AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Modératrice | Sorcier Noir
Modératrice | Sorcier Noir
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : Entreprendre quelque chose peu prendre des annees, Alors que détruire ne prend seulement que quelques secondes

MESSAGES : 236
DATE D'INSCRIPTION : 20/07/2010

Niveau du personnage
Point RP:
97/100  (97/100)
Point Membre:
104/100  (104/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.   Sam 4 Sep 2010 - 21:32

Je me suis retrouvée ici par inadvertance. D'abord parce que mes pas se sont mis en mode automatique. Ensuite parce que j'étais totalement absorbée par mon livre. Un recueil de proverbes et dictons. J'aime réfléchir à chacune de ces phrases, m'inventer un monde totalement différent de celui actuel. Ça me permet de sortir des sentiers balisés, de me créer la propre voie. Je suis un peu trop éveillée pour une fille de mon âge, mais je déprimerais de revenir au stade zéro. J'ai besoin d'apprendre ce que je vois, de vivre ce que veux. M'évader, et ne plus penser au reste. Et l'orphelinat, ça nuit fortement à ces principes. Alors, je me lève et marche, m'enfuie en sautant au-dessus les petites barrières qui entoure l'orphelinat. Je vérifie que je ne suis pas suivie. Depuis que je connais Ren, j'ai prévu de changer. Ne plus être antipathique. Mais comme je le pensais, c'est plus facile à dire qu'à faire. C'est dans ma nature, et je la change difficilement. Mais Ren m'a promis de m'aider. Alors, je lui fais confiance et arbore un meilleur regard sur le monde environnant. Il dit que c'est un manque de confiance en moi qui me fait réagir au quart de tour, mais je n'en suis pas certaine. Plutôt un sentiment que ce monde est incapable d'aboutir à mes rêves. Je le rejète automatiquement. Je suis persuadée qu'il existe un "autre" quelque part. Et je le cherche désespérément. Je le chercherai toute ma vie.
Peut-être que la mort est ce monde auquel je cherche à accéder? Non, c'est triste. Je suis encore jeune. Mais c'est idiot, après tout ça sert à quoi de vivre sa vie, quand on sait qu'on finira par mourir. On laissera ses proches, son travail qu'on aura peut-être érigé en des dizaines d'années, et qu'on aura pas vu aboutir. Je ferme les yeux, me stoppe un instant, puis repose mes yeux sur le bouquin. Je revient au sommaire, et passe ma main d'enfant sur la page plastifiée. Je cherche le registre de la mort. Je m'y rends en quelques secondes, habituée à parcourir ce bouquin que je connais presque par cœur. Je cherche un proverbe ou un dicton permettant de répondre à ma question. Je parcoure inlassablement les pages, lisant d'un air distrait, à présent concentrée sur l'endroit où je me trouve, en plein centre de Little Angleton. Il y a étonnement beaucoup de monde aujourd'hui, et je ne tiens pas à me faire écraser. Déjà que je me suis faite bousculer. L'environnement est mauvais. Je ne comprends pas pourquoi je suis ici. Moi qui préfère le silence et la solitude, je me demande pourquoi mes pas m'ont dirigés ici. En fait, il y a deux réponses : La réponse du savant, c'est qu'on fini forcément par arriver ici si on va tout droit à partir de l'orphelinat. En ce qui me concerne, je préfère celle du poète, qui m'indique que je dois apprendre quelque chose, et que le destin me pousse à apprécier ma vie. J'inspire profondément et recherche un endroit plutôt calme. Où m'assoir tranquillement. J'en déduis que la place est le meilleur endroit. Parce qu'il y a des bancs, et que les voitures y sont interdites de stationner.
Je me décide à refermer mon livre, après avoir lu la réponse que j'attendais : Après la mort, il n'y a rien, et la mort elle-même n'est rien. Je souris alors puis place le bouquin dans mes bras, comme un trésor. À vrai dire, c'est un cadeau de mon tuteur, qui trouvait que je réfléchissais trop. Il m'a dit que cela allait me calmer. et depuis, je ne le quitte plus. J'aperçois alors la place et le banc en question, que j'avais visualisé en mémoire. Mais il est occupé. Je lâche un juron, et une vieille femme passe au même moment. Elle me morigène, me dit qu'on ne dit pas ce genre de choses à mon âge. Je lui réponds d'un air agacé, que je suis mal élevée de nature, parce que je n'ai plus la chance d'avoir des parents. Voilà qui devrait la calmer. Les grandes personnes se taisent quand on dit qu'on est orphelins. Je ne les comprends pas, et je ne cherche pas à le savoir, à vrai dire. Je cours vers la place et le banc en question. Ils sont tous occupés de toute façon. Il y a trop de monde, mais ça je l'ai déjà dit. J'inspire profondément et me concentre. Il est temps de faire pression sur un jeune homme qui lit son journal.
Je me dirige vers lui et lui lance un sourire charmant.
Je ne vais pas détailler les quelques secondes qu'il ma fallu pour le faire dégager. Quoiqu'il en soit, j'ai la place pour moi à présent. Je prends possession des lieux, fixant chacun qui ose s'approcher de moi, jeune comme vieux. Je m'assois en tailleur, et pose le livre sur mes genoux repliés. Idgy se couche à mes côtés. J'ai mis une robe jaune, et les sandales qui vont avec. Mon ruban n'est plus rouge, mais jaune. En fait, je suis totalement vêtue de jaune aujourd'hui. Je souris et me replonge dans la lecture du livre.

_________________


DC de Ren Takahata
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.   Lun 13 Sep 2010 - 17:10

Écouteurs dans les oreilles, et mon ipod dans la main, je sors de l'appartement, fermant à clé derrière-moi. Et je marche sur le bord du trottoir, longeant les maisons. Je ne sais pas du tout où je vais, mais ce n'est pas grave parce que je sais que j'arriverais bientôt quelque part, et qu'à se moment là je me dirais qu'il est temps que je m'arrête pour faire je ne sais pas encore quoi, mais ça viendrait ça aussi.
Je montes le son de mon Ipod au maximum, et me plonge dans mon monde, je n'entends plus rien autour de moi, je suis comme on le dit souvent : Coupée du monde. Pensant à des choses et à d'autre, en fait, je ne penses à rien et à tout en même temps. C'est compliqué. La musique s'arrête soudain pour passer à la chanson suivante : C'est moi, de Marie-Mai, une chanteuse Canadienne, et le Canada, c'est pas très loin de mon pays Natal. Marie-Mai elle chante en français, alors je ne comprends pas vraiment ce qu'elle dit étant donné que je ne parles pas français. Mais internet ça existe, et je m'étais renseignée sur la chanteuse et cette chanson. Enfin bref, ce n'est pas bien important.
Je finis par arriver dans la rue commerçante. Sans utiliser ne serait-ce qu'une seule fois la téléportation, c'est un exploit. Il est rare que je ne me serves pas de ma magie pour arriver quelque part. Extrêmement rare même, la preuve même était la fois où j'étais attérie en plein milieu d'une forêt et que j'avais rencontrée Takeji. On avait même joués à Cache-cache, et je bien dire que rare sont les fois où je m'amuse autant. Je passe devant les magasins, devant ma boutique notamment, mais elle est fermée, logique, sinon je ne serais pas là à me promener, je serais en train de bosser, et comme d'habitude, en train de sourire à longueur de journée pour faire bonne impression, même si parfois j'aurais envie de pouvoir tuer tout le monde d'un simple regard, tellement la vie est injuste quand elle s'y met.
Je fredonne vite fait les paroles de la chanson, sauf que j'avoue que chanter en français, avec un accent Américain, ben ça rend quelque chose de vraiment très moche.
La brise fait voler mes cheveux dans tous les sens, bien qu'ils ne soient pas super longs. Je suis habillée plutôt "normalement", enfin quand je dis ça, c'est pantalon, t-shirt veste et basta. Justement, je portes un slim noir et un t-shirt manches longues, bleu électrique avec le drapeau des USA dessiné sur l'avant. Et des converses noires, rien de plus banale. Pas besoin de veste, je suis en manche longue et de plus, je ne suis pas fileuse et il ne fait pas froid au point. Enfin passons. Je me promène, je marche, je chante, et je finis par arriver sur la place de Little Angleton, cette petite ville d'Ecosse où je vis depuis bientôt plus de deux ans. Ville plutôt monotone où il pleut et fait froid presque tout le temps, mais très agréable malgré ça. Au loin, j'aperçois une gamine assise en tailleur sur un banc. Elle est entièrement vêtue de jaune, très mignonne. Le seul truc qui me semble bizarre, c'est le fait qu'elle ait l'air d'être seule. Je m'avance donc vers en souriant, et m'assis sur son banc. Je remarque son livre, posé sur ses genoux. Un livre de dictons, ou je ne sais trop quoi, je ne m'y connais pas dans ce genre de truc. Je lui souris, dévoilant mes dents bien blanche.

" Tu ne devrais pas trainer toute seule en ville. "
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice | Sorcier Noir
Modératrice | Sorcier Noir
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : Entreprendre quelque chose peu prendre des annees, Alors que détruire ne prend seulement que quelques secondes

MESSAGES : 236
DATE D'INSCRIPTION : 20/07/2010

Niveau du personnage
Point RP:
97/100  (97/100)
Point Membre:
104/100  (104/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.   Dim 26 Sep 2010 - 15:07

Plongée dans mon livre, je ne remarque pas l'arrivée d'un élément perturbateur. Ce n'est qu'au moment où je perçois des émotions très proches de moi que je me décide à lever la tête vers l'inconnu. C'est une femme. Belle. Je suis en admiration totale. Mais c'est certainement une humaine, et je n'aime pas les humains. Comme je ne m'aime pas. C'est égoïste. C'est Nephilim. Je m'apprête à ouvrir la bouche pour demander à l'inconnue de se présenter, mais elle me devance :

" Tu ne devrais pas trainer toute seule en ville. "

Je baisse les yeux en fronçant les sourcils. Je fais ce que je veux. Je ne suis pas idiote. Un peu trop mature pour mon âge. Je suis en droit de penser ce que je peux faire de ce qu'il m'est impossible. Et rien ne m'est impossible. Je relève les yeux et plonge dans ceux de l'inconnue.

-Personne ne viendra nous chercher. C'est comme ça.

Idgy se dégage, et sa frimousse sort de dessous du livre. Je envie de le prendre dans mes bras, tellement il est mignon. Ses yeux couleur charbon papillonnent comme si il venait de se réveiller. C'est... cute... Je referme le livre, puisque de toute façon, je n'aurais pas l'occasion de le relire, tandis qu'Idgy s'étire doucement. Je vais finir par croire qu'il a dormi. Je le câline doucement, puis m'adresse à la jolie femme.

-Vous croyez qu'il fera beau demain?

J'ai beau chercher, je ne décèle pas la moindre méchanceté en elle. C'est surprenant. Peut-être qu'elle m'a en pitié. Je n'espère pas. Je serre mes petites mains, mais les relâche aussitôt. Quand on est pas sûr de quelque chose, ça ne sert à rien de s'énerver. J'essaye d'appliquer cette règle, mais mes fondements sont un peu bancals, et je m'énerve inutilement. J'ai posé cette question pour voir sa réaction, non pas parce que je m'intéresse à la réponse. J'aime bien sa voix. J'aime bien son visage. C'est la première fois que j'ai envie d'avoir quelqu'un en modèle. Et ça me désoriente totalement.
Il est temps de remettre les pieds sur Terre. Je pose alors une question beaucoup plus intéressante, celle que toutes les grandes personnes se posent quand elles ne se connaissent pas. Alors, je les imitent :

-Qui êtes-vous?

Voilà, c'est dit. Maintenant, il me reste à attendre les réactions, et juger ses émotions. C'est bizarre d'avoir quelqu'un de gentil, dont on ne trouve la parcelle d'ombre. Il y en a forcément une. Tout les humains sont mauvais quelque part. Ça me dérange...

_________________


DC de Ren Takahata
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.   Lun 27 Sep 2010 - 16:15

Elle relève les yeux pour me regarder, et les rabaisse quand je lui fais la remarque. De t'en fais pas petite fille, je ne te ferais rien. Elle finit par ma regarder dans les yeux en déclarant :

" Personne ne viendra nous chercher. C'est comme ça. "

Nous? Elle veut surement parler de sa bestiole qui vient tout juste de pointer le bout de son nez. Un canidé tout mignon, tout petit. Je n'ai jamais vu ce genre d'animal par ici, mais on dirait un fennec. C'est pas censé vivre dans le désert ces bêtes là? C'est la première fois que j'en vois un en vrai, j'imaginais pas ça avec des oreilles aussi longues! C'est presque flippant la taille de ses oreilles!
La gamine referme son livre, et câline tendrement son renard-du-désert. On peut pas l'appeler comme ca? C'est pas grave. Moi j'ai envie, alors je l'appelle comme ça et puis c'est tout. Si quelqu'un a quelque chose contre, qu'il se manifeste ... personne? ... Bien.

" Vous croyez qu'il fera beau demain?
- A vrai dire, je l'ignore. Mais j'espère que oui! Et puis ton fennec serait content s'il y avait un peu de soleil ... C'est bien un fennec, hein? "


Je jette un sourire à l'animal, puis fixe la fillette. Je me demande bien comment une gamine aussi jeune à pu apprivoiser un animal sauvage. A moins qu'elle soit télépathe avec les animaux, comme moi. Dans ce cas là, tout est possible, mais si elle ne l'est pas, alors elle doit être extrêmement forte et courageuse.

" Qui êtes-vous?
- Ca ne se fait pas de demander ça aux inconnus.
Je lève un sourcil, et le rabaisse en souriant. Je plaisante, je m'appelle Euridyce. Tu peux me tutoyer si tu veux, j'ai l'impression d'être vieille sinon. "

Je relève mes jambes, et m'assois en tailleur pour être dans la même position qu'elle. J'ai l'impression de redevenir gosse, malheureusement ce n'est qu'une impression. J'aimerais tellement retourner en enfance, mais c'est impossible de retourner dans la passé. Même pour un sorcier, même pour le sorcier le plus puissant qui puisse existé. Et je ne suis ni puissante, ni une sorciere. Bien que j'aimerais l'être parfois, attention, pas une sorcière méchante, j'aimerais faire le bien. Remarquez, même en étant humaine je peux le faire, enfin bref.

" A moi de te poser une question maintenant. J'ai le droit d'en poser deux? Je n'attends même pas qu'elle me donne son accord, et me lance. Tu vis au Mystery Orphanage? Comment t'appelles-tu? "

Je tends une une main pour caresser doucement et prudemment le haut de la tête du fennec. Prudemment, oui. Même s'il est adorable avec cette gamine, ça peut très bien être une véritable bête a tuer avec d'autres! Bon ok, il est loin d'être effrayant. Juste à lui donner un coup de pied et il vole pour finir dans un arbre. Non je ne suis pas méchante, j'aime les animaux, je dis juste la vérité, rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice | Sorcier Noir
Modératrice | Sorcier Noir
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : Entreprendre quelque chose peu prendre des annees, Alors que détruire ne prend seulement que quelques secondes

MESSAGES : 236
DATE D'INSCRIPTION : 20/07/2010

Niveau du personnage
Point RP:
97/100  (97/100)
Point Membre:
104/100  (104/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.   Mer 29 Sep 2010 - 16:02

La femme fixe mon fenec. Mais je remarque que ma phrase sur le temps ne l'a pas laissée indifférente. Vraiment, j'en suis heureuse.

-A vrai dire, je l'ignore. Mais j'espère que oui! Et puis ton fennec serait content s'il y avait un peu de soleil ... C'est bien un fennec, hein? "

J'ouvre de grands yeux charmés. C'est rare qu'on devine le nom de mon animal. À vrai dire, on me regarde bizarrement. Les personnes adultes sont bizarres. Un mélange de paradoxe. Je ne comprends pas, et à vrai dire, je ne veux pas comprendre. En grandissant, je comprendrais. Je secoue la tête pour évacuer ces idées superflues et demande le nom de la femme en face de moi.

-Ça ne se fait pas de demander ça aux inconnus. Je plaisante, je m'appelle Euridyce. Tu peux me tutoyer si tu veux, j'ai l'impression d'être vieille sinon. "

Euridyce... c'est joli comme prénom, et peu répandu. Je me sens moins seule avec un nom bizarre. Curieusement, je sens une rougeur me monter aux joues. Je rougis? Pourquoi donc? Elle n'a rien posé d'embarrassant. Je ne comprends pas ce que mon corps veut me faire exprimer. Mais je subis en silence et baisse les yeux tranquillement. C'est ça, être comme une fillette de mon âge? Gentille, je veux dire. Peut-être, peut-être pas. Il me faut quelques secondes pour comprendre l'origine de ma gêne. Eh oui, cette simple phrase. « tu peux me tutoyer ». Ce n'est pas du tout dans mes habitudes. Ça nuit à mes principes. Et le plus dérangeant, c'est que j'aimerais bien la tutoyer.
Nouveau paradoxe, je grandis.
Quoiqu'il en soit, je remarque du coin de l'oeil que Euridyce emprunte la même posture que moi. Je lève des yeux timide vers elle, et l'écoute prononcer tranquillement, d'une voix enjouée :

" A moi de te poser une question maintenant. J'ai le droit d'en poser deux?

J'acquiesce posément lorsqu'elle me demande de me poser une question. J'évaluerais ensuite si j'y réponds ou non, mais étant donné que les grandes personnes se posent des question mutuellement, et qu'il est considéré que rester silencieux est malpoli, je m'efforcerais de répondre. Mais le temps que tout cela germe dans mon esprit de fillette, Euridyce a déjà prononcée ses questions :

-Tu vis au Mystery Orphanage? Comment t'appelles-tu? "

Je déporte ma tête sur le côté, comme pour chercher à mieux cibler la personne en face de moi. Tous les orphelins sont fichés « Mystery » ou quoi? J'inspire profondément. Avant même de prononcer une seule parole, j'observe la femme diriger une main peu assurée vers Idgy. Elle a peur qu'il morde? Ça arrive rarement. Je dirige un sourire radieux vers elle quand elle finit par poser sa main sur la petite tête. Acceptée !
Le seul problème, c'est le tutoiement en question. Il va me falloir du temps pour réussir un tel exploit. Mais pourtant, je me force à prononcer les syllabes, à parler au singulier, plutôt qu'au pluriel. Finalement, après quelques secondes de silence, je prononce d'une traite :

-Il s'appelle Idgy, c'est mon fenec. Ne t'en fais pas, il ne mordra pas. Il est seulement méchant avec ceux qui sont méchants avec lui.

Je souris de nouveau, et fais mine de réfléchir, introduisant ma main sous mon menton de petite fille. C'était plus facile que prévu. Maintenant, il faut que je réponde à ses questions. Alors, je réponds tranquillement, pour paraître naturelle :

-Je m'appelle Nephilim Lloyd et je vis à l'orphelinat.

Je trouve que ma voix est moins assurée et plus fluette quand je parle au singulier. Ça provoque quelque chose de bizarre, mais ça relaxe.
Étrangement, j'ai envie de parler de tout. Alors, comme une enfant excitée à l'idée de recevoir une sucette, je demande, me tournant totalement vers Euridyce :

-Dis, tu as des animaux chez toi? Tu fais quoi? Tu as des pouvoirs, toi aussi? Dis!

Ren m'a bien prévenu de ne pas parler de ce genre de choses à la légère, mais je sens que quelque chose émane d'elle. J'ai plus de mal à sentir ses émotions que chez une humaine normale. De toute façon, je ne me serais même pas intéressée à elle si je n'avais pas senti quelque chose... ou pas. Je ne sais plus quoi penser.
Alors, je laisse Idgy se déplacer librement sur le banc, et prend mon livre dans mes bras. Alors??

_________________


DC de Ren Takahata
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.   Dim 3 Oct 2010 - 15:54

Je la vois rougir quand je lui propose de me tutoyer. Il n'y a pas de raison d'être gênée, bien au contraire. C'est vrai quoi, j'ai vingt-et-un ans, alors si on commence a me vouvoyer ...
Elle sourit en me voyant caresser son animal, puis déclare :

" Il s'appelle Idgy, c'est mon fennec. Ne t'en fais pas, il ne mordra pas. Il est seulement méchant avec ceux qui sont méchants avec lui. "

Je gratte l'animal sur le haut de sa tête, toujours en souriant. Alors c'est bien un fennec. Je n'en étais pas sure, on en voit rarement, même dans les zoos. D'ailleurs, c'est la première fois que j'en vois un en vrai, d'habitude on les voit sur internet, quelques fois dans les films. Mais que se soit à Portland ou à Little Angleton, je n'en avais jamais vu auparavant.

" Je n'en étais pas sure, mais je me doutais que c'était un fennec. En tout cas, il est très mignon. "


Je lui souris de toute mes dents, et elle me répond par un sourire tout aussi radieux que le précédent. Cette gamine est vraiment mignonne, mais je ne sais toujours pas si elle est au Mystery, ou pas. Elle passe sa main, une main d'enfant, sous son menton, réfléchissant à ce qu'elle allait répondre. C'est si difficile que ça de dire comment elle s'appelle?

" Je m'appelle Nephilim Lloyd et je vis à l'orphelinat.
- Enchantée! Nephilim, c'est très beau comme prénom. "


Nephilim ...Etrange, c'est la première fois que j'entends ce prénom. J'ignorais totalement que des gens pouvaient s'appeller comme ça. Vous me direz, il ne doit pas y avoir beaucoup d'Euridyce non plus. Mais vu que je m'appelles comme ça, j'y suis habituée. Que Nephilim, ca me parait étrange comme prénom. Mais malgré tout, c'est très joli!
Elle se tourne complètement vers moi, et me demande en me regardant d'un air amusé :

" Dis, tu as des animaux chez toi? Tu fais quoi? Tu as des pouvoirs, toi aussi? Dis! "

Le fennec se lève pour aller un peu plus loin sur le banc, tandis que Nephilim attrappe son livre et le sert dans ses petits bras. Je lui fais signe de parler moins fort. Elle n'aurait déjà pas du me parler de ses pouvoirs sans savoir si j'en connais l'existence ou pas, mais alors si en plus elle hurle ça dans la rue ... Je lui réponds donc d'un air sérieux.

" Chut! Ne parles pas aussi fort! Et si je n'avais pas connu l'existence de la magie? Si j'avais été une simple humaine? Tu devrais apprendre à garder certaines choses pour toi Nephilim. "

Je lui souris tout de même, je ne voudrais pas qu'elle croit que je suis en train de la disputer, mais il faut qu'elle sache qu'elle ne doit pas parler de ça devant des inconnus. Ho, je n'ai toujours pas répondu à sa question avec tout ça. Alors je lui souris, tout en grattant Idgy derrière les oreilles. C'est fou ce que cet animal peut être gentil et mignon.

" Non, je n'ai aucun animal, mais je vais peut-être adopter un chien. Je suis vendeuse, dans la boutique de vêtement The Immortal dans la rue marchande. Et donc je vais répondre à la question que tu ne dois plus poser aux gens que tu ne connais pas : Oui j'ai des pouvoirs. "

Voyons voir, qu'est-ce qui pourrait lui faire plaisir? Ce n'est pas trop la saison des glaces, alors je ne vais pas lui proposer de lui offrir un glace ... Oh mais tiens, ça me fait penser que je dois avoir des sucettes ou des bonbons dans mon sac! J'en ai souvent, alors je vois pas pourquoi aujourd'hui j'en aurais pas. Je prends mon sac sur mes genoux, et l'ouvre pour regarder ce que j'ai à l'intérieur. J'en ressors deux sucettes, une à la fraise, et une à la vanille, les tendant à Nephilim, je lui dis en souriant :

" Tu préfères quel parfum? "
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice | Sorcier Noir
Modératrice | Sorcier Noir
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : Entreprendre quelque chose peu prendre des annees, Alors que détruire ne prend seulement que quelques secondes

MESSAGES : 236
DATE D'INSCRIPTION : 20/07/2010

Niveau du personnage
Point RP:
97/100  (97/100)
Point Membre:
104/100  (104/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.   Mar 2 Nov 2010 - 12:28

- Enchantée! Nephilim, c'est très beau comme prénom. "

Je rougis doucement. C'était la première fois qu'on me complimentait sur mon prénom. J'apprécie vraiment. J'ajoute ma phrase sur les pouvoirs, et elle réprime fortement, insistant pour que je parle moins fort.

" Chut! Ne parles pas aussi fort! Et si je n'avais pas connu l'existence de la magie? Si j'avais été une simple humaine? Tu devrais apprendre à garder certaines choses pour toi Nephilim. "

Elle ajoute un sourire peu après. Elle ne veut pas se fâcher contre moi. Elle est tellement gentille que j'ai envie de la prendre mes bras. Je baisse doucement la tête, et l'observe câliner Idgy. Il ne bronche pas. Tant mieux.

" Non, je n'ai aucun animal, mais je vais peut-être adopter un chien. Je suis vendeuse, dans la boutique de vêtement The Immortal dans la rue marchande. Et donc je vais répondre à la question que tu ne dois plus poser aux gens que tu ne connais pas : Oui j'ai des pouvoirs. "

Adopter un chien? oh oui! Je me demande si elle acceptera que je le voie quand elle l'aura adopté. J'ai toujours aimée les canidés! Alors comme ça, elle habite Little Angleton. Et elle a aussi des pouvoirs! Oh, mais c'est génial. J'ai dû mal à penser que je pourrais recroiser une femme pareille. Je suis en admiration totale. Et pour une fois, je ne me garde pas de le montrer. En plus, elle est vendeuse de vêtements. C'est trop cool, j'adore les habits. Si j'avais la chance d'avoir une penderie pleine, je continuerai à acheter sans compter. Mais ce n'est pas le cas.
D'une démarche hésitante, je m'apprête à parler, mais elle sort deux sucettes de son sac. Je le regardent avec de grand yeux pleins d'espérance. Eh oui, je suis une enfant très gourmande. En fait, j'ai l'impression d'être qui je suis vraiment avec elle. Je n'ai rien à cacher, et ça me permet de dormir sur mes deux oreilles, sans observer mon entourage vec attention. J'ai l'impression d'être dans une boule protectrice. Je souris d'un air amusé.

" Tu préfères quel parfum? "

Je tends ma main hésitante entre les deux sucettes. Je fronce les sourcils, parce que le choix est difficile. Finalement, j'en saisis une et m'exclame, victorieuse :

-Vanille!

Je lui souris comme si je m'amusais comme une folle, et enlève le plastique. J'ai dû mal, et me concentre ardemment sur ce travail. Une petite minute plus tard, j'enfourne le tout dans le bouche. C'est bon. Tout à coup, je me tourne vers elle et demande :

-Echque che pourrais fenir chez toi un chour?

J'enlève ma sucette, consciente moi-même qu'on n'est pas sûr de comprendre ce que je dis :

-J'aime beaucoup les vêtements! Et je veux voir ton futur chien, j'adore ça! Et je parie que ta maison ou ton appartement est génial! Un jour, hein, tu m'emmèneras? Et tu me montreras tes pouvoirs?

Je le voulais vraiment, et, animée de cette nouvelle sensation, j'exprimais clairement mes idées.

_________________


DC de Ren Takahata
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.   Jeu 11 Nov 2010 - 11:00

Nephilim tend sa petite main d'enfant, et attrape la sucette à la vanille en s'exclamant :

" Vanille !
- Parfait, je prends l'autre alors! "


Je lui souris, tout en déballant ma sucette, et la fourre dans ma bouche. Cela faisait longtemps que je n'avais pas manger de sucette, surtout en compagnie d'une enfant. C'est rare que j'en vois d'ailleurs. Les gosses, c'est pas trop mon truc. Bien que je les adores, j'ai toujours peur de mal faire avec eux, alors je les évite. Mais dès que j'ai vu Nephilim, j'ai sus qu'elle était différente. Et en effet, elle m'a l'air un peu plus mature que certains gamins de son âge. Mais cela n'empêche pas qu'elle reste une enfant.
Elle se concentre sur le papier de sa sucette, essayant tant bien que mal de l'enlever. Voyant qu'elle a du mal, je m'apprête à lui proposer mon aide, mais elle finit par y arriver toute seule, alors je me ravise.

" Echque che pourrais fenir chez toi un chour? "


Je ris, j'ai à peu près compris ce qu'elle veut dire, mais je crois qu'en enlevant la sucette se serait encore mieux!
Consciente qu'on ne comprenait pas ce qu'elle dit, elle enlève se sucette, tout en reformulant sa phrase :

" J'aime beaucoup les vêtements! Et je veux voir ton futur chien, j'adore ça! Et je parie que ta maison ou ton appartement est génial! Un jour, hein, tu m'emmèneras? Et tu me montreras tes pouvoirs?
- Bien sur ma puce. Un jour, je viendrais te chercher à l'Orphelinat, et si Mrs Mystery est d'accord, je t'emmènerait faire un tour. "


Vraiment? Elle aime les vêtements? J'ai trouver la raison de notre entente! Un jour, comme je lui ai dis, je l'emmènerai faire un tour. Je l'emmènerai à la boutique, et lui offrirai un vêtement, parce qu'elle est tout simplement adorable!
Je fouille à nouveau dans mon sac -vous allez finir par croire que j'ai le sac de Merlin l'Enchanteur, mais non. J'ai juste tout un tas de bazar dedans- et sors un carnet et et un stylo, afin d'écrire mon numéro de téléphone et mon prénom, afin que Nephilim sache de qui il s'agit, et déchire la page pour la tendre à la petite fillette, tout en souriant.

" Tiens. C'est mon numéro de téléphone. Je suppose qu'il doit y avoir des téléphones au Mystery? Enfin, tu dois bien connaitre quelqu'un qui à un portable. Quand tu voudras aller faire un tour, tu n'auras qu'à me téléphoner d'accord? "

Nephilim, c'est le portrait craché de la petite soeur que j'aurais rêvé d'avoir. Malheureusement, je suis fille unique, et c'est pas maintenant que je vais avoir un petit frère ou une petite soeur. J'aurais plus de chances d'avoir une fille qu'une petite soeur. Bien que ce ne soit pas d'actualité pour le moment. Je n'ose même pas y penser : Je voulais un enfant avec Riley. Pas un autre.
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice | Sorcier Noir
Modératrice | Sorcier Noir
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : Entreprendre quelque chose peu prendre des annees, Alors que détruire ne prend seulement que quelques secondes

MESSAGES : 236
DATE D'INSCRIPTION : 20/07/2010

Niveau du personnage
Point RP:
97/100  (97/100)
Point Membre:
104/100  (104/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.   Jeu 11 Nov 2010 - 22:48

Eurydice s'empare de l'autre sucette, et est beaucoup plus rapide que moi pour la déballer. Mais le principal, c'est que j'y arrive moi aussi. Parce que je suis une grande fille. Et qu'un jour, je serais même pareille que Eurydice. Parce que je l'ai décidé. C'est mieux d'être gentille comme lle plutôt que méchante comme la dame de la plage. La rousse. mais pas la gentille Eurydice. Nan, une méchante qui me voulait du mal. Je frissonne quand j'y repense. je ne suis qu'une petite fille, je ne suis pas assez forte. Plus tard, je serais exorciste, et je tuerais tous les méchants. Parce que les méchants, ça fait toujours mal au cœur. Et ça étouffe. Je secoue violemment la tête, puis demande à Eurydice si elle veut bien m'emmener chez elle. Ce auquel elle répond rapidement :

- Bien sur ma puce. Un jour, je viendrais te chercher à l'Orphelinat, et si Mrs Mystery est d'accord, je t'emmènerait faire un tour. "

depuis combien de temps on ne m'a pas appelé "ma puce"? Depuis que je n'aime plus papa, peut-être. Je n'en sais rien. Mais je ne me raccroche pas au passé. je vis dans le présent. Parce que lui, il ne trahit jamais. C'est pour ça que les animaux vivent dans le présent. Ils se fichent du passé et du futur. le reste ne les intéresse pas. Moi non plus. Enfin si, il m'intéresse maintenant. Maintenant que j'ai la certitude que je vais voir la boutique d'Eurydice. Si je lui disais que je pourrais venir toute seule sans l'autorisation de Mrs Mystery, je me ferais gronder, alors j'acquiesce vivement. Trop génial! Et le chien, je veux voir le chien!
Eurydice sort un calepin de son sac. Je veux le même. On dirait le sac de Marie Poppins. On peut tout en sortir. Même sa chambre. C'est pas super? Elle me donne quelques secondes plus tard le bout de papier. C'est bien écrit.

" Tiens. C'est mon numéro de téléphone. Je suppose qu'il doit y avoir des téléphones au Mystery? Enfin, tu dois bien connaitre quelqu'un qui à un portable. Quand tu voudras aller faire un tour, tu n'auras qu'à me téléphoner d'accord? "

je sens que je vais taxer le téléphone portable de Ren. De toute façon, il a un forfait de fou. Alors il ne m'en voudra pas... je pense. Si je lui dis que je me suis faite une amie, je pense qu'il me le cédera de bonne volonté. Il vaut mieux pour lui, sinon je vais bouder. Et je ne plaisante pas. mais là, je n'ai aucune raison de bouder, même pour penser au futur. Mais je me concentre sur le présent, je l'ai déjà dit! Alors...

-D'accord, d'accord! Dis, je peux t'appeler Eury? C'est joli Eury, ça me fait penser à une fleur. Je ne sais pas pourquoi. Ou bien, à une jolie note de musique. Et ça te va bien!

Eury avec un "y". Parce que le "y" est joli. Il est pas latin. Il est grec. C'est l'intrus. Mais il est beau, et il se dessine bien. il est léger et voluptueux à la fois. Alors, je choisis le "y" au "i". Et ça sera original. En plus, ça se prononce pareil. Comme ça, ça sera mon secret à moi toute seule. Et à personne d'autre. pas même à la personne en question, sauf si elle me fait écrire son diminutif un jour ou l'autre. J'ai des tas de questions à lui poser. Et je n'ai pas l'intention de m'en priver. Je fais mine de réfléchir, juste pour encadrer mes idées dans une logique illogique d'enfant typique.

-Tu fais de la musique? Tu aimes ça? Et c'est quoi tes pouvoirs?

Totalement illogique. Il n'y a aucun lien entre les phrases. C'est ça qui fait le charme d'un enfant. en fait, J'ai encore une meilleure idée. Encore meilleure que la meilleure des idées qui me soit jamais venue en tête. Aussitôt, je lâche, mon index pointé vers le ciel, comme illuminée d'un idée lumineuse :

-Je sais! Mon tuteur est japonais. Il m'a dit qu'on dit grande-soeur Onee. Onee, Eury, c'est pareil. Je peux t'appeler comme ça, dis, dis!

En même temps, je pourrais placer un nouveau mot que je connais depuis pas longtemps. "tuteur". Et puis, ça sera original de l'appeler Onee. C'est joli.

_________________


DC de Ren Takahata
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.   Dim 14 Nov 2010 - 19:32

" D'accord, d'accord! Dis, je peux t'appeler Eury?C'est joli Eury, ça me fait penser à une fleur. Je ne sais paspourquoi. Ou bien, à une jolie note de musique. Et ça te va bien! "

J'acquiesce d'un hochement de tête en souriant. Euri. D'accord, vas pour Euri. Cela risque de me perturber un peu au départ, mais je devrais m'y habituer. Mes souvenirs enfouis vont remonter à la surface, mais j'espère que ca ne va pas déborder, comme a chaque fois que je penses à Riley. Mais je vais m'y habituer. Je dois m'y habituer de toute façon, je n'ai pas le choix.
Nephilim fait mine de réfléchir, elle semble avoir tout un tas de questions à me poser. Malheureusement petite fille, je vais bientôt devoir te quitter, et cela m'étonnerait que tu ais le temps de me poser toutes les questions qui semblent remplir ta tête, voyager dans ton esprit.

" Tu fais de la musique? Tu aimes ça? Et c'est quoi tes pouvoirs?
- Oh doucement!
Je me mets à rire. Alors, chaque chose en son temps : Non, je ne fais pas de musique, mais j'aime bien ça. Surtout le piano! Je me penche légèrement vers l'enfant, et, chuchotant : Je suis télépathe avec les animaux, ça veut dire que je parles avec eux, par la pensée. Et je peux me téléporter. Tu sais ce que ça veut dire? "

Comme tous les enfants, les questions de Nephilim n'ont aucune logique. D'abord elle me parle de musique, et aussitôt après elle enchaine sur les pouvoirs. Mais c'est ce que tout le monde aime chez les enfants, ils sont adorables, n'ont aucunes logique, mais sont adorables quand même.
D'ailleurs, j'y penses, je suis télépathe avec les animaux ( enfin ça vous le saviez déjà ), alors je devrais pouvoir parler avec Idgy, le fennec. Non? C'est bizarre, parce que depuis toute à l'heure, je n'y ai même pas songé une seule seconde. Je plonges mes yeux dans les siens, pour essayer de parler avec lui.

" Idgy, c'est bien ça? Tu peux m'entendre? "


Soudainement, Nephilim pointe son index vers le ciel, d'un air triomphant, toute contente. Quelle question va-t-elle encore me poser?

" Je sais! Mon tuteur est japonais. Il m'a dit qu'ondit grande-soeur Onee. Onee, Eury, c'est pareil. Je peux t'appelercomme ça, dis, dis!
- Bien sur choupinette! Tiens, choupinette ça te va à ravir. Tu m'appelleras Onee, je t'appellerai Choupinette. Ils seront nos surnoms à nous seules, d'accord? "


Je lui souris, comme une grande soeur sourirais à sa petite soeur. Et d'après ce que j'ai cru comprendre, Nephilim me considère comme sa grande soeur.
Si j'ai proposé à la petite fille d'être seulement deux à s'appeler comme ça, c'est parce que je sais que les enfants adorent avoir des petits trucs qu'il ne partagent qu'avec une seule personne. Des secrets, des surnoms par exemple. Quand j'avais l'âge de Nephilim ( enfin, approximativement, étant donné que je ne connais pas son âge ), avec une amie, nous avions manger toute une tablette de chocolat de ma grand-mère, gardant cela secret. Seules nous deux savions. Enfin, tout du moins, c'est ce que l'on croyait, parce que ma grand-mère savait très bien que c'était nous, seulement, elle savait que ça nous amusait de croire qu'on n'était que deux à savoir, alors elle ne disait rien.
Je lève la tête vers le ciel qui a déjà commencé à s'assombrir. Nephilim va bientôt rentrer à l'orphelinat, il ne faut pas qu'elle rentre tard. D'ailleurs, à son âge, on n'est pas censée sortir toute seule.
Je baisse mon regard vers elle, une pointe de colère dans les yeux, histoire qu'elle comprenne et lui dit :

" Tu sais qu'à ton âge tu ne devrais pas sortir toute seule du Mystery? Tu veux que je te raccompagne? Ce sera plus sur en plus, et je serais rassurée de te savoir en sécurité. "

Je sais, ça ne fait pas longtemps que je connais Nephilim, et pourtant je tiens déjà énormément à elle. Comme une petite soeur.
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice | Sorcier Noir
Modératrice | Sorcier Noir
avatar

CITATION DU PERSONNAGE : Entreprendre quelque chose peu prendre des annees, Alors que détruire ne prend seulement que quelques secondes

MESSAGES : 236
DATE D'INSCRIPTION : 20/07/2010

Niveau du personnage
Point RP:
97/100  (97/100)
Point Membre:
104/100  (104/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.   Dim 28 Nov 2010 - 14:10

Affamée de question brûlantes, je m'étonne de mon débit de paroles. Les affirmations, les demandes, les réponses fusent à travers mes lèvres. Je n'ai jamais été bavarde, et pourtant cette fois-ci, je n'arrive pas à fermer ma bouche. J'en suis même totalement incapable. D'ailleurs, Euridyce me le fait bien savoir :

- Oh doucement! Alors, chaque chose en son temps : Non, je ne fais pas de musique, mais j'aime bien ça. Surtout le piano! Je suis télépathe avec les animaux, ça veut dire que je parles avec eux, par la pensée. Et je peux me téléporter. Tu sais ce que ça veut dire? "

Moi aussi, j'aime bien le piano! Des fois, y'a Ren qui en joue au première étage de sa maison. Il joue incroyablement bien, mais il ne veut pas que je vienne le déranger, donc je dois écouter aux portes. Et si je me fais surprendre, aïe, aïe, aïe. Je secoue la tête pour évacuer ces idées malsaines et pose mes yeux sur Eury. J'acquiesce de la tête pour lui confirmer que je sais ce que c'est que de se téléporter. Je connais plusieurs enfants qui savent le faire. Ren n'aime pas ça, mais je ne sait pas pourquoi. Moi, j'aurais bien aimé que ça m'arrive. Ça doit être super marrant comme truc. Et ça évite de marcher. Et ça fait gagner du temps. C'est génial quoi. À la place, j'ai un pouvoir assez rarissime. Et comme il n'y a pas de profs formé en la matière, je me retrouve avec des incompétents. Pff, j'aime pas ça. Par contre... télépathe avec les animaux, comme Ren! Décidément, je me sens vraiment incompétente. Et moi qui n'ai pas cette capacité. J'aimerais tant discuter avec Idgy. Lentement, des petites larmes coulent sur mes joues. Je renifle un peu, et les essuient rapidement.
Animée d'une nouvelle sorte de questions, je lui demande si je peux l'appeler Onee.

- Bien sur choupinette! Tiens, choupinette ça te va à ravir. Tu m'appelleras Onee, je t'appellerai Choupinette. Ils seront nos surnoms à nous seules, d'accord?

Owii! J'aime bien! Comme ça, ça sera rien qu'à nous deux. Et à personne d'autre. C'est superbement génial! J'ai hâte! Oh oui, j'ai hâte. Je trépigne sur place rien qu'à y penser. Comme elle observe notre entourage, je fais de même. Qu'est-ce qu'il y a? Un fantôme? Je frissonne. J'aime pas les fantômes. Ils font peur, ils sont tous blancs. Ils sont morts. Rien de plus. Cette seule phrase me fait peur. Un léger coup de vent passe. Il commence à faire froid. D'ailleurs, il fait plus sombre. Je ne m'en suis même pas rendue compte.
Doucement, sans que Onee ne s'en rende compte, je me met à bailler. Il va falloir que je rentre. Sinon, je vais me faire disputer. Oh, et puis, je m'en fiche. Autant rester dehors plus tard ce soir. De toute façon, je me ferais retrouver dans quelques secondes. Avec le flair de mon tuteur, je ne peux pas lui échapper.

- Tu sais qu'à ton âge tu ne devrais pas sortir toute seule du Mystery? Tu veux que je te raccompagne? Ce sera plus sur en plus, et je serais rassurée de te savoir en sécurité.

Je secoue la tête. Pourquoi est-ce qu'ils veulent toujours nous mettre en sécurité? Moi, je suis assez grande pour me débrouiller toute seule. Je l'ai fait plus d'une fois. Et puis, Idgy sait me défendre. Alors, c'est tout. Je déplie mes jambes, et glisse doucement du banc, pour me retrouver debout sur le sol. Je prends mon livre et réfléchit un instant. Voyons, quoi dire? Une citation me vient en tête. Elle n'a rien à voir, mais elle suffit à me faire rire : « Dis, maman, quand on meurt, c'est pour la vie? » Quand on meurt, c'est fini. Oui, mais c'est pas le sujet actuel. Là, on me demande si j'ai besoin d'être raccompagné.

-Ça ira. Je ne suis pas la première à sortir sans l'autorisation de la vieille. Et puis, marcher me fera du bien. Ne t'en fais pas, j'ai l'habitude. Tu n'es pas la première à me reprocher mes petites sorties. Mais c'est comme ça. Merci pour aujourd'hui.


Je lui souris gentiment. J'appelle Idgy, et ce dernier descend du banc pour se retrouver à mes côtés. Si c'est pas mignon. Je me mets à courir vers l'orphelinat avant qu'Onee n'ouvre la bouche. Il y a encore trop de monde pour qu'elle utilise son don devant tout le monde. Comme ça, c'est réglé. Maintenant, on va dériver un peu pour aller chez Ren. J'aime pas la nourriture l'orphelinat, même si je ne doute qu'il y ai meilleur ailleurs. Je soupire et m'écarte rapidement de ma nouvelle grande amie.
J'espère qu'elle ne sera pas fâchée pour ce que je lui ai dit.

[Fin]

_________________


DC de Ren Takahata
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.   

Revenir en haut Aller en bas
 

La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: || Boite à souvenirs-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :