Cyan&Olive


Partagez | .
 

 Cyan&Olive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
EMPLOIS/LOISIRS : Rosenrot
LOCALISATION : Collé à Cyanou mon amour de frère
CITATION DU PERSONNAGE : Mon jumeau est sacrément beau !

MESSAGES : 64
DATE D'INSCRIPTION : 12/08/2017

Niveau du personnage
Point RP:
0/100  (0/100)
Point Membre:
38/100  (38/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Olive Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Cyan&Olive   Mar 8 Mai 2018 - 15:27


    C’est le genre de pont en métal avec des tabliers, les ponts suspendus, personnellement j’adore. Ils sont sortis d’une autre époque, et ici, sur cette route inconnue, c’est comme partir à l’aventure de traverser ce genre de pont. C’est une frontière entre réalité et fiction.

    Je suis avec Cyan. Je ne suis jamais sans Cyan. Quoique, attendez, ça m’arrive des fois. Mais je suis avec Cyan, marchant au milieu de la route vers l’inconnu le plus total. Nous devrions travailler, comme d’habitude en somme, mais pas aujourd’hui. On peut bien s’accorder une petite pause non ? Une petite pause relaxante et tutti quanti. Parce que toutes ces conneries me gavent parfois, et quand j’en ai ras le cul, je fais ce que je fais de mieux, je me casse sans rien dire, sans demander la permission, sans réfléchir, et je reviendrais plus tard. Ou pas.

    Et j’ai de la chance d’avoir mon Cyan à mes côtés. Il me supporte, je sais même pas comment. Merci bro.

    Il n’y a personne alentour, pour le moment, et je suis plutôt d’humeur à me balader sans but précis, mais surtout je suis joyeux.
    J’allume une cigarette et regarde mon jumeau. Pas besoin de se parler, je lui souris simplement. On sait déjà tout ce qu’on a à savoir l’un de l’autre.
    Puis sautillant et dansant sur le pont que nous sommes en train de traverser, je nous imagine comme si nous avions 12 ans, partir à l’aventure dans notre grande maison. Laissez-moi vous dire que nous n’avons jamais arrêté de partir à l’aventure. La vie avec Cyan est une aventure.

    Je souffle lentement la fumée de ma cigarette, celle-ci se retrouve dispersée par un doux vent. Mais on s’en fou. C’est le début du moi de Mai, et il fait bon.
    Alors, c’est le jour parfait pour une aventure. Je m’accroche à un des câbles du tablier et me hisse sur la rambarde. Puis je m’assieds, jambes vers le vide, je me penche et je contemple la petite rivière agitée qui coule sous nos pattes.
    Je regarde Cyan quelques secondes puis je crache un coup dans l’eau. Oui c’est sale, j’m’en fou. Je compte. 1, 2, 3. 3. 3 secondes pour atteindre l’eau. Il doit y avoir 10 mètres entre nous et l’eau.

    Je me lève puis, à cloche pied sur la rambarde du pont, je fais l’équilibriste, je ne sais pas trop pourquoi, mais j’aime faire des choses spontanées, et je me fiche des conséquences. Et quelles conséquences ? Soit je tombe sur la route, soit je tombe dans l’eau. Je souris. Un petit plongeon ne me déplairait pas. Je me tourne vers mon frère avec un air malicieux. Il sait très bien ce que ça signifie quand je le regarde de cette façon.

    *Est-ce que tu voudrais te baigner ?*

    Moi j’en ai très envie ! Je viens de voir cependant un chemin, sur l’autre rive, partir de la rive et arriver à une alcôve au bord de la rivière. Ce serait l’endroit parfait. Que l’on saute ou qu’on y aille simplement à pieds.
    Je me permets de rire à voix haute.
    - S’il teuh plaît ! Sinon je saute sans toi !
    A cette remarque, je fais mine de m’approcher un peu du bord.
    Sinon il paraît que j'ai 33 ans.

_________________

bro:
 







Dernière édition par Olive Soul le Ven 19 Oct 2018 - 0:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 166
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
72/100  (72/100)
Point Membre:
108/100  (108/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Cyan Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Cyan&Olive   Mer 9 Mai 2018 - 13:41


"Cyan&Olive"



Il n'y a jamais eu d'autre personne que nous deux. En harmonie, parfois en confrontation mais jamais pour longtemps. C'est ce qui s'appelle être jumeaux. Et aujourd'hui on a décidé de partir en vacances, sans prévenir.


On est perdu, voilà tout. Olive il est toujours hyper détendu, quoi qu’il arrive. Un camion pourrait nous foncer dessus qu’il cillerait à peine. Vous me direz, le camion il pourrait l’arrêter sans problème. Mais ça n‘empêche pas le fait que ce garçon est ma foi bien trop détendu avec moi. C’est une bonne chose, après trente-quatre ans de vie commune, j’ose espérer que l’on n’ait plus de secret l’un pour l’autre. Et à vrai dire c’est le cas, mais il pourrait tout de même se préoccuper un peu de la situation.

J’ai les yeux rivés sur mon téléphone qui capte comme il peut le faible réseau. L’outil maps tourne dans le vide, refusant de céder à ma demande. Saleté de technologie. Je pourrais tracer une rune de repérage mais ça nous rendrait non seulement visible pour tous les localisateurs du coin, mais également pour les exorcistes. Et croyez-le, Olive et moi, on s’est octroyés quelques jours de vacances. Avec le sac à dos… sur le dos, de quoi survivre dehors et deux-trois babioles inutiles mais qu’on emporte quand même. Par contre, emporter une carte, ah ça non, trop old school. Ça nous a pas empêché de prendre un bus, puis deux, puis trois, d’avoir probablement participé à l’accident du quatrième parce que la situation devenait bien trop monotone.

Et depuis, on marche. Doucement. Et moi j’ai toujours les yeux vissés sur mon téléphone. Qui ne capte toujours pas. J’abandonne et dévie mon regard vers Olive. Achevez-moi de penser encore et encore combien mon jumeau est beau en plus d’être odieusement sexy avec sa cigarette dans la bouche là. Il tire dessus et balance la fumée devant lui. Me regarde. Sourit à moitié. Juste pour le plaisir je lui réponds tout en saisissant la clope qu’il s’apprêtait à envoyer on ne sais où. Partage un peu.

J’inspire et dégage à mon tour un nuage devant ma bouche tout en rangeant le téléphone dans la poche extérieure de mon sac. Je suis déjà un peu plus calmé. J’écrase la clope sous mon pied au moment où Olive décide de faire une halte et s’asseoir sur la rambarde. J’approche mes avant-bras sur cette dernière, préférant opter pour la position debout et regarde l’horizon. C’est silencieux. Il n’y a pas de passage, pas de voiture, pas d’humain. Rien que nous, ce pont, la rivière en contrebas et de la forêt à droite comme à gauche. Perdus quelque part mais perdus à deux. Et puis pas si perdus que ça si Rosenrot désire subitement nous appeler en renfort sur une mission. Ah, mais ne parlons pas de Rosenrot.

Le silence donc. Dans un coin paumé. Oui, j’ai dû mal avec le simple fait d’être perdu. Je me suis laissé emporter par la tempête Olive et pour une fois, j’ai pas marqué mon passage avec des graviers comme le Petit Poucet, grossière erreur à ne jamais refaire. Heureusement, rien n’entache la joie de vivre de mon jumeau lorsque l’on n’est qu’à deux et ça, ça vaut bien le coût de se perdre et lâcher la corde de temps à autre.

Et il crache. Et se lève. Et s’amuse à tester son équilibre et son agilité. On le sait, Olive, que t’es loin d’être un gros pataud installé dans son canapé à regarder la télévision et manger des pop-corns. Quoique, des fois, c’est tout de même bien agréable. Je reste là, sans bouger, pendant qu’il marche un peu plus loin. Mes pensées se perdent quelque part entre ici et ailleurs. Je ne saurais dire pourquoi je me sens toujours aussi bien avec lui. Une espèce de complicité qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

*Est-ce que tu voudrais te baigner ?*

Je tourne mon regard vers lui et il me sourit de cette drôle de manière qui veut tout dire. Enfin, pour moi, ça veut tout dire. D’un point de vue extérieur, il aurait juste l’air très malicieux. Je lui réponds par un haussement de sourcil doublé d’un sourire amusé et me sert d’une de mes mains pour soutenir ma tête et diriger mon entière attention sur lui.

Il rit.

- S’il teuh plaît ! Sinon je saute sans toi !

Ah bah voyons, maintenant il serait capable de me laisser en plan. Je jette un coup d’œil en contrebas. C’est assez haut. Non pas que ça m’effraie, mais ce serait très con que le fond soit pas suffisamment profond pour recevoir un poids lancé à plusieurs mètres de haut. Et puis l’eau doit être froide, on est quand même pas en plein été. Mais est-ce qu’Olive n’en a pas simplement rien à faire de tout ça ? Si je crois. Mais avant qu’il ne fasse des bêtises et n’agisse tête baissée, je m’approche d’Olive, récupère son sac dans un clin d’œil et ajoute :

-Les sacs sont pas waterproof.

Par contre, moi je sais courir très vite. Je frappe la rambarde pour donner le top départ.

-Le premier de l’autre côté a gagné.

Et je m’élance à tout vitesse pour finir la partie de pont. Sort du bord de la route. Dévale le sentier non balisé en soulevant terre, poussière et graviers sur mon passage. Je manque d’ailleurs de tomber à plusieurs reprises. Puis, finalement, j’arrive tout en bas. L’eau est somme toute assez calme. Et pas d’Olive en vue. Je tourne la tête à droite et à gauche. Pas d’Olive sur la rive non plus. Je fronce les sourcils. Autant on vit ensemble et on connaît très bien les faiblesses de l’autre, autant il me fait une farce. Autant il s’est fracassé la tête contre un rocher du fond et il dérive. Autant il a fait un choc hypothermique et j’ai été assez con pour le laisser sauter dedans. Je m’assoie sur le bord de la rivière en délaissant les sacs quelques mètres plus loin, en sécurité. C’est pas drôle sérieux. Il est où ? Je reste à l’affut du moindre mouvement dans l’eau. C’est pas possible de rester sous l’eau aussi longtemps. Et je l’ai pas vu tracer une rune avant de plonger. Quoique, à vrai dire, je l’ai pas non plus vu plonger. Est-ce que j’ai entendu un bruit même ? Je sais pas, j’étais trop concentré sur le nouveau challenge. Et s’il s’était fait enlever ?

Haha, Olive se faire enlever. On va se calmer, ça devient ridicule.

_________________



DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
EMPLOIS/LOISIRS : Rosenrot
LOCALISATION : Collé à Cyanou mon amour de frère
CITATION DU PERSONNAGE : Mon jumeau est sacrément beau !

MESSAGES : 64
DATE D'INSCRIPTION : 12/08/2017

Niveau du personnage
Point RP:
0/100  (0/100)
Point Membre:
38/100  (38/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Olive Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Cyan&Olive   Mar 4 Sep 2018 - 21:41

Vasectomie

    Mon cher frère prend les devants, et avant que je n’ai pu réagir il est déjà parti. Je grommelle dans ma barbe sa phrase précédente de la précédente « nianiania les sacs sont pas waterproof ». Merci bro, on aurait pu partir avec un matériel fiable, genre je sais pas moi, un sac en toile de camion, non ? Qui nous file le matériel putain ?

    Qu’à cela ne tienne, tandis que Cyan est déjà bien loin devant, je m’apprête à sauter dans la rivière. Après tout il a dit « Le premier de l’autre côté à gagné », et il n’a pas précisé COMMENT il fallait arriver de l’autre côté.
    Enfin, vivant ce serait pas mal déjà.
    Mon jumeau est presque arrivé au bout de ce pont qui se trouve au milieu de nulle part, ce nulle part lui-même au milieu des Etats-Unis d’Amérique. Cyan sait que j’aime les défis, et que j’aime surtout les réussir, avant lui, c’est un peu moi le plus casse-cou des deux, pour ne pas dire casse couilles. Et lorsque les règles ne sont pas bien définies, j’en fais à mon avantage.
    Je saute. Je tombe. J’ai l’impression de passer une éternité en apesanteur, sans ne jamais toucher le sol, enfin l’ea.. PLOUF.

    Eternité ouais.

    Je me débats dans l’eau. Ah le con ! T’es content de toi Olive ? T’es con putain ! Putain ! Je sors la tête de l’eau et je prends une grande bouffée d’air et de toutes ses composantes. Le temps de reprendre mes esprits et mon jumeau sera déjà arrivé. Et moi j’aurais perdu. Hors de question voyons !
    Sauf que tout ne se passe exactement comme prévu. Je pensais faire un plongeon phénoménal et ressortir de l’eau comme une sirène, si seulement. C’est foiré ouais. Je toussote, pathétique. Et pendant ce temps je me rends compte que l’eau est UN TANTINET glaciale et qu’elle me pousse avec une force agaçante vers on ne sait où.

    Je perds 3 mètres à réfléchir. Je regarde autour de moi à peine quelques secondes. Aucune trace de mon frère. Malgré ma mauvaise foi, je suis quand même encore disposé à arriver le premier sur l’autre rive !
    C’est reparti mon kiki ! Je nage à contre-courant, force est de constater que malgré mon entraînement, la vitesse et la température de l’eau ne jouent pas en ma faveur. Je me gèle les couilles à fond. A fond.
    Hum.

    Enfin j’arrive à rejoindre la rive et je m’agrippe sur le sol pour ne pas repartir. Je m’assieds, les jambes toujours dans le courant, à se faire à moitié entraînées tandis que le reste de mon corps est enfin « au sec ». Sec c’est pas vraiment le mot.
    Je me frotte les yeux. Putain je suis où ?

    *Eh Cyan t’es où ?*

    Mon frangin t’es oùùùùùùùùùù ?
    Je me lève et je crie à la nature devant moi « JE SUIS ARRIVE CYAN J’AI GAGNEEEEEEEEEEE !!!!! »
    ça résonne doucement mais c’est très vite absorbé par le son du torrent qui coule devant moi.

    *J’ai ga-gné, tadaaaa !*
    Je cesse de fanfaronner et je remarque que j’ai dépassé le pont de quelques mètres en aval de mon point de départ. Et Cyan il serait parti à gauche ou à droite après l’avoir traversé ce foutu pont ?
    Je grommèle et me décide à avancer vers l’amont de la rivière, retour au point de départ.
    Sérieusement je me les gèle et maintenant je dois chercher Cyan. Je suis perdu sans lui, vous voyez, perdu. Je ressens la tristesse. Enfin je ressens surtout l’impatience de le trouver pour fanfaronner devant lui.

    - Il est oùùù le fréroooot ?
    Moui globalement on dirait un psychopathe.
    Je cours, je passe sous le pont. Je me trouve nez-à-nez avec un raton laveur. Un raton laveur de plus de 1 mètre. Dont je sens les yeux bleus sur moi, enfin je les vois aussi vous m’direz.
    - Bah quoi ?
    Je souris à pleines dents.
    - Au fait j’ai gagné..

    Je le regarde quelques secondes avant d’enlever ma veste. Puis le sentiment de crétinerie s’empare de moi. Je pose la veste par terre et je fouille frénétiquement à l’intérieur. Je passe une main dans mes cheveux pour tenter d’aplatir sur mon crâne une mèche imbibée qui pend devant mes yeux. Puis la fouille continue. Enfin, j’attrape un sachet en plastique fermé hermétiquement. Dedans, quelques cigarettes. Je soupir de soulagement.

    - Paraît que les sacs sont pas waterproofs,lançais-je avec un sourire narquois au possible, alors j'avais quand même prévu un truc pas trop trop bête.
    Je ricane. Oui normalement cette pochette devait être dans mon sac, mais j'ai déconné.
    Je dégouline de flotte, mais je ricane parce que décidément je ne suis pas trop crétin. Héhé. Je mets encore ma main dans la poche de ma veste pour en tirer une boîte d’allumettes complètement foutue. Je la regarde, clope dans le bec.
    - Nique sa m…
    Et j’envois valser ma veste en lui balançant en plus un coup de pied non retenu.


_________________

bro:
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 166
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
72/100  (72/100)
Point Membre:
108/100  (108/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Cyan Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Cyan&Olive   Dim 23 Sep 2018 - 14:08


"Cyan&Olive"



Il n'y a jamais eu d'autre personne que nous deux. En harmonie, parfois en confrontation mais jamais pour longtemps. C'est ce qui s'appelle être jumeaux. Et aujourd'hui on a décidé de partir en vacances, sans prévenir.


Je ne suis normalement pas du genre à m’inquiéter. Principalement parce que dans ma vie, il n’y a pas grand-chose à quoi je tiens. Je ne suis pas matérialiste car trop habitué à bouger en laissant tout derrière moi, je n’ai pas d’amis, ma famille est un ramassis de vaisselle cassée et je n’ai pas non plus quelqu’un dans ma vie. Ajoutons à cela que mon caractère n’est pas non plus celui d’un grand nerveux. Bref, maintenant que mon portrait a été refait, je vais pouvoir y ajouter une exception qui est et sera toujours Olive. Il fait tant partie de ma vie que je ne l’imagine même pas en dehors. J’irai pas jusqu’à dire qu’il fait parti du décor, mais concrètement sur le niveau fusionnel on est plutôt dans la top-list.

Et Olive est actuellement porté disparu après s’être jeté, ou non, d’un pont. Si je sais que ses actions déraisonnées marquent toujours un peu plus cruellement sa chance incroyable et qu’il lui est possible de se sortir d’à peu près toutes les situations, il n’empêche qu’un doute subsiste constamment lorsque le dernier fil semble s’être rompu. En l’espace de quelques secondes, il me prend de constater à quel point sa mort aurait un impact dévastateur sur moi. J’ai le regard rivé sur l’eau et le courant. Je suis descendu sur la partie amont du pont et le courant a l’air de s’accélérer après l’infrastructure. Je suis persuadé qu’il a sauté de ce côté-ci, mais la force de l’eau a très bien pu l’emporter de l’autre côté. Alors, je me lève assez brutalement et part récupérer les deux sacs, un sur chaque épaule.

“Eh Cyan t’es où ?”

Sa voix résonne dans ma tête et me détend instantanément.

"Sur Jupiter. Idiot. Je t’attends. Qu’est-ce que tu fous."

J’entends au loin, sur ma gauche, des cris. Enfin pas des cris de douleur, plutôt quelque chose comme des cris de joie. Mais le son me paraît si lointain qu’on dirait qu’il y a presque cent mètres qui nous séparent. A-t-il été à ce point emporté par le courant ? Peut-être y’en a-t-il un qui est plus rapide encore dans le fond ?

"J’ai ga-gné, tadaaaa !"

Je ne réponds pas et me mets à marcher vers le pont. On finira bien par se croiser si je longe la rivière. Avec un peu de chance, il ne se sera pas cogné la tête au fond et réagira de la même manière que moi, en remontant pour sa part. M’enfin, je l’ai entendu, donc il n’y a pas de raison qu’il disparaisse de nouveau. Sauf s’il se prend de l’envie de retomber dans l’eau pour remonter le courant. Autant dire que ce dernier est d’ailleurs plus violent que je l’aurais pensé à première vue s’il a pu emporter Olive aussi loin, lui qui est un très, très bon nageur. Peut-être même plus que moi.

Je passe sous le pont et m’adosse à ce dernier en voyant la tête adverse accourir droit vers moi. Il est trempé. Trempé de chez trempé. Je hausse un sourcil avant de pouffer dans un râle étranglé. Oui c’est possible. Y’a plus qu’à marcher pour faire sécher tout ça sur le mât.

- Bah quoi ? Au fait j’ai gagné..

Et il me sourit. Bon, maintenant que je l’ai devant moi, je vais pouvoir défendre mon bout de gras. Parce qu’il y a toujours un bout de gras à défendre quelque part avec lui. La vie serait bien moins palpitante sinon. Je croise les bras et dépose nos sacs sur le sol graveleux. Tandis qu’il retire sa veste et fouille dedans pour on ne sait quoi, je réponds :

-L’objectif c’était d’arriver de l’autre côté. Techniquement, à l’instant où mon pied a cessé de toucher le métal du pont, je suis arrivé. Le premier donc. En plus je t’ai attendu. J’ai même eu le temps de flipper. T’étais pas du tout le premier. Une prochaine fois peut-être. Si t’es pas d’accord, je peux te jeter dans la flotte une seconde fois.

Et je lui souris à mon tour avec un air de gros gamin. Il sort de sa veste un sachet et en sort des cigarettes encore bien sèches. Il fait son malin. Je le sens à des kilomètres qu’il se la joue un maximum. S’il les avait simplement laissées dans son sac, la question ne se serait même pas posée. Et puis pourquoi garder des cigarettes dans sa poche comme ça. Je sais que mon jumeau est un fumeur actif, mais tout de même. Je fronce un peu du nez et il ajoute

- Paraît que les sacs sont pas waterproofs, alors j'avais quand même prévu un truc pas trop trop bête.

Et voilà qu’il ricane à présent. Sort de sa poche une boîte d’allumette et tandis qu’il jure, moi j’explose de rire. C’est un cas, un gros, gros cas ce garçon. Je retire du bout de l’index une larme de rire venue perler à l’extrémité de ma paupière droite et ouvre mon propre sac avant de lui lancer un briquet.

-Profites-en pour te sécher avec, tant qu’à faire.

Oui, comme par exemple faire une jolie petite rune dessus ou au sol pour combiner la chaleur avec le vent et éviter les bruits de splotch-splotch à venir. Parce que ça fait vraiment partie de bruits qui ne sont pas particulièrement agréables à l’oreille. Je m’étire et le dépasse de quelques mètres pour étudier les panneaux directionnels que j’avais croisé peu de temps auparavant. Ils sont en métal donc la civilisation est encore à proximité, mais je ne parviens pas à lire à cette distance les lettres ni même les chiffres. Vu comme la végétation nous entoure, il est probable que la prochaine ville soit à plusieurs centaines de kilomètres. Optons peut-être pour un village ? On a de quoi vivre dehors mais bon, le dernier accident du bus m’a un peu mis l’eau à la bouche sans me nourrir. Tout s’est passé bien trop vite et ça, c’était chiant. En plus, l’autre il m’a stressé pour rien et j’ai envie de me faire les nerfs sur quelqu’un.

-J’ai envie de me faire une petite famille. 4-5 personnes, tranquillement. Peut-être qu’il y en a qui campent pas loin.

Ce qui me rappelle que :

-Mais je sais pas absolument pas où on est. Faudrait arrêter une voiture pour lui demander où y’a un spot pas trop moche. Et si c’est trop loin, lui emprunter ladite voiture. J’peux te laisser faire du stop ? C’est ton malus pour être arrivé deuxième.

Et sur ce, je repasse devant lui en farfouillant ses cheveux, choppe sa clope allumée au passage pour la poser sur mes lèvres, récupère les deux sacs et remonte lentement le pont en lançant un :

-On fume pas en faisant du stop. Plus vite tu trouves, plus vite tu la récupères. Si j’l’ai pas finie avant.

Et pouf, je remonte près de la route, pose les deux sacs dans l’herbe et m’assoit tranquillement en entamant le cigarette.

_________________



DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
EMPLOIS/LOISIRS : Rosenrot
LOCALISATION : Collé à Cyanou mon amour de frère
CITATION DU PERSONNAGE : Mon jumeau est sacrément beau !

MESSAGES : 64
DATE D'INSCRIPTION : 12/08/2017

Niveau du personnage
Point RP:
0/100  (0/100)
Point Membre:
38/100  (38/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Olive Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Cyan&Olive   Ven 19 Oct 2018 - 0:15

J'veux un vélo

    J’ai ri. Je l’avoue, quand Cyan a dit « J’ai envie de me faire une petite famille », j’ai ricané tout de suite, de façon un peu hystérique. D’ailleurs le sourire ne quitte pas mes lèvres. Certains auraient interprété la phrase de façon totalement lubrique, mais entre Soul on sait que « se faire une famille » c’est .. bah se faire une famille.
    -Mais je sais pas absolument pas où on est. Faudrait arrêter une voiture pour lui demander où y’a un spot pas trop moche. Et si c’est trop loin, lui emprunter ladite voiture. J’peux te laisser faire du stop ? C’est ton malus pour être arrivé deuxième.
    Sur ce, il m’ébouriffe et me tire ma clope bien aimée sans écouter mon « EH MEH ».

    Je mime des mains des guillemets :
    - « Emprunter ».
    Je lève les yeux au ciel. Dans un cas, on rencontrera une voiture, la personne sera super sympa et nous prendra en stop, surtout moi avec mon air de vagabond trempé je peux m’en servir pour faire pitié. Dans un autre cas, personne ne passe. Et dans le dernier cas, quelqu’un passe, ne s’arrête pas, ça me vénère, et ça part en terrine d’automobiliste.
    Je souris en y pensant.

    Cyan est déjà en train de s’éloigner avec les sacs, je passe ma main dans mes cheveux encore mouillés pour les tirer vers l’arrière.
    - Y a pas d’lézard frérot, je vais le faire ton stop.
    *Mais pourquoi je peux pas garder la clope ?* lui dis-je avec une tristesse feinte.
    -On fume pas en faisant du stop. Plus vite tu trouves, plus vite tu la récupères. Si j’l’ai pas finie avant.
    Putain j’vais pleurer, c’est trop cruel frère.

    J’entame le pas dans un grand vacarme de « sploch » et de « spouik », mais ça me fait marrer très fort, alors le gigote en remontant sur le pont pour continuer de faire ces bruits.

    Enfin en haut, je le vois assis dans l’herbe en train de tirer sur ma pauvre petite cigarette. J’vais pas bouder pour une histoire de cigarette. Enfin j’en sais encore rien.
    Je me poste sur l’extrême bord de la route, jetant un coup d’œil sur le soleil, le laissant chauffer mon visage et mes fringues trempées. Puis je soupire très fort. T’entends Cyan ? Je discute pas le plan, hein, mais marcher c’est pas mal aussi. Au pire on tombera sur des gens quand même en marchant ? Nein ? Ja ? Jein ?
    Je m’étire un peu, beaucoup, j’perds du temps en fait parce que je rechigne à tendre le bras pour lever un pouce en l’air. On a l’air tellement con quand on fait du stop tss.

    Bon allez, je le tends mon bras.
    Il est tendu, il est tendu, et puis je serre le poing. Et puis je déplie mon pouce vers le haut.
    Et j’attends.
    Un peu.
    Beaucoup.
    Passionnément. Non faut pas déconner non plus. Je m’emmerde.
    - Putain y a personne qui passe làààààà !
    Puis je shoote dans un caillou qui a eu le malheur se mettre sur mon chemin. Super fort. Je le vois rebondir sur la rambarde du pont.
    Je commence à peine à m’énerver.
    - Ton plan il est pourriiiiiiii !
    C’est carrément faux, les plans de Cyan ne sont jamais pourris, c’est moi qui suis pourri. De nous deux, c’est mon jumeau d’amour le cerveau de cette machine infernale, moi je ne suis qu’un exécuteur.
    Je recommence à lever le pouce quand même, j’ai les sourcils froncés et je tangue sur mes jambes.

    Je fixe la route comme un malade, me disant que peut-être je pourrais attirer une voiture jusqu’à cet endroit qui était au début SU-PER RIGOLO.
    *Bro j’te jure ça fait à peine 5 minutes et j’ai déjà envie de me barrer*
    Mais j’pars pas sans toi, allez viens on abandonne ?

    Puis je sais pas, je suis gonflé par cette longue attente et.. Je retire mes fringues. Parce que ça me saoule. Je laisse tout dans un tas informe sur le sol, puis je recommence à faire du stop en calebar, torse bombé, regard de tueur.

_________________

bro:
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 166
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
72/100  (72/100)
Point Membre:
108/100  (108/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Cyan Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Cyan&Olive   Ven 19 Oct 2018 - 17:07


"Cyan&Olive"



Il n'y a jamais eu d'autre personne que nous deux. En harmonie, parfois en confrontation mais jamais pour longtemps. C'est ce qui s'appelle être jumeaux. Et aujourd'hui on a décidé de partir en vacances, sans prévenir.

Il se marre. Ah ça, pour se marrer, Olive on peut dire qu’il sait y faire. Il se moque de tout et c’est pas plus mal, y’a besoin d’être léger quand on vit à notre manière. Ou en tout cas d’en avoir l’air. Quoique, je doute qu’il joue la comédie en ma présence, ce serait vraiment un comble.

J’ai une idée et comme il a l’air tout à fait mouillé, je me dis qu’après tout, en faisant du stop, il pourra sans doute se sécher un peu. Oui, c’est une excuse. Pas que j’aime pas faire le stop. A vrai dire, je déteste ça. Quand t’es en grande ville, y’a personne qui s’arrête et quand t’es paumé y’a personne qui passe. Faut trouver des endroits stratégiques où y’a ni trop ni trop peu pour pas se fatiguer. Et ça peut durer, parfois. J’soupire et j’lui chope sa cigarette. Il me répond par un vague « EH MEH » mais je l’ignore en puissance. Bah, plus vite on trouvera la voiture, plus vite on pourra bouger. Parce que marcher c’est bien, mais à cette vitesse on a pas atteint la prochaine ville avant demain. On peut dormir à la belle étoile aussi et c’est chouette, mais j’ai pas envie qu’un ours se mette à me chercher des noises quand je dors. J’sais pas si y’a des ours ici, j’m’en tape déjà passionnément de la vie des autres, alors les animaux…

- « Emprunter ».

Oh eh. Hein. Voilà, meilleure répartie du monde. Rien que pour ça, je le ferais bien courir après la première voiture qui passe. Mais j’ai aucune idée de comment y arriver. Peut-être que si je suis dedans et que je roule avant qu’il entre. Vous connaissez ce jeu ? J’avance, il courre, je m’arrête et je repars pile quand il arrive. Terrible. Bon, j’expérimente pas ça avec mon frère. Enfin, presque pas. Oh, c’est juste drôle hein, il sait me renvoyer la pareille quand il le veut.
Je lève les yeux quasi en même temps que lui et ça fait une réflexion parfaite de nos visages. Bon, du coup, on y va ? Il fait assez beau, t’auras le temps de bien te sécher. Comme un épouvantail. Olive l’épouvantail. Ça vaut la photo. Pas pour l’envoyer, juste pour moi. Vous ne voulez pas savoir combien j’ai de photos de lui. Vous avez des chats, j’ai un jumeau. Et il est mille fois plus drôle. Et mille fois mieux que le meilleur de vos potes.
Et celui qui me remet en cause n’est pas encore né.

Ou déjà mort.

- Y a pas d’lézard frérot, je vais le faire ton stop.

*Mais pourquoi je peux pas garder la clope ?*
Parce que c’est la vie. Parce que peut-être que tu me remercieras un jour, que si tu l’avais dans la bouche, ta ligne temporelle se serait orientée vers un autre chemin et que ça aurait déclenché une réaction en chaîne qui aurait mené à ta mort. Voilà, je sauve ta vie dans l’instant, cherche pas. J’lui lance un sourire de carnassier et pose la clope entre mes dents avant de le devancer.

Me pose sur l’herbe. Tranquille. J’attends de voir comme il se débrouille, je suis prêt à sortir l’appareil photo. Il fait un vacarme du diable et n’en a visiblement rien à faire de ma précédente proposition. Alors comme ça, il préfère rester mouiller. Fantastique. Y’a environ 99% de chances que sur les 99% de chances qu’aucune voiture ne passe, elle ne nous prenne pas. Parce que les voitures prennent pas de gens mouillés. J’lui tracerai bien une rune de vent à la figure pour sauver les apparences, mais j’ai pas envie qu’il tombe en arrière parce qu’il m’a pas vu arriver. On l’abime pas, mon Olive. Bon et accessoirement, s’il décide de riposter, j’ai pas envie de me retrouver complètement dépassé parce qu’il me démonte toujours au corps à corps. Voilà. Choisissez l’option à privilégier, moi j’maintiens que c’est une mauvaise idée.

- Putain y a personne qui passe làààààà !

Ça fait pas trois minutes coco, patience. C’est vrai que c’est pas très efficace de mettre Olive sur une mission qui en demande, de la patience. C’est plutôt mon job. Mais hey, avouez, c’est drôle de le voir comme ça. Bon et puis, ça reste mon jumeau, il est loin d’être dégueulasse. Même avec un morceau d’algue sur la tête, il est sexy. Faudrait peut-être que je le lui retire d’ailleurs. Mais d’abord j’fais une photo.
Et il balance pile à ce moment un caillou je ne sais où. Parfait.

- Ton plan il est pourriiiiiiii !

Il perd vraiment vraiment patience. Bon, je devrais peut-être faire quelque chose sinon ça va mal se finir. Je sais pas pourquoi, mais la première chose que je trouve à faire, c’est fouiller dans les sacs. A la recherche de… je ne sais pas, l’inspiration. L’objectif c’est pas qu’une voiture s’arrête, c’est qu’il y ait une voiture tout court. Qu’elle nous veuille ou pas, on s’en tape.

*Bro j’te jure ça fait à peine 5 minutes et j’ai déjà envie de me barrer*
* J’ai cru comprendre*

J’le regarde silencieusement de l’autre côté de la route et récupère un paquet de cookies ou peu importe ce que c’est, c’est de la bouffe. Je sais pas quelle heure il est, mais dans mes souvenirs, le dernier repas il remonte à ce matin. Et le soleil est bien haut maintenant. Bah, on sait faire la diète plus longtemps que ça mais on n’est pas en mission alors pas de pression. Je relève à nouveau les yeux après avoir refermé les sacs et là, Olive il est déjà en train de craquer. J’explose de rire.

*J’sais pas qui t’essayes d’attirer comme ça, mais laisse-moi te dire que c’est un plan foireux.*

Je traverse la route sans regarder parce que forcément, y’a rien qui passe et j’arrive jusqu’à lui et ses vêtements éparpillés à terre. Je le regarde un instant avec un air assez doux et amusé et lui tend le paquet de biscuits.

-Tiens, pour le repos du héros.

Bon, ça fait que 5 minutes, j’appellerai pas ça un repos de héros mais considérant sa capacité zéro à attendre, je juge que c’est une torture déjà bien assez terminée. J’pose ma main sur son torse et le pousse un peu en arrière pour le décaler de la bordure de la route puis me place sur sa précédente position, à regarder l’horizon. Franchement, je pense qu’on va pas s’embêter à lever le pouce tant qu’il n’y a personne. Sinon, même les oiseaux vont finir par se foutre de nous. Et j’irais pas faire un génocide d’une espèce pour ça. Quoique, au moins on aurait un truc à se mettre sous la dent ce soir, d’un peu plus consistant que des gâteaux.

Je croise les bras et reste donc debout. Sans cesser de fixer l’horizon, je lance à l’attention de mon cher frère.

-Tu t’souviens de ce que tu faisais avec la voiture de Mr. Hoffmann ? J’pense que concrètement, la prochaine voiture qui passe, tu peux y aller franchement.

On était pas particulièrement très obéissant quand on était jeune et concrètement, moi j’ai toujours grandement adulé son pouvoir, à mon jumeau. Et on s’était amusé, plusieurs fois, en séjour dans une de nos maisons de campagne, à jouer des tours à ce sorcier. Un voisin. Un ami de la famille. On se mettait dans son garage et quand il s’apprêtait à sortir la voiture, bah Olive il tirait de toutes ses forces sur son pouvoir ou peu importe comme il fait et la voiture elle avait beau hurler et vrombir, elle bougeait pas d’un centimètre. Bon, là, ça suppose aussi de stopper une voiture lancée à plus ou moins pleine vitesse sur une route quasi rectiligne mais on est plus très jeune. On sait les gérer nos pouvoirs. Et puis moi, je pourrais encore pleinement admirer la chose.
Voir s’il la soulève c’est encore mieux, mais je le lui demanderai jamais, je sais pas du tout quelle quantité d’énergie ça draine. Et comme j’ai dit, je l’abîme pas mon Olive. Encore moins quand il est tout mignon comme ça à se plaindre que ça va pas assez vite. J’veux lui tirer les joues maintenant, c’est malin.

N’empêche que la voiture, elle tarde. Y’a eu un camion, mais je sais pas conduire de camion de cette taille et je pense que c’est aussi le cas d’Olive alors j’ai préféré lui proposer de faire l’impasse dessus. Mais comme y’a rien qui passe depuis, je commence à sentir l’énervement monter. J’ai pris deux ou trois biscuits mais j’suis toujours concentré sur l’horizon.

Et là. Y’a une couleur qui tranche, un rouge flamboyant qui n’est pas le soleil couchant. J’lève ma main et mon pouce. On va tenter.

-Si elle s’arrête pas, je compte sur toi. Sincèrement, à partir de là t’en fais ce que tu veux, abîme juste pas trop la carrosserie, faut qu’elle roule.

J’espère qu’il s’est rhabillé quand même.

_________________



DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
EMPLOIS/LOISIRS : Rosenrot
LOCALISATION : Collé à Cyanou mon amour de frère
CITATION DU PERSONNAGE : Mon jumeau est sacrément beau !

MESSAGES : 64
DATE D'INSCRIPTION : 12/08/2017

Niveau du personnage
Point RP:
0/100  (0/100)
Point Membre:
38/100  (38/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Olive Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Cyan&Olive   Ven 19 Oct 2018 - 18:55

J'entends le loup, le renard et la belette

    Tu crois que j’vais attendre longtemps comme ça ? En fait je suis bien, le soleil est présent, il tape sur ma peau, ça me réchauffe, j’aime bien. Mais fixer une route vide, je pense que n’importe qui se serait barré. D’ailleurs quand on s’y prend bien en stop, on marche, on marche, puis quand on entend une voiture arriver, on s’arrête posément et on lève le pouce. Rester fixe ça prend un temps faramineux.
    T’façon le stop c’est de la merde.

    J’imagine bien les parents et Rosenrot apprendre que les jumeaux se sont octroyés une mini-pause et qu’ils ont réussi à perdre une journée à attendre qu’une voiture passe sur une route déserte. Mais après je m’en branle, ça me fait une belle jambe, rien à cirer de ce qu’ils pensent, juste une réaction outrée pour bien me foutre de leur gueule.
    Mais je pense à Cyan, avec mes conneries faudrait pas non plus qu’il en prenne plein la gueule. J’ai aucune envie que mon frère pâtisse de mes débilités. D’ailleurs jusqu’à présent ce n’est jamais arrivé. Juste que je le supporterais pas de faire du mal à mon Cyan, indirectement. Se taper dessus pendant les
    entraînements c’est une chose, mais le reste est à exclure.

    Cyan me lâche un *J’sais pas qui t’essayes d’attirer comme ça, mais laisse-moi te dire que c’est un plan foireux.* en riant. Oui je sais je sais. C’est toi le grand maître des plans. Je suis du genre à foncer dans réfléchir, heureusement qu’il est là pour m’empêcher de le faire. Du coup ça rend les missions en solo ou avec d’autres personnes plus délicates. Il n’y a que Cyan qui sait faire avec moi. Et Bleu est pas mal douée non plus, mais c’est surtout parce que j’ai envie de protéger la sœurette. Autant vous dire que les autres.. Ils vivent, ils meurent, mais surtout comme ils veulent hin.

    Le voilà qui me tend un paquet de biscuits.
    -Tiens, pour le repos du héros.
    Je lève un sourcil, puis finalement je lui arrache le paquet des mains sans demander mon reste. Lui me pousse pour que je sorte du bord de la route, et je m’assieds par terre en m’enfonçant autant de gâteaux que possible dans la bouche.
    - Merfi Fyan, dis-je, la nourriture m’empêchant d’articuler.
    -Tu t’souviens de ce que tu faisais avec la voiture de Mr. Hoffmann ? J’pense que concrètement, la prochaine voiture qui passe, tu peux y aller franchement.
    Je hoche la tête en souriant très fort. Oui je m’en souviens. Oh oui. Je faisais en sorte qu’il ne parte pas en bloquant sa voiture. Ça demandait quand même une énergie considérable, pour le gamin que j’étais, mais c’était si drôle de l’embêter que je me fatiguais juste pour avoir le bonheur de faire rire mon jumeau.

    Cyan est donc debout à côté de la route, les bras croisés à fixer ce que je fixais il y a encore quelques secondes. De temps à autres je lève le bras pour lui tendre un biscuit, parce que je partage quand même.
    Et à force d’ennui, je tâtonne mes fringues, qui, toujours en boule, n’ont pas vraiment séché. Je soupire fort et commence à enfiler les hauts. C’est au moment où je me lève et enfile la première jambe de mon futal que Cyan m’interrompt.
    -Si elle s’arrête pas, je compte sur toi. Sincèrement, à partir de là t’en fais ce que tu veux, abîme juste pas trop la carrosserie, faut qu’elle roule.

    Elle quoi ? Puis je tourne la tête et j’vois un truc rouge qui bouge au loin, et petit à petit j’entends son moteur. Mais merde j’ai pas le temps de mettre mon pantalon en entier en fait.
    La voiture s’approche et Cyan a le pouce tendu. Je me cache légèrement derrière mon frère avec ma dégaine de va-nu-pieds. Ça se rapproche, petit, doucement, pas très vite. Et finalement si, assez vite et surtout ça ne ralenti pas.
    Je fronce les sourcils. Mais ralentis gros cons.
    Bon. C’est la seule voiture du coin. Le camion on a même pas essayé et franchement tant mieux, les camionneurs ça pue. J’me lance.

    Littéralement.

    Devant la voiture. Avec ma moitié de futal. Putain ça a intérêt à marcher.
    Je commence à entendre le véhiculer freiner. TROP TARD BOUFFON CHUIS LA !
    Puis je pousse, je mets mes mains devant moi, ça fait magicien expert. Abracadabra.
    Par contre je pousse fort de chez fort, sinon je meurs.
    Parce que la tôle c’est juste un alliage d’aluminium, et l’alu c’est pas magnétique pour deux sous, du coup c’est à moi de générer mon propre champs magnétique et de le diriger vers la voiture pour créer un diamagnétisme assez élevé et pas me faire renverser. En gros un champ magnétique qui pousse et pas qui tire.

    Chuis p’tet pas assidu, mais je sais comment mon pouvoir fonctionne au minimum. Et là je fais le malin surtout, parce que le phénomène scientifique des atomes en mouvement en magie en vrai on s’en branle, parce qu’on a la magie justement.
    Petit à petit, la voiture ralenti, et moi je fronce les sourcils car je suis super concentré, au cas où ça marche pas je m’échappe par la droite pour pas me faire raboter les mollets.
    Finalement la chose s’arrête et commence même à repartir légèrement en arrière. Faut que je me calme. Relâche la pression Olive.

    J’me tourne vers mon frère, grand sourire, tout fier. J’allais commencer à fanfaronner de ma réussite, c’est la première fois que je m’attaque à un objet en mouvement en face de moi. L’exploit de l’année est malheureusement stoppé. J’attrape le côté du pantalon qui traîne sur le sol et j’lâche un :
    - Sorry bro faut que j’aille gerber…
    Puis je me jette super fort sur la rambarde du pont la plus proche pour déverser ma haine mon vomi de gâteaux dans la rivière. Chuis pas si balèze en fait, ça m’a usé cet exercice. Mais bon dans quelques minutes ça ira mieux.. Je pense. Faut une première fois à tout.

    Je tousse pour éjecter les derniers grumeaux de ma bouche.
    *Plus jamais j’fais ça.. Plus ja-mais !*

_________________

bro:
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 166
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
72/100  (72/100)
Point Membre:
108/100  (108/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Cyan Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Cyan&Olive   Sam 27 Oct 2018 - 22:49


"Cyan&Olive"



Il n'y a jamais eu d'autre personne que nous deux. En harmonie, parfois en confrontation mais jamais pour longtemps. C'est ce qui s'appelle être jumeaux. Et aujourd'hui on a décidé de partir en vacances, sans prévenir.

Peut-être qu’on s’est un peu emballé. J’avoue, dès que ça parle d’utiliser le pouvoir d’Olive, j’ai tendance à me transformer en fan-boy et provoquer la moindre action pouvant mener au déclenchement de son pouvoir. Il faut dire qu’en plus, cette fois-ci, j’ai vraiment besoin de lui. Alors, un peu comme un idiot je dois avouer, je me dis que stopper une voiture pour un aimant, ça doit être facile. Ça a toujours paru tellement facile quand il le faisait plus petit, alors maintenant c’est les doigts dans le nez. Non ? Non.

Après m’avoir lâché un « Merfi Fyan » de sa bouche pleine de gâteau, le fou furieux de la bande se retrouve sur le côté de la route, en caleçon, assis dans son coin à faire sécher des vêtements. Pas sûr qu’en boule par contre ce soit très efficace, mon chou. J’ai envie de poser brutalement mes mains sur ses joues pour lui faire expulser tout ce qu’il a dans sa bouche mais en plus d’être dégueulasse, c’est totalement contre-productif si je suis en face. C’est certainement le soleil qui me fait penser à des trucs pareils. Vraiment, ça me donne la gerbe rien qu’à y penser. Bah, il se remet à sourire. Et j’lui répond d’un même sourire de gamin. Parce qu’au final, tous les deux on est rien de plus que ça, avec le monde pour terrain de jeu. Les humains comme soldats de bois. On souffle, ils tombent.

Y’a pas de voiture qui passe pendant des années. Des millénaires même. Je songe à installer la tente qu’on ne possède évidemment pas, juste pour appuyer le fait que même ma légendaire patience semble s’être faite la malle. Elle a trouvé sa voiture et a disparu au-delà de l’horizon.
En parlant d’horizon, voilà notre saint Graal qui arrive.

Je me sens tout à coup requinqué. Vraiment, vraiment requinqué. Peut-être à cause des biscuits gracieusement tendus par mon coach à intervalles on ne peut plus régulières. Peut-être surtout par la présence de la sainte voiture. Rouge rutilante. Un peu petite mais hey, ça ira, on est que deux. J’lui indique du menton le bout du pont et y’a sa tête qui se tourne vers la direction de mon regard. Je me tourne d’ailleurs vers lui et lui lance un regard de reproche un peu lassé. Ça se traduit, concrètement, par un looping des iris. Passons. Il est pas prêt et je veux pas rater notre seule potentielle chance. Je tends le pouce au cas où, certain que peu importe la personne au volant il y a une chance absolument nulle pour qu’il ou elle s’arrête. Surtout avec un gars tout mouillé à l’arrière. Peut-être que mon regard joue aussi. J’sais pas. Je sens Olive qui se rapproche de moi et j’ai vraiment l’impression qu’il va m’enlacer. Mais non. Il se cache, ce qui est assez comique parce que les trois centimètres en plus, c’est lui qui les a. Passons. Il a l’air de passer à l’attaque et ça me plait beaucoup beaucoup.

Il se décale d’un seul coup sur la route et j’ouvre grand les yeux. La voiture est très proche, trop proche. J’aimerais éviter que mon jumeau se fasse rouler dessus. Mais il sait ce qu’il fait, j’ai toujours eu une confiance aveugle en ses agissements e jusqu’à présent, il est pas mort même à s’agiter comme un suicidaire en plein milieu de la voie. De toute manière, si le bolide s’approche trop près, je l’envoie valdinguer. Bon du coup on aura perdu notre moyen de transport et je serai en train de décéder dans un coin, mais Olive sera en vie. Et j’suis bien prêt à faire absolument tout pour que ça continue comme ça.
N’empêche que la voiture ralentit d’une manière absolument pas naturelle. La personne au volant aussi est pas trop rassurée. C’est une femme ? Un homme ? Je sais pas, ses traits sont hyper féminins, mais il ou elle a les cheveux coupés à ras. Très ras, à peine un centimètre. Olive il est très concentré, les sourcils froncés. J’aime bien aussi le voir comme ça. Je prendrais bien une photo encore, mais je dois assurer la suite si Olive décide de quitter le navire. La voiture continue de ralentir. La personne a beau donner des coups de volant dans un sens et dans l’autre, le véhicule poursuit sa trajectoire plus ou moins linéairement. Puis se stoppe à quelques mètres seulement. Quasiment à ses pieds. Mon pouvoir vrombissant autour de moi disparaît brutalement, happé par mon soulagement. Il me regarde avec son air fier et je suis vraiment impressionné. J’lui lâche un regard émerveillé et m’apprête à le féliciter mais il me devance.

- Sorry bro faut que j’aille gerber…

Après les vêtements mouillés, le vomi. Fantastique. Il s’empresse de trouver un site « aménagé » pour réceptionner le machin et je me place lentement devant la voiture. Ce serait dommage qu’elle reparte après tant d’efforts. Et puis après tout, c’est de sa faute si Olive est dans cet état. On est d’accord, hein ? Bien. J’pose donc mon pied sur le pare choc du véhicule et me sers de ma jambe pliée comme d’un accoudoir. Voilà, niveau démonstration de force absolument pas méritée, je pense qu’on a atteint le sommet. J’aurais volontiers laissé la place à mon frère, mais bon, entre jumeaux, on se vole nos places assez souvent.

*Plus jamais j’fais ça.. Plus ja-mais !*
*Tu pourras te reposer dans la voiture, t’inquiète pas. Et t’es le meilleur.*

J’relève la tête vers lui et lui lance un sourire satisfait. Puis l’abaisse de nouveau. La dame – c’est une dame – m’a l’air visiblement peu intimidée. Je remarque seulement maintenant son sac aux couleurs kaki sur le siège passager et la tenue de militaire qu’elle porte sur elle. Oh, alors comme ça, en plus de tomber sur la seule voiture du coin, c’est un militaire ? Elle va nous sortir une arme, très certainement. L’Europe, désolé, c’est mieux. Déjà, t’as moins de chance d’être agressé par une meuf lambda. Enfin bon, c’est aussi du fun en plus. Après tout, j’suis pas encore en mesure d’arrêter les balles. Peut-être un jour, mais pour le moment c’est trop rapide et trop petit pour être atteignable par mon onde. Ou alors ça me ferait tout détruire devant moi et je finirai agonisant. Pire qu’Olive actuellement. Faut donc aller plutôt vite. Dans le genre action réaction. L’objectif, c’est qu’elle sorte pas. Et qu’elle fasse pas non plus péter le pare-brise parce qu’on en a besoin. Enfin, elle pense aussi en avoir besoin pour le moment donc ça joue plutôt en notre faveur.

Elle abaisse sa fenêtre. J’hallucine. Elle. Abaisse. Sa. Fenêtre. Genre, hello, vous avez l’heure ? Elle vient de se prendre un phénomène paranormal et ça a pas l’air de l’inquiéter outre mesure. Elle est magique ? Elle en a pas l’air du tout. Me demandez pas comment je devine. Ou alors c’est une solitaire. J’ai envie de la tuer, oui, mais y’a pas ce petit regard méprisant de ceux qui crèchent à Orpheo. Ou même chez nous en fait. Peut-être qu’elle en train de perdre la boule. Choc traumatique. Elle passe la main à travers la fenêtre, l’autre sur le volant et je vois un joli petit calibre pointer dans ma direction.

-Ecoutez, je veux pas de problème alors écartez-vous de la route. J’me suis arrêtée pour pas écraser votre frère alors je vous demande gentiment de vous pousser.

Ah. C’est donc ça. Elle a dû appuyer sur le frein en même temps que le pouvoir d’Olive, sans savoir qu’à ce moment elle ne gérait absolument plus du tout son véhicule. Donc elle pense aussi que la fuite rapide d’Olive est due à son choc traumatique ? Haha, il va falloir apprendre la vie à cette femme. Je lève les mains sur ma tête en réponse au flingue dirigé vers moi et soupire :

-Ecoutez, y’a aucune voiture qui passe et on a désespérément besoin d’avancer jusqu’à la prochaine ville. Vous pourriez être sympa quand même ?
-Y’a rien à des kilomètres et vous êtes pas du tout chargés pour camper. Vous êtes pas arrivés là par hasard et c’est louche. Pour la dernière fois, décalez-vous de la route.

Elle me tape sur le système celle-là. Je dois lui dire quoi, que l'accident à quelques kilomètres, c'est à cause de nous et qu'on a buté tous les survivants ? Je balancerai bien une petite onde, mais y’a aussi Olive dans mon champ de vision et je peux pas me permettre de le toucher. Je veux bien gagner du temps, mais je pourrais pas la gérer tout seule sans risquer de me blesser ou blesser Olive. Ce qui est, somme toute, pour moi la même chose. Franchement, y’a que cette arme qui me retient de lui sauter dessus et de l’égorger. Quoique, j’ai mis mes armes dans mon sac. Bah, étouffer c’est pas mal non plus. Un peu plus long mais clean, ça fera moins de traces sur la banquette. Mais j’me fais mes scénarios et ça sert à rien du tout parce que je peux juste me frustrer. Du coup, sans lâcher du regard la demoiselle, je lance un très direct :

*De l’aide ? Promis, après tu dors tout ce que tu veux et je te chantes même une comptine pour t'aider.*

Qu'on s'entende là-dessus, jamais vous m'entendrez chanter. Je suis un horrible, horrible chanteur.

_________________



DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
EMPLOIS/LOISIRS : Rosenrot
LOCALISATION : Collé à Cyanou mon amour de frère
CITATION DU PERSONNAGE : Mon jumeau est sacrément beau !

MESSAGES : 64
DATE D'INSCRIPTION : 12/08/2017

Niveau du personnage
Point RP:
0/100  (0/100)
Point Membre:
38/100  (38/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Olive Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Cyan&Olive   Mar 30 Oct 2018 - 15:21

J'ai tout codé via mon téléphone

    Je suis en train de vider mes tripes en essayant de chasser au maximum les bouts de biscuit qui restent coincés entre mes dents que j’entends mon frère me dire *Tu pourras te reposer dans la voiture, t’inquiète pas. Et t’es le meilleur*. Cyan, j’ai passablement envie d’exploser un truc là. Mais ça ne m’empêche pas de sourire à la dernière partie du message. Ouais chuis le meilleur. Pour casser des gueules. Mais pour le moment c’est plutôt Cyanou qui s’apprête à casser de la gueule d’humain. Enfin ça on ne sait pas encore.
    Je m’écarte de la rambarde et je m’essuie la bouche d’un revers de main. J’enfile ce qu’il reste de pantalon et je m’assieds par terre pour regarder avec passion la scène qui se déroule à quelques petits mètres de moi.

    La personne, femme à entendre la tonalité de sa voix, pointe une arme sur mon jumeau. Je suis parfaitement calme. Parfaitement. Sauf si on prend en compte que Cyan c’est ma moitié et que je ne supporte pas de voir qu’un humain, ou je ne sais quoi, le tienne en joug avec une arme à feu. C’est pas qu’il sait pas se défendre voyez-vous, c’est qu’on ne touche pas à un cheveu de mon frère. Pas un seul.
    -Ecoutez, je veux pas de problème alors écartez-vous de la route. J’me suis arrêtée pour pas écraser votre frère alors je vous demande gentiment de vous pousser.
    Déjà meuf, si tu voulais pas de problème tu ne pointerais pas un pistolet sur mon frangin. Non mais sérieux, un truc magique, paranormal vient de t’arriver et toi tu penses que tu fais le poids avec un pistolet ? Tu te fous de ma gueule ? Y a aucune logique d’action là. Je suis calme.


    -Ecoutez, y’a aucune voiture qui passe et on a désespérément besoin d’avancer jusqu’à la prochaine ville. Vous pourriez être sympa quand même ?
    Bien joué Cyanoudamour !
    -Y’a rien à des kilomètres et vous êtes pas du tout chargés pour camper. Vous êtes pas arrivés là par hasard et c’est louche. Pour la dernière fois, décalez-vous de la route.
    Gnagnagna c’est louche, gnagnagna décalez-vous de la route... Mais t’as quel âge ? En plus, qui t’as parlé de camping ? Et trop que si on est arrivé là par hasard. C’est notre pote Hasard qui nous a déposé. Rrraaaaah ce flingue ! CE FLINGUE !

    Du coup je suis vénère, et sans faire attention je me suis levé. Presque au même moment, la voix de Cyan me dit *De l’aide ? Promis, après tu dors tout ce que tu veux et je te chantes même une comptine pour t'aider.*
    Je lève les yeux au ciel, une comptine sérieusement, puis dans un roulement ils viennent se poser sur la personne dans l’habitacle de cette putain de voiture. J’espère que ça fait très peur madame. Parce que moi c’est pas juste peur que je vais te faire, c’est mal aussi.
    *Non mais t’inquiètes pas pour la comptine fréro*
    T'inquiètes pas. Elle m’a chauffé. Elle te menace avec une arme, elle refuse ta gentillesse, et elle refuse d’obéir à un ordre d’un Soul. J’sais pas vous, mais avec tous ces points accumulés, on peut clairement affirmer qu’elle est dans la merde.

    Aussitôt, je me faufile comme un chat côté passager de la voiture. Je sais qu’elle m’a vu, je suis pas débile, mais elle tient toujours mon frère avec son arme là. Et les revolvers c’est fait avec du métal. Fin, le magnétisme fonctionne en fait sur toutes sortes d’objets, mais il est vrai que ce qui est métallique a un plus grand champs magnétique donc c’est tout de suite plus simple. Si j’étais plus fort je pourrais utiliser le magnétisme de n’importe quel atome. Fin on s’en fou là.
    Je pose ma main contre la vitre passager et son flingue lui saute de la main. J’ai poussé tellement fort que l’objet est sorti de la voiture par la vitre ouverte en passant dire bonjour à son nez. Et maintenant qu’elle a le nez pété, bah je rigole.

    - Tu l’as pas vu venir celle-là hahaha-vomi.
    Ok. Un si petit objet ça devrait même plus me faire vomir. Je pense que c’est juste pas encore fini de se rétablir et que ça va durer encore un peu. Miam j’adore vomir. Et pourtant c’est déjà fini. L’avantage c’est que c’était pas très long et que je tiens toujours debout.
    Je soupire et jette un œil à mon frère. Puis un grand sourire, et au même moment j’entends le loup, le renard et la belette la portière conducteur s’ouvrir et la meuf sauter et se diriger droit sur Cyan.
    Putain de merde.

    *CYYAAAAAN ATTENTION*
    Ouais ça sert à rien de crier dans les gens. Faut agir. J’agis. Je suis vénère putain, encore plus que tout à l’heure. Bon j’escalade le capot et je dirige mon magnétisme sur.. Oh les jolies rangers avec des semelles en métal. Gnihihi. Je l’immobilise au sol avec ses propres godasses, c’est rigolo.
    Par contre moi ça va pas du tout, je commence à tousser comme un taré et j’essaye de maintenir la pression. Mon corps n’aime pas du tout ça, et j’essaye de me retenir de vomir encore une fois, surtout qu’il n’y a plus rien à vomir là, à part la bile, et ça fait mal.
    *Putain Cyan si t’as un truc à faire, fais le maintenant, je tiendrais pas longtemps*
    Bon au moins elle est sortie et on peut lui voler sa voiture.




_________________

bro:
 







Dernière édition par Olive Soul le Jeu 1 Nov 2018 - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
CITATION DU PERSONNAGE : C'est cool d'avoir un mec sensationnellement beau et intelligent comme jumeau.

MESSAGES : 166
DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2017

Niveau du personnage
Point RP:
72/100  (72/100)
Point Membre:
108/100  (108/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Cyan Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Cyan&Olive   Mer 31 Oct 2018 - 23:07


"Cyan&Olive"



Il n'y a jamais eu d'autre personne que nous deux. En harmonie, parfois en confrontation mais jamais pour longtemps. C'est ce qui s'appelle être jumeaux. Et aujourd'hui on a décidé de partir en vacances, sans prévenir.

J’me retrouve sincèrement dans la merde quand cette nana décide de pointer son arme sur moi. Je songe un instant à ma connerie puis je me dis que finalement c’est pas si grave. Qu’après tout, on est quand même deux contre un, que même si la nana est par malheur douée, elle pourra tout de même pas s’en sortir. Qu’à chaque seconde supplémentaire où le machin est braqué sur moi, c’est une année de vie en moins pour elle. Et j’estime pas sa vie des masses donc je vais partir du principe qu’elle va mourir aujourd’hui. Elle est donc déjà dans le négatif.
Déjà. Morte.

Dès qu’Olive arrête de croire qu’on joue une pièce de théâtre, bien sûr.

Visiblement, la situation le gonfle aussi vite que moi et le voici levé quelques micro secondes avant mon appel à l’aide. Ah, une bonne chose de faite. Il prend quand même le temps de rouler des yeux et j’lui aurais bien répondu par l’exacte même expression mais alors la jeune dame aurait pu croire à un code je sais pas et se serait intéressé aux agissements du jumeau. De mon adorable jumeau. Et on ne touche pas à mon jumeau. Je le dirai autant de fois qu’il le faut jusqu’à ce que ça rentre.

*Non mais t’inquiètes pas pour la comptine fréro*

Voyez, il m’évite même un moment de pur traumatisme. Pour lui comme pour moi. Il passe du côté passager et l’instant d’après y’a le flingue qui lui saute des mains et vient percuter son visage. Violemment, si l’on peut dire. Son nez se met immédiatement à saigner et j’ai envie de me moquer bien comme il faut. Olive ne s’en retient pas pour sa part et je me contente d’un bon gros sourire.

- Tu l’as pas vu venir celle-là hahaha.

Et il vomit encore une fois. Hey, va falloir reprendre les entraînements, vieux. Je t’ai connu plus résistant. Ou alors les biscuits étaient périmés et son estomac est seulement en train de le comprendre ? Est-ce que je suis capable d’empoisonner mon frère ? Mon Dieu, faites que j’ai pas fait ça. Plutôt noyer 1 000 chatons. Bon, qu’importe, j’suis tellement amusé par son rire que y’a que lui que je regarde dans l’instant. Quand il rigole c’est difficile de regarder quelqu’un d’autre en même temps, il est hyper communicatif. Mais la porte s’ouvre et me oreilles le perçoivent un peu tard.

*CYYAAAAAN ATTENTION*

J’baisse la tête pour éviter le coup porté alors que le machin s’arrête burtalement devant moi. Littéralement, c’est comme si on l’avait subitement clouée au sol. J’ai encore envie de rire mais je suis beaucoup trop dans le feu de l’action pour me permettre ce genre de choses. Je lève les yeux un peu surpris sur Olive et l’observe focalisé sur la dame. Mon petit doigt me dit qu’il n’est pas tout à fait étranger à l’état de cette femme. Bien.

*Putain Cyan si t’as un truc à faire, fais le maintenant, je tiendrais pas longtemps*
*Vomis en dehors de la voiture s’il te plaît.*

Et sur ces mots, parfaitement sérieux, je tourne sur moi-même pour prendre de l’élan et donner un puissant coup de pied dans les hanches de la femme. Elle se le réceptionne bien joliment, c’est calé proprement et Olive doit avoir lâché la pression parce qu’elle chancelle bien comme elle faut. Je dirais même qu’elle est à deux doigts de tomber. Mais non, pas tout à fait. Bon, alors, la question maintenant ça va être de comment je vais l’achever. J’ai pas d’armes mais c’est pas plus mal, ça fait durer le suspense. J’inspire profondément et l’observe prendre une position de défense. J’en déduis que je suis l’attaque ?

Parfait.

J’me rapproche donc brusquement et lui assène deux trois coups de poings. Elle esquive le premier, décale le second et m’en réplique un à la figure. Que je me prends bien entendu, j’ai aucune garde, je prends pas le temps de la faire pour les humains. Et puis bon, j’ai besoin d’augmenter mon adrénaline et c’est pas en défonçant mon adversaire sans problème qu’on va faire grimper quoi que ce soit. En plus, j’apprécie particulièrement voir la lueur de l’espoir filtrer dans le regard de mes adversaires, quels qu’ils soient. Surtout des femmes, je dois dire. Je me recule, passe une main sur ma joue pour effacer la douleur fugace et bloque un coup de pied. Voilà qu’elle attaque donc et d’un point de vue extérieur on pourrait croire que je suis en train de perdre. Mais je m’amuse et Olive doit bien le savoir pour m’avoir vu faire ça à de nombreuses reprises. L’échange continue ainsi pendant quelques secondes, peut-être minutes et je finis par m’épuiser pour un rien. Je bande mes muscles et visualise clairement l’étendue de son corps. C’est comme un scanner pour me permettre de déceler la position des organes vitaux. Elle m’a suffisamment attaqué pour que ses mouvements me soient familiers et j’attaque donc par un coup dans l’aine, écrase son pied pour le maintenir au sol et craque son genou. Elle tombe dans un cri et je passe dans son dos pour la réceptionner, passer mon bras autour de son cou et presser. Juste assez pour ne pas craquer les os. J’aurais pu m’attaquer à sa septième vertèbre, mais je préfère la voir lentement mourir. On peut compter les secondes si on veut. Tout en la maintenant, évitant ses mains portées vers mon visage, je me tourne vers Olive et lui lance :

-Tu peux démarrer la voiture.

Voilà, simplement. Elle continue de se débattre et je donne un brutal coup de coude. Un bruit sourd accompagne le mouvement latéral de son cou et ses mains retombent le long de son corps. Je la récupère comme un tas de paille et la passe sur mon épaule. Elle pèse son poids mine de rien. Marchant jusqu’au pont, je jette la dépouille par-dessus la rambarde et époussette mes vêtements en revenant calmement vers mon frère. Passe sur le siège conducteur et prend un certain temps pour effacer mon regard cruel. Je me tourne vers Olive et hausse un sourcil amusé avant d’éclater de rire.

-Désolé, j’t’ai rien laissé. Tu veux qu’on reste là un instant pour que tu te remettes de tes émotions ou c’est bon ? Tu te sens mieux ?

J’passe une main dans ses cheveux parce que ça me détend et que c’est quand même franchement marrant. Bon et puis en fait je démarre la voiture, ça sert à rien de s’éterniser par ici.

-Nuit à la belle étoile ou dans un hôtel, ce soir ?

J’te laisse choisir, après tu pourras dormir tout ton saoul.

_________________



DC De Ren Takahata
COLOR: skyblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
EMPLOIS/LOISIRS : Rosenrot
LOCALISATION : Collé à Cyanou mon amour de frère
CITATION DU PERSONNAGE : Mon jumeau est sacrément beau !

MESSAGES : 64
DATE D'INSCRIPTION : 12/08/2017

Niveau du personnage
Point RP:
0/100  (0/100)
Point Membre:
38/100  (38/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Olive Soul
Admin | Sorcier noir de Rosenrot || Twins
MessageSujet: Re: Cyan&Olive   Jeu 1 Nov 2018 - 17:47

Foulque

    Mais il est sérieux ? Quand il me dit de ne pas vomir dans la voiture ? Je ne me contrôle pas tu sais. Mon Cyan j'espère qu'après tout ce remue-ménage, et oui je dis remue-ménage, on pourra toi et moi s'asseoir près d'un feu et rire un coup.

    Je lâche la dame, parce que j'en peux vraiment vraiment plus, et je reste K.O. allongé sur le capot de la voiture. Je regarde quand même mon frère bastonner la meuf. Fin bastonner c'est pas le mot.
    Au début, et ça peut paraître surprenant, Cyan est battu par son adversaire. Et puis au plus vite il reprend du service et démolit quiconque. C'est super intéressant à voir, il enregistre le max d'infos sur la technique de l'adversaire pour ensuite esquiver et parvenir à ses fins. Et si ça ne marche pas, je suis toujours là pour taper. TAPER.
    Bref, Cyan regarde, prend le temps de décomposer les mouvements et ensuite peut répliquer en conséquence. Je ne sais absolument pas comment j'arrive à le battre au corps-à-corps car je suis beaucoup moins patient que lui et j'ai tendance à frapper sans réfléchir à tout ça. Sans réfléchir du tout.

    Le combat est presque terminé et la gonzesse est au sol. Moi je ricane et Cyan me demande le plus simplement du monde de démarrer la voiture.
    Je glisse du capot pour me fondre dans la voiture dont la portière était restée ouverte. Par chance, la militaire a laissé les clés sur le contact, sinon ç'aurait été bien plus complexe puisque Cyan vient de la balancer par dessus la rambarde du pont. Et cette fois j'aurais pas sauté pour aller récupérer quoi que ce soit sur le cadavre de cette meuf.
    Avec mon état encore un peu lamentable, je vais laisser mon doux jumeau conduire, je me hisse sur le siège passager et avant que j'ai pu dire ouf, Cyan s'installe sur celui du conducteur.

    Puis on attend un peu. Je regarde mon frère avec fierté et amour, franchement je suis content. Pendant un instant il me regarde et d'un coup explose de rire. Je lui souris tout en applaudissant vivement. Du grand art Cyanou !
    -Désolé, j’t’ai rien laissé. Tu veux qu’on reste là un instant pour que tu te remettes de tes émotions ou c’est bon ? Tu te sens mieux ?
    - Franchement ce coup de vomito en traître me fou un peu la rage mais ça va nettement mieux. Je souris encore.
    Beaucoup mieux oui, on en a fini avec ces conneries, on a tué, enfin Cyan a tué quelqu'un et c'est cool, et puis maintenant on a une voiture pour aller où on veut. Faudra juste pas faire trop les cons parce que l'Armée des Etats-Unis d'Amérique vont sûrement chercher la meuf et sa caisse.
    Attendez, qu'est-ce que je raconte ? On s'en branle de l'armée hahaha.

    Cyan démarre la voiture, ce que j'avais complètement oublié de faire...
    -Nuit à la belle étoile ou dans un hôtel, ce soir ?
    Un petit lit douillet me siérait bien. Mais j'ai pas trop envie de m'approcher de gens et de leur parler.
    - Belle étoile ? Je pense qu'on peut largement en profiter maintenant..
    Et oui, profitons d'un peu de calme avant un autre massacre. Je soupire.
    - Mais avant de partir..
    Et j'sors soudainement de la voiture pour aller ramasser nos affaires traînant encore sur le bord de la route. Puis je reviens, les bras chargés et balance tout ce que j'ai sur la banquette arrière sans faire gaffe à ce qu'il y a dedans.
    Je me rassieds. Puis j’ébouriffe les cheveux que mon frère avait recoiffé rapidement quelques instants auparavant dans un grand éclat de rire.
    - Well done, bro !
    Même que ça mérite un câlin. Alors je lui fait un câlin. Vous savez j'aime mon frère plus que n'importe qui, et nos parents ne sont pas du genre à nous laisser montrer qui on aime, alors quand on est que nous deux, on peut se lâcher.

    Nous commençons à rouler calmement et je remarque à mes pieds un sac. Sûrement celui du cadavre. Je ne sais pas si il a toujours été au sol ou si je l'ai poussé avec mes grosses fesses quand j'ai changé de siège. Toujours est-il que bah il appartient à personne donc je vais le fouiller. Comme si j'étais dans une putain de guilde haha.
    Je commence à l'ouvrir.
    - Je pense que si elle n'a montré aucun signe de magie pour se défendre c'est que c'était bien une humaine. Et une de moins sur Terre. Je souris. Ca signifie aussi pas d'enquête de la Police Magique.
    Dedans il y a de l'argent, mais très peu, des papiers d'identité nous apprenant qu'elle était Alabama Cook, quel nom pourri j'vous jure.
    Puis très vite ça me saoule de le fouiller, puisque visiblement même les humains militaires n'ont rien de réellement intéressant dans leur sac. Du coup je décide de le retourner et de tout vider sur le sol de la voiture. Des crayons tombent, avec du maquillage, peuh, et des boules de papier.
    - Putain j'ai jamais rien vu d'aussi ennuyeux.
    Je le secoue un peu dans l'espoir qu'il reste des choses à sortir, mais rien.

    Je grommelle et finit par le laisser tomber à mes pieds. BUNK. Là je relève la tête vers la route, puis vers Cyan. Comment ça BUNK ? C'est quoi ce bruit ? Je me dépêche de le ramasser et d'ouvrir à nouveau le sac, puis je passe ma main à l'intérieur pour tâter. En quelques instants je trouve un objet caché dans la doublure du sac. Je me retourne à nouveau vers Cyan, peut-être que c'est un truc top secret héhéhé. Je jubile.
    Je déchire alors la doublure pour sortir ce qui ressemble à un cylindre de Jefferson en métal, mais en le secouant un peu j'entends un autre objet à l'intérieur.
    - Eh heureusement que je l'ai pas balancé par la fenêtre !
    Oui je suis assez impulsif pour faire ce genre de connerie..

_________________

bro:
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cyan&Olive   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cyan&Olive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» présentation d'Olive Macy [Validée]
» Explication et amélioration? [Pv Olive]
» Pommes de terre confites à l'huile d'olive
» ~La vie de Cyan, journal~
» smelly cat. (olive)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Amérique :: || Etats-Unis-
Nos partenaires