« Le schizophrène construit des châteaux dans les nuages. Le psychopathe y vit. Le psychanalyste touche les loyers. »


Partagez | .
 

 « Le schizophrène construit des châteaux dans les nuages. Le psychopathe y vit. Le psychanalyste touche les loyers. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Humaine Innocente
MESSAGES : 81
DATE D'INSCRIPTION : 18/06/2012

Niveau du personnage
Point RP:
25/100  (25/100)
Point Membre:
22/100  (22/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Melany E. Khayman
Humaine Innocente
MessageSujet: « Le schizophrène construit des châteaux dans les nuages. Le psychopathe y vit. Le psychanalyste touche les loyers. »   Lun 26 Juin 2017 - 23:46

Nous avons tous honte d'une chose ou d'une autre dans notre vie... non ? Plus on vieillit et plus les regrets s'accumulent. On se maudit d'avoir été aussi naïf dans notre jeunesse et autant attachés à des choses aussi futiles que le pouvoir ou la vengeance.
Et à 30 ans les remords nous submergent.
Je vais pas vous mentir je regrette vraiment mon passé. Je ne peux pas l'évoquer devant Lesty parce qu'il faudrait que j'entre dans certain détail du genre "ah oui, au fait j'ai des pouvoirs", mais parfois ça me terrifie de me rappeler moi, plus jeune et sans aucune limite. Humaine noire atroce, horrible, méchante. Les tatouages marquent encore profondément cette période sur mes bras.
Et ça fait mal. Surtout de ne pouvoir en parler à personne.
J'ai perdu tout contact avec les gens que je fréquentais à cette époque là. Je crois que c'est eux qui me manquent le plus. Pas les meurtres ou la haine, ça c'est certain. Mais les gens. Bien plus complexe que ce que l'on peut imaginer. Avec des motivations profondes, vraies, qui me dépassaient.
Parfois ils me manquent. Parfois je regarde Laure-Anne et Lesty et je me dis que c'est mieux ainsi.

C'est pour ça que, lorsque quelqu'un a sonné à ma porte samedi passé, j'ai été surprise. Je n'attendais personne alors j'ai envoyé May en éclaireuse parce que vu les tensions actuelles entre les sorciers noirs d'un côté et les conservateurs de l'autre, je préférais prévenir que guérir.
- Une femme. Jeune, à peine sortie de l'adolescente. Elle n'a pas l'air dangereuse et je crois que c'est une humaine.
C'est tout de même pratique d'avoir une fantôme à envoyer en première ligne. Or May semblait ne pas se méfier. J'ai donc décidé de suivre son instinct, mais j'ai quand même posé Laure-Anne dans son berceau parce qu'il-ne-faut-pas-pousser-mémé-dans-les-orties (comme dirait ma défunte mère). Ainsi j'avais les deux mains libre et j'étais prête à activer ma magie (et là je sais que vous allez me dire "mais quelle magie Mely ? Ta magie est inutile en cas d'attaque ! Alors oui je sais, mais bon voilà. Zut.).
Donc j'ai ouvert la porte.
Et je me suis retrouvée nez à nez avec une inconnue.

- Je suis Four. Et ma maîtresse tenait à ce que je vous remette cela en main propre.


Et sur ces mots, avant que j'aie le temps de dire anticalifragilistiqueexpicalidocius, l'inconnue avait tourné les talons. Bon, au moins elle ne m'avait pas attaquée.
Du coup j'ai refermé la porte et j'ai lu la carte qu'elle m'avait tendu avec un certain intérêt. Je vais pas vous la détailler dans les détails (rigolo comme phrase), parce que déjà je m'en souviens pas bien et que l'important c'est l'idée générale et l'expéditrice.
Amy Lock.
Quant au contenu, c'était une invitation dans ce qu'elle appelait son "château" et qui n'était pas si loin que ça étant donné qu'il était à Bordeaux. Donc en France. Donc dans le même pays où j'étais pour ceux qui auraient oublié que Paris est la capitale française.
Ah. J'ai pas précisé qui était Amy ? C'était une... amie (oui, visez le jeu de mot) à moi du temps où j'étais pas forcément du bon côté de la force. Une chouette fille néanmoins. Bon, ok, elle haïssait les sorciers et les mêlés et souhaitait leur mort de tout son coeur, mais si on exceptait cela elle était plutôt sympa.
Et j'avais bien envie de la revoir.
Aussitôt pensé, aussitôt fait, j'ai fourré quelques affaires dans un sac, commandé un billet à la SNCF, laissé Laure-Anne dans les bras de Lesty et embarqué dans un train pour Bordeau. Avec May sur les talons. Comme d'habitude.
May aussi connaissait Amy et elle ne l'appréciait pas beaucoup. D'ailleurs elle a essayé de me faire changer de destination tous le long de mon voyage. Mais j'ai tenu bon. J'avais vraiment envie de revoir mon amie et j'étais curieuse de savoir pourquoi elle voulait que je vienne dans son château.

Quelques heures plus tard je me retrouvais devant l'immense bâtisse. L'énorme porte - qui dénotait quand même un certain narcissisme a souligné May - à peine effleurée par mon poing s'est ouverte sur un hall d'entrée digne des châteaux du Moyen Âge. Les tapisseries épaisses décoraient les murs de pierre en représentant des scènes légendaires.
Un peu intimidée, j'avançai dans la salle qui devait être la principale puisqu'un énorme trône s'imposait dans le décor.

- Ah oui. Elle a pas trop pris la grosse tête au moins ta copine. fit méchamment remarquer May
- Juge pas comme ça. C'est son argent, elle peut bien en faire ce qu'elle veut.

Même si j'avoue que, malgré ce message adressé à mon fantôme de compagnie, j'étais impressionnée, intimidée et je ne comprenais pas tout. Amy avait toujours eu envie de pouvoir et de royauté, mais à ce point...
Timidement je lâchai un petit :

- Heu... il y a quelqu'un ?

Je n'espérai qu'une chose. Ne pas m'être faite prendre dans un traquenard...

_________________



« Lorsque le premier bébé rit pour la première fois, son rire se brisa en un million de morceaux, et ils sautèrent un peu partout. Ce fut l'origine des fées. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | Sa majesté
LOCALISATION : Quelque part
CITATION DU PERSONNAGE : Tout a ses merveilles, l’obscurité et le silence aussi.

MESSAGES : 65
DATE D'INSCRIPTION : 11/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
21/100  (21/100)
Point Membre:
18/100  (18/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Amy "Zero" Lock
Modo | Sa majesté
MessageSujet: Re: « Le schizophrène construit des châteaux dans les nuages. Le psychopathe y vit. Le psychanalyste touche les loyers. »   Mar 27 Juin 2017 - 21:37

Chapitre II - Melany

Partie 1 - L'invitée de madame



Sa majesté n'était définitivement pas quelqu'un d'accore. Elle était pleine de ressources et de mystères. En facade et devant la plupart des gens, elle n'était qu'une personne trés glabre qui faisait tout pour, en apparence, accéder à la demande de son interlocuteur. Ou en tout cas lui faire croire, car Madame était trés douée pour dévier les personnes de leurs objectifs. Elle savait leur parler, leur insuffler les mots qui changeait leur être en profondeur et qui pouvait changer définitivement leur vie. One était un exemple poignant de ce qui pouvait arriver quand on se faisait aspirer par la sphère d'influence de son altesse.
En profondeur, j'avais, personnellement, déjà vu ma Reine perdre son sang froid. Notamment devant l'inefficacité de Third à remplir des tâches qui lui était incombé, un soir. C'était il n'y a pas si longtemps, à la fin du mois de Mai pour être plus précis. Alors que Third rentrait encore d'une journée à vagabonder dehors, Madame l'attendait de pied ferme. Comme de temps à autre, Third était rentré avec un léger problème de taux d'alcoolémie dans le sang. Je l'ai vu qu'elle commençait à s'enflammer de plus en plus dans la discussion jusqu'à mettre une baffe que j'entends encore aujourd'hui résonner dans la pièce principale. Elle avait donné une baffe à un homme que peu oseraient défier, même dans le cercle des 7. Ce moment était définitivement membrable, en tout cas au moins 2 des 3 protagonistes s'en rappeleraient : Third et moi. Je ne sais pas si la Reine s'en souvenait vraiment.
Je pense que oui. Après tout, elle maîtrisait tout.

Revenons à aujourd'hui. Madame semblait d'une trés belle humeur, le genre d'humeur qui donnait envie de lui faire un joli sourire en retour. Mais je ne pouvais pas sourire. Elle me l'avait interdit. Après tout, je n'étais que moi. Elle était vêtue d'une robe longue surorrée qui collait magnifiquement à son corps et son âme. Je la trouvais resplendissante et radieuse, comme à son habitude.
En vérité, je savais pourquoi elle se tenait dans l'aile du Sud en train d'admirer ses armes blanches avec un grand sourire. Elle recevait une invitée de marque. Une amie avait-elle dit à Four. Elle avait envoyée la jeune Four pour lui envoyer une invitation personnelle. C'était sûrement soit une amitié sincère de sa majesté, soit un prospect pour rejoindre Mabbuwl. A vrai dire, je penchais pour la deuxiéme option. J'ai rarement vu pour ne pas dire jamais Madame éprouver le moindre sentiment. Mais après tout je ne suis pas dans sa tête. Elle est tout autre que je ne peux la décrire à travers ces lignes. Elle décida d'emporter une superbe épée forgée dans de l'acier ancien. Si mes souvenirs sont bons, cette superbe arme date de la fin du 19 ème siècle.
Elle était longue et pointue avec un fourreau où un lion paradait férocement. Heureusement que ce n'était qu'une gravure sur ce fourreau car cela me donnait un peu la frousse.

Lorsqu'on revint dans la pièce principale, j'entendis une voix de loin.

- Heu... il y a quelqu'un ?

La voix n'était pas trés forte mais elle parvint tout de même à mes oreilles. Madame ne bougea même pas d'un poil mais je connaissais mon travail. Aussitôt ma voix, rocailleuse, s'éleva à travers la pièce.

- Gardes!

En moins de temps qu'il ne le faut pour l'écrire, 4 humains vêtus d'armures sortirent de l'ombre et dégainèrent des longues lances et encerclérent l'intrus, leur lame ne s'arrêtant qu'à quelques centimètres. Nous arrivions, avec Madame, enfin dans le champ de vision de ce qui semblait être une femme, blonde. Une humaine visiblement. Oh... C'était sûrement l'invité de sa majesté. Un moment de tension régnait dans les airs. A tout moment, à un claquement de doigt de la reine, ils déchiraient sa peau et faisait couler le sang sur les dalles sombres du chateau Lock.

- Repos. Hors de ma vue.

Ils disparurent tous les 4 aussi vite qu'ils étaient apparus dans une démarche trés militaire.
Madame s'avança avec un pas assuré mais pas rapide vers la jeune femme. Elle lui fit un de ses grands sourires dont elle a le secret en levant les bras avec une voix un peu perchée.

- Melanyyyyyy, je suis heureuse de te revoir !

Elle lui fit une accolade forte mais brève avant de poser sa joue contre la sienne deux fois, une fois à gauche, une fois à droite. Madame n'embrassait pas les gens, les gens l'embrassaient. Aprés tout, c'était une Reine.
Elle alla s'installer sur son trône en la regardant dans les yeux. Je savais ce qu'elle attendait. Elle attendait que Melany s'agenouille et embrasser la bague de Madame.


Dernière édition par Amy "Zero" Lock le Sam 8 Juil 2017 - 14:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine Innocente
MESSAGES : 81
DATE D'INSCRIPTION : 18/06/2012

Niveau du personnage
Point RP:
25/100  (25/100)
Point Membre:
22/100  (22/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Melany E. Khayman
Humaine Innocente
MessageSujet: Re: « Le schizophrène construit des châteaux dans les nuages. Le psychopathe y vit. Le psychanalyste touche les loyers. »   Mer 5 Juil 2017 - 10:48

Vous connaissez ce moment où vous vous dites "oups, là ça tourne au cauchemar, il faudrait vraiment que je pense à me réveiller" ? Et bien je me suis retrouvée exactement dans cette situation au moment où j'ai entendu une voix caverneuse grogner :

- Gardes!

D'autant plus que ce cri fut suivi desdits gardes m'entourant de leur lance dangereusement proche de moi. Tellement que je me suis retrouvée à loucher sur elles. Un bon début de film d'horreur dans ce château de plus en plus lugubre ce qui me faisait penser que cette situation n'était pas réelle.
Sauf que mon corps ne semblait pas vouloir se réveiller.

- May, pince moi !
- Melany, premièrement je suis un fantôme donc je ne peux pas te pincer, deuxièmement ça va rien changer parce que tu n'es pas dans un cauchemar, mais dans la réalité, troisièmement je t'avais prévenue que Amy était pas une personne avec qui il fallait être amie, quatrièmement...
- Ta gueule. J'ai compris.


Je soupire. C'est dans ces moments là - parce que oui, ça m'arrive souvent de faire nez à nez avec quatre lances... ironie - que je me dis que mes pouvoirs me servent pas à grand chose. C'est bien sympa de pouvoir réparer n'importe quels trucs électroniques ou d'avoir un fantôme qui me colle aux basques et qui peut surveiller Laure-Anne quand je suis sous la douche, mais c'est pas tellement offensif. D'autant plus que May est un fantôme beaucoup trop pacifiste et translucide pour pouvoir m'aider.
J'étais donc en train d'essayer d'étendre mon pouvoir de télépathie un peu plus loin en me disant que dans de tels lieux il devait bien y avoir le fantôme énervé d'un roi décapité ou d'un ancien prisonnier mort de faim, lorsque deux nouveaux arrivants ont débarqué. Et, dans ces deux nouveaux arrivants, il y avait Amy. Mon Amy. Enfin mon Amy avec dix ans de plus, une robe particulièrement royale qui lui colle à la peau et aux formes et un homme qui ressemble en tout point à un serviteur. Il ne lui manque plus que la tiare sur la tête et , dans tous les cas il est clair que c'est elle qui règne dans ce château.
Bon, au moins je ne me suis pas trompée d'adresse.
Mais j'avais toujours quatre lances qui se balançaient sous mes yeux. À cet instant j'ai regretté de ne pas avoir mieux écouté les cours d'arme blanche du Mystery Orphanage. Et surtout la partie "comment se débarrasser de quatre lances qui nous menacent et des quatre soldats au bout de ces lances". Comment ça cette partie du cours n'a jamais existé ?
Je m'en rappelle pas je dormais pendant les trois quart au grand désarroi de mes professeurs.
Heureusement Amy m'a sorti de cette situation délicate de quelques mots, ce qui confirment encore un peu plus que c'est elle qui tient la baguette ici.

- Repos. Hors de ma vue.

À mon grand soulagement les gardes ont filé aussi vite qu'ils étaient apparu, allant certainement se cacher dans l'ombre - c'est là que je me suis dit que des sens félins m'auraient évité cette situation délicate. Mais j'ai à peine eu le temps de souffler que déjà Amy se précipite sur moi avec un grand sourire et une voix haut perché :

- Melanyyyyyy, je suis heureuse de te revoir !

Et voilà qu'elle est dans mes bras, qu'elle m'embrasse - ou plutôt faisait genre de m'embrasser parce que aucun de ces baisers n'a claqué dans les airs - avant de me lâcher pour s'asseoir sur son trône.

- Heu... salut Amy. Moi aussi je suis contente de te revoir...

Silence, elle me fixe droit dans les yeux.

- Tu te rappelles May, le fantôme qui me suit partout ?

Un simple hochement de tête échappe à May. Elle a toujours détesté Amy - et la plupart de mes fréquentations quand je faisais partie des humains noirs - alors elle n'est pas très encline à engager la conversation avec ces anciens camarades.
Cependant Amy ne disait toujours rien, comme si elle attendait quelque chose.

- Heu... ça devient gênant là. Tu as une idée de ce qu'elle attend ?

- Peut-être une révérence ? C'est pas le complexe de supériorité qui l'étouffe.
- Oh merde... tu as sans doute raison. Bon, tu es prête, à trois. Un...
- Heu Mely ? Jamais je fais une révérence à cette personne.
- Maaaay. Fais pas chier !
- Bon...
- Un, deux, trois.


Et voilà un fantôme et une humaine en train de faire une révérence parfaitement honteuse devant une pseudo-reine. Tout ça avait l'air d'une énorme comédie et je commençais un peu à regretter d'avoir accepter cette invitation.
Ça m'apprendra à vouloir renouer le contact avec mes anciens amis.

_________________



« Lorsque le premier bébé rit pour la première fois, son rire se brisa en un million de morceaux, et ils sautèrent un peu partout. Ce fut l'origine des fées. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | Sa majesté
LOCALISATION : Quelque part
CITATION DU PERSONNAGE : Tout a ses merveilles, l’obscurité et le silence aussi.

MESSAGES : 65
DATE D'INSCRIPTION : 11/10/2012

Niveau du personnage
Point RP:
21/100  (21/100)
Point Membre:
18/100  (18/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Amy "Zero" Lock
Modo | Sa majesté
MessageSujet: Re: « Le schizophrène construit des châteaux dans les nuages. Le psychopathe y vit. Le psychanalyste touche les loyers. »   Sam 8 Juil 2017 - 14:39

Chapitre II - Melany

Livre 2 - La générosité de madame.


J'ai toujours trouvé sa majesté comme un être qui méritait l'élévation. D'aussi loin que je me souviennes, elle m'a toujours convaincue dans son rôle de reine. Elle n'était pas prédestinée à autre chose que de régner, à mes yeux en tout cas. Il suffit de la voir pour le croire. Regardez sa prestance, sa démarche et ses airs. Sa grandeur d'âme font d'elle une souveraine implacable et impeccable.
Que j'apprécie le temps à ses côtés. Cela n'a pas toujours été le cas. Nous avons eu... Pardon, j'ai eu quelques moments difficiles. Parfois je me suis montré trés maladroit et je me suis fait punir en conséquence. Je me souviens de ce jour où je suis devenu un eunuque. Je ne regrette pas. Le destin m'attendais. J'étais prédis à servir la plus grande reine de tous les temps. Celle qui va renverser le monde magique, celle qui va réduire à néant les sorciers et les mêlées. Celle qui va rendre les humains noirs géniaux encore.
Madame attendra son but, j'en suis convaincu.

- Heu... salut Amy. Moi aussi je suis contente de te revoir...

Son ton était mitigé, je le sentais bien. L'invitée de Madame ne semblait pas si heureuse de la revoir que son ton le sous-entendait. Je lui jetais un regard sévère dans le but de le faire changer d'avis.
J'ai toujours du mal à comprendre les gens. Elle est invitée dans un somptueux chateau, tout juste construit. Elle est en plus accueillie comme il se doit par la Reine et elle trouve le moyen de faire une espèce de moue ? Non je ne suis pas content. En plus de cela, elle appelle la souveraine par son prénom. Quelle honte. L'envie de rappeler les gardes me brûle les lèvres mais je me contiens. Tant que mon altesse n'a pas donné un ordre formel, je ne bouge pas. Je ne suis qu'à quelques mètres de l'action. Je peux intervenir à n'importe quel moment, ma dague étant cachée dans une poche.

- Tu te rappelles May, le fantôme qui me suit partout ?

Madame acquiesça d'un geste de tête poli envers le fantôme. C'était le fantome d'une jeune fille qui n'avait pas l'air très heureuse d'être là. On ne l'avait pas prévenu de cette petite particularité, mais je ferais avec. Je n'aime pas les fantômes. C'est méchant. Ca sert à rien. Et en plus c'est chiant.
Regarde la, la misérable qui suit une humaine partout. Elle n'a probablement rien d'autre à faire que d'être une suivante. Quelle vie risible. A la merci de quelqu'un, tout le temps.
Au moins c'était une humaine et pas une sorcière.

Au bout d'un certain temps, l'invitée de Madame et sa suivante firent une révérence à l'attention de sa majesté. J'avais envie de sortir ma dague, de leur mettre dans le dos et de les inciter à embrasser la bague de la reine, assise sur le trone.
La Basileus semblait tout de même heureuse. Elle avait obtenue ce qu'elle voulait. Elle avait poussé sa supériorité au devant de Melany. J'esquissais un sourire et j'eûs un instant où je me détendis. Qu'il était bon de voir les choses tourner à peu prés correctement. Madame se releva et se rapprocha de nouveau des deux autres personnes présentes dans la pièce.

- Je vois que tu as fais bon voyage. Est-ce que mes serviteurs peuvent faire quelque chose pour que tu sois plus à l'aise ?

Madame l'invitait à se sustenter. Elle était toujours généreuse, c'était incroyable. Elle savait partager sa richesse avec les gens qui le méritaient à ses yeux. J'en était presque ému. Ma reine était vraiment quelqu'un d'exceptionnel. Elle se retourna vers moi

- Fais en sorte d'accéder à toutes leurs demandes dés qu'elles en ont une.

L'altesse royale fit preuve encore de générosité quand elle présenta son bras à Melany. Elle aurait le droit de la toucher. C'était vraiment magnifique. J'assistais à quelque chose d'unique. Je n'avais presque pas envie de détourner les yeux. Lorsqu'enfin l'invitée de Madame lui prit le bras, elle entreprit de l'amener devant le trône pour lui montrer de plus prés .

- Voila mon trône. Je suis la reine de Mabbuwl maintenant. C'est une organisation qui vise à mettre les humains sur le devant de la scène. Ils devraient être considérés comme des êtres à part entière et non des esclaves par la plupart des sorciers.

Elle marqua une pause puis poursuivit

- Derrière, tu peux voir qu'il y a Sept sièges. Ce sont les fondateurs de Mabbuwl avec moi. Même si j'en suis la reine, tu sais, j'aime m'entourer de gens précieux. J'espère que nous en aurons l'occasion d'en croiser un.

Elle pris un air faussement surpris puis éleva un peu la voix.

- Oh mais c'est vrai ! Tu as déjà rencontré Four ! Une délicieuse jeune fille. Comment l'as tu trouvée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine Innocente
MESSAGES : 81
DATE D'INSCRIPTION : 18/06/2012

Niveau du personnage
Point RP:
25/100  (25/100)
Point Membre:
22/100  (22/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Melany E. Khayman
Humaine Innocente
MessageSujet: Re: « Le schizophrène construit des châteaux dans les nuages. Le psychopathe y vit. Le psychanalyste touche les loyers. »   Mar 8 Aoû 2017 - 23:40

Bon. On est dans un château. Qui dit château dit roi et reine potentiellement en danger. Qui dit roi et reine potentiellement en danger dit roi et reine prudents. Qui dit roi et reine prudents dit roi et reine qui ont prévu un souterrain. Et qui dit souterrain dit échappatoire de ce qui me semble ressembler de plus en plus à un énorme traquenard.
Sérieux, j’ai l’impression d’être dans Game of Thrones. Avec Lesty on adore regarder cette série. On est au taquet dès qu’un épisode sort. Personnellement je déteste Daenerys et John Snow, mais j’aime bien Arya Stark. Enfin bref. Donc si je disais que j’ai l’impression d’être dans cette série, c’est parce qu’il y a aussi plein d’histoire de rois et de trônes. Sauf qu’il y a également beaucoup de morts. J’espère juste que ce sera pas mon cas à moi.
C’est déjà assez fatigant de supporter May en étant humaine alors si on était toutes les deux fantômes, je n’ose pas imaginer.

- Je vois que tu as fais bon voyage. Est-ce que mes serviteurs peuvent faire quelque chose pour que tu sois plus à l'aise ?

Me raccompagner à la sortie et appeler un taxi. Merci bien, c’était super de te revoir, un réel plaisir. On s’appelle et on se fait une bouffe un de ces quatre ?
Ça ne le fait pas ? Non, décidément ça ne le fait pas.

- Fais en sorte d’accéder à toutes leurs demandes dès qu’elles en ont une.

Vraiment, on peut pas négocier cette histoire de taxi ? Bon, vu la tête de son serviteur, il a pas l’air commode-commode.

- À quel moment on se tire d’ici ?
- J’étais en train de penser la même chose, mais je crois que si je veux rester en vie il va falloir fermer nos grandes gueules et écouter les doléances de la reine...
- Tu me croiras maintenant la prochaine fois que je te dirais que je ne sens pas quelqu’un ?


J’ignore délibérément la remarque de May et je me concentre sur Amy qui s’approche de moi et me tend son bras. J’hésite un instant puis je finis par m’y accrocher. Après tout, Amy et moi avons été bonnes amies dans le temps. Elle m’avait même accompagné à une séance de tatouage une fois. Qu’est-ce qu’on avait rit cette fois là ! Elle ne peut pas avoir autant changé que ça quand même... Si ?

- Voila mon trône. Je suis la reine de Mabbuwl maintenant. C'est une organisation qui vise à mettre les humains sur le devant de la scène. Ils devraient être considérés comme des êtres à part entière et non des esclaves par la plupart des sorciers.

Les humains sur le devant de la scène... D’accord. Et combien on parie que ça passe par des méthodes un peu barbare et qu’on en profite pour égorger quelques sorciers au passage ? Parce que si elle était pour l’égalité entre humains, mêlés et sorciers, il est clair qu’elle appartiendrait à Orpheo.
Bon, très bien, gardons cette information dans un coin de notre tête. Amy est retombée dans le délire humains noirs que j’ai quitté il y a un baille. À moins qu’elle n’en soit jamais partie. Mais du coup on va avoir un sérieux problème quand elle va comprendre que nos idéaux divergent.

- Derrière, tu peux voir qu'il y a Sept sièges. Ce sont les fondateurs de Mabbuwl avec moi. Même si j'en suis la reine, tu sais, j'aime m'entourer de gens précieux. J'espère que nous en aurons l'occasion d'en croiser un.

Oui, alors à tout dire, moi je préférerais éviter. Amy, son serviteur chelou qui me reluque comme si j’étais Cersei Lannister et les gardes avec les machins pointus là, ça me suffit amplement.

- Oh mais c’est vrai ! Tu as déjà rencontré Four ! Une délicieuse jeune fille. Comment l’as tu trouvée ?

Four, sept trônes... Et puis quoi encore ? Vous allez pas me dire que les autres fondateurs s’appellent One, Two, Three, Five, Six et Seven ? Et que Amy est le Zero. C’est comme appeler ses enfants avec des prénoms de couleurs, absolument ridicule.
Sauf que Amy a pas du tout l’air de rire. Elle est même très sérieuse. Donc je vais m’abstenir de faire des blagues sur les nombres et plutôt répondre sagement un truc pour ne pas me faire égorger.

- Heu elle a l’air sympa. Très... expéditive dans ses missions.

Je me demande tout de même pourquoi Amy me montre tout ça. La prochaine fois il faudrait quand même qu’on se retrouve dans un café. Ça serait moins glauque. En plus je commence à en connaître des très bien sur Paris. Il y a celui en bas de ma rue qui est parfait pour le café-croissant du petit déjeuner. Et sinon il y en a plusieurs qui servent des cupcakes à tomber et dans lesquels je ne peux pas m’empêcher de traîner avec Laure-Anne qui adore les pâtisseries et un bon livre.

- Melany, rassure moi sur un point ; tu as bien compris que si elle te montrait tout ça c’est parce qu’elle avait envie que tu fasses partie de son organisation ?
- Hein ?! Heu... Quoi ?! T’es sûre ? Mais j’en ai pas du tout envie moi !
- Ma pauvre fille... tu es si naïve...


D’accord. Très bien. Là il était urgent de trouver un échappatoire.

- Amy ça m’a fait super plaisir de te revoir, mais oh ! Tu as vu l’heure ? Il ne faut pas que je traîne trop si je veux pas rester bloquée dans les bouchons. En plus j’ai laissé ma fille toute seule avec son père et tu sais comment sont les hommes hein ? Il vaudrait mieux que je ne tarde pas trop si je ne veux pas que mes deux amours mangent des pâtes brûlées au ketchup !

Evidemment ce n’est pas tout à fait vrai. Laure-Anne est bien avec son papa d’amour, mais Lesty est un excellent cuisiner. À vrai dire il est même bien meilleur que moi d’autant plus que ma fille chérie adore la viande - à ma grande tristesse - et que comme je refuse de la cuisiner, c’est souvent mon cher et tendre mari qui se colle à la cuisine.
Mais bon, un petit mensonge vaut bien le coup si ça me permet de me tirer de cet énorme malaise.

_________________



« Lorsque le premier bébé rit pour la première fois, son rire se brisa en un million de morceaux, et ils sautèrent un peu partout. Ce fut l'origine des fées. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Le schizophrène construit des châteaux dans les nuages. Le psychopathe y vit. Le psychanalyste touche les loyers. »   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Le schizophrène construit des châteaux dans les nuages. Le psychopathe y vit. Le psychanalyste touche les loyers. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le schizophrène construit des châteaux dans les nuages... (Jonathan)
» La tête dans les nuages... {PV Eva-Rose}
» Liste en cours de réalisation des châteaux dans le Pas-de-Calais
» Présentation de Nuage d'Aurore
» La tête dans les nuages ~ [Pv Natsumi Raven]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Europe :: || France-
Nos Partenaires