She's my pacifier


Partagez | .
 

 She's my pacifier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Exorciste | no faith no more
EMPLOIS/LOISIRS : S'entraîner.
LOCALISATION : Dans les airs...
CITATION DU PERSONNAGE : વેશ્યા

MESSAGES : 1095
DATE D'INSCRIPTION : 08/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
69/300  (69/300)
Point Membre:
107/300  (107/300)
Niveau: 8 - Reconnu
avatar
Ian Coley
Exorciste | no faith no more
MessageSujet: She's my pacifier    Mer 15 Aoû 2018 - 10:28

Me demandez pas comment on s’est retrouvés là, je ne préfère pas le savoir : l’Australie en hiver, le fun incarné. Tu ne peux pas surfer parce qu’il fait froid et humide, tu ne peux pas bronzer au soleil, tu ne peux pas te balader.
De toute façon, même en été on aurait pas pu se balader pour l’unique raison que nous sommes en mission. C’est pas comme si ça faisait environ quatre ans que nous avions environ aucunes vacances.
Je dis ça, je dis rien.
Le seul avantage de l’Australie c’est les émeus, et un émeu c’est extrêmement con mais plutôt goûtu. En plus, les locaux en ont globalement marre des gros poulets débiles alors ouais, peut être que j’en ai graillé un ou deux. Mais j’étais sous forme animale, ça comptait pas.

Ça comptait pas hein ?

Bref, on est donc partis de Broome, là où on a atterrit dans le but de dénicher un groupuscule d’extrémistes, rattachés à personne d’ailleurs, mais assez dérangeants dans la mesure où ils posent des bombes et sautent avec. Donc bien sûr, Orpheo les a pris en chasse, blablabla et ils se sont réfugiés en Australie dans la Cordillère australienne. Moi non plus je ne savais pas que ça existait, et croyez moi, j’aurais adoré rester ignorant.

Y’a de la neige.

Donc déjà en Écosse il ne neige quasiment jamais et ça me convient très bien comme ça. Déjà, j’étais pas ravi. Ensuite, nous revenons avec Auty d’une petite mission beaucoup plus sympa dans le Sud-Est de l’Italie, où nous avions besoin de sortir un indic’ d’une position pas des plus confortables.
Globalement, il faisait 40° et ici au mois d’Août, il fait froid, il fait mouillé, il fait chiant.

C’est juste pour poser le topos, ça.

Nous voici donc en Nouvelle-Galle du Sud .
Je plaisante pas, c’est vraiment le nom. Le pire dans tout ça c’est qu’on ait atterrit à Broome au lieu de Sydney pour être discrets et qu’après, on a dû passer une nuit dans Sydney à cause d’Orpheo et ses idées à la con. De toute façon on suit.

J’ai l’impression que ça fait des années qu’on n’a pas tapé de fantôme et que désormais, nos missions ne valent pas mieux que celles des sorciers noirs. Tout le monde s’entretue et puis c’est tout. Y’a peut être un équilibre là-dedans, ying et yang détraqué de la race humaine.
Et les sorciers.
Et les mêlés.

Bref.

On marche donc avec de la neige jusqu’aux genoux. Il n’est pas encore sage de muter, parce que vous savez un loup, ça trace pas très bien les runes, et il vaut mieux en tracer de temps en temps. D’abord, c’est pratique pour ne pas se perdre, ensuite c’est plus simple si on veut être sûrs de ne pas être suivis et puis finalement parce que une fois qu’on aura contourné toute la zone - on pense que leur campement est situé dans le tas de cabanes cheloues - ils seront pris au piège au milieu des centaines de petites runes.
Peut être qu’elles marcheront pas toutes, mais on en a fait tellement beaucoup qu’en théorie on est couverts. En théorie.
On marche, on marche on marche, je sens plus le bout de mon nez, je sens plus ma vie, je sens plus rien tellement il caille et tellement y’a de la vapeur qui sort de ma bouche quand je respire et j’ai tellement, mais alors tellement envie de muter. Une petite fourrure chaude et confortable de dernier cri, marcher à quatre pattes pour être plus stable, plus rapide et plus furtif (parce que les deux bonhommes michelins qui débarquent dans la vallée c’est pas hyper discret) mais je réfrène mes pulsions en me disant qu’en rentrant, je croiserai bien un émeu et que là, ça vaudra le coup de laisser le loup prendre toute la place.

- C’est chiant, un peu.

Voilà, quand j’en ai marre, je râle, et je peux râler sur qui à part Autumn qui se trimballe ma pauvre personne depuis des années ? Je m’apprête déjà à ouvrir la bouche pour râler encore un peu plus alors que je m’approche guillerettement d’un arbre pour le marquer plus quand subitement le sol se dérobe sous mes pieds, comme ça gratuit, et que dans la panique, pouf le loup, mais le loup n’est pas assez gros pour déchirer les vêtements, le loup n’est pas assez petit pour glisser et sortir des vêtements non non, le loup est désormais un nem coincé au fond d’une congère.

_________________

darkslategrey

h       o       m      e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

She's my pacifier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Océanie-
Nos Partenaires