Une toute petite main...[PV Jonathan]


Partagez | .
 

 Une toute petite main...[PV Jonathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
EMPLOIS/LOISIRS : Directrice du Mystery Orphanage
LOCALISATION : Là où il faut
CITATION DU PERSONNAGE : Le temps mange la vie, et l'obscur ennemi qui nous ronge le coeur, du sang que nous perdons croit et se fortifie

MESSAGES : 1317
DATE D'INSCRIPTION : 20/02/2011

Niveau du personnage
Point RP:
183/200  (183/200)
Point Membre:
251/200  (251/200)
Niveau: 12 - Mentor
avatar
Pandora S. Mystery
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
MessageSujet: Une toute petite main...[PV Jonathan]   Lun 28 Fév 2011 - 23:05

Come with me my love...

Une toute petite main. Qui roule entre les doigts tellement usagés de Pandora. Un nouveau-né. Un nourrisson. Il est né il y a deux semaines. Sa mère est morte en couche, et des mauvais traitements infligés auparavant qu'elle n'avait su supporter. Cette femme était devenue une esclave. Cette femme n'avait que dix-huit ans. Et on l'avait forcée à procréer pour donner d'autres petits instruments, qui serviraient la vengeance de Croix. Ce petit aurait du devenir un être servile, combattant, peut-être même, oui, peut-être un assassin. Pandora savait qu'ils en formaient dans le QG de Croix. C'était d'ailleurs tout ce qu'elle savait.

La vieille directrice soupira. Elle continua de bercer le petit être qui commençait à s'endormir. On le lui avait amené la semaine dernière, en urgence, le petit avait besoin d'affection et d'un foyer. Il grandirait avec tous les autres. Ses dons ne tarderaient pas à se développer. Il serait surement très doué, comme tous les autres orphelins. Rares étaient ceux qui sortaient du Mystery sans êtres prêts à devenir de grands exorcistes. Et Pandora était particulièrement fière de chacun d'entre eux. Elle sourit. La porte s'ouvrit en grinçant légèrement, faisant gémir un des bambins qui dormait encore.
Elle eut un sourire large en voyant Jonathan, un de ses fils qu'elle adorait, franchir la porte. Elle s'approcha de lui, et le regarda d'un air complice.

Le petit qui avait poussé un léger cri à l'entrée du professeur gazouillait maintenant en signe de protestation. Trop tard, réveillé. Avec toutes les précautions du monde, la vieille exorciste déposa délicatement le nouveau né dans les bras de Jonathan, et alla sortir l'autre de son berceau. Il avait environ un an, et ouvrait de grands yeux bleus sur tout ce qui l'entourait. Elle lui murmura quelques mots et le cala dans ses bras frêles mais forts, se rapprochant de Jonathan. Elle le voyait bien père. Oui, avoir un nourisson tout frippé dans les mains semblait lui être destiné. Pandora se retint de pousser un petit rire, et le regarda dans les yeux avec attendrissement.
Après quelques minutes de silence et de contemplation pleine de fierté de l'homme qu'était Jonathan, elle dit en désignant le gros bébé joufflu et rose qu'elle portait :


-Tu étais exactement pareil quand tu étais arrivé ici. Tu avais les cheveux plus foncés et tu protestais plus, mais tu étais pareil. Beau et curieux. Rien n'a changé.

La femme âgée se dirigea vers une des fenêtre près d'un des angles de la pièce, et soupira légèrement en regardant au dehors. Une petite fille poursuivait une grenouille. Surement un camarade métamorphe, étant donné la régularité des bonds que l'animal effectuais. Pandora sourit. Les temps pouvaient changer, mais pas cette quiétude. Elle donnerait tout son être pour cela. Elle se retourna vers Jonathan :

-Il est tout petit n'est-ce pas ? Il s'apelle Chance. Il vient de France. De Bretagne. Il a deux semaines.

C'était le plus jeune de tous. Les autres bébés avaient entre douze et vingt mois. Des bambins aux joues rebondies et aux rires à ouvrir un coeur de pierre. Comme elle les aimait ces petits bouts d'innocence. Autant que son grand dadais de fils de coeur, ce Jonathan, toujours pas foutu d'avoir une copine, d'ailleurs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 304
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
126/100  (126/100)
Point Membre:
126/100  (126/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Jonathan L. Taylor
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
MessageSujet: Re: Une toute petite main...[PV Jonathan]   Ven 4 Mar 2011 - 23:18

    Enfant,
    Bébé...


    Il ne faisait pas très beau en ce moment, bien que le soleil se poussait à nous montrer parfois le bout de ses rayons. Je surveillais les orphelins qui couraient partout, ignorants de la situation actuelle. Non pas qu'ils ne sachent pas ce qu'il se tramait, mais cela leur passait au dessus de la tête. Les enfants ont cet étrange pouvoir qu'est celui de ne pas se soucier du monde, et encore moins quand celui-ci ne va pas bien ! Je vis Donan passer dans le coin. Il me sourit avant de vite retourner jouer avec ses camarades. Il n'avait aucune envie d'être avec moi alors qu'aujourd'hui, quelques éclaircis poussaient les enfants surexcités à sortir prendre l'air. Et je n'irais pas le contredire, l'air frais lui ferais du bien, et je savais ne pas mon montrer égoïste. Nérys arriva derrière moi et sans me prendre la main, sans me toucher, au cas où, commença à me parler. J'acquiesçais amoureusement à ses demandes, à ses envies, ses paroles que je buvais. Je lui exposais mes points de vues, mes envies et elle me souris. Mais elle devait partir, il y avait beaucoup de travail en ce moment pour se permettre trop de temps libre.

    Un autre professeur vint me remplacer et je laissais donc derrière moi le jardin du Mystery et ses enfants joyeux, alors que même le vent semblait pleurer. Je me sentais las de tout ces conflits. Et puis on disait que Luka avait été capturée, ce qui avait en grande partie déclenché la fureur de Natasha Cross, ainsi que la mort de Quentin, causé par Nathaniel. Il me l'avait dit, presque effondré. Ses mots me semblaient incohérents, et pourtant ils prenaient tous leur sens maintenant. Elle va me tuer. Orpheo est en danger. Natasha ne pourra supporter autre chose. Elle va me trucider. Pas très joyeux tout cela je vous l'accorde. Et je m'inquiétais pour Luka. Je m'inquiétais tellement que mes pensées étaient fixées sur elle. Et je regardais souvent inconsciemment en direction de Londres, espérant voir une quelconque bonne nouvelle. Mais on ne savait jamais. Et les nouvelles ne venaient pas de toutes façons.

    Je me dirigeais d'un pas lourd vers ma chambre avant de bifurquer brusquement. Je ne voulais pas m'allonger pour me retrouver seul. Je préférais... me balader. Ou même faire un tour du côté de la pouponnière, ce que je décidais de faire. Je fis quelque détour, juste par envie, pour essayer de croiser malencontreusement Nérys, et la bloquer dans un couloir, désert, dans un placard, n'importe où, et l'embrasser. Mais elle n'était plus là nul part et je ne voulais pas non plus faire celui qui la cherchait vraiment. Au pire, nous verrons ce soir, nous aurons du temps à nous. Je pourrais aller la voir dans sa chambre... et le reste ne vous regarde absolument pas. Ainsi j'entrais dans la pouponnière. En y entrant, j'en réveillais un. Je vis qu'il y avait Pandora Mystery. Je lui souris avec une moue d'excuse, je n'avais pas la moindre intention de déranger le petiot. Je me retrouvais soudainement avec une petite chose dans les bras. Celle-ci hoquetait doucement, poussait quelque gémissement. Adorable. Je le calais bien entre mes bras et de ma main libre, caressais doucement sa toute petite tête encore toute rouge.

    -" Tu étais exactement pareil quand tu étais arrivé ici. Tu avais les cheveux plus foncés et tu protestais plus, mais tu étais pareil. Beau et curieux. Rien n'a changé.
    -Oh si... beaucoup de choses ont changées malheureusement..."

    Avant c'était la paix. Avant. Mais maintenant la guerre est partout, c'est l'horreur. Et le nombre d'orphelins à augmenter drastiquement. Malheureusement nous ne pouvons pas les recueillir, la plupart sont en pays "conquis". Je souris durement à Pandora. Elle avait l'air sereine, bien plus que je ne l'étais pour ma part en tout cas.

    -" Il est tout petit n'est-ce pas ? Il s'appelle Chance. Il vient de France. De Bretagne. Il a deux semaines.
    - De Bretagne..."

    Je regardais le petit Chance qui continuais de pousser des gémissements étrange. Ainsi venait-il de là bas. Là où les Cross "vivaient". Là où j'avais rencontré Ange. Là où violemment il m'avait repoussé. Je touchais sa toute petite main, essayant de chasser mes pensées négatives. Mais je n'y arrivais pas le moins du monde. Je me sentais tellement mal. Entre Luka qui était en prison, et sûrement maltraité de part son ascendance, et Ange qui lui courait après, remplit de rancœur. Et puis, je m'inquiétais aussi pour Donan. Et pour Nérys, mais cette dernière pensée, je ne la formulais pas dans mon esprit, au cas où... Pandora était une trop bonne lectrice de pensée pour que je ne fasse pas attention.

_________________




Nérys & Salim & Lilly


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
EMPLOIS/LOISIRS : Directrice du Mystery Orphanage
LOCALISATION : Là où il faut
CITATION DU PERSONNAGE : Le temps mange la vie, et l'obscur ennemi qui nous ronge le coeur, du sang que nous perdons croit et se fortifie

MESSAGES : 1317
DATE D'INSCRIPTION : 20/02/2011

Niveau du personnage
Point RP:
183/200  (183/200)
Point Membre:
251/200  (251/200)
Niveau: 12 - Mentor
avatar
Pandora S. Mystery
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
MessageSujet: Re: Une toute petite main...[PV Jonathan]   Ven 8 Avr 2011 - 1:14

To the sea, the sea of love

Jonathan prit le bébé entre ses bras, avec une certaine maladresse, qui rapellait qu'il n'était pas encore papa, pas encore. C'était un beau jeune homme, pourtant. Pandora s'étonnait qu'il n'ait pas encore trouvé une jolie jeune femme pour partager sa vie. Brillante, vive et intelligente comme lui. Sorcière, humaine ou mêlée, qu'importe ? Du moment qu'il l'aimait. Mais personne. Depuis toujours, personne. Mais Pandora ne s'inquiétait pas. Il n'avait surement pas trouvé la perle rare. Pas encore. Il était un garçon patient et difficile, comme elle l'avait toujours connu.
Alec, le bébé qu'elle portait remua vivement afin de lui faire comprendre qu'il avait faim, et, obeissant à son ordre, la vieille femme réchauffa un biberon posé près de là à l'aide d'une rune, et mit l'objet dans la bouche du petit qui se mit à téter goulûment.
N'y prétant plus qu'une attention précaire, elle regarda Jonathan, qui venait de dire que beaucoup de chose avaient changé. Il avait raison en un sens. Mais l'essentiel, l'essentiel restait toujours, lorsqu'on dépouillait tout ce qu'il y avait autour. Jonathan avait gardé son essentiel. Elle sourit de son sourire plein de sagesse, de vieille femme qui traversait les années, encore et encore, avec la même joie, sentant à peine la lassitude lui ronger les yeux pour un jour les fermer définitivement :


-Mais tu es toujours Jonathan. C'est l'essentiel.

Dans un hélan maternel, Pandore s'autorisa à lui effleurer la joue, comme pour essuyer ses larmes, celles qu'il ne pouvait plus pleurer maintenant qu'il se devait d'être un homme fort. Il regardait Chance comme s'il était une merveille inestimable, autant qu'un être vulnérable et fragile. Un bébé. Elle attarda sa main sur sa joue à lui, avant de reprendre le contrôle d'Alec qui n'était décidément pas partageur. Elle le gronda doucement tout en le berçant pour qu'il se calme, et remarqua l'expression du jeune homme. Oui la Bretagne, c'était bien ce qu'il croyait, bien ce que cela évoquait. Elle hocha la tête et dit d'une voix douce :

-Oui, il est né là bas, et serait devenu esclave si on ne l'avait pas récupéré.

Chance. Ce prénom lui allait vraiment bien. Comme pour Ange ou pour Nephilim, il y avait une signification très présente. Il n'aurait pas une vie facile, lui non plus. Comment lui expliquer tout ce ravage autour de sa naissance. Toutes ces choses...C'était tout à coup très dur, et il fallait être fort. Elle se demanda tout à coup comment son fils de coeur encaissait tout ça, et lui demanda :

-Jonathan...Tu vas bien ?

Cette fois, l'inquiétude tranperçait sa voix, elle se faisait du soucis, c'était sur. Elle avait élevé Jonathan, elle l'avait tant aimé, et il s'était pris d'affection pour elle, peut-être plus que de raison. Maintenant elle était sa mère et rien n'y pouvait rien changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 304
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
126/100  (126/100)
Point Membre:
126/100  (126/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Jonathan L. Taylor
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
MessageSujet: Re: Une toute petite main...[PV Jonathan]   Lun 8 Aoû 2011 - 22:16

    Je ne dirai pas : ne pleurez pas,
    car toutes les larmes ne sont pas un mal.


    -" Mais tu es toujours Jonathan. C'est l'essentiel."

    Je souris. Oui, je suis toujours Jonathan. Il ne manquerait plus que ça tenez ! Chance ne bouge pas beaucoup. Il me contemple de ses grands yeux qui de bleus commencent à virer au marron, ou peut être noir... Ses mains s'agitent dans un ballet maladroit et, ne le tenant plus que d'un bras, mais tout de même fermement ne vous inquiétez pas, je mettais mon doigt à porter de ses mains. Cependant il n'essayait pas encore de l'attraper, un peu trop jeune peut être. Oui Chance était jeune. Nouveau né. Il baille doucement et moi je m'attendris considérablement et me détend. Si jamais quelqu'un se demande pourquoi on se bat, il suffit qu'il tienne un enfant tel que ce petit dans ses bras : pour voir à nouveau ce regard, le sourire des enfants, leurs rires, la joie d'être amoureux, pour un lendemain meilleur. Pour l'instant notre horizon est sombre, mais pas encore noir, il y a toujours raison d'espérer non ? Pandora passa doucement sa main contre ma joue et je souris. Cette vielle femme était chère à mon coeur, ma grand-mère, ma mère...

    -" Oui, il est né là bas, et serait devenu esclave si on ne l'avait pas récupéré."

    Esclave ? Oui j'avais entend parler de cette histoire. Croix aurait lancé la mode d'utiliser des humains le plus souvent doués, comme esclave. On se croirait revenu au temps du commerce triangulaire. Je ne répondis rien, me contentant de regarder le nourrisson s'endormir doucement dans mes bras. Un si petit être entre les mains de ces sorciers noirs ? Esclave ? Il n'en était plus question heureusement. Une question me vint alors à l'esprit... Et toi Luka ? Toi qui maintenant côtoie Croix et ta chère mère, traite tu les humains doués comme ta mère et les autres ? Es-tu devenue si aveugle ? Je fermais les yeux et respirais doucement pour me calmer. Natasha devait avoir transformé Luka. Et cela m'était insupportable. Pourtant je ne faisais rien pour essayer de l'empêcher. Mais avais-je le droit d'abandonner les orphelins pour juste une personne ? Je savais que c'était une sorte d'excuse que je me répétais...

    -" Jonathan...Tu vas bien ?"

    Il s'en fallut de peu pour que je ne sursaute. SI je vais bien ? Pas tant que ça... Je la regarde, les yeux me piquent. Je bats rapidement des paupières mais rien à faire. Une larme coule quand même le long de ma joue, suivit de quelques autres. Pas beaucoup, mais ça me suffit. Toutes les larmes ne sont pas mauvaises... Bien au contraire. Je sers un peu plus Chance contre moi sans non plus l'écraser.

    -" Luka me manque. Et j'ai peur pour elle. Peur de ce qu'elle peut devenir. Je sais qu'Ange la retrouvera, j'en suis certain... Mais j'ai peur. Pour lui aussi. Ils me manquent tous les deux."

    Je détourne le regard. Le monde est parfois cruel. Dans un orphelinat, on ne peut que rarement dire le contraire en voyant tous ces enfants sans parents, si jeune... Et après on peut les voir s'entre déchirer... Pour nous qui les avons vu grandir, c'est insupportable.

_________________




Nérys & Salim & Lilly


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
EMPLOIS/LOISIRS : Directrice du Mystery Orphanage
LOCALISATION : Là où il faut
CITATION DU PERSONNAGE : Le temps mange la vie, et l'obscur ennemi qui nous ronge le coeur, du sang que nous perdons croit et se fortifie

MESSAGES : 1317
DATE D'INSCRIPTION : 20/02/2011

Niveau du personnage
Point RP:
183/200  (183/200)
Point Membre:
251/200  (251/200)
Niveau: 12 - Mentor
avatar
Pandora S. Mystery
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
MessageSujet: Re: Une toute petite main...[PV Jonathan]   Mar 28 Fév 2012 - 16:43

Do you remmember when we met ?

Le minuscule bébé que Jonathan tenait à présent dans ses bras bailla, et elle remarqua tout l'amour et la tendresse que contenaient les yeux de son protégé. Alec commença à se faire plus lourd, et bientôt, elle perçut le rythme calme de sa respiration endormie. Pandora sourit avec quiétude au visage du petit, qui ne pouvait plus la voir, maintenant au pays des songes. La vieille sorcière continua de le bercer quelques instants avant de le reposer dans son berceau, où il s'étira par instinct. Elle ne l'avait pas réveillé. C'était une bonne chose. Elle s'approcha de Jonathan, et remarqua qu'une larme avait commencé à rouler sur sa joue.

-Mon fils...murmura-t-elle en posant une main sur son épaule.

Il serrait Chance contre lui de la manière instinctive et protectrice qu'elle avait déjà pu observer chez Alfred, lorsqu'il était encore en vie, lorsque lui aussi dirigeait cet orphelinat. Pandora retint ses larmes, et laissa le nourisson prendre son doigt, et le serra, très fort, comme s'il avait peur qu'on le laisse tout seul. Mais il était bien entouré. Très bien entouré. Des bébés si jeunes, il n'y en avait eu que peu. il y avait eu Ange, Lila, Sacha...Colin, il y avait bien longtemps. C'était encore au vingtième siècle, au début. Il était mort depuis longtemps, durant la guerre, en Allemagne. Pandora poussa un long soupir. Tant d'années.

La peur de son fils d'adoption lui rapella la sienne. Comment ne pas se sentir plein de frayeur pour des enfants que l'on a vu jouer, grandir, rire ? Ange et Luka, ils n'étaient pas si grands encore...Elle savait que Jonathan avait essayé. De récupérer Ange. De récupérer Luka. Ce n'était pas anodin. C'était leur histoire. Il n'y avait qu'eux. Et malgré leurs angoisses, ils n'avaient rien à y faire. A par continuer à ressentir cette peur de tous les instants, de continuer à les chercher, car c'était leur rôle vain de parents aimants.


-Jonathan, d'autres enfants ont besoin de nous ici, ou ailleurs. Je ne saurais te dire que tout ira bien. Mais ils sont trop entêtés pour que nous les empêchions de s'accomplir. Pour l'heure, nous n'avons que nos inquiétudes. Mais j'ai le sentiment que jamais tout notre amour ne pourra les rattrapper, tant qu'ils ne se seront pas décidés.

C'était dur, tout ce qu'elle venait de dire. Mais elle avait du souffrir, durant toute son existence, afin d'agir au mieux. Elle n'avait pas toujours réussi, loin de là. Nombre de ses anciens protégés étaient morts, ou sorciers noirs, humains noirs même. D'autre avaient disparu. C'était l'amour qu'elle voyait dans les yeux de personnes comme Jonathan, Nérys, Myaw, Naomie ou encore Lunna, qu'elle qui lui faisait comprendre qu'elle n'avait pas totalement échoué. Que sa raison de vivre n'était pas vaine.

_________________

Zaubererbruder, wo bist do gewesen, in all diesen finsteren Jahren ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 304
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
126/100  (126/100)
Point Membre:
126/100  (126/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Jonathan L. Taylor
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
MessageSujet: Re: Une toute petite main...[PV Jonathan]   Mar 28 Aoû 2012 - 16:34

On ne va pas à l'encontre
d'un rêve qui se brise.


Le nourrisson ne résista pas longtemps à Morphée et s'endormit doucement, dans un souffle. Il est là, dans mes bras, aussi faible et dépourvus que possible. Pas d'arme, pas de possibilité de réagir, et encore une perception du monde bien incomplète. Mais il est dans mes bras. Et à partir de là rien ne peux lui faire de mal. Parce que je suis là tous simplement. Le petit corps ne pèse pas encore bien lourd sur mes muscles mais bien plus déjà sur mes responsabilités. Je n'ai pas le droit de le laisser tomber. Mais que deviendras-tu Chance ? Est-ce que cela vaut la peine que je te garde ici dans mes bras ou ferais-je mieux de te lâcher ici et maintenant. Quand je pense à ce qu'il pourrait devenir... On ne ment pas sur leur histoire au Mystery, on la leur révèle quand ils nous la demandent, quand ils sont en âge de savoir. Alors comment réagira-t-il ? Les enfants qui n'ont pas connu leur famille sont parfois rancunier envers la vie qui leur a prise. Et ces enfants là ne veulent que rétablir l'ordre des choses. Mais la mort n'amène pas la vie. Cela ne changera rien.

-" Jonathan, d'autres enfants ont besoin de nous ici, ou ailleurs. Je ne saurais te dire que tout ira bien. Mais ils sont trop entêtés pour que nous les empêchions de s'accomplir. Pour l'heure, nous n'avons que nos inquiétudes. Mais j'ai le sentiment que jamais tout notre amour ne pourra les rattraper, tant qu'ils ne se seront pas décidés."

Je hausse les épaules. C'est peut être bien vrai. Mais si notre amour ne les rattrape pas, que peut-il faire pour eux ? Je vais poser le bébé dans son berceau avec douceur et rabat sur son petit corps une couverture minuscule. Chance grandira parmis nous avec tout notre amour. J'espère que ça lui suffira. Je regarde les quelques autres bambins assoupis. Ils ne sont pas beaucoup. Il y a plus d'enfants plus âgés. Et eux aussi ont besoin de nous.

-" Un jour je serais père..."

C'est un murmure. Un jour j'aurais un enfant. Une petite fille. Ou un beau garçon. Qui sait ? Parce que je veux voir un enfant qui a une famille et je ferais tout pour qu'elle reste entière. Je ne suis pas casse cou ou téméraire. Je n'ai que faire de la gloire et je ne méprise pas le danger. Je suis un homme calme et j'espère le rester. Un jour je serais père comme Pandora a été une mère pour nous autre.

-" Un jour je serais père de tous les enfants du Mystery."

Je veux être là pour eux, pour les aimer, leur apporter un peu de bonheur à eux qui ont perdu quelqu'un et qui ne savent pas trop où regarder. Je veux leur montrer un chemin et ne pas les renier s'ils en choisissent un autre. Je veux être un modèle qu'ils remettent à sa place quand il le faut. Je veux être là. Juste là.

_________________




Nérys & Salim & Lilly


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
EMPLOIS/LOISIRS : Directrice du Mystery Orphanage
LOCALISATION : Là où il faut
CITATION DU PERSONNAGE : Le temps mange la vie, et l'obscur ennemi qui nous ronge le coeur, du sang que nous perdons croit et se fortifie

MESSAGES : 1317
DATE D'INSCRIPTION : 20/02/2011

Niveau du personnage
Point RP:
183/200  (183/200)
Point Membre:
251/200  (251/200)
Niveau: 12 - Mentor
avatar
Pandora S. Mystery
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
MessageSujet: Re: Une toute petite main...[PV Jonathan]   Sam 17 Nov 2012 - 18:23

I wanna tell you how much I love you

Il haussa les épaules et reposa l'enfant dans son berceau. Elle se demanda ce que cela signifiait. Mais l'infinie douceur de l'homme couchant le nourrisson la remplit d'émotion. Elle se rendit compte à quel point elle était fière et heureuse de ce que cet enfant qu'elle avait un jour adopté comme tous les autres était devenu. Ce bel homme, calme et fort, doué dans tout ce qu'elle l'avait vu faire. Elle sourit et posa une main sur son épaule, afin de le réconforter. Elle savait à quel point la marée d'évènements qui avait submergé le monde magique ces derniers temps, ainsi que les fuites successives d'Ange et Luka l'avaient affecté. Il n'était pas le seul. Nérys, d'ailleurs, avait assisté au départ d'Ange après lui avoir remis la lettre rédigée par Luka qui annonçait son nouveau choix de vie. Puis Takeji Kido et Ren Takahata avaient également été touchés, en tentant de la ramener.

La vieille femme voulait qu'il garde l'espoir. Elle espérait que ces déceptions ne l'empêcheraient pas de se battre pour ce qui leur était cher à tous. Il était fort, mais sensible. Elle ne sut pas quoi dire, elle se contenta de serrer sa main ridée sur son épaule et de le regarder, mettant tous ses sentiments dans ses yeux. Sa confiance, son amour.

Il dit tout à coup qu'un jour il serait père. Pensif, très doucement. Elle sourit plus largement, et lui répondit, gonflée de fierté maternelle :


-Tu seras un père merveilleux. Mais dis-moi...Aurais-tu un projet ?

Cette petite taquinerie était aussi curieuse qu'ayant le but de détendre légèrement l'atmosphère. Elle le sentait mélancolique. Bien sur, la disparition d'Ange et Luka était quelque chose de grave, mais ils ne pouvaient abandonner leurs charges. Peut-être était-ce leur crise d'adolescence ? Elle préférait les observer de loin plutôt que d'intervenir et de les laisser frustrés.

Jonathan reprit sa phrase une seconde fois. Il voulait être père de tous les enfants du Mystery Orphanage. Elle sourit de nouveau, de manière plus mélancolique. Mais ce n'était que sur le coup de l'émotion. L'envie que Jonathan montrait de lui succéder dans cette tâche lui donnait presque envie de pleurer. Elle n'aurait jamais cru que quelqu'un ait pu lui dire si explicitement, que lui aussi, il voulait aimer tous ces enfants sans parents. Il voulait être leur père. Elle le regarda dans les yeux :


-Tu l'es déjà, Jonathan.

C'était vrai. Tous l'aimaient. Il savait être sévère et aimant. Luka l'avait toujours considéré comme un père, maintenant le petit Donan également. Et Ange l'aimait aussi. Elle ne connaissait pas un seul orphelin qui ne connaissait pas le professeur Taylor et ne voyait pas en lui une figure autoritaire, quelqu'un à suivre et à admirer, quelqu'un d'équilibré à qui se confier. Jonathan était déjà père de tous. Elle le regarda de nouveau avec affection et lui dit :


-Crois-le. Ils ont tous besoin de toi, et j'ai confiance en toi, pour le présent comme pour l'avenir.

Par chance elle s'entendait avec tout son personnel. Chacun d'entre eux était attentionné, prêt à beaucoup sacrifier pour l'institution. Et Jonathan avait toujours été comme un fils. Peut-être que lorsque Nérys deviendrait directrice à se place, il accepterait de la seconder.

_________________

Zaubererbruder, wo bist do gewesen, in all diesen finsteren Jahren ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 304
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
126/100  (126/100)
Point Membre:
126/100  (126/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Jonathan L. Taylor
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
MessageSujet: Re: Une toute petite main...[PV Jonathan]   Jeu 1 Nov 2018 - 21:26

On ne va pas à l'encontre
d'un rêve qui se brise.


C''est une question qui désarçonne. Je cache mal ma surprise presque craintive, cette idée qu'elle pourrait avoir des soupçons, pour Nérys, pour moi, pour Nérys et moi. Je pourrais rougir un peu si j'avais réellement la carnation pour. Sa voix était pourtant douce quoiqu'un peu piquante. Juste une question, pour tâter un tantinet sans doute. Il est vrai que l'absence de relation que je montre peut déconcerter. Je ne suis pas en recherche, puisque j'ai trouvé. Et il y a bien un loup dans cette histoire. Je ne réponds pas, comme évasif, comme si j'étais gêné, ce que je suis, mais pour d'autres raisons. Je me force également a regarder les enfants, qu'ils emplissent mes pensées, et pas Nérys. Je sais que Pandora est totalement en contrôle de son don et qu'elle ne lit pas dans les pensées sans l'avoir demandé au préalable ou sans être sûre d'une absolue nécessité. Le consentement est important dans ce genre de situation, quand il est possible. C'est une chose que nous inculquons aux enfants.

Sa voix, ses mots me réchauffent le coeur. Je me sens comme investi d'une mission que je portais déjà en moi et que je mets à nue. Elle me semble d'autant plus vraie et plus forte que légitimée par la seule personne qui pouvait le faire. Je lui offre mon plus grand sourire, spontané, sincère. Je n'ai pas plus à lui donné et pas de chose plus grande non plus. C'est un amour qui n'a pas de prix, une vérité si essentielle qu'on ne peut la noircir et il n'y a donc rien de plus précieux. Je pourrai le dire, mais même les mots ne sont pas assez puissants. Et je le sais quand je la regarde également, car il y a cette étincelle qui brille également et que rien d'autre ne pourrait égaler. A nouveau, je contemple les enfants endormis. Ils semblent apaisés d'une horreur dont ils ne se souviendront pas, de cette séparation brutale qui les a mené ici et ce parce que nous leur offrons tous notre amour. Sans cet amour, jamais ils ne pourront effacer la douleur au profit de la joie et jamais ils ne pourront réellement grandir. Ils vieilliront, à tout casser. Je me tourne encore vers la vieille directrice et prend un air timide, moi, le grand gaillard. Mais à ses yeux, je serai toujours un enfant, cette toute petite main qu'elle a tenue inlassablement.

- Merci...

Et comme un enfant qui n'a plus d'autres mots, je m'approche doucement, écarte mes bras et la sert tout contre moi, prêt de mon coeur et de mon âme. Je voudra lui transmettre cette chaleureuse sensation qui m'abrite, ce capharnaüm joyeux et apaisant qu'elle a su insuffler en moi. Je sens les bras qui m'ont soutenus tant de fois sur ma poitrine et son souffle à mon oreille. C'est une scène qui ne s'était pas jouée depuis une éternité et qui fait du bien. Elle rappelle qu'il y a autre chose que la violence dehors et qu'il ne faut surtout pas l'oublier. Je me détache, comme à regret et contemple cette femme qui a eu la patience de m'élever, dans tous les sens du terme.

- Est-ce que l'on pourra vivre à nouveau dans cette paix que l'on a connu ? Je ne me souviens pas, étant enfant, de toute cette agitation. Peut être étais-je ailleurs, obnubilé par ma propre innocence et toute cette naïveté. Je sais qu'après tout, chaque année porte en elle ses propres troubles que l'on oublie l'année d'après pour faire face aux suivants.

C'est vrai, c'est tellement vrai. Je voudrais me retourner vers le passé et regarder un peu, peut être pour en tirer un enseignement, sûrement pour comprendre que je n'ai jamais été seul devant toute cette souffrance, que nous ne sommes pas seuls et qu'ils l'ont aussi vécu, traverser. Tout cela au final pour cette unique certitude : traverser.

_________________




Nérys & Salim & Lilly


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
EMPLOIS/LOISIRS : Directrice du Mystery Orphanage
LOCALISATION : Là où il faut
CITATION DU PERSONNAGE : Le temps mange la vie, et l'obscur ennemi qui nous ronge le coeur, du sang que nous perdons croit et se fortifie

MESSAGES : 1317
DATE D'INSCRIPTION : 20/02/2011

Niveau du personnage
Point RP:
183/200  (183/200)
Point Membre:
251/200  (251/200)
Niveau: 12 - Mentor
avatar
Pandora S. Mystery
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
MessageSujet: Re: Une toute petite main...[PV Jonathan]   Dim 4 Nov 2018 - 12:05

If I try real hard, to make my point dear, that you have my heart

Pandora sourit. Jonathan avait eu l'air désarçonné par sa question, et tanguait légèrement, les yeux papillonnants, sans réponse. Elle se contenta de le regarder avec malice, sans insister.
Un des traits caractéristiques de la sorcière avait toujours été la curiosité, mais elle ne désirait pas non plus empiéter sur l'intimité des autres. Elle avait appris à respecter la pudeur et les silences.
Et Jonathan regardait les enfants, sans réponse, sans vérité à lui révéler. C'était peut-être trop tôt.
Comme pour tout sujet qui lui tenait à cœur, ce serait dur de résister, dur de ne pas insister et d'essayer d'en savoir plus, mais elle se tiendrait, telle la vielle femme respectable qu'elle était. Il était parfois un peu compliqué de devoir tout savoir et tout contrôler, tout en respectant les limites.
Le silence de son fils de cœur n'était pas celui qui cachait une bêtise d'enfant, et elle devait se rendre à l'évidence.

Elle se tut donc, et regarda Chance dormir paisiblement, emporté par des rêves auquel aucun autre être ne pourrait avoir accès. Elle n'était même pas sûre qu'un lecteur de rêves puisse saisir la fugacité des songes d'un nourrisson. Ils avaient si peu vécu en dehors du ventre maternel, ils devaient percevoir plus de sons et de sensations que d'images, contrairement à la plupart des humains, sorciers et mêlés plus âgés. Peut-être que les rêves des bébés n'avaient aucun commencement de sens pour un lecteur de rêve. Comme le chinois ou l'arabe lorsqu'on ne connait que l'alphabet latin. C'est joli, mais au lieu de voir un langage, on voit un dessin, une oeuvre d'art.

La vieille femme émergea de ses pensées lorsque Jonathan parla de nouveau. Un simple merci, mais le son de sa voix, l'intonation... Ils disaient tant de choses que l'exorciste s'en sentit bouleversée.
Lorsqu'on travaille toute sa vie pour atteindre un but aussi fugace et difficilement palpable que l'épanouissement d'êtres vivants, on est toujours surpris lorsqu'on parvient enfin à le percevoir. La reconnaissance n'est pas toujours évidente, à portée demain, lorsque l'on éduque, avait-elle remarqué. Il pouvait se passer des jours, des semaines, des mois, jusqu'à ce que tout à coup, une explosion d'affection, un élan de réussite vous saute au visage, et vous donne envie de pleurer, tant c'était inattendu. Tant parfois, on oubliait presque que, peut-être, au milieu de toutes les difficultés, les sacrifices, les remontrances, les bêtises, les terreurs nocturnes, on était aimé.
Et maintenant, Jonathan Taylor, le petit garçon, minuscule petit mêlé enveloppé dans une couverture, cet homme grand et musclé la prenait dans ses bras, avec toute la gratitude et l'amour du monde.

Et maintenant, Pandora pensait aux enfants qu'elle n'avait jamais eu avec Alfred, aux quatre, cinq, six. Six. Elle s'en souviendrait toujours Au sang entre ses jambes, et aux visages morts de ces petits, infinis, incomplets qu'elle avait pourtant tant aimés les quelques mois où ils avaient résidé en elle. Une fille et deux garçons, elle savait, pour ceux dont on avait pu déterminer le sexe. Elle avait toujours voulu savoir, et inventé des noms dans sa tête. Elle y pensait parce qu'eux n'avaient jamais vu la lumière du jour, elle n'avait jamais pu leur dire en face qu'elle les aimait, et chaque année, de nouveaux enfants bien vivants étaient venus à elle. Et elle avait tenu le coup. Eux non plus n'avaient jamais atteint l'âge d'exprimer de l'amour envers leur mère, ni de partager de câlin. La seule proximité corporelle qu'ils avaient eu était celle du fœtus dans son utérus. Allez savoir pourquoi celui-ci n'avait jamais pu en mener un seul à terme.

Lorsque la technologie, magique et innocente s'était développée, elle aurait pu faire des tests, chercher à comprendre. Mais elle avait voulu oublier, passer à travers. Laisser derrière elle les enfants mort-nés, juste ne pas savoir et aller de l'avant. Elle était une femme d'une autre époque et le resterait, c'était cela qu'elle ressentait, dans son corps, et dans sa tête.

La vieille sorcière serra son fils dans ses bras, remplie d'amour pour lui, pour Nérys, pour tous les enfants présents ici, et ceux qui étaient morts, expulsés de son corps contre sa volonté. Elle avait toujours voulu avoir des enfants. Elle en avait tellement eu, simplement, pas de la façon dont elle l'aurait imaginé, dont la nature, quoi que cette entité fut réellement, l'avait imaginée à la base. Elle avait survécu, et par là même, nombre de petits en avaient fait de même. Ils s'étaient aidés. Car on ne vit pas sans amour. C'était exactement ce qu'elle avait ressenti en perdant Alfred, c'était pour ça que tout espoir lui avait alors paru vain.

Elle caressa doucement ses cheveux, sans rien dire. Juste heureuse du moment. Car c'était précieux, on avait pas toujours le temps, la facilité de se laisser aller à ce genre d'effusions. Ce n'était pas toujours évident. Malgré tout ce qu'elle pouvait ressentir, au fond. Elle en profitait donc pour lui donner tout son amour dans cette étreinte, toute la fierté qu'elle ressentait pour lui. Et elle sentait sa gratitude, en retour. Il la voyait réellement comme sa mère, et c'était la chose la plus belle qui lui soit arrivée.

Lorsque son fils se détacha, Pandora s'arrêta pour le contempler, et passa une main sur son visage. Elle était fière de lui.
Mais le mot était si lourd dans sa bouche remplie d'émotions qu'elle n'eut pas le temps de le lui dire, qu'il lui posait déjà une question. C'était ce qu'il avait toujours fait. Et son devoir était la sagesse. Répondre et guider.

Elle avait tant vécu, et pourtant pour la paix, elle ne savait pas. Elle n'était pas sûre. Il aurait fallu pouvoir contrôler le monde entier, Croix, Orpheo, Santiago... En réalité, elle ne pouvait qu'espérer. Mais elle se devait aussi de donner du courage à Jon. Elle lui adressa un sourire un peu triste, prenant sa main droite dans la sienne.


- Je l'espère, Jonathan. C'est ce pour quoi je me bats. Probablement ce pourquoi tu veux te battre aussi, je l'espère. C'est à nous de construire le futur, pour eux, tu le sais, mais nous sommes nombreux sur ce grand chantier. En effet, lorsque tu étais enfant, il se passait déjà des choses terribles. Le massacre des Grey par les Cross, par exemple. Mais la guerre était moins officielle, moins globalisée. Les sorciers noirs pansaient leurs plaies, se préparaient. Et les autres fanatiques qui existent dans ce monde étaient affaiblis. Tout ce qui nous reste à faire, c'est aller de l'avant. Je...

Elle s'arrêta un instant, et sourit, amusée de se voir si impuissante.

- Je ne peux rien garantir, rien assurer ou asséner telle une vérité absolue. Ce serait présomptueux de ma part. Je donnerai simplement tout pour assurer un équilibre. Comme je peux. Car nous sommes tous faillibles et remplis de défauts, tu le sais ça, n'est-ce pas ? Les sorciers, les humains, les mêlés...

Ces mots donnaient un écho si absurde aux conflits actuels qu'elle aurait pu en rire, puis se trouver prise de sanglots, tant tout était complexe, entremêlé et régi par des émotions et des rancœurs immémoriales, inconscientes. Elle n'avait qu'à ce tenir là, en compagnie de ceux qui voulaient bien l'aider, pour tenter de protéger, de résister à la tempête.

_________________

Zaubererbruder, wo bist do gewesen, in all diesen finsteren Jahren ?


Dernière édition par Pandora S. Mystery le Mar 6 Nov 2018 - 11:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 304
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
126/100  (126/100)
Point Membre:
126/100  (126/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Jonathan L. Taylor
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
MessageSujet: Re: Une toute petite main...[PV Jonathan]   Lun 5 Nov 2018 - 22:41

On ne va pas à l'encontre
d'un rêve qui se brise.


- Je l'espère, Jonathan. C'est ce pour quoi je me bats. Probablement ce pourquoi tu veux te battre aussi, je l'espère. C'est à nous de construire le futur, pour eux, tu le sais, mais nous sommes nombreux sur ce grand chantier. En effet, lorsque tu étais enfant, il se passait déjà des choses terribles. Le massacre des Grey par les Cross, par exemple. Mais la guerre était moins officielle, moins globalisée. Les sorciers noirs pansaient leurs plaies, se préparaient. Et les autres fanatiques qui existent dans ce monde étaient affaiblis. Tout ce qui nous reste à faire, c'est aller de l'avant. Je...

Tu coures et coures et coures. Je ne t'arrête pas. Tes cheveux dans le vent, le sourire dans le vent. Les feuilles volent autour de nous. Il y a des rires dans l'air et de la joie. Il y a la vie et l'amour. Et nous vivons dans une incompréhension de la valeur de ces choses. Dehors, il fait froid, et dans le coeur des hommes aussi. Des meurtres ont eu lieu, en masse. Une famille décimée, une rancoeur infinie. Et je te traque parce que tu t'es cachée. Nous jouons, nous jouons comme des enfants, enfants que nous sommes d'ailleurs. Les petites jambes s'agitent de plus en plus vite. Et un pas et un autre, pas le temps de dire ouf, la course reprend. Je te trouve, je te touche l'épaule et ton rire éclate. Je te touche, je souris : c'est toi le chat...

Je songe à quel point cela est vrai. C'est une réalité effrayante. Le fait que l'on voit le sang couler, on en prend conscience. Pour autant, cela était-il préférable d'ignorer ? Les dangers ne sont pas plus nombreux, mais plus visibles et pour autant pas moins dangereux. Ou alors, c'est aussi cela prendre de l'âge. Les fanatiques... Ils ont toujours été là finalement. J'ai comme du plomb dans le ventre, un acide qui grignote mon bien être. Cela m'attaque physiquement, la peur. Cette peur de perdre, d'abandonner, de voir partir ceux qui ne devraient pas partir. Luka est déjà partie... Mais ça, on en a déjà parlé, reparlé et pleuré jusqu'à l'épuisement. Cependant, c'est toujours et tristement d'actualité. C'est une douleur persistante qui rappelle que l'on ne peut pas gagner à chaque fois et que s'il ne faut pas accepter de concession, on ne peut pas toujours les éviter. Le reste de sa réponse me parvient presque comme brouillé d'impuissance. Je la ressens, en tremblant légèrement. Je la ressens et je la refuse.

- Oui, je le sais. Et je sais que tu iras jusqu'où tu pourras aller pour cela. Et je sais que je continuerai après. Et que quelqu'un après encore...

Il y aura toujours une suite à notre combat, notre équilibre. Elle y a veillé en nous élevant, j'y veillerai également. Je n'imagine pas ma vie autrement qu'auprès de ces enfants à aimer. J'aurai pu continuer de courir le monde après mon apprentissage. J'aurai pu me battre contre ces âmes perdues à aider, faire ce métier d'exorciste comme à ses débuts. Maintenant, il consiste plus à lutter contre les vivants. Mais cela même je ne pourrai le faire tout le temps. J'ai besoin de vivre, et de vivre avec les vivants. J'ai besoin de les faire grandir, de leur transmettre mes histoires, mes rêves et mes savoirs. J'aurai pu aussi tourner le dos à la magie, mais je ne me tournerai pas le dos.

- J'ai encore un peu de temps. Je prendrai bien un thé.

Mon regard flotte sur la pouponnière une dernière fois. Aucun bruit, le silence. Des petits bras qui s'agitent de temps à autre, au milieu d'un rêve. Je souris à Pandora. Un thé, comme avant, comme maintenant, comme demain. Toujours. Il y a toujours le temps pour un thé. Surtout avec elle.

_________________




Nérys & Salim & Lilly


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
EMPLOIS/LOISIRS : Directrice du Mystery Orphanage
LOCALISATION : Là où il faut
CITATION DU PERSONNAGE : Le temps mange la vie, et l'obscur ennemi qui nous ronge le coeur, du sang que nous perdons croit et se fortifie

MESSAGES : 1317
DATE D'INSCRIPTION : 20/02/2011

Niveau du personnage
Point RP:
183/200  (183/200)
Point Membre:
251/200  (251/200)
Niveau: 12 - Mentor
avatar
Pandora S. Mystery
Admin | Ex-directrice du Mystery Orphanage
MessageSujet: Re: Une toute petite main...[PV Jonathan]   Mar 6 Nov 2018 - 20:12

On boit le thé pour oublier le bruit du monde

Jonathan lui semblait comme un enfant apeuré, ébouriffé par le vent, cherchant une voie. C'était malheureusement le lot de chacun. Jamais de sa vie elle n'avait rencontré quelqu'un qui savait toujours où il ou elle allait. Le doute, avait-elle appris, était toujours présent. Certains savaient bien le dissimuler, et on pouvait alors penser que ces gens là étaient surs de tout, qu'ils maîtrisaient, contrôlaient jusque dans les moindres détails.
C'était ce qu'elle avait appris, à voir à travers les apparences, les idées reçues. Autant de temps passé parmi les vivants, c'était une aubaine pour pouvoir observer ses semblables.
Une longue vie était accordée aux sorciers, mais il fallait admettre qu'elle avait eu de la chance. Elle n'avait jamais été trop gravement blessée, et avait conservé ce poste de directrice, un des moins risqués, physiquement parlant, pour un membre d'Orpheo. Elle n'avait jamais choisi ce poste en pensant que cela la sauverait des batailles, non. Elle savait juste que si le destin existait, c'était le sien. Elle était faite pour cela, pour ses enfants. Pour faire perdurer le projet de ses parents. Elle aimait tant cet endroit que son mari en avait voulu prendre le nom. Au XIXe siècle, cela avait fait du bruit. Mais Alfred et Pandora avaient tout survolé, riant, heureux de leur mariage, et de leurs déjà nombreux enfants.

Jonathan, lui, semblait avoir confiance. Il voulait continuer leur oeuvre, aux côtés de Nérys, qui était également très attachée à l'Orphelinat. Pandora les imaginait parfaitement le diriger côte à côte. Comme Alfred et elle l'avaient fait. Sauf qu'eux n'étaient pas un couple. Les temps changeaient. A vrai dire, jusqu'à ce moment, elle n'avait jamais imaginé ces deux jeunes gens, qu'elle considérait presque comme frère et sœur, ayant une relation amoureuse. Probablement d'ailleurs qu'ils ne se voyaient pas autrement. Ils avaient joué ensemble, partagé maux et joies, s'étaient chamaillés, offert des cadeaux, boudés, réconciliés.

Pandora sourit au trentenaire beau et fort qui se tenait en face d'elle, avec courage, ainsi qu'une fragilité et une peur à peine dissimulées. Avec elle, bien sûr, il pouvait toujours se laisser aller. Elle était heureuse qu'il le sache. Et sentir sa détermination se transmettre d'une génération à l'autre était une des choses les plus puissantes qu'elle avait pu ressentir. Une magie différente, encore plus belle que dans un rêve. Presque irréelle. Alors qu'elle avait pensé, il y avait des dizaines d'années de cela, qu'elle n'avait plus la force ou la raison pour vivre, voilà qu'elle se trouvait à présent à un sommet d'espoir et de solidité. Alors que la mort l'avait engluée dans ses ombres dévorantes, promettant l'oubli et l'apaisement, elle la touchait maintenant du bout du pied, le regard assez confiant pour s'en détourner, parfois.

La sorcière releva la tête de ses pensées et sourit.


- Merci. Et je sais que tu y arriveras, car tous les jours, tu sais me donner la force d'avancer.

Il avait l'air sûr, dans son incertitude. Il avait l'air prêt. C'était impressionnant, de regarde un Homme qu'on avait contribué à éduquer. Ca gonflait d'orgueil, étourdissait un peu.

Peu à peu, la tension se dissipa. Sa fierté restait, flottant dans l'air, imprégnant peut-être les tout petits enfants qui s'y trouvaient. La sensation de bien-être qui se diffusait agréablement dans son cœur et dans son corps aussi.
Le corps de Jonathan aussi se détendait, et son regard se fit un peu plus doux, reposé.

Tout simplement, il proposa d'aller boire un thé. Cela amusa Pandora. C'était rassurant, le thé. Une tradition de vieille femme anglaise qu'elle avait très rapidement inculquée à Nérys et à tous les autres enfants qui avaient la patience de cuisiner scones, petits sandwiches, et de les entendre, elle et Judith, parler des différentes sortes de thé, leurs origines, leurs bienfaits, les meilleurs producteurs...
C'était souvent un moyen pour elle de rassembler toute la tribu dans le calme, mais ça n'était plus une obligation, à partir d'un certain âge, elle ne voulait pas forcer les enfants.

Au final, un certain nombre d'entre eux avait fini par apprécier cette habitude désuète, de prendre le temps de s'asseoir, boire le breuvage toujours un peu trop chaud, parler de la pluie et du beau temps.
Elle posa alors une main sur l'épaule de Jonathan et lui répondit :


- Très bonne idée. J'ai du très bon Earl Grey, et mon frère m'a ramené du Ceylan de son dernier voyage en Inde.

Jetant un dernier regard mi-inquiet, mi attendri vers la pouponnière - car elle avait toujours du mal à se séparer des très jeunes enfants - elle sortit de la pièce avec son fils adoptif, juste heureuse.

Pour une fois un peu apaisée.


_________________

Zaubererbruder, wo bist do gewesen, in all diesen finsteren Jahren ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 304
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
126/100  (126/100)
Point Membre:
126/100  (126/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Jonathan L. Taylor
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
MessageSujet: Re: Une toute petite main...[PV Jonathan]   Mer 7 Nov 2018 - 19:57

On ne va pas à l'encontre
d'un rêve qui se brise.


Quand on rit et qu'on n'arrive plus à s'arrêter, c'est comme une bulle de bonheur qui ne peut éclater. Et les histoires contés avec de grosses voix graves et menaçantes pour les méchants, des petits cris aigus pour les princesses en danger, des discours héroïques pour les chevaliers servants et nous avec nos yeux d'enfants qui regardent, ébahis, Pandora mimer les actions et prendre des têtes différentes à chaque instant. Je prends la main de Nérys quand c'est une valeureuse guerrière qui affronte un dragon. Elle ne parvient pas à répondre à l'énigme énoncée et risque de se faire griller comme une brochette prête à passer au barbecue. Je la serre fort quand je crois l'héroïne perdue. Mais elle est sauvée par le dragon qui s'étouffe dans sa propre fumée et parvient à le faire rigoler. Le rire le délivre du mal et il devient gentil. Je souris à la petite fille qui me regarde malicieusement. Je sais qu'elle a envie de se moquer de moi. Les garçons n'ont pas peur ?

C'est un mythe. Déjà enfant, je le savais. Aujourd'hui, je le ressens encore. Mais je sais de quoi j'ai peur et je perçois ce qu'il faut faire pour éviter que cela arrive. L'invitation à déguster le Earl Grey me fait sourire avec mélancolie. Pour une raison mystérieuse, Luka jure que c'est son thé préféré en insistant pour affirmer que cela n'a aucun lien avec son nom de famille. Le Ceylan me parait une meilleure option pour la découverte de cette nouveauté. j'ai déjà bu et avec plaisir ce thé noir que j'apprécie particulièrement, il faudra donc se faire une idée pour celui-ci. Le frère de Pandora, je l'ai rencontré à de multiples reprises, est sans aucun doute autant expert en thé que sa soeur. Je ne sais si c'est une tradition dans la famille Mystery, mais pour avoir rencontré Ewan Mystery en allant dans son manoir aux Shetland pour travailler dans sa grande bibliothèque, je sais que le thé est également sacré là-bas. J'en ai souvent pris lors de ma semaine de recherches, en compagnie de sa femme, Aileen, et de Declan, leur fils, quand il était là. J'ai connu Declan au Mystery Orphanage, également. Et quand je pense à lui, je me sens rassuré, à savoir que là, dehors, il y a des gens qui se battent également, comme moi, pour ce monde meilleur auquel je crois.

- Le Ceylan sera parfait.

Nous quittons la pièce où le silence n'est dérangé que par de petits gazouillements endormis. Les couloirs résonnent, quant à eux, de nombreux rires et de courses effrénées. Nous évitons deux garçons qui se poursuivent et l'un deux téléporte soudainement.

- Hey ! C'est pas juste !

Je souris devant la scène, pris d'une joie qui n'a pas de prix. Ce qui résonne ici, finalement, ce n'est pas le bruit, mais le bonheur. Et ces éclats doivent être protégés, à jamais.

Car viendra un temps où il faudra choisir entre ce qui est juste et ce qui est facile. Pour qu'il y ait encore à tenir, des toutes petites mains.

_________________




Nérys & Salim & Lilly


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une toute petite main...[PV Jonathan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une toute petite main...[PV Jonathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une toute petite main...[PV Jonathan]
» Une toute petite aventure.....
» urgent PAYRA 3,5 kg en fourrière ESPAGNE euthanasie prévue
» UNE TOUTE PETITE EXPLICATION SUR LA DEMISSION D'ALAIN JUPE !
» Une toute petite engueulade~[Prio Sunshine]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: || Boite à souvenirs-
Nos partenaires