Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.


Partagez | .
 

 Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 167
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
72/100  (72/100)
Point Membre:
108/100  (108/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Cyan Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   Ven 20 Avr 2018 - 15:09


"Si je craque, c'est ta rotule qui se brise."


C'est pas possible quand même de me mettre sur des missions de ce genre et de me promettre une soirée superbe avec mon jumeau si je gère bien mon travail. C'est comme agiter une carotte devant un âne, ça marche à deux mille pour cent et en plus c'est super efficace.


Sachez que l’on m’a chargé d’une mission passablement ennuyeuse en plus d’être inutile aujourd’hui. C’est à se demander ce qu’ils glandent, à Rosenrot. N’importe quel membre aurait pu se charger de ce genre de… retour à l’ordre, à commencer par les novices. Mais un Soul. Sérieusement, engager un Soul pour un truc pareil, ça frôle l’irrespect. Peut-être que c’est véritablement le cas et dans ce cas, je n’aurais qu’à fermer ma gueule, comme d’habitude. La démocratie n’est pas le maître mot de mon organisme, voilà d’ailleurs aussi l’une des raisons qui me pousse à me déchaîner sur ces pauvres petits exorcistes. Non pas que revendiquer les ordres soit une deuxième nature, loin de là : l’importance de la hiérarchie, elle est ancrée dans mon cerveau. Mais parfois, je ne peux pas simplement me contenter d’acquiescer silencieusement de la tête, comme un mouton de panurge, car les moutons suivent le troupeau. Moi, je suis des opinions. Et merde, je n’ai pas signé pour aller récupérer un connard pas foutu de suivre des ordres. Barcelone en plus ? Les gars, je suis en Allemagne en ce moment, il n’y a pas de membre de Rosenrot plus près de la destination ? J’y crois pas. Après tout, c’est sans doute à cause de mon fort caractère qu’on m’envoie là-bas. Sans doute ne suis-je pas le premier à me déplacer et l’on attend donc de moi de déverrouiller enfin la situation.

Aucune idée, mais cette dernière option me satisfait un peu plus. La dernière option, ça me va. Mais je ne suis pas dupe pour autant. J’ai potentiellement pu être envoyé directement afin de régler le problème au plus vite et économiser des tentatives avortées. L’avantage de mettre des pseudo-experts sur des « missions » chiantes, c’est qu’en général, le tout est emballé en quelques minutes. En plus, parce qu’il y a tout de même quelque chose d’intéressant pour cette journée, je dois être en France en début de soirée. Petite mission d’infiltration dans l’appartement d’un exorciste. Avec mon jumeau bien entendu. D’ailleurs, ai-je dit que l’on m’a mis sur la mission à Barcelone tout seul ? Si ce n’est pas de la provocation, je me demande bien ce que c’est.

Enfin qu’importe, même si mes pas se font à reculons, quand faut y aller, faut y aller. J’aurai tout le temps de râler à répétitions dans ma tête, pour le moment je dois me concentrer. Bien confortablement installé sur mon siège, je regarde vaguement par le hublot de l’avion, la tête sur la main. Ça me fatigue, ah, qu’est-ce que ça me fatigue. Je souffle. Souffle si fort que j’aurais pu faire dévier l’avion si j’avais été élémentariste air. Mais ce n’est pas le cas et il n’est vraiment pas temps de laisser sortir mon pouvoir dans un avion. Je tiens à atterrir en paix.
Qu’est-ce qu’il a le gars à me regarder avec sa tête de coq. Regardez-moi ces joues, saillantes à souhait, on pourrait en faire du rôti en sauce qu’il n’y aurait toujours rien à manger sur ce gars. Ça va faire bien longtemps que je n’ai plus touché à un humain, pourtant dieu seul sait à quel point ils pullulent. Je ferais un geste pour la nature en les exterminant. Pour seule réponse, je me contente de le fixer jusqu’à ce qu’il daigne enfin baisser les yeux, puis recentre les pupilles sur mon smartphone.

Nouveau message. Ce sont les informations du fameux bonhomme à extirper de chez lui. Mikeal O’Call… quelque chose. Je sais que c’est une grande famille, mais pour moi il y a déjà trop de syllabes et un H. Et je déteste les H.

Je verrouille l’appareil et le fourre dans ma poche sans plus de cérémonie. J’en ai rien à tarer de ce mec. Je ne connais même pas. Enfin si, de visuel. Disons que j’ai dû le croiser deux ou trois fois dans toute ma vie et qu’en trente et quelques années, ça réduit le potentiel de reconnaissance faciale. C’est sans doute qu’un gosse qui a besoin d’attention. Il a quoi, au juste, même pas trente ans ? J’en ai rien à faire de ce par quoi il est passé, de ce pourquoi il refuse. S’il ne se plaît pas dans sa vie, qu’il parte définitivement. Rosenrot est certes doué pour retrouver les fuyards et les évincer, mais les capacités ne sont tout de même pas comparables à celles de Croix. Si l’on veut fuir, il y a toujours des méthodes. Au lieu de ça, lui il reste à portée des canons, dans le collimateur de Rosenrot. Ils doivent bien l’aimer pour passer encore par la case « raisonnement ». On m’a demandé de tuer pour moins que ça.

L’avion entame sa descente et je me repasse en boucle le trajet. Selon mes calculs toujours véridiques, j’ai environ 4h pour le faire changer d’avis ou ramener sa tête (et son corps en un seul morceau) au QG. J’ai les coordonnées du téléporteur le plus proche pour faciliter les déplacements. Enfin, moi, mon travail, c’est de le pousser à revenir dans le droit chemin. Je ne suis pas garde du corps et encore moins nourrice. Manquerait plus que ça.

Ça y est, me voilà devant ladite porte dudit appartement. Il a été terriblement facile de m’introduire dans l’immeuble, c’est à peine si le monsieur devant moi m’a gracieusement ouvert. Les humains sont si impressionnables. Les mains dans les poches, disposé devant le porte d’entrée, dans le hall, je prends faussement le temps de réfléchir. Je connais déjà la marche à suivre mais pèse encore le pour et le contre d’un défonçage de porte. Le contre l’emporte mais je ne peux décidément pas me résoudre à sonner. Sonner. Il ne manque plus que la chemise repassée et la mallette et je suis bon pour démarcher. Faudrait pas se foutre du monde quand même. J’inspire profondément et sors un trombone. Classique mais efficace. Le crochetage, ça me connaît. Ça me connaît très très bien même.

En quelques secondes à peine, la porte émet un cliquetis sonore et je referme cette dernière derrière moi. Me voilà dans l’appartement. Je dépose mon long manteau noir à l’entrée et détache les premiers boutons de ma veste avant d’enfouir de nouveau mes mains dans mes poches de jean. Bien bien bien bien.

-Si mes informations sont bonnes, un certain Mikeal devrait se trouver ici. J’aimerais aller vite alors qu’il s’amène.

Je rentre dans ce qui s’apparente à une salle à manger. L’endroit est plutôt grand. Enfin, pas autant que celui de mon frère et moi, mais nous sommes deux avec nos propres centres d’intérêt. Les besoins ne sont pas les mêmes.
Bon, je suis tout de même quelqu’un de patient de base. De très, très patient. Mais là, curieusement, pas trop, alors j’annonce directement la couleur.

-C’est Rosenrot, mon cher. On n’a plus trop de tes nouvelles ces derniers temps.

Mais sors de ton trou, t’es pas une putain de souris.

_________________



DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2653
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
176/200  (176/200)
Point Membre:
290/200  (290/200)
Niveau: 7 - Confirmé
avatar
Mikeal O'Callaghan
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
MessageSujet: Re: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   Lun 23 Avr 2018 - 18:57

Le soleil, la chaleur, l'été qui arrive. Ainsi que la rechute. Mon téléphone a ainsi décidé de décéder tandis que j'étais beurré. J'en ai pas racheté. Si c'est pour recevoir des ordres de missions tels que "t'es de garde de mioches au Mystery" c'est non merci. J'passe mon tour.

Ouais du coup mon téléphone s'est perdu dans une fontaine. Enfin, j'me suis énervé, j'l'ai lancé, il a atterri dans l'eau. Tant pis, j'l'ai laissé là. Personne pourra voir les infos que y'a dedans anyway.

J'me suis barré de l'Allemagne. Encore. Parce que, devinez quoi ? C'est la saison des festivals. Yen a tout le temps partout et ça, ça fait plaiz. J'me suis un peu remis à chanter. Un peu.

Et j'essaye encore de l'oublier.

C'est ainsi que je me suis retrouvé en Espagne. J'ai juste suivi la route des voitures bariolées. J'ai fait du stop, vous vous rendez compte ? J'étais enfermé avec des humains ça m'a pas plu. Mais ils passaient de la bonne musique alors ça compensait assez bien. En plus, hyper arrangeants les gars, ils m'ont déposé où je voulais, ce qui m'arrangeait et tout, on s'est dit à plus tard et...

Bah j'les ai tués.

Ils ont repris la route et j'ai poussé la voiture contre un mur. Comme ça. Et j'm'en suis allé, comme ça.

Juste par simple envie. Juste sur un simple coup de tête.

J'ai pas eu la chance de les torturée ni de les voir agoniser mais envoyer toute cette rage et tout cette puissance dans ce coup m'a fait un bien énorme, vous vous rendez pas compte à quel point j'en avais besoin.

Ça fait quelques jours que la musique est finie, il faudrait que je me mette en quête d'un nouvel endroit où faire la fête. Mais avec les beaux jours de plus en plus de touristes arrivent. Et y'a la plage aussi ici. Bref, je traînasse, parce que je sais pas quoi faire de ma vie. Je me dois de l'avouer. Y'a des jours où ça va en vrai, que j'oublie tout ça.

Et ya des jours où je replonge.

Et là, j'suis en plein dedans.

J'appellerai bien des gens pour qu'ils viennent faire la fête avec moi. L'ennui, c'est que je veux voir personne. Du coup j'traîne avec des inconnus que je peux tuer à tout moment, que je peux abandonner quand je veux. Sauf que ça va jamais.

Ca va toujours pas. Et je sais pas ce que je veux.

Je veux pas des missions débiles de Rosenrot. Ils veulent pas essayer de plus me vider la tête ceux là ? Bah non non. De toutes façons qu'est-ce que j'en saurais ? Je reçois plus les ordres vu que j'ai plus de téléphone. J'ai même pas pris mon ordi.

J'suis un déchet. J'suis une épave. J'suis plus rien.

J'sais pas ce que j'ai. J'sais pas pourquoi cette rechute.

Si, bien sûr que si je sais. Ca pourrait pas être une autre raison, c'est complètement impossible. J'suis comme ça à cause de cette fille. Elle a changé un truc en moi. Evidemment que je le sais.

Putain le gars, ça fait un an et il s'en remet toujours pas. J'en peux plus de moi. Quelqu'un peut m'achever ? S'il vous plaît ?

Pourquoi j'm'accroche autant ? C'est pas comme si j'allais la revoir un jour de toutes façons. Alors pourquoi dès que je réavance un peu dans la vie, dès que je vais mieux, la pensée sauvage apparaît et me fait « Oh, tiens, t'étais bien avec elle, non ? ». Bim. Rechute.

Merci cerveau.

Moi aussi ya des souvenirs que j'aimerais pouvoir oublier.

Sinon les chats me manquent. J'vais devoir revenir en Allemagne juste pour aller faire mon gaga un peu.

Non je suis pas gaga de mes chats. C'est faux. Si faux.

Chats. Elle.

Arf.

Cerveau. De. Merde. Ptain. J'en ai marre. Marre marre marre marre marre.

Tuez moi.

J'crois que j'ai entendu des bruits de pas. Genre. Ya que moi qui ai les clefs. Qui veut me voler ? Me voler quoi ? J'ai rien. C'est fou ce qu'on se fait chier là dedans. Serait-ce la faucheuse qui viendrait réaliser mes demandes de suicidaire ?

-Si mes informations sont bonnes, un certain Mikeal devrait se trouver ici. J’aimerais aller vite alors qu’il s’amène.

Erk. J'crois que je connais cette voix. J'visualise le QG ou l'orphelinat en entendant cette voix. J'sais pas à qui elle est. Pas assez familière à mes oreilles.

Ya quelques années je pensais que Rosenrot c'était plus que des collègues, que c'était une famille.

C'était des conneries. Des putains de grosses conneries. En réalité ya plein de brisés, de gens qui veulent pas être là, des gens qui pourquoi pas, des gens qui ne voient que leur intérêt personnel ou leur quête de pouvoir. Ya pas d'affinités en fait. C'est même pas des collègues. C'est juste des gens. Des gens dont j'ai rien à foutre.

Pourquoi ils viennent m'emmerder putain, c'est pas assez obvious que je veuille pas d'eux ? Il leur faut quoi ? Que je mette un panneau propriété privée fortement déconseillée à Rosenrot ?

Laissez moi tranquille, sérieux.

-C’est Rosenrot, mon cher. On n’a plus trop de tes nouvelles ces derniers temps.

Bingo.

J'me lève de mon lit. J'suis en caleçon parce qu'il fait trop chaud dans cet appart. Ya pas la clim, c'est la mort. Et le seul ventilateur est décédé suite à … Moi.

J'me frotte les yeux. J'ai pas envie de les voir. Le ou les ? J'sais pas combien ils sont. Ptain.

J'arrive dans l'embrasure de la porte, qui était ouverte. Il aurait pu juste se rapprocher de la dernière pièce à visiter au lieu de rester planter là comme un pauvre con. J'm'appuie sur le portant, toujours en calbut parce que j'en ai toujours rien à branler et j'le regarde de haut en bas.

J'suis persuadé d'avoir des cernes qui vont jusqu'à ma mâchoire. J'vous avais dit que les cauchemars étaient revenus ? Comme si ils avaient disparus, cette blague. Et puis j'empeste probablement l'alcool. Tant pis pour lui.

J'le reconnais ce gars là. C'est un Soul. En même temps ya que ça dans l'organisation, des Soul. J'sais plus comment il s'appelle, j'm'en fiche. En plus j'crois que c'est lui qui a un jumeau, comme si c'était pas déjà assez compliqué.

-C'est ptet que ya une raison, non ?

Sérieux gars. Casse toi. J'rentrerai bien un jour de toutes façons. De moi même, c'est pas comme si j'avais déserté non plus. Je cherche pas à recouvrir mes traces, à m'enfuir ou quoi que se soit. Enfin si, j'm'enfui de mes problèmes et j'ai pas envie que Rosenrot s'en mêle, j'veux juste être tranquille. Mais c'est bon quoi. J'suis toujours là.

On pourra toujours compter sur petit chien chien Mike tout fidèle gentil soldat. De toutes façons, il sait faire que ça.

J'me dirige vers le comptoir derrière lui où se tient la cuisine. J'ouvre le congélateur, sors des glaçons, prend deux verres, les remplit d'eau et les pose sur le comptoir.

J'suis trop gentil comme garçon, voilà que je sers de l'eau au gars qui veut me ramener. Sérieux. Tsssss.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 
Color: indianred

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 167
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
72/100  (72/100)
Point Membre:
108/100  (108/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Cyan Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   Mar 24 Avr 2018 - 14:42


"Si je craque, c'est ta rotule qui se brise."


C'est pas possible quand même de me mettre sur des missions de ce genre et de me promettre une soirée superbe avec mon jumeau si je gère bien mon travail. C'est comme agiter une carotte devant un âne, ça marche à deux mille pour cent et en plus c'est super efficace.


Des fois Olive quand il s’énerve – parce que même avec moi ça arrive oui, parfois j’ai juste pas envie de l’écouter et bref, il décide de craquer et de mettre l’appart dans tous les états possible excepté dans celui où il devrait normalement se trouver. Et autant vous dire que ça devient rapidement le bordel et qu’il finit par quitter la place précipitamment. Part se calmer par on ne sait quelle manière.

Bref, tout ça pour comparer l’état du présent appartement comparé aux folies passagères de mon frère. Même état. Quasiment. Le gars qui habite ici n’a vraiment pas l’air de faire attention à lui. Après tout, on dit qu’un intérieur reflète le personnage qui y vit. Chez moi ? Rangé. Tout est rangé, parfaitement à sa place. Il n’y a qu’Olive pour déplacer de manière intempestive certains détails de l’appartement. Mais je suis assez calme pour laisser passer ces dérives.

Revenons à nos moutons. Mikeal donc.
Ce tas.

Non vraiment, j’ai du mal à trouver un autre qualificatif. En caleçon, des cernes qui descendent jusqu’au rez-de-chaussée, une tronche de mouton torturé, calciné puis ébouillanté. Presque squelettique. Est-ce qu’il mange au moins ? On dirait presque un fantôme. Pour un gars de Rosenrot qui en vaut visiblement la peine, il fait un peu pitié. Pour ne pas dire complètement. Même s’il reste plus grand que moi à première vue, j’ai clairement l’air de pouvoir lui faire la peau sans problème. J’ai tout de même pris le temps de voir de quoi ce bonhomme était capable, car mon manque d’intérêt ne passe pas au-dessus de mon travail. L’imprévisible ne me connaît que peu. C’est le boulot d’Olive ça. Télékinésiste. Ici, il a donc l’avantage. Il est chez lui, peut me balancer à peu près n’importe quoi à la face et mes ondes de choc risquent d’être soigneusement contrôlées pour ne pas entraîner un effondrement de la place. Je me fiche pas mal des humains qui vivent au-dessus et en-dessous. A vrai dire, s’il ne s’était agi que d’un assassinat, c’est ce que j’aurais fait en premier lieu tout en m’assurant de la mort du gars. Mais Mikeal doit être vivant, et là réside toute la difficulté.

-C'est ptet que ya une raison, non ?

Ouah.
Non, mais ouah. Répartie mec. Incroyable, ça mérite un Oscar.

Mais n’importe quoi ce mec. Une blague à lui tout seul.
Vous savez ce que je déteste le plus au monde ? Les gens qui manquent de respect à mon frère. Bon, ce n’est pas le cas là mais je tenais quand même à le signaler. La deuxième, c’est qu’on se permette de fuir lâchement ses obligations alors que je suis moi-même face à cette même obligation. Pauvre petit chat qui a des raisons pour délaisser l’organisation qui lui fournit tout de même son argent. Enfin, peut-être est-il comme nous un personnage friqué et dépendant de la fortune familiale n’ayant cure du maigre salaire accordé aux sorciers noirs. Mais qu’importe. Messire n’est pas disponible alors messire se laisse sur messagerie. Y’a des gens qui sont payés moins que ça et qui font pas leur princesse pour autant.

-Allons bon, t’as tes règles ?

J’ai pas un grand respect pour les gens. Et les femmes dedans j’avoue qu’elles ne sont pas très bien placées non plus. Bon, bien sûr, il y a Bleu. Mais Bleu est un cas particulier, une connaissance et une sœur dans lequel se mêle dégoût et protectionnisme, colère et douceur. Elle est la seule femme que je considèrerai au-dessus des autres, bien qu’elle soit certainement la plus brisée de toutes. Qui ne l’est pas par chez nous ?
Je parle sur le ton de la rigolade, néanmoins empreint d’un certain mépris. Il n’est pas en vacances. Ni en congé payé. Ni même là où il pense se croire. Il est face à Rosenrot et ce dernier n’est pas en mesure de témoigner la moindre pitié. N’a pas spécialement envie de le faire non plus.
Je soupire tandis que le jeune homme visiblement au bout de sa vie s’avance d’un pas lent vers son frigo ou tout du moins ce qui s’y apparente avant de l’ouvrir et d’en sortir des trucs. Puis deux verres qu’il pose et remplit d’eau et de glaçon.

Alors euh non ?
Qu’est-ce qu’il attend, au juste, que je discute tranquillement avec lui autour d’un verre ? Il fait vraiment partie de Rosenrot, celui-là ? Ils l’ont pris sur le rebord du trottoir et n’ont pas su lui inscrire les bonnes manières… ou tout du moins les manières de Rosenrot ? Je crois qu’il est temps de reconnecter ses deux neurones et de lui faire comprendre deux-trois choses.

-Écoute, j’ai franchement pas le temps de m’occuper d’une loque ou de ce qu’il en reste. Si je devais être tout à fait honnête, j’en ai pas non plus l’envie. Mais raison ou pas, je fais mon travail. C’est pourtant pas compliqué. Tu mets un pantalon et un t-shirt et tu files en Allemagne. Pas compliqué, en plus il faut beau dehors, ce sera l’occasion de rosir ces joues blafardes.

Je n’ai pas l’envie d’être drôle, de faire mon comique de service. De toute façon, sans Olive, ça n’a rien d’intéressant. Et puis, mon public ne semble pas tellement réceptif aux blagues. Je fixe un instant l’eau stabilisée dans le verre et les glaçons piégés dans le fluide. J’ai envie de tout renverser ou de le lui balancer dessus une fois que ce sera bien frais. Ça devrait le réveiller.

Mais je réfrène tout ça car je sais bien qu’à l’instant où la première action – et non pas remarque parce que je sais très bien parler sans m’énerver, sera lancée, je ne pourrais plus m’arrêter. C’est donc la dernière option à sortir de ma poche. Restons calme pour le moment. Je m’adosse au comptoir afin de faire dos au gaillard et regarde vaguement à travers la fenêtre non loin. Beau vis-à-vis avec l’appartement d’en face. Placer un sniper ici pourrait faire des merveilles. Il n’y a pas d’exorcistes, par hasard, dans cet autre immeuble ? Un peu de distraction entre deux échanges ne ferait pas de mal. Quoique, comme je l’ai dit, je n’ai pas l’envie de poser bagage. Mais bon, il ne capitulera sans doute pas aussi facilement. A moins que ce ne soit vraiment le cas et dans ce cas, je n’aurai qu’à lâcher ma rage d’avoir été baladé jusqu’ici pour un « Tu viens ? » « Ok. ».

Ennuyeux à mourir. Ne soit pas comme ça.

_________________



DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2653
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
176/200  (176/200)
Point Membre:
290/200  (290/200)
Niveau: 7 - Confirmé
avatar
Mikeal O'Callaghan
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
MessageSujet: Re: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   Mar 1 Mai 2018 - 19:43

En vrai, j'ai de la chance. Faut l'avouer. Ca aurait été quelqu'un d'autre, ça aurait été une embuscade, ça aurait été des coups, ça aurait pu être la mort. Ya moyen que mon nom de famille ait joué. Ya moyen que mes faits d'armes aient joué.

Enfin, mon fait d'arme.

Et puis, c'est pas comme si j'avais complètement déserté non plus, faut pas abusé. Je prends juste des vacances, je m'éloigne de tout ce merdier. Depuis un certain temps, trop long probablement pour toute la pègre. N'empêche, j'suis toujours là. Et j'serais revenu, un jour ou l'autre.

Ils sont venus trop tôt. J'ai une tête à vouloir revenir ? J'crois pas non.

Ya moyen que la vieille ait fait un peu pression. Quoi que, j'sais pas. Elle m'aime pas. Elle aime personne. Mais on est pas énormément dans la famille, et mon frère n'est pas vraiment un exemple non plus. Peut être que je sauve un peu plus les meubles.

Quoi que.

J'ai copulé avec une Croix. Ca s'apparente à l'ennemi.

Et j'suis plus moi même depuis que j'ai lâché l'appart qu'on avait.

En vrai, j'sais pas ce qui m'arrive. Même moi j'arrive pas à remonter la pente. J'pige pas.

C'est pas une pente, c'est un pic escarpé sans aucune prise, avec des cailloux qui arrêtent pas de te rouler dessus pour te redescendre avec plus bas que la première fois. Tu recules plus que t'avances en fait.

Alors, à quoi bon ? Parce qu'au final, tu finiras plus bas que terre. Alors pourquoi j'me battrai pour redécouvrir le ciel alors que je suis voué à manger la poussière dans tous les cas ?

-Allons bon, t’as tes règles ?

Pourquoi il est là lui déjà ? Ah oui, pour me ramener en Allemagne. A Rosenrot. Pour que je redevienne le bon petit chien chien à sa fidèle Anja.

Après c'est pas comme si j'avais changé d'idéaux ou quoi que se soit hein, faut pas déconner non plus. Mais c'est juste que j'ai pas la tête à ça en ce moment. Vous voulez pas me laisser tranquille et me laisser revenir quand moi je l'aurais décidé ? Je serais tellement plus productif quand je serais prêt. Sérieux.

Sacs à merde.

J'réponds même pas. J'suis gavé, saoulé, fatigué.

-Écoute, j’ai franchement pas le temps de m’occuper d’une loque ou de ce qu’il en reste. Si je devais être tout à fait honnête, j’en ai pas non plus l’envie. Mais raison ou pas, je fais mon travail. C’est pourtant pas compliqué. Tu mets un pantalon et un t-shirt et tu files en Allemagne. Pas compliqué, en plus il faut beau dehors, ce sera l’occasion de rosir ces joues blafardes. 

-Et pourquoi tu te mêlerais pas de ton cul ?

Voilà je suis grossier. Comme si je l'étais pas d'habitude. J'ai l'impression d'être une nana avec plein de sautes d'humeur, sérieux, c'est juste affreux. Je joue avec les glaçons du verre, à les faire léviter au dessus, les lâcher pour que l'eau éclabousse le plan de travail.

J'pourrais lui en lancer un dans l'oeil et me barrer en vrai. Aussi simple que ça.

Ils me retrouveraient. Parce que je cherche pas à me cacher. Je cherche juste à m'éclipser un instant, à être tout seul et loin de tout ça. J'ai besoin de repas, juste de ça. Pourquoi faudrait qu'ils me fassent chier H24 ?

-Sérieusement, j'compte pas me défiler de l'organisation. J'reviendrais. T'as qu'à leur dire que tu m'as pas trouvé et basta. En attendant, ya moyen que je sois plus souvent dehors que toi.

Parce que moi je suis libre.

Comme si.

Les illusions que je me donne à moi même ça marche même plus. Le cynisme a gagné sur mon propre cerveau. Bravo Mike. T'as perdu goût à ta propre vie de débauche. Tu ne crois plus aux mensonges dont tu te berçais.

Comment je suis devenu si terre à terre, si peu drôle, si peu enjoué, si peu déconneur ?

Les cernes et le teint pâle je les tiens des longues nuits sans dormir, ou très peu. Et très mal. Le reste du temps, j'suis dehors. Sur la plage. Ou dans les bars.

Enfin, j'crois que je vis un peu la nuit. Je sais pas. Je m'en fiche.

On est quel jour aujourd'hui ?

Ca fait combien de temps que j'étais dans cette même tenue sur un palier à guetter une voiture qui était déjà loin ?

Deux mois ? Six mois ? Un an ? Cinq ans ?

Dans 23 jours ça fera un an.

PUTAIN POURQUOI JE SAIS CA ?!

Le coup m'échappe et les deux verres d'eau viennent s'écraser contre le mur à côté de moi. Très loin du chien de Rosenrot. Je cherche même pas à ramasser les débris. Si je marche dessus, tant pis. J'fais le tour du comptoir, attrape mes clopes, en allume une et vais m'affaler sur le canapé.

Comme l'épave que je suis.

-Sérieusement, casse toi.

J'suis pas d'humeur.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 
Color: indianred

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité


Dernière édition par Mikeal O'Callaghan le Dim 9 Déc 2018 - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 167
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
72/100  (72/100)
Point Membre:
108/100  (108/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Cyan Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   Jeu 3 Mai 2018 - 12:15


"Si je craque, c'est ta rotule qui se brise."


C'est pas possible quand même de me mettre sur des missions de ce genre et de me promettre une soirée superbe avec mon jumeau si je gère bien mon travail. C'est comme agiter une carotte devant un âne, ça marche à deux mille pour cent et en plus c'est super efficace.


Ne pas craquer, ne pas craquer, NE PAS CRAQUER.
Reste l’adulte dans le lot. T’as pas le temps de jouer au gosse capricieux quand t’as… ça en face de toi. Un déchet humain, un plastique qui flotte sur la mer et se laisse emporter sans même lutter. Sans même songer à lutter devrais-je dire. Quoique, la métaphore n’est pas aussi correcte qu’elle devrait l’être. Il affronte Rosenrot en ce moment. Ou tout du moins l’une de ses personnifications. Je n’ai pas la prestance d’un leader. Je suis capable certes de diriger un groupe, d’être une tête pensante, mais ça ne m’intéresse pas plus que ça dans le fond. Ça ne me rend pas particulièrement puissant de représenter une organisation, une pensée, un ensemble.
C’est beaucoup trop de responsabilités pour un résultat passable, voir ennuyeux. Lorsqu’on est en haut, quoi qu’on fasse, on se fait taper dessus par ceux qui sont en-dessous. Il n’y a qu’à voir ce qui se produit chez les chefs d’État. Une bonne monarchie, ça supprime tous les problèmes. Je blague.

Qu’importe, le dénommé Mikeal se présente donc en tenue débrayée et n’a visiblement pas l’air d’apprécier ma présence. Plaisir partagé. Ça pourrait aller tellement vite cette histoire. Bras et jambes brisées et hop, lettre envoyée comme à la poste. Je me laisse cinq minutes pour achever le boulot et comme ça, je rentre plus vite et je pars pour une mission plus sensationnelle.

-Et pourquoi tu te mêlerais pas de ton cul ?

Alors déjà tu vas baisser d’un ton et emprunter un vocabulaire un peu plus digne parce que c’est pas mon cul que tu vas voir arriver mais mon pied dans ta gueule. Et crois-moi, tu vas regretter de ne pas avoir eu affaire à mes petites fesses rebondies.
Passons.
J’ai même pas le réflexe d’afficher la cocotte-minute sifflante de mon esprit sur mon visage. Je me contente de hausser un sourcil désintéressé. Alors que sincèrement, y’a que la mention « à ramener en vie » qui m’empêche de lui en foutre une. Quand je suis lancé, ça devient difficile de m’arrêter.

Il commence à faire léviter des glaçons. S’il songe ne serait-ce qu’à m’en balancer un à la figure, c’est terminé, je l’allume. Je l’ai prévenu, faut pas pousser. Il va bien finir par ouvrir de nouveau sa bouche pour raconter quelque chose d’intéressant, non ? Un truc utile, qui fasse avancer notre histoire et m’épargne quelques longues minutes à se regarder comme des merlans frits. Bon poisson soit dit en passant.

-Sérieusement, j'compte pas me défiler de l'organisation. J'reviendrais. T'as qu'à leur dire que tu m'as pas trouvé et basta. En attendant, ya moyen que je sois plus souvent dehors que toi.

J’suis gentil, j’suis obéissant, j’reviendrais. Invente-moi une excuse minable et reprenons chacun le cours de notre histoire. En d’autres occasions oui. Mais la mission stipule que je dis le trouver et le ramener. Pas moyen d’y échapper, je ne peux simplement pas me défiler parce qu’on me le demande. Spécialement quand le gars en question me le demande. Et puis, c’est quoi ce ton. Même pas de phrase de politesse, rien. S’il n’en a rien à tarer de ma présence, j’en ai rien à tarer de son avis. Ça me paraît juste.

-Que tu te sois trouvé dans ta chambre où à 300km d’ici, je t’aurais quand même retrouvé. Et c’est pas le Club Med, c’est pas je viens je pars. Je sais pas dans quel monde tu vis pour te défiler comme ça.

Regarde-toi, t’es pathétique. Je ne sais pas ce qui me retient d’ajouter cette phrase. Il y a un moment où la misère est tellement présente qu’elle n’a pas le besoin d’être évoquée. Je ne suis pas particulièrement empathique donc ces choses ne me touchent pas, mais par simple curiosité j’aimerais bien savoir ce qu’il s’est bien passé pour le rendre dans un état pareil. Une fille ? C’est souvent la faute des nanas.

Les deux verres d’eau sont subitement balancés à l’autre bout de la pièce et je porte instinctivement la main à ma ceinture, sur laquelle est attachée mon poignard. Mais il est taré ou quoi ? je savais que Rosenrot recrutait des gars proches d’entrer en asiles psychiatriques, mais là c’est un nouveau cas. Ça a l’air d’être le bordel dans sa tête. Mais le bordel pire que dans son appartement.
Il passe sur le côté et attrape sa cigarette. Allons bon, maintenant il va s’en fumer une. Rattrapez-moi ce débris avant que j’en fasse de la charpie.

-Sérieusement, casse toi.

Ok, deuxième insulte.

Je fais volte-face et saisis l’homme par le cou alors qu’il semble visiblement décidé à se poser sur le canapé. Me sert de la poussée pour le plaquer contre le mur. Passage au niveau supérieur. Il a beau être un peu plus grand que moi, ça ne m’empêche pas d’avoir de la poigne, surtout sur ce genre d’individu squelettique. Sérieux, il me faudrait deux secondes de concentration pour l’exploser. C’est bien connu qu’il faut éviter d’avoir affaire aux mains de ceux qui maîtrisent les ondes de choc. C’est à cet endroit qu’ils concentrent le mieux leur pouvoir.
Mais je ne dois pas le tuer. Depuis quand on fait dans la médiation, à Rosenrot ?

-J’aime pas trop me répéter. T’es passablement chiant de base et j’en ai à vrai dire rien à foutre de tes grognements. T’auras tout le temps de discuter avec Rosenrot une fois que tu seras au QG. Je suis chargé de te ramener en vie, on m’a pas spécifié dans quel état alors à toi de voir si ça vaut le coup de faire ça dans la joie et la bonne humeur.

Et crois-moi, jeune homme, je suis le pro en ce qui concerne le détournement des ordres de missions. Et, puisque les mots sont assez peu parlants dans des têtes vides et pas concentrées, j’envoie mon genou se loger dans son ventre et recule de quelques pas, hautain. Y’a pas à dire, j’ai l’air quand même plus abordable quand mon frère est dans les parages.

_________________



DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2653
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
176/200  (176/200)
Point Membre:
290/200  (290/200)
Niveau: 7 - Confirmé
avatar
Mikeal O'Callaghan
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
MessageSujet: Re: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   Jeu 3 Mai 2018 - 21:34

J'crois que mon estomac veut se manger lui même. J'vous jure, on dirait un trou béant qui tremble et qui est prêt à se digérer tout seul. Sauf que j'ai pas faim, j'serais incapable d'avaler quoi que se soit.

Sauf de la bite.

D'ailleurs c'ui là, il veut pas qu'on baise plutôt ? Parce que son regard de « j'en ai marre qu'est-ce que je fous là » c'est le même que le mien. On pourrait au moins rendre les choses plus … Intéressantes et que ce temps soit profitable à nous deux.

Enfin, vu comment il réagit, ça a pas l'air d'être son truc.

Un ptit moment BDSM, ça le tente pas ? J'comprends pas.

J'soupire, j'en ai marre. Il est resté québlo comme un piquet depuis que je suis arrivé, j'en peux plus. DETENDS TOI. PETE UN COUP. Ou alors casse toi.

Ouais, casse toi, c'est large mieux.

-Que tu te sois trouvé dans ta chambre où à 300km d’ici, je t’aurais quand même retrouvé. Et c’est pas le Club Med, c’est pas je viens je pars. Je sais pas dans quel monde tu vis pour te défiler comme ça. 

Mais putain. Evidemment faut que je tombe sur un moralisateur. Forcément, sinon c'est pas drôle. J'aurais pas pu tomber sur un déchet ? J'aurais pas pu tomber sur Green ? Non, évidemment que non. Green j'suis sûr j'aurais pu le convaincre de rester. Presque sûr. Le gars il est aussi brisé que moi, si ce n'est plus. On aurait pu rester loin de tout ça encore un peu.

Hey mais c'est son frère lui, non ? Un des jumeaux ? Non ? J'crois. Si ça se trouve je l'ai déjà dit. J'sais plus.

D'ailleurs, truc pas cool, il sait qui je suis mais moi je le sais pas. C'EST QUI LE MALPOLI MAINTENANT HEIN ?!

Fils de pute.

J'ai tellement envie de lui balancer les glaçons à la figure. Tellement. J'le ferais pas. Il m'a pas encore attaqué, on peut encore baisé.

Tu veux pas baiser plutôt ?

Alors que j'allais m'avachir sur mon canapé avec ma clope au bec, le gars m'attrape par le cou et me colle au mur.

Nan mais, t'es sérieux là ? Tu tiens à ta vie ?

La clope au bec, j'aspire une longue taff pour lui recracher toute la fumée à la gueule. ET OUI CA PIQUE LES YEUX HEIN C'EST PAS AGREABLE HEIN.

Lâche moi putain. Casse toi.

J'espère qu'il sent toute la haine que j'éprouve en ce moment pour lui. J'le regarde mal, c'est un peu une spécialité chez les sorciers noirs de mal regarder les gens.

Il me retient toujours par le cou, même si j'suis plus grand que lui. Il m'a pris par surprise, et j'me suis pas débattu. En même temps j'suis une vraie loque. C'est vrai, j'le sais. Après j'ai jamais été très musclé dans ma vie, mais là j'me suis encore plus laissé aller que d'habitude.

Depuis une petite année...

-J’aime pas trop me répéter. T’es passablement chiant de base et j’en ai à vrai dire rien à foutre de tes grognements. T’auras tout le temps de discuter avec Rosenrot une fois que tu seras au QG. Je suis chargé de te ramener en vie, on m’a pas spécifié dans quel état alors à toi de voir si ça vaut le coup de faire ça dans la joie et la bonne humeur.

J'réponds rien, j'me contente de le fusiller du regard. Enfin, il me lâche et en profite pour me filer un coup de genou dans le ventre.

Forcément, j'me plie en deux sous la douleur et je tousse.

Pitoyable Mike. Comment peux-tu te montrer si faible ? Comment peux tu être si faible ?

Enervé contre moi même, j'en profite pour envoyer le toutou fidèle de Rosenrot dans le mur, assez puissamment j'espère pour lui faire traverser le mur.

J'me relève, difficilement, j'vais avoir un sale bleu sur le bide putain, j'récupère ma clope par terre et la remets directement au bord de mes lèvres. J'me rapproche faire le suppôt d'Anja. J'lui crache à la gueule.

-C'est quoi que tu comprends pas dans le fait que je veuille être tranquille ?

Tel Dark Vador le tout puissant, j'imite le geste du sith et élève le petit chien dans les airs, retenu uniquement par la force de ma pensée. Enfin, de ma magie surtout. La fin de ma clope est arrivée, je décide de l'éteindre tout prêt de son œil, sur sa paupière inférieure.

Et qui sait, j'le ferai peut être voler à travers le balcon pour qu'il se ramasse ensuite sur le sol, loin.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 
Color: indianred

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité


Dernière édition par Mikeal O'Callaghan le Dim 9 Déc 2018 - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 167
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
72/100  (72/100)
Point Membre:
108/100  (108/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Cyan Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   Lun 7 Mai 2018 - 22:03


"Si je craque, c'est ta rotule qui se brise."


C'est pas possible quand même de me mettre sur des missions de ce genre et de me promettre une soirée superbe avec mon jumeau si je gère bien mon travail. C'est comme agiter une carotte devant un âne, ça marche à deux mille pour cent et en plus c'est super efficace.


Passer du coq à l’âne c’est pas bien. Pourquoi je dis ça ? Aucune idée, ça m’est venu d’un coup.

Transition parfaite, ce gars-là il me fait penser à un âne. Pas dans sa gestuelle hein, mais son visage, je sais pas. Il est hyper fin, on dirait qu’on l’a coincé entre deux portes et qu’il est resté comme ça depuis. Peut-être que c’est vraiment le cas et en fait c’est un handicapé.
Je dois être fatigué pour imaginer tout ça. Il me tarde de finir cette satanée mission.

Bref, du coup le gars il balance les verres contre le mur sans me viser. Alors je sais pas si c’est de la provocation ou simplement son pouvoir qui part dans tous les sens mais clairement c’est le désespoir dans sa vie. Sérieusement, vivre comme ça, ça devrait être interdit. Je sais que je me répète, mais il me fait vraiment pitié. Pour un gars de Rosenrot, ça la fout mal à l’image de marque. Si un Croix se pointait maintenant, ça serait pas facile à expliquer. Pas facile du tout. Déjà, je pense qu’expliquer que ramener un homme à Rosenrot plutôt que de passer directement par la case meurtre, c’est suffisamment compliqué à expliquer à un membre de Croix.

Mais l’homme continue à me sommer de partir, chose dont je n’ai évidemment pas l’intention. Une mission est une mission, et ce ne seront pas deux petites belles paroles qui me feront faire demi-tour. Alors je le colle contre le mur, histoire de lui faire comprendre que j’ai pas envie de passer mon temps à discuter le bout de gras avec lui ou même tout simplement d’écouter sa déprime couler sur moi. J’ai mes propres problèmes, l’ami. Pas beaucoup, certes, mais j’en ai quand même.

Enchaînement d’un bon coup de pied et pouf.
Ouais. Pouf. Ou plutôt plaf. Je suis brusquement plaqué en arrière. Télékinésiste. J’ai tout de même eu l’intelligence d’esprit de vérifier ses dons et pouvoirs. N’empêche que j’aime pas particulièrement les télékinésistes. Pour ne pas dire que je les hais tout simplement. C’est un pouvoir somme toute très utile en plus d’être particulièrement dévastateur. Ça s’utilise en tout lieu avec n’importe quoi. Et pour le coup, je peux vous assurer que le n’importe quoi vis à foison dans cet appartement. Dont moi. Visiblement, c’est moi qui l’intéresse. Il me maintient et je pèse sincèrement le pour et le contre d’utiliser mon pouvoir pour le balancer un bon coup contre le mur. Juste assez pour lui faire comprendre que je ne sais pas seulement me servir de mes poings.

-C'est quoi que tu comprends pas dans le fait que je veuille être tranquille ?

C’est qu’il se répète en plus. Je pourrais lui répondre d’un air tout aussi gentillet que je lui ai déjà expliqué la raison de ma présence et que, jusqu’à preuve du contraire, je ne compte réellement pas déroger à mes règles.

Mais le voilà déjà qui s’avance, avec sa clope à la main Je la regarde, je le regarde. Ces allées et venues tâchent de ne pas montrer mon inquiétude, mais mes mouvements sont clairement entravées par son pouvoir et sans une déconcentration de sa part, je suis forcé de resté immobile, suspendu en l’air.
Il approche dangereusement sa clope de mon œil gauche et ma mâchoire se tend en prévision de la douleur. Douleur qui ne tarde pas à faire effet. Réaction immédiate. L’onde de choc part d’un seul coup, sans prévenir. Son appartement est soufflé devant moi et ses meubles se renversent en s’enfonçant légèrement dans le mur. Les vitres explosent aussi. Je vais le faire péter cet appartement. Ce bâtiment même. Je ramènerai la dépouille du gars en insistant sur le fait qu’il n’a pas voulu coopérer, je me ferais taper sur les doigts mais j’aurais pas risqué inutilement ma vie pour un connard. Je tombe brutalement sur le sol heureusement vierge sous mes pieds et porte immédiatement ma main sur ma paupière. Putain le gars il a vraiment voulu me rendre aveugle. Je roule des yeux pour vérifier si mes capacités motrices sont encore d’actualité et réprime un râle de douleur au moment d’effleurer la brûlure.

Les voisins ne vont pas tarder à venir s’enquérir de la raison de cette brutale explosion, il va falloir faire vite maintenant. Je détache le couteau à ma ceinture et me précipite sur le gars pour passer la lame sous sa gorge. J’ai pas le temps, vraiment vraiment pas le temps de discuter avec lui. On aurait pu faire ça calmement oui. Peut-être, dans un état d’esprit un peu plus léger et deux-trois heures de sommeil supplémentaire. J’aurais pu blaguer et tenter de me présenter comme un pote. Ecouter la détresse qui règne dans ses yeux. Ça l’aurait peut-être rendu plus sympathique et tout se serait terminé pour le mieux sans dommages collatéraux.
Mais il est trop tard. Bien trop tard pour revenir en arrière.

J’ai tout de même très mal à l’œil maintenant. S’il y a des séquelles par la suite, cet homme est clairement mort. En fait, si la blessure ne disparaît pas peu importe la méthode employée, ça peut me nuire énormément. A moi comme à Olive. L’avantage des jumeaux, c’est de ne pas pouvoir les différencier. Et en mission, ça peut s’avérer très, très utile.

-Je t’ai déjà dit que c’était pas à toi de décider quand et comment tu veux être tranquille. Rosenrot t’as appelé, t’as pas répondu, maintenant on vient te chercher. Je sais pas quelle information perce pas dans ton crâne. Tu veux que je te le répète en espagnol ?

Qu’on se le dise, j’ai aucune connaissance en espagnol. L’anglais, l’allemand et le français, ça me suffit déjà amplement.

-J’hésiterai pas à détruire entièrement ce HLM s’il le faut.

C’est pas un argument de poids pour un sorcier noir, c’est sûr. J’ai bien trop l’habitude d’avoir affaire à des exorcistes pour qui la vie humaine joue parfois plus que la leur. On peut exiger d’eux tellement de choses sous réserve d’avoir une bonne plâtrée d’humain à leur présenter près d’un explosif. Explosif qui finit souvent par péter, d’ailleurs, renseignements ou non.

On ne se refait pas.

_________________



DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2653
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
176/200  (176/200)
Point Membre:
290/200  (290/200)
Niveau: 7 - Confirmé
avatar
Mikeal O'Callaghan
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
MessageSujet: Re: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   Lun 6 Aoû 2018 - 18:59

Le gars en a clairement rien à péter de moi. Ce que je comprends. Ça le fait déjà bien chier de devoir venir me chercher ici. Pauvre petit. Au moins j'te fais voyager et prendre l'air. Grâce à moi, encore, t'as pas besoin de t'occuper des morveux du Mystery.

Ils deviennent quoi d'ailleurs ? Pas que j'en ai quelque chose à foutre hein, mais est-ce qu'ils commencent à penser comme des vilains pas beaux comme nous ?

Que toute cette entreprise ai au moins servi à quelque chose j'veux dire. Qu'on ai pas fait tout ce brouahaha pour rien. Parce que même la vieille qui faisait pourtant un bel otage, s'est quand même échappé. Donc bon.

En plus, qui en sorciers noirs a envie de s'occuper de marmots ? J'ai limite envie de dire personne. On veut tous les saigner à blanc et les torturer.

J'vois pas Dorian et Anja s'occuper d'eux moi. Pourquoi c'est nous qui faisons la sale besogne ?

« Nous », le gars il a pas remis les pieds là bas depuis plus d'un an t'sais, et il parle.

J'm'en branle.

Au moment où ma clope touche sa paupière, j'suis soufflé jusqu'au mur. Moi et tout l'appart. Les vitres, tout, tout explose. J'me protège la tête de mes bras frêle en retombant au sol dans un geste instinctif. Quand tout se calme je relève la tête.

C'était quoi ce bordel ? Une onde de choc, c'est ça ? Eh bah putain. Ca fait mal.

La baie vitrée … n'existe plus. L'appart est sans dessus dessous, les meubles enfoncés dans les murs, les étagères déglinguées, tout ce qu'elles contenaient sur le sol.

J'crois que j'me suis cassé quelque chose en même temps putain. J'ai un goût de sang dans la douche.

Putain c'est quoi ce corps de faible que je me trimballe.

J'ai à peine le temps d'évaluer les dégâts que déjà l'autre blaireau est sur moi, son couteau sous ma gorge. J'me relève doucement, et la lame pénètre légèrement ma peau en même temps.

Il croit vraiment que ça me fait peur une petite arme blanche comme ça ? Il a pas senti le mur tout à l'heure ? Il croit que le couteau c'est plus dur à virer ? Que lui va me demander plus d'effort que tout à l'heure ?

Dommage que la vitre du balcon ne soit plus. J'aurais a-do-ré que les débris de verre se prennent dans sa peau pendant qu'il la traversait.

Avec un peu de chance je peux l'envoyer dans le bâtiment d'en face …

J'entends des gens qui se sont amassés en bas de la rue. D'autres qui remontent la cage d'escalier.

J'crois que le proprio habite dans l'immeuble. Et il a un double.

Qu'est-ce qu'on va se marrer.

-Je t’ai déjà dit que c’était pas à toi de décider quand et comment tu veux être tranquille. Rosenrot t’as appelé, t’as pas répondu, maintenant on vient te chercher. Je sais pas quelle information perce pas dans ton crâne. Tu veux que je te le répète en espagnol ?

J'lui crache à la figure parce que je suis un gars hyper mature, un bon gros mollard des familles.

Ah bah c'est du sang. Bah voilà, il m'a cassé des trucs cette petite pute. Il va payé cette enculé.

-J’hésiterai pas à détruire entièrement ce HLM s’il le faut.

Je rigole.

-Ça, ça pourrait être drôle et je veux bien le faire avec toi.

J'entends les cliquetis de la serrure et une bande de vulgaires humains déboulent dans le salon. Le proprio, un petit gros moustachu et mal rasé, avec sa chemise à fleur qui a du mal à rentrer dans son pantalon fait vite le tour de ses yeux du salon ravagé.

J'suis toujours en calbute. Je rappelle que collègue de Rosenrot a toujours son arme sur moi.

-Et on pourrait d'ailleurs commencer par eux. Après tout, c'est des témoins, il faut éliminer les témoins.

Surtout si ils sont témoins de magie, n'est-ce pas ?

Je me baisse à 90 degrés, en faisant de mon mieux pour éviter la lame, ce qui évidemment râte et je me retrouve avec une nouvelle estafilade de sang, et donne un coup de pied dans le plexus à blaireau pour l'éloigner. Cela me permet d'un peu mieux bouger et je bascule l'étagère de l'entrée, toujours enfoncée dans le mur sur les nouveaux arrivants qui prennent peur en voyant un objet bouger tout seul, et peur pour eux aussi.

Malheureusement (enfin pour eux, je trouve ça personnellement très drôle), ceux qui sont encore dans l'entrée parce qu'ils se sont ameutés comme des bêtes stupides, bouchent l'entrée. Du coup ceux dans le salon, juste sous l'étagère n'ont pas eu le temps de se retourner et de bouger leur gros cul.

Bah oui, les bêtes de l'entrée voulait savoir ce qu'il se passait, alors ils s'amassent et ne laissent pas sortir vu qu'ils veulent absolument rentrer.

Et un proprio écrasé, un.

Je mets un pied sur l'étagère, et appuie mon poids dessus. Il est toujours vivant. J'attrape un couteau de cuisine au vol, traverse le reste de l'étagère, regarde les pauvres humains apeurés, ferme la porte à clé en un coup de poignet, et avec un grand sourire, passe le couteau sous la gorge du propriétaire qui s'étouffe alors en hurlant.

Tous les autres humains hurlent, essayent de passer à travers la porte, arrivent, de tout leur poids à la casser pour s'enfuir.

J'me retourne vers le blaireau.

-Ça m'a revigoré tout ça, ça te dirait une petite chasse à l'homme ?

Le couteau ensanglanté toujours à la main, j'étais ravi, prêt à reprendre du business.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 
Color: indianred

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité


Dernière édition par Mikeal O'Callaghan le Dim 9 Déc 2018 - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 167
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
72/100  (72/100)
Point Membre:
108/100  (108/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Cyan Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   Dim 23 Sep 2018 - 17:54


"Si je craque, c'est ta rotule qui se brise."


C'est pas possible quand même de me mettre sur des missions de ce genre et de me promettre une soirée superbe avec mon jumeau si je gère bien mon travail. C'est comme agiter une carotte devant un âne, ça marche à deux mille pour cent et en plus c'est super efficace.


Vous savez comment on différencie un sorcier noir d’un exorciste ? Y’a que les sorciers noirs pour privilégier la torture à la douleur. Comme ce mégot sur ma paupière. J’ai du mal à fermer l’œil maintenant. Je le fais quand même pour des raisons physiologiques évidentes, mais concrètement chaque cillement est une micro torture. Parce que non, les exorcistes, en général ils font leurs missions et je trouve qu’ils sont bien trop miséricordieux envers leurs ennemis. A vouloir trop précipiter les choses, toucher pour tuer. En combat à plusieurs, ça se justifie. En un contre un, ça vaut le coup de prendre un peu plus son temps. Et celui-là, ce Mikeal, il l’a pas volé d’être sorcier noir. Il a beau avoir l’air d’une loque, ses réflexes sont bien ceux d’un méchant pas beau.

Ça n’empêche pas que les premières menaces à fuser sont celles dédiées aux exorcistes. Parce que non, j’ai pas l’habitude de jouer la nourrice et qu’en général, mes missions elles s’intéressent pas aux déserteurs. Ou alors c’est des déserteurs à éliminer et pas besoin de chercher à convaincre. J’aime pas convaincre. Je suis pas fantastique en négociation, je sais juste très bien me défendre et torturer. Ça s’arrête là. Sauf que si la torture marche pas sur moi, y’a pas de raison qu’elle marche sur lui. Donc il faut discuter. Le fun est activement recherché.

Evidemment, même quand je passe ma lame sous sa gorge, il ne cille pas. Voir pas du tout. Voir il s’entaille lui-même la peau. Il se met à rire à ma dernière phrase avant d’ajouter :

-Ça, ça pourrait être drôle et je veux bien le faire avec toi.

Je hausse un léger sourcil. Je fais quoi maintenant ? Je le laisse agir et participe un peu avant de le trainer par les fesses au QG ou je reste sur ma position initiale et je lui fous un coup dans les vertèbres pour qu’il tombe inconscient ? J’ai pas plus le temps de réfléchir qu’un bruit de clé résonne dans l’entrée. Déjà ? Ils sont au taquet par ici les humains. A Berlin, faut bien attendre cinq bonnes minutes avant que le premier humain se mette à bouger. Ou bien ils ont déjà trop l’habitude. Aucune idée. En tout cas, ça ne m’arrange pas. Ils déboulent dans l’entrée et nous fixent avec de grands yeux horrifiés. Je soupire sans bouger de ma position. Je pourrais me charger d’eux sans problème vu leur allure, mais alors il me sera difficile de m’occuper de Mikeal. S’il décide de s’enfuir entre temps, ce sera un échec pour moi. Hors de question donc. Il faut la jouer fine et l’occuper sur quelque chose. Avec un peu de chance il se fatiguera tout seul ce Mikeal. Ou mieux, il me percevra un peu moins comme une personne hostile et cèdera plus facilement à ma demande.

-Et on pourrait d'ailleurs commencer par eux. Après tout, c'est des témoins, il faut éliminer les témoins.

Moralité, le choix est vite fait. Sauf que j’ai pas le temps ni de dire ok ni de m’écarter car déjà, la brindille me fout un coup dans le ventre et se décale. A en juger par le sang sur ma lame, il n’a pas dû s’en sortir aussi facilement, mais ça n’a pas l’air de le déranger. Je relève la tête en me maintenant le diaphragme et aperçoit une étagère tomber sur un des hommes. L’un des plus gros. Ah bah oui, fallait forcément me démonter le ventre pour faire tomber une étagère au loin en utilisant ton don. Tu pouvais pas le faire sans bouger.
Passons.

Comme il l’a si bien dit, il faut effectivement éliminer les témoins. Mais normalement, on considère témoin une personne ayant surpris un acte de magie. En l’occurrence, la seule chose qu’ils aient pu voir, c’est une tentative active de menace. A aucun moment ils n’auraient pu rapporter l’onde de choc à moi. Ce qui ne fait d’eux que de simples humains lambda. Mais je comprends le fond de ce Mikeal et trouver des excuses pour tuer deux trois passants, ça se négocie plus ou moins facilement avec une personne qui partage les mêmes idéaux.

Je me relève lentement en l’observant achever l’homme plus ou moins écrasé par l’étagère. A sa place j’aurais encore un peu plus mis mon poids sur le meuble jusqu’à entendre craquer quelques os. Seulement ensuite l’aurais-je terminé. Enfin… chacun ses méthodes. La diversité rend plus fort, n’est-ce pas ? Un mouvement de panique s’enclenche à l’instant où la supposée victime achève de sang froid un innocent humain. Le loup caché sous la peau de brebis. Lâché parmi le troupeau, prêt à tuer. Mais alors que le loup ne tue que pour se nourrir et se limite à une proie, nous le faisons par plaisir et sur le plus de personnes possibles.
Il se retourne vers moi, le sorcier noir et me balance quelque chose comme :

-Ça m'a revigoré tout ça, ça te dirait une petite chasse à l'homme ?

Je soupire nonchalamment. Il serait idiot de refuser. Je dirais même que ce genre de chose ne se refuse pas vraiment. C’est comme proposer de la drogue à un toxicomane. C’est une seconde nature. Je fais tourner mon arme entre mes doigts et la range. Autant donner l’opportunité aux plus coriaces de se défendre. Ça donne plus de piment au jeu.

-Pense même pas à t’enfuir.

Le bord de ma lèvre se relève et j’ajoute :

-Cela dit, je ne peux pas refuser. Allons disperser les brebis.

Et ceci dit, je passe devant Mikeal, saute sur l’étagère inégale et me retrouve sur le seuil de la porte d’entrée. Tourne mon regard vers la haute brindille. Il pourrait vraiment en profiter pour se faire la malle et me laisser me démerder avec tout ce lot de gens. Ça se pourrait tout à fait. C’est un peu dangereux d’accepter ce genre de choses, ça s’appelle communément une entourloupe. Mh. En revanche, vu son appart, il y a des chance qu’un cil, un morceau d’ADN quelconque traîne même s’il disparaît immédiatement. Je pourrais donc le localiser sans trop de problème. Mais la chasse durerait alors plus longtemps. Bah, qu’importe, ça ne changera pas grand-chose. Le raisonner me semble inutile, autant trouver potentiellement de quoi s’amuser tous les deux. Et s’il s’enfuit j’aurais le reste pour moi et je pourrais me montrer un chouilla plus violent.
Je regarde le sol et l’homme mort avant de déclarer :

-1-0 pour toi. Que le meilleur gagne.

Je m’élance à l’extérieur et aperçoit un grand nombre de personnes monter les escaliers ou les descendre. Je suis un bon rabatteur alors je monte. Les escaliers sont suffisamment larges pour permettre de faire passer quelqu’un par-dessus la rambarde. C’est beaucoup trop facile. Je rattrape les deux premiers. Couple ou pas, ce sont deux mémés pas très endurantes qui ont préféré la montée à la descente. Choix très peu judicieux. Peut-être leur appartement s’y trouve. Encore moins judicieux. J’attrape les cheveux de la plus proche et la fait basculer par la balustrade. 1-1. La deuxième est à deux mètres de la première et je la tire en arrière pour la faire tomber dans les escaliers. M‘est avis qu’à leur âge, elles ne s’en sortiront pas aussi facilement.

Plus qu’à toucher à ceux d’après.

_________________



DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2653
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
176/200  (176/200)
Point Membre:
290/200  (290/200)
Niveau: 7 - Confirmé
avatar
Mikeal O'Callaghan
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
MessageSujet: Re: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   Dim 18 Nov 2018 - 0:16

-Pense même pas à t’enfuir.

Je souris. C'est vrai que j'pourrais faire ça en même temps, eh. Silly me. Mais genre là le sang il m'a tout revigoré j'suis tout content et j'en veux plus, aha. Du coup ça va juste me sortir de la tête le fait que je pourrais m'enfuir en même temps. Tant pis. Au moins cette activité va me changer les idées, ça va être tout sympa !

-Cela dit, je ne peux pas refuser. Allons disperser les brebis.

Le Soul passe devant moi (ouais parce que son prénom, j'sais toujours pas. Un délire avec les couleurs, as usual, but which one, i have no fucking idea. J'sais juste que c'est pas Redwan. Il m'aurait déjà saigné à blanc celui là, cassé la gueule et téléporté fissa) l'étagère fait balançoire sur le corps du graisseux, et le poids plume que je suis s'élève un peu.

J'ai vraiment maigrit putain, j'ai vraiment fait la merde. Pas étonnant qu'on arrive à me toucher aussi facilement. Reprends toi putain Mike. Pourquoi tu laisses une fille te chambouler autant ?

Une fille de Croix en plus, sérieusement. Toi qui ne jurait que par Rosenrot, et qui pensait que c'était ta famille.

Bullshit bullshit bullshit.

T'as pas de famille anyway, même tes vieux ils t'aiment pas. Sauf que c'est même pas sûr que les Soul ils aiment leurs enfants so … L'un dans l'autre, ça doit être dans les gênes des vilains sorciers pas beaux de pas aimer leur descendance. 'fin bon. Comme si j'en avais quelque chose à foutre.

Quoique, j'suis pretty sûre que la vieille aime mon père. Enfin, aimer est un grand mot. Au moins il a eu le mérite de la rendre fière de lui. Chose que je suis loin d'égaler. Same pour mon bro.

Aller c'est parti, Mike le sentimental qui pense à son frère qui lui donne pas de nouvelles maintenant. Comme si c'était pas habituel hein, un frère absent. Tssss.

-1-0 pour toi. Que le meilleur gagne.

Sourire carnassier. Je me secoue le fessier tel un chat tout content et frétillant. J'me frotte les mains aussi, j'ouvre la porte d'un coup de télékinésie et le Soul part devant, j'm'élance à sa suite, tout content de me dire que le sang va couler à flot. Il prend le haut, j'vais donc m'occuper du bas.

Mon couteau sanguinolent dans la main, j'en appelle d'autres qui volent directement dans ma main.

Paré, armé.

Déjà, j'en lance un, j'essaye de viser, je rate comme un malpropre et le couteau vient se planter dans le mur, à quelques centimètres de la cible qui se fige sur place et qui se retourne touuuuuut doucement, pour voir d'où ça venait, tremblant de peur.

A-do-rable.

Le couteau plein de sang dans la main, je lui fais un petit coucou avec un sourire tout mignon tout craquant. Vous voyez le paradoxe affreux ? Vous sentez ce qu'elle se dit ?

Et un pantalon mouillé, un.

Répugnant.

Je lance un deuxième couteau, cette fois m'aidant de la magie parce que eh, on a bien vu ce que ça donnait. Et splaf, dans le crâne.

En attendant, j'entends un cri provenir du … Trou entre les escaliers. Et une mamie qui va s'écraser par terre, une. Je me penche sur la rambarde pour pas louper un morceau de quand elle va s'écraser contre le sol, tout en bas.

Crâne le premier. Crâne éclaté. (Ouais bon, ok, j'ai accéléré sa vitesse pour que le spectacle soit plus drôle, ok, le point revient au Soul but eh, j'ai arrangé le spectacle). Cervelle partout, sang éclaboussé.

Hihihi !

J'continue ma descente des escaliers, j'entends une porte se verrouiller.

-Ça sert à rien de vous cachez, répugnants humains sans pouvoir.

Come to daddy.

J'explose la porte, entre comme si de rien n'était, entend une autre porte, qui subit le même traitement. Oh qu'ils sont tous là, les répugnants humains.

-Ça sert à rien de vous cachez, vous ne pouvez rien contre nous, vous n'êtes rien, vous êtes faibles, nous sommes juste, immensément supérieurs à vous.

Petite pause dramatique.

-Crevez, vermines.

J'suis sûr qu'ils ont pas compris un traître mot de ce que je viens de leur dire. Pourquoi faut que ça parle espagnol hein, ça bousille tout le fun.

Tout le fun est mort.

Bref, j'ai accroché le plus jeune avec les couteaux plantés dans ses épaules contre le mur. Pour qu'il puisse regarder pendant que les plus grands se vident de leur sang. Ca me fait trois proies en tout.

-C'est tout tour maintenant.

Il gémit. Moh c'est mignon.

Pathétique.

La lame s'enfonce dans sa chair au niveau de son nombril, le remonte le long de son ventre, sur son sternum, j'entaille sa première clavicule, et la deuxième.

Ah ça fait mal, pas vrai ? Ouais, ahaha.

Bon, j'ai pas beaucoup de connaissance en anatomie, mais officiellement toucher un organe du corps c'est pas très très bon. Du coup, je plante plusieurs fois le couteau dans son ventre. Il hurle au désespoir, je rigole comme un fou. J'devrais avoir au moins toucher un point vital là. J'vais juste le laisser se vider de son sang, c'est bien.

-Ciao.

Merde, c'est de l'italien, tant pis. J'ressors dans les escaliers et crie pour que le Soul puisse m'entendre.

-Ça m'en fait quatre de plus !

Le prochain appartement a un système d'alarme qui ne me faut que très peu de temps à pirater. Je grille ses circuits en moins de deux. Je fais rapidement le tour de l'appartement pour m'apercevoir que, dommage, il n'y a personne avant de passer au prochain.

Et là, qui vois-je monter ? Une petite fille, tremblante, les larmes aux yeux.

Ah bah c'est sûr que voir une mamie éclatée quand on rentre chez soit c'est pas joyeux, n'est-ce pas petite ? Tu veux de l'aide ?

Elle me voit, fixe mon regard, prend peur, cherche à se retourner, à courir, mais elle ne touche déjà plus le sol. Je l'étrangle légèrement sans la toucher, m'assoit sur les marches et la projette contre le mur. Un coup, pas de sang. Deux coups. Toujours pas. Trois coups, une petite goutte apparaît, mon étreinte est trop forte pour qu'elle arrive à crier. Je continue comme ça, jusqu'à ce que je ne sente plus le truc se débattre. J'la ramène alors à moi, toujours suspendue en l'air, je me relève pour l'observer. Teint pâle, œil livide, crâne fracturé, cheveux ensanglanté, et une seule petite goutte qui perle sur ses lèvres d'enfants si délicates.

Je saute alors des escaliers pour aller au rez de chaussée, accompagnée par le cadavre, que j'accroche avec un couteau planté dans le crâne, au dessus de la mamie. J'dessine un pentacle sur son front, déchire ses vêtements, en dessine un autre que je grave dans sa chair, sur son torse. Et avec le sang de la mamie, j'en fais un dernier.

Ne vous y méprenez pas, j'y comprends rien en rune et en pentacle. Mais au moins, les humains penseront que c'est un culte sataniste qui est venu s'amuser ici. Parce que si Anja sait qu'on a mis la pagaille... On va avoir des emmerdes, et j'en ai déjà assez comme ça.

Bon, j'en ai eu six en tout. Et le Soul, il en est où ?

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 
Color: indianred

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité


Dernière édition par Mikeal O'Callaghan le Dim 9 Déc 2018 - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 167
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
72/100  (72/100)
Point Membre:
108/100  (108/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Cyan Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   Lun 3 Déc 2018 - 19:35


"Si je craque, c'est ta rotule qui se brise."


C'est pas possible quand même de me mettre sur des missions de ce genre et de me promettre une soirée superbe avec mon jumeau si je gère bien mon travail. C'est comme agiter une carotte devant un âne, ça marche à deux mille pour cent et en plus c'est super efficace.


J’fais preuve d’un manque de professionnalisme sans nom, quand même. Arrêtons-nous cinq secondes sur l’action du moment. Ok, j’suis un bon rabatteur. Ok, je préfère monter que descendre parce que je sais que mon endurance me permettra de rattraper quiconque à ce jeu. En mission, de toute façon, on me pose pas la question quand ce genre de scène se produit. J’monte, c’est tout. C’est donc sans aucun doute une déformation professionnelle.

Seulement voilà, c’est définitivement pas l’objectif de la mission du jour d’aller tuer des mémés sur le palier.

L’objectif, satané de Cyan, c’est de s’occuper d’une seule personne. Personne qui, à l’instant, s’occupe de gérer les zonards sur la descente. D’où cette incroyable constatation : Suis-je devenu con ou c’est juste passager ? Je crois que niveau fuite, on peut pas faire mieux, c’est comme lui offrir la porte de sortie avec une flèche lumineuse au-dessus d’elle, sur un soigneux plat doré. S’il est bien sûr possible d’offrir une porte sur un plateau. Je me fracasserai bien le crâne mais ce serait alors fort dommage. A défaut, je ravale ma faute professionnelle en tendant le bras vers une femme. Y’a dans les femmes quelque chose d’assez exquis qu’on ne retrouve pas chez nous autres. Une sensation de délicatesse qui me donne envie de prendre mon temps, même si la torture n’est pas mon plat préféré. J’en oublie pas pour autant le sorcier noir plus en contrebas, mais pour le moment, contentons-nous d’une petite entracte. S’il faut que je le course à travers tout Barcelone alors il en sera ainsi. Pour le moment, mieux vaut s’intéresser aux humains. Moins il en ressort de vivants, moins Orpheo pourra extraire d’informations sur les raisons de ce massacre. Ils en déduiront qu’il s’agira de nous, les sorciers noirs, sans identifier de personnalités.
A la seule condition de tuer le moindre témoin.

J’ai un sourire qui apparaît sur le coin des lèvres et mon autre bras qui enserre la taille de la dame. On verra la patience pour une autre fois. J’inspire fortement et passe ma lune sur son doux petit cou. Le sang gicle en avant, crache sur les marches et des cris plus en hauteur retentissent. La vue du sang provoque toujours des exclamations, c’est amusant. On passe alors de dangereux à mortel. La tension fait place à l’anarchie et au chacun pour soi. J’aime le chacun pour soi.
Ma main retombe et emporte le cadavre quelques mètres plus bas, vulgaire sac de chair et d’os transformé en caoutchouc inanimé. Bong bong bong. C’est à peu près le bruit que l’on peut entendre. Mes pieds glissent un peu sur le sang et je suis forcé de ralentir la cadence du moins pour cette petite dizaine de marches. Une porte claque.
Silence.

Je me retrouve à un nouvel étage. Vide. Silencieux. Le hall est large et donne sur quatre portes. Je plisse les yeux, guette le moindre signe. Il s’agirait de ne pas se tromper. C’est un silence tendu, où chacun cloitré chez soi n’ose se montrer. Les portables normalement brandis sont cachés, éteints et l’on prie pour qu’ils ne sonnent pas. C’est une chasse où l’humain est cantonné au rôle de souris. Un rôle qu’il n’apprécie guère.
Visuellement, il n’y a aucune marque indiquant la présence des rescapés. Mais les rescapés ne connaissent pas la magie, ils ne se savent pas d’ores et déjà condamnés. Ils espèrent et l’espoir est ma plus belle récompense.

Je crée une rune de détection des flux sur ma tempe droite. A défaut de n’avoir aucun doué dans les parages, il faut savoir se rabattre sur une nature purement biologique. Mon œil chauffe un peu et me montre finalement ce que je désire : des fantômes de l’air, des nuages ondulants au rythme des récents mouvements. C’est comme si on avait rempli la pièce de fines particules visibles afin de détecter les moindres mouvements. J’aurais pu tenter la détection thermique, mais puisque mon élément est plutôt lié à l’air, j’ai préféré économiser mes batteries. Le signal est faible et principalement faussé par mon arrivée mais d’épais rouleaux finissent leur course contre le mur de la porte la plus à droite. J’efface immédiatement la rune et me dirige à grands pas vers ladite porte. Curieusement ouverte.

Je pénètre dans l’habitacle. Silencieux une fois encore. J’avance. Fais deux, trois, quatre pas et me retourne brutalement pour éviter de rencontrer la surface d’une bouteille en pleine face. C’est un homme qui la brandit et son visage se décompose à l’instant où nos regards se croisent. Je le désarme facilement et le saisit à la gorge pour le plaquer contre le mur le plus proche. Il est plus fort que je ne l’aurais imaginé et c’est à deux mains qu’il me faut l’immobiliser.
Puis, ça se complique légèrement. Y’en a une autre qui apparaît de ce que je pense être la salle de bain avec ce qui s’apparente être une arme. Oui. Une arme. Une vraie cette fois, un calibre très classique mais suffisant pour m’exploser la tête. Elle le tient avec une hésitation certaine et je comprends immédiatement qu’elle ne tirera pas. Comment un machin a pu se retrouver ici par contre, c’est la question. Alors, j’lâche le gars et je me dis que franchement, on peut s’amuser un peu. Je le balance immédiatement à la tête de la femme qui tombe à la renverse et tire dans la foulée, manquant de peu de me tuer mais ne manquant pas de me blesser. La balle perfore un bout de mon biceps et j’crois qu’à ce moment, je vois juste tout rouge. Je craque et saisis une de mes lames, la plante dans le bonhomme, la plante dans la dame, me relève, cherche le moindre survivant. Ça pleure dans les toilettes et j’hésite pas, j’hésite plus. On m’a blessé. Une humaine m’a blessé et right now, ils vont tous payer.

J’ouvre brutalement la porte et saisis la femme face au mur par les cheveux. Une brune. Elle crie, elle hurle à la pitié. Elle se débat et je ne l’écoute pas, j’ai les oreilles qui vrombissent et un seul mot sur la bouche, tuer. Elle se retourne finalement et je ne sais pas trop si c’est la luminosité, si c’est l’orientation de son visage, si c’est un truc ou un autre, mais mon cœur fait un bond dans ma poitrine et mes émotions passent de l’épouvante à la fureur en moins d’une seule seconde. C’est son visage que j’explose le premier en lui crevant les yeux. Et un coup dans le cœur, pour apaiser le sursaut du mien.

J’l’ai confondu avec quelqu’un et c’était vraiment pas nécessaire de me le rappeler.

Je redescends donc, un peu ailleurs, en dégringolant la rambarde pour éviter les cadavres et retombe sur mes pattes au rez-de-chaussée. C’est… théâtrale, dirons-nous. Non pas mon arrivée mais la scène qui se déroule sous mes yeux. Franchement si parfois identifier un sorcier noir est pas franchement de la tarte, y’a plus de problèmes quand il s’agit d’être inventif sur les meurtres. J’ai du mal à retenir le sourire qui trouve naturellement sa place sur mes lèvres et enfouie mes mains dans mes poches. C’est bien, il remonte considérablement dans mon estime.

-C’est bien, y’a de l’idée.

J’sais pas s’il compte appeler Satan, mais ça commence bien pour le moment. Je ris à moitié et fait le compte dans ma tête. On était à égalité donc remettons les compteurs à 0. Les deux mémés, la nana, le couple et la brune. Ça fait six. Mon regard parcoure la sale et je lâche, complètement désintéressé.

-Ça me fait un total de six personnes. J’espère que t’as pas fait moins.

A première vue, je dirais qu’on est à égalité mais cet homme n’est pas mon jumeau et en général mon esprit de compétition s’arrête avec son visage. Et puis j’oublie pas pourquoi je suis là. Je sors mes mains de mes poches et m’étire un peu, libérant un peu de sang de mon biceps. Ah, je l’avais oublié celui-là.

-On devrait se casser d’ici avant que la police arrive. Satan ou non, les exorcistes vont rapidement comprendre le stratagème. Et pourquoi se diriger gentiment vers Rosenrot ?

Haha. Ha.

_________________



DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2653
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
176/200  (176/200)
Point Membre:
290/200  (290/200)
Niveau: 7 - Confirmé
avatar
Mikeal O'Callaghan
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
MessageSujet: Re: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   Dim 9 Déc 2018 - 22:11

Ya le Soul qui arrive en sautant de la rambarde, et moi, tout guilleret, j'suis juste tout content de la mise en scène que j'ai fait. C'est du grand art, vraiment. J'le vois même décrocher un petit sourire le gugusse. Alors ça me rend presque encore plus content.

-C’est bien, y’a de l’idée.

Héhé. I know.

Tout fier le petit Mike.

En vrai, que les innocents se demandent des trucs genre « ah mais c'est pas humain mais what il s'est passé quoi ? » j'en ai clairement rien à foutre. Qu'Orpheo arrive à nous retrouver par contre, ou se dise « aha, y avait des vilains sorciers ici » ça fait déjà plus chier en vrai.

En vrai.

Donc c'est juste histoire de brouiller les pistes.

En vrai.

-Ça me fait un total de six personnes. J’espère que t’as pas fait moins.

-C'est donc une jolie petite égalité.

J'suis quand même un peu déçu. J'aurais gavé aimé faire plus que lui, aha. Mais après, j'suis pas dans la meilleure des formes physiques. J'suis encore en calbute, alors déjà, eh, voilà. Et du coup on voit que j'ai que la peau sur les os ou quasiment. Déjà que j'ai pas beaucoup de graisse en temps normal (ou de muscles, mais quand même un peu, là j'ai juste fondu, il a plus rien le gars. Ça remonte à quand a dernière fois que j'ai graillé déjà ?

Les repas clopes, ça compte ?

Fin de la parenthèse.)

Bref, là c'est l'hécatombe. Du coup j'me fatigue plus rapidement que d'habitude. Donc en fait, j'suis plutôt heureux qu'il y avait pas trop trop de monde dans ce bâtiment.

J'suis plutôt sûr que yen a qui ont réussi à s'échapper dans la rue. Ils ont dû aller prévenir les flics.

Flics qui ne vont pas les croire évidemment, personne ne peux faire tomber une étagère pleine sans la toucher. Personne.

Ah, ces innocents qui boivent trop, franchement, on sait plus à qui se fier de nos jours.

-On devrait se casser d’ici avant que la police arrive. -j'acquiesce- Satan ou non, les exorcistes vont rapidement comprendre le stratagème. Et pourquoi se diriger gentiment vers Rosenrot ?

Et là, bah je fais la gueule. J'avais complètement zappé ce truc. Rosenrot. C'est vrai qu'il ets là pour me ramener à la base. J'affiche mon plus beau sourire et le prend par les épaules en sortant dans la rue (en calbut, oui, il peut très bien faire office de maillot de bain, tout va bien).

-Et si on allait plutôt se boire un verre, hein, sur la plage ? Après l'effort, le réconfort, tout ça. Histoire de profiter un petit peu de ce beau temps et tout.

Et moi de grappiller de précieuses minutes supplémentaires avant de me faire déglinguer par Anja, la vieille et tout le reste à qui je dois rendre des comptes.

En même temps Mike, si tu voulais rendre de compte à personne, t'as qu'à pas t'enfuir à tire l'arrigot à chaque fois. Reste tranquille comme le gentil soldat que tu es.

Non.

Donnez moi des missions loin svp. Comme ça je mets du temps et c'est normal.

Ils vont me foutre en mission duo avec Redwan, j'vais pas pouvoir échapper au gars, ça va me souler vite fait. Mais pourquoi le punir lui ? Lui c'est un gentil petit soldat, il a rien fait de mal, ahaha.

Par contre, qu'ils ne me foutent pas en Ecosse, ou alors j'me casse direct et j'y mets même pas les pieds. Genre c'est mort de chez mort. No fucking way.

-Une bière ou une sangria ou ce que tu veux, je paye, et ok on rentre.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 
Color: indianred

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Si je craque, c'est ta rotule qui se brise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je craque .. ♥
» bonjour, Question démarrage et rotule de choke (je suppose?)
» ROTULES DIRECTION
» à supprimer tahu.
» Le vernis craque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Europe-
Nos partenaires