AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 If there's something strange in you neighborhood, who you gonna call?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Modérateur | Mêlé détraqué | Agent du Service Secret
Modérateur | Mêlé détraqué | Agent du Service Secret
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Faire Spidercochon dans le métro
LOCALISATION : Là où le vent d'hiver m'emmène
CITATION DU PERSONNAGE : Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités

MESSAGES : 284
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2013

Niveau du personnage
Point RP:
56/100  (56/100)
Point Membre:
71/100  (71/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: If there's something strange in you neighborhood, who you gonna call?    Dim 15 Avr 2018 - 23:57

Laurens avait bien été pris en charge. Mais je veillais malgré tout. On m'a posé des questions, évidemment, qui était cet énergumène. Un innocent, voilà ce que j'avais répondu. C'était juste un innocent, possédé par un poltergeist. Qui était immunisé contre la magie. Je 'avais évidemment pas mentionné Lucas. Hors de question que ce petit être paie les pots cassés. Il était aussi innocent que Laurens, et l'exorciser par force n'était pas la solution et si ça échouait il pourrait à son tour se transformer en poltergeist. Ce n'était décidément pas la solution.

L'équipe médicale avait son boulot comme elle avait pu. Elle avait utilisé le matériel qu'on utilise normalement pour les gens non doués, ce qui ralentissait considérablement les soins.

Laurens était hors de danger, les médecins étaient partis, il était alors sous perfusion. Evidemment, ils m'ont mal regardé quand ils ont compris que les contusions de mes poings correspondaient à celle de l'innocent. Sauf qu'ils savent pas eux, ils ont pas perçus l'énorme menace que représentait l'être à l'intérieur de Laurens. Ils savent pas que j'ai fait au mieux pour le mettre hors d'état de nuire. Et ça voulait dire, assommer un innocent pour en sauver des centaines. Le bien commun, vous vous souvenez ? Je suis pas un grand adepte des sacrifices, je préfèrerais largement pouvoir sauver tout le monde, même si je sais pertinnemment que je ne suis pas un héros. J'suis un gars derrière un bureau, pas un gars de terrain. Mais je fais ce que je peux. Et j'suis trop généreux aussi, j'le sais bien. Du coup forcément, j'veux sauver tout le monde. Et j'serais capable de pleurer si ya un animal qui meurt parce qu'on a pas réussi à le sauver.

Le drame de Little Angleton me met toujours aussi mal, par exemple. Tous ces gens qu'on a pas réussit à sauver, tous ses enfants qui sont morts, en esclavage ou sous la tutelle des sorciers noirs. Si ça ne tenait qu'à moi, j'aurais déjà fait une mission suicide pour aller les chercher. Mais je sais que ça aurait été une mission suicide, qu'un homme serait mort pour rien du tout. Et puis, j'espère être utile ici, à mon échelle.

Sans moi, un drame aurait peut être eu lieu en plein centre de Londres aujourd'hui. Toutes ces mémoires à effacer, ça aurait été compliqué.

Je rentre dans la chambre de Laurens. Je me tiens encore dans l'angle mort de la seule caméra, lance une toile d'araignée dessus pour la décaler légèrement, de sortes que je puisse aller parler à cet homme en paix.

-Petit fantôme, tu peux sortir.


J'l'aurais bien appelé Lucas, mais il se serait peut être pas reconnu. Je passe ma main sur la vitre pour la givrer un peu, pour que l'on soit trouble aux personnes qui passent dehors. C'est pas hyper légal ce que je fais en vrai. J'mets aussi une file toile dans l'interstice de la porte, pour avoir le temps de dire à Lucas de se cacher si quelqu'un essaye de l'ouvrir.

Je regarde les analyses de Laurens, posées près du lit. Il va bien, il est stable. En regardant le moniteur, je dirais même qu'il est en phase d'éveil, mais je décide de le laisser encore un peu tranquille. Il a subit pas mal de trucs, déjà qu'on risque de le réveiller un peu en parlant. Mais peut être que Lucas pourras m'en dire plus sur son état vu qu'il était à l'intérieur. Et savoir si le grand méchant loup est prêt de revenir ou pas.

_________________

I'm fighting for the good
and the truth.

Shy with women


But I'm pretty gorgeous


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | En colloc' avec Georges et Hector
Modérateur | En colloc' avec Georges et Hector
avatar

MESSAGES : 137
DATE D'INSCRIPTION : 13/04/2012

Niveau du personnage
Point RP:
28/100  (28/100)
Point Membre:
10/100  (10/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: If there's something strange in you neighborhood, who you gonna call?    Mar 1 Mai 2018 - 16:23


"If there's something strange in you neighborhood, who you gonna call?"


Je n'aime pas les hôpitaux, parce que les chances d'en sortir sont assez minces lorsqu'on ne désire pas y rester. J'ai toujours si peur qu'Hector apparaisse. je ne mérite pas d'être soigné lorsque je tue autant.


Mon œil droit ouvre-toi,
Le gauche ne bouge pas
Un peu de soleil
Qui glisse sur le lit.

Tout n’est qu’obscurité. Faiblesse. Un destin laissé dans les mains d’un inconnu. Qu’adviendra-t-il de Georges, de Laurens, d’Hector ? Georges est tétanisé. Coincé dans le corps blessé de Laurens, il ressent au fond de lui l’angoisse de son ami. Les questionnements sont silencieux mais nombreux. Des couleurs pastels aux nombreuses teintes. Un fond toujours noir, mat, opaque. Des paupières closes qui n’attendent qu’une demande de la part du cerveau et du cœur pour s’ouvrir et dévoiler le futur.

Il entend au travers des oreilles de Laurens, de vagues discussions. Il se concentre mais l’esprit de Laurens est bien trop entamé par la fatigue pour s’intéresser aux bruits extérieurs. Il pourrait tout aussi bien tout lâcher. Se laisser aller, se laisser mourir. Il sent que cette pensée effleure son esprit et tente un haut les cœurs en offrant une douce caresse sur l’esprit contrarié du possédé.

Mais ça ne fait que l’irriter davantage. De se savoir aussi désemparé, soumis à un fantôme de pacotille et un poltergeist énervé à chaque instant, prêt à en découdre avec la moindre personne. Comment construire la moindre famille ? Ou amitié ? N’importe qui le détesterait. Il est démuni, n’a qu’une envie, qu’on le laisse tranquille. Il serait capable de subir n’importe quoi pour être débarrassé de ces présences empoisonnantes. Georges tient bon, laisse filtrer les ressentiments comme une vague. Il repense à celles qui l’ont déjà tué, emporté vers le fond. Il n’a pas envie de recommencer et il sait que sans lui, Laurens serait livré à lui-même sans aucune possibilité de déverser sa rage. Qui sait ce qu’il adviendrait de lui si cette oreille attentive disparaissait.

Incompréhension.
Peur. Frissons.

-Petit fantôme, tu peux sortir.

La phrase apparaît clairement et Georges n’hésite pas. Laurens ne devrait pas tarder à se réveiller non plus. Il tourne sur lui-même, défie les lois de la gravité, observe son entourage. Il retrouve dans les traits de son interlocuteur une certaine gentillesse. L’envie de lui faire une farce nait dans son esprit, mais il s’en retient au moment de réaliser l’endroit où il se trouve. Non pas qu’il ait une idée précise de sa situation, mais les murs blancs, le manque de vie, tout ceci le force à constater qu’il s’agit d’un hôpital, ou de quelque chose du même genre. Il dirige ses yeux un peu globuleux vers Logan et incline la tête sur le côté. Dérive jusqu’à Laurens et observe les bandages. Ils l’ont soigné. Ce monsieur a tenu sa promesse. Mais pourront-ils partir maintenant ? Quitter cet endroit ? N’attendra-t-il pas quelque chose de leur part ? Et puis, Laurens accepterait-il enfin l’existence de la magie ? Il recentre son regard sur l’exorciste.

Merci d’avoir tenu votre parole. Que voulez-vous que je vous donne comme information ?

Il aurait été impossible de dire si la phrase avait éveillé quelque chose chez Laurens, mais Georges sentit son esprit s’agiter, légèrement. Etait-il assez conscient pour percevoir leur discussion ou était-ce par pur hasard qu’il réagissait ? Quoi qu’il en soit, Georges avait de nouveau son regard rivé sur le visage de Laurens, néanmoins apaisé. Comme mort. Il se demandait s’il avait semblé aussi calme lorsqu’on avait repêché sa carcasse vide de l’océan.

Il ne tardera pas à se réveiller et je doute qu’il restera aussi calme. Je suis désolé par avance.

Georges évalue l’endroit. Il y a une sortie, mais où mène-t-elle ? Peut-il même passer à travers ? Il est jeune mais pas idiot. Si cet homme est magique, il y a de nombreuses chances pour que le lieu soit truffé d’objets magiques et de runes en tout genre. D’ailleurs, ne devrait-il pas simplement poser la question ?

Où sommes-nous ?

Il aimerait que Laurens garde son sang-froid à son réveil, mais il doute de cela. Pourtant, ne pas attirer l’attention pourrait être très utile dans un endroit pareil. Qui sait ce qu’il pourrait advenir d’eux. Si seulement Laurens acceptait de coopérer, pour une fois et voir les choses telles qu’elles le sont. Avec un peu de chance, il pourrait même se faire une place dans l’organisation. Mais Hector, l’inconnue de l’équation risquait d’être particulièrement gênant. Pouvait-on seulement lui apprendre à le maîtriser ? Cela pourrait devenir un avantage au lieu d’être un inconvénient. La nouvelle question lui brûlait les lèvres mais il s’en retint. L’esprit de Laurens s’agitait de plus en plus. S’éclaircissait. Sans vraiment mesurer son geste, Georges s’approcha de l’humain pour le renvoyer un peu plus dans les limbes. Il était sans doute encore trop tôt. Il avait des choses à échanger avec cet homme. Beaucoup de choses.

_________________


DC de Ren Takahata

color #AE4A34
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

If there's something strange in you neighborhood, who you gonna call?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: ▐ Z.O.N.E R.P.▐ :: ● ● Europe :: || Angleterre :: °Londres :: °Siège d'Orpheo-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :