AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dansons la polka en mangeant de la poutine (rapée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin | Fou furieux, oui Nicolas
Admin | Fou furieux, oui Nicolas
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Guitare oh yeah rock'n'roll babe !
LOCALISATION : Trou paumé sur mer (Little Angleton ?)
CITATION DU PERSONNAGE : I was born and grew up with my ass in the tender grass, I had never travelled 'cause heaven was under my back - June&Lula - Tender Grass

MESSAGES : 523
DATE D'INSCRIPTION : 02/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
42/100  (42/100)
Point Membre:
154/100  (154/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Dansons la polka en mangeant de la poutine (rapée)   Mar 26 Sep 2017 - 19:04

C'est... la... fête !

Cette journée c'est un peu l'angoisse et la folie à la fois. Mais aussi beaucoup de bonheur. C'est l'anniversaire de mon papa. Mon papa qui a 60 ans, aujourd'hui. Hé oui, ça vous en bouche un coin hein ? Non, ça vous en bouche pas un coin ? Moi si. Il est vieux. Enfin il n'a pas l'air si vieux que ça quand on le regarde bien, le Creed. Il a même plutôt posément l'air d'avoir seulement dix à quinze ans de plus que moi. La triche quoi. Oui, ok, ça sera la même avec mes enfants quand j'en aurais, mais pouet.

En vrai c'est plutôt cool pour mon papa qu'il fasse pas son âge hein. Mais il fait quand même un peu peur. Fear Angus Creed, mec avec une barbichette et un air sérieux au possible (et des yeux qui lancent des éclairs quand il se fache), chef de la section pénale du QG d'Orpheo Ottawa et à la fois PDG de la Creed's Tourist Company. Ouais le mec a pas de vie. Enfin si, il a, et c'est ça le pire, c'est vraiment le pire. Il a le temps d'aller tirer les nattes de toutes mes cousines les plus jeunes, de faire des remontrances à Abbey sur son style de vie, de jouer au hockey avec Charlie et par ci par là de me demander quand est-ce que je vais lui faire une petite fille (oui parce qu'allez savoir pourquoi, les bébé filles, chez les Creed, c'est sacré). Depuis que je suis marié, lui et ma mère me parlent que de ça. Autant vous dire que j'en peux plus. En plus c'est pas que je veux pas hein. Mais c'est la guerre quoi. Donc comme j'ai que 26 ans, Hayley que 25, et que les sorciers noirs veulent nous buter et qu'en plus y a même plus d'orphelinat dans lequel coller les mômes quand les parents meurent -je suis horrible putain-, bah on va prendre une grande inspiration, ranger ses gamètes bien au chaud pour plus tard, et se calmer.

Evidemment, mes parents sont tout à fait au courant de tout ça, et au final, c'est juste devenu une blague récurrente dans ma famille. Sauf pour les vieux du Nunavut qui pensent que de toute façon il faut procréer, procréer, procréer et encore procréer, et qui, en même temps, pensent que tout ce qui est jeune est con et pénible. Oui, ces gens là aiment bien râler.
Même mon cousin Octavius s'est mis à se foutre de moi sur le sujet. Et là putain j'ai un flash, oh mon dieu j'ai peur du jour où je deviendrai effectivement papa et où, par la présente, Octa le brocousin deviendra Octa le tontoncousin. Faudra que je cache mes enfants bien au chaud dans des cahutes du fond des bois. Sauf qu'il est métamorphe animal et que le fin fond des bois canadiens, bah ça le connaît mieux que moi. Zut.

Donc, tout ça pour dire que cette journée est flippante, mais à la fois très excitante. Je me suis réveillé à six heures pétantes pour aller faire chier ma mère dans la cuisine et essayer de l'aider à cuisiner des trucs, mais dès que j'ai eu grignoté quelques trucs, elle m'a méchamment envoyé décorer la terrasse avec ma télékinésie. J'suis un peu triste d'avoir jamais le droit de cuisiner, parce que moi, j'aime cuisiner. Et sauf les première fois où je cuisine un plat, je suis plutôt doué. Mais bon. J'aime bien aussi accrocher des petites lumières sur la terrasse, c'est cool aussi. Donc je l'ai fait, et puis Hayley est venue me rejoindre pendant qu'elle buvait son café, on s'est fait un bisou, et ensuite ma maman m'a chargé de corvée de ménage, ce qui est tout de même le truc le plus nul à faire quand on prépare une fête.

No comment sur le fait que ma mère me mène à la baguette alors que j'ai vingt six ans passé.

D'un côté il faut se souvenir que je dois me rattraper pendant le restant de mes jours auprès de ma famille pour avoir fugué juste pour aucune raison alors que j'étais juste un genre de pré-ado, un machin qui connait rien à la vie. Et j'ai survécu, bordel. Des fois, je réfléchis à mon passé, et je me dit qu'il y a un truc qui déconne chez moi. Je suis une anomalie quantique. C'est très joli ça. Je devrais proposer à Hayley de m'appeler sa petite anomalie quantique, c'est totalement chou.

Quand j'ai eu fini de récurer la maison de campagne qui est IMMENSE HEIN FAUT PAS DECONNER, c'était l'heure de manger, et Abbey venait de débarquer avec des sandwiches et un peu de charcuterie à faire griller. Elle s'est foutu de ma gueule parce que j'avais un look de femme de ménage hispanique, je lui ai mis un plumeau dans les cheveux, ma mère a failli réussir à nous tirer les oreilles, et on s'est installés dans le jardin pour grailler. C'était bon.

Merci Zach de nous raconter ta journée avec autant de détails, l'univers s'en trouve ra-vi.

Mais je vous en prie.

Et donc, au fur et à mesure de la journée, de plus en plus de cousins et autres gens chelous (les gens de ma famille sont tous chelous, selon moi. Mais si vous leur demandez, c'est moi qui suis chelou. Mais ne leur faites pas confiance, ce sont des gens chelou). Y a commencé à avoir plein de petites filles avec des nattes qui courent partout dans mes pattes, en pensant qu'elles aident à préparer la fête, alors qu'en fait non, elles font juste du bruit et du bordel, mais que comme j'aime beaucoup trop mes cousines et les filles de mes cousines, bah voilà, je dis rien et je souris comme un niais en essayant de fixer une saleté de nappe sur une table en bois, voilà, je me suis coupé avec une assiette en carton, tout le monde va ENCORE se moquer de moi.

Puis il y a aussi Caïus, le fils de ma cousine Thilda, qui a genre à peine un an et qui est le truc le plus baveux et joufflu que je connaisse, mais aussi le plus mignon. C'est aussi un peu un running gag, ce gosse, parce que c'est un des seuls mâles de la famille Creed. Du coup, avec Octavius, on l’entraîne à résister à l'oppression féminine. Quand il sera ado, on lui apprendra probablement à cramer des tampons. Non.

J'ai pas dit ça.

Après, tout compte fait, il faut bien avouer que la télékinésie, c'est hyper pratique pour préparer une fête. On peut soulever de la poussière, de la déco, des assiettes -si ma mère m'y autorise-, et même le chien. En plus, on peut se la péter devant ses petites cousines à faire voler des lampions tandis que notre femme soupire dans un coin de la pièce, tout simplement parce qu'après un an de mariage, elle en peut déjà plus de vous (c'est faux, je suis la lumière de son existence).
Sinon j'ai réussi à ne faire cramer aucune bouclette jusqu'ici, ce qui est plutôt positif. Mes précieuses bouclettes.

Après encore deux pauses café et une pratique de la télékinésie sur petite cousine (avant que ma mère et la mère de la petite cousine en question ne débarquent), Margaret -ma môman- me laisse enfin la rejoindre pour faire des petits fours dans la cuisine, où Hayley était déjà, à faire je sais pas quoi, d'ailleurs, probablement un truc secret et machiavélique de femme, ma mère fait plus confiance à mon épouse qu'à moi, je suis vexé, je boude.

Mais je m'applique quand même bien à tartiner la tapenade sur les petits toasts pour éviter de me faire gronder par maman.

Il est déjà dix-huit heures. Ca veut dire que dans une demi-heure les premiers Creed vont commencer à débarquer pour aider à finaliser un peu tout ça, et qu'encore trente minutes après ça, le paternel et les autres invités vont arriver. Du coup, je file me doucher, non sans me faire gratuitement jeter de la farine dans le dos par Abbey -Charlie est occupée avec les petites cousines, ouf-.

A dix-huit heures quinze, je suis tout frais pimpant sortant de la salle de bains. Avec les bouclettes mouillées, certes, maman va encore râler, mais j'aime pas le séchoir à cheveux, laissez moi tranquille. FFFF. Va voir ailleurs, Allen Kristiansen, sheitan du cheveu sec (mais soyeux ♥️). D'ailleurs, lui aussi, il est invité. J'ai hâte de le voir pour lui pincer les joues. Comment ça on ne dit pas ça de son directeur de QG ? Non en fait j'entends rien, c'est bizarre, hein ? Mon immaturité est trop forte pour vous.

Blblbl.

Marque de fabrique de Canadien, vous pouvez pas comprendre.

Des fois j'ai aussi du mal à me suivre moi-même.

Je suis un bordel ambulant.

Je chante à tue-tête dans la salle de bain en tentant de replacer mes jolies bouclettes sur mon crâne, mais abandonne rapidement, me contentant de me trouver beau avec ma petite chemise grise à col blanc et mon jean noir. J'ai aussi de fort jolies baskets en daim gris, toutes neuves. Cadeau de n'Hay.

Il commence à faire légèrement sombre, dehors, et le jardin est super beau. Je me suis bien appliqué à faire des jolies runes de lévitation pour que Mr. -inspiration- VONIESTOSIWJSKI -expiration- soit fier de moi. Puisque c'est lui qui me l'a appris. Bon, il en saura probablement jamais rien. Mais disons qu'il est fier de moi, ok ?

Bref, la maison grouille de gosses en tous genre, j'ai trop envie de prendre Caïus dans mes bras et de le papouiller, puis d'arriver vers Hay avec un air de chien battu et de lui demander "allez, on fait le même ?", mais j'ai pas le temps, je dois servir des boissons, prendre les manteaux des gens, faire bonne figure, bla, bla. C'est chouette hein, j'adore ma famille, mais c'est l'angoisse. Du coup, pour chasser l'angoisse, je fais totalement le clown, et je passe pour l'abruti de la famille. Rassurez-vous hein, c'était déjà le cas avant ce soir, mais disons que j'empire et aggrave allègrement les choses à chaque, et je dis bien chaque, événement plus ou moins important de la famille Creed et/ou de la société magique canadienne, ce qui, finalement, revient presque au même. Et ça, c'est assez flippant.

Trêve de conneries.

(Non).

Mon papa arrive. Ce qui veut pas vraiment dire trêve de conneries, au final, mais plutôt, "on se calme un peu Zach sur le n'importe quoi, juste un tout petit peu, s'il te plait, allez, on sait que tu es capable de le faire, concentre toi fort, GO GO GO".

Papa, donc.

Je lui saute au cou comme un enfant de dix ans en beuglant :

-JOYEUX ANNIVERSAIRE PAPOUNET !

Et je lui pince les joues. Et il me lance des éclairs avec la première couche de ses yeux.

Oui les yeux ont des couches, vous êtes stupides si vous ne l'aviez jamais remarqué.

Et dans la deuxième couche de ses yeux, je vois beaucoup d'amour et de bonheur.

Sauf qu'il doit faire bonne figure et me remettre à ma place, parce que voilà, c'est comme un jeu entre nous, et que donc il me lance une petite tape derrière le crane, râle parce que mes bouclettes sont mouillées, ma mère dit "je lui avait pourtant dit de se sécher les cheveux", mes sœurs ricanent, mes cousines aussi (toutes des dindes dans cette famille), tout le monde blablate, se demande comment il va.

Moi dans tout ça j'essaie de faire le mec responsable qui a tout de même organisé la soirée, qui aide les invités, apporte des plats, résout des problèmes et qui veille à ce que ses cousines ne tombent pas dans le lac en contrebas de la colline. Ouais c'est un vrai job aux fêtes Creed, faut pas croire. Je suis résolu à être incroyablement multitâche et efficace ce soir, BOOM.

Je choppe deux margaritas avant qu'il n'y en ait plus et en offre une à Hayley.

-Toi je t'aime, toi.

Petit bisou mignon sur le coin des lèvres.

Ca va être une chouette soirée.



_________________

Socrate est un chat.




Socrate is:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | The Girl on Fire ~ Life, new definition
Admin | The Girl on Fire ~ Life, new definition
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Musique
LOCALISATION : Dans les baskets de Zacharia Creed
CITATION DU PERSONNAGE : Ce qu'il nous faut décider, c'est quoi faire du temps qui nous est imparti.

MESSAGES : 1960
DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2010

Niveau du personnage
Point RP:
54/200  (54/200)
Point Membre:
46/200  (46/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: Dansons la polka en mangeant de la poutine (rapée)   Dim 21 Jan 2018 - 16:54

NoyeuxJanniversairechezlesCreed

    Il y a quelques temps je n’aurais jamais pensé être dans un si bon moment. C’est vrai qu’on en a vécu des horreurs, et Dieu sait que mentalement c’était insupportable, et physiquement c’était pas mieux. Mais on s’en est sorti, maintenant c’est plus calme. Maintenant je me sens en sécurité au milieu de la plus grande famille d’humains doués du Canada.

    C’est incroyable, en temps de « guerre », de pouvoir fêter aussi innocemment l’anniversaire de quelqu’un. J’ai l’impression d’avoir changé de dimension, comme si tout ce qu’on a vécu depuis qu’on est au Canada avait été le fruit d’un rêve. Je sais qu’une dimension parallèle n’a rien d’un rêve, quoi qu’en fait on n’en sache pas grand-chose.

    Mais je ne vais pas m’éterniser sur les moments incroyables qu’on peut vivre dans une vie et en période de crise, ça n’intéresse personne. Si ?

    Soit.

    Depuis le début de la journée, Zach court dans tous les sens. Ça me fait plaisir de le, voir en joie comme ça, c’est une bonne chose. Même si en réalité ça fait assez longtemps que tout roule pour nous deux.

    On ne va pas reparler de cette rencontre fortuite en plein milieu de la forêt Islandaise, ce n’est absolument pas la peine, pas du tout. Je ne vais pas dire que c’est quelque chose que je souhaiterais oublier, parce que ce n’est pas vrai, ça fait partie de ma vie. Ca fait partie de notre vie, à Zach et moi.

    D’ailleurs il est où mon glandu de mari ? Hé, il a disparu à 6 heures ce matin, bien qu’il ne m’ait pas réveillé, et je suis passée devant lui quelques fois, quand il accrochait des lanternes/guirlandes dehors en utilisant la télékinésie. Il est choupinet mon mari, il était trop mignon quand il accrochait ses trucs.

    Quand je suis avec lui je suis instantanément beaucoup plus niaise, je fais moins la madamejesaistout.

    Tout à l’heure, Margaret Creed est venue me voir pour que je l’aide à faire des petits fours. Autant vous dire que je ne sais absolument pas faire de petits fours. Pourtant j’aimais bien traîner dans la cuisine du Mystery et regarder Miss Gilbert. Au moins ça me donne l’occasion d’apprendre de nouvelles choses, même si la cuisine ne me passionne pas, j’adore la chimie alors prenons ça pour de la chimie !
    Zachounetbouclettes est passé aussi à ce moment-là, et j’ai cru que sa maman - que j’ai le droit d’appeler Maggy héhéhéhéhé - allait encore nous parler de petits enfants.

    J’arrive pas à expliquer à ma belle-mère que faire des enfants quand on est poursuivis par des Sorciers Noirs c’est pas une bonne idée. On ne fait pas naître un enfant pendant une guerre. Et de toute façon avec toutes les épreuves que mon corps a vécues, peut-être que je ne suis même pas/plus capable d’en avoir.

    En tous cas ce n’est pas le moment. La contraception fait partie de notre mariage. Le monde magique est cool pour ça, niveau contraception, féminine ou masculine, on est super bien lotis. Il y a multitudes de méthodes, permanentes, provisoires, plus ou moins longues sur ce coup, soit ponctuelles, soit sur plusieurs mois, années, etc. Et en plus ce sont des supports vraiment différents. Runes, parchemins, condoms, sortilèges, chirurgie, etc.
    Vous allez me dire, pourquoi Hayley Creed, la meuf la plus religieuse du coin - j’avoue avec les Creed je crois que je suis battue - peut-elle utiliser une contraception ?
    CF. plus haut, bisous.

    Un long moment de la journée, je n’ai rien eu à faire, j’ai essayé d’aider où je pouvais, mais ils sont tellement nombreux dans cette famille, que je ne sers à rien du tout, ils sont presque tous là pour aider, sauf les vieux du Nunavut (d’après ce que j’ai compris, ceux-là, il font tout le temps la tronche).
    J’ai eu l’occasion de jouer avec quelques enfants, en évitant SOIGNEUSEMENT le regard de Margaret ou de Zach. J’ai papoté avec Octavius, le cousin de Zach, ou son frère, enfin son brocousin comme ils s’appellent.

    Ça fait un très long moment que je fais partie de la famille et pourtant je me sens toujours un peu étrangère. Pourtant ça ne devrait pas.
    J’aime bien Octavius, il est marrant, c’est un genre de Zach mais blond, et pas bouclé, mais surtout cet accent Canadien est super chelou ! C’est le premier Creed que j’ai rencontré, parce que c’est lui qui nous a emmené nous cacher après une très longue cavale. Lui et Zach ont su directement me détendre pendant le trajet, parce que je flippais. Quelle aventure. J’vous jure.

    Autant vous dire que tout au cours de la journée, avec tout ce que j’ai fait, ou plutôt pas fait, j’ai eu largement le temps de faire ce que je voulais, de me préparer comme il fallait, de mettre une jupe portefeuille jaune avec un pullover noir, des collants noirs et des baskets noires. Je ne veux pas voler la vedette à papa Creed, même mes cheveux sont sobres, simplement blonds, presque blancs.

    Maintenant c’est l’heure du Creedanniversaire, comme l’a inventé mon cher mari. Je pense qu’en fait c’est valable pour tous les Creed, mais surtout pour son papa.
    Au moment où celui-ci arrive, le Zachounet lui saute dessus et on l’entend dire, très fortement :
    -JOYEUX ANNIVERSAIRE PAPOUNET !
    J’entends Octavius ricaner près de moi et je vois la mère de Zach prête à se mettre le plus gros facepalm de sa vie ? Je souris également pendant que Zach fait un câlin à son papa.

    Mais pas longtemps après, toute la foule de Creed et autres gens qui ne sont pas des Creed, parce que oui visiblement il y en a. Ils sont partout. Bref. La foule qui nous traîne et nous entraîne et… Chuuut.
    Les gens se répartissent joyeusement à table et autour du buffet pour commencer à manger, je vois Octavius filer vers ce qu’il appelle « sa Poutiresponsabilité », j’ai absolument pas compris de quoi il s’agissait. Et entre temps, l’espace de 5 secondes, j’ai perdu mon mari.

    Je me pose dans un coin, en essayant de voir où il peut être, sans trop paraître asociale non plus. J’ai droit à quelques regards curieux, et de sourires, des « bonjour » en anglais, en français… Et des gens viennent faire connaissance avec moi, visiblement je ne suis pas trop bizarre. En tous cas je ne panique pas même si je préfèrerais rester collée à Zacharia Creed. Mais où es-tu ?

    Quand on parle du loup.

    Il sort de nulle part et me tend une margarita, que j’attrape, puis me dit :
    - Toi je t’aime, toi.
    Et il me gratifie d’un bisous sur le coin de la lèvre. Je souris, et je plonge mes yeux dans les siens. Puis j’attrape son bras libre et pose ma tête contre son torse - parce que son épaule est VRAIMENT trop haute - et je lui chuchote :
    - Je te lâche plus de la soirée, namoureux.
    En vrai je te lâche plus de la vie.


Couleur:
 

_________________

Beware


On the road

~~
I LoveYou Mr Creed

Qui a dit que Zach n'était pas sexy ?:
 


DCs : Josh Tay, Johnlesexy, Phyllis, Lesty, Malcolmpsychopathe et OctaviusleBG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounours ennemi des épinards || Directeur Orpheo Canada || Modo
Nounours ennemi des épinards || Directeur Orpheo Canada || Modo
avatar

LOCALISATION : Canada
MESSAGES : 680
DATE D'INSCRIPTION : 19/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
73/200  (73/200)
Point Membre:
70/200  (70/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: Dansons la polka en mangeant de la poutine (rapée)   Mar 23 Jan 2018 - 23:23


"Dansons la polka en mangeant de la poutine (rapée)"


Ce que j'aime dans les fêtes, c'est qu'il y a plein de couleurs chaudes. On est entourés d'obscurité mais le coeur de toutes les personnes suffit à éclairer l'instant. La magie de ces moments n'a rien à voir avec celle que l'on vit au quotidien. Elle est unique.


« Je n’ai pas pensé aux confettis… »

Ça, ça fait partie des meilleurs « cadeaux » empoisonnés à ramener chez quelqu’un. Une manière de dire « j’ai envie que tu te souviennes de cette soirée, surtout de moi, pendant plusieurs jours, voire mois. A chaque fois que tu passeras l’aspirateur sur le tapis de ta grand-mère. » Soyons clairs, les confettis, c’est une misère à nettoyer. Je n’aborde même pas le sujet des paillettes. Non parce que franchement, je suis sûr qu’en revenant chez moi, en Norvège, je pourrais retrouver les paillettes de mon douzième anniversaire. C’est un pari tenu auquel je suis certain de gagner.

Aujourd’hui, ou plutôt ce soir, j’ai été invité à un anniversaire. Je ne me rends pas à beaucoup d’anniversaires, pour deux raisons principales : le temps et les connaissances. Qui, comme son nom l’indique, restent des connaissances. On n’invite pas d’inconnus à son anniversaire, mention spéciale lorsqu’il s’agit de son boss. Mais hey, aujourd’hui est un autre jour, je suis libre depuis peu pour une raison que je ne cesse de répéter et l’anniversaire est celui d’un père de famille que je fréquente et considère comme ami. Une connaissance un peu plus amicale. Les Creed, cette grande famille canadienne. La plus grande sans doute. Il m’est impossible de les compter et vu le peuple prévu ce soir-là, il est fort à parier qu’il est peu recommandable de s’attacher à leur nombre.

Phil a été prévenu au dernier moment mais Phil, même à son nouveau poste, trouve, contrairement à moi, toujours le temps de faire la fête. Un surhomme ce loup. Peut-être qu’il ne dort pas. Ou qu’il accumulé un nombre astronomique de sommeil pour se permettre deux mois et demi de nuits blanches. Je ne sais pas, mais sa technique mérite d’être étudiée. J’ai été tellement habitué à le voir glander h24 qu’il m’est encore difficile de l’imaginer à mon bureau en train d’écumer les dossiers d’une main de maître. Peut-être qu’il fait la méthode du « je dors alors j’accumule plus d’informations ». Comme les acteurs qui apprennent leur texte la nuit en dormant avec des écouteurs. Sauf que je ne sais même pas si ça marche vraiment, cette technique. Jamais essayé, en général, endormi ou non je ne pense à mon travail. Les insomnies ça a du mal à m’atteindre, faut le dire.

Les Creed donc. Evidemment, le premier nom qui m’apparaît est celui de Zacharia, un adorable bonhomme comme on en fait peut. Je suis un peu en décalé parfois, parce que mon âge est somme toute semblable au sien et à bon nombre d’agents d’Orpheo. Sauf que je suis tout en haut de l’échelle et c’est difficile de parler de la pluie et du beau temps. Faut pas croire, la position hiérarchique, ça ferme des portes plus que ça n’en ouvre. Mais ça n’a jamais vraiment été le cas avec les Creed. Ils sont amusants, ils n’ont pas peur, ils ne cherchent pas à grailler du poste en se frottant au patron. Ils savent que s’ils voulaient vraiment une position, ils pourraient l’avoir rien que par l’influence de leur famille, et quelque part ça me place sur le même pied d’égalité. Sans soutien des Creed, pas de Kristiansen à la barre. D’ailleurs, il faut avouer que Angus Creed m’a beaucoup soutenu au départ et m’a appris un nombre incalculable de choses sur mon métier. Nul doute que je dois ma place et mes compétences à sa présence et sa générosité. Il est un peu mon mentor et quelque part, je me sens mal à l’aise d’avoir à le voir à quelques jours de ma mise à pied.

Enfin qu’importe, ce soir est un jour de fêtes et je ne laisserai pas ma morosité emboîter le pas sur le reste. Nous sommes en tout début d’après-midi et je dors à moitié sur le canapé, décrochant deux-trois appels d’un Phil survolté à quelques kilomètres de là. Est-ce que c’est pour le boulot ? Naaaan, déjà parce que c’est le week-end, et puis juste pour me dire à quel point le cassoulet de ce midi avait un goût in-fect. Je crois qu’il a une obsession pour la nourriture. Une obsession tout court pour raconter tous les faits inutiles dans sa vie. Une starlette ce monsieur. Mais bon hein, j’l’aime bien quand même.

Cependant je m’active rapidement, demande à Kelyann de préparer ses affaires, coincé dans sa chambre à faire on ne sait quoi. Mes pas sont assez lourds parce que j’émerge, mais c’est une émergence rapidement terminée lorsque le jet d’eau chaude de la douche tombe sur ma peau, ma tête et mes cheveux. J’ai préparé mes habits. Un beau smoking bleu marine, une chemise blanche et une cravate noire. Les cheveux plaqués en arrière, ma manière à moi de menacer les bouclettes d’effectuer la moindre action. Pas sûr que ça tienne toute la soirée, raison de plus pour emporter de quoi se recoiffer rapidement. Je suis d’humeur plutôt joviale, peut-être parce que c’est ma première sortie en groupe depuis pas mal de temps. Une soirée chic, même pour un anniversaire, nous sommes chez les Creed, tout de même.

Je plie le tout dans un sac et récupère les affaires de Kelyann au passage. On en a pour plus de six heures de transports alors il est hors de question de porter nos affaires de soirée à l’avance. Bon, c’est vrai que concrètement, ma tenue vestimentaire ne change pas de tous les jours. Sauf pour cette fois. J’ai simplement mis un jean lambda noir, un t-shirt et un sweat anthracite par-dessus. L’écharpe à la main, le manteau sous le bras, les chaussures enfilées et la vérification de l’ado derrière moi, nous voilà finalement sortis de la maison. Le temps de faire démarrer le moteur et c’est direction l’appartement de Phil. Oui, tout à fait, un appartement. Alors, visiblement, j’ai eu la grâce d’obtenir une explication que je n’ai jamais demandé à la raison pour laquelle un gars aussi friqué se contente d’un petit appartement. Il paraît que c’est un effet de meute et qu’il trouve ça trop effrayant de dormir seul dans un endroit vide. Voilà voilà. Du coup il préfère les petits espaces avec plein de gens autour. A cent kilomètres d’Allen l’ermite content quand on ne le dérange pas.

-Yo le rebelle. M’sieur le directeur. Il t’as fait quoi à manger ce midi Allen ? Si tu savais, j’ai mangé un cassoulet ce midi, il était a-ffreux…

Son habituelle bonne humeur vient envelopper l’habitacle de la voiture en quelques secondes. Nous nous rendons rapidement à l’aéroport et c’est parti pour presque 4h de vol. Le Canada est vraiment si grand. A côté de ça, en Norvège ou en Suède, tu en fais le tour en quelques heures de voiture. Il y a un tel décalage… Heureusement que l’on peut s’offrir ces voyages assez facilement. Je regarde tantôt Kelyann, tantôt l’extérieur – si je regarde Phil il va se lancer sur un nouveau sujet et le silence c’est pas mal aussi – et c’est après deux périodes de somnolence que l’avion se pose enfin. Enfin ? Nooon. Rebelote dans un vol petit courrier pour une heure et demi jusqu’à Fort Saint John, en profitant de cette heure pour se changer tranquillement. Une petite ville sympathique avec des champs, des maisons, des champs, une rivière et un lac non loin. Autant dire qu’avoir appelé un taxi à l’avance n’a pas été une mauvaise idée. Et hop, une nouvelle heure passée dans la voiture pour atteindre Peejay puis la fameuse maison des Creed, à une bonne dizaine de minutes.

Mine de rien, il est déjà presque vingt heures. Lorsque nous nous parvenons enfin sur place, le taxi nous dégote un air de surpris du genre « mon dieu, y’a vraiment des gens qui habitent ici, pour faire une super fiesta en plus, mais regardez-moi ça, y’a peut-être plus d’une centaine de personnes. C’est la jet-set, c’est ça ? » Bref, c’est à peu près ce qui passe dans son esprit à ce moment. Je le paye et le voilà parti. On n’est pas super en avance mais en même temps, on vient pas de la bourgade d’à côté. J’inspire profondément et nous nous rendons finalement dans la maison.

Sur place, un grand nombre de personnes, comme je l’avais estimé. Des femmes, des hommes, des enfants aussi qui gambadent un peu trop vite entre nos jambes. Une bonne ambiance générale pour un coin totalement paumé. Il devrait penser à mettre des portails de téléportation, ça nous aurait évité tous ces trajets. Riches comme ils le sont je ne vois pas le problème. On aurait pu engager des téléporteurs, mais pour d’aussi longues distances bonjour la nausée et la pls du transporteur à la fin. Si tant est qu’il parvienne à faire ne serait-ce qu’un quart du trajet. Plateforme de téléportation, Mr Creed. Prochain meilleur investissement, je vous le dis.

La fête a déjà l’air de battre son plein et je ne me concentre que sur une seule chose : le Mr qui fête ses soixante ans et qui en paraît vingt de moins. Le problème, c’est que je ne le trouve pas. Je me tourne vers Kelyann et passe une main dans son dos avant de me pencher légèrement en annonçant :

-Si tu veux faire quelque chose, vas-y, c’est le moment de t’amuser.

Je tourne la tête vers Phil mais ce louveteau a déjà disparu on ne sait où. Sérieux, il doit faire une tête de plus que tout le monde et j’arrive à le perdre en quelques secondes. Bref. S’il y a bien une personne que je reconnais, c’est Zacharia. Je m’approche de lui et le trouve auprès de sa femme – c’est sa femme ? Je ne sais pas, je n’ai pas trop suivi, je ne sais pas s’ils sont mariés. Qu’importe, je la salue et offre une bonne poignée de main au bonhomme, tout sourire.

-Bonsoir. Tu peux me dire où es ton père ? Je ne le trouve nulle part.

Ce serait quand même cool d’aller saluer la personne qui nous a généreusement invité en premier mais il se trouve que je ne suis pas la plus grande des personnes et qu’à mon niveau on est rapidement noyé. Avec les jeunes qui courent j’ai même un peu peur de prendre un verre de peur de m’en mettre plein partout.

_________________



DC de Ren Takahata
color = cornflowerblue

So many things to say:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Pré-adolescent | Les jumeaux maudits
Modérateur | Pré-adolescent | Les jumeaux maudits
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Etudiant/Many things
LOCALISATION : Canada
CITATION DU PERSONNAGE : Both against the world

MESSAGES : 98
DATE D'INSCRIPTION : 23/01/2013

Niveau du personnage
Point RP:
38/100  (38/100)
Point Membre:
24/100  (24/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Dansons la polka en mangeant de la poutine (rapée)   Dim 28 Jan 2018 - 23:32

Y’a quelques jours, Allen m’a annoncé qu’on était invité à l’anniversaire des Creed. J'avais demandé de plus amples informations, où c’était, qui il y aurait et ce genre de choses. Déjà il m’a dit que les Creed était une famille hyper nombreuse et qu’il y avait de fortes chances pour qu’ils soient tous réunis. Ensuite que c’était au moins à six heures de route d’ici.

Du coup, forcément, ça m'a pas trop donné envie d’y aller tout ça. Et puis tout le monde qu'il y aurait ... Non merci quoi. Allen sait pas que je suis juste un gamin asocial depuis le temps que je squatte chez lui ? Si, sûrement sue si, mais il me force quand même y aller. Soit disant que c'est galère et relou de trouver une baby sitter et que personne veut me garder et tout le monde a peur de moi. Ahaha, ils ont peur de moi.

Du coup Allen vient quand même dans ma chambre pour me dire de me préparer, je sens qu'il est tout nerveux et tout stressé parce que on doit partir à l'heure parce qu'on a plein de trajet et que ... Aaaaaaarh. Je veux pas.

Mais en ronchonnant, je fais quand même mon sac. Donc déjà je mets les habits de soirée dedans, parce que c'est hors de question que je garde ça pendant tout le trajet. J'ai pas envie d'être tout serré et Allen va dire que je vais tout froissé et tout transpirant et arrivant et décidément, on ne veut pas ça. Pourquoi pas ? Ça permettrait que personne ne s'approche de moi... Mais je fais l'enfant bien obéissant quand même. C'est Allen qui m'a choisi la tenue, une chemise blanche, une cravate que je ne compte pas nouer jusqu'au bout (la strangulation, très peu pour moi), une veste noire avec tout ça, j'ai quand même insisté pour garder un de mes jeans noirs, légèrement délavé et troué, le tout accompagné de baskets noires. La petite trousse de toilettes, le pyjama, la peluche. Des vêtements de rechange pour demain. Je crois qu'on dort sur place. Je sais plus, en tout cas c'est pas vraiment ça qui prend le plus de place. Juste un sac de sport et j'ai tout dedans. Dans mon sac à dos je fourre mon nouveau téléphone - Allen veut que je puisse communiquer ... - mon mp3, des bouquins, les chargeurs et je crois que je n'oublie rien.

Au moment où je sors de ma chambre, Allen la fusée me prend le sac des mains et file dehors. Je soupire déjà et traîne un peu la patte jusqu'à la sortie. J'ai pas hâte du tout. Il est déjà habillé ou pas lui d'ailleurs ? Sérieusement, quand il chill à la maison ou quand il va au bureau, c'est la même ! Il se détend jamais j'ai l'impression, c'est assez angoissant. Genre moi j'ai un jean et un sweat à capuche kangourou. J'enfile mon bonnet au moment où on sort et me met à la place passager, devant.

Et on file vers l'appartement de son sous directeur. Il arrive bien vite. Me voyant à l'avant, et je ne bougerais pas, le bon toutou qu'il est prend sa place à l'arrière. Et puis il ouvre la bouche. Il va pas parler pendant tout le trajet, si ? Je ne lui réponds pas et m'empresse de mettre mes écouteurs. Je regarde alors le paysage qui défile devant les yeux.

Et puis l'aéroport. Je savais pas qu'on prendrait l'avion, c'était pas prévu ça, je suis pas d'accord, je veux rentrer. Kely pas content.

Toujours en râlant, je suis les deux adultes, les écouteurs toujours vissés sur les oreilles. Je boude, ouaip.

Heureusement, on n'a aucun bagage à mettre en soute alors on file direct à l'embarquement. Et puis l'avion.

-On est bientôt arrivé ?

Comme un véritable gamin véritablement relou, j'ai posé cette question toutes les trente minutes à Allen pendant le trajet. Et enfin, l'avion s'est posé. Tout guilleret, j'enlevais donc mes écouteurs, très heureux que ce trajet soit enfin révolu.

Sauf qu'en suivant Allen, parce que Phil était encore plus perdu que moi (on parle de Phil hein...) je m'aperçois qu'on ne prend pas le chemin de la sortie, mais on se dirige vers une autre porte d'embarquement. Je voudrais poser des questions, je suis tout perdu, je regarde tour à tour mon cousin et l'hôtesse qui valide nos tickets avec un air tout perdu d'un enfant qui comprend pas ce qui se passe. Trahi, je rentre la tête dans les épaules, boude encore plus, remet mes écouteurs plus durement dans mes oreilles, dépasse Allen en trombe pour l'attendre au niveau de l'hôtesse dans l'avion, j'entends les places où on est et file me placer côté hublot. J'enfile ma capuche, regarde dehors, croise les bras et les jambes et reste prostré dans cette position pendant toute la durée du vol. Sauf quand on me dit d'aller me changer. J'espère que Phil va pas en profiter pour me piquer ma place. C'est MA place. En plus ces toilettes sont ridiculement petites. Et crades. Je sais pas nouer une cravate. Je demanderai à Allen. J'me maquille aussi les yeux. En revenant, je poke le bras d'Allen, en regardant ailleurs. J'espère qu'il va comprendre, et si il la serre trop, je tirerai un peu dessus. Et puis je reprends ma place légitime près du hublot. Dans ma position initiale.

C'était une mauvaise idée, j'ai mal partout. Je boude encore, faut pas déconner, j'ai mon sac sur l'épaule, Allen s'occupe du gros, les mains dans les poches, j'ai juste enlevé un écouteur. Et cette fois on se dirige vraiment vers l'extérieur, ouf !

Un taxi nous attend, on monte dedans rapidement. Je sais pas pour combien de temps...

Trop longtemps. J'en ai si maaaaaaarre.

Enfin le taxi nous dépose devant une énorme maison, je sens déjà tout le bonheur et la joie qu'il y a à l'intérieur. Tout ça m'assiège d'un coup et me coupe le souffle au moment où je m'apprêtais à sortir de la voiture.

Je... Je veux pas sortir. Je veux pas y aller, il y a beaucoup trop de monde là dedans pour que je ressente toutes ces émotions d'aussi loin. Ça me fait hyper peur. Très très peur. Bien trop peur.

Et si je piquais une crise ? Et si je gâchais toute la fête ? Et si tout le monde détestait Allen à cause de moi ? Que tout le monde me déteste moi, je peux le supporter, j'ai l'habitude et je suis mieux seul en vrai. Mais Allen ? Il est hyper adorable et généreux en vrai, il mériterait pas qu'on le déteste, il fait vraiment de son mieux, à son QG et avec moi ... Comment je fais pour me contrôler ? Il y a trop de monde, sérieux. Ils vont vouloir me parler ? Je veux pas, je veux pas. Je veux rentrer à Ottawa.

Le chauffeur de taxi commence à s'impatienter, je l'entends soupirer beaucoup trop fort. Merci pour ta compassion envers les enfants qui font des crises de panique. Le gars, empathie zéro. Il mériterait que je l'envoie bouler avec sa voiture contre un arbre.

Voilà, je peux pas aller me promener dans la forêt et rester là bas seul toute la soirée ? Se serait mieux non ? Si, si, je vous assure que se serait mieux pour tout le monde.

Mais je me lève, claque la porte, réticent, les larmes aux yeux. Je suis une vraie boule d'angoisse. Je suis sûr que Phil et Allen la ressentent. J'suis presque sûr que quand j'ai des émotions trop fortes et qui me rongent j'arrive à les envoyer vers les autres et presque à altérer les leur. Mais je veux pas salir leur bonheur. Alors j'essaye de ravaler toute cette angoisse, mais les larmes restent plantées là.

Et puis, on avance. L'agitation me vrille les tympans et tout ce qui a en moi. Ya plein d'enfants qui courent, j'aime pas ça du tout. Je veux pas courir, je veux juste rentrer à la maison, je veux pas être avec tous ces inconnus. J'ai si peur.

Allen essaye de me rassurer, ou de m'encourager, il se veut apaisant en tout cas. Il passe sa main dans mon dos en me disant que c'était le moment de m'amuser. Mais je les connais pas moi tous ces gens, ils me font hyper peur. Je...

Je le regarde, tout effrayé que je suis. Sauf que lui, il voudra sûrement faire sa soirée d'adulte et pas avoir un marmot dans les pattes tout le long parce qu'il a peur des inconnus et de toute cette agitation. Du coup je m'éloigne de quelques pas, regarde Allen une dernière fois, qui ne me voit pas, saluant déjà d'autres connaissances à lui. La boule au ventre, je m'éloigne alors vraiment. Je me trouve bien vite un coin où me prostré et attendre que la soirée se passe. J'ouvre alors mon bouquin et remet mes écouteurs, pour essayer de me couper de tout ce monde.

_________________

My brother means
everything to me.


Guess who I am:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin || Bureau de la Culture du Monde Magique et des Relations Internationales à Orpheo Canada
Admin || Bureau de la Culture du Monde Magique et des Relations Internationales à Orpheo Canada
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Agent du bureau de la Culture du Monde Magique et des Relations Internationales à Orpheo Canada
LOCALISATION : C-A-N-A-D-A
CITATION DU PERSONNAGE : I'll fight in a war, if the rule's right

MESSAGES : 267
DATE D'INSCRIPTION : 12/07/2017

Niveau du personnage
Point RP:
17/100  (17/100)
Point Membre:
46/100  (46/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Dansons la polka en mangeant de la poutine (rapée)   Sam 5 Mai 2018 - 17:12

Blblblblbl

    J’ai passé une partie de l’organisation de le party à piler, dé-piler, puis enfin, placer des chaises autour de tables ou au milieu de nulle part. C’est pas une mince affaire. Plus de 1000 chaises quand même hein, légas vous vous rendez pas compte. Au moins les gens seront bien assis, ils auront pas mal aux fesses. Puis on a les meilleures chaises de tout le Canada, elles ont un beau poil. Parce qu’elles en mangent plein du PAL.

    Zach m’a dit, très sérieusement, « Tu seras préposé aux Poutines », ma tante a acquiescé, ma mère a acquiescé et mon père a… Non lui il était ailleurs dans la grande maison. Maison dans laquelle Zach et moi avons joué une bonne partie de notre enfance, à se courir après et à jouer à cache-cache.
    Elle est tellement grande qu’à deux les parties pouvaient durer des jours. Enfin, des jours, on n’avait pas le temps que ça dure jusque-là parce que les parents venaient nous chercher par la peau des fesses pour manger, se laver ou dormir, ou d’autres choses.

    Mais nous n’habitons pas cette maison à l’année, elle est simplement faite pour les vacances. Les Creed ont plein de propriétés, plus ou moins grandes, sur l’ensemble du territoire Canadien, mais aussi quelques-unes au Royaume-Uni et en Irlande, en Australie, en Nouvelle-Zélande.. C’est pour les vacances. Les plus grandes peuvent loger 200 personnes en même temps, et les plus petites 5. Ce qui est fou c’est qu’on ne connait pas le nombre exact de maisons, villas, demeures qui existent dans cette famille, mais il doit bien y avoir une carte quelque part où c’est référencé… J’espère.
    En tous cas moi j’ai mon appartement à Ottawa et Zach vit avec Hayley dans une maison trop choupinoupinette pleine de paillettes pas loin de la capitale.

    Revenons-en aux POUTINES ! Je ne parle pas de Vladi, pas du tout.
    Eh ouais je l’appelle Vladi.
    C’est surtout parce que les relations diplomatiques nous font faire certaines rencontres assez, well, étranges. J’veux dire, qu’on ne soit pas d’accord avec Vladi parce que c’est une putain de dictature de merde la Russie, et que les goulags et tout ça, mais quand t’es à un gala à l’ambassade de Russie avec ton oncle et ton père parce que t’es aux relations internationales (j’aurais pu y aller sans eux heeein, JE SUIS PAS SI IMMATURE QUE CA visiblement pas), et que tu rencontres le Président Russe, d’un coup tu fermes ta gueule sur la politique de la Russie et tu apprécies pas mal le charme de cette secrétaire charmante qui vient de St Pétersbourg. HUM. J’allais m’exprimer en disant un mot qui commence par « f » alors je dirais « fanfreluches ! ». Ouiiiii fanfreluches !

    LES POUTINES ! Vous savez qu’on en a plusieurs ? Des sucrées, des salées, des magiques, ... Octa et la Poutine magique hahaha. J’adore la Poutine, tellement que je mets une majuscule à chaque fois que je l’écris !! Plus que les corndogs, les hotdogs et tout le tintouin, parce que c’est américain lô et que chuis Canadien alors much respect pour mon patrimoine, patrimoiiiiiiiiiiiine ! Y a moine dedans.. Lol.
    Quand tu dis au Président Poutine qu’il a le nom d’un plat culinaire au Canada et que t’as bien envie de mordre dedans pour voir si ils ont le même goût, haha, heureusement qu’elle était là pour me faire fermer la bouche cette secrétaire. Héhé. Octavius arrête. Ok.

    Bref en tous cas ce soir je dois vous dire que j’ai une énorme Poutiresponsabilité !
    Je vais devoir faire cuire des frites, faire de la sauce brune, sans oublier qu’il y a la participation de fromage en grain ! Merci à lui de s’impliquer dans cette aventure !
    J’ai attendu que oncle Angus débarque pour ensuite m’éclipser et commencer à servir les premières Poutines. Ah j’ai pas précisé, ce soir elles sont québécoises principalement, et ceux qui le demandent ont le droit à un petit extra : poulet, dinde, bœuf séché, roquette (ouais roquette haha), bacon, lard, coco poché, steak haché de bœuf, et surtout steak haché de caribou ! CARIBOU MAURICE !

    J’avais déjà commencé à préparer les ingrédients plus tôt dans la journée, et quand j’ai eu fini, je suis allé embêter les enfants en leur courant après et en les chatouillant. J’ai aussi essayé de déstabiliser ma mère en la fixant pendant une heure, mais ça n’a pas marché et j’ai perdu une heure de mon temps à ne pas faire de conneries…
    J’étais tristounet, même mes cheveux semblaient moins luisants, moins beaux, moins blonds… De toute façon ils ne seront jamais aussi soyeux que ceux de Allen, dont tout l’être est soyeux, mystérieux, ténébreux. Oui les trois sont possibles. Allen le soyeux, Allen le mystérieux, Allen le ténébreuuuuuuux (chuchotez le comme un râle, ça sonne très très bien).

    D’ailleurs il est là ce soiiiiiiiiiiiiir WOUHOU !! Enfin d’où je me trouve je vois pas grand-chose, j’ai beau être grand, beau et fort, comme un Prince de LU©️, j’ai eu le droit de servir environ 50 Poutines à divers oncles, tantes, cousins, cousines, jesaismemeplusilssonttropnombreux.
    Y a que les vieux du Nunavut qui mangent pas de Poutine, ces vieux schnocks râleurs et desséchés. Faut qu’je fasse gaffe parce que certains lisent dans les pensées chuis sûr.
    Je sais même pas combien sont venus, et je m’en fiche, ce sont des vieux râleurs conservateurs qui pensent encore que l’esclavage des Inuit c’était pas si mal, et ils sont obligés de vivre avec eux de façon pacifique parce que le Nunavut a été rendu aux Nunavummuit par le gouvernement en 1999. C’est une histoire assez compliquée, mais je suis fier de vivre dans un pays où les Premières Nations ont leur place et peuvent revendiquer leur appartenance au territoire. Et fuck les vieux du Nunavut pas gentil et pas beau. Connards. Oh salut mamie jesaisplusquoi du Nunavut qui a 129 ans !
    J’ferme ma gueule…

    J’observe la foule de la fête, que Zach appelle le Creedanniversaire, c’est vachement bien ! Y a de la toune tradi et même moi je sais faire chuis content, comme un toutou héhéhé !
    Je regarde les gens, y en a que je connais pas qui doivent être des collègues de Angus, d’autres que j’ai croisé au QG, d’autres que je connais, auxquels je fais des coucous enjoués quand ils croisent mon regaaaard de braise.

    J’ai repéré Allen, je lui ai fait COUCOU tout à l’heure, en renversant la bière que je tenais dans la main sur ma veste de costard en velours bleu foncé. Le con. Ma chemise à poids à manches courtes n’a rien du tout, heureusement. Bon après, la bière ça tâche pas, juste sur le velours c’est chiant à éponger. De toute façon j’aurais fini par sentir la bière à un moment du party… PARCE QUE JE VAIS FINIR COMPLETEMENT SUR LA BRRROOSSSSSEEE !! Et pas de retenue, y a que des gens au courant du Secret ici, j’ai pas besoin de me cacher haha, je vais juste mettre le déshonneur sur ma famille et sur ma vache mais je vous assure qu’il y a pire que moi !

    OH QUE OUI ! JE NE POINTE PAS DU DOIGT CE FOURBE DE MARCEL CREED-TRICARD QUI EST UN GRAND ONCLE DE ZACH ET QUI FAIT DES EXHIB QUAND IL EST BOURRE ! ET EN PLUS IL EST MOCHE TOUT NU ! #pédobear
    Je sais même pas où il est mais éloignez le des femmes et des enfants. En fait éloignez le tout court de l’endroit.

    Je sers nombre de Poutines, et mêmes des gens qui me sont complètement étrangers, de par leur visage ainsi que leur accent, en demandent. J’essaye de faire en sorte qu’il y en ait pour tout le monde, avant de servir du rab, mais retenir tous les visages c’est dur alors j’ai décidé de tamponner le poignet des gens qui ont déjà été servis. Et c’est de l’encre ensorcelée, elle s’en va pas comme ça, hein les enfants, j’vous vois à essayer de l’effacer pour avoir une deuxième plâtrée, mais on ne m’aura pas aussi facilement. A leur âge j’aurais fait pareil hahha.

    Hayley est venue chercher sa Poutine elle aussi. J’l’aime bien, elle est sympa, gentille et j’aime bien ses cheveux aussi. Puis son accent Ecossais me fait mourir de rire, c’est tellement moche haha. C’est le mec qui parle Français avec un accent de merde qui dit ça ? Ca se pourrait oui héhé.

    Maintenant que mon coin s’est un peu vidé, je peux obsverver la pièce et l’éffusion qui y règne. C’est fou, tous cesgens ont là pour mon oncle. C’est dingue. C’est de la triche, 4/5 sont de la famille.
    D’ici je vois aussi où les trous se forment dans la foule, et en regardant bien, je vois mon boudeur préféré au loin. Inutile de lui faire coucou,il ne regarde pas dans ma direction. C’est bien dommage que ce jeune Kelyann fasse cavalier seul. Y a plein d’occupations ici, et plein d’enfants super sympa qui seraient ravis de jouer avec lui. J’te vois gamin asociable avec tes écouteurs et ton bouquin. EWI, Octa œil de lynx t’a percé à jour. Œil de lynx hahaha. Je pourrais aller lui faire peur en lynx ?
    Non pas gentil Octavius !

    Bref, je cesse de tergiverser. Même si Kelyann ne me porte peut-être pas dans son cœur, mon côté chevaleresque me dit que je peux pas laisser un flot seul toute le party. Faut que je m’en mêle.
    Je sers deux poutines Québécoises dans deux bols (avec supplément BACON POUR MOI, VIVE LE BACON), j’attrape deux fourchettes et deux serviettes, et je fonce vers Lindström.

    - Bonjour Kelyann, t’es tout seul ? Je peux me joindre à toi ?
    Il répond pas. En même temps il a des écouteurs. Eh.
    Je prends mes aises et tire une bûche près de lui, comme le gros sympa que je suis, puis je tire sur un de ses écouteurs. Quitte à déclencher la troisième guerre mondiale, autant que ça soit pour une Poutine. Poutine que je tends devant son visage, comme un gros gros lamantin méchant.
    - Tu veux goûter à la meilleure Poutine du monde ?
    Héhéhé.
    Si tu veux pas p’tit flot, y en aura plus pour moi hein.

    J’aime la Poutine.

_________________

You mad, bro ?


On me menace d'une arme, then
POUF DES PAILLETTES DANS MA TETE !




DCs : Hayleylareloue, Josh Tay, Johnlesexy, Phyllis, Lesty, Malcolmpsychopathe et Olivette à bicyclette

Chuis protegeyyy


I am one of these badass,
you can't deal with us


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dansons la polka en mangeant de la poutine (rapée)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dansons la polka en mangeant de la poutine (rapée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: ▐ Z.O.N.E R.P.▐ :: ● ● Amérique :: || Canada-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :