Might be over now but I feel it still


Partagez | .
 

 Might be over now but I feel it still

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Apprentie Exorciste
MESSAGES : 17
DATE D'INSCRIPTION : 03/05/2018

Niveau du personnage
Point RP:
7/100  (7/100)
Point Membre:
10/100  (10/100)
Niveau: Novice
avatar
Sam Carver
Apprentie Exorciste
MessageSujet: Might be over now but I feel it still   Mar 8 Mai 2018 - 12:24

Elle traine son sac derrière elle, immense sac de sport déformé par les années, élimé, usé. Elle n’a pas pu s’empêcher d’être sentimentale en mentant à nouveau à ses parents. Une histoire de grande école et d’université, de concours.
La vérité n’est pas là, la vérité est avec Elizabeth et Cormag qu’elle ne connait pas, qui ont dit oui et puis c’est tout. Un mot pour résumer comment elle a fait pour partir. Il y en a d’autres pour exprimer le soulagement des parents quand elle a dit qu’elle s’en allait. Elle avait toujours senti ça bien qu’ils l’aient toujours empêchée d’user de ses pouvoirs sur eux. Mais ça ne change rien. Elle sait.

Elle est partie.
Il fait chaud, à Berlin. Ce n’est pas le Canada.
Elle ne rentrera pas.

Elle descend du train, toute seule. Elle porte un jean slim, un t-shirt de groupe ample et des converses tâchées. Un sac de sport et une valise à roulettes. On lui a expliqué des milliards de fois comment aller chez Cormag et Elizabeth, et puis Orpheo la regarde. Même moi, je les vois. Ce n’est pas parce que j’suis pas adulte qu’ils peuvent pas faire des efforts niveau discrétion. Ils se foutent de ma gueule; j’ai un peu envie de les semer.

Sam prend le métro, l’air souterrain soulève ses immenses cheveux bruns. Elle aurait voulu les tresser mais ses doigts moites et stressées n’arrivaient à rien.

Quand elle sort, elle percute quelqu’un. On lui grogne dessus, elle répond dans un allemand haché des insultes haineuses. L’homme la regarde en s’arrêtant. J’aurais tant aimé avoir un pouvoir de télékinésie super puissant pour pouvoir l’éclater contre un mur. Mais en effet, face à l’apparence bouillante de rage l’homme ne dit rien, l’homme s’en va alors que Sam elle, monte les escaliers en trainant les deux poids derrière elle, faisant bien garde à ne pas se plaindre, ni ahaner, ni grogner. Elle marche et puis c’est tout.

j’espère au moins qu’ils seront tous les deux là, qu’on se donnera quelques politesses et que je pourrais me poser, avec mes trucs et mes choses à moi, me poser à l’intérieur de moi pour glander. Je sais pas ce qu’ils ont prévu en plus, je sais même pas pourquoi ils ont dit oui. Pour m’entraîner ?
Je n’ai jamais compris comment on pouvait entrainer quelqu’un d’autre à gérer ses pouvoirs alors qu’on a pas les mêmes.
Peut être qu’ils ont dit oui pour que j’sois utile. Ca serait bien, ça, être utile.


Elle finit par arriver devant la porte et attend. Une fois qu’elle aura appuyé sur la sonnette ça sera différent, il y aura autre chose et elle est vraiment, vraiment stressée. Un stress lourd de quelqu’un qui va dans l’inconnu et qui a les paumes moites.
Elle essuie ses mains sur son t-shirt. Portez moi chance les gars, murmure-t-elle à l’adresse des Lords of portland qui ornent son t-shirt. Son coeur bat à toute allure. J’espère que j’ai pris les affaires qu’il faut, que j’aurais pas froid. j’espère que ma chambre c’est une couette et pas des draps. J’espère qu’ils parlent bien anglais. Pas trop d’accent. Que je vais pas les faire répéter. J’espère qu’ils ont pas d’horribles souvenirs. Que les objets non plus. Que le lit est neuf, j’espère que le lit est neuf. Mais ça se demande pas, ça. J’espère qu’ils vont bien m’aimer.
Ou au moins faire genre qu’ils m’aiment bien.


Elle lève le bras, son bras tout fin qui fait bouger ses longs cheveux dans son dos. Elle essaie de se remémorer les paroles de la chanson matraquée à la radio en ce moment de Portugal the Man, les gens sur le T-Shirt.

Might be over now
but I feel it still.


Elle sonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Chef de file du parti des Conservateurs | Directeur des QG Allemagne et Danemark
CITATION DU PERSONNAGE : Il n’y a pas de bien ni de mal, il n’y a que le pouvoir, et ceux qui sont trop faibles pour le rechercher…

MESSAGES : 56
DATE D'INSCRIPTION : 13/05/2017

Niveau du personnage
Point RP:
16/100  (16/100)
Point Membre:
22/100  (22/100)
Niveau: Novice
avatar
Cormag D. Scrimgeour
Modérateur | Chef de file du parti des Conservateurs | Directeur des QG Allemagne et Danemark
MessageSujet: Re: Might be over now but I feel it still   Lun 6 Aoû 2018 - 19:49

Cormag était extrêmement nerveux. Il avait pris sa demie journée pour accueillir la nouvelle arrivante dans son foyer. Déjà, rien que dans cette phrase, quelque chose n'allait pas. « Nouvelle arrivante dans son foyer », lui, qui avait eu du mal à accepter Elizabeth, déjà. Elle avait su se faire son trou, gratter cette épaisseur jusque son cœur de pierre. Elle avait su le convaincre, l'adoucir.

Et voilà qu'il devait accueillir quelqu'un dont il n'avait vu que des photos. Une enfant, qui plus est. Il ne voulait pas d'enfants, et sa femme était d'accord avec lui, à son plus grand soulagement. C'était vraiment quelque chose qui l'effrayait, la volonté de la majorité des personnes vivant sur cette planète, la volonté d'avoir une descendance.

Le fait d'avoir une descendance ne lui déplaisait pas. C'était l'idée de l'élever, d'avoir un marmot bruyant, qui courrait dans tous les sens et qui demandait de l'attention. Cormag n'avait déjà pas le temps de prendre le temps pour des « rendez vous amoureux », comment pourrait-il avoir le temps de s'occuper d'un enfant ?

Il faisait les cent pas dans l'appartement. Eli aurait été bien mieux pour la tâche qui l'attendait, mais il y avait nombre d'affaire qui requéraient sa présence au QG, par conséquent, elle n'avait pas pu se libérer. Et évidemment, ils ne pouvaient pas s'absenter tous les deux en même temps, c'était inconcevable vu la quantité phénoménale de travail qu'il fallait effectuer quand on était directeur de QG.

Ils avaient accepté de la prendre sous leur tutelle, on leur avait promis que c'était une enfant calme, qui ne ferait pas de vagues. Un enfant est également plus facilement manipulable qu'un adulte, aussi le couple avait cédé et accepté cette requête.

Elle venait du Canada, où elle avait une famille. Pourquoi l'avait-elle quitté ? Il n'en savait rien. Il poserait peut être la question. Peut être, si il ne se sentait pas trop mal à l'aise.

Mal à l'aise, il le serait pour sûr. C'était une enfant, il n'avait aucun point commun avec les enfants. Il ne savait pas quoi faire avec eux. Il n'était déjà pas à l'aise avec les gens de son âge.

Il aurait fallu qu'il vive en ermite dans la forêt. Sauf que, la forêt c'est trop sale. Sale dans le sens où il y a plein de terre, de poussière... Cormag aimait la propreté, les endroits nets et immaculés.

Il repassa un coup de torchon sur le guéridon de l'entrée, qui était déjà propre, sans un grain de poussière. Il ne savait pas quoi faire en attendant. Elle n'était pas en retard. Pas en avance non plus.

Il savait que des membres d'Orpheo la suivait si elle se perdait, et qu'ils la ramèneraient donc à bon port, il n'avait aucun doute là dessus. Il n'empêche que, une fois qu'elle serait en face d'elle, que lui dirait-il ?

Il retourna dans la pièce à vivre et regarda le dossier qui était posé sur le bar qui séparait l'espace cuisine avec le salon. Il avait oublié son nom. Sam Carver.

Sam Carver, Sam Carver, Sam Carver.

Il ne fallait pas qu'il l'oublie. Il n'était pas du genre à oublier des noms comme ça. Pourquoi cette nervosité lui faisait-elle perdre tous ces moyens ? Comment pouvait-il être aussi nerveux ? Il avait déjà vécu des épreuves bien pire que cela. Et pourtant, c'était tout nouveau.

La sonnerie retentit. Il se dirigea vers l'entrée, activa la caméra de l'interphone à son insu, et vit la petite qu'il allait accueillir pendant un certain temps chez lui. Il lui ouvrit la porte de l'ascenseur, appuya sur un bouton pour que celui-ci s'ouvre directement chez lui.

Il réajusta son nœud de cravate, tira sur les manches de sa veste pour être présentable quand elle arriverait dans son nouvel environnement.

Si elle ne correspondait pas à ses attentes, il la renverrai dans un autre foyer. Ce n'était peut être pas la chose à dire pour un premier abord.

Il avait l'impression que 'ascenseur mit des années à arriver à son étage. Le temps parut s'étendre à l'infini. Il pensait qu'il aller s'étouffer sous temps de pression.

Enfin, il arriva en une petite sonnerie, Cormag toussota un peu, et les portes s'ouvrirent sur une jeune fille … Pas très bien apprêtée, il faudrait corriger cela si ils devaient apparaître ensemble en public. Mais il comptait sur sa femme pour s'occuper de cette partie.

Cormag s'avança et tendit sa main droite.

-Enchanté mademoiselle Carver, je suis Cormag Scrimgeour.

Inutile d'en dire plus tel que « la personne chez qui tu vas habiter » n'est-ce pas ? Elle était au courant, n'est-ce pas ? Ou était-elle une de ses enfants qui ne savaient rien ? Si tel était le cas, cela allait très vite lui taper sur les nerfs et se serait direction la sortie.

-Veux-tu que je t'aide à porter un sac ? Je vais te montrer ta chambre.

Il arrivait malgré tout à être poli et à essayer de faire preuve d'empathie. Ou du moins, faire quelque chose de sympathique pour elle après être venue jusqu'ici par ses propres moyens. Il n'avait pas pu aller la chercher à l'aéroport ou … Ailleurs. Il aurait pu lui envoyer un chauffeur mais elle n'avait pas voulu, semblerait-il.

Ils avaient demandé à un sorcier spécialisé de rajouter une suite dans l'appartement, à leur premier étage, le second étant réservé à Eli et lui. Il prit donc à droite, ouvrit la porte et laissa passer Sam pour qu'elle puisse découvrir son espace personnel.

-Tu as une salle de bain avec toutes les commodités attenantes à ta chambre. N'hésite pas à demander si tu as besoin de quelque chose. J'espère que tu passeras un bon séjour parmi nous.

Il laissa la porte ouverte mais s'en alla dans le salon, pour lui laisser le temps de s'installer et peut être de souffler un peu. Se ne serait pas avec lui qu'elle ferait beaucoup la causette ou qu'elle serait étouffée.

_________________

You can
join us.

Color: dimgray


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprentie Exorciste
MESSAGES : 17
DATE D'INSCRIPTION : 03/05/2018

Niveau du personnage
Point RP:
7/100  (7/100)
Point Membre:
10/100  (10/100)
Niveau: Novice
avatar
Sam Carver
Apprentie Exorciste
MessageSujet: Re: Might be over now but I feel it still   Mer 8 Aoû 2018 - 15:51

Il ouvre la porte. Au moins autant gêné au moi. Elle lève sur lui ses immenses yeux clairs qui papillonnent un instant avant qu’elle entre en serrant la main qu’il lui tend. Elle bloque son pouvoir de sa peau mais quelques fibres s’y accrochent. Elle sent Elizabeth, sa peau et son sourire, elle a un goût de champagne dans la bouche mais elle ne dit rien. Homme de fer, femme de pique.

-Enchanté mademoiselle Carver, je suis Cormag Scrimgeour.

Elle lui lance un regard amusé - elle adore les gens guindés. C’est les meilleurs parce qu’ils ne sortiront jamais de leur carcan, et s’ils n’en sortent pas ils ne feront jamais rien pour vous embarrasser, ils sont en retraits la plupart du temps mais touchants sans vraiment le faire.

- Tu peux m’appeler Sam.

C’est une boutade, déridez-vous. Ce n'est qu'un clin d'oeil. Oui, j'ai fait un clin d'oeil. Why not ? Elle réutilise simplement des choses qu’elle a entendu, des façons de parler, elle prend les mots des autres et les mets dans sa bouche.

-Veux-tu que je t’aide à porter un sac ? Je vais te montrer ta chambre.

Elle secoue la tête négativement - mes affaires à moi touchées par ma personne seulement. Elle se la joue adulte sans avoir pris le temps de grandir, donnant cette boule de colère et d’ironie polie.

Elle s’enfonce donc dans l’appartement d’Elizabeth et Cormag d’un air intrigué sans rien toucher. Tout est proche, immaculé, la poussière n’a visiblement sa place absolument nul part. Et moins qui me trimballe un vieux sac et un t-shirt usé. C’est cool qu’il ait quand même ouvert la porte, mh. Cormag est toujours plus raide mais laisse quand même sa bouche s’ouvrir :

-Tu as une salle de bain avec toutes les commodités attenantes à ta chambre. Putain, ultra cool ! Mieux qu’à la maison, les gens ont des thunes, ugh. N’hésite pas à demander si tu as besoin de quelque chose. J’espère que tu passeras un bon séjour parmi nous.

Sérieusement c’est comme l’hôtel, peut-être va-t-il m’apprendre que j’ai des serviettes propres et chaudes tous les matins ? Elle s’enfonce immédiatement dans ses appartements, jette son sac avec joie et se jette sur son lit. Un lit double en plus, s’il vous plaît, on n’est pas chez n’importe qui ici. Elle sait que Cormag s’est barré mais elle reste silencieuse, incapable de faire sortir ce qu’elle ressent. Elle ne sait pas trop ce qu’elle ressent à vrai dire mais reste plutôt pas mal contente d’avoir atterrit chez des gens avec de la monaaaaaaie; mais bon, c’est pas poli de s’enterrer dans sa suite impériale royale trop longtemps.

Les draps sentent différemment mais pas mauvais, l’adoucissant peut être et quand elle met les pieds dans la salle de bain, elle n’est pas déçue. Tout est neuf et moderne, elle sent qu’elle peut établir son QG ici, sa grotte, sa pièce pour être seule et tranquille. Personne pour y mettre les pieds parce que personne n’en aura l’utilité. Bien évidemment qu’elle n’invitera personne ici pour le garder secret, endroit inviolé et calme pour passer les nuits les plus froides.
Enfin, personne d’invité.

Pour le moment.

Bon courage pour la crise d’adolescence les gars.

Elle se relève d’un bon - pour l’instant c’est la joie, peut être que plus tard elle pleurerait dans ses draps - et elle débarque à pas de loup dans le salon. Pas vraiment pour parler mais pour faire le tour, poser ses marques.

- Elizabeth n’est pas là

Ni question ni affirmation, en clair : choisi. Ce n’est pas que ça la dérange vraiment, mais elle sent qu’elle est mi-bienvenue, mi-pas vraiment. Elle fait un tour sur elle même, légère et disciplinée avant de lâcher, sévère et sérieuse comme un ancre.

- Je commence quand à apprendre comment être utile ?

Ses yeux clairs armés dans ceux de Cormag, le visage lisse et austère. Ce n’est pas qu’elle a grandi trop vite c’est qu’elle oscille, perdue dans son propre comportement intenable. Il n’y aura sûrement pas des gens de son âge pour graviter autour d’elle de toute façon alors autant essayer de se lier avec les autres, ceux sous son toit, par exemple, pour commencer .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Chef de file du parti des Conservateurs | Directeur des QG Allemagne et Danemark
CITATION DU PERSONNAGE : Il n’y a pas de bien ni de mal, il n’y a que le pouvoir, et ceux qui sont trop faibles pour le rechercher…

MESSAGES : 56
DATE D'INSCRIPTION : 13/05/2017

Niveau du personnage
Point RP:
16/100  (16/100)
Point Membre:
22/100  (22/100)
Niveau: Novice
avatar
Cormag D. Scrimgeour
Modérateur | Chef de file du parti des Conservateurs | Directeur des QG Allemagne et Danemark
MessageSujet: Re: Might be over now but I feel it still   Ven 10 Aoû 2018 - 17:47

Un pétillement passait dans les yeux de Cormag, lui se referma un petit peu plus. Il ne savait décidément pas comment réagir face aux êtres humains. Il ne savait pas comment interpréter cela. Aussi il décida d'ignorer la chose. Tout simplement.

-Tu peux m’appeler Sam.

Il acquiesça en hochant la tête. Sam donc.

Elle secoua vivement la tête à l'invitation de Cormag qui voulait l'aider à porter ses affaires. Il n'insista pas et lui montra uniquement le chemin. Si elle se sentait capable de tout porter, et elle l'avait fait, elle pouvait le faire. Il n'allait pas insister alors qu'au final il ne la connaissait pas, ni elle, ni ses capacités. Pour le moment, elle n'était qu'un dossier, des lettres sur du papier. Et le petit tas de feuilles qui était encore sur le bar, s'était incarné dans son appartement. Il allait devoir apprendre à vivre avec cette jeune fille.

Cormag lui laisse donc découvrir et prendre place dans sa chambre et retourne dans la pièce de vie. Il retourne voir le dossier de Sam. Le feuillet plus dur qui contient toutes les autres feuilles commence à être usé au niveau de la reliure, tant il l'a ouvert pour regarder ces lignes qu'il connaît par cœur, mais qu'il ne peut s'empêcher de relire à nouveau, par peur d'oublier, par nervosité.

Elle venait du Canada. Elle était elle aussi influente, et elle pouvait lire les gens. Il n'appréciait pas trop qu'elle puisse lire en lui. Il espérait qu'elle contenait son pouvoir. Ce n'était pas des choses qu'on faisait à la légère. Surtout quand on vous héberge à titre gracieux.

Ne sachant pas combien de temps Sam allait resté dans sa chambre pour s'installer, prendre ses repères, Cormag se dirigea alors vers le balcon. Il était coincé dans l'appartement malgré tout, étant donné qu'il fallait s'occuper un peu d'elle. Demain il reprendrait le travail plus tard pour l'amener au QG, sinon se serait Eli qui s'en chargerait. Eux étaient très occupés donc ils ne seraient pas les seuls mentors qu'elle aurait, mais il avait des gens de confiance au sein du QG pour l'aider à perfectionner ses pouvoirs, l'utilisation des runes, sa technique au combat. Elle saurait mieux que n'importe quel apprenti ou presque comment fonctionne un QG. Et ils s'entraîneraient aussi ensemble. Cormag n'allait pas être facile, il espérait sincèrement qu'elle était prête à tout, parce qu'elle allait souffrir.

Il prit une cigarette dans un des paquets qui étaient rangés près de la porte fenêtre coulissante menant vers le balcon et il sortit. La hauteur de l'appartement permettait de ne pas avoir tout le bruit des voitures dès qu'ils ouvraient les fenêtres et il appréciait d'avoir un peu de calme alors qu'il était encore en pleine ville. Il avait déjà assez d'agitation au bureau. Il activa la rune sur sa paume et une fine flammèche se forma au bout de son doigt, cela lui permit d'allumer sa cigarette. Cela l'apaisait légèrement. Tant de nervosité à cause d'une si petite personne. Il fumait surtout quand il était sous pression. Ca arrivait également à Elizabeth aussi. Une règle tacite s'était faite, sans qu'ils aient besoin de le dire, il n'était pas question de fumer en intérieur dans l'appartement. Cela devait rester sain, hors de question que ça empeste la vieille odeur de tabac froid.

Il rentra dans l'appartement quand il eut fini. Au même moment, Sam sortit de sa chambre. Il laissa la porte vitrée ouverte pour laisser l'appartement s'aérer. Il eut un rapide coup d'oeil vers le bar où son dossier était encore grand ouvert. Il se surprit à penser que cela ne la vexerait pas que pour lui, elle n'était encore qu'un bout de papier, un numéro.

-Elizabeth n’est pas là

-Effectivement.

Il n'avait pas besoin de se justifier, pensait-il. Elle n'avait pas besoin de savoir les moindres faits et gestes de sa femme, étant donné qu'elle était nouvelle.

Eli aurait été bien mieux que lui pour accueillir cette jeune dans leur appartement, pour être plus bavarde, pour l'aider à mieux se sentir et à s'intégrer. Sa femme était parfaite.

-Je commence quand à apprendre comment être utile ? 

Elle le regarda dans les yeux. Au moins elle avait du cran, il appréciait ça. Il la considérait comme une adulte, autant qu'elle agisse réellement en tant que tel. Et si elle correspondait à ses attentes, autant qu'elle n'ai pas peur de lui comme tous les autres, et qu'elle puisse diffuser leurs idéaux.

Cormag s'assit dans le canapé et invita Sam, d'un geste de la main, à s'asseoir sur celui en face de lui.

-Commençons d'abord par ce que tu sais faire ainsi que tes connaissances. Où en es-tu de tes pouvoirs ? Des runes ? De l'exercice physique ? Il fit une longue pause, et surtout, pourquoi nous ?

Cette question était évidemment la plus essentielle. Pourquoi des conservateurs ? Savait-elle quelles méthodes radicales ils utilisaient, étaient-elles d'accord, prête à tout pour que la paix règne enfin sur le monde ? Était-elle prête à se faire détester par tout le monde, lui y compris, car ce n'était pas lui qui allait l'aimer, il allait mettre ses nerfs à rudes épreuves. A commencer par maintenant.

Son visage se ferma davantage. Il allait la tester tout l'après midi, voir jusqu'où elle était capable d'aller. Il lui lança alors au visage une boule de feu à très faible température, beaucoup d'étincelles surtout, pour tester ces réflexes. Si elle se le prenait, ça la piquerait juste. Il attendait toujours des réponses à ses questions.

_________________

You can
join us.

Color: dimgray


Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprentie Exorciste
MESSAGES : 17
DATE D'INSCRIPTION : 03/05/2018

Niveau du personnage
Point RP:
7/100  (7/100)
Point Membre:
10/100  (10/100)
Niveau: Novice
avatar
Sam Carver
Apprentie Exorciste
MessageSujet: Re: Might be over now but I feel it still   Ven 10 Aoû 2018 - 19:43

« Nothing’s alright believe me »

Elle retourne au salon, il est là, j’ai l’impression qu’il ne change jamais. Egal à lui même il est plus comme un galet ou une pièce de monnaie qu’une fleur ou une bête. Il est poli comme du marbre, un peu. J’sais pas. Est-ce que les gens comme ça rient, des fois ?

-Effectivement.

Sam hausse les épaules, fuyante mais tellement présente. Elle sait qu’elle détonne dans ce salon de verre et de patience. Parce que c’est ce qu’il a fallu à Elizabeth, non ? De la patience ? Elle ne sait pas si Cormag est doté du même lot de patience. Elle aimerait voir ça chez les gens.

Elle ne voit pas ça chez les gens. La voix de l’homme a tranché net mais elle ne peut pas s’empêcher de prendre à nouveau la parole, mots censés rassurés mais qui ne font finalement que l’enfoncer un peu plus dans son destin.
Déjà adulte, utilisée, fatiguée ? Bientôt.

-Commençons par ce que tu sais faire ainsi que tes connaissances. Où en es-tu de tes pouvoirs ?

Elle réfléchit, la réponse vient au bout de ses lèvres, mais Cormag ne laisse pas de place aux autres. Il s’étire et couvre le silence de ses mots si parfaitement dits.

-De l’exercice physique ?

Je sais qu’il a lu mon dossier, y’a pas ce genre de choses dedans ? Elle pense un instant au Canada et aux endroits où elle pouvait avancer. Parce qu’au fond c’est tout ce qu’elle cherche, avancer. Au sommet des arbres et des endroits, escalader et courir, nager, rouler, peut importe, avancer. Elle est très rarement au contact, insaisissable et légère. Pas de soldat avec une lourde hache de guerre par ici.

- Et surtout pourquoi nous ?

Elle hausse les épaules, répond.

- J’ai besoin d’apprendre encore. (et puis) Vous étiez les seuls.

Au moins c’est clair, mais ce qui est moins clair c’est la boule de chaleur qu’elle esquive à l’arrache, son corps souple et réactif travaillant pour elle. Elle ouvre la bouche, prête à répliquer mais elle sait que Cormag n’ira pas sur le terrain des mots. Pas de répit, uh ? J’sens encore le chaud proche de ma joue et j’suis assez ravie que mes cheveux n’aient pas pris feu.

Putain, la pute un peu quand même.


Mais il est hors de question de se laisser démonter alors elle prend son courage à deux mains et d’un geste vif elle attrape la main de Cormag et elle se tend subitement comme un arc, ses yeux se révulsent une poignée de secondes avant qu’elle lâche en se reculant, un sourire qui dit you wanna test me ? Then let’s hit the ground !

Tout ce qui compte c’est qu’elle a vu. Elle a même senti, et arracher de quelqu’un son passé, ce n’est jamais très agréable. Tout est brouillon, elle ne maîtrise rien assez bien pour que ça forme une ligne ou un cercle, Il faudrait plus de pratique et qui de mieux que la personne qui vit sous son toi ? J’avais dis que je les toucherai pas, belle persévérance.
Elle a vu l’Ecosse et le froid, elle a senti l’humidité, elle a senti l’agacement fasse aux autres et bien l’incompréhension, la chaleur dans la paume et l’odeur de grillé de peaux humaines. Elle sait la saveur d’Elizabeth mais aussi son odeur dans les draps et son air buté mais franc, aimant, rassurant. Elle sait la haine viscérale et la chasse aux sorcières, elle sait l’impatience et la détermination.

Elle sait déjà qu’elle va écrire tout ça, parce qu’elle consigne les gens comme des puzzles humains. C’est pour comprendre et ne pas oublier, comme la musique un peu, ils disent ce qu’on aimerait des fois, et puis les gens c’est pareil. Cormag il ne saura jamais ce que je sais ou non, ce que j’ai vu ou non, peut être que ça sera à lui de se protéger de ses propres secrets. Au petit dej ça peu faire désordre de remuer la boue et la crasse du passé. Peut être qu’elle n’a pas de scrupules mais on lui appris a être solide, solide, solide.

Solide, solide, solide.

Elle serre les dents.

Elle ne sait pas si ça lui plaît ou si elle est effrayée, si elle veut rester ou partir mais voilà, le petit bout de femme qui est debout au milieu d’une pièce inconnue regarde ce chef de QG et lève le menton.
Air de défi, air de famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Might be over now but I feel it still   

Revenir en haut Aller en bas
 

Might be over now but I feel it still

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Europe :: || Allemagne :: °Berlin-
Nos Partenaires