Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut d'abord endurer la pluie | Luka & Sam


Partagez | .
 

 Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut d'abord endurer la pluie | Luka & Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin Fondatrice | Le vent l'emportera...
EMPLOIS/LOISIRS : Vivre à en crever
LOCALISATION : Là où le vent me porte...
CITATION DU PERSONNAGE : Marche, cours, va là où il te plait, à l'autre bout de la Terre, par delà la mer, prêt des étoiles, mais surtout ne t'arrêtes pas de rêver

MESSAGES : 2186
DATE D'INSCRIPTION : 21/04/2010

Niveau du personnage
Point RP:
162/200  (162/200)
Point Membre:
206/200  (206/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Luka E. Grey
Admin Fondatrice | Le vent l'emportera...
MessageSujet: Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut d'abord endurer la pluie | Luka & Sam   Sam 10 Nov 2018 - 23:46

J'aime, la nuit, écouter les étoiles
C'EST COMME CINQ CENT MILLIONS DE GRELOTS


La nuit est tombée sur l'Allemagne, majestueuse. Je peux voir des millier d'étoiles s'étaler dans le ciel, briller de milles feux. Je suis comme une enfant à les contempler, resserrant mon manteau autour de moi, pour ne pas que la pluie qui goutte doucement se fraye un chemin dans ma nuque et descende jusqu'au milieu de mon dos. Je frissonne joyeusement face à ce temps à hésiter à sortir. Les rues de Berlin ne sont pas bondées de monde et en même temps, à cette heure-ci, ce n'est pas étonnant. Je regarde ma montre : 22h47. C'était une montre qui a appartenu à Maman. La mélancolie joyeuse de son souvenir m'empêche de m'en débarrasser. D'objets physiques, j'ai peu de choses qu'ils me restent d'elle puisque tout est au manoir des Cross et je ne m'y risquerai pas. Du reste, elle m'a laissé une montagne. Et avec Nathaniel... J'ai de quoi faire pour longtemps et je suis tranquille pour aider Owhen et Maël à grandir. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, avec ces deux patrimoines immenses, Berlin m'est inconnue et rien ne m'y attendait. Etrangement, je préfère cela. je n'ai pas encore pu découvrir tout ce qu'ils m'avaient légué, à deux, et que je partage avec mes deux frères/cousins/enfants. Je ne sais plus comment les appeler, depuis la mort de Nathaniel et cette joyeuse famille que nous sommes devenus. Et Nathaniel s'est clairement baladé partout avec son métier d'acteur, à côté.

Alors Berlin... Je suis là pour une mission. j'étais là pour une mission. Ou presque, si on veut. Le concours de la justice magique d'Orpheo se tenait ce 10 novembre 2018. Il y en a un tous les deux ans et je ne voulais pas le rater. Je ne sais si je l'ai réussi, mais j'ai étudié autant que je pouvais, aussi fort que je le pouvais, pour le passer. Je n'ai pas délaisser mon métier nouveau d'exorciste pour autant. C'était une vie de fou et je pense que cela le restera. Si jamais je réussi, j'aurai encore beaucoup à apprendre et j'aurai un an de stage en suivant un mentor, avant de prendre mes fonctions au tribunal. Et une fois installée, j'étudierai plus encore pour monter plus loin, un jour présider le tribunal magique et intégrer le conseil restreint. Il est des choses qu'il faut changer dans Orpheo même avant de penser changer le monde et se battre contre la menace noire. Les humains et sorciers noirs nous donnent certes du fil à retordre, mais ce qui m'inquiète presque plus, c'est les mouvements internes d'Orpheo.

L'air frais me fouette le visage avec délice. Je me sens libérée d'une pression. Et cela jusqu'aux résultats ! J'ai envie de rire avec la légèreté de la joie. Autour de moi, les gens rentrent tranquillement chez eux ou vont de bars en bars, comme pour fêter ce samedi soir. Il semble que cela soit important pour tous, de sortir, boire un peu trop, rire, décompresser de la semaine. Vivre en somme. J'ai envie de me mêler à eux, de m'incruster je ne sais où avec je ne sais qui et cela n'a pas d'importance. Mais ce que je veux vraiment, à par découvrir la ville que j'explorerai mieux demain avant de reprendre mon avion pour rentrer à Londres, c'est me rendre au mémorial Cornelius Agrippa. On m'a souvent dit qu'il y avait quelque chose de magique là-bas. A raison sans aucun doute. C'est peut être Ange qui m'en a parlé récemment. Je ne sais plus. Ange me manque. Toujours. On ne s'est pas vus depuis combien de temps ? Je veux à peine y songer. Mais avec les deux petits, les missions de chacun, le concours...

Encore quelques centaines de mètres d'après mon téléphone. Je regarde, presque fascinée, sur l'écran, le petit point se déplacer à mesure que je me déplace moi même. J'arrive à la porte de Brandebourg et trouve les escaliers. Il parait que les innocents n'y ont pas accès. La salle dans laquelle je débarque me fait l'effet d'une aveuglante lumière. Je cligne des yeux et regarde la plaque de marbre, au milieu de l'îlot d'eau. Je m'assois juste devant et contemple l'écriture. Je ne sais pourquoi je tenais absolument à venir. Et puis si, finalement, je le sais. C'est en l'honneur d'un homme qui défendait l'indéfendable pour ses pairs, qui risquait tout pour sauver ce qu'il n'était pas obligé de sauver. C'est un exemple à suivre. Il n'y a nul besoin d'appartenance à un groupe pour le défendre, parce que ce n'est pas juste de se croire supérieur dans son droit parce qu'on est différent. C'est une conception de la justice. Et les minutes passent doucement, autour de moi, sans que je bouge.

electric bird.

_________________


If I had a world of my own Everything will be nonsense Nothing will be what it is Because everything will be what it isn'tI invite you to a world Where there is no such thing as time And every creature lens themselves To change your state of mind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprentie Exorciste
MESSAGES : 43
DATE D'INSCRIPTION : 03/05/2018

Niveau du personnage
Point RP:
21/100  (21/100)
Point Membre:
20/100  (20/100)
Niveau: 3 - Etudiante
avatar
Sam Carver
Apprentie Exorciste
MessageSujet: Re: Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut d'abord endurer la pluie | Luka & Sam   Lun 26 Nov 2018 - 22:51



live the dream
Sweat the nightmares
Ça m saoule. Elizabeth me saoule, Cormag me saoule, le lycée ça me saoule, les cours ça me saoule, j’aimerais faire un truc bien précis de ma vie : rien.
Et vlà-t-y pas qu’on te trimballe par ici puis par là, qu’on visite rien du tout mais qu’on te pose comme une plante. « Ah tiens Sam tu peux toucher ça ? » Sam elle en a ras le haricot - Papa il disait ça c’était marrant.

Elle navigue entre plusieurs souvenirs sans savoir si c’est la magie ou pas. Les gens sont peu nombreux à savoir qu’elle peut altérer le vrai et ce qu’il s’est vraiment passé, qu’elle le faisait toujours pour ses parents. Qu’elle a eu envie des milliards de fois d’altérer les siens sans jamais se résoudre à essayer.
Un souvenir en particulier.
Bien précis.
Si précis, si détaillé.

Elle s’ébroue et se remet à marcher.


De toute façon je m’en fou, si ils captent que je me suis barrée, ils ne seront même pas inquiets. Juste en colère. Et de leur colère, moi, je n’en ai rien à battre. Ça c’est maman qui le disait je crois; peut être même à Papa. Des trucs genre « de toute façon moi j’en ai rien à battre de toi » et le gars aussi des services sociaux l’a dit : « qu’est-ce qu’on en a à battre de l’amour familiale ? La gosse elle passe de pauvres gens à la richesse berlinoise ! » et sur le coup j’étais pas sûre d’avoir compris.
Mais ça m’est resté et maintenant j’ai bien pigé. La richesse berlinoise contre l’amour.

Est-ce que ça valait le coup ?
Oui, tout à fait. Mais j’suis pas partie à cause des parents.

Elle cligne des yeux, c’est la première fois qu’elle y pense clairement et subitement elle se sent terrorisée. La magie l’englobe et l’épuise, mais non Sam t’as pas besoin d’être là. Sors toi de cette dark place, sors de là, ça va. Ça va.

Tout reflue.

Berlin me semble enfin un peu chez moi, juste un peu, réconfort qui me va. Je reconnais des façades et des plaques et aussi des histoires quand je touche certaines portes. Rouillés, les souvenirs sur la poignée.

Je trottine un peu plus longtemps, je suis en hoodie délavé « guns and roses » et il tient plus du tout chaud. J’aime pas le groupe en plus et je comprends pas trop ce qu’ils disent mais il est beau. Et c’est mieux qu’un t-shirt. Cormag doit le détester ce truc.
Si des fois il peut aimer comment je me fringue.
Je pense pas.

J’atterrit comme toujours dans les escaliers qui mènent au mémorial. Je ne suis jamais allée jusque là bas mais les escaliers sont pas visibles aux non-magiques et du coup j’ai trop la paix ici et en plus - je sais pas pourquoi - j’ai la wifi. J’crois que quelque chose d’Orpheo est au dessus ou du genre pas mais c’est cool. Je pose mon casque dans les oreilles, persuadée que je vais être seule toute la soirée et je m’étale sur une marche, assise les jambes étendues devant moi. J’écoute « you always tried to keep me warm but i never felt this cold » et j’ai l’impression de savoir de quoi il parle. Je crois savoir mais je sens ma magie sur mes souvenirs. J’ai l’impression qu’elle me protège mais je sais que je me voile la face; je me protège.

C’est aussi bien ainsi.

Les yeux mi-clos, je croise les bras sur ma poitrine, tranquille : ils ne me trouveront jamais ici.
code by bat'phanie


Dernière édition par Sam Carver le Jeu 29 Nov 2018 - 16:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Fondatrice | Le vent l'emportera...
EMPLOIS/LOISIRS : Vivre à en crever
LOCALISATION : Là où le vent me porte...
CITATION DU PERSONNAGE : Marche, cours, va là où il te plait, à l'autre bout de la Terre, par delà la mer, prêt des étoiles, mais surtout ne t'arrêtes pas de rêver

MESSAGES : 2186
DATE D'INSCRIPTION : 21/04/2010

Niveau du personnage
Point RP:
162/200  (162/200)
Point Membre:
206/200  (206/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Luka E. Grey
Admin Fondatrice | Le vent l'emportera...
MessageSujet: Re: Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut d'abord endurer la pluie | Luka & Sam   Mer 28 Nov 2018 - 20:33

J'aime, la nuit, écouter les étoiles
C'EST COMME CINQ CENT MILLIONS DE GRELOTS

Le moment est étrange. Je n'ai que rarement été capable d'une contemplation béate et stationnaire. J'aime les musées, les expositions, mais je ne supporte pas l'immobilisme que suppose l'observation. Il me faut aller et revenir pour capter les détails, et m'enfuir à nouveau, voguer d'un point à un autre, sans arrêt. Alors pour une fois que je me laisse aller, comme figée devant la douceur du lieu... La lumière est brillante, blanche et apaisante. Pour autant, quelque chose m'embarrasse. Je suis sûre que l'homme qui est célébré ici, ce Cornelius, ne se revendiquait pas d'autant de pureté. Cela me trouble de contempler l'image embellie que l'on a fait de lui et je songe tranquillement qu'il faut peut être bien cela, pour ériger un modèle. Et je reste toujours là, écoutant mon coeur qui bat, me concentrant sur cette unique perturbation du silence omniprésent. Au bout d'un certain temps, la tranquillité se trouble sans que j'en comprenne l'origine.

Je me relève, rassemble mon corps et mon esprit en songeant qu'il serait peut être temps de se reposer. Avec tristesse, je me rends compte que je n'ai plus personne a appeler. Je me corrige, ce n'est pas vrai. J'aimerai qu'Ange soit dans le coin, qu'on se parle en face à face ou qu'on rigole, avec cette simplicité que nous avons, ce naturel étonnant qui échappe à la complexité du monde. J'aimerai m'évader dans ses bras, que l'on se pelotte l'un contre l'autre sous une couverture à papoter de tout, de rien, surtout de rien, comme quand on avait sept ans. Mais il n'est pas là, je suis seule avec moi même. C'est déjà bien, non ? Et je réctifie à nouveau ma pensée. Je ne suis pas seule. Ce trouble ressenti, cette légère perturbation dans l'air, c'est ces sentiments diffus que je ne parviens pas encore à percevoir complètement, cette preuve d'une présence, là, plus bas.

Je redescends les marches, sans aucunes craintes. Les êtres magiques qui viennent ici sont rarement mauvais. C'est ce que je crois. J'ai peut être tord, mais il faut m'en assurer. Et puis, je pensais à rentrer doucement et pour cela, il faut bien que je passe devant la personne qui est là. Je décide d'essayer de mettre mon don en sourdine, et la fatigue de cette journée m'aide à faire taire le brouahaha permanent d'émotions. Je constate néanmoins, qu'encore une fois, il m'est impossible de le faire taire totalement, de ne pas lui laisser une place. C'est un contrôle que je n'ai plus et que j'espère retrouver, pour un jour sentir qui je suis, moi et seulement moi. Une musique me parvient, comme étouffée, engoncée dans des écouteurs qui grésillent dans les oreilles. C'est une jeune fille qui est là. Quel âge a-t-elle ? Je n'ai jamais été douée pour deviner ce genre de choses. Les mains dans, les poches, je me demande ce que je fais. Est-ce que je passe et je me barre, comme ça, ou je dis bonsoir ? Surtout que mon allemand n'est pas très correct. Mais tout le monde parle anglais non ? C'est trop souvent le cas chez les exorcistes, malheureusement, cela ne permet aucunes excuses. Merde.

- Euh... Bonsoir ?

J'ai envie de fuir. Ce n'est pas un soir qui crie les rencontres. Je suis pas de ceux qui se lient facilement et puis à quoi bon ? On ne se connait pas, on ne risque pas de se recroiser de sitôt si ? Alors ? Pourquoi est-ce que j'ai dis bonsoir, je me le demande ?

electric bird.

_________________


If I had a world of my own Everything will be nonsense Nothing will be what it is Because everything will be what it isn'tI invite you to a world Where there is no such thing as time And every creature lens themselves To change your state of mind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprentie Exorciste
MESSAGES : 43
DATE D'INSCRIPTION : 03/05/2018

Niveau du personnage
Point RP:
21/100  (21/100)
Point Membre:
20/100  (20/100)
Niveau: 3 - Etudiante
avatar
Sam Carver
Apprentie Exorciste
MessageSujet: Re: Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut d'abord endurer la pluie | Luka & Sam   Jeu 29 Nov 2018 - 16:27



live the dream
Sweat the nightmares
Elle dit bonsoir mais elle n’a pas vraiment envie de dire bonsoir - pourquoi ? - on ne sait pas pourquoi, on n’a jamais su, il n’y a pas d’histoire derrière.

J’aspire de l’air.

Elle ferme les yeux. Elle n’est pas empathe, sa magie fouille une histoire ou un passé, une anecdote qui expliquerait - pourquoi est-ce qu’elle sent une émotion ? Il doit bien être relié à un souvenir, c’est pour ça qu’elle peut sentir ça, c’est pour ça qu’elle explique.

Elle ne le trouve pas - peut être parce qu’elle ne la touche pas.

Elle devrait la toucher ?
Touche là !

TOUCHE LÀ !


Des goulées d’air.
Pourtant je ne tends pas les bras, je pose mes mains fraîches sur des joues rougies par la magie. J’suis un peu vidée et subitement j’ai vraiment très très faim. Je me pose tranquillement, calme-moi.

T’es plus une enfant.

- Bonsoir.

Et puis mes lèvres qui continuent de remuer, je parle mais je sais pas vraiment pourquoi et puis c’est absolument toujours comme ça. J’aime pas trop mais ma voix résonne dans les escaliers. Une voix d’enfant et ça aussi ça me saoule, j’aimerais muer comme les garçons.

- Personne ne vient jamais ici.

Ce n’est pas une accusation et je ne suis pas agressive c’est un fait. Personne ne vient mais elle, elle est là. Je m’assieds sur la marche un peu mieux, je suis toujours un peu au dessus et ça m’arrange. Elle est magique donc ; j’espère qu’elle ne sait pas qui je suis et que Cormag ne viendra pas sur le tapis.
Qu’il reste sur le parquet, pour une fois.

Allez, touche-là, tu saurais, tu saurais au moins, tu sauras et tu expliqueras la fuite et le mémorial. Qu’est-ce qu’elle fait là ?

Mais j’enfonce mes ongles dans mes paumes. Je ne toucherai rien du tout surtout pas sa peau blafarde. J’ai l’impression qu’elle est deux en plus et je saurais pas l’expliquer, il y a quelqu’un d’autre derrière elle ou en elle. Cormag m’a dit que des fois y’a des personnalités dans les gens et ils se partagent une existence - ce qui est très chelou - c’est soit l’un que l’on voit, soit l’autre. Peut être que c’est pour ça qu’elle a pas l’air d’être toute seule. Ou peut être qu’elle a un fantôme mais ça m’étonnerait, tout le monde a son placard à cadavres et d’habitude je le sens pas sans les toucher. Declan a un placard lui aussi, pas si grand, mais il prend toute la place dans sa tête alors que la dernière fois j’ai touché un gars il avait le plus grand placard à cadavres de toute la terre et la galaxie entière.

Et pourtant il y pensait à peine.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Fondatrice | Le vent l'emportera...
EMPLOIS/LOISIRS : Vivre à en crever
LOCALISATION : Là où le vent me porte...
CITATION DU PERSONNAGE : Marche, cours, va là où il te plait, à l'autre bout de la Terre, par delà la mer, prêt des étoiles, mais surtout ne t'arrêtes pas de rêver

MESSAGES : 2186
DATE D'INSCRIPTION : 21/04/2010

Niveau du personnage
Point RP:
162/200  (162/200)
Point Membre:
206/200  (206/200)
Niveau: 7 - Confirmée
avatar
Luka E. Grey
Admin Fondatrice | Le vent l'emportera...
MessageSujet: Re: Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut d'abord endurer la pluie | Luka & Sam   Jeu 29 Nov 2018 - 22:32

J'aime, la nuit, écouter les étoiles
C'EST COMME CINQ CENT MILLIONS DE GRELOTS

Je reste encore, alors que je veux pas. J'ai pas l'habitude de faire ce genres de choses. Je me sens vraiment vieille, d'un coup. J'ai quoi ? Vingt-cinq ans non ? Et donc, c'est juste un huitième de ma vie si je vis bien. Pas vieille. Je ne sais pas comment je pourrai me qualifier autrement, là, à refuser une nouvelle rencontre, voulant me coucher parce que il fait nuit dehors, que la journée a été longue. Où est passée cette jeunesse qui faisait la fête à pas d'heure, à se bourrer la gueule quand on pouvait ? Peut être que pour cela, il aurait fallut que j'aime l'alcool, moi. Mais quand je frétillais jusqu'au bout de la nuit, jusqu'aux bouts des lèvres d'un homme qui finissait par ne pas me toucher, parce que je m'enfuyais, un sourire mystérieux pour simple adieu... Quand ai-je laissé cette jeune femme derrière moi pour me trouver quelque peu déconcertée à l'idée d'une nouvelle rencontre provoquée par la solitude dans un lieu étrange ?

La jeune fille me répond. Ce ton neutre m'irrite un peu, je ne saurais dire pourquoi. Peut être parce qu'il reflète mon propre caractère, trop lisse parfois, quand il ne s'imprègne pas des autres, ce jmenfoutisme actif comme le disait Ange. J'sais pas moi, je suis fatiguée. Je m'apprête à continuer mon chemin, parce qu'après tout, si l'on regarde un peu, on s'est saluée, et voilà, ça peut s'arrêter là, non ? Dans la vie normale, les gens, ils s'en foutent des autres, ils passent leurs chemins. Pourquoi moi, je ne m'en fou pas ? Je peux pas juste faire comme tout le monde et rentrer chez moi, arrêter de me poser des questions stupides jusqu'à dire bonsoir et rester plantée là ? Puis non, je reste. Et elle parle. Et moi, je dois faire quoi ? Répondre ? Parfois, je me demande où ça mène.

- Moi non plus d'habitude, je viens pas là.

Je regarde les escaliers qui se perdent dans l'obscurité. C'est vrai que c'est la première fois que je mets les pieds dans ce monument. Je retourne à la jeune fille. Elle m'a l'air étrange en fait. Ca me perturbe. Non pas le fait que je ne la cerne pas. Déjà, je n'utilise pas mon don là, où j'essaye de le faire taire. Et ensuite, même si je ressentais ce qu'elle ressent, je suis rarement capable d'agir correctement, de comprendre les gens. Je peux décortiquer la théorie des émotions, pas l'appliquer. Je connais les nuances, je ne sais pas jouer avec. Alors voilà, elle est bizarre. Parce qu'elle est silencieuse. Parce que je n'ai pas l'impression de devoir mettre mon coeur en sourdine, il le fait tout seul.

- Pourquoi, toi t'y es tout le temps ?

Je ne sais pas pourquoi j'ai dis cela, ça n'a pas vraiment de sens, si ? J'ai rien d'autres à dire. Sauf que j'aimerai, finalement, qu'elle ne se taise pas. A bon entendeur, on ne parle pas de mots.


electric bird.

_________________


If I had a world of my own Everything will be nonsense Nothing will be what it is Because everything will be what it isn'tI invite you to a world Where there is no such thing as time And every creature lens themselves To change your state of mind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut d'abord endurer la pluie | Luka & Sam   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut d'abord endurer la pluie | Luka & Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Saber Milena [Terminé] (excusez moi pour la longueur --')
» Reculer pour prendre de l’élan, pour pouvoir mieux sauter ; mais à trop reculer on finit par ne plus sauter.
» [Entrainement] Pour pouvoir bavarder tranquillement...
» [0105] « Les hommes sont comme les pokémons. Il faut savoir s'adapter à chaque situation, évoluer, pour pouvoir grandir » [PYROLI]
» Louve ♫ S'il ne me reste plus que mes rêves pour pouvoir te voir, je dormirai jusqu'à en crever...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Europe :: || Allemagne :: °Berlin :: °Mémorial Cornelius Agrippa-
Nos partenaires