Les dunes des milles et une nuit enchantée | Ft. Pandora


Partagez | .
 

 Les dunes des milles et une nuit enchantée | Ft. Pandora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Directrice d'Orpheo Tokyo
EMPLOIS/LOISIRS : Chef du QG d'Orpheo de Tokyo
LOCALISATION : Tokyo et Okinawa
CITATION DU PERSONNAGE : Kenzen naru tamashii wa, kenzen naru seishin to, kenzen naru nikutai ni yadoru. ~Soul

MESSAGES : 9
DATE D'INSCRIPTION : 09/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
0/100  (0/100)
Point Membre:
5/100  (5/100)
Niveau: 12 - Mentor
avatar
Amaterasu P. Mystery
Directrice d'Orpheo Tokyo
MessageSujet: Les dunes des milles et une nuit enchantée | Ft. Pandora   Dim 2 Juil 2017 - 23:24



"Les dunes des milles et une nuit enchantée"

Que ta nuit soit douce, Que tes rêves soient tendres, Que ton lit soit confortable, Bonne nuit ! - Mommy





Le silence est pesant, il est accompagné de quelques claquements légers de va-et-vient d’une fenêtre non loin. Un homme dégoulinant de sueur, observe d’un air grave la femme qui lisait calmement un dossier. Son regard quant à elle est impassible et n’exprime rien qui pourrait aider l’homme à comprendre ce qui lui traverse l’esprit. Alors, il attend la réponse dans un silence insoutenable, toujours plus épuisant au fil des secondes qui défilent. C’est la cinquième fois qu’il avale sa salive, sa bouche désagréablement pâteuse. Il a beau s’essuyer le front, l’instant d’après ce dernier est de nouveau humide. On l’avait prévenu que c’était toujours quelque chose que d’être en présence de la directrice elle-même… C’est la fille à la fois d’une Kamigawa et d’un Mystery, deux très anciennes et très respectables familles connues à travers le monde des sorciers.
Elle n’a rien dit pour que l’homme soit dans un tel état d’anxiété, pourtant l’homme ne peut s’empêcher d’être sous pression comme si – en effet – la simple présence de la femme était amplement suffisante pour l’ébranler. Il espère que son projet ne passera pas à la trappe, c'était peut-être aussi la raison de son angoisse. Il n'est pas du genre à être impressionné si facilement en temps normal, mais le silence de la femme est aussi tranchant que la lame d'un katana. « Je ne peux accéder à votre requête. » Annonce alors la voix de la directrice sur un ton calme et terriblement neutre. L'information prend à un moment avant d'arriver au cerveau de l'homme, tandis que les yeux d'un marron presque noir de la femme l'observait patiemment. « Mais... Mais... Pourqu...

- Parce que ce projet n'a pour but que le profit. Répond la directrice avant même que l'homme ait posé sa question. Nous voulons faire avancer la société magique, votre projet ne manque pas d'entrain à cela... Mais tel qu'il est présenté pour le moment, son développement sera limité par la cupidité. » L'homme se relève avant de reprendre le dossier que lui tendait la femme, il se penche à la suite et rajoute. « Mystery-Sama, je vous remercie très sincère, je vais continuer à travailler sur ce projet jusqu'à qu'il soit plus bénéfique pour le bien-être du monde magique. » Son visage est ferme, tentant de cacher son chagrin sur le chemin qui le mène à la sortie du bureau. Lorsqu'il claque la porte derrière lui, c'est alors qu'Amaterasu lâche un léger soupir se tournant à la suite vers la fenêtre derrière elle qui donnait une bonne vue sur l'ensemble de Tokyo. Ce n'est jamais plaisant de refuser un projet ou une invention technologique magique.
Elle se voit souvent à leur place, puisqu'elle a si souvent été à leur place à une époque. Mais elle n'avait pas le choix que d'être dure et sélective. Travailler sur un projet, c'est long, difficile et sa coûte une fortune. Si derrière le projet ne plaît pas dans le monde du commerce une fois finalisé, tout le projet n'aura été qu'une grande perte en temps en effort et bien évidemment en dépense. L'alarme de son téléphone sonne soudainement, coupant court au silence qui s'était si rapidement installé. La directrice alors pose le regard sur sa montre. Ah mince ! Songea-t-elle... Sa famille devait l'attendre en ce moment. C'était les vacances pour les arrières, arrières petits enfants de son père et sa mère, du coup ces derniers avaient tenue à passer un séjour dans un Ryokan de Kyoto pour bien évidemment profiter en famille des Onsen. À chaque fois qu'Amaterasu descendait à Kyoto, elle y croisait un esprit ancien qui était idolâtré dans le temps par les hommes.

Parce que Kyoto fait partie de ses rares régions où les hommes respectent et considèrent encore les esprits comme des divinités. Kira de son deuxième prénom respecte profondément ces esprits anciens, c'est pourquoi dès qu'elle en aura l'occasion elle irait poser quelques offrandes. Elle se relève de son bureau pour se diriger à son tour vers la sortie...

Quelque heure plus tard, un téléporteur l'attend à la porte de sa demeure où elle en sort vêtue d'un sublime Yukata qui fit rougir le téléporteur. « Kyoto, c'est bien ça Mystery-Sama ? » Demanda l'homme, avant qu'Amaterasu acquiesce silencieusement de la tête, puis rajoute. « Arigato, Onizuka. Et tu sais bien que tu peux arrêter les formalités quand on est seule. » Sa voix était douce, mais son visage toujours très impassible, mais l'homme savait que c'était là le regard naturel de la femme. Elle attrape le bras de l'homme avant de se volatiliser tous les deux pour réapparaître au pied d'un des temples de cet endroit formidable. « Obaaaaaa ! » S'écrie une petite voix, la directrice se retourne pour contempler une petite fille courir jusqu'à ses bras, suivie d'autres bambins... « Hey, mais c'est mes petits ça ! » Annonce-t-elle avec un sourire chaleureux qui est normalement si rare sur son visage ce qui surprend le dénommé Onizuka. « Oh ! Mais dis-donc, vous avez grandi... » Dit-elle en essayant d'en porter deux ou trois en même temps.
« N'abîme pas ton Yukata, Ama... Pour une fois que tu es un peu féminine. » Crache tendrement une femme qui était suivie du reste de la famille, maintenant au complet. « Ane ! » Grimace Amaterasu avant de prendre sa grande-sœur dans ses bras... Elle embrasse un peu tout le monde à la suite et s'attarde bien évidemment auprès de sa tante. « Ma tante, vous allez bien ? » Elle ne peut s'empêcher de songer de nouveau à tout ce qu'a pu traverser sa tante jusqu'à aujourd'hui. Elle ne voulait pas parler du Mystery inutilement, si c'était pour raviver une blessure douloureuse dans le cœur de Pandora, mais songe souvent à la rassurer quant à l'effort que mène Orphéo pour reprendre l'orphelinat. Seth Mystery, le frère de Pandora et le père de Kira attrape les épaules des deux femmes en question avant-même que Pandora ait donné une réponse... « On a plus le temps on y va, on y va ! » Kira sourit de nouveau, avant de rajouter : « Un festival organisé par la famille Kamigawa, je n'aurais raté cela pour rien au monde ».

Code by Sleepy

_________________

Une âme saine repose dans un corps sain et un esprit sain. ~Soul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
EMPLOIS/LOISIRS : Directrice du Mystery Orphanage
LOCALISATION : Là où il faut
CITATION DU PERSONNAGE : Le temps mange la vie, et l'obscur ennemi qui nous ronge le coeur, du sang que nous perdons croit et se fortifie

MESSAGES : 1317
DATE D'INSCRIPTION : 20/02/2011

Niveau du personnage
Point RP:
183/200  (183/200)
Point Membre:
251/200  (251/200)
Niveau: 12 - Mentor
avatar
Pandora S. Mystery
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
MessageSujet: Re: Les dunes des milles et une nuit enchantée | Ft. Pandora   Mer 5 Juil 2017 - 19:18

家族、family

Depuis 3 ans maintenant, Pandora Sylvania Mystery vivait au Japon, plus précisément, à Kamakura, à environ une heure et demie de transports de Tokyo, en compagnie de son frère Seth et de sa belle-sœur Orihime. Le couple avait acheté, il y avait de cela plus de vingt ans, une maison dans cette ancienne du Japon, au bord de la mer. La maison était une bâtisse traditionnelle rénovée, faite en partie de bois et de papier de riz, immense. Assez immense pour accueillir les vingt-huit petits enfants de la famille Mystery, la branche japonaise. En effet, contrairement à elle, son aîné n'avait connu aucun problème de fécondité, et avait même eu assez d'enfants pour eux deux, c'est à dire dix. Ils avaient comblé leurs grands parents, du temps ou ceux-ci étaient encore de ce monde. Et la famille continuait de s'agrandir. Elle comptait actuellement treize arrière-petits-enfants. Depuis 2014, Pandora avait donc vécu entourée de petits métis et de leurs parents et grand-parents : ses neveux, nièces, petits-neveux, petites-nièces, arrière-petits-neveux et arrière-petites-nièce. Une sacrée tribu, mais la vieille femme ne se laissait pas impressionner : cela ne lui changeait pas beaucoup de l'orphelinat. C'était simplement un tout petit peu plus reposant. Il n'y avait pas de traumatismes à gérer, la plupart de ces enfants étaient aimés, confiants et équilibrés.

Toutefois, la vieille sorcière n'aurait pu nier que ses orphelins lui manquaient. Ceux qu'elle avait vu grandir. Ceux qui, pour certains, étaient prisonniers des sorciers noirs. Ceux dont les os reposaient à présent partout dans le domaine Landcastle et à Little Angleton. Les petits mêlés, et ceux qui n'avaient tout simplement pas survécu à l'attaque des sorciers noirs. Il y avait aussi ceux qui s'étaient enfuis, ceux qui avaient grandi trop vite. Tous ces enfants dont on lui avait retiré la garde, après qu'elle se soit enfuie des cachots de son propre manoir. Puis elle avait découvert que Nérys, Jonathan et le petit Salim avaient disparu. Dans les jours qui suivirent, on vint lui annoncer, chez Mme Deslilas, la directrice du QG principal d'Orpheo, que l'Ordre avait décidé de la suspendre de ses fonctions. Son hôte avait soupiré de dépit. Mais les conservateurs avaient été supérieurs en nombre pendant les votes. Pandora Mystery devrait prendre sa retraite. Quelques jours plus tard, Seth lui proposait de venir habiter avec lui au Japon, le temps de sa convalescence. Atterrée, elle avait accepté.

Son moral avait été au plus bas durant les première semaines. Et puis, la douceur de sa belle-sœur, la joie de vivre et la combativité de son frère aîné l'avaient incitée à faire tout son possible pour guérir. Selon Seth, on ne pourrait pas leur usurper le Mystery Orphanage indéfiniment, pas même après que l'on en ait éjecté les sorciers noirs. Le sorcier avait foi, leur heure viendrait. Il était révolté, mais calme, il avait confiance en l'avenir.
Alors Pandora s'était rassérénée. Elle avait repris l'apprentissage du japonais, qu'elle avait souvent utilisé plus jeune, puis parfois avec des orphelins, mais qu'elle avait eu tendance à délaisser ces dernières années. Elle avait du temps, et au bout de quelques mois, elle conversait de façon tout à fait fluide avec les Mystery japonais, petits et grands.

Orihime et elle s'étaient occupé du jardin, elle lui avait enseigné la cérémonie, le port du kimono et du yukata, pour la divertir. Elles avaient fait la cuisine, elles avaient conseillé Amaterasu, la plus jeune de ses nièces, à présent directrice du QG de Tokyo, lorsque celle-ci en avait besoin. Avec Seth, ils avaient débattu des différents événements qui se produisaient dans le monde humain et magique. Ils s'étaient baladés au bord de la mer, souvent, et dans la forêt, dans les grottes, et les temples. Lorsque sa condition physique s'était améliorée, elle avait entraîné certains de ses petits neveux et petites nièces. Certains d'entre eux étaient guérisseurs et lecteurs de pensées, comme elle.

Orihime et elle avaient cousu des yukatas derniers pour les enfants. Notamment pour ce soir, où toute la famille -du moins ceux dont l'emploi du temps leur permettait de venir- se retrouvait à Kyoto, pour un matsuri au Fushimi-Inari, un festival typiquement japonais.
Ce soir, Pandora se sentait apaisée, heureuse. Même si au fond d'elle, quelque chose regrettait profondément l'Ecosse, sa maison. C'était sa place, c'était là qu'elle devait être. Souvent la nuit, elle rêvait d'eux. Nérys, Jonathan, Salim. Hayley, Ian, Luka, Ange, Yoren, Louis, Autumn. Myaw, Kelyann, Kilyann, Malaki. Ses employés aussi, Takeji, Shybaï, Ren, Remy, Judith, Josh. Elle espérait également que les habitants de Little Angleton se portaient bien.

Ils étaient partis prendre le shinkansen à Tokyo vers midi, et étaient arrivés à Kyoto à quinze heures trente. Ils avaient rejoint un ryôkan traditionnel, occupé presque uniquement par la famille Kamigawa et la famille Mystery pendant quelques jours. Autant dire plus d'une cinquantaine de personnes. C'était très impressionnant à voir. Il y avait des enfants qui couraient partout, babillaient en japonais, mais aussi en chinois, coréen, portugais, allemand et néerlandais. Parfois un peu français, ou philippin. La famille était restée essentiellement japonaise au cours des siècles, mais la mondialisation ayant fait son travail, le métissage était de plus en plus courant. La famille comptait également de plus en plus de mêlés.

Après s'être reposés et rafraîchis, toute la petite troupe se dirigeait à présent vers le Fushimi-Inari, temple immense et composé de milliers de toriis, où devait se tenir le festival, un peu à l'écart de la ville même. Pandora portait un yukata vert pastel et blanc, orné de motifs de roseaux et de grues verts et roses. Son obi était de cette couleur, et elle marchait dans des getas aussi bien que toute vieille femme japonaise. Orihime lui avait glissé un éventail en bois de rose dans la ceinture, qui représentait un coucher de soleil sur un marais.

Alors que la vieille femme se dirigeait vers un stand de takoyakis afin d'en déguster quelques uns, on vint l'aborder en l'appelant "ma tante". Elle se retourna, et son visage s'illumina. La bouille caractéristique de sa nièce cadette Amaterasu lui faisait face. Pandora la prit instantanément dans ses bras, puis se recula, la prenant par les épaules afin de l'observer. Elle avait l'air légèrement fatiguée. Mais elle était une femme forte, comme toutes celles de la famille. L'écossaise sourit.


-Amaterasu, je suis si heureuse que tu aies pu te libérer. Tu dois être tellement occupée. Je vais très bien, et toi ?

Au même moment, Seth les prenait toutes les deux par les épaules, et les entraînait vers l'intérieur du sanctuaire, riant avec elles, toujours aussi enjoué, pressé de profiter de sa famille. Pandora couva son grand frère d'un regard rempli d'amour. Elle était heureuse de pouvoir passer autant de temps avec lui. A quelque chose, malheur est bon, disait l'adage. Elle sourit, et, lorsque son aîné se mit à poursuivre un de ses arrière-petits-enfants, elle se retourna vers Amaterasu, et lui demanda :

-Tu veux manger quelque chose, ma toute belle ?

Elle était un peu pâlichonne, une bonne portion de nouilles sautées lui ferait le plus grand bien. On ne changerait pas Pandora, même après la guerre et les épreuves.

_________________

Zaubererbruder, wo bist do gewesen, in all diesen finsteren Jahren ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Les dunes des milles et une nuit enchantée | Ft. Pandora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Caverne aux Milles et un Plaisirs
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Asie :: || Japon-
Nos partenaires