homme grand et blond, le regard froid et inquisiteur, le visage plutôt fermé. Un bel homme, mais redoutable. Et on pouvait voir dans ses yeux que c'était celui qu'elle aimait. C'était cela, particulièrement, qui avait rendu Alicia bouche-bée.

Malgré tout, maintenant une attitude courageuse, la trentenaire décida d'aller saluer le couple.
Un verre de martini à la main, elle marcha d'un pas décidé vers eux, et lorsqu'elle fut à leur niveau, décocha un grand sourire -pourvu qu'on ne remarque pas que je suis un peu nerveuse, pensa-t-elle-, et déclara :


-Bonsoir Mrs Porter, comment s'est passé votre après-midi à Paris ?

Puis elle posa son regard sur l'homme qui accompagnait la britannique :


-Vous nous présentez ?

La française souriait franchement, sans ciller. Elle était un peu intimidée, certes, mais elle n'était plus une toute jeune exorciste, fraîchement diplômée. Elle avait des responsabilités, et un rôle à jouer dans la guerre et au sein de l'Ordre. Elle avait tout autant de légitimité à être dans cette pièce que l'homme qui lui faisait face. Après tout, elle appréciait déjà sa femme, et cela semblait réciproque. Cela la rendait un peu plus confiante, un peu plus euphorique. Alors, que le gala commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vice présidente des QG Allemagne et Danemark | Femme dévouée de Cormag
EMPLOIS/LOISIRS : Faire caca
LOCALISATION : A coté de Cormag. Ou du moins pas très très loin.
CITATION DU PERSONNAGE : Seul les poissons morts vont dans le sens du courant.

MESSAGES : 268
DATE D'INSCRIPTION : 17/05/2017

Niveau du personnage
Point RP:
36/100  (36/100)
Point Membre:
34/100  (34/100)
Niveau: Novice
avatar
Elizabeth M. Porter
Vice présidente des QG Allemagne et Danemark | Femme dévouée de Cormag
MessageSujet: Re: Gala, paillettes et champagne (surtout champagne)    Sam 6 Jan 2018 - 18:53

•~~~•

Rappel de l'après midi....

-C'est bien aimable à vous de me le proposer, mais ne devrions-nous pas garder un certain professionnalisme ? En tous cas, je suis ravie que les choux vous plaisent.

Je me mis à rire un peu, un professionnalisme ? Je lui souris.

-Faites comme bon vous semble ! Mais sachez que même en temps que professionnelle, vous pouvez m'appeler par mon prénom, je ne le prendrai pas mal, au contraire !


•~~~•

Retour au soir...

Bon, il est vrai que ces événements sont grands, bourrés de monde et surtout très bruyants. Là, j’attendais tranquillement à l’entrée, j’avais repéré le directeur d’Orpheo Espagne, certain Mystery et quelques autres têtes connues, notamment cette chère Selena Deslilas, mais là j’avoue que je n’avais pas envie encore d’aller les saluer, ni d’aller leur parler, j’étais encore dans ma phase : repérage et je suis perdue, j’attends... Ils avaient fait des affiches à l'occasion de ce gala, en l'honneur de la libération des prisonniers d'Orpheo France, par la même occasion, ils avaient préparé une campagne de sensibilisation sur les prisonniers et orphelins de guerre, quelques affiches et petits papiers étaient joliment positionnés sur la table, et des hôtesses étaient à notre disposition pour répondre à nos questions et autre demande à ce sujets. Évidement, les dons étaient bienvenues. Avant de partir, je pense que j'en ferai un.

Je cherchais du regard un petit truc à boire, bougeais de gauche à droite ma tête mais sans succès jusqu’à ce que je remarque un jeune homme avec un plateau rempli de coupes de champagne. Au moment où j’allais m’élancer vers ce liquide très précieux, quelqu’un me prit le bras et je sentis une joue familière se coller à moi, j’eu à peine le temps de cligner les yeux, un magnifique visage aussi expressif qu’un mur se présentait devant moi, et me glissa une coupe de champagne dans la main. Je me mis à glousser, cet homme était définitivement surprenant.

-Oh voyons Cormag !

Je lui fis une bise rapide et cala mon bras au sien.

-Je suis heureuse que tu sois venu... Cela risque d’être difficile ce soir, je n’ai vu presque aucun de nos collègues...

Je parlais comme si il n’y avait que nous deux dans ce hall. Je pinçais les lèvres et faisais la grimace. Aller ! Il ne fallait pas se laisser morfondre, et puis, j’étais avec mon homme, cette soirée allait être une bonne soirée de blabla faux semblants et beau parler, où les sourires seront aussi éclatants qu’une pub pour dentifrice mais où les pensées ne seront jamais dites à hautes voix. Voyons, je crois que je suis pessimiste là... j’aime bien ces soirées ! Surtout quand il y a de la musique, et puis... faut se l’avouer, j’aime parler, en buvant du champagne et dégustant des petits fours tout en débattant de problèmes et d’autre choses de la vie. Des fois on y fait des rencontres qui changent une vie, et d’autre fois une amitié peut démarrer, bref, il fallait que je me ressaisisse.

-Bien ! Tu as fais un bon voyage ?

En vrai le connaissant, j’étais sure qu’il allais me répondre poliment que oui même si il était intérieurement furieux, triste, déprimé d’être présent à ce genre d’événement ...
J’attendais sa réponse, et pris une gorgée de champagne quand je vis dans mon champ de vision une silhouette familière. Une magnifique robe bordeaux s’approchait de moi, aussi fière et sûre d’elle qu’elle l’avait été cet après midi avec moi, elle souriait à pleine dents. Non, avec elle je n’allais pas faire semblant, car oui je l’apprécie voyez-vous ? ...

-Bonsoir Mrs Porter, comment s'est passé votre après-midi à Paris ?

Ah, déjà, la soirée allait être beaucoup plus intéressante.

-Mademoiselle Alicia ! Et bien ce fut tranquille, j’ai surtout été me reposer un peu, et vous ? J’espère ne pas vous avoir fait perdre trop de temps dans votre travail...

Oui, c’est vrai que je lui ai occupé une partie de sa journée, et ce n’est pas gratuit pour tout le monde, rien qu’en pensant à la tonne de dossiers en attente à mon bureau j’en ai la migraine....

-Vous nous présentez ?

Nous... vous ? Ah oui, mon époux ? Mon dieu, si je pouvais lire dans ses pensées il serait sûrement en train de dire : elle ne me connaît pas ? Pourquoi personne ne me reconnaît ?

-Mince, où sont passées mes bonnes manières... Je vous présente mon époux et directeur d’Orpheo Allemagne et Danemark Cormag Scrimgeour, Cormag voici...

Voilà, voilà.... Les choses sont dites, nous pouvons passer aux choses sérieuses, où sont les petits fours ?

_________________

"Cendrillon n'a jamais demandé a avoir un prince, elle voulait juste une jolie robe et une permission de sortie." K. Casse






surprise....:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Chef de file du parti des Conservateurs | Directeur des QG Allemagne et Danemark
CITATION DU PERSONNAGE : Il n’y a pas de bien ni de mal, il n’y a que le pouvoir, et ceux qui sont trop faibles pour le rechercher…

MESSAGES : 56
DATE D'INSCRIPTION : 13/05/2017

Niveau du personnage
Point RP:
16/100  (16/100)
Point Membre:
22/100  (22/100)
Niveau: Novice
avatar
Cormag D. Scrimgeour
Modérateur | Chef de file du parti des Conservateurs | Directeur des QG Allemagne et Danemark
MessageSujet: Re: Gala, paillettes et champagne (surtout champagne)    Sam 6 Jan 2018 - 18:54

La soirée avait déjà bien commencé et toute cette agitation mettait déjà Cormag mal à l'aise et pire … De mauvaise humeur. Si ce n'était pas pour sa femme, cela faisait belle lurette qu'il serait déjà parti. En parlant de sa femme, elle rit légèrement après son salut. Il ne comprit pas pourquoi mais décida d'ignorer. Il y avait tant de choses qu'il ne comprenait pas des humains normaux. Il savait qu'il était en décalage social avec toute cette populace et il s'en contentait, ne demandant plus d'explication. Il se remit droit, scrutant la foule comme à son habitude, cherchant peut être quelqu'un qu'il pourrait corrompre, dans le bon sens du terme.

Sa femme cala son bras dans le sien. Il se sentit... Rassuré en quelque sorte. Il savait qu'elle aurait les choses en main. Même si il ne comprenait pas pourquoi il était là. Si il avait été un enfant, il dirait « mais pourquoi je suis là j'ai pas enviiiiiiiiiie » avec une petite moue toute triste, des yeux de chien battu et tout le tralala. Mais il n'était pas un enfant, l'avait-il été un jour ? Pas vraiment. Ca lui allait très bien, c'est grâce à ça qu'il avait pu diriger les conservateurs d'une main de fer pour les faire atteindre le sommet. Maintenant, il ne restait plus qu'à corrompre toutes les petites nervures d'Orpheo pour régner. Ce qui était encore loin d'être le cas.

-Je suis heureuse que tu sois venu... Cela risque d’être difficile ce soir, je n’ai vu presque aucun de nos collègues...

Il soupira intérieurement. Presque aucun collègue ça voulait dire rester avec sa femme. Et sa femme... Parlait énormément. Cela ne le gênait pas en temps normal, quand ils étaient à la maison tous les deux, il s'était habitué et cela le berçait, le rassurait. Là, elle allait parler à des inconnus.

L'enfant aurait dit « moi j'aime pas les inconnus. C'est caca. Prout. » et aurait tiré la langue avant d'aller se cacher sous une table avec une quelconque console pour le reste de la soirée.

Ca voulait dire qu'il ne pourrait pas trop parler boulot – ce qui arrangeait ses collègues en soit – mais surtout il allait devoir parler de mondanités avec des gens qu'il ne connaissait pas. En fait, il allait devoir parler de mondanités tout court. Parce qu'on ne pouvait décemment pas engager une conversation avec « vous êtes pour ou contre la peine de mort des sorciers noirs ? ». Non, c'était un sujet qui venait à a rigueur sur le tapis (en moins brutal, évidemment), mais surtout il fallait du temps pour que la personne puisse confier ce genre de choses. Quoi que, la soirée était alcoolisée, ça pouvait faciliter les choses.

-Bien ! Tu as fais un bon voyage ?

Un bref « Mh » fut entendu, il n'avait même pas bouger les lèvres, il n'avait même pas regardé vers sa femme. Il continuait de scruter le vide des centaines de têtes qui se trouvaient autour de lui. Si elle te le questionnait pas davantage, il ne dirait rien de plus. Il savait qu'elle le savait. Et puis oui, le vol bah … ça restait un court courrier qu'il avait l'habitude de faire. Evidemment que ça s'était bien passé. C'est le pourquoi il a dû prendre ce vol qui n'allait pas. Il se retrouvait ici.

« Pouah » disait l'enfant.

Une dame vint à leur rencontre. Apparemment, elle et sa femme se connaissait déjà alors elles parlèrent gaiement entre elles. Cormag était donc présent mais juste physiquement. Quoiqu'il laissait une oreille traîner pour savoir si il était évoqué à un moment donné.

-Vous nous présentez ?

Il grogna intérieurement. C'était une personne importante, il le savait, et elle avait besoin de présentation ? Sérieusement ? Et ne pouvait-elle pas se débrouiller et se présenter elle-même seule ? Qu'elles étaient donc ses manières de rustres ?

Cormag se tendit donc. C'était pourtant simple de venir et de dire « Ah, Mrs Porter, bonsoir Mr Scrimgeour » en quoi était-ce compliqué ? Rien. Du. Tout. Simple comme bonjour. Surtout qu'elle sait actionner sa langue pour papoter avec sa femme, n'est-ce pas ? Elle ne lui servait donc qu'à ça ? Pinailler ? Et ça ose représenter Orpheo...

-Mince, où sont passées mes bonnes manières... Je vous présente mon époux et directeur d’Orpheo Allemagne et Danemark Cormag Scrimgeour, Cormag voici...

Il coupa la parole à sa femme, tandis la main vers son interlocutrice.

-Alicia Roussel, sous directrice d'Orpheo France et Angleterre, naturellement.

Au moins un qui faisait ses devoirs correctement. Il avait eu un sourire sur ses lèvres pendant qu'il lui serrait la main. Un sourire extrêmement léger, vengeur. Il ne savait pas si la sous directrice l'avait remarqué.

Mais, il n'avait plus envie de rester en si mauvaise compagnie. Après s'être donc excusé en toute amabilité (ceci n'était pas du tout de l'ironie, il se conduisit comme un vrai gentleman) auprès de ses demoiselles, et tout en caressant le dos de sa femme d'une main, il parti se fondre dans la foule.

_________________

You can
join us.

Color: dimgray


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste humaine | Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre | Admin
EMPLOIS/LOISIRS : Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre
LOCALISATION : Entre Londres et Paris...
CITATION DU PERSONNAGE : Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi, on s'aime comme ça, la Seine et moi

MESSAGES : 469
DATE D'INSCRIPTION : 02/09/2013

Niveau du personnage
Point RP:
20/100  (20/100)
Point Membre:
83/100  (83/100)
Niveau: Novice
avatar
Alicia Roussel
Exorciste humaine | Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre | Admin
MessageSujet: Re: Gala, paillettes et champagne (surtout champagne)    Lun 8 Jan 2018 - 23:02

I won't give up, no, I won't give in

Alicia sourit à la sous-directrice du QG Berlinois, qui lui racontait brièvement la fin de son après-midi. Poliment, elle s'était enquis de l'avancée de son travail.
Faisant tinter sa coupe de champagne contre celle de sa collègue, l'humaine répondit :


- J'ai été assez productive et efficace, ne vous en faites pas. J'ai même eu le temps de souhaiter bonne nuit à mes enfants avant de partir. Et quand bien même cela n'aurait pas été le cas, ça n'aurait pas non plus été de votre faute. Votre hôtel est-il à votre goût ?

Le point positif, c'était que depuis l'arrivée de son mari, Elizabeth n'avait pas parue plus froide ou moins amicale avec Alicia qu'elle ne l'avait été ce matin. Elle avait tout de suite accédé à la requête de son homologue, avec bienveillance et bonne humeur.
Mais ça ne changeait rien au fait que la jeune femme avait très probablement vexé le directeur des QG allemands et danois. Quelle idiote. Elle avait été sûre à plus de 90% que le grand blond qui se trouvait aux côtés de Mrs Porter n'était autre que Cormag Scrimgeour, mais afin d'éviter de prendre un risque, ou simplement qu'il ne la trouve trop présomptueuse, elle avait préféré demander. Et puis, c'était une manière pour elle d'engager la conversation.

Alors il lui avait serré la main, avec un sourire au visage, qui contenait quelque chose de mauvais, qui avait su lui faire regretter son erreur à la française. Et pour bien appuyer le tout, il avait tourné les talons et s'en était allé, laissant Alicia aux côtés de sa femme, se sentant comme une pauvre gamine sans expérience ni légitimité. Il avait prononcé son nom et son prénom très clairement, lui signifiant bien qu'il trouvait inadmissible qu'elle ait demandé les siens.

Al réalisa qu'elle était en train de mordiller l'intérieur de ses joues, et se stoppa immédiatement. Mauvaise habitude. Elle allait finir avec des aphtes si elle continuait.
L'idée de se trouver directement en porte à faux avec un homme aussi important lui étant insupportable, elle se retourna vivement vers Elizabeth, un air contrit sur le visage :


- Je viens de me montrer extrêmement maladroite, je voulais simplement que vous nous présentiez de manière "officielle", mais il semblerait que votre époux ait pensé que j'ignorais totalement qui il était... Pensez-vous qu'il acceptera mes excuses si je viens les lui présenter ?

Elle considérait l'anglaise avec gravité, les doigts légèrement crispés sur sa flûte de champagne, espérant que Mrs Porter ne l'avait pas trouvée impolie, elle aussi. Tout s'était si bien déroulé cet après-midi... Elle espérait vivement ne pas avoir tout gâché.
Bien sûr, Selena le lui pardonnerait, car il était rare que sa sous-directrice la déçoive, et puis, elle ne portait pas vraiment le germano-écossais dans son cœur. Contrairement à elle, la directrice du plus important QG d'Orpheo ne faisait que peu de cas de la diplomatie, et, non contente d'adorer rentrer dans le lard de ceux qui n'étaient pas d'accord avec elle, prenait un malin plaisir à envoyer valser les conventions lorsqu'elle estimait qu'il n'y avait pas assez d'action dans l'air. Elle pouvait d'ailleurs l'entendre de là où elle était discuter avec passion avec la représentante d'Orpheo Israël sur quoi, évidemment, je vous le donne en mille, le conflit israëlo-palestinien. S'il n'y avait pas pour sa supérieure, ce n'était pas drôle.

Alicia secoua vivement la tête, et réalisa qu'on était en train de lui proposer un toast au foie gras, qu'elle accepta sans grande conviction, toute pendue qu'elle était aux lèvres de son homologue berlinoise, espérant qu'elle l'encourage avec cette gentillesse qui l'avait tant surprise au début à aller parler de nouveau avec son mari. La française ne pouvait rester sur un tel échec, c'était trop bête.

Elle adressa un sourire crispé à Declan Mystery qui s'était approché du buffet et lui tendait son verre de cognac, faisant mine de trinquer à distance avec elle. Mais elle ne pouvait pas encore se permettre d'aller le saluer. Scrimgeour d'abord. Le reste ensuite.

_________________


Ouais c'est pas faux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vice présidente des QG Allemagne et Danemark | Femme dévouée de Cormag
EMPLOIS/LOISIRS : Faire caca
LOCALISATION : A coté de Cormag. Ou du moins pas très très loin.
CITATION DU PERSONNAGE : Seul les poissons morts vont dans le sens du courant.

MESSAGES : 268
DATE D'INSCRIPTION : 17/05/2017

Niveau du personnage
Point RP:
36/100  (36/100)
Point Membre:
34/100  (34/100)
Niveau: Novice
avatar
Elizabeth M. Porter
Vice présidente des QG Allemagne et Danemark | Femme dévouée de Cormag
MessageSujet: Re: Gala, paillettes et champagne (surtout champagne)    Dim 21 Jan 2018 - 15:11

Alicia écouta avec une oreille très attentive ma réponse et me sourit. Elle tendit son verre de champagne et je fis tinter le mien contre le sien, un joli son claire retentit aussitôt.

-J'ai été assez productive et efficace, ne vous en faites pas. J'ai même eu le temps de souhaiter bonne nuit à mes enfants avant de partir. Et quand bien même cela n'aurait pas été le cas, ça n'aurait pas non plus été de votre faute. Votre hôtel est-il à votre goût ?

Je trouvais la française extrêmement honnête et pure sur sa réponse, cela rajoutait donc une qualité à sa liste ! Et puis elle avait des enfants. Je l'admirais rien que pour cela, être mère... quelque chose que je ne saurai jamais assumer. Et Cormag non plus... des petits êtres hurlants et pleurants... j'eu un léger frisson.
Tant mieux si elle était heureuse !

-Mon hôtel est parfait, ne vous en faites pas !

Je lui rendis son sourire en buvant une gorgée de champagne. J'adore le champagne, surtout dans un cadre aussi magnifique que celui la, les moulures, la moquettes rouge....
Alicia demanda à ce que je lui présente Cormag, et au moment où j'allais dire son nom, mon cher et tendre me coupa pour réciter le nom prénom et grade de la chère française. Ah la la... impulsif et rancunier en plus ! Et son sourire voulais tout dire, décidément, il aime ça.
La française lui serra la main et semblait soudainement comme touchée plus que je ne l'aurai cru.
Cormag me caressa le dos et s'en alla aussitôt parler ailleurs avec d'autre homme aussi peut aimable que lui certainement... Moi, je souriais toujours, histoire de faire bonne impression et de ne pas faire croire que mon mari est un homme beaucoup trop fière et trop têtu pour l'admettre. Je bu encore une gorgée de ma coupe quand la française se tourna vivement vers moi avec un regard grave. Je la regardai en levant un sourcil.

-Je viens de me montrer extrêmement maladroite, je voulais simplement que vous nous présentiez de manière "officielle", mais il semblerait que votre époux ait pensé que j'ignorais totalement qui il était... Pensez-vous qu'il acceptera mes excuses si je viens les lui présenter ?

Je ne pu m'empêcher de rire. La pauvre... elle venait d'être victime de mon époux et elle me demandais si il allait accepter ses excuses... j'aurai aimé lui dire qu'il l'aurait brûlé vive si elle se présentait maintenant, mais je ne voulais pas l'effrayer, après tout, ce n'était pas si grave que ça. Je posa ma main sur son épaule et lui souris tendrement.

-Ne vous en faites pas pour lui, il aime faire sa petite impression et aller s'excuser n'est pas nécessaire, du moins pas pour l'instant. Je vous assure, ne vous faite pas de soucis pour cela.

Un homme en habit de serveur nous proposa des toast au foie gras, j'en pris un et ma collègue française également.

-Néanmoins, si vous désirez vraiment présentez vos excuses, je vous conseil d'attendre un peu.. Il est plutôt du genre... têtu. Mais ne lui dites pas que je vous ai dis ça...

Je lui fis un clin d'œil en l'accompagnant d'un sourire en coin. Je pris ma dernière gorgée de champagne et je vis Monsieur Mystery près du buffet présenter son verre vers Alicia pour la saluer. Je ne connais que très peu cet homme, pourtant il fait parler de lui. Je m'approche de la française et me baisse légèrement.

-Vous n'allez pas le saluer ? Il semblerai que ce soit à vous qu'il lève le verre.

Je sourie à Declan avant d'aller au bout du buffet grignoter un peu d'amuser bouches au saumon fumé en attendant le potentiel retour de la jeune française. La directrice Orpheo France apparaissait désormais dans mon champ de vison. Une femme superbe, qui avait une prestance et une carrure qui allait parfaitement avec son visage déterminé. Au loin, Cormag parlait avec un homme récemment introduit chez les Conservateurs, un jeune qui allait être transféré sur l'autre continent dans quelques mois. Si on pouvait avoir plus d'hommes et de femmes sur le continent américain, cela serait super. Il faudra faire un débriefing a la prochaine réunion pour que les rôles soient attribués et que les responsables puissent faire passer le message la bas. Encore du travail tout ça ! Je soupirai.
Je n'allais pas en finir de cogiter tout ça....


Je repris une coupe de champagne.

_________________

"Cendrillon n'a jamais demandé a avoir un prince, elle voulait juste une jolie robe et une permission de sortie." K. Casse






surprise....:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste humaine | Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre | Admin
EMPLOIS/LOISIRS : Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre
LOCALISATION : Entre Londres et Paris...
CITATION DU PERSONNAGE : Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi, on s'aime comme ça, la Seine et moi

MESSAGES : 469
DATE D'INSCRIPTION : 02/09/2013

Niveau du personnage
Point RP:
20/100  (20/100)
Point Membre:
83/100  (83/100)
Niveau: Novice
avatar
Alicia Roussel
Exorciste humaine | Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre | Admin
MessageSujet: Re: Gala, paillettes et champagne (surtout champagne)    Lun 5 Fév 2018 - 19:33

Gegen Intrigen und die Politik, hilft nicht einmal der stärkste Zaubertrick

Mrs Porter écoutait Alicia avec attention alors que celle-ci résumait sa petite vie de sous-directrice de QG et mère de triplés. Elle n'avait même pas l'air de s'ennuyer, ce qui était assez incroyable, en général, les gens haut placés au sein d'Orpheo n'avaient que faire de ses histoires de bavoirs et de pâte à modeler. Bon, pour être tout à fait honnête, d'une part, elle ne partait pas dans de tels sujets de conversation avec tout le monde, et ensuite, certaines autres personnes, notamment d'autres parents, au sein de l'ordre, suivaient ce genre de discussion sans déplaisir. Sa supérieure en était un exemple quotidien, lui demandant d'ailleurs souvent des nouvelles de ses marmots. Peut-être parce que Selena n'avait jamais eu d'enfants elle-même ? Al n'avait jamais réellement abordé le sujet avec elle sur le pourquoi du comment. Elle ne considérait pas l'étape "enfants" comme essentielle dans la vie de quiconque, elle s'interrogeait simplement sur la nature de cette réalité : avait-ce était par choix, ou non ?

Posant son regard sur le joli visage de son homologue berlinoise, elle réalisa qu'elle ne savait pas si le couple Scrimgeour-Porter avait des enfants. Probablement pas, elle en aurait entendu parler si cela avait été le cas. En tous cas, si elle pouvait parfaitement voir Elizabeth en mère sévère, mais juste, elle avait du mal à imaginer son époux dorlotant un nourrisson.
Elle faillit pouffer de rire à cette pensée, avant de se rappeler qu'elle avait déjà énervé l'allemand au cours de la soirée et qu'il valait mieux éviter de continuer.

Elle sourit à Mrs Porter qui lui confirma que son hôtel était de qualité, ce à quoi elle répondit poliment :


- Vous m'en voyez rassurée.

Il serait embêtant que l'on dise que le QG de Paris ne savait pas recevoir. En tous cas, au niveau du gala de ce soir, cela lui semblait compliqué. Les amuse-bouche étaient fins et délicieux, et les cocktails ainsi que les autres alcools n'étaient pas en reste. Les fournisseurs avaient été triés sur le volet, et cela se voyait. Rien n'était trop beau pour fêter cette victoire. Al se rappela d'ailleurs qu'il faudrait également qu'elle fasse un chèque à l'opération de charité qui accompagnait de gala, en faveur des orphelins de guerre.
Elle avait plusieurs fois pensé à se porter volontaire comme famille d'accueil pour l'un deux, mais après en avoir discuté avec Reever, ils avaient conclu qu'ils avaient trop à faire pour le moment avec leur propre progéniture. De plus, son compagnon n'était en ré-insertion en tant qu'homme libre depuis assez peu de temps. Une chose à la fois. Et le fait qu'elle travaille beaucoup ne devrait pas être une excuse pour qu'elle lui laisse toutes les tâches domestiques, qui se verraient encore augmentées dans le cadre de l'accueil d'un orphelin.

Lorsqu'Alicia entendit le rire clair de la sorcière anglaise, ses pensées revinrent vers son erreur diplomatique. Elizabeth lui expliqua toutefois calmement que c'était là le caractère habituel de son mari, et que des excuses n'y changeraient rien, pour le moment. Elle avait certainement raison, et ne semblait de toute façon pas inquiète, ce qui rassura Ali, qui laissa s'échapper un petit soupir et but une gorgée de son champagne avant d'attraper une gougère.


- Très bien, je vous fais confiance alors.

La française s'avança vers le buffet afin de piquer une des olives qui lui faisaient de l’œil depuis quelques minutes. Surtout depuis que son estomac n'était plus noué par la honte et le stress. Bien sûr, elle allait continuer à surveiller son attitude face à Cormag Scrimgeour, mais pour le moment, il n'y avait rien qu'elle puisse faire, et elle avait au moins le soutien d'Elizabeth pour développer la collaboration entre Orpheo Paris-Londres et Berlin.
Elle alla jusqu'à lui conseiller d'attendre plus tard pour présenter d'éventuelle excuses. "Noté", pensa-t-elle en son fort intérieur, prenant une autre gorgée d'alcool.

Alicia sourit au clin d’œil de son homologue, qu'elle trouva rassurant.


- Merci, souffla-t-elle.

Elle était en train de picorer quelques tartines du guacamole le plus délicieux qu'il lui avait été donné de manger, quand la voix d'Elizabeth Porter se fit de nouveau entendre, lui demandant si elle n'allait pas saluer Declan Mystery, car celui-ci venait de lui faire signe. Alicia se retourna vers sa collègue et répondit :

- Oh, si, j'y allais justement. Avez vous déjà rencontré Declan Mystery ? Je peux vous présenter si vous le désirez.

La jeune femme se dirigea donc vers l'écossais afin de s'enquérir de sa santé, mais également de celle de la famille Mystery en général, illustre parmi les exorcistes, s'il en était. Elle admirait particulièrement Pandora Mystery, comme tout un chacun, ou presque. Elle espérait également en apprendre un peu plus sur la situation des QGs régionaux qu'il gérait, à lui tout seul. Il était d'ailleurs assez mal vu des conservateurs, pour s'être fait enlever par les Cross, notamment. Probablement avaient-ils espéré qu'il rejoindrait leurs rangs, après cette affaire. Mais tout comme elle, ses opinions n'avaient pas changé. Toutefois, il pourrait être intéressant pour lui de connaitre Elizabeth.

_________________


Ouais c'est pas faux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vice présidente des QG Allemagne et Danemark | Femme dévouée de Cormag
EMPLOIS/LOISIRS : Faire caca
LOCALISATION : A coté de Cormag. Ou du moins pas très très loin.
CITATION DU PERSONNAGE : Seul les poissons morts vont dans le sens du courant.

MESSAGES : 268
DATE D'INSCRIPTION : 17/05/2017

Niveau du personnage
Point RP:
36/100  (36/100)
Point Membre:
34/100  (34/100)
Niveau: Novice
avatar
Elizabeth M. Porter
Vice présidente des QG Allemagne et Danemark | Femme dévouée de Cormag
MessageSujet: Re: Gala, paillettes et champagne (surtout champagne)    Ven 9 Fév 2018 - 22:42

La française semblait rassurée. Enfin pour le moment... il ne fallait absolument pas qu'elle se mette en tête d'aller revoir mon époux maintenant, c'était trop tôt, il allait la brûler...
Bon, j'exagère sûrement. Mais on est pas loin de la vérité.
Ainsi, je me mis à raconter un peu de tout et n'importe quoi pour éviter qu'elle aille le voir, pour éviter qu'elle s'attire les foudres de mon mari impulsif. Pour la protéger en quelque sorte... et puis de toute façon, je resterai avec elle, le temps que la chose se tasse.

Elle était souriante désormais, picorant dans le buffet des petites choses ici et là.
Je pris un petit amuse bouche qui me semblait être au foie gras, le mis dans la bouche et remarqua qu'il était au thon. Quelle idée de mettre du thon dans des amuses bouches aussi... beaux et délicat. Si j'avais un conseil à donner au chef cuisinier, je lui aurai dit de mettre un autre poisson, plus précieux que du simple thon. En plus, ça n'était pas si bon que ça. Je pris une olive, en même temps qu'Alicia.
Declan Mystery salut la française et je lui glissa à l'oreille l'idée d'aller le voir, et en pensant ne pas avoir à bouger, je pris un amuse bouche au saumon cette fois, et une nouvelle coupe de champagne. La française se tourna vers moi, et me sourit.

-Oh, si, j'y allais justement. Avez vous déjà rencontré Declan Mystery ? Je peux vous présenter si vous le désirez.

Et bien c'est une fort bonne idée ma foi... hm... je ne pense pas avoir été officiellement présentée à lui, même si je le connais de nom, de réputation et évidement grâce à l'influence de sa famille. Je finis rapidement ma bouchée, et secoua la tête de haut en bas.

-C'est une excellente idée ! J'avoue ne pas l'avoir officiellement rencontré. Je vous suis.

Cormag était toujours dans un coin, parlant à ce jeune conservateur. Bien, il devait déjà être présenté à Declan, je pense, pas besoins de lui dire qu'il fallait qu'il vienne. Et puis il semble assez occuper !
Allez Eli ! Allons faire de la politique.
Oui, parler a un homme influent en lui faisant des yeux doux et un sourire gracieux était de la politique. Il allait en plus, sûrement me demander des choses sur les conservateurs, questions basiques auxquelles j'ai le droit à chaque fois. Je lance les paris !
Une questions sur la manière dont on traite les prisonniers ?
Ou alors, la peine de mort ?
Une référence à l'Allemagne nazi si celui ci a de l'humour...
Je vous jure, on s'étonnera toujours de ce qu'on peut dire !

Je suivis Alicia dans le flot de personne présente. Cormag disparut de ma vue, et Declan se présenta devant nous. Alicia était contente de le voir, elle souriait.
Décidément, elle semblait parfaite.

-Bonsoir Monsieur Mystery, je suis Elizabeth Porter, la femme de Mr Scrimgeour et vice présidente du QG Allemagne.

Je tendis ma main et il me tendit par une poignée forte et franche.
La poignée d'un homme en dit long sur son caractère. Celui la, devait être quelqu'un de fier et de sur de lui. Et mon dieu qu'il était mignon. Il devait avoir la moitié des femmes à ses pieds, et si l'autre moitié était des hommes, cela ne m'étonnerai guère.
Je me surpris à penser que si j'avais été plus jeunes, ce genre de fête était celle où je chassais pour récupérer un homme ou une femme ici et là et finir la soirée dans une chambre...
Une époque révolue.

_________________

"Cendrillon n'a jamais demandé a avoir un prince, elle voulait juste une jolie robe et une permission de sortie." K. Casse






surprise....:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste humaine | Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre | Admin
EMPLOIS/LOISIRS : Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre
LOCALISATION : Entre Londres et Paris...
CITATION DU PERSONNAGE : Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi, on s'aime comme ça, la Seine et moi

MESSAGES : 469
DATE D'INSCRIPTION : 02/09/2013

Niveau du personnage
Point RP:
20/100  (20/100)
Point Membre:
83/100  (83/100)
Niveau: Novice
avatar
Alicia Roussel
Exorciste humaine | Sous directrice d'Orpheo France et Angleterre | Admin
MessageSujet: Re: Gala, paillettes et champagne (surtout champagne)    Lun 2 Juil 2018 - 23:25

Ein echter deutscher Mann mag keinen Franzen leiden,
Doch ihre Weine trinkt er gern.


Alicia et Elizabeth s'étaient déplacées vers Declan Mystery pour le saluer, chacune avec un petit four et leur flûte à champagne en main. L'anglaise s'était présentée à l’Écossais, qui s'était montré poli et courtois, et à présent, ils échangeaient quelques banalités, même si elle savait qu'ils risquaient toujours plus ou moins de dériver vers un sujet politique, et donc polémique. Toutefois, elle faisait assez confiance à ses deux compagnons de la soirée pour rester civilisés, ils lui semblaient tous les deux assez posés et raisonnables. Du moins, pour Elizabeth, de ce qu'elle avait pu voir d'elle. Declan était un peu plus imprévisible depuis qu'il était tombé à un moment au mains des sorciers noirs. Elle ne savait pas ce qu'ils lui avaient fait subir, mais cela l'avait changé, c'était certain.

Alicia venait de faire une blague légère sur le goût des français pour la bonne chère, lorsqu'un cri poussé par un homme à la voix distordue, retentit :


- SALAUD !

Un bruit de verre brisé retentit tout à coup. La trentenaire se tourna immédiatement tourna immédiatement vers la provenance de l'agitation. Gallagher. Rémi Gallagher était un exorciste espion plutôt haut placé au sein du QG Franco-Britannique. Lui même né d'une mère française et d'un père germano-anglais, doué dans ce qu'il faisait, mais une grande gueule, et avec une forte tendance à la boisson. Surtout depuis que Cormag Scrimgeour avait ordonné la mise à mort de son frère jumeau, William Gallagher, enrôlé par Rosenrot depuis plusieurs années. Bien sûr, Rémi était à cent pour cent fidèle à la cause d'Orpheo, mais sorcier noir ou pas, la disparition de son frère n'en avait pas été moins douloureuse.

A présent, il était là, une main en sang car il avait écrasé son verre dans sa main, et empoignant le chef du QG berlinois par la veste, pleurant presque. Alicia ouvrit la bouche, et dirigea son regard vers sa supérieure, ne sachant comment réagir.
Fidèle à elle même, sa directrice s'avança d'un pas déterminé vers son employé qui s'était remis à beuglé :


- VOUS NE MÉRITEZ PAS VOTRE POSTE, ELLES SONT OU VOS VALEURS HEIN ? ELLES SONT OU ??? CONNARDS !

Al fit un pas vers lui, attendant de voir ce qu'allait faire Selena. Celle-ci avait posé une main sur l'épaule de Rémi, et disait très fermement, sans aucune gentillesse dans la voix, le visage fermé. Fermé, mais triste. Au fond, elle comprenait. Elle savait ce qu'il ressentait, mais elle ne pouvait tolérer ce genre de comportement en tant que femme pratiquement la plus haut placée au sein d'Orpheo.


- Reprenez vous, Gallagher. Lâchez le.

Rémi Gallagher s'était mis à trembler, mais tenait toujours les vêtements de Cormag fermement dans sa main en sang, semblant prêt à exploser. Probablement toutefois qu'il était plus en danger que l'allemand, car il était Invisible et Lecteur de pensées, pouvoirs peu offensifs, contrairement à ceux du directeur. Il était bon en runes, ceci dit. Ceci dit aussi, il était bourré. Alicia décida de ne pas intervenir pour le moment, elle avait confiance en Selena, et elle savait qu'en situation de crise, plus on s'en mêlait, plus cela avait de chances d'empirer. Elle attendit alors, espérant que l'incident diplomatique se résoudrait de lui-même, bien qu'elle ait pu voir quelques conservateurs se tendre, prêts à défendre Scrimgeour au moindre mouvement de son assaillant.

_________________


Ouais c'est pas faux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Chef de file du parti des Conservateurs | Directeur des QG Allemagne et Danemark
CITATION DU PERSONNAGE : Il n’y a pas de bien ni de mal, il n’y a que le pouvoir, et ceux qui sont trop faibles pour le rechercher…

MESSAGES : 56
DATE D'INSCRIPTION : 13/05/2017

Niveau du personnage
Point RP:
16/100  (16/100)
Point Membre:
22/100  (22/100)
Niveau: Novice
avatar
Cormag D. Scrimgeour
Modérateur | Chef de file du parti des Conservateurs | Directeur des QG Allemagne et Danemark
MessageSujet: Re: Gala, paillettes et champagne (surtout champagne)    Lun 6 Aoû 2018 - 22:47

Évidemment il n'aurait absolument pas souhaité que la sous directrice du plus important QG d'Orpheo le suive pour s'excuser. C'était inconcevable. Plus tard peut être, mais maintenant ? Et puis quoi encore. Il comptait sur sa femme pour la raisonner. C'était sans un regard pour les deux femmes d'ailleurs qu'il avait rejoint des têtes familières. Il leur avait fait un simple salut de la tête. On lui présenta la nouvelle recrue à qui il serra la main.

L'heure n'était certes pas à la politique mais il ne put s'empêcher d'en parler tout de même. C'était, après tout, son travail principal. En dehors de son rôle de directeur, évidemment, et il faisait passer cela avant tout. Hors de question qu'il soit mis à pied par Orpheo (pas comme Kristiansen) ou pire, radié.

Il commençait alors par lui demander quelle serait sa stratégie une fois arrivé sur le nouveau monde. Car n'oublions pas qu'il avait quand même pour but de transmettre la pensée des conservateurs outre Atlantique.

Cette jeune recrue était jeune, cela se voyait, pire, ça se sentait dans son discours. Cormag avait très peu confiance en lui, il sentait l'innocence et la naïveté. Il pressentait que quelques remarques de trop de la part des progressistes et il rebasculerait. C'était les plus faciles à manipuler après tout. Il fallait qu'il mette à profit cette soirée pour le convaincre encore plus de leurs idéaux, qu'il ancre tout ça profondément en lui.

Il commença donc à dérouler son don et envoûta les convives autour de lui tout en parlant au jeunot pour lui rappeler quelle était leur cause, ce pourquoi ils se battaient.

Il savait pertinemment que tout le monde détestait leur manière de faire, leur parti et surtout lui, le chef de file. Il pouvait en prendre plein la gueule, sans soucis, il pouvait parfaitement encaisser. Il savait qu'il faisait tout ça pour le bien commun. Il n'appréciait pas tuer de sang froid, ou tuer tout court. Il n'y prenait pas plaisir. Il n'était pas comme les sorciers noirs, il trouvait toutes ces actions répréhensibles. Mais il fallait bien que quelqu'un s'occupe de la sale besogne pour que le monde soit débarrassé de la vermine. Il jouait le sale rôle, aucun soucis, il pouvait essuyer toutes les critiques, il pouvait se battre pour ce qu'il pensait être juste.

Il se battait juste pour rendre le monde meilleur. Si après que le monde soit pur de tous ces rats, toutes les sanctions extrêmement punitives qu'il avait mis en place tenaient à disparaître, c'était tant mieux. Il prenait ce genre de mesure aussi pour dissuader les autres de faire de même. Ce n'était pas par bonté de cœur.

Un cri fit interrompre les paroles de tout le monde, y compris Cormag et ses acolytes, et tous se retournèrent vers celui qui l'avait poussé. Ce visage rappelait quelque chose à Cormag. Il s'en fichait un peu à vrai dire, ça devait sûrement être une affaire mineure sans aucune importance.

L'homme avait la main ensanglantée, des bouts de verre étaient par terre, il avait les larmes aux yeux et les plantait dans ceux de Cormag, complètement blasé, fermé.

L'assaillant arriva tout près de lui et lui empoigna sa veste, plein de rage. Il serra les mâchoires, il était en train de tâcher son costume.

Il était également bien trop près de lui. L'espace vital était une notion oublié par cet homme. Le directeur le regardait dans les yeux également, un regard d'acier, froid, glacial, pas du tout bienveillant. L'air de dire « tu n'es qu'un insecte pour moi. Qui es-tu pour me toucher ? Comment oses-tu ? ». Soudain, cela lui revint. Ils étaient au tribunal. Le tribunal d'Orpheo allemand était là uniquement pour que le monde puisse connaître la sentence accordée à l'accusé. Surtout quand il s'agissait de sorciers noirs connus.

Il y a quelques semaines de cela, le tribunal allemand avait fait connaître son verdict au sujet d'un Gallagher. La peine de mort immédiate. L'accusé n'était pas exécuté sur la place publique, bien évidemment, Cormag n'était pas un monstre. Mais tout le monde magique était au courant. Il espérait surtout que cela dissuaderait les organisations de sorcier noir ou mieux, les jeunes qui ne savaient pas trop quoi faire de leur vie et qui doutaient entre deux institutions. Il essayait d'éviter de remplir les rangs de l'ennemi.

Et évidemment, pendant le verdict, un homme avait crié, pleuré, disant que tout cela était injuste. C'était cet homme. Qui avait assisté, impuissant, au jugement de son frère, sorcier noir.

Affaire mineure, donc.

L'homme pleurait. Cela n'attendrissait pas du tout Cormag, il n'éprouvait aucune pitié. C'était plutôt le contraire, ça le dégoûtait même. Et l'énervait d'autant plus. Avec le sang, il aurait des larmes et de la morve. Super. C'est le pressing qui allait être content.

-VOUS NE MÉRITEZ PAS VOTRE POSTE, ELLES SONT OU VOS VALEURS HEIN ? ELLES SONT OU ??? CONNARDS !

La directrice d'Orpheo Paris-Londres pris en charge ce turbulent. Elle lui posa une main sur l'épaule. Cormag brûlait de plus en plus. Sa température corporelle s'élevait de plus en plus. Si il ne le lâchait pas bientôt, ils auraient bientôt un bûcher humain. Il essayait tant bien que mal de se contrôler. On ne l'approchait pas comme ça sans invitation, et surtout pas aussi longtemps. Il avait horreur du contact avec quelqu'un d'autre.

Trop près. Beaucoup trop près.

-Reprenez vous, Gallagher. Lâchez le.

Elle était bien plus compréhensive que lui. Il n'arrivait pas à comprendre. Son frère avait fait des choses répréhensibles, graves, condamnables. Il avait heurté la sécurité mondiale, il avait sûrement tué des personnes innocentes, ou alors y avait participé. Toujours étant, il était parmi une organisation qui cautionnait ce genre d'acte. Rien que de faire partie d'une organisation comme cela c'était être en leur faveur. Comment pouvait-on être en faveur de meurtres, de tueries, de tortures de personnes innocentes ? Ils massacraient des mêlés jour après jour et asservissaient des humains, les tuant comme si c'était du bétail quand ils ne leur allaient pas, comment pouvait-on participer ou cautionner ce genre d'action ?! Comment pouvait-on défendre quelqu'un qui était à ce point en opposition avec ses propres valeurs ? Le but d'Orpheo était à l'opposé de tout cela.

Cormag ne pouvait donc décemment pas l'incendier sur la place publique, au premier sens du terme. Il serait aussi vil que les êtres qu'il condamne. C'était hors de question de se rabaisser à leur niveau, juste parce que son... être a été importuné.

Gallagher ne bougeait toujours pas. Cormag prit donc le relais et fit lâcher, non sans force et quelques pressions des doigts sur la paume, l'homme toujours accroché désespéramment à lui.

-Ce qui est fait n'est plus à faire. Votre frère n'avait qu'à mieux choisir les personnes qu'il fréquentait ainsi que ses actions.

Ce n'est pas la nature d'un homme qui décide de s'il est bon ou mauvais. Se sont ses choix et ses actions.

-Gallagher avait fait de mauvais choix de vie, de mauvaises actions, ce qu'il a subi était amplement mérité.

Cormag recula de quelques pas.

-Imaginez que votre partenaire, ou votre enfant était mêlé ou humain. Imaginez que quelqu'un aux sombres desseins, aux sombres idées, tel votre frère, car il était dans une de ses organisations, décide de les tuer, comme ça, parce que, selon eux, se ne sont que des abominations de la nature. Vous en penseriez quoi ? Vous trouveriez cela intolérable, n'est-ce pas ? Pourquoi le fait que se soit votre frère devrait changer quelque chose à la sentence ? Imaginez que votre frère ou un de ses amis aient blessé un proche de quelqu'un qui se trouve dans cette pièce. Dites vous même que quelqu'un proche de votre frère à sûrement contribué à torturer M. Mystery, ici présent ce soir. Pourquoi votre frère devrait-il être innocenté alors qu'on aimerait tous, ici présent, tuer les gens qui font du mal à ceux qu'on aime ?

Il avait étendu son don sur toutes les personnes ici présentes ce soir. Au cas où certaines étaient un peu réceptives. Ou cas où d'autres avaient des doutes.

Le fait d'avoir Elizabeth à ses côtés tous les jours l'avait sûrement aidé dans cette tirade totalement improvisée. Et le fait qu'elle soit dans son champ de vision également.

Il avait les yeux plantés dans les yeux de son agresseur. Par moment, il regardait également toute l'assemblée, car tous les regards étaient évidemment rivés sur eux. Comment faire autrement ? Le directeur le plus détesté d'Orpheo attaqué en plein gala, qu'allait-il en être ? Allait-il implosé sur place et foutre le feu à tout l'hôtel ?

Cormag se remit droit et détourna les yeux de Gallagher, avança d'un pas déterminé vers sa femme, lui prit à nouveau le coude et embrassa sa joue.

-Je pense que c'est mon signal pour rentrer, chuchota-t-il. D'une voix plus forte, il s'adressa aux personnes qui accompagnaient Elizabeth, Madame Roussel, bonne soirée, Monsieur Mystery, je m'excuse de vous avoir impliqué dans cette affaire.

Il salua de la tête ces deux convives et parti en direction de la sortie où il trouva bien vite un taxi. Ce n'était pas par fuite, c'était juste qu'il en avait marre depuis bien longtemps de ces mondanités, c'était effectivement une bonne excuse. Il y avait, en outre, rien de plus à ajouter à cette affaire. Il fallait donc partir avant d'envenimer les choses.

_________________

You can
join us.

Color: dimgray


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Gala, paillettes et champagne (surtout champagne)    

Revenir en haut Aller en bas
 

Gala, paillettes et champagne (surtout champagne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» CANICHE croisé Griffon de 6 mois champagne Roubaix (59)
» URGENT - BELLA - Caniche Champagne 2/3 ans (Dépt 83)
» Fitou, caniche champagne de 6 ans (89)
» UBAC X CANICHE ROYAL MALE CHAMPAGNE CIPAM BUCHELAY 78
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Europe :: || France :: °Paris-
Nos Partenaires