Oh Dear ! We are in trouble !


Partagez | .
 

 Oh Dear ! We are in trouble !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Humain Innocent
EMPLOIS/LOISIRS : aime admirer les papillons
LOCALISATION : Cana... truc, il sait pas vraiment où s'est
CITATION DU PERSONNAGE : <i>Même que moi des fois, je vomie.</i>

MESSAGES : 21
DATE D'INSCRIPTION : 22/01/2018

Niveau du personnage
Point RP:
8/100  (8/100)
Point Membre:
4/100  (4/100)
Niveau: Novice
avatar
Garrett Rossi
Humain Innocent
MessageSujet: Oh Dear ! We are in trouble !   Ven 6 Avr 2018 - 13:09

Les souvenirs.
Pour moi ce n'est que des rêves, des flash et des images, c'est fix et sans odeurs pour la plupart et ça ne reste pas longtemps en tête. Le médecin méchant essaye constamment de comprendre quel est mon don est mon pouvoir, il pense que ma perte de mémoire est liée à l'un d'eux, mais j'avoue que je n'ai aucun souvenir.
Du coup, j'ai des exercices d'expression et de mémoire tout les matin à 9h, avec une médecin qui me parle comme a un grand. J'aime ça ! Je me sens plus égal à elle et ça me fais plaisir. J'ai réussi à me souvenir de certains mots comme maison, grange ou jardin. J'ai même réussi à voir des images, des nouvelles cette fois et elle a prit des notes !
La dame a aussi des capacités extraordinaires, elle fait voler des choses ! La plupart du temps, elle arrive à obtenir de moi un minimum de concentration en me promettant de me faire un tour. Hier, elle a fait voler deux fleur et les a faite danser. C'était trop beau.
Et hier je me suis souvenu d'un truc qui a mon sens n'avais pas de signification particulière, une montagne entourée de personne de couleurs, mais elle m'a dit qu'il fallait que j'y réfléchisse pour aujourd'hui. C'est ce que j'ai fais, je me suis renseigné et je pense que ce que j'ai vu, c'était des gens de la bas où j'étais avant de perdre la mémoire. Ça coïnciderai avec les photos que l'infirmière m'a montré avec son téléphone.
Mince ! Je devait pas le dire.
Tant pis.
Entre temps j'ai demandé à ce qu'on me prête un livre avec des cartes, histoire que je me repère un peu et que je puisse chercher par moi même. Étonnement le méchant médecin a accepté...
Du coup, j'étais prêt à aller a mon rendez vous journalier !
Je mis mes pantoufles et me lançai dans le couloir tout joyeux, en trottinant avec mon carnet de note et le gros livre sur le monde sous le bras, tout fière d'aller montrer ça à madame Clemson. Devant son bureau, l'infirmière qui s'occupait de l'accueil d'habitude n'était pas présente. Je fis la moue, je voulais y aller à ce rendez-vous et j'avais pas envie qu'il soit repoussé à un autre jour ! J'avais beaucoup trop de choses à lui dire.
Je vis la porte de la docteure légèrement entrouverte et je décidai d'y entrer et de l'attendre directement sur son canapé, de dos à la porte et en face du bureau, de toute manière j'étais le premier patient du matin dans son cabinet, je n'avais qu'à l'attendre.
En attendant j'ouvris le bouquin et je me mis à regarder les images. C'était de magnifiques photos de paysages, de villes et même de personnes. Il y avait de multitude de couleur, plus belles les unes que les autres. Je tournai les pages sans trop voir le temps passer, trop aspiré par le bouquin, à regarder encore et encore des photos et des cartes, à lire les noms des pays où à flâner un peu entre les textes et les témoignages. C'est très intéressant.
Au moment où j'entamai une nouvelle page sur le Pérou, la porte s'ouvrit et j'entendis la voix de l'infirmière :

-Ah te voilà !

Je balance ma tête en arrière et lui sourie avec mes dents en guise de réponse. Mes cheveux que je n'avais pas coupé depuis mon réveil tombèrent en cascade.

-Ah la la... j'aurai du m'en douter. Je suis désolée de te l'apprendre mais le docteur Clemson est absente aujourd'hui.

Je perdis aussitôt mon sourire.
QUOI ? ABSENTE ? Après TOUT ces efforts que j'ai fais ? Non mais... ça va pas ! Au moment où je voulais répondre, je remarquai une silhouette légèrement en arrière.
Tiens c'est qui lui ?
L'infirmière venait de se mettre accroupi à côté de moi.

-Je sais que tu dois être déçu mais, il se trouve que quelqu'un va la remplacer aujourd'hui, ça te va ?

Ah ça y est ! Elle me parle comme à un enfant. Je suis grand maintenant !
Madame Clemson revenez !
Pitié !
Je fis rouler mes yeux vers elle, et remonta mes lèvres. Toujours la tête en arrière.
Je réfléchis.
Hm... je vais pas parler de mes découverte avec ce sois disant 'remplaçant' il y comprendrais rien. En plus c'est du top secret, c'est le monsieur non papa qui m'a dit que c'était une enquête spéciale. Et dire ça à quelqu'un qui n'y connaîtrai rien... hm....
Oh ! Ça se trouve il a du chocolat ?
Qui sait ! Si il en a je veux bien lui parler de quelques trucs, mais pas trop.
Je redressai ma tête et me tournai entièrement face contre le dossier du canapé pour voir dans le bon sens qui était ce 'remplaçant'.

-Tout va bien se passer, si tu es sage avec lui, je le dirai à madame Clemson ! Elle sera contente j'en suis sure.

Puis elle se leva et pris un dossier pour le donner au monsieur le remplaçant. Je la suivis du regard, sans expression, et posai celui ci sur le visage de l'homme inconnu qui allait se prendre pour mon docteur jusqu'à ce que le véritable Docteur Clemson revienne.

A tout les coups, il allait me traiter comme un bébé. Comme tout le monde en fait ! Gnu.
Il fallait que je prenne les devants. Que je lui prouve des le debut que j'étais son égal !
Je me levai du canapé, en dépliant mes jambes rapidement et me mis debout. Je perdis l'équilibre légèrement et me pris la chaise en face du bureau.
Bon... pour le côté sérieux je crois que c'était fichu.
Je me redressai et fis mine de rien, rassemblai mes cheveux sur le côté avant de me rapprocher et de me présenter comme il se doit :

-Bonjour ! Je m'appelle Garrett !

Petit sourire.

Un véritable acteur moi j'dis. Digne des grands films !

_________________

I'm just a dumb bunny..





Par ici la couleur : lightseagreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 183
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
87/100  (87/100)
Point Membre:
119/100  (119/100)
Niveau: Novice
avatar
Simje Voniestosiwjski
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
MessageSujet: Re: Oh Dear ! We are in trouble !   Jeu 26 Avr 2018 - 19:43

On m’a brieffé. Et quand je dis on, je ne parle pas d’Allen. Allen n’est pas dans cet histoire, c’est un fantôme qui aurait pu me dire « oh fait, j’en sais plus sur cette histoire, peut être que ce n’est pas entièrement de ta faute Simje, arrête de faire rouler ton rocher ».
Il ne l’a pas fait.
J’avais des milliers de théories sur le sujet, peut être qu’il pense que je ne suis pas coupable, peut être qu’il veut me sortir de cette histoire. Peut être que je le gêne ?
Peut être.
Sûrement.
Ca m’insupporte de trop réfléchir mais force est de constater qu’il faut que j’arrête de le croiser pour cela.


Simje est donc de retour au Canada. Il abandonne de plus souvent son appart, son chien, Hannah. Ca aussi ça l’agace mais paraît il qu’il rend service à tout le monde, que c’est grâce à ça qu’il prendra du grade. Il n’est pas sûr d’avoir envie d’en avoir du gallon, il n’aime pas recevoir des ordres mais il n’apprécie pas non plus en donner. Surtout qu’en devenant directeur, il serait surtout en sandwich entre ceux du dessus et ceux du dessous.
Il n’aime pas sa situation, il n’en voit pas la porte de sortie.

Autant vous dire dans quel humeur Simje débarde dans l’hôpital. Déjà les hôpitaux, ça me saoule. Je comprends pas bien pourquoi ils mettent les maladies mentales dans ces grands bâtiments blancs. Honnêtement, il faut des choses saines pour le corps pour soigner le corps, et des choses saines pour l’esprit pour soigner l’esprit. Les odeurs fortes, les phéromones de souffrances et les murs parfaitement immaculés, ça, pour eux, c’est sain.

A n y w a y.


- Garrett Rossi, la trentaine, amnésique, capacités intellectuelles non réduites mais enfantine. Il essaie de bien faire mais il n’y a que peu d’améliorations. Allen Kristiansen s’est entretenu avec lui déjà, nous pouvons vous transmettre le dossier si vous voulez avoir un aperçu de l’entrevue. En Il vous attendra dans sa chambre sûrement. Vous pouvez lui poser des questions mais rappelez-vous pourquoi vous êtes là.

Il paraît - je dis il paraît parce que je fait attention à mes mots - que les guérisseurs peuvent guérir des pathologies mentales. La vérité, c’est que je pense que les études sont peu nombreuses. Allez savoir pourquoi, c’est tabou, en général, quand ça va pas dans la tête. Tout se rapproche de la folie, et la folie effraie. Les schizophrènes sont appelés psychopathes, sociopathes, etc. Alors qu’aucun rapport. Une jambe cassée n’est pas une entorse, une entorse n’est pas une foulure. La dépression semble n’être qu’un cou de mou, la bipolarité des sautes d’humeurs.

Et puis il y a une certaine fierté à dire que ça va, bien que cela dépende des pays. En France, c’est les rois de « ça va ? » « ça va. » On a tout dit et rien dit. Les Allemands de ce que j’en sais ont l’air plus directs.
M’enfin bon.


Il s’enfile donc dans le bureau sans avoir lu le dossier. De toute façon il sait très bien comment se déroulent les petites discussions diplomatiques. Simje sera vite fixé, soit il pense pouvoir faire quelque chose, peut être même sur le long terme et demandera peut être à ce que Garrett soit transféré, soit il ne pourra rien.
Il prendra sa paye et rentrera chez lui.

La mer du nord lui manque.

L’autre se lève, il le dépasse d’une bonne tête mais il est plus plutôt frêle, clairement amaigri, les cheveux longs un peu filasse et puis de grands yeux un peu mouillés.

-Bonjour ! Je m'appelle Garrett !

[/i]Bon, il ne tend pas la main, c’est parfait, j’suis pas hyper dans le fait de serrer des mains. Encore moins dans le fait de tendre la main et de se prendre un gros vent.
J’aime pas trop être ventilé.

- Simje. Je suis là pour toi aujourd’hui pour essayer que tu te souviennes, mais pas en te faisant parler. Je vais essayer de guérir les connexions dans ta tête, que ça vienne de tes synapses ou d’ailleurs.

Il lui fait un petit sourire, parce qu’il est quand même content d’aider et c’est une bonne chose si il est aussi enthousiaste.

- Dans tous les cas, ça ne fera pas mal.

Bon, de ça, il n’en est pas vraiment sûr puisqu’il n’a pas essayé, mais un changement de micro connexions ne devrait pas changer ou impacter quand chose au niveau des nerfs. Peut être qu’il ne se passera rien du tout d’ailleurs.

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.


Dernière édition par Simje Voniestosiwjski le Sam 5 Mai 2018 - 15:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain Innocent
EMPLOIS/LOISIRS : aime admirer les papillons
LOCALISATION : Cana... truc, il sait pas vraiment où s'est
CITATION DU PERSONNAGE : <i>Même que moi des fois, je vomie.</i>

MESSAGES : 21
DATE D'INSCRIPTION : 22/01/2018

Niveau du personnage
Point RP:
8/100  (8/100)
Point Membre:
4/100  (4/100)
Niveau: Novice
avatar
Garrett Rossi
Humain Innocent
MessageSujet: Re: Oh Dear ! We are in trouble !   Sam 5 Mai 2018 - 15:05

Je me suis levé et je suis planté devant le bonhomme la main en face de moi.
Je me sentis ridiculement niais mais je devais tenir le rôle de l'homme sérieux.

Ainsi je me présente. Sérieusement.

-Simje. Je suis là pour toi aujourd’hui pour essayer que tu te souviennes, mais pas en te faisant parler. Je vais essayer de guérir les connexions dans ta tête, que ça vienne de tes synapses ou d’ailleurs.

Aaaaah donc ce n'étais pas un hasard que madame Clemson soit pas la. Au final on me dit qu'elle est absente mais en fait non elle fait exprès à tout les coups pour que ce monsieur le .... -médecin ? C'est qui en fait ?- vienne me tripoter les 'synapses' dans ma tête.
Je sais même pas ce que c'est en plus ! Hein nouveau monsieur, c'est quoi ça ?
Et puis sans me faire parler, imaginez ?
Moi j'aime parler... comment je vais faire exactement ? Il va me demander de me taire mais ça va être dur, très très dur. J'avais pourtant tant de choses à dire...
Tant pis.
Madame clemsooooon au secours !
Je continue de lui sourire mais reste quand même perplexe, jusqu'à ce que le monsieur sourit.
Il a pas l'air si vilain quand il sourit finalement.

-Dans tout les cas, Ca ne fera pas mal.

Oh déjà ça c'est chouette à entendre !

-Jai pas tout compris a ce qu'on allait faire mais je vous fais confiance ! Et puis je suis grand, j'ai pas peur d'avoir mal.

Je souris encore une fois et vais m'assoir en tailleur sur le canapé. J'attache mes cheveux en chignon, me battant avec les mèches rebelles deux trois minutes et me redresse, les mains calées entre mes jambes.
Tiens j'y pense... Simje c'est pas commun comme prénom. J'en ai jamais rencontré ici et même, la sonorité est différente de ce que l'on peut trouver ici.
Je repense a la carte du monde... il peut venir de n'importe où !

-Simje... c'est pas commun comme prénom ici, vous venez d'un autre pays ? Docteur Clemson dit qu'il y a énormément d'autre pays et d'autre langue, mais j'ai du mal à les reconnaître et à m'en souvenir de tout ces noms... c'est pour ça si j'ai ce livre. Je lui montre fièrement le livre sur la géographie du monde.Mais Ca reste dur à tout apprendre.

Je commence à jouer nerveusement avec la couverture du bouquin. Le bonhomme est en fait plutôt intimidant, même si il a l'air gentil.
Il va me faire quoi en fait ? C'est quoi une (un ?) synapse ?
Et puis la formulation : guérir les connexions dans ta tête, est pas anodine. Je me demande... on a des connexions comment dans notre tête ? Comme des prises électriques ? On branche quelque chose comme une cafetière ou un distributeurs de chocolat et ça distribue des informations ? Si c'est ça se serait extra ! Imaginez je retrouve ma mémoire car au final on arrive à rebrancher le bon distributeur, celui qui a toute ma mémoire ?
J'ai hâte ! Au final ça a l'air plutôt cool.
Même si je doute que toutes les informations que j'ai dû apprendre et assimiler durant mes 30 premières années avant la perte de mémoire soient toutes dans un seul distributeur. Le cerveau humain est compliqué et bon, je ne sait pas comment ça se construit.
C'est vrai ça, en fait ils disent que j'ai la 'trentaine', donc entre 30 et 40 ans... ça commence à faire ! Pourtant physiquement j'ai plutôt l'air d'un enfant, et je vous parle pas de mon âge intellectuel....
Je suis tout petit en fait...
Mais je vais leur prouver que je peux être fort et intelligent !
Revenons à ce monsieur.
Synapse.
Sy-na-pseuh.
Nan décidément ça ne m'inspire rien.

-Du coup, vous allez faire quoi ? Vous pouvez entrer dans les têtes et les réparer ? Et puis, les trucs que vous aller soigner c'est quoi ? Monsieur le non-papa la dernière fois lisait dans les pensées c'était plutôt cool. Il a réussis à deviner mon chocolat préféré et...

Je m'arrête, encore plus gêné, je savais pourtant qu'il fallait pas que je parle trop, et c'est exactement le contraire qu'il vient de ce passer.
Je me gratte la tête.

-Hm pardon... j'ai tendance à beaucoup trop parler...

Et bien voilà ! La bonne impression s'est évaporé comme neige au soleil ! Pouf ! Tant pis, j'aurai l'air d'un gamin au pire hein ? C'est pas comme si j'avais pas l'habitude maintenant.
J'ai un corp de grand mais personne me prend comme tel.

Madame Cleeemsooooooon !

_________________

I'm just a dumb bunny..





Par ici la couleur : lightseagreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 183
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
87/100  (87/100)
Point Membre:
119/100  (119/100)
Niveau: Novice
avatar
Simje Voniestosiwjski
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
MessageSujet: Re: Oh Dear ! We are in trouble !   Dim 6 Mai 2018 - 22:32

Je sais pas ce que je dois à Orpheo pour accepter toujours ce genre de choses où je suis autant un cobaye que le patient en question. Ils doivent confondre. J’ai les sens d’un félin, pas d’un cochon d’onde les mecs.

-Jai pas tout compris a ce qu'on allait faire mais je vous fais confiance ! Et puis je suis grand, j'ai pas peur d'avoir mal.

Les sourcils de Simje se haussent d’un coup alors que le brun est tout à fait incapable de réagir. L’autre va s’asseoir subitement sans prévenir, alors que dans les règles de politesse on ne fait définitivement pas ce genre de choses. M’enfin. Je pensais pas qu’on en était là niveau âge mentale, et ça m’a toujours mis mal à l’aise ce genre de problèmes. Genre vraiment. Genre comme les enfants me foutent mal à l’aise ben là c’est encore pire, quoi. Le mec il est.. il est un peu teubé au fond. Et ça on n’y peut rien.

Il sait qu’il devrait dire quelque chose, comme Ah, euh, super ! mais il lui lance juste un regarde d’autoroute.

-Simje... c'est pas commun comme prénom ici, vous venez d'un autre pays ? Docteur Clemson dit qu'il y a énormément d'autre pays et d'autre langue, mais j'ai du mal à les reconnaître et à m'en souvenir de tout ces noms... c'est pour ça si j'ai ce livre.

Pour tout vous dire à l’instant, Simje il n’est plus à l’intérieur de Simje. Il a fuit, il s’est barré.

- Mais Ca reste dur à tout apprendre.

Le polonais hoche la tête.

- Je viens d’Europe, c’est super loin. (comme le livre est fermé, il n’ose pas montrer son pays sur la carte. Puis de toute façon, la Pologne ça lui a toujours paru ridicule à côté de la taille des USA, alors que les USA, c’est de, la merde. , j’ai du voyager toute une journée pour venir te voir.

Bref.
Papoti Papota.

-Du coup, vous allez faire quoi ? Vous pouvez entrer dans les têtes et les réparer ? Et puis, les trucs que vous aller soigner c'est quoi ? Monsieur le non-papa la dernière fois lisait dans les pensées c'était plutôt cool. Il a réussis à deviner mon chocolat préféré et...

Forcément.
Allen, n’est-ce pas ? Allen qui ne parle pas, Allen qui aurait pu dire et qui ne dit pas. Simje lâche un soupir passif agressif en fermant les yeux quelques secondes sur ses yeux clairs.

-Hm pardon... j'ai tendance à beaucoup trop parler...

Simje lui fait un sourire. Il a envie d’être rassurant mais il sent son coeur battre dans sa gorge dans un mouvement d’agacement.. non, pas d’agacement, d’angoisse peut être et de questionnements. Je suis pas digne de confiance ? C’était pas une bonne chose de me prévenir de l’existence de ce mec ? Il pense que je vais tout faire foirer, que je vais tout faire cramer ?
Il a la nausée.

- Non, non, c’est bien de parler. Je ne peux pas entrer dans les têtes. Je vais juste mettre mes mains sur votre tête et essayer de vous soigner avec la lumière que j’ai dans les mains.

Mais il s’est renfermé Simje parce qu’il a quand même l’impression qu’il aurait pu jouer sa part dans ce chapitre et qu’Allen n’a rien dit, qu’il s’est tu et du coup le polonais se sent un peu trahit, ou au moins franchement, franchement déçu.

- Vous me direz quand vous êtes prêts.

Dans tous les cas il y aura un peu de lumière, mais peut être aucune réaction en face. Qui sait.

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain Innocent
EMPLOIS/LOISIRS : aime admirer les papillons
LOCALISATION : Cana... truc, il sait pas vraiment où s'est
CITATION DU PERSONNAGE : <i>Même que moi des fois, je vomie.</i>

MESSAGES : 21
DATE D'INSCRIPTION : 22/01/2018

Niveau du personnage
Point RP:
8/100  (8/100)
Point Membre:
4/100  (4/100)
Niveau: Novice
avatar
Garrett Rossi
Humain Innocent
MessageSujet: Re: Oh Dear ! We are in trouble !   Mar 8 Mai 2018 - 8:40

Le monde est grand. Très grand. Selon le monsieur médecin numéro-j'ai-arrêté-de-compter -à moins que lui c'était un remplaçant...- le monde est composé de 'continent', et nous on se trouve sur le continent 'américain'... il est grand mais ce n'est pas le plus grand de toute la terre, les autres aussi sont super grands. Un jour j'irai les visiter histoire de voir à quoi ça peut ressembler un autre continent.
Je déblatère mon discours, et le monsieur remplaçant hoche la tête.

-Je viens d'Europe, c'est super loin. J'ai du voyager toute une journée pour venir te voir.

Europe. Eu-ro-peuh. C'est où ? On y fait quoi ? Y à plein de pays ? Et de gens ? Et ils s'habillent comment ? Ils mangent quoi ? Tu parles plusieurs langues monsieur le non-médecin ? Tu peux me montrer ?
Mince je viens de dire ça dans ma tête. Crotte j'ai pas envie de tout répéter... en attendant je prend le livre et ouvre une page au hasard avec une carte au hasard. Je lui tend et je sourie.

-Juste avant de commencer, vous pouvez me montrer, s'il vous plaît ?

J'espère que ça va pas l'embêter. J'ai dis s'il vous plaît après tout. Enfin c'est pas grave si il dit non mais Juste, je serais frustré de pas savoir d'où il vient. Si il me montre, ce soir je lirai tout ce qu'il faut savoir sur son pays de la où il vient.
Bien, bien. Revenons au choses sérieuses. Parlons de ma tête, de mes 'synapses' et de mes souvenirs.
Même si j'avoue que je commence à stresser.
La notion de stress m'a été apprise assez vite, quand je devais passer pas mal d'examens de contrôles dans différents trucs horribles et bruyants. J'avais une sensation d'oppression dans mon ventre. La gentille infirmière m'a dit que c'était normal, que tout le monde l'avais en lui mais que ça ne se manifestait pas pour les mêmes choses en fonction de chacun.
Le stress. Un mot trop court pour quelque chose qui peu durer super longtemps.

-Non, non, c’est bien de parler. Je ne peux pas entrer dans les têtes. Je vais juste mettre mes mains sur votre tête et essayer de vous soigner avec la lumière que j’ai dans les mains.

Oh je vois je vois ! Donc lui ne lis pas les pensées. Pas comme l'autre non-papa. Mais il fait de la lumière avec ses mais et ça c'est quand même archi cool. Bon et bien.
Je pose le livre et pose mes jambes à terre. A vrai dire je suis prêt depuis longtemps mais j'avoue que si je pouvais retarder encore un peu... j'ai peur de voir ce que je peux voir. Imaginez j'étais quelqu'un d'horrible avant ? Imaginez... je suis un criminel ou, ou même un méchant ?
Au final je veux rester comme je suis pour toujours mais les médecins et les monsieurs les non-papas ont besoins de savoir ce que j'ai vu et fait avant. Donc je vais le faire, pour aider. Car c'est cool aider. Et puis si comme le directeur le dit : les héros n'existe pas, bah moi je veux lui prouver que je peux en être un. Un hero Ca aide. Moi je vais aider.

-Je suis prêt !

Alley Garrett ! Prend ton courage en main et fonce !

_________________

I'm just a dumb bunny..





Par ici la couleur : lightseagreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 183
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
87/100  (87/100)
Point Membre:
119/100  (119/100)
Niveau: Novice
avatar
Simje Voniestosiwjski
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
MessageSujet: Re: Oh Dear ! We are in trouble !   Mer 9 Mai 2018 - 19:33

BIEN.
Très belle entrée en matière, vous en conviendrez. Tout à fait dans l’esprit de Simje qui ne sait pas trop si c’est du lard ou du cochon qu’il va bouffer. S’il a bien une coche qu’il se tient pour dit, c’est que Garrett c’est avant tout un gentil. Donc en soit lui, il ne craint rien. Ce dont il a peur c’est de faire du mal au pauvre petit. Parce que j’ai autant de tact qu’un chameau et ça fait très peu. Les chameaux ne sont pas de chics types.

Le garçon insiste un peu, comme ça, en avançant le livre. Il lui montre une carte au papier glacé et brillant. Simje baisse les yeux et constate que c’est un plan resserré sur l’Amérique du Sud. Pile là d’où je viens !
Lol.


-Juste avant de commencer, vous pouvez me montrer, s'il vous plaît ?

Le petit Simje il hoche la tête et se met à tourner les pages du-dit livre en question en espérant vraiment très fort que ce n’est pas un livre uniquement centré sur les terres du sud. Il tourne un peu dans un sens, se racle la gorge d’un air vaguement gêné et va dans l’autre sens avant de tomber sur une carte mondiale.

Il pointe du doigt son pays, très petit par rapport aux autres, mais assez grand par rapport à certains. Tout est une question d’échelle et de point de vue, comme toujours. Il y a un petit drapeau avec marqué « Poland »

- C’est ici, chez moi. Le Canada doit être au moins dix fois plus grand.

En vérité, Simje n’a aucune idée d’à quel point le Canada est plus grand mais il se dit qu’en comptant les eaux autour qui appartiennent au pays en question, le Canada apparaît en effet immense - et gelé - face aux terres et à la petit côte polonaise.

Bien.

Garrett pose le livre, assez calme et serein. Donc c’est mi un enfant, mi pas trop un enfant. Parce que j’en ai pas côtoyé beaucoup des chiars mais il m’est d’avis que ça fait beaucoup de bruit avec leurs petits yeux larmoyants et leurs bouches baveuses et que Garrett n’en est quand même pas là.
Ce qui est à la fois agréable et bien sympathique.


-Je suis prêt !

Simje hoche la tête et c’est parti les amis ! Je m’approche un peu, assez confiant et pose mes mains sur ses cheveux. Je me concentre un peu, fixant son crâne comme je fixerai le vide en attendant de chopper l’énergie. Je ferme les yeux, enfin, en sentant ce que je cherche et j’accumule mon pouvoir jusque dans mes paumes, encore un instant, voilà, un peu, et
BAM !
Le flux s’engage sur eux subitement et s’engage dans la tête de Garrett. Je n’arrive pas à diriger le flux, je n’ai jamais pu, mais avec l’énergie que ça envoie il me semblerait bizarre qu’il n’y ait aucun résultat.


Le brun reste donc accroché comme ça une vingtaine de seconde avant de lâcher brutalement, redressant la tête pour avaler l’air à grosses goulées, de la sueur perlant sur son front. Ses cheveux bruns se sont foncés sous l’humidité et l’effort lui provoque un léger vertige alors qu’il se rattrape derrière sur le bureau.

- Alors ?

Il respire fort mais sa vision s’éclaircie un peu. Aucune idée de ce que j’ai glandé là dedans, surprise, j’espère quand même avoir servi à quelque chose, sinon j’aurais donné l’énergie d’une bonne semaine pour rien, nada, quedalle.

- Tu te souviens de quelque chose ?

Soit, il me met un gros next, soit autant il va nous déballer sa vie comme jamais et je serai un génie riche et célébré comme le messi, précursseur de ma génération en matière de magie psychiatrique.

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain Innocent
EMPLOIS/LOISIRS : aime admirer les papillons
LOCALISATION : Cana... truc, il sait pas vraiment où s'est
CITATION DU PERSONNAGE : <i>Même que moi des fois, je vomie.</i>

MESSAGES : 21
DATE D'INSCRIPTION : 22/01/2018

Niveau du personnage
Point RP:
8/100  (8/100)
Point Membre:
4/100  (4/100)
Niveau: Novice
avatar
Garrett Rossi
Humain Innocent
MessageSujet: Re: Oh Dear ! We are in trouble !   Ven 11 Mai 2018 - 12:41

Le monsieur accepte de me montrer où il habite.
Chouette ! Il prend le livre et tourne les pages puis s'arrête sur une carte et pointe du doigt en petit pays. Sur la page il y a écrit "Poland".

-C’est ici, chez moi. Le Canada doit être au moins dix fois plus grand.

Dix fois ! C'est énooooorme ! En fait le Canada est super grand.
Je reprend le livre et regarde une dernière fois son pays.
Demain je lirai le chapitre dessus.
Je pose doucement le livre puis me met devant lui.

Je suis prêt.
Prêt à être fort et faire ressortir tout ce dont on attend de moi. Et qui sait ? Ça se trouve mon pouvoir c'est d'être comme Hulk ! Ou alors je peux aussi lire dans les esprits...
Oh ce serait super chouette ça !
Même si les pouvoirs c'est quelque chose qui penche vers l'extraordinaire. Dans ce cas : faites que ce soit un pouvoir démentiel !

Le monsieur s'approche et pose ses mains sur ma tête. Quelque seconde plus tard je ressent une chaleur extrêmement tendre et douce se propager de ma tête jusqu'à la base de mon cou, puis se dissiper partout. Ça fait extrêmement du bien... je peux sentir mon corps comme si chacun de mes membres avaient une vie propre, sentir aussi chacun de mes poils se hérisser et capter les moindre petit courant d'air et de chaleur. Le monde autour de moi devient sourd, et pourtant j'arrive encore à concevoir ce qu'il peut se passer. Je ferme les yeux.
Il fait encore noir dans ma tête... puis quelques lumières s'allument, au fur et à mesure tout devient blanc. Et au fond... des... images ? Non, ça bouge...
Ce sont... des souvenirs ?
Je me vois flotter au milieu d'eux sans en comprendre la moitié, le soleil brille, des gens bougent, semblent heureux... puis il y a une maison... un jardin...
Un homme s'avance, et me sourit. Il a l'air heureux... était-ce... mon père ? J'ai les larmes aux yeux. Mon coeur se serre, je veux pleurer, le prendre dans mes bras, pouvoir lui dire que je suis vivant et que j'aimerai le retrouver... Et puis il pose sa main sur la tête.
A son contact les images alternent devant mes yeux sans que j'ai le temps de voir ni de pouvoir comprendre. Les images se superposent... et au fur et à mesure j'oublie ce qu'il y a avant...
Une maison, un chien, un chemin, une forêt, une femme, un enfant, une fenêtre, du feu, du blanc, des inconnus, des rochers, la mer, une route, une voiture, un bus, une pancarte, un nom, une ville, un sourire, une amie, un banc, des chaussures, un sac, un avion, un bâtiment...
Je ne fais pas gaffe à ce qu'il se passe autour de moi, mais je sais que je suis debout au milieu d'une pièce les yeux fermés.
Les sensations s'enchaînent, l'amour, le bonheur, la peur, et le néant...
Je pleure.
Je ne comprend pas ce qu'il se passe mais je sais que c'est ce que j'ai vécu. Ça j'en suis sûr.
C'est bête... l'homme au début de ma vision n'est maintenant qu'une sensation d'abandon. Il disparaît aussitôt que les nouveaux souvenirs arrivent. Bientôt je ne le reverrai plus.
Il ne fera partie que de l'oublie et du néant présent en moi.
Plus rien.
Dorénavant je peux voir les choses plus nettement. Il y a une sorte de maison. Non, c'est des temples, comme... ceux du livre. Et un homme qui sourit. Est-ce... mon ami ? Je le connais. Il me sourit alors oui je le connais. Il s'avance et prend quelque chose en main. Un appareil étrange, il le met devant son visage et semble regarder le monde à travers lui. Je crois déjà connaître cet appareil... il permet d'immortaliser un moment de ta vie pour toujours. Il presse le bouton et...
Clic.
Il y a la végétation et surtout des montagnes magnifique. Je ressent la paix et ne calme, j'entend les oiseaux qui chantent et je peux même les voir libres dans le ciel, s'adonner à des acrobaties fantastiques.
Clic.
Une femme approche, elle me prend la main.
Oh... ne serait-ce pas...
Elle est blanche avec les yeux plissé, les cheveux noirs attachés en queue derrière sa tête. Ses grosses lunettes de soleils tombent légèrement sur son nez et je peux l'entendre rire. Un rire clair comme l'eau qui coule pas loin. Elle me regarde, ses yeux expriment quelque chose... de l'amour.

Le monsieur non-médecin me parle mais je l'entend pas. J'ai envie de rester avec elle dans ma tête, j'ai pas envie de partir car si je me réveille je l'oublierai, je veux pas l'oublier, pas encore une fois ! J'aimerai la retrouver, qu'elle me dise tout ce dont j'ai besoins d'entendre, que j'ai une famille des amis et.. que je l'ai aimé ? Mais je ne sais même pas comment aimer...
Une douleur apparaît dans mon ventre. L'image de l'homme a l'appareil et de la femme disparait, dévoré par une lumière, cette même lumière que monsieur le non-papa m'a fait me rappeler.
Clic.
Mais j'ai mal.
Je m'accroupis les mains sur mon ventre.
Clic.
J'ai peur, énormément peur... mais ce n'est pas une peur que je vit maintenant c'est celle que j'ai eu, avant. Je lui tiens la main, et je ne m'entend pas lui dire les mots qui sortent de ma bouche.
C'était les tout derniers mots que je lui prononçais.
Avant qu'elle meurt.


La mort.
C'est l'un des premier concept que j'ai assimilé en me réveillant.
Décidément... beaucoup trop de coïncidence.
L'univers est si paresseux.

J'ouvre les yeux, il colle un peu. Je m'essuie frénétiquement le visage avec mes mains en reniflant. Le monsieur est toujours en face. Je ne sais pas quoi lui dire. J'aurai aimé que monsieur le non-papa soit la pour regarder dans ma tête, ça m'aurait évité de parler de ce qu'il venait de se passer...
Je suis extrêmement triste et c'est lié à ces personnes. Elles sont mortes ça c'est sur... sinon je n'aurait pas été autant touché en les voyant.
Et je me demande si ce n'est pas moi qui...

Je lève la tête vers le monsieur brun. Je ne voulais pas l'inquiéter mais il n'a sûrement pas du comprendre ce qu'il venait de ce passer. Je lui souris, timidement cette fois. Mon coeur n'est pas d'humeur à exprimer la joie là. C'est comme si il pleuvait.
Je lui dis quoi ?
Que j'ai vu les souvenirs avant ma mort ? Je dis ça car j'ai vraiment l'impression d'avoir été mort un instant.
Autant je peux reprendre mon rôle de jeune homme fort et grand.
Autant je pleure car j'ai envie de pleurer. Et puis on s'en moque de l'image que je peux donner.
Toute façon je suis un petit comparé à eux.
Je peux pleurer. Ça ne changera rien.

-J'ai... je sais pourquoi j'étais la bas et je crois que c'est de ma faute... ils sont plus là à cause de moi...

Je baisse les yeux.
J'ai envie d'un câlin.


Dernière édition par Garrett Rossi le Dim 5 Aoû 2018 - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 183
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
87/100  (87/100)
Point Membre:
119/100  (119/100)
Niveau: Novice
avatar
Simje Voniestosiwjski
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
MessageSujet: Re: Oh Dear ! We are in trouble !   Lun 14 Mai 2018 - 21:59

Il se passe des trucs. Non mais c’est indéniable qu’il se passe des trucs, comment narrer autrement le délire ? Parce que visiblement, le gars, il pourrait raconter un livre de choses qu’il se passe mais de mon côté, c’est le vide. Il se passe des choses sous mon nez, mais je n’y ai pas accès. La pièce reste la même, un peu puante, un peu austère, un peu désagréable. Le papier pain ne change pas de couleur, le garçon ne se met pas à gesticuler comme un possédé.

Voilà, c’est exactement ça. Je pourrais raconter toutes les choses qui ne se sont pas passé, tellement elles sont nombreuses concrètement comparé au manque d’action de par ici.


Simje essuie ses paumes moites contre son pantalon, attend un peu, se râcle la gorge parce que l’autre s’est mis à pleurer. Le problème, c’est que Simje si il n’est pas quelque chose, c’est bien empathe. Ian, peut être, aurait été là à patpater la pauvre victime au milieu de ses tourments mais le polonais écarquille juste les choses, court-circuité par ce qu’il voit.

En somme, il est tout cassé.

Il est tout en boule, accroupis, on dirait qu’il a mal mais clairement pas vraiment physiquement. Peut être que j’aurais pas du faire ça, peut être que son cerveau se protège juste en lui faisant oublier des événements traumatisant et que je viens de rompre le barrage, provoquant un tsunami qui rase tout sur son passage. Bien bien Simje, encore très bien joué, du bon boulot par ici à ce que je vois.

-J’ai.. je sais pourquoi j’étais la bas et je crois que c’est de ma faute.. ils sont plus là à cause de moi.

Simje fronce les sourcils et regarde un peu ailleurs, tiens, par la fenêtre par exemple, ouh, comment c’est beau dehors, ouh qu’il est beau le soleil mais ne fait pas le lien. Pour lui, ce qui vient d’être dit, c’est clairement incompréhensible. Il s’est passé quelque chose, c’est super, mais il se dit que ce n’est pas exactement le moment de sortir les vers du nez de ce pauvre gars qui clairement, n’a pas l’air heureux heureux.

Bon. On fait quoi ? Parce que le but c’était pas de lui faire de la peine, et visiblement quand quelqu’un a de l’eau qui coule des yeux, c’est que ça va pas.

Voilà, vous venez de voir le summum d’empathie et de compréhension des autres que je possède. Brillant.


- Vous pouvez prendre un carnet de noter ce que vous avez vu. Vous pouvez dessiner, griffonner, trouer, déchirer, écrire tout simplement, peu importe.

Parce que quand même, il faudrait qu’il parle et qu’il fasse avancer l’enquête. Simje n’est pas sûr du degré d’humanité dont peuvent se permettre de faire preuve les scientifiques. Garrett peut bien souffrir s’il donne les réponses, n’est-ce pas ? Jusqu’où peuvent-ils se permettre de le préserver si cela implique des vies en jeu ? Parce que si il est responsable du Sri Lanka, ça serait quand même pas trop mal que ça ne recommence pas. Genre jamais.

Genre si Garrett est impossible de se contrôler, on en fait quoi du bestiau ?

On l’isole ?

On le tue ?


Simje s’ébroue, pas certain qu’il ait envie de se mettre à penser à des questions éthiques et morales maintenant, surtout que Garrett lui paraît bien présent devant lui, bien là ouais bien vivant, et que savoir qu’un gars autant paumé renferme autant de secret, ça le fou un peu mal à l’aise. Le genre de malaise où on a envie de changer de pays pour ne plus trop y penser.

Oh wait.

Maybe it’s time to come home.

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain Innocent
EMPLOIS/LOISIRS : aime admirer les papillons
LOCALISATION : Cana... truc, il sait pas vraiment où s'est
CITATION DU PERSONNAGE : <i>Même que moi des fois, je vomie.</i>

MESSAGES : 21
DATE D'INSCRIPTION : 22/01/2018

Niveau du personnage
Point RP:
8/100  (8/100)
Point Membre:
4/100  (4/100)
Niveau: Novice
avatar
Garrett Rossi
Humain Innocent
MessageSujet: Re: Oh Dear ! We are in trouble !   Dim 5 Aoû 2018 - 16:17

La chose est dites.
Le point de non retour est tombé et la je me rend compte que je ne peux plus retourner en arrière.

Ce que je récent on dirait des miettes de mon passé, comme si il ne me restait que des bou suite à un repas bien copieux et que la saveur est partie mais la sensation de ventre plein est la.

J'ai eu une vie avant j'en suis persuadée maintenant mais...
qui sont ces gens ? Cette femme qui me regardait et pour laquelle j'aurai fait n'importe quoi.... qui était-elle ? Et l'homme, pourquoi était-il avec nous ?

Tant de questions. Et je sais pas quoi dire.

-Vous pouvez prendre un carnet de noter ce que vous avez vu. Vous pouvez dessiner, griffonner, trouer, déchirer, écrire tout simplement, peu importe.

Écrire... oui.. oui ! C'est une bonne idée mais... par où commencer, je sais pas ! L'homme ? La femme ? La forêt ? Je pourrai dessiner, ça se trouve je savais dessiner avant et ça va peut être revenir ? Et si je savais pas dessiner ? Et si je sais rien faire ? Si ça ce trouve je ne sais même pas écrire. Si ça ce trouve je ne sais rien faire du tout. Je suis l'ignorant, le nul, l'insipide. Au final si ça ce trouve je ne sers à rien dans cette vie comme dans l'autre.

Tant pis. Je tente.
Je cligne des yeux et regarde autour de moi. Sur la petite table il y a un petit bloc note et un stylo, mais pour dire tout ce que je veux dire ça va être petit.
Tant pis, je vais devoir prendre le carnet que le médecin Clemson me donne à chaque fois, il doit être dans le tiroir dans son bureau.
Je me déplace donc doucement et vais prendre le carnet en question.

Il y a déjà plein de choses que j'ai écrite, des choses inutiles sûrement, ce que j'avais mangé la veille ou les rêves qui me revenait. Je pensais que ça allais m'aider à retrouver la mémoire d'ici là, mais le simple fait de décrire la salade que j'ai mangé un vendredi soir à la cafétéria ne m'a jamais aidé.
Je m'assoie en tailleur, sur le sol cette fois, et pose la pointe pleine d'encre sur la page blanche.

Je dis quoi ?
Non mais vraiment, qu'est ce que je dois dire ?
La pointe du stylo a créé un amas d'encre que j'efface avec mon index laissant ainsi une traînée vers l'extérieur de la feuille.
Je commence à écrire les premiers mots, c'est bancal mais tant pis :

"Je me souviens de paysages rempli de verdure, avec énormément de gens. Je vois un homme qui prend des photos."

Je m'arrête et me dis que c plus pertinent si je dessine pour ça. Je me met alors à gribouiller un homme, une clôture, des feuilles comme je les voyais, puis après je m'arrête sur l'image de la femme. Les larmes montent seules alors que la mine est de nouveau bloquée.
Ça je vais l'écrire.
Si j'y arrive...

"Il y a une femme. Elle est là à côté de moi, elle me tient la main, enfin elle me tiens seulement deux doigts. Sa main est bien plus petite que la mienne."

Je lève ma main devant moi, et la tourne. C'est bien ces doigts quelle avait dans sa main.

"Elle sourit et rigole. Quand je pense à elle mon coeur se sert et j'ai envie de pleurer. On est sur le rebord et on regarde le paysage. Et puis..."

Et puis.
Et puis quoi ? Quelque chose fait boum et ils disparaissent ? C'est totalement fou.
Mais même si c'est fou il faut que je l'écrive.
Je reprend.

"La j'ai mal, dans ton mon corps, ça brûle. Et puis tout disparait dans une lumière qui fait mal aux yeux et ils sont mort."


Je m'arrête.
Je rature. Sûrement que le fait de cacher ces derniers mots me rassure car au fond je Veux qu'ils vivent.
Je fais mine de rien et essuie mes larmes, désormais je me sens vide. Les souvenirs sont déjà presque partis, à part l'image de la femme et la sensation de ses doigts entre les miens.

Il faut se rendre à l'évidence Garrett.
Tu l'as tué.

Je me tourne vers l'homme et lui tend le carnet à bout de bras. Je crois que je tremble un peu... mais bon je fais plus trop gaffe la.

_________________

I'm just a dumb bunny..





Par ici la couleur : lightseagreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 183
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
87/100  (87/100)
Point Membre:
119/100  (119/100)
Niveau: Novice
avatar
Simje Voniestosiwjski
Exorciste d'Orpheo | Patpatpatpatpatpat
MessageSujet: Re: Oh Dear ! We are in trouble !   Dim 5 Aoû 2018 - 23:12

Il faut se rendre à l’évidence, la journée va être longue et la saveur aigre sur ma langue n’est pas prête de s’en aller. Le brun prend sur lui pour ne pas sortir de la pièce, il a des fourmillements de malaise au bout des doigts mais il ne bouge pas, statue de volonté. L’avantage s’est quand même qu’il a arrêté de se rouler en boule hystériquement.

Il attrape bel et bien de quoi écrire, comme proposé. Le patient écoute; Simje n’en demande pas plus. Au moins il se souvient de comment former des lettres. Il n’a pas tout perdu, il n’y a juste pas forcément accès. Je ne pense pas que des pélos dans un hôpital puissent l’aider, mais j’suis pas la personne en charge, je pleurerai pas sur son sort. Y’a des millions de gens qu’on pense aider en enfermant. Des barreaux n’ont jamais aidé quiconque à prendre son envol.

Il écrit, donc. Ses longues jambes se croisent alors que le jeune homme se penche de manière appliqué sur l’objet. Il se met même à dessiner alors que jusque là il n’a pas vraiment démontré des capacités cognitives très très concluantes, mais je ne vais pas regarder par dessus son épaule pour lui dire « dis donc dis donc, t’as dépassé mon vieux, retour maternelle ». Parce qu’au fond, en maternelle aussi on s’en fou que tu dépasses on veut juste déjà te mettre dans des cases, te rendre fier d’un travail inutile et demandé, vérifier que tu es capable de répondre à des consignes.
Capacités cognitives utiles à la société et aux individus qui en font partie, pour en faire partie.


Colère le petit Simje, colère.
C’est l’air des hôpitaux, ça ne lui convient pas trop.

Bref, il fait des trucs chelous. Désolé, c’est pas facile à décrire, il gribouille puis ouvre grand les yeux et regarde sa main, se remet au travail, écrit puis rature et puis à moitié en train de pleurer - toujours pas habitué à voire un trentenaire pleurer, j’suis peut être conditionné à être un galet mais je m’y fait pas.

Garrett fini par tendre le carnet après l’avoir raturé.

Je me souviens de paysages rempli de verdure, avec énormément de gens. Je vois un homme qui prend des photos.

C’est de travers, écriture un peu enfantine qui ne dévoile pas grand chose. Événement sportif ? Plage ? Plaine ? Parc ? Endroit touristique ? Réunion familiale ? Jardin ?

Il y a une femme. Elle est là à côté de moi, elle me tient la main, enfin elle me tiens seulement deux doigts. Sa main est bien plus petite que la mienne.

Soeur ? Bébé ? Nièce ? Cousine ? Simje se gratte la tempe, gêné d’avance de devoir dire que peut être qu’il lui raconte juste un souvenir d’enface qui ne fera rien avancer. Inutile, inutile, inutile.

Elle sourit et rigole. Quand je pense à elle mon coeur se sert et j’ai envie de pleurer. On est sur le rebord - Rebord de quoi ? et on regarde le paysage et puis la j’ai mal, dans tout mon corps, ça brûle et puis tout disparaît dans une lumière qui fait mal aux yeux et ils sont mort.

Alors déjà, qu’il ne pense pas que sa rature toute pourrie puis m’empêche de lire, hein, il a tellement appuyé que je pourrais lire sur la feuille du dessous, et ensuite, je suppose qu’il l’a barrée parce qu’il se sent mal à l’aise ou très triste.
Oui, oui, je sais, ça se comprend. Si en effet il a tué des gens par une déflagration, ça craint un peu, surtout si il ne s’en souvient pas, parce que potentiellement il peut tous nous tuer là maintenant tout de suite et j’ai pas extrêmement envie de mourir.
Enfin, pas de suite. La route est plus longue que ça.


Il regarde encore un peu le papier, le dessin. Le dessin donc, sur lequel il ne s’est pas arrêté. Bien sûr que ça lui dit vaguement quelque chose mais comme un dessin quoi, Des feuilles, une barrière, bon.

- C’est déjà bien, merci beaucoup. J’ai encore quelques questions et après on pourra s’arrêter là. Vous pourrez aller manger, jouer, dormir, etc. Il n’y a aucun jugement sur ce que vous avez fait, ou non, ce dont vous pensez vous rappeler, ou non. Mais j’ai besoin d’éclaircissement.

Il se racle la gorge. Bien sûr qu’il ne peut s’empêcher de se trouver comme une poule dans une jungle. Pas à sa place, awkward, dumb.

- Est-ce que cet endroit est par ici ? Ou loin ? Avez-vous un souvenir de chaleur ou de froid, des habits sur vous, de si vous étiez en vacances peut être ? Avec votre soeur ?

Petit pause. Se retenir d’enchaîner comme un bourin.

- Dessiner est un bon exercice. Vous m’aidez beaucoup. C’est après cet événement que vous avez perdu la mémoire ? Une sorte de déflagra.. une défla.. qui fait des .. oh.

Ouais, bah oui, bravo Simje, la boucle est bouclée. Voilà le lien, de Garrett, voilà la pièce manquante et la clé de voûte, tu pensais que tout n’était peut être pas de ta faute à cause de quoi au juste ? Tu t’imaginais quoi pour Garrett ? Le gars est une immense onde de choc, une déflagration qui rase les gens et tu t’en doutes pas.
Long à la détente, voilà sûrement pourquoi Allen il n’a rien dit.


- C’est tout bon. C’est.. j’ai les informations dont j’ai besoin. On se reverra peut être plus tard, merci.

Bien sûr qu’il est refroidi et un peu atterré. Peut être que sa rune a emplifié la déflagration mais si lui et Allen avaient été sur le terrain avec les autres ils seraient morts. Si comme prévu, Simje était allé sans Allen sous ce caillou, Allen serait mort.

Il déglutit, sort de la pièce qui lui semble soudain beaucoup trop chaude et froide et la fois et fuit. Clairement, il fuit l’endroit, il fuit les mots, il fuit d’avance sa réaction qu’il sait bouillante, il imagine sans le vouloir les mots qu’il dira au canadien, la rancoeur sourde mais mobile entre ses dents. Il sait qu’il remâchera ça des milliards des fois, comment bien tourner cette phrase, comment l’aligner avec une autre, comment le blesser comme il l’a été lui.
Simje n’est pas rancunier mais il est un chien blessé qu’on a laissé sur le bord de la route sans penser un instant qu’il reviendrait mordre. Pourtant il est là à tracer son chemin, canines aiguisées et rancoeur en collier.

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain Innocent
EMPLOIS/LOISIRS : aime admirer les papillons
LOCALISATION : Cana... truc, il sait pas vraiment où s'est
CITATION DU PERSONNAGE : <i>Même que moi des fois, je vomie.</i>

MESSAGES : 21
DATE D'INSCRIPTION : 22/01/2018

Niveau du personnage
Point RP:
8/100  (8/100)
Point Membre:
4/100  (4/100)
Niveau: Novice
avatar
Garrett Rossi
Humain Innocent
MessageSujet: Re: Oh Dear ! We are in trouble !   Jeu 9 Aoû 2018 - 12:37

Il lit.
Il prend du temps, mais il lit ce que j'ai écris. C'est stupide mais j'ai l'impression d'être étudié, comme un animal derrière la vitre, ou dans la télé comme l'émission sur le zoo. Dans cette émission ils commentent ce que les animaux fait et disent si c'est bien ou mal, ils font même des expériences comme donner un certain nombre de fruits à des chimpanzés et en cacher d'autre ou même faire ouvrir une boîte à une pieuvre. Si l'animal réussi il est récompensé mais si il rate, il n'a rien.
Vu ce que j'ai écris, à mon avis j'ai raté. J'ai tout raté.
Depuis le début.
Du coup le monsieur lit, doucement, il ne laisse rien paraître sur son visage, du coup ne baisse la tête. J'attend. Sagement, comme cet animal en cage.
J'aurai le droit à une récompense moi aussi ? J'aimerai tant avoir une tablette de chocolat...

-C’est déjà bien, merci beaucoup. J’ai encore quelques questions et après on pourra s’arrêter là. Vous pourrez aller manger, jouer, dormir, etc. Il n’y a aucun jugement sur ce que vous avez fait, ou non, ce dont vous pensez vous rappeler, ou non. Mais j’ai besoin d’éclaircissement.

Jugements ? C'est quoi jugement ? Ça a un rapport avec ce que j'ai dit non ? Aïe, j'ai du mal écrire quelque chose...
Allez y monsieur le médecin-non-médecin, je vous écoute.
Il fait un bruit étrange avec sa gorge, comme quand je veux tousser, mais que ça sort pas.

- Est-ce que cet endroit est par ici ? Ou loin ? Avez-vous un souvenir de chaleur ou de froid, des habits sur vous, de si vous étiez en vacances peut être ? Avec votre soeur ?

Chaleur. Il faisait chaud, et nan le paysage était différent d'ici. Il me semble. C'est la ou j'ai montré les photos tout à l'heure. Enfin, la ou j'ai eu des souvenir avec l'autre médecin, tout est marqué sur les pages d'avant... si vous voulez.
Soeur... je ne sais pas si c'était ma sœur. Je pense plutôt que c'était une amie, une très bonne ami. Vu comment elle me regardais il semblerai même que c'était une amoureuse.
Par contre pour les vacances j'en sais rien.
Je fais à mon tour ce bruit de gorge.

-C'était loin, pas du tout ici, et il faisait très chaud et humide à la fois. Et pour le reste je sais pas... je suis pas sur.

Je ne préfère pas dire de bêtises pour le moment, si il s'avère que j'ai une sœur ce sera sûrement le plus beau jour de ma vie.
Il reprend.

-Dessiner est un bon exercice. Vous m’aidez beaucoup.

Oh alors je dessine bien ? Je suis pas totalement perdu alors... je prend note. Je dessinerai plus souvent.

-C’est après cet événement que vous avez perdu la mémoire ? Une sorte de déflagra.. une défla.. qui fait des .. oh.

Qui fait des quoi ? C'est quoi une défla ? Hein ? C'est quoi ce que vous dites ? Et, Oh quoi ? Oh : vous avez compris ce qu'il m'arrivait ou Oh : mince alors il est un meurtrier ? C'est un monstre ? Je suis un monstre ? Ça doit être ça il a du lire.
Oui j'ai perdu la mémoire après ça, oui ensuite je me suis retrouvé avec des pensées vides et aussi blanches immaculées que ces m'es d'hôpitaux lugubres et sans vie. Oui je suis tout vide, vide de famille, d'amis et même vide d'affection.
Je suis vide.
Je répond même pas. Il semblerai que toute façon il ait fini aussi.

-C’est tout bon. C’est.. j’ai les informations dont j’ai besoin. On se reverra peut être plus tard, merci.


De rien.
A votre service.
Toujours là pour aider.

Mais qui viendra m'aider moi ? Hein ? Qui ?

Il s'en va, il semble soudainement pressé dis donc. Je lui fait un sourire pour dire au revoir, bon acteur que je suis... Est ce qu'il va tout dire à monsieur le non papa ? Sûrement... et je vais me retrouver dans une cage nan ? Je n'ai pas eu de récompense, ça veut dire que j'ai échoué au test ? Je suis puni ?
Ça doit être ça, je doit être puni. Seul, vide et puni.
Il a passé la porte.
Je perd mon sourire.
Tout à l'heure le médecin s'empressera de me faire une blague du style : bah quoi, tu as perdu ta langue ?
Non monsieur, j'ai perdu ma vie. Et si ça vous déplais vous n'avez qu'à m'envoyez dans un zoo tiens.

Je me cale contre le canapé et rapproche mes jambes sur mon ventre. Je les prend, et sers. J'ai envie de pleurer... en espérant que quelqu'un vienne me chercher, si il s'avère que quelqu'un s'intéresse à moi.
Je me balance, d'avant en arrière, réfléchissant à comment j'ai pu en arriver là. Sans aucun résultats évidement... et je pleure. En silence.
D'avant en arrière, d'arrière en avant. Puis, voyant que personne avais remarqué que j'étais seul, je m'allonge sur le tapis entre la table basse et le canapé, toujours les jambes près de moi, mes cheveux étalés autour, mes mains contre ma poitrine.
La mort... l'un des premier concept que j'ai appris, comme quoi... je suis reliée à elle.



S'il vous plaît, si quelqu'un m'entend, qu'il vienne me chercher.

_________________

I'm just a dumb bunny..





Par ici la couleur : lightseagreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Oh Dear ! We are in trouble !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oh Dear ! We are in trouble !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Libre ♣ Oh dear, we're in trouble. | abandonné
» ☴ oh dear, we are in trouble
» Ferrin ❧ « Oh dear, we're in trouble... »
» Oh Dear, we are in trouble [PV Clyde]
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: || Boite à souvenirs-
Nos Partenaires