As-tu peur des fantômes? [PV Ren]


Partagez
 

 As-tu peur des fantômes? [PV Ren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AnonymousInvité
Invité
MessageSujet: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyDim 3 Oct 2010 - 16:23

    Bastet avait les bras croisés sous sa poitrine et observait un enfant pleurer et tenter de dire quelque chose de cohérent. Cet enfant d'à peine douze ans se faisait soigner par l'infirmier qui regardait de temps en temps la professeure qui ne bronchait pas. Celle-ci avait le visage complètement fermé, vide de tous car elle gardait ses pensées pour elle. L'enfant avait été aux anciens cachots et il fallait avouer que la rencontre avec un poltergeist avait été catastrophique. Le fantôme n'avait pas été la créature la plus sympathique, bien au contraire. L'enfant s'en était pris plein la tronche, mais pouvait être bien content d'être encore en vie! Enfin, cela, la sorcière n'allait pas lui balancer à la tronche. Elle ne faisait qu'écouter son récit. On était dimanche, et en cet après-midi autour des trois heures, c'était fatiguant d'écouter ce genre de chose.

    Surtout qu'elle avait dérangé dans son bureau entrain d'étudier une carte sur la migration des sorciers noirs, et de leurs esclaves humains. C'était une drôle de mentalité qui était entrain de naître. Surtout qu'Orpheo lui avait envoyé une lettre pour lui demander de l'aide. Ils étaient entrain de réquisitionner des sorciers d'Orpheo pour tenter de régler ce problème. Bastet avait une semaine de réflexion. C'était donc dans ce genre de conditions qu'on était venu la chercher car l'enfant avait dit son prénom. C'était le seul truc qu'il savait dit "madame Ahila". Il avait eu une fois un cours d'hébreu avec elle, mais visiblement cela avait marqué le pré-adolescent. Bastet revint à la réalité alors que l'infirmier donna un tranquillisant au jeune mêlé pour lui permettre de dormir.

    "Je vais aller voir ces cachots.
    -Soyez prudente."

    Elle hocha la tête en poussant un soupire d'exaspération. Cela l'embêtait un peu au fond, surtout qu'elle avait l'esprit ailleurs. La femme adulte sortit de l'infirmerie et certains adolescents, autour de dix-sept ans, se retournèrent sur elle et ses formes qui pouvaient les attirer. Un postérieur enfermé dans un jean gris collé au corps comme une seconde peau. Elle portait un pull blanc qui la faisait plus foncé que d'habitude. Elle avait une dague dans sa botte sans talons, et une autre dans le creux de ses reins. Oui, les armes blanches, la matière qu'elle enseignait, étaient ses doudous préférés. Ils étaient fidèles, ne demandaient pas de nourriture, et ne râlaient jamais! Des armes parfaites, Bastet ne devait pas être aussi prudente qu'avec des armes à feu. Armes à feu qui étaient sa hantise au fond. Elle avait les cheveux attachées dans une queue de cheval lâche. Elle n'avait pas eu le temps de les couper.

    La femme traversa tout le rez-de-chaussé pour prendre un chemin discret qui conduisait aux cachots. Elle ouvrit une lourde porte en usant d'une rune et la grille céda. Elle trouvait louche qu'un enfant de ce niveau réussissait à s'introduire dans ce genre d'endroit mais bon...Bastet s'arrêta nette une fois dedans, elle laissa la grille se fermer derrière elle. Elle ferma alors les yeux et laissa éclater son don, son don premier qui était les sens félins, les cinq sens félins. La sorcière ouvrit dix secondes plus tard les yeux, voyant dans le noir, l'odorat lui renvoyant l'odeur de poussière. Son ouïe fine capta des bruits sourds, souris, et autres créatures. Lentement, elle se mit en marche, elle marchait plus félinement, ses muscles semblaient fait d'une autre matière. Son sens du toucher faisait que c'était pour cela qu'elle se mouvait autrement. Bastet bondit en arrière en sentant une toile d'araignée effleurer sa joue.

    *Pauvre fille!*

    Elle se mit à nouveau en marche, de moins en moins sur les nerfs. Mais elle s'arrêta soudainement en entendant un bruit. Fermant les yeux, elle leva la tête et huma l'air. Une odeur d'un être bel et bien vivant. Bastet ouvrit brusquement les yeux, et observant les formes dans le noir, elle attendait de voir surgir le porteur de cet odeur. Un homme, l'odeur trahissait ce genre de chose...
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Don't waste my precious time
EMPLOIS/LOISIRS : Solitaire en quête de raison
LOCALISATION : Japon
CITATION DU PERSONNAGE : La vie est un conte, l'amour est une vie

MESSAGES : 2976
DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2010

Niveau du personnage
Point RP:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue326/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (326/300)
Point Membre:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue376/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (376/300)
Niveau: 8 - Reconnu
Ren Takahata
Ren Takahata
Admin | Don't waste my precious time
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyDim 3 Oct 2010 - 17:33

C'est dangereux d'être flemmard.

Si la journée avait été différente, peut-être que je n'aurais pas fait ce genre de choses. Mais chaque journée a son charme, ses défauts et ses qualités. C'est certain, et je n'en ai jamais douté. Mais ce n'est pas le sujet actuel. Oui, parce que je déambule actuellement dans les couloirs. J'ai terminé mes cours depuis deux bonnes heures déjà, et comme on n'a pas besoin de mes services d'exorciste en dehors de l'orphelinat, je reste sans boulot pendant ce temps. D'ailleurs, sans vouloir paraître désobligeant, ça fait bien quelques temps que je n'ai asp tué du poltergeist. Pas que ce soit une quelconque drogue pour moi, mais je vais finir par perdre du métier à force. Et c'est pour cette même raison que je suis actuellement prédestiné à tuer du mauvais fantôme.
Puisque ma flemme est à son apogée, ce qui est totalement paradoxal avec mon envie actuelle, je ne souhaite pas rentrer chez moi, même si ma voiture m'attend à l'entrée de l'orphelinat. D'ailleurs, j'ai refait la couleur de cette dernière, parce que le noir c'est joli pour une BMW. C'est toujours pas le sujet. Je soupire et fourre mes mains dans mes poches, comme à mon habitude. La sonnerie retentit. Les élèves se pressent pour sortir, et certains d'entre eux prennent le temps de parler un peu avec moi. J'aime bien cette ambiance conviviale. Mais ça m'envoie dans un autre sujet, et comme j'ai dit que je ne dériverais plus, je vais me tenir sage et tâcher de taire ce qui est hors-sujet.
Je me dirige donc au sous-sol. C'est bien connu, le meilleur endroit pour croiser des poltergeist, c'est des endroits malfamés, ou bien abandonnés tout simplement. Alors, dans le Mystery, il n y' a rien de mieux que les anciens cachots. Évidemment, il y a plusieurs portes qui y mènent, mais rare sont ceux qui les empruntent. Et pour éviter de tenter les élèves, il y a des sorts qui empêchent les portes de s'ouvrir à l'aide de la seule force humaine. En bref, c'est presque interdit, en supplément de fortement déconseillé. Mais moi, je suis professeur, et j'en profite pleinement.
Je pose la main gauche sur la porte blindée, ferme un instant les yeux, le temps de me concentrer, parce que vous pouvez remarquer que je ne suis pas au meilleur de ma concentration. Ça se dit? Bof, je m'en fiche un peu. Je soupire et relâche un souffle de magie. La porte cède dans un râle sourd, comme libérée d'une forte charge. Je pousse cette dernière et pénètre dans les cachots. C'est... noir. Et... comment dire... je n'ai pas envie de me métamorphoser pour mieux voir. Alors on va utiliser la bonne vieille technique de galérien. Je sors mon portable, et enclenche la lumière d'un flash. C'est moderne, ces merdes. Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire. Si ça vous intéresse, allez vous renseigner, je suis pas prof d'électronique/électricité moi.
Bref, ça fait que je vois bien, et que je laisse la lumière flashante dépasser de ma poche pour m'éclairer tout en me laissant les mains libres. J'aime la modernité.

Et là, c'est pas du tout moderne. C'est limite flippant comme endroit. Je suppose que s'il n'y a pas de squelettes, c'est uniquement parce que même les os ont eu le temps de se décomposer. Mais personnellement, ça empeste la mort à plein nez. Et pas besoin d'être métamorphe pour le remarquer.
J'avance depuis... un certain temps compris entre trente minutes et une heure. Je m'embête profondément, car j'ai l'impression que les poltergeist ont déguerpis lorsqu'ils m'ont vus. J'ai bien cru entendre des bruits, mais ce devaient être de simples rats encore vivants. Parce que personnellement, j'ai dû mal a penser que même ces bestioles peuvent survivre à un milieu aussi hostile. Enfin, je ne vais pas m'étendre sur la teneur de calcaire ou d'argile contenue dans le sol, ni des nutriments obligatoires de nos amis les rats. Je dérive encore...
Voyons voir, un tournant. Depuis le début, je tourne, tourne et retourne. J'ai l'impression que je tourne en rond autour d'un même cachot. Mais ça m'étonnerai franchement. J'ai évité les centaines de milliers de toiles de nos amies tisseuses les araignées, mais un ou deux cloportes n'ont pas échappés à mon pied vengeur. Je raconte ma vie? oui, totalement, j'en suis conscient. Je soupire et relâche ma vigilance. Au moment où il ne faut pas. Une femme apparaît dans mon champ de vision, ce qui, à défaut de me faire crier, réussi à provoquer un sursaut subite. Je pose ma main sur mon cœur, pour calmer son rythme effréné. Eh ben, si j'avais su que j'allais croiser une femme ici. C'est la meilleure. Et vivante, par-dessus tout. Je prends quelques secondes pour examiner le visage de l'inconnue et calmer mon pouls. Je finis par soupirer pour relâcher la pression et pousse d'un air un peu morigénant :

-Qu'est-ce que vous faites là?

_________________

As-tu peur des fantômes? [PV Ren] 1549198587-1

Spoiled children:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnonymousInvité
Invité
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyMar 5 Oct 2010 - 14:58

    Bastet se serait crue limite seule mais visiblement elle ne l'était pas...Le vent, si vent il y avait, envoyait l'odeur d'un homme. D'ailleurs, il apparut dans son champ de vision mais ne semblait pas de suite la voir. Elle posa son regard félin sur un homme, avec une vive lumière, ce qui la fit grogner de contrariété. Oui, elle avait grogné, comme un humain pouvait grogner. Elle toisa étrangement l'inconnu qui avait posé sa main sur son cœur. Bah quoi? Un drôle de sourire traversa son visage, elle était amusée plus qu'autre chose au fond. Elle était étonnée de l'effrayer, que s'attendait-il en venait d'ici? Car vu l'apparence qu'il avait, il ne pouvait qu'être professeur. A moins qu'il ait redoublé trois fois. Mais elle ne dit rien, parce qu'elle comprenait que cela devait faire flipper de voir une inconnue dans les cachots, c'était limite louche. Un peu comme si elle venait voir une maîtresse, ou un amant, mais elle était bel et bien seule sur ce coup-là, dommage...

    -Qu'est-ce que vous faites là?

    Euh et ben...Excellente question! Mais elle n'aimait pas le ton, comme si on la grondait. Hors, du haut de ses vingt-huit ans, elle semblait tout de même plus âgée que l'asiatique qui lui faisait face. Après, savoir de quel pays il venait précisément, c'était un peu trop lui demander. Bastet s'approcha de lui, lui faisant baisser avec lenteur sa lumière qui lui arrivait dans les yeux. Elle le regarda quelques secondes, mais il était vivant, son odeur le trahissait pour cela. Ses yeux étaient ceux d'un gros, la pupille devint une fente, et elle pencha la tête sur le côté tout en plissant les yeux. Il dégageait une odeur bien chic, du bon parfum elle dirait facilement.

    "Un enfant a attaqué par un poltergeist. Je le chasse, et vous?"

    Un bruit lui fit soudain tourner la tête, passant une main dans la chute de ses reins, elle retira une dague de là-dessous. Oui, elle se baladait avec ses armes, elle utilisait même que très peu la magie en général. Beaucoup son don, mais rarement les runes. Elle savait les utiliser, comme toute sorcière d'Orpheo mais voila. Chacun sa méthode après tout. Sa main droite glissa lentement sur la lame, alors que sa main gauche la tint par le manche. Elle plissa les yeux, son regard se concentra sur les ombres ombres et sa pupille s'élargit soudain, lui permettant de voir malgré que la lumière ne pointait pas dans cette direction. Elle posa quelques secondes son regard, marron entouré d'un fil vert autour de tout cela, sur l'inconnu, monsieur X. L'un de ses petits amis avait une fois dit qu'elle avait un drôle de regard, à la bonne heure!

    "Je suis Bastet Ahila, la nouvelle professeure. Et vous?"

    C'était si petit ici, qu'elle savait que les rumeurs couraient très vites. Alors autant donner les réponses que ce type attendait, n'est-ce pas? Ou peut-être qu'elle s'imaginait des choses, c'était qu'elle devenait pas mal paranoïaque ses derniers temps...Elle devait lui faire plaisir ainsi, hein! Même si ce n'était pas son style au fond. Elle continua de dévisager l'inconnu d'une drôle de manière. C'était le second asiatique, après Takeji qu'elle voyait ici. Ils ne recrutaient que cela bon sang? Ou faisaient une importation carrément? Car il était rare de voir en Europe ce genre de personne. Mais sait-on jamais...Elle venait bien de la terre d'Israël après tout, même si elle avait voyagé dans le monde. Même si elle devait en donner l'apparence, Bastet n'avait pas baisé sa garde, bien au contraire, elle était aux aguets, ce qui la rendait moins ouverte au type à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Don't waste my precious time
EMPLOIS/LOISIRS : Solitaire en quête de raison
LOCALISATION : Japon
CITATION DU PERSONNAGE : La vie est un conte, l'amour est une vie

MESSAGES : 2976
DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2010

Niveau du personnage
Point RP:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue326/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (326/300)
Point Membre:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue376/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (376/300)
Niveau: 8 - Reconnu
Ren Takahata
Ren Takahata
Admin | Don't waste my precious time
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyDim 10 Oct 2010 - 13:02

Il fait noir...

Il y a quelques secondes de silence. Je penche la tête sur le côté d'un air surpris. L'ai-je blessée au ton de ma voix? Ça m'étonnerai, cette femme-là n'a pas l'air d'être le genre de fille à être blessé pour si peu. Plutôt énervée, je dirais. Quoiqu'il en soit, elle ne tarde plus à répondre :

"Un enfant a attaqué par un poltergeist. Je le chasse, et vous?"

Un enfant? Je croyais que seul le personnel de l'orphelinat avait le droit d'entrer dans les anciens cachots. Après, reste à savoir si c'est l'enfant en question qui a réussi à désenchanter la porte pour rentrer ou si c'est quelqu'un qui l'y a aidé. Je fais mine de réfléchir et réalise soudainement qu'elle m'a posée une question.
Ce que je fais là? Est-ce que je dois forcément répondre « je m'ennuie »? parce que ça fait.... vraiment idiot. Elle n'aurait certainement pas une bonne opinion de moi. En même temps, je n'aime pas vraiment mentir quand ma vie n'est pas en jeu. Et ce n'est ici pas le cas. Alors, restons honnête.

-Disons que... je m'ennuie. Et dans ces cas-là, à partir du moment où je trouve une occupation, ça me va. Et je n'ai pas une notion du danger très développée, alors je suis venu ici.

J'hausse les épaules et détourne les yeux vers un coin sombre. Soudainement, elle sort une dague de n'importe où -je n'ai pas fait attention-. Je suis à deux doigts de sursauter. Il lui arrive quoi? J'ai dit quelque chose de mal? Et puis, qu'est-ce qu'elle fout avec une dague sur elle. On est pas dans un pays en guerre, pas la peine de cacher des armes sur soi.
Ou bien...
C'est qu'elle a senti quelque chose dans l'obscurité autour de nous. Je lève un sourcil. C'est malin, maintenant qu'elle a baissé ma lumière, j'y vois pas à deux mètres. Pourquoi ils foutent pas d'électricité ici? Ou au moins des lampes torches; j'sais pas, un peu de lumière quoi. Enfin... la femme me sort un son, mais comme je n'y fais pas attention, il me faut quelques secondes pour remettre mes idées en place.

"Je suis Bastet Ahila, la nouvelle professeure. Et vous?"
-Ren, professeur de métamorphose, japonais et musique.

… et j'ai trois quart des élèves de l'orphelinat à mes cours. Eus-je envie de rajouter. Mais je me tais. C'est pas un détail important. En plus, elle n'a pas vraiment l'air de m'écouter. C'est décevant. Je soupire légèrement. Elle m'étonne franchement cette nouvelle. Elle fait comment pour voir dans l'obscurité? Et elle dégage une telle méfiance autour d'elle que ça me met en tension extrême. Elle est étrange. En même temps, qui ne l'es pas, ici?
Je projète mes cheveux en arrière d'un mouvement de tête et demande :

-Dites-moi, vous visez quoi, au juste? Sauf si vous avez l'intention de m'égorger avec votre dague, je ne repère aucun mauvais esprit dans les environs.

Je vérifie tout de même. Non, décidément, je ne ressens rien. À part nos présences respectives. Ça m'intrigue encore plus. Je fronce les sourcils et demande de nouveau :

-Comment se fait-il que vous voyez aussi bien dans le noir?

Parce que si je ne le dis pas, et qu'elle part sans me le dire, ça va m'obséder. Je n'aime pas qu'il y ai des questions dont je ne connais pas la réponse. C'est.... comment dire... frustrant. Affreusement frustrant.

_________________

As-tu peur des fantômes? [PV Ren] 1549198587-1

Spoiled children:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnonymousInvité
Invité
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyMar 12 Oct 2010 - 9:46

    L'autre homme dégageait une odeur de nervosité et cela déconcentra légèrement Bastet. Ce genre d'odeur n'aidait pas du tout à la concentration. Car elle se calquait alors sur lui, et n'avait envie que d'une chose, le taquiner à sa manière. Elle arqua un sourcil pour le toiser quelques secondes, lui demandant ainsi pourquoi il était ici. C'était clair que deux adultes dans le noir, pour elle c'était terriblement louche. Bon, elle, elle était terriblement tordue aussi quand elle s'y mettait. Il ne devait même pas penser à cela, elle en était quasi sûre! Il semblait mal à l'aise, en tout cas son odeur qu'il dégageait, un mélange de nervosité, et d'étonnement, difficile à dire, n'aidait pas vraiment Bastet à s'ouvrir. De toute manière ce n'était pas forcément une grande bavarde quand elle s'y mettait réellement.

    -Disons que... je m'ennuie. Et dans ces cas-là, à partir du moment où je trouve une occupation, ça me va. Et je n'ai pas une notion du danger très développée, alors je suis venu ici.

    Bastet fit un sourire amusé, elle le trouvait soudain intéressant. Non, elle ne le trouvait pas inconscient, mais intéressant dans sa manière de réfléchir. Hein, ne pas avoir peur du danger? Enfin il avait dit la chose de la même manière mais elle comprit cela ainsi. Bastet hocha la tête, et ne critiqua pas. Parce qu'elle était du même style. Elle fut soudain curieuse de savoir ce qui faisait que cet homme n'avait pas peur. Qu'est-ce qui l'avait forgé dans la vie pour le rendre ainsi, hein? Mais elle ne demanda pas, elle était coincée sur l'autre poltergeist. Car il devait être encore là, cela faisait à peine une heure qu'il avait agressé l'enfant. Elle peinait à croire qu'il s'était simplement enfui et voila. Cela semblait beaucoup trop facile. Hors elle n'aimait pas la facilité et peinait à croire qu'elle existait. Il se présenta, mais pas de nom, juste un prénom, et professeur de japonais. Il jouait son coincé? Ou plutôt son méfiant ce qui ne fit qu'accentuer la sympathie qu'elle possédait pour lui. Il lui plaisait, son style était pas mal. Bastet leva son regard vers lui, elle y voyait comme plein jour.

    "Mystery Orphanage recrute au Japon? Vous êtes le second que je rencontre."

    Elle n'avait pas pu s'empêcher d'envoyer une vanne. Elle n'avait jamais rencontré de japonais de sa vie, et en même pas deux semaines elle en avait rencontré deux! Ou il y avait une vague d'immigration en provenance du Japon mais cela tenait moins la route à ses yeux. Mais elle trouvait cela pourtant très étrange. Elle détourna bientôt la tête pour continuer de regarder le noir, la profondeur de ce gouffre. Jouant avec sa dague régulièrement, elle la lançait en l'air, et la rattrapait telle une enfant. Elle était à fond dans son jeu, on ne pouvait pas vraiment lui en vouloir de cela. Se fut là que le fameux Ren lui fit le remake de la pub pour les shampoings. Oulala...Il sortait d'où lui, bon sang?!

    -Dites-moi, vous visez quoi, au juste? Sauf si vous avez l'intention de m'égorger avec votre dague, je ne repère aucun mauvais esprit dans les environs.

    Oui, bon d'accord, elle ne sentait rien non plus. Même si elle n'allait pas l'admettre de bon cœur, ni même l'admettre tout court. Bastet fit du travail sur elle-même pour se convaincre de ranger la dague, ce qui ne fut pas aisé au premier abord, je puis vous le jurer. Elle attendit quelques secondes, puis rangea son arme tout en levant ses mains. Alors, content? Elle secoua la tête, elle se sentait nue, mais ne lâchait pas son don pour autant. Toujours aussi faible, elle savait qu'elle devait baisser la dose de l'utilisation de son premier don sinon dans moins de trente secondes elle allait tomber dans les pommes. Elle était légèrement tête brûlée à ses heures perdues.

    "Les esprits sont plus rapides que nous. Le poltergeist qui a attaqué cet enfant, même moi je ne voudrais pas l'avoir en face de moi sans arme..."

    L'enfant se portait bien, enfin il était en vie donc pour Bastet c'était se porter bien. Mais elle avait bien vue ses blessures, l'esprit était un colère, très grande colère. Était-ce la faute du jeune sorcier, ou l'esprit était-il haineux envers quelque chose? Elle était nouvelle ici, elle savait qu'il y avait des esprits, mais elle avait douté qu'il ait des poltergeist pour dire vrai. Bastet leva son regard vers Ren qui semblait contrarié par quelque chose, difficile à dire. Elle avait beau voir dans le noir, certaines expressions faciales lui échappaient encore.

    -Comment se fait-il que vous voyez aussi bien dans le noir?

    Ah! Voila donc l'intrigue qui se déroulait en lui, bien curieux le bonhomme. Elle sourit, et se rapprocha de lui, elle lui fit relever sa lampe pour dévoiler ses yeux. Sa pupille était dilatée sur tout l'œil, tel un gros chat. Cela ne fut pas agréable de se prendre la lumière en pleine face, mais elle se força à l'affronter, peut-être bien par orgueil. Dès que la lumière toucha la pupille, celle-ci devint une fente. Bastet stoppa soudain son don, et ses yeux redevinrent normaux, des yeux humains. Elle tenait toujours aussi fermement la main du sorcier, affrontant du regard cette lumière sans broncher.

    "C'est mon don, j'ai les cinq sens félins. Cette lumière n'aide pas un poltergeist à sortir. Ils ont un certain sens de l'humour..."

    Elle n'aimait pas dévoiler son premier don et sa magie première. C'était aussi dévoiler ses faiblesses, car si nous sommes forts, nous avons aussi des points faibles, malheureusement. Pour revenir avec l'humour de l'esprit, du moins avec l'enfant il en avait eu un. Un humour sombre mais un humour. Il s'était amusé à le terroriser jusqu'à celui-ci hurle à la mort. Alors qu'il n'était pas du tout entrain de se faire tuer, c'était ainsi qu'un sorcier l'avait trouvé, et le poltergeist prêt à se montrer plus que violent. L'enfant allait probablement s'en souvenir longtemps...En parlant de méchants fantômes, un bruit retentit et Bastet tourna vivement la tête. Elle se heurta à l'endroit sombre, sans lumière, sans espoir, remplit par le mal, on pourrait presque dire...

    "Vous avez entendu ou c'est moi?"

    Ses doigts caressaient lentement la texture de la peau de l'asiatique. Elle était presque collée à lui. Bastet pouvait être très tactile sans même s'en rendre compte. Ce n'était pas de la peur en ce moment-même, bien sûr qu'elle pouvait avoir peur, mais là, c'était autre chose. Elle continua de regarder le noir, sans rien voir. Elle avait retiré son don, et le remettre, telle une couverture sur elle, reprendrait pas mal de temps, plus de temps que prévu probablement! Et la voila, sans protection à découvert et faible. Cela ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout pour dire vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Don't waste my precious time
EMPLOIS/LOISIRS : Solitaire en quête de raison
LOCALISATION : Japon
CITATION DU PERSONNAGE : La vie est un conte, l'amour est une vie

MESSAGES : 2976
DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2010

Niveau du personnage
Point RP:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue326/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (326/300)
Point Membre:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue376/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (376/300)
Niveau: 8 - Reconnu
Ren Takahata
Ren Takahata
Admin | Don't waste my precious time
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyVen 15 Oct 2010 - 21:39

Poltergeist

Bastet sourit malicieusement à ma réponse. Ben quoi, qu'y'avait-t-il de mal à s'ennuyer et s'occupait comme on pouvait. Je ne voie pas vraiment ce qu'insinue ce sourire, mais me contente de l'observer sans broncher. Finalement, elle se contenta d'hocher la tête. Il n'y avait rien à redire, donc? J'haussais les épaules silencieusement quand Bastet m'interpella soudainement :

"Mystery Orphanage recrute au Japon? Vous êtes le second que je rencontre."

Je lève un sourcil. Personnellement, je n'en connais pas des masses de japonais. Takeji en premier, viens ensuite, Shybaï et Ichiru. Je n'ai rien d'autre en tête pour le moment. Je ressortirais au moment voulu cette question qui me turlupine. Qui donc a-t-elle vue? Ça m'étonnerait qu'il s'agisse de Ichiru, je pense qu'il s'agisse plutôt d'un prof. Et évidemment, ce choix se pose sur Take. Je soupire et poursuit sur ma question.
Bastet range peu à peu sa dague. C'est bien ce que je pensais, il n'y a pas de poltergeist. Je m'abstiens cependant de toute remarque intempestive et reste fixé sur ses mouvements. Ça m'intéresse vraiment de savoir ce qui l'anime. Elle patiente quelques secondes, puis prévient :

"Les esprits sont plus rapides que nous. Le poltergeist qui a attaqué cet enfant, même moi je ne voudrais pas l'avoir en face de moi sans arme..."

Il existe vraiment de tels poltergeist au sein du Mystery? Il faudrait faire le ménage de temps en temps, sinon les cachots vont devenir trop dangereux, et les poltergeist vont vouloir sortir pour s'attaquer réellement, cette fois, aux élèves. Je fronce les sourcils pour une autre raison. Ça me dérange vraiment de voir cette femme si à l'aise dans le noir. J'en suis bien capable en me servant de ma capacité de métamorphe tout en gardant mon apparence humaine, mais c'est très limité : je dois garder une concentration extrême et je tombe dans les pommes en moins de vingt minutes.
Donc, la question sort toute seule.
Elle se rapprocha de moi, et prenant ma main, approcha la lampe de ses yeux. Ah! Voilà donc la solution! Mais dis-moi, ça doit faire mal de se prendre une lumière en pleine face, avec des yeux habitués à être en pleine obscurité.

"C'est mon don, j'ai les cinq sens félins. Cette lumière n'aide pas un poltergeist à sortir. Ils ont un certain sens de l'humour..."

Un certain sens de l'humour? Vraiment pourave, alors. Je détourne les yeux pour fixer la lumière, sans la tourner vers moi pour être ébloui. Ça doit faire vraiment mal. Je reste un instant silencieux, puis m'adresse à Bastet, parce que je veux savoir à qui elle a eu affaire :

-Dites-moi, le japonais en question, qui...

Je n'eus pas le temps de prononcer la fin de ma phrase, quand un grondement sourd résonna à mes oreilles. Aussitôt, je tournais la tête dans ce sens, oubliant totalement ce que je voulais dire auparavant. Malheureusement, je n'ai pas vraiment envie de tourner la lumière dans le coin sombre, car elle n'éclairerai certainement pas toute la surface obscure, et ferait plus peur au poltergeist qui s'amuse.

"Vous avez entendu ou c'est moi?"

Je m'apprête à acquiescer, mais remarque soudainement notre contact. Comment dire, on est... vraiment proche. Ça n'a pas l'air de gêner Bastet, mais moi, c'est plutôt le contraire. Elle me tient encore la main, et c'est par pure concentration sur le bruit que je ne me détache pas de son emprise.

-Il y a bien un bruit au fond. C'est comme un grondement. Avec votre don, vous ne pouvez pas savoir de quoi il s'agit? Ça m'a l'air assez proche, soyez sur vos gardes.

Et c'était réel, je sentais presque une présence proche, comme si nous étions observés. Ce n'était définitivement pas un passage de rats, mais bien une présence meurtrière. Il serait sage que je me métamorphose, mais je préfère attendre la dernière minute. C'est une question de principe. Surtout que les bandes deviennent de plus en plus insupportable. Donc, je les porte de moins en moins souvent. Et aujourd'hui, comme de nombreux jours, je ne les portent pas. Je n'ai pas besoin de faire le rapprochement, vous avez certainement compris.
Mais notre rapprochement m'amène à me poser de nombreuses questions, notamment cette dernière, qui, comme un fuyarde, s'échappa de mon cerveau et fonça jusqu'à mes lèvres pour être entendue :

-Vous avez peur?

C'est un peu bête, surtout que notre contact pourrait aussi me renseigner sur le fait qu'elle ne tremble pas du tout, ce qui est habituellement un signe de peur. Mais la phrase est sorti, et je suis incapable de remonter le temps. Alors, je me contente d'expliquer ce qui m'a fait penser à cela :

-Le fait que vous soyez collée à moi, je ne sais pas, ça m'y a fait penser.

Le bruit sourd revient de plus bel, et je repose mon regard sur l'horizon, sans y voir grand chose à proprement dire. Je fronce fortement les sourcils et me prépare déjà un assaut.

_________________

As-tu peur des fantômes? [PV Ren] 1549198587-1

Spoiled children:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnonymousInvité
Invité
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyMer 20 Oct 2010 - 14:48

    Quoi que se soit, ce n'était pas content. Hors quand quelque chose n'était pas content cela pouvait devenir vraiment violent. Bastet laissa glisser toute la magie et don autour d'elle. Elle se sentait se vider et elle ferma lentement les yeux. Silencieuse, elle se canalisa sur les bruits alentour alors que ses sens félins surgirent. Son ouïe s'affina et elle ouvrit lentement les yeux alors qu'elle ressentait la présence de Ren contre lui. Son odeur dégageait de la gêne, au mon Dieu...Il était gêné?! Elle se retint de rire, amusée par cette pensée, mais autant ne pas vexer monsieur. Il serait déplacé de se moquer de lui, mais visiblement, elle était trop tactile. C'était sa manière d'agir, au lieu de rester fixer vingt ans comme certains sur une relation, elle, elle profitait du moment présent, quoi que cela en coûte.

    -Il y a bien un bruit au fond. C'est comme un grondement. Avec votre don, vous ne pouvez pas savoir de quoi il s'agit? Ça m'a l'air assez proche, soyez sur vos gardes.

    Bastet observa le fond d'une pièce, elle ne voyait rein. C'était bien cela qui l'inquiétait, si elle ne voyait pas c'était mauvais signe. Cela voulait dire que l'esprit pouvait créer du bruit sans apparaître et qu'il était n'importe où. Comment était-elle censée le tuer si elle ne voyait pas ce qui l'attaquait, et ce qu'elle comptait abattre? Impossible, c'était comme se battre contre le vent, on ne gagnait jamais, on perdait toujours. Cela expliquait probablement pourquoi l'esprit était ici depuis si longtemps, sans que personne ne l'ait eu réellement. Bastet sentit quelque chose l'effleurer, et lâchant le poignet de Ren, elle tendit son autre main. Quelque chose continua de la toucher, puis disparut, alors que la voix du sorcier surgit. Maudit soit-il...Il avait terrifié l'esprit!

    -Vous avez peur?

    Elle avait envie de l'engueuler, parce qu'en plus d'effrayer l'esprit, il avait un sens de l'humour très douteux. C'était une blague elle espérait. Pourquoi devrait-elle avoir peur? D'accord il y avait un esprit sans forme physique réelle qui se baladait ici et qui avait des envies de meurtres, à par ça, tout était Ok. Bon, Bastet secoua la tête, elle faisait le moins de bruit possible et aurait voulu que l'autre en fasse de même, se taise. Mais cela semblait lui coûter trop chair. Il remplissait l'air inutilement et semblait agacer l'esprit. Parce que chaque fois qu'il parlait cela créait de la buée de chaleur, et cela fit comprendre à la sorcière d'Orpheo qu'il faisait froid. Le froid était mordant, le fantôme avait baissé la température...Génial un petit farceur!

    -Le fait que vous soyez collée à moi, je ne sais pas, ça m'y a fait penser.
    - Désolé si je vous gêne. Mais c'est le dernier de mes soucis, vous permettez?"

    Elle dégaina sa dague et tout à coup l'air devint glacé. Elle sentit de la glace sur son front, c'était sa sueur. Combien faisait-il? Moins combien? Elle ne préférait pas savoir, mais même avec un pull elle se sentait plus que mal, glacée jusqu'aux os. D'accord...Ils allaient sérieusement se retrouver dans le pôle nord à ce train-là. Bastet frémit étrangement, la chaleur que Ren dégageait créait une once de lumière en elle. Mais cet autre fantôme créait le vide et soudain un rire d'enfant s'éleva dans l'air. La sorcière se sentit soudain mal, et elle comprit que de l'aide ne serait pas trop sur ce coup-là, sincèrement. Elle leva donc son regard marron vers l'autre, c'était le temps de repousser son orgueil.

    "Disons que je n'aime pas les fantômes des enfants...L'élève a dit que c'était un petit garçon. Je ne les comprends, je ne comprends pas les enfants."

    Pour une professeure cela allait paraître l'étrange. Elle n'enseignait qu'aux adolescents, voir pré-adolescents. Mais elle avait sérieusement du mal avec les touts petits, quelque chose la crispait chez eux, elle ne savait pas quoi. Mais c'était la vérité, Bastet avait beau faire pleins de cours, elle ne comprenait pas les enfants et ne les comprendrait probablement jamais. Cela expliquait pourquoi elle fuyait sa propre fille, elle lui faisait peur, son enfant lui faisait peur. Les fantômes qu'elle avait affronté étaient pour la plupart des adultes voir des adolescents. Mais un enfant de dix ans...Jamais! Ce qui était le cas ici, cela lui faisait peur. Car ce fantôme...L'élève avait très bien dit qu'il demandait quelque chose de précis, trop précis même.
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Don't waste my precious time
EMPLOIS/LOISIRS : Solitaire en quête de raison
LOCALISATION : Japon
CITATION DU PERSONNAGE : La vie est un conte, l'amour est une vie

MESSAGES : 2976
DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2010

Niveau du personnage
Point RP:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue326/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (326/300)
Point Membre:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue376/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (376/300)
Niveau: 8 - Reconnu
Ren Takahata
Ren Takahata
Admin | Don't waste my precious time
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyDim 31 Oct 2010 - 17:32

Gel.

"Désolé si je vous gêne. Mais c'est le dernier de mes soucis, vous permettez?"

J'ignore si c'est à ce moment que je me rend compte de la température extérieur, mais je commence sérieusement à frissonner. Pourtant, ce n'est pas normal. Je veux bien croire qu'il fasse froid dans les cachots, mais on se croirait dans un frigidaire. Je laisse échapper de la buée. Oui, il fait vraiment froid.
J'ignore la réponse de Bastet, le plaçant sur un quelconque stress, même si ce n'est pas forcément le cas. En fait, c'est plutôt pour éviter de m'énerver que je met ça sur cet autre compte. Bastet a dégainée sa dague. Je ferais bien de me bouger un peu, mais pas pour le moment. Le peu de vêtement que j'ai me suffisent. Quand j'y pense cette remarque est idiote, étant donné que j'aurais certainement plus chaud sous forme animale.

"Disons que je n'aime pas les fantômes des enfants...L'élève a dit que c'était un petit garçon. Je ne les comprends, je ne comprends pas les enfants."

Je me demande quel est ce problème dont elle parle. Un passé qui n'est pas encore passé? Chacun ses secrets. Je n'insisterai pas. Je ne pense pas qu'elle soit décidée à parler, de toute façon. Inutile de lui chercher des poux à paraître gentil.
Repassons au moment présent. Nous allons finir par geler sur place. Je n'ai pas énormément froid, mais ça peut rapidement changer. Hors de question que je me métamorphose, mais si ça se fait sentir, je n'hésiterai pas. Je devrais juste rentrer à pattes, et non à pieds, avec mes vêtements dans la gueule. Ah, ça m'énerve.
À charge de simple remarque, je réponds indirectement :

-Nous n'avons pas à les comprendre. Ce ne sont pas des personnes que l'ont doit « comprendre », mais plutôt « apprendre » à connaître. Ça vient avec le temps.

Moi aussi, je n'aimais pas beaucoup les enfants avant. Mais depuis, mon métier de professeur m'a beaucoup aidé. De peur qu'elle me fasse encore une remarque, je me tais pour lui permettre de se concentrer, ce qu'elle a envie d'après moi.
J'observe le fond du couloir et plisse les yeux. On pourrait presque croire qu'un truc gelé se dessine dans l'ombre. Pauvre enfant. J'ignore comment il est mort, mais pour avoir une telle capacité, ç'a dû se faire dans d'atroces souffrances. Je me concentre et attend les indications de Bastet. Après tout, si elle veut combattre, je me dois de l'aider. Pas que je n'ai pas confiance en elle. Au contraire. Bien au contraire.
La forme de dessine clairement. Oh mon dieu, il va vraiment falloir que je me métamorphose. Oh non... Eh si... On va attendre encore un peu...

_________________

As-tu peur des fantômes? [PV Ren] 1549198587-1

Spoiled children:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EMPLOIS/LOISIRS : Poursuivre mes rêves diurnes
LOCALISATION : Là, derrière toi, pour t'effrayer
CITATION DU PERSONNAGE : Le cauchemard est un rêve qui a mal tourné

MESSAGES : 47
DATE D'INSCRIPTION : 02/07/2010

Niveau du personnage
Point RP:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue100/100As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (100/100)
Point Membre:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue100/100As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (100/100)
Niveau: Maître du monde
Nightmare
Nightmare
Modérateur | Avez-vous peur du noir?
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyDim 7 Nov 2010 - 15:05

Le Mystery Orphanage est une vieille bâtisse, appartenant à la famille Mystery depuis des générations. Maintenant, il accueille des orphelins venus du monde entier. Ce que les gens normaux ne savent pas, c'est que tous ces orphelins possèdent des pouvoirs. Assez particulier, non? Et tout ce petit monde est encadré par des adultes, évidemment un peu hors du commun aussi.
Ça, c'était pour planter le cadre. Maintenant, si on descend sous l'imposant édifice, on se retrouve dans un dédale de couloirs plus très bien entretenus, les cachots. La porte en est habituellement fermée par un enchantement relativement puissant. Mais aujourd'hui, il a été brisé. Par un orphelin, qui, au lieu d'être repoussé par l'obscurité humide de l'endroit, s'est aventuré dedans. Oh, il a erré un petit moment, sournoisement surveillé par quelques fantômes. Mais aucun de ceux là n'était d'humeur à s'en amuser. Ils laissèrent couler. L'orphelin, bien au vie au milieu des morts, est donc passé dans les couloirs. Au fond de l'une des cellules, recroquevillé sur lui même, se trouvait un autre enfant. Bel et bien mort, celui-ci. Pauvre fantôme isolé, qui n'a pas sa place dans cet endroit. Cela fait déjà quelques temps qu'il "vit" dans ces cachots. Au début, il en avait été terrifié. Quel endroit, pour un enfant! Puis, sa peur a laissé place à de la colère, de la rage. Il en a même développé quelques capacités. Autour de lui, il fait toujours froid, affreusement froid. Et il peut faire baisser cette température encore plus bas, toujours plus bas, aussi surement qu'il peut la remonter.
L'enfant vivant a rencontré l'enfant mort au détour d'un couloir, alors qu'il sortait de sa cellule. Ils se sont toisés, le vivant essayant de lire au fond des prunelles vides de son homologue décédé. Puis, un sourire étrange a barré le visage du plus pale avant qu'il ne se jette sur le vivant. Heureusement, celui-ci court vite, et a pu rapidement s'enfuir. Il n'en a une qu'une bonne frayeur.
Le petit fantôme s'en est retourner errer dans les couloirs. Il est torturé mentalement, dérangé, il se demande encore et toujours ce qu'il fait là. N'est-ce pas un lieu où on enferme les parias, les ennemis? Est-il un ennemi alors? Mais... Pourquoi? Cet enfant ne sait pas qu'il est mort. Il se croit toujours vivant, et enfermé. Il sait que sa colère alimente son pouvoir, il se dit qu'avec ça, il finira par sortir. pauvre petit... Quand il a vu l'autre, il s'est senti différent. Comme appartenant à un autre monde, ce qu'il est au final, sans le savoir. C'est pour ça qu'il s'est jeté sur lui. Pour savoir, obtenir des réponses à ses questions, qu'il posait d'ailleurs à voit haute. Mais l'autre a fuit. Pourquoi? Avant, les gens lui souriaient, lui disaient qu'il était un bon petit garçon, il avait des amis. Alors pourquoi?! Cette fuite l'a énervé.
Il a fait du bruit dans le fond des cachots, et a même effrayé un autre fantôme. Ce qui n'a certainement pas contribué à le calmer, loin de là. L'esprit avant dans les couloirs, en marchant. Sa main droite serre une pierre de toutes ses forces, mais le sang ne coule pas. Pourquoi? Il racle la pierre contre les murs, la fait crisser contre une porte de cellule, puis finit par la jeter de toutes ses forces sur un rat. Le pauvre animal reçoit la pierre sur la tête, et meurt sur le coup. Il saigne. Même le rat peut saigner!
L'enfant se recroqueville au milieu du couloir, sa tête entre les mains. Il veut pleurer, il veut hurler sa peine et sa douleur. Il a l'impression que des larmes sortent, mais ce n'est qu'une illusion. Ses joues sont sèches, il ne peut pas pleurer. Il ne peut que gémir. On lui a laissé la possibilité de parler, et de faire du bruit. Alors il sanglote, seul dans une allée avec pour seul compagnon le rat tout juste décédé. Sa poitrine se soulève par à coups, à cause de sanglots secs dont on ne peut percevoir que le bruit. Il se demande comment sortir d'ici. Il appelle ses parents, alors même qu'il sait qu'ils sont déjà morts. Il se sent redevenu petit garçon de quatre ans, alors qu'il en a dix. Et puis, au bout d'un certain temps il arrête. Si il veut sortir, il va falloir se montrer plus fort que ça. Il se relève, regarde le rat sans émotions et reprend sa pierre. Puis il recommence à marcher. Régulièrement, sa pierre vient taper sur les murs. Il marque le temps passé ici.
La température autour de lui est glacée, mais il ne le sent pas. Rien ne l'approche à cause de cette aura, mais quelle importance? Et puis, il entend des paroles. Il a... Des gens dans ces cachots? Des gens qui pourraient le sortir de là? Oui mais, le feront-ils? Ne sont-ils pas que des fuyards, des pauvres êtres craintifs comme le précédent? Il ne sait pas, il n'en aucune idée et craint la déception. Ce qui ne le met pas de meilleure humeur que précédemment. De rage, il cogne de toute ses forces sur les murs fragiles à ses côtés. Qu'importe si il fait du bruit et que les autres le repèrent. Il s'en fiche. Qu'ils fuient eux aussi, puisqu'il est un monstre enfermé ici.
De rage, il reprend sa route, en traversant les murs. Il ne se rend pas compte qu'un vivant ne pourrait pas faire cela. Il avance, il avance, et projette ses pouvoirs aussi fort qu'il le peu. De toute façon, tout lui échappe. Et puis, il s'arrête. Derrière le mur, il sait que se trouvent les personnes qu'il a entendu parler. Il le sait, il le sent, ils sont toujours là, le bruit ne les a pas effrayé.
Oh, alors il ne leur fait pas peur? Il rit. Un petit rire enfantin qui résonne entre les murs. La température descend de l'autre côté. Avec une lenteur doucereuse et un rictus sur les lèvres, il touche la joue d'une des deux personnes derrière ce mur qui les sépare. Il le fait avec son pouvoir, mais sans pousser la température au plus froid. De toute façon, il a déjà largement refroidit l'atmosphère. Son toucher s'en ressent presque tiède à côté. Puis il retire son contact en entendant des paroles. Une voix masculine demande à l'autre si il ou elle avait peur. Peur? Non! Non, non, non! L'enfant écoute attentivement la suite des paroles échangées.
Il plisse les yeux après les dernières paroles de ce qui semble être une femme. Puis il traverse le mur, sans plus chercher à se cacher. La première chose qu'il remarque, c'est la buée qui s'échappe de la bouche des deux êtres à chaque respiration. Alors que rien ne s'échappe de la sienne. Pourquoi? Son cœur se serre, il fixe les deux adultes avec haine. Sa bouche s'ouvre alors que s'en échappe un mot. Un seul.

- Pourquoi?

_________________

Tout peut arriver, ne l'oublie jamais Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnonymousInvité
Invité
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyDim 7 Nov 2010 - 23:20

    Plus le temps passait et plus il faisait froid. La sorcière d'Orpheo avait la nette impression que Ren était entrain de s'énerver. Il n'y avait que voir l'expression qu'il arborait sur le visage. Cela voulait tout dire dans un sens. Ils allaient se faire glacer jusqu'aux os, à tous les coups. Visiblement le fantôme devait avoir une dent contre les vivants. Comme la plupart des fantômes pour dire vrai. Bastet se sentait mal à l'aise, elle se sentait comme observé, comme si elle était une simple proie. Hors elle n'aimait pas être la proie, mais le prédateur. Son don premier lançait des alertes dans son cerveau, elle savait au fond d'elle que c'était une simple proie. Cette chose les observait, et la température devenait glacé alors qu'un rire brisait l'air au mon Dieu...

    -Nous n'avons pas à les comprendre. Ce ne sont pas des personnes que l'ont doit « comprendre », mais plutôt « apprendre » à connaître. Ça vient avec le temps.

    Elle, en réalité n'avait affronté que des sorciers noirs. Orpheo connaissait sa difficulté avec les esprits. Elle était mal à l'aise avec eux, une sorte de livre ouvert qu'on pouvait consulter à loisir. Elle n'était pas faite pour affronter les morts, mais pour affronter les vivants. Chacun son domaine après tout. Car Bastet ne pouvait pas cacher sa rancune d'être celle qui était la cause de la mort de ses parents. Ils étaient morts en lui sauvant la vie face à des sorciers noirs. Depuis, elle avait peur d'être hantée, même si elle jouait la forte, même si elle masquait certaine chose, cela, elle ne pourrait jamais le masquer, elle ne le savait que trop bien, tout en fond d'elle, elle le sentait, pressentait.

    "Il approche."

    Ses yeux de fauve lui permettaient de l'affirmer, et elle dit "il" car elle se souvint soudain des paroles du petit garçon. Il avait parlé d'un autre camarade, au mon Dieu...Bastet se glaça jusqu'aux os, elle ferma les yeux alors quelque chose de tiède la toucha, la pièce était devenue glacée. Et elle sut que c'était l'esprit, il devait contrôler la température locale, ou quelque chose dans le genre. Mais elle comprit aisément qu'il venait de la toucher. Sale truc visqueux de fantôme! Les murs couverts de glace, et l'eau se gela alors que la sorcière d'Orpheo sentait des gelures naître sur ses mains. Elle ouvrit lentement les yeux et observait le spectacle qui s'offrait sous ses yeux. Elle ne souhaitait pas mourir de froid sincèrement. Un enfant était devant eux, et les toisait avec toute la rage au monde possible, et pas qu'un peu!

    - Pourquoi?
    -Parce que c'est ainsi."

    Elle ne savait pas à quel genre de questions elle répondait. Elle parla, sans vraiment réfléchir, par l'impulsivité, elle devrait franchement apprendre à tenir sa langue un de ces quatre. Se ne fut pas la femme qui parla, mais la mère qu'elle était. Bastet qui reniait son sens maternel le laissa éclater et tendit sa main. Ses ongles se gelèrent et sa main commençait à subir le même sort. Elle grogna violemment alors que sa magie claqua dans l'air, et que son don premier s'intensifia. Ils allaient devoir le tuer, son poignard qu'elle portait était enduit d'un sort qui permettait de tuer les esprits, ce genre d'esprits du moins.

    "Tu as ta lame d'exorciste avec toi?"

    Bastet avait levé tout naturellement son regard vers Ren, sans aucune gêne qui brillait dans ses yeux. Elle espérait qu'il l'ait. Elle parlait clairement, sans s'en cacher, mais ne disait pas à voix haute d'attaquer. Elle était plus proche de l'esprit que son coéquipier. En toute logique elle se ferait attaquer la première. Bastet tourna vivement sa tête vers l'esprit, et elle remonta ses lèvres sur ses dents d'humaine, poussant une sort de plainte, un drôle de grognement au fond. Elle n'était pas contente, pas du tout même. Elle se sentait menacé, et peut-être avait-elle bien raison de se le sentir après tout. Bastet jeta un regard à Ren, cela allait être la première fois qu'ils combattraient ensemble, ils ne l'avaient jamais fait avant.
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Don't waste my precious time
EMPLOIS/LOISIRS : Solitaire en quête de raison
LOCALISATION : Japon
CITATION DU PERSONNAGE : La vie est un conte, l'amour est une vie

MESSAGES : 2976
DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2010

Niveau du personnage
Point RP:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue326/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (326/300)
Point Membre:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue376/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (376/300)
Niveau: 8 - Reconnu
Ren Takahata
Ren Takahata
Admin | Don't waste my precious time
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyMer 10 Nov 2010 - 16:25

Vent de fraîcheur.

La fraicheur envahit peu à peu tout sur son passage. Eau, mousse et murs, tout y passe. C'est une véritable hécatombe. Et nous y sommes actuellement. Comme deux morceaux de viande attendant de geler. La seule chose qui me différencie des morceaux de viande habituels, c'est la colère qui me submerge à mesure que les secondes s'écoulent, et que la température fraichit. Avoir un tel pouvoir à sa mort, c'est effrayant. Ce fantôme a perdu la vie, et il a gagné un pouvoir, un pouvoir qui nait de sa haine et qui en est alimenté. Je n'imagine pas ce qu'il a dû vivre pour cela. Ça m'effraye. Mais je ne me laisse pas déstabilisé et observe mon entourage d'un œil aguerri. L'obscurité est légèrement luisante et lumineuse à cause des plaques de givre au sol et sur les murs. On se croirait dans un congélateur. C'est ignoble. Je me demande comment l'enfant qui a dû faire face à ce fantôme s'en est sorti.

"Il approche."

Il serait préférable d'appeler quelqu'un ou de reculer, non? Ce n'est pas une attitude lâche, mais j'ai simplement l'impression que l'on s'attaque à du lourd. En même temps, nous sommes deux profs. Mais si on commence à s'élancer vers lui, on va tomber. Parce que le givre au sol limite grandement nos déplacements. et puis, j'aimerais éviter de m'attaquer à un fantôme d'enfant. On peut peut-être le raisonner au préalable...
J'ai l'impression que Bastet a véritablement l'intention d'en finir au plus vite. Quel passé a-t-elle avec eux?

- Pourquoi?
-Parce que c'est ainsi."

C'est méchant de répondre avec une attitude aussi flou. Et puis, il serait judicieux de ralentir l'attaque qui ne tardera pas à éclater dans un camp ou dans un autre. Et pour une fois, je préfère rester pacifiste.
Je perçois clairement la haine du fantôme, mais il y a aussi de la peur dans ses yeux. Rien ne sert de l'effrayer, il pourrait être encore plus violent. Et je n'en ai pas l'intention.

"Tu as ta lame d'exorciste avec toi?"

Non! enfin, oui, je l'ai, mais non, on ne va pas lui foncer dessus tête baissé sans s'être renseigné auprès de lui avant. Alors, j'ignore sa question, et m'approche à pas mesurés du poltergeist. Je me baisse légèrement pour être face à lui sans baisser les yeux. Je reste cependant à bonne distance du gamin et lui demande d'une voix douce :

-Qu'est-ce qu'il y a? Tu as un problème?


Commençons simplement par le rendre tranquille, et pas violent à notre égard. Après, on avise. J'espère que Bastet rangera sa peur des enfants d'un côté, et en m'en voudra pas pour cette petite action de lâcheté envers elle. Ouais, désolé si je ne compte pas me battre contre lui. J'ai un assez mauvais souvenir de ce genre de choses.

-Raconte-moi ce qu'il s'est passé.

Parce que d'un côté, je ne pourrais pas l'aider si je ne suis pas au courant de ses précédents agissements. J'inspire profondément et tente une regard droit dans les yeux de l'enfant. Il sont glacials, mais c'est tout de même plus facile de s'adresser aux gamins qu'aux adultes. Ils sont plus compréhensifs, mais aussi plus boudeur.

_________________

As-tu peur des fantômes? [PV Ren] 1549198587-1

Spoiled children:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EMPLOIS/LOISIRS : Poursuivre mes rêves diurnes
LOCALISATION : Là, derrière toi, pour t'effrayer
CITATION DU PERSONNAGE : Le cauchemard est un rêve qui a mal tourné

MESSAGES : 47
DATE D'INSCRIPTION : 02/07/2010

Niveau du personnage
Point RP:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue100/100As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (100/100)
Point Membre:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue100/100As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (100/100)
Niveau: Maître du monde
Nightmare
Nightmare
Modérateur | Avez-vous peur du noir?
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyJeu 11 Nov 2010 - 14:46

L'enfant les toise. Il n'a pas de vraie raison pour agir comme cela. Après tout, ces deux adultes là ne lui ont jamais rien fait.

-Parce que c'est ainsi.

Le regard de l'enfant se durcit. Mauvaise réponse Mlle Ahila, très mauvaise. Pour cet enfant, son sort est une injustice -et il l'est réellement-, lui renvoyer à la figure ses pensées, toujours sans explications, c'est un mauvais choix. Précisons une fois encore que le petit ne sait toujours pas qu'il est mort. Il agit, guidé par une sorte d'instinct, tentant de démêler une situation qu'il ne comprend pas, et tous ceux qui pourraient potentiellement l'aider le repoussent. Plus qu'attiser la haine qui couve en lui, c'est sa peine qui augmente avec chaque geste. Une peine et une douleur immense, qu'il ne peut extérioriser comme il le souhaiterait, et que rien n'apaise. Peut-être qu'avec les bons mots, il est encore possible de le raisonner. Mais il oscille sur le gouffre de la perte de raison, bientôt, ce ne sera plus la peine de tenter quoi que ce soit. C'est désolant de penser ainsi pour un si jeune enfant.
La femme parle d'arme. Le jeune fantôme ne comprend pas tout à fait, mais il sait encore sentir les menaces. Et cette femme n'a décidément pas l'intention de l'aider. Le jeune homme à ses côtés par contre, a l'air moins enclin à la bataille. Mais il n'a toujours pas ouvert la bouche pour défendre l'enfant. La température descend encore un peu.

-Qu'est-ce qu'il y a? Tu as un problème?

L'enfant darde son regard mort sur l'homme qui vient de parler. Cela semble assez évident qu'il a un problème, la question de l'homme sous entend donc qu'il veut savoir la nature du problème? Si seulement le gamin le savait lui même! Au fond de lui, il panique légèrement. Voilà, quelqu'un semble vouloir l'aider, mais il est incapable de décrire son mal. Si cet homme veut l'aider, il va falloir qu'il se débrouille tout seul. L'enfant penche la tête sur le côté en regardant l'humain. Un coin de son esprit surveille toujours la femme. Celle là, il ne l'aime pas. Et cela semble réciproque. Pas que l'enfant apprécie plus l'autre adulte. Il les déteste tous les deux, mais actuellement il en veut à la Terre entière. Seulement, si jamais il venait à déborder, il y a de fortes chances que ça tombe sur la femme plutôt que sur l'homme.

-Raconte-moi ce qu'il s'est passé.

Raconter... Mais raconter quoi? Au fond, cela rassure légèrement l'enfant d'avoir enfin quelqu'un qui, à défaut de le comprendre, semble vouloir le faire. Même si cela n'est peut être que factice. Entre rien et du faux, un enfant de cet âge préfère le faux. Une illusion est toujours mieux que rien.

- Je... Ne sais pas.

Il lâche cette phrase dans un murmure, et constate une fois de plus que contrairement aux deux autres, aucune vapeur ne se forme devant sa bouche lorsqu'il parle. Une fois de plus, il est blessé de cette différence qu'il ne comprend pas. Il baisse le regard au sol, pour constater qu'il est gelé. Et cela l'étonne. Pourtant, il sait qu'étrangement la température fluctue autour de lui. Ce n'est pas la première fois qu'il se retrouve entouré de glace. Le fait est qu'il ne pensait pas que la température tombait aussi bas. Et pire, il ne le ressent pas, une nouvelle fois.

- Pourquoi êtes vous là? Et moi?

Attention aux réponses professeurs. Ce fantôme là n'est vraiment pas stable psychologiquement. Il glisse un regard vers la femme, et se sent une fois de plus menacé. Sans qu'il y fasse attention, la température autour d'elle descend un peu plus. Bientôt, elle se retrouverai gelée. Pourtant, il ne veut pas la tuer, il se sent juste menacé. Ce contrôle de la température lui échappe selon ses émotions. Il serait tout à fait possible de tout faire remonter en calmant l'enfant.

_________________

Tout peut arriver, ne l'oublie jamais Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnonymousInvité
Invité
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyDim 14 Nov 2010 - 10:40

    Bastet avait compris qu'elle avait fait quelque chose qu'il ne fallait pas. Son regard glissa sur Ren alors qu'elle attendait qu'il dise quelque chose. Qu'il dise qu'il avait sa lame avec lui, mais au fond d'elle, elle a compris qu'il ne l'avait pas. Pourquoi? Elle voulait tuer ce fantôme qui était entrain de la congeler sur place. Tué ou être tué, voila toute la politique qui animait Bastet. Elle avait froid, si froid, et la peur était là, une peur qu'elle ne contrôlait pas vraiment. La tête qui tournait, Bastet se sentait faible, et cette faiblesse, elle ne l'avait plus connu depuis bien longtemps. La ressentir maintenant, face à un fantôme lui faisait peur.

    -Qu'est-ce qu'il y a? Tu as un problème?

    Bastet faillit hurler, elle voulait tuer ce fantôme, et non s'occuper de ces états d'âmes! Son don premier puisait son énergie en elle, elle avait la tête comme sur un manège, et elle fit un pas en avant mais se stoppa quand le regard mort du fantôme glissa sur elle. Elle avait l'impression qu'ils se défiaient du regard, et c'était probablement le cas. Elle affronta ce regard avec une certaine hargne, un certain courage au fond d'elle. Mais se bagarrer avec un fantôme n'était pas forcément l'idée du siècle, elle devait bien l'admettre. Bastet préféra donc se taire alors que Ren parla de raconter, raconter, raconter une histoire, une mort? Peut-être bien, mais elle s'en moquait tellement, en ce moment, elle manquait cruellement d'humanité, et elle le savait.

    - Je... Ne sais pas.

    Pas de buée quand il parla, le comprenait-il seulement? Bastet suivit son regard, il semblait comprendre que quelque chose clochait, que ce monde clochait. Il regardait le sol, le sol gelé et elle se demanda comment le jeune mêlé avait pu s'en sortir. Comment avait-il fait? Une fois sortie d'ici, Bastet se promit d'aller le voir, et de comprendre le pourquoi du comment. Le monde réel n'était pas fait pour porter les morts. Elle reprit donc son courage en main, et fit à nouveau un pas en avant. N'ayant plus froid aux yeux, affrontant sa plus grande peur. Celle des enfants, et des fantômes, qui ont fond d'eux la comprenaient si bien, et cela faisait peur à Bastet.

    "Tu as compris, n'est-ce pas?"

    Quand il la regarda, Bastet crut sentir un paquet d'eau lui tomber sur la tête. Son corps se glaça et certaines cellules ne supportèrent par le changement de température. Sûrement la sorcière d'Orpheo aurait-elle dû se taire, probablement même. Elle tomba à genoux, ses poumons devinrent glacés, et sa tête augmentait la cadence, le tournis, comme sur un manège. Elle regarda étrangement le fantôme, que faisait-il, pourquoi Diable?! Elle ne l'avait pas menacé, ouvertement du moins. Se humectant les lèvres, elle tentait de contrôler la vague d'inquiétude qui la submergeait, elle refusait de tomber à genoux face à fantôme, mais ne venait-elle pas de faire cela? Oui.

    - Pourquoi êtes vous là? Et moi?
    - Parce que...Tu n'es pas à être là."

    Les lèvres de Bastet devenaient bleu alors que sa tête continuait de tourner avec la même force. Lentement, elle se redressa, sa magie tenta de briser la glace, mais en vain. Elle "éteignit" son don premier, sa magie première était la guérison, elle pouvait se soigner si elle le désirait. Une plaie s'ouvrit sur sa joue mais bientôt la chair se joignit, et cela disparut comme si ce n'avait jamais existé. La magie de la guérison mais cela coûta de l'énergie à Bastet, et elle n'était pas invincible. Elle avait probablement perdu d'avance, sûrement même.

    "Tu es fâché, c'est ta colère qui crée ce froid. Mais la colère ne t'apportera aucune réponse, jamais."

    Elle parlait en connaissance de cause, s'énerver ne servait à rien, la colère n'apporterait aucun repos, et il devait le savoir après tout, non? Bastet fit encore un pas en avant alors que sa peau gelait par endroit. Aussitôt son corps tentait de se soigner, ce processus dangereux était entrain de rendre pâle Bastet. Elle perdait ce combat irréel, un combat qui n'avait pas lieu d'être en premier lieu. Mais c'était une femme têtue, et comme dit bien avant, elle détestait bien une chose : perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Don't waste my precious time
EMPLOIS/LOISIRS : Solitaire en quête de raison
LOCALISATION : Japon
CITATION DU PERSONNAGE : La vie est un conte, l'amour est une vie

MESSAGES : 2976
DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2010

Niveau du personnage
Point RP:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue326/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (326/300)
Point Membre:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue376/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (376/300)
Niveau: 8 - Reconnu
Ren Takahata
Ren Takahata
Admin | Don't waste my precious time
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyDim 14 Nov 2010 - 16:11

Froid intense.

Le jeune enfant a dû mal à contrôler son pouvoir. Sans s'en rendre compte, il fait davantage baisser la température. Si ça continue, nous allons vraiment finir par geler sur place. Et ça, je n'ai vraiment pas envie que ça arrive. Je suis trop jeune pour mourir. Mais cet enfant, lui, était encore plus jeune que moi, et pourtant...
Je détourne la tête d'un air pensif, même si ce n'est pas vraiment le bon moment pour dériver sur du sentimental. Il a peur. Ou plutôt, il ne doit pas comprendre ce que l'on fait là, ce qu'il fait là. Ça agrandit son pouvoir, et fait abstraction aux nôtres.
Finalement, il répond :

- Je... Ne sais pas.

Je le regarde d'un air de pitié. Oui, j'en ai pitié. Et je l'avoue. Ce n'est pas de la compassion, ni autre chose qui pourrait faire penser que je cherche à l'aider par humeur. Ça me dégoute moi-même, mais je fais tout pour ne pas y penser et me concentrer sur les faits et gestes du gamin. Je tente de réchauffer -au sens propre et figuré- la situation, mais Bastet n'est vivante que grâce à cette envie folle de tuer l'enfant. Une fois de plus, elle avance d'un pas.

"Tu as compris, n'est-ce pas?"

Je la regarde brutalement. C'est pas possible, elle ruine tout ce que j'essaye avec tant de difficultés d'entreprendre en une seule phrase. Et encore, je suis optimiste. Et pas le seul a être touché par ce qu'elle vient de dire. Le gamin l'observe d'un regard glacial, et Bastet tombe à genoux sur le sol. L'air de respirer avec difficulté. Aussitôt, moi aussi, presque gelé, je m'avance vers elle avec plus de rapidité, et m'enquiers de son état. Bon sang, jusqu'où compte-t-il aller? J'ai eu affaire à des adultes plus coriaces, mais j'avoue que là... c'est le gamin le plus fort que j'ai jamais rencontré.

-Bastet, tu vas bien?!

Au diable les commodités, nous sommes collègues, on peut bien se tutoyer. Et puis, c'est un cas de force majeure. Je suis accroupie près d'elle, et observe le fantôme d'un air presque hargneux.

- Pourquoi êtes vous là? Et moi?
- Parce que...Tu n'es pas à être là."
-Ça suffit, tous les deux!

Je peux en supporter un peu, mais là, on va finir par aller dans mes réserves d'énergies. Autant pour l'énergie que je déploie à ne pas mourir de froid que pour ma santé mentale avec deux personnes qui se font la guerre sans se la déclarer ouvertement. Et dans ces cas-là, je m'énerve. Et quand je m'énerve, je crie. J'ai crié.
Franchement, ce froid m'horripile. et comme je n'ai véritablement pas l'intention de devenir un glaçon, je me métamorphose en belette pour m'échapper rapidement de mes habits, puis passe en léopard. Voilà l'avantage numéro 1: Je n'ai vraiment plus beaucoup froid, car ma forme fusionnelle est habituée à ce genre de climat hivernal.
J'observe les deux ennemis avec un air blasé. nan, mais je vous jure, on risque d'avancer en rien dans tout ça.

"Tu es fâché, c'est ta colère qui crée ce froid. Mais la colère ne t'apportera aucune réponse, jamais."

Et toi alors, tu n'es pas fâchée, peut-être? Moi aussi, vous me direz. Mais je ne suis plus au stade fâchée, je suis au stade irrité au plus haut point. Agacé, même. et ça n'arrange pas vraiment les relations de chaque personne.

-Calme-toi, gamin, et peut-être alors tu te sentira mieux. Bastet a raison, ça ne te mènera à rien de t'énerver.

_________________

As-tu peur des fantômes? [PV Ren] 1549198587-1

Spoiled children:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EMPLOIS/LOISIRS : Poursuivre mes rêves diurnes
LOCALISATION : Là, derrière toi, pour t'effrayer
CITATION DU PERSONNAGE : Le cauchemard est un rêve qui a mal tourné

MESSAGES : 47
DATE D'INSCRIPTION : 02/07/2010

Niveau du personnage
Point RP:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue100/100As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (100/100)
Point Membre:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue100/100As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (100/100)
Niveau: Maître du monde
Nightmare
Nightmare
Modérateur | Avez-vous peur du noir?
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptySam 20 Nov 2010 - 20:44

La femme n'a vraiment pas l'air de le porter dans son cœur. Pourtant, il est un enfant tout ce qu'il y a de plus banal, non? Et il est enfermé là par erreur, c'est cela? Non... Non, même si il ne comprend toujours pas, l'enfant voit clairement que quelque chose cloche. Les adultes ne sont-ils pas censés être gentils avec les enfants? Ou a défaut, au moins s'occuper d'eux un minimum. Il est pourtant complètement rejeté, ici. Un enfant ne cherche qu'à plaire aux adultes quand il est jeune. Il veut voir ses parents sourire, s'amuser librement, apprendre à comprendre ce qui l'entoure. Il n'a plus de parents, les deux adultes ne sourient pas, il ne s'amuse pas, il est au milieu de prisons et il est bien loin de comprendre ce qu'il lui arrive. Autant dire que rien ne va.

- Tu as compris, n'est-ce pas?

Le petit secoue la tête. Comprendre quoi? Il ne demande que ça, qu'à comprendre. Alors qu'on lui explique! La vérité lui fera mal, sans aucun doute. Il n'en saisira peut être pas toute l'ampleur, mais au moins elle aura le mérite de faire taire ses interrogations, et de calmer la partie de sa colère qui y est liée.

- Parce que...Tu n'es pas à être là.

Voilà qui l'avance grandement. Ça, il l'a compris qu'un enfant comme lui n'a strictement rien à faire dans une prison. A moins que la femme ait voulu dire quelque chose d'autre. Le gosse va devenir fou avec toutes ces interrogations. Et si il devient fou, c'est mauvais pour les deux professeurs. Surtout la femme qui est très affectée par le froid. En même temps, comme l'enfant la cible plus ou moins consciemment, c'est elle qui prend le plus.
L'homme s'énerve, et instinctivement le petit rentre la tête dans ses épaules translucides. Il n'a jamais aimé voir les adultes s'énerver, et lui crier dessus. Il essaie d'être un bon petit pourtant. Même si il dérape souvent, après tout c'est un enfant.

- Tu es fâché, c'est ta colère qui crée ce froid. Mais la colère ne t'apportera aucune réponse, jamais.

Aucune réponse? Vraiment aucune? Pourtant, il a déjà vu des adultes se fâcher pour obtenir le nom du coupable de telle ou telle bêtise. Mais cela ne marche pas, vraiment? Inconsciemment, la température est un peu remontée. Il ne le sent pas de toute façon.

- Calme-toi, gamin, et peut-être alors tu te sentira mieux. Bastet a raison, ça ne te mènera à rien de t'énerver.

Il recule devant les conseils qu'il prend presque comme des reproches. Mais il ne partira pas, parce qu'il ne sait pas quand il trouvera quelqu'un d'autre pour l'aider. Et hors de question qu'il reste ici plus longtemps. Il essaie de faire le tri dans sa tête, pour poser les questions les plus précises possible avec les maigres informations qu'il possède.

- Pourquoi il n'y a pas de vapeur quand je respire?

Dans son regard brille tout un tas d'autres interrogations, découlant de celle-ci. Tellement de choses sont anormales, que ça ne peut qu'être lié. La cause à tout ceci est probablement unique. Probablement.
L'enfant se ravance, lentement, jusqu'à l'homme. La femme n'a toujours pas l'air de le porter dans son cœur, autant l'éviter. Il lève une petite main translucide qu'il vient poser doucement sur la joue de l'humain. Rien. Ni chaleur, ni fraicheur. Le fantôme retire sa main d'un coup et recule vivement, comme si il s'était brûlé. Alors que ce n'est pas le cas.

- Je ne sens rien.

La phrase est murmurée. Simple constatation, il ne demande même plus pourquoi. A nouveau, il veut pleurer mais n'y parvient pas. N'y parvient plus.

_________________

Tout peut arriver, ne l'oublie jamais Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnonymousInvité
Invité
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyMar 23 Nov 2010 - 18:47

    Tout cela partait en cacahuète alors que Bastet avait de plus en plus de mal à respirer. Cela lui apprendrait à défier un foutu fantôme. Elle avait colère, contre elle-même sur ce coup-là. Son souffle peinait à passer et elle n'arrivait plus à parler. Elle devait se calmer, l'air glacé dans ses poumons lui faisait si mal. Comme si elle était asthmatique, mais elle n'avait jamais été asthmatique de sa vie. Pourtant, en ce moment-même, elle crut l'être, tout simplement. Bastet toussa bruyamment alors que Ren vint à elle, visiblement inquiet, mais elle, elle savait qu'elle ne mourrait pas. Elle ne pouvait pas mourir ainsi, pas vrai? Peut-être bien que si, elle avait tellement tendance à provoquer le destin qu'elle avait dû sur ce coup-là pousser le bouchon un peu trop loin, un peu beaucoup même. Et peut-être qu'il demandait vengeance? Génial, c'était vraiment sa veine!

    -Bastet, tu vas bien?!

    Elle hocha la tête, mais elle mentait. Elle ne se sentait pas bien du tout, mais elle devait s'accrocher, pas du tout paniquer. A quoi cela servirait-il de dire qu'elle n'allait pas bien? Ils ne pouvaient pas abandonner ce fantôme ici, elle venait de le comprendre, avec un cran de retard mais l'avait compris quand même. Elle ferma les yeux, inspirant lentement, calmant les mouvements de son cœur. Là, tout irait bien, tout allait bien aller. Doucement, et elle se calma alors que Ren poussa une gueulée. Bastet avait vraiment dépassé les limites et elle ouvrit lentement les yeux. Elle leva son regard marron entouré de vert vers le sorcier d'Orpheo et attrapa son poignet comme pour lui faire signe de l'aider à se lever, elle devait rester debout, impérativement même. Elle n'aimait pas être à genoux, cela la mettait fortement en position de faiblesse.

    -Calme-toi, gamin, et peut-être alors tu te sentira mieux. Bastet a raison, ça ne te mènera à rien de t'énerver.

    La sorcière d'Orpheo se releva lentement alors que le petit fantôme avait reculé de peur. Elle se sentait légèrement moins oppressé, elle arrivait mieux à respirer et pour elle s'était un soulagement. De plus, ce soulagement avait calmé l'angoisse qui avait grandit en elle. Elle qui croyait ne pas avoir peur de mourir, elle venait comprendre que oui. Mourir de froid, cela ne lui convenait pas du tout, mais aucune mort ne nous convient, n'est-ce pas? Même si sa tête tournait toujours avec la même ferveur. Se léchant le contour des lèvres, elle apaisa les battements de son cœur.

    - Pourquoi il n'y a pas de vapeur quand je respire?

    Parce qu'il était mort, mais Bastet ne se voyait pas lâcher l'information ainsi. Elle attendit donc quelques minutes, toujours en s'accrochant à Ren. Il y aurait bien un moment où l'autre où elle pourrait tenir sur ses deux jambes. Elle espérait bien, sinon elle allait piquer sa crise. Et vu son état, ce n'était franchement pas le moment de faire la nouille, et l'imbécile surtout. Elle bougeait le moins possible, concentrée à retenir son énergie en elle. Elle devait tenir, elle tiendrait. Son esprit pouvait combattre son corps. La force de l'esprit contre le corps comme le disait si bien l'expression. Bastet fit un premier pas en avant puis se stoppa, mieux fallait-il se tenir à distance suffisante.

    "Parce que tu es mort, tu as un nom?"

    Bastet n'aimait pas poser un nom sur un fantôme, c'était lui donner forme dans ce monde-ci. Mais il avait été un être vivant avant tout, elle devait le traiter comme tel même si cela la rebutait. Elle craignait les fantômes, une longue histoire sans fin qu'elle n'avait pas du tout le temps de raconter aujourd'hui. Elle fit pourtant un pas en avant, alors que le fantôme fit de même et alla toucher Ren. Bastet cligna des yeux, surprise, elle se retourna pour les observer alors que le petit fantôme recula. Il était si triste, Bastet pouvait le sentir dans sa propre blessure. Elle tendit sa main, son instinct maternel scintillait en elle comme une flamme. Elle voulait le toucher, l'aider, c'était la peur de mourir qui l'y forçait en quelque sorte, et dévoilait la véritable femme qu'elle était. Qui l'aurait cru...

    - Je ne sens rien.

    Bastet secoua la tête, et vint au petit fantôme. Elle s'accroupit devant lui, être près de lui était pénible, elle se sentait complètement gelé, mais elle tiendrait le coup. Elle pouvait le faire, même si elle devait se retenir de reculer et de le repousser. Bastet tendit sa main, ouverte, mais des gelures se voyaient, elle était entrain de mourir de froid. Ses lèvres bleutées en étaient la preuve, ce petit fantôme la tuait, et de plus en plus même. Mais c'est en affrontant la Mort elle-même qu'on réussissait dans la vie, forcément, n'est-ce pas?

    "Prends ma main, je ne te ferai rien. Fais-moi confiance."

    Quitte à geler chaque cellule de son corps, elle était prête à cela. Elle pouvait ressentir la chaleur de Ren. Il était tout près, elle espérait au fond d'elle qu'il veillait au grain car sa tête tournait. Elle n'allait pas tarder à tomber dans les pommes. Elle releva son regard marron vers le fantôme. Elle avait les yeux vitreux, ce fantôme lui arrachait la vie, elle allait avoir besoin de soin. Mais avant tout, pour la première fois depuis longtemps, envoyer cette âme dans le repos éternel lui semblait très important, et pas qu'un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Don't waste my precious time
EMPLOIS/LOISIRS : Solitaire en quête de raison
LOCALISATION : Japon
CITATION DU PERSONNAGE : La vie est un conte, l'amour est une vie

MESSAGES : 2976
DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2010

Niveau du personnage
Point RP:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue326/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (326/300)
Point Membre:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue376/300As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (376/300)
Niveau: 8 - Reconnu
Ren Takahata
Ren Takahata
Admin | Don't waste my precious time
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptySam 4 Déc 2010 - 20:53

Peur d'un petit enfant.

Il accepte de se calmer... Enfin, essayer de se calmer. Je peux bien croire qu'il doit se poser pas mal d'interrogations, le pauvre.
Enfin, je me rends compte que mes pensées sont réelles. Car l'enfant demande alors :

- Pourquoi il n'y a pas de vapeur quand je respire?

C'est... un peu compliqué. C'est même plutôt indéfinissable. Comment lui expliquer ça en de bon terme. J'ai l'impression que Bastet a quelque chose en tête. Vais-je lui laisser faire ce qu'elle veut? Le truc, c'est que je n'ai actuellement aucune idée. Alors, on va se rabattre sur la seule personne vivante à mes côtés. Je reste donc silencieux pour signer mon approbation et la laisser parler.

"Parce que tu es mort, tu as un nom?"

Je détourne subitement les yeux et fixe le sol. On va dire... que c'est direct. J'hésite à marquer un temps d'arrêt. Ce n'est qu'un enfant, pourquoi es-tu aussi crue? Tu as sans doute un lourd passé avec eux, mais ne fait pas l'objet d'une personne pour une généralité, je t'en prie.
Tout cela me rend si nerveux que je passe une main rapide dans mes cheveux. La température est légèrement plus élevé.

- Je ne sens rien.

Soudainement, je sens Bastet qui se relève, et s'approche de l'enfant pour venir s'accroupir devant lui. J'ignore ce qu'elle compte faire, et, même si je ne bouge pas, je reste cependant à l'affut du moindre geste suspect du gamin. Je pense qu'il est inutile de parler. On dirait que Bastet change un peu d'expression. Elle devient plus compréhensive, plus... maternelle. C'est comme si elle réchauffait la pièce de sa seule présence. Comme si le cœur inerte du petit continuait à battre en sa présence.

"Prends ma main, je ne te ferai rien. Fais-moi confiance."

C'est prononcé d'une voix faible. Espérons qu'elle pourra achever le boulot sans tomber dans les pommes. Mais... c'est comme si elle en avait envie... d'aider ce petit enfant. Quelle curieux changement que voici. Je n'ose m'approcher. C'est à elle de terminer ce qu'elle entreprend. Mais je veille au grain, et je suis là pour rattraper si quelque chose arrive. De la vapeur s'échappe de ma bouche entrouverte. Ma gorge est gelée. J'espère que tout ceci se terminera au plus vite.

Je m'accroupis à mon tour, restant cependant au large des deux êtres. Si quoique ce soit arrive, je m'élancerais. Mais ce ne sera pas le cas. Pas maintenant que la situation est si avancée. Pas alors que ce fantôme ce rend enfin compte de son passé. Et qu'il est à quelques secondes de terminer enfin son existence, en compagnie d'une charmante jeune femme. Dans d'autres termes, j'aurais certainement souri. En fait, même dans ce genre de situation, rien ne m'a échappé. Même ce petit sourire.

Observons la suite des évènements.

_________________

As-tu peur des fantômes? [PV Ren] 1549198587-1

Spoiled children:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EMPLOIS/LOISIRS : Poursuivre mes rêves diurnes
LOCALISATION : Là, derrière toi, pour t'effrayer
CITATION DU PERSONNAGE : Le cauchemard est un rêve qui a mal tourné

MESSAGES : 47
DATE D'INSCRIPTION : 02/07/2010

Niveau du personnage
Point RP:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue100/100As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (100/100)
Point Membre:
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Left_bar_bleue100/100As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty_bar_bleue  (100/100)
Niveau: Maître du monde
Nightmare
Nightmare
Modérateur | Avez-vous peur du noir?
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyMer 8 Déc 2010 - 19:27

- Parce que tu es mort, tu as un nom?

L'enfant se fige. Mort. Ce mot, il le connait, bien qu'il ne devrait pas vraiment, à son âge. A dix ans, on commence seulement à en percevoir l'ampleur sans vraiment le saisir. Mais lui, la mort, il l'a déjà vue. Sur la figure pâle de ses parents, lorsque la vie les avait quitté, lorsque leur cœur a cessé de battre, lorsqu'ils sont "partis", comme on le lui a dit. Lui aussi est parti? Pourtant, il est toujours là. Présent sans l'être. Bien qu'il ne comprenne pas tout, ce mot, cette désignation de son état, c'est une grosse part du puzzle de faite.

- M... Mort?

Ce murmure lui échappe, mais n'attend pas vraiment de réponse. Il ne veut pas savoir pourquoi. Quand il a su pour ses parents, il avait été abattu. S'entendre conter sa propre mort n'est pas plus réjouissant, d'autant plus que les deux adultes ne savent probablement pas la cause de son décès. Puis, il enregistre enfin la fin de la phrase de la femme. Lui a-t-elle... Demandé son prénom? Peut être qu'elle ne le hait pas tant que ça. Lorsqu'un adulte demande le prénom d'un enfant, sur un ton autre que l'énervement ou la colère, c'est que l'enfant l'intéresse, non? Un enfant aime que les adultes s'occupent de lui, c'est un fait.

- Je m'appelle Oliver.

Comme l'orphelin de Dickens. Quelle ironie. Il observe la femme s'approcher de lui, et a un mouvement de recul instinctif, mais se laisse quand même approcher. Et de plus près, il voit bien à ses lèvres bleues, à la couleur que prennent ses mains, à la vapeur qui s'échappe de sa bouche, que la pauvre est frigorifiée. Mais il ne contrôle pas ce pouvoir qui émane de lui, c'est entièrement dirigé par ses émotions. Pourtant, il essaie très fort de penser au Soleil, à la chaleur, et peut être que la température remonte de quelques degrés. Peut être...

- Prends ma main, je ne te ferai rien. Fais-moi confiance.

Il remarque que l'autre professeur arrive aussi. Le petit se sent un peu plus en confiance, les deux adultes ont l'air de savoir ce qu'ils font. Alors il tend avec précaution sa main à la femme, sans toujours rien ressentir lorsqu'il la touche. Encore un rapport avec la mort? sans doute. Peut être... Peut être alors, maintenant qu'il l'est lui aussi, il pourrait rejoindre ses parents? Ses parents qu'il n'a pas vu depuis tellement longtemps que leur image commence à s'effacer dans son esprit. Pourtant, il fait tout pour l'y garder, seulement il était tellement jeune quand c'est arrivé... Et voilà que maintenant, il est lui aussi comme eux. Une chance? Peut être. Il n'arrivait pas à s'y faire, à cette solitude prématurée, même si la vie n'était pas si terrible vu qu'on s'occupait bien de lui.
Toujours est-il qu'il est là, coincé dans un cachot au milieu de nulle part, il ne sait pas comment, il sait plus ou moins pourquoi sans le comprendre, et c'est trop pour lui. Trop pour un enfant. Il veut partir, être libéré.

- Je veux partir d'ici... S'il vous plait.

Il lève son regard brillant vers les deux professeurs, les suppliant de l'aider à s'enfuir de cette prison, de faire quelque chose. Il sait bien que les morts ne reviennent pas à la vie. Il ne demande pas de revenir à la vie. Parce que, peut être qu'il va rejoindre ses parents. Il a cet espoirs fou de les revoir, de jouer avec eux. Où sont-ils? Dans les nuages lui a-t-on dit. Un nuage, c'est joli, tout blanc, ça semble tout doux, et avec ses parents, il veut bien renoncer à tous les jouets du monde pour aller jouer à saute-nuage avec eux.

_________________

Tout peut arriver, ne l'oublie jamais Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnonymousInvité
Invité
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] EmptyJeu 9 Déc 2010 - 20:04

    Ren ne bronchait pas aux côtés de Bastet qui était accroupie alors qu'elle avait la nette impression qu'elle gelait sur place. Le température changea, elle sentit mais trop tard. Son corps s'agitait, son souffle devenait lent, comme si elle s'endormait et c'était le cas. Le sommeil glacé, le sommeil de la mort. Elle ne devait pas fermer les yeux, elle le fit deux secondes juste avant de les ouvrir et de toiser le fantôme qui avait demandé avec étonnement s'il était mort. Elle hocha la tête, il était mort, paix à son âme. Bastet entendit un rire sonner à ses oreilles, et elle sut de suite qu'elle perdait la tête à cause du froid, c'était vraiment mal-barré cette histoire au train au quel cela allait...

    - Je m'appelle Oliver.
    - Moi Bastet."

    Elle parla avec franchise, sans aucune peur alors qu'elle tendit sa main et demanda à Oliver de la prendre. Celui-ci la regarda étrangement mais le fit, un froid sans nom l'envahit et la sorcière d'Orpheo vacilla, à genoux, s'accrochant pourtant pour éviter de mourir. Car elle ne se devait pas de mourir ainsi. Elle ne savait pas où, ni comment elle mourrait, mais si une chose Bastet savait bien, c'était que cela ne serait pas ainsi. Décidément pas...Oh que non! Au pire, il y avait la présence de Ren aussi. Comme un ange gardien, et la sorcière sut alors qu'elle pourrait compter sur lui. Si elle se donnait la peine de faire un effort.

    - Je veux partir d'ici... S'il vous plait.

    Alors, elle l'aiderait à partir. Bastet retira sa main et sortit sa dague qu'elle avait caché sur elle. Entaillant son index elle traça une rune sur le sol. On disait que le sang appelait la magie noire, mais cette fois-ci cela allait être l'inverse. Terminant de fermer la rune la sorcière d'Orpheo commença à parler en hébreu et la magie blanche s'éleva. Douce, prévenante comme une mère éternelle. Elle effleura le fantôme et Bastet joignit les mains tout en continuant de parler dans sa langue natale. La magie claque une première fois dans l'air, entourant le jeune fantôme, enfin ancien mais jeune dans l'apparence, elle l'enveloppa d'une lumière éternelle et bientôt, l'âme fut libre. La pièce fut illuminée de mille feux par la magie, et bientôt le noir revint réalité et tout se stabilisa. Durant une seconde, on n'avait rien vu dans le lieu à cause de la lumière de la liberté, de l'éternel, de la mort.

    Bastet ouvrit les yeux, laissant ses mains tomber le long de son flanc, elle souffla une dernière fois avant que sa vue ne se brouille. Elle jeta un regard à Ren, voulut parler mais bientôt s'effondra, elle était tombée dans les pommes. La magie avait mangé les dernières parcelles de son énergie. Bastet se laissa entourer par le froid, elle en fit sa couverture éternelle. Elle crut entendre le rire d'un enfant, et sut que c'était Eva. A des milliers de kilomètres, sur la Terre d'Israël sa fille jouait avec la poussière, et la magie. Une sorcière, Bastet avait toujours ignoré que le père était un sorcier, comme le destin était ironique. Une voix souffla et effleura la sorcière d'Orpheo alors qu'elle sentit qu'on la portait.

    Vis maman, ne laisses pas tomber. Maman...Je t'aime.

    L'instinct maternel, l'amour entre une mère et une fille est l'amour le plus fort au monde selon les scientifiques. Aucun lien de ne le brise, par delà les mers, par delà le cosmos nous savons toujours où est celle qui nous a mis au monde, pareil pour la mère sachant où se trouvait sa chair. Quand Bastet se réveilla, elle était dans les couvertures, au chaud, dans une protection. L'infirmier l'engueula de son imprudence et elle en sourit en fermant les yeux. Heureuse, et se sentant libre, elle venait de se retirer un poids en affrontant sa plus grande peur...

    [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: As-tu peur des fantômes? [PV Ren]   As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

As-tu peur des fantômes? [PV Ren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un fantôme
» Qu'est-ce qui vous fait si peur dans le Hierophant?
» Wyclef, la peur et les élites, la gauche du populisme
» Gâteau des fantômes
» [UPTOBOX] La Gloire et la peur [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: || Boite à souvenirs-
Nos partenaires
As-tu peur des fantômes? [PV Ren] 758917HGPartenariatAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] 2ajls3As-tu peur des fantômes? [PV Ren] 1540142588-1As-tu peur des fantômes? [PV Ren] 903z As-tu peur des fantômes? [PV Ren] IJ9d42sAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] 462622Bannire As-tu peur des fantômes? [PV Ren] Bouton13As-tu peur des fantômes? [PV Ren] PbgChxtAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] 0uylWvkh_oAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] 2UjeriFAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] K0ggAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] 942033J0i6pHfAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] OWNjbZPAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] H9kS98PAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] W7ttAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] QnjbrwFAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] 1558431971-spoonfulofsugarAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] WbmnAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] 1536731829-341142368006asatestAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] CssnAs-tu peur des fantômes? [PV Ren] Bouton11