AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Objectif de la mission : tenter de finir ce diabolo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Modo | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
Modo | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 78
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
36/100  (36/100)
Point Membre:
57/100  (57/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Objectif de la mission : tenter de finir ce diabolo   Mer 2 Aoû 2017 - 18:14

Des bulles. Des petites bulles. Un regard en apparence distrait, en réalité soucieux. Je concentre mon regard sur les petites briques décoratives derrière le comptoir du bar. Je compte les bouteilles d’alcool de ma position, dans l’unique but de me détendre. Mes muscles sont tendus, prêts à démarrer au quart de tour si quelque chose de malheureux survient. Je suis posé dans un coin du bar, discret, avec mon blouson noir sur le dos au col relevé et une écharpe à proximité. Mes cheveux sont attachés en arrière, de manière à ne me gêner sous aucun prétexte. Ce genre de faute de débutant n’est pas pour moi, puisque oui, de toute évidence, je suis en mission. Même pour siroter un diabolo -mauvais- tranquillement à une table dans un bar. Bar non loin du QG d’Orpheo. Oui oui, de ce grand QG et de cette organisation qui me tape et m’a toujours tapé sur le système. Quoiqu’il en soit, j’ai conscience d’être relativement exposé de ma position. Si, au début, ma réflexion me portait à poser des runes pour masquer ma magie, j’ai finalement trouvé l’idée inutile. Qui sait de quelle manière les bars auraient pu servir de détecteur de runes ou autre. Le mieux était encore de faire profil bas. Être possesseur de magie ne veut pas nécessairement dire être sorcier noir. Rien n’indique sur mon visage mon appartenance à Rosenrot non plus.

Du coup, il se trouve que, posé dans mon coin de bar, je me force à rester le plus calme possible. Nous sommes en chasse. En filature. Peu importe le nom que vous donnez à ce truc, nous cherchons une femme. Une exorciste plus précisément. Une dame qui, une fois entre nos mains, pourrait nous fournir de précieuses informations sur l’état actuel d’Orpheo. Ce n’est donc pas tout à fait négligeable. Je fais des ronds avec mon doigt sur la table et ferme les yeux. C’est le silence radio. Non pas dans ce bar, mais dans mon esprit. Mon frère ne m’a toujours pas contacté. Je jette un œil à la montre de mon poignet gauche. L’aiguille des secondes continue inlassablement son train-train habituel. Cela fait plus de huit minutes à présent. Mes yeux dérivent sur la fenêtre. Evidemment, je ne le vois pas. Il est censé patienter et observer les mouvements de notre cible. Connaissant son caractère explosif, il pourrait tout aussi bien décider d’agir mais je le lui ai strictement interdit et je pense que pour cela, il se contentera de faire ce que je lui demande. Ou bien m’en aurait-il parlé avant de passer à l’action.

Cette fois-ci, mes doigts tapotent un à un le bois de la table, comme une vague. Le pouce, l’index, le majeur, l’annulaire et le petit dernier. Le pouce, l’index, le majeur, l’annulaire. Je souffle en serrant les dents, agacé et boit une nouvelle gorgée de soda, si on peut appeler ça comme ça. Pas d’alcool en mission, on ne sait jamais. Mes sourcils se fronce un peu. Est-ce que je le contacte ou pas ? Peut-être a-t-il passé les portiques de sécurité d’Orpheo ? Ou peut-être est-il en train de les passer ? Si je le contacte maintenant, sans doute risquerait-il de se faire démasquer. Je me méfie des runes qu’ils ont très certainement installés à l’entrée depuis le début de la guerre. Entrer au QG de Londres n’est pas une mince affaire mais j’ai bien préparé le terrain : des faux papiers et une vie. Juste pour Olive, sans mentionner un éventuel jumelage. Il est assez bon pour dénicher de quoi le métamorphoser complètement sans user de magie ou de runes. Nous sommes assez discrets en mission et assez peu connus si on omet notre nom de famille, alors Olive ne risque pas grand-chose s’il ne met pas le feu à Orpheo.

Il n’empêche que tout cela commence à être long. L’espace d’un instant, mon esprit s’oriente vers une potentielle explication et j’ouvre grand les yeux en dirigeant de nouveau mon regard vers la fenêtre donnant sur le QG. Et si… et s’il y avait des runes permettant de stopper les dons psychiques ? Ou même physiques ? Serait-il possible que, pour entrer, Olive se soit trouvé forcé de subir une rune de suppression temporaire des pouvoirs ? J’ignore si tout cela existe, mais si c’est le cas, je suis plutôt en droit de m’inquiéter, ces salauds d’Orpheo sont peut-être plus doués que je ne le pensais. Et s’ils lui ont fait subir une rune de vérité ? J’ai techniquement pallié à cela en approchant nos véritables histoires et identités à ceux que nous sommes réellement mais s’ils entrent dans les détails, cela pourrait être bien plus compliqué que prévu. J’approche mon pouce de ma bouche et me mord l’ongle. Et s’il s’est fait démasqué ? Est-ce que je risque de dévoiler ma position en cherchant à obtenir un contact avec lui ?

Tant pis, c’est un risque à prendre. S’il est encore sur le seuil de la porte, je peux toujours lancer une onde de choc si les choses dégénèrent. Ces exorcistes s’occuperont d’abord des civils et je pourrais sortir Olive du bordel dans lequel je l’ai fourré. Qu’importe, j’attrape mon écharpe, prêt à déguerpir à n’importe quel moment et envoie mon don frapper contre les murs comme une vague, les traverser comme s’il ne s’était agi que de minuscules barrages de sable et s’élancer tout autour de moi jusqu’à trouver la seule personne capable de recevoir ces ondes. Comme une minuscule décharge dans les neurones, une demi-seconde plus tard, mon esprit me notifie finalement la réussite de la connexion. J’aime beaucoup utiliser ce don, je le trouve particulièrement grisant et cela me permet de me rassurer la plupart du temps. Ce n’est pourtant pas ma voix qui part la première.

« Neuf minutes, douze secondes. Tu dois être en drôlement bonne compagnie pour m’accorder si peu d’attention. J’espère qu’elle en vaut le coup.
« Si tu parles de mon diabolo fadasse, non, c’est pas ma priorité pour le moment, je dissertais simplement sur ta propre capacité à jouer la carpe. Crois-moi, la dissertation s’est transformée en louanges. Tu fous quoi ?
« Trop d’honneur, je suis touché. Eh bien, figure-toi que j’observe la miss comme je peux. J’ai tenté de rentrer mais j’ai fait demi-tour après m’être pris trois runes dans la figure avant même d’avoir passé le seuil. J’ai réquisitionné en attendant un joli petit studio adjacent au bâtiment. Les toits sont tellement proches qu’en usant d’un peu d’ingéniosité, je suis certain de pouvoir me la jouer templier des temps modernes.
« Oublie. Elle finira forcément par sortir du bâtiment. Tu risques de te faire repérer si tu fais le singe à Londres. Encore plus si tu comptes utiliser la magie. Je préfère une olive au piment qu’une olive toute desséchée.
« Ça ira jumeau chéri, j’vais pas finir à la poubelle. »


Je m’apprête à dire quelque chose mais mon idiot de frère décide de rompre la discussion. Attends, il veut dire quoi par « ça ira ? ». Ça n’ira pas du tout s’il veut sauter d’un bâtiment à l’autre en utilisant la magie parce qu’il n’aura de toute manière pas le choix, à moins qu’une idée ne lui vienne subitement à l’esprit. Une mauvaise idée. Je m’approche un peu plus de la fenêtre et ne quitte pas l’entrée du QG des yeux. Tant pis, il a intérêt à gérer de son côté et, confiant comme il est, il ne se laissera pas avoir facilement. Certainement pas. Espérons-le sinon je devrais faire diversion et contrairement à lui, moi en général j’agis dans l’ombre. Qu’importe.

_________________


DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | We were made for each other ~ Criminel Consultant
Admin | We were made for each other ~ Criminel Consultant
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Etre un cerveau
LOCALISATION : Cherche sur Google Maps
CITATION DU PERSONNAGE : I don't have friends, I have One, we call her "Death"

MESSAGES : 437
DATE D'INSCRIPTION : 29/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
32/100  (32/100)
Point Membre:
51/100  (51/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Objectif de la mission : tenter de finir ce diabolo   Lun 7 Mai 2018 - 23:45

Ma réponse est pourrriiiiie

    Il n’y a pas plus délicieux qu’une cigarette au lever du soleil. Contempler la mer, et trouver une sorte de paix intérieure grâce au son des vagues, au bruissement du vent et à la nicotine qui se diffuse dans les vaisseaux sanguins à une vitesse éclair. C’est une véritable drogue, et arriver à ce point à sentir les effets dans son organisme me donne presque un orgasme.

    Mais ce matin, pas de cigarette, pas de mer, pas de Pays de Galles. J’ai quitté Llanfairynghornwy dans la nuit. Pourquoi ? L’envie de me ressourcer. C’est vrai qu’une petite maison de bois au bord d’une falaise donnant sur la mer d’Irlande c’est vraiment ce qu’il y a de pire pour se reposer. Je m’y ennuie ferme. Pas de nouvelles, de personne. Pas de Mikeal, pas de Dorian Cross, pas de Garrett Baker, pas d’amis, pas d’ennemi, pas d’animaux, pas d’enfants... Rien du tout, aucune occupation. Et je ne vais pas jouer aux échecs contre moi-même pour l’éternité.

    Donc oui, mon cas nécessite de sortir du calme pour me ressourcer. Et alors que mon intention n’était pas du tout d’atterrir dans cette ville, je me retrouve plongé au cœur même de Londres. Il y a 480 kilomètres entre Llanfairynghornwy et Londres. Et ça fait exactement 1 heure et 25 minutes que je suis assis dans ce bar pourri avec un mauvais scotch. Quelle honte, comment peut-on servir ce genre de boisson.
    Et sachez que c’est un record, rester aussi longtemps, dans un endroit aussi peu classe pour Malcolm O’Shea. Je devrais peut-être sortir.

    Pourtant je n’en ai pas envie. Ça fait depuis quelques minutes, douze pour être exact, que je m’intéresse à un homme dans ce pub, bar, peut-importe. Sans non plus garder les yeux rivés sur lui, la pression d’un regard peut se sentir chez n’importe qui, mais en jetant des coups d’œil furtifs, tout en alternant avec quelques gorgées de scotch et quelques pensées profondes sur la physique de l’univers.

    Je l’ai déjà vu quelque part non ? Peut-être. Peut-être pas. Je sens quelque chose mais je ne sais pas quoi. Ce n’est pas magique, c’est juste une intuition. Il peut arriver de penser que certaines personnes et certaines actions débloquent l’avenir. J’y crois. Toutes proportions gardées, bien évidemment.
    Pour tout dire, il a aussi attiré l‘attention en tapotant frénétiquement de ses doigts sur la table, ce qui a le don de m’énerver.

    Alors Malcolm, qu’est-ce que tu vas faire ?

    Je vais l’invectiver parce que, Dieu qu’on se fait chier, et on verra bien ce qui arrivera. J’ai un besoin vital d’occupation. Ce serait plus simple d’aller dehors, marcher dans un parc. Mais pourquoi faire simple ?

    Je me lève alors, verre de scotch à la main, pour aller m’installer à la table de ce jeune homme, devant lui, jambes croisées, et juste un regard. Je pose enfin mon verre sur la table.
    - Vous avez l’air stressé.


couleur:
 

_________________

I always stare at you Invité, beware.


I sucked him, he sucked me:
 


Kapédépé:
 


Résumé de la vie de Fergus + tous les membres de Mystery Orphanage:
 

Do you like apples?

DCs : Hayleylareloue, Josh Tay, Johnlesexy, Phyllis, Lesty et OctaviusleBG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Objectif de la mission : tenter de finir ce diabolo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: ▐ Z.O.N.E R.P.▐ :: ● ● Europe :: || Angleterre :: °Londres-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :