I'm not heartstone {Haselünne}


Partagez | .
 

 I'm not heartstone {Haselünne}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2653
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
176/200  (176/200)
Point Membre:
290/200  (290/200)
Niveau: 7 - Confirmé
avatar
Mikeal O'Callaghan
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
MessageSujet: I'm not heartstone {Haselünne}   Sam 23 Sep 2017 - 18:01

Grmbl.

Je vide mon scotch d'un trait. Le verre, pas le papier qui colle. Non. J'suis dans un bar. Quelque part dans le monde. En vrai j'me suis un peu perdu. Un peu beaucoup. Ca fait plusieurs mois que je suis un peu … Amorphe dirons nous. C'est à peine si je réponds à mes messages. Même ceux d'Anja, ouais. J'vais fini par me faire engueuler bien violent. Mais honnêtement, à ce stade, j'en ai plus rien à faire.

En vrai je sais où je suis. Dans un bar miteux en Allemagne. Parce que je suis revenu dans la famille m'voyez. J'ai rendu l'appart d'Hambourg. Ca servait à rien de le garder en vrai. Par contre j'ai gardé les chats, faut pas déconner. La vieille sait pas qu'ils ont infiltré le manoir.

J'ai vu Savannah sourire. Elle s'en occupe bien, en vrai. Quand je suis trop défoncé pour y faire attention.

Bref, j'supportais pas de rester là bas. J'avais tout le temps des réflexions de merde. En vrai je rentre souvent complètement torché et je m'écrase dans ma chambre. Je parle pas aux gens. Je parle même pas aux gens dans la journée en vrai. Un ermite. Un défoncé. Une raclure. Un déchet. Comme un … Humain ?

Non. Bien sûr que non. Je vaux bien mieux que ça. Faut pas déconner.

Bref. Un petit bled paumé. Où ya rien à faire. A part se défoncer la gueule à coup d'éthanol dans le sang. Si seulement on pouvait directement se l'injecter. Aha.

C'est ça, une petite dose d'héro, se serait plus simple, non ?

Est-ce que ça me ferait tout oublier ? Est-ce que ça me rendrait mieux ? Est-ce que ça me rendrait heureux ?

Ils sont bien jolis ces verres, mais je m'apitoie H24 sur mon sort. Je ressasse. Ce merveilleux moment. Si merveilleux. Non. Je sens encore son ordre dans ma poitrine. Cet ordre qui me déchire en deux. Je revois tout. Et mon cerveau qui me le répète en boucle, comme un disque rayé. L'ordre. La fuite. Le sac. La porte. Plus rien. L'ordre. La fuite. Le sac. La porte. Plus rien.

Que moi.
Seul, avec plein de trucs bizarres à l'intérieur.
Des trucs qui font mal.

Je redemande la même chose au barman d'un geste de la main. Il me sert rapidement. Je ne souris pas. Je ne fais rien. J'balancerai juste quelques billets verts sur le bar quand j'me casserai. Et c'est tout. Aucune interaction. J'en ai même plus rien à foutre que se soit qu'un humain.

J'empoigne le verre et fais tourner le liquide ambré dedans. Je l'observe à la lueur de la faible lumière jaunâtre qui éclaire ce pub immonde.

J'ai perdu le compte.

Des verres, des bars, des jours.
Ca fait combien de temps déjà ? Des semaines ? Des mois ? J'ai l'impression que c'était hier.

En calebut sur le perron. La rue vide.

Grande gorgée. Il reste la moitié du verre.

La cloche de la porte retentit. Une bouffée d'air frais s'incruste dans le bar. Je ne frémis pas, uniquement quelques poils se dressent sur mes avants bras.

Je m'en bats tellement les couilles.

Mon verre toujours à la main, une présence se fait sentir à mes côtés, je jette un coup d'oeil. Une femme. Plutôt mignonne.

Baisable. Largement baisable.

Hey, si on baisait ?

Baiser, ça peut me faire du bien ? Non ? J'en sais rien. On peut toujours tester.

Hey, on baise ?

Pas la peine de parler, j'ai pas envie, j'suis bien dans mon mutisme en vrai. Alors, on baise ?

Je lui souris et retends la main vers le barman. La même chose. Pour moi et la demoiselle. Baisable. Aucun mot. Depuis des jours. Des semaines. Des mois.

Je balance ma tête en arrière pour finir ce verre. Je le repose sur le comptoir au moment où il sert les deux autres.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 
Color: indianred

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste | Agent de la Police Magique
MESSAGES : 105
DATE D'INSCRIPTION : 12/11/2011

Niveau du personnage
Point RP:
76/100  (76/100)
Point Membre:
61/100  (61/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Nawel Meish
Exorciste | Agent de la Police Magique
MessageSujet: Re: I'm not heartstone {Haselünne}   Lun 8 Jan 2018 - 21:54

Quelqu’un m’a dit un jour « il n’y a pas de règles, et si toi tu penses en avoir, saches que les autres ne jouent pas selon ton jeu ». C’est un peu comme si finalement, je lançais les dés en pensant jouer au Monopoly mais qu’en fait c’était le jeu des petits chevaux. Je pense jouer à la belote mais je suis au Poker. Ce n’est pas vraiment le résultat qui compte - qui gagne, qui perd, tout dépend surtout de l’enjeu, et des conséquences de la défaite - mais surtout les valeurs qui vont avec.

Dans un autre monde, les gentils sont les méchants et les méchants sont les gentils.

Le problème, c’est que ces derniers temps, je pense un peu trop à ça, notamment à cause de June Williams. Elle a presque mon âge. C’est juste une histoire de choix, on n’a pas fait les mêmes. On la traque depuis quelques temps avec Zach mais impossible de s’approcher d’elle pour le moment, on manque cruellement d’informations. Mais bref, on est en tous points similaires. Et je ne pourrais pas dire que je suis quelqu’un avec une volonté d’acier, j’suis juste quelqu’un qui profite d’opportunités et elle, elle à l’air d’être pas bien née.

Ca arrive, vous savez.

Le truc c’est qu’avec tout le bordel qu’on récolte nous, le salaire qui ne suit pas par rapport au volume horaire, et bien c’est vraiment, hyper casse-couille d’être un gentil. La seule garanti qu’on a, c’est la gentillesse des autres qui ne nous tuerons pas pendant la nuit. Mais en vrai, pour le reste, ça serait pas bien plus rentable que de passer de l’autre côté du jeu ? Le seul problème qui reste, est qu’il est hors de question que j’affronte mes amis. Genre Logan, Ed, Zach, Ian, Rhyan, bref, le troupeau. Si je passe du côté sale, est-ce que je devrais un jour en supprimer un ?

Déjà que je ne suis pas capable de supprimer Jack Weiss, alors décapiter Eddie.. Enfin m’voyez.

Bref, il n’est pas réellement question de changer de camp, il est juste question ce soir d’arriver au point de voûte où, enfin, mon cerveau ferme sa gueule.

Et donc, alcool.

Et comme c’est toujours sympa de briser un peu sa solitude et avoir un peu de sexe, autant aller dans un bar un peu bondé, seule pour être sûre de ne pas être gênée, et dans un pays où tu ne parles pas la langue comme ça tu baiseras sûrement quelqu’un de passage ou tu moins, quelqu’un qui saura qu’il est idiot de donner ton numéro de téléphone.

Bref, je me postiche donc au bar en m’asseyant posément sur une des chaises hautes. Je ne touche pas le sol mais on s’en fou , même si j’ai l’air d’une gamine ça retient rarement les gens de baiser avec moi - après tout, deux personnes qui disent oui ça suffit pour commencer quelque chose, mmh ? Je vois bien que celui à mes côtés m’a lancé un regard qui m’a jaugé. Je ne sais pas ce qu’il en a conclu, j’suis pas non plus à du 100% de réussite quand j’ai voulu chopper, autant il est en train de se dire que ça va pas coller. Je m’en fiche.

Une vodka à la framboise atterrit devant moi, pourquoi pas, je ne sais plus exactement ce que j’ai pris, j’ai montré ce que je voulais sur l’écriteau en même temps - sacrée flemmarde - et descend le verre pour me mettre ne chauffe. Allez, encore cinq et tu te tais, stupid brain.

Mais l’autre me lâche un sourire, je souris aussi, je n’ai pas encore trop d’avis - pitié qu’il ne me parle pas de lui - mais il commande juste deux verres et j’attrape le mien dans mes paumes. Il est gelé et le frisson me remonte tout le long du bras, marquant une chaire de poule. Je porte juste une robe en velours qui est coupée comme un grand t-shirt, les cheveux lâchés, trop maquillée (j’adore ça, vraiment, c’est, oh là là. Nawel passion maquillage. Pas la peau ni les lèvres, non. Les yeux. Jusqu’à ce que ça ne soit plus vraiment moi dans la glace) Bref !

Je fais tinter mon verre contre le sien sans un mot, histoire de dire « santé » ou quelle que soit sa langue.

J’avale le verre avec une petite moue surprise - je n’ai pas regardé ce qu’il y avait dedans, et je n’ai toujours aucune idée de ce que ça pouvait être, bordel avec le mélange de framboise qu’il me restait sur la langue c’est un peu spécial, mais on ne regarde pas les dents à cheval donné, n’est-ce pas, tant que c’est donné et qu’il n’y a pas de GHB..

J’adresse un clin d’oeil à mon voisin qui n’a toujours pas dit un mot - royal, rien que pour ça je pourrais l’épouser - et lève le bras pour signifier au barman qu’il faut à nouveau une tournée. J’aimerais bien sortir fumer une clope, ça laisserait du temps à l’alcool pour qu’il monte un peu au cerveau, mais les gens ont une propension folle à essayer de faire la causette pendant les pauses cigarette ! Autant vous dire que je préfère la boucler et caresser de l’esprit le moment où le bruit du briquet combiné à une inspiration relâcher tous mes muscles.

Et comme je me suis téléportée ici, on pourra pas atterrir chez moi si on baise, - parce qu’il est baisable - donc soit chez lui et après je disparais - franchement, quoi de mieux que la téléportation pour ça ? Pas de bruit de porte, de bruit de pas ? Soit .. soit je sais pas.

Si les toilettes sont libres, pourquoi pas.

_________________


darkgoldenrod
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2653
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
176/200  (176/200)
Point Membre:
290/200  (290/200)
Niveau: 7 - Confirmé
avatar
Mikeal O'Callaghan
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
MessageSujet: Re: I'm not heartstone {Haselünne}   Jeu 18 Jan 2018 - 19:50

La nouvelle arrivée s'était déjà commandé un verre avant de me rejoindre. Bah fallait le dire aussi, j'aurais évité de dépenser mon argent pour rien.

En vrai ?

En vrai j'm'en fiche. J'vais dilapider tout le fric de la vieille, elle aura une raison supplémentaire pour me haïr. En plus que je dois une vraie loque en ce moment, que j'ai jamais atteint leur espérance après mon frère qui a juste fuit la baraque. Enfin, grâce à moi ils ont eu l'orphelinat d'Ecosse, c'est déjà pas mal. Et du coup elle m'a lâché la grappe quand j'ai déménagé.

Elle devait surtout se dire « Ouaaaaais, une loque en moins dans la baraque ». La seule loque, en vérité.

Mais me voilà revenu, et en pire. Mes actions passées ne comptent plus. Après, évidemment, je fuis ma famille comme la peste. J'devrais me trouver un endroit sympa, rien qu'à moi. Ouais, j'devrais. Savannah s'occuperait de tout. Se serait comme à la maison, mais tout seul, sans personne pour me fusiller du regard quand je les croise dans le couloir.

Pourquoi j'le fais pas ? J'veux dire, avant j'm'en fichais, en plus ça les emmerdait alors raison de plus pour rester. Mais maintenant ?

Et puis j'ai un peu déserté Rosenrot aussi. Enfin, oui et non. Effectivement je fais toujours parti de l'organisation. Maintenant et pour toujours, comme un brave petit soldat tout gentil et bien obéissant.

Ca me fait vomir.

On a le droit de décider de sa vie à un moment ou bien ? Il est vrai que j'ai été pas mal libre, j'ai toujours fait ce que je voulais. Tant que c'était tuer et torturer c'était bien. Mais, le reste ? Boaf. On va dire que ça m'intéressait pas trop non plus.

Et puis elle.

Arf.

Non. Alcool. Alcool.

Oublier.

Boire pour oublier.

De toutes façons ça fait déjà je sais pas combien de temps que je suis ici et je sais plus le combientième verre c'est.

Je m'en bats les couilles avec le summum de l'indifférence.

C'est pas ça l'expression ?

Devinez quoi.

Gagné.

Je m'en bats les couilles.

Donc, j'vais juste me plonger dans l'alcool pour oublier tout ça. Comme tous les jours, à toutes les heures. J'suis devenu Silver. Quoiqu'il s'est calmé depuis. Dommage, on aurait pu être complètement chéper tous les deux. En silence. Ca aurait été bien. Ca nous aurait rapproché entre deux membres de Rosenrot complètement perdus.

Perdu. C'est tellement le mot. Brisé aussi. Je sais plus où j'en suis, je sais pas ce que je fais de ma vie, je sais plus comment faire pour avancer. J'essaie de lutter contre tout ça mais … J'ai toujours aussi mal à l'intérieur. So.

La nénette me renvoie mon sourire. Hey, ça fait zizir t'as vu. Ca se voit, pas vrai ? Le gars il est tellement mort à l'intérieur.

Mort.

Le barman apporte ma commande. Elle a déjà fini son premier verre. Ah ouais donc toi aussi t'es venu pour boire comme une souche et t'amuser. On s'amuse tous les deux si tu veux ya juste aucun soucis. J'te jure. C'que tu veux. Enfin non, c'est moi qui torture.

J'suis même pas sûr que ça m'amuse encore. J'suis pas trop dans le mood pour ça en ce moment surtout. Quand je reprendrai du poil de la bête peut être.

Quand ?

Elle fait tinter son verre contre le mien avant de le porter à ses lèvres.

Aller Mike, prends toi au jeu. Gogogo. Oublie la. Elle en vaut pas la peine.

Vraiment ? J'y crois pas.

On a passé tellement de bon temps. Meilleures baises de ma vie, soit dit en passant. Si vous voulez un bon coup, aller la voir. Vraiment. Mais vous pouvez aller crever pour que je vous donne ses coordonnées. Même en enfer – parce qu'on ira tous là bas, faut pas se faire d'illusion, même les petits gars d'Orpheo qui se prennent pour des gentils – tu pourras toujours brûler.

Nénette me fait un clin d'oeil et redemande une tournée en levant le bras. Ouais, boisson, j'suis carrément trop trop d'accord. Faut que j'oublie le gros trou béant de ma poitrine qui menace de m'effondrer à tout moment.

Je m'accoude sur le comptoir et prend enfin mon verre, fait rarissime que je finisse mon verre après les autres, mais yen a un autre qui arrive alors je dois accélérer la cadence. Je fais santé en l'air à mon tour, dans sa direction avec un sourire charmeur.

Se prendre au jeu. Jouer le jeu complètement. S'oublier dans le jeu. Et du coup oublier.

Coup de tête en arrière. Le tout tombe directement dans ma gorge. Je repose le verre bruyamment sur le comptoir. L'autre est déjà là. Sinon, une ligne de shot, se serait pas plus simple ? Je claque des doigts au barman (il m'aime tellement pas) et trace une ligne en l'air. Je sais pas si il comprend. J'en sais rien. J'ai pas envie de parler. Laisse moi dans mon mutisme et sers à boire.

Je parle que à mes chats. Comme une vieille. Tssss. Pitoyable.

Enfin, il a compris. J'crois qu'ils ont des lignes de shot spéciales. Je crois, j'en sais rien. C'est même pas un bar à thème ou quoi. Toujours est-il qu'il pose les dix verres sur le comptoir, mets différents sirop et renverse de la vodka tout du long, avant de se retourner dans un gros froncement de sourcil l'air de dire « tu parles meilleur je suis pas ton chien ». Sauf qu'un coup de télékinésie et il tombe raide mort. Je ferais pas le malin si j'étais lui.

J'en pousse cinq vers nénette et amène les cinq autre à moi.

Petit défi nénette ? Je la provoque des yeux, petit sourire en coin. Celui qui finit le plus vite les six verres et le dernier qui tombe par terre.

J'tomberai pas, j'suis déjà par terre, j'suis déjà mort.

Je compte sur mes doigts comme un shifumi et je commence à dévaler les verres. Un coup de nuque à chaque fois.

Un, paf, le verre qui revient sur le comptoir. Deux, paf, trois, paf, quatre, paf, cinq, paf, six, paf.

J'ai même pas eu le temps de les savourer. Savouquoi ? On s'en bat les couiiiiiiiilles. La tête me tourne. J'ai fait monter tout ça hyper vite. Coooooool.

Je regarde nénette avec un sourire idiot, de bourré en fait. Ouais, carrément.

C'est qui qui a gagné ?

C'est qui qui ? C'est gifi !

Je devrais me pendre pour cette blague. Putain heureusement que personne m'entend. Hey nénette, t'es magique ou pas ? J'espère que tu lis pas les pensées putain. Enfin sinon tu te serais déjà enfuie parce que hashtag dépressif.

Du coup je la jauge. Elle est bonne, non ? Avec sa petite robe là. Elle aguiche. Hey m'dame, t'es bonne. Putain mais tuez moi. Je suis lourd mais je parle pas comme un vulgaire banlieusard, ya des limites. Et ses yeux. Wouah. Regardez moi ses yeux, j'suis en train de les fixer là, ça m'empêche de cligner. J'crois que je suis en train de tomber vers elle. J'crois.

Poup. C'était mon nez. Contre le sien. Le pire ? C'est que je suis en train de regarder ses yeux. Aha. J'vais me prendre une baffe tellement monumentale. Aha. J'me recule. Oh, j'ai des muscles ? Des abdos ? Oh ? Oh ? Ca fonctiooooooonne. Ya tout qui marche. J'me relève sur mon siège. Un peu de tenue voyons, j'fais une mine désolée.

Hey mais, ya plus à boire. C'est quoi cette histoire ?

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 
Color: indianred

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste | Agent de la Police Magique
MESSAGES : 105
DATE D'INSCRIPTION : 12/11/2011

Niveau du personnage
Point RP:
76/100  (76/100)
Point Membre:
61/100  (61/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Nawel Meish
Exorciste | Agent de la Police Magique
MessageSujet: Re: I'm not heartstone {Haselünne}   Sam 20 Jan 2018 - 15:58

Je ne sais pas comment fini cette histoire. Mais si on isole ce moment précis, son histoire à lui est plus triste que la mienne. Il est plus malheureux que moi et le montre ostensiblement. Je m’en fiche, il a bien le droit de noyer son cerveau dans l’alcool si ça lui chante. Il ne veut pas parler - c’est fantastique comme dit précédemment - mais son corps parle pour lui, ce qui est largement suffisant. Pas besoin d’être empathie pour le voir suinter la tristesse et le goudron.

Il lève le verre mais son sourire n’est pas sincère. Il est un peu de biais et ça pourrait le rendre craquant mais je baisse les yeux sur le comptoir. J’ai envie de me lever et de le chasser en disant « allez ! Casse toi, t’es trop malheureux ! » et je suis un peu déçue de ne pas avoir les couilles de le mépriser pour m’en aller ailleurs. Son cerveau n’est pas ici mais si je levais les yeux au ciel en crachant des mots acerbes, ça ne me soulagerait pas et nous serions plus seuls que déjà. Inutile acidité qui me brûle la gorge.

L’autre fait un signe au barman, qui arrive et pose dix verres sur le comptoir. Il en pousse cinq vers moi mais ça ne me tente plus. On n’est pas prêts de baiser et il est hors de question que je finisse comme une loque à ses côtés. J’ai tendance à trop causer, m’épancher et vraiment finir mal. Et demain, desséchée et perdue je chercherai du réconfort dans la bouffe sous un plaid en me sentant misérable.

Ma foi, saluez ma chance, j’ai trouvé encore plus misérable que moi.

Il me fait un petit sourire et compte sur ses doigts. Il les descend le plus vite qu’il peut alors que je n’en bois qu’un. Honnêtement, à part se déchirer, les shooters ne servent à rien. Ils ne sont pas spécialement bon, les sirops les rendent écoeurants. Il les fini le plus vite possible et je pousse les quatre autres vers lui avec un hochement de tête l’air de dire « go on, t’en as plus besoin que moi de toute façon » . Je ne sais pas où il compte s’arrêter mais ce n’est pas mon problème - tant qu’il ne vomit pas. Si il dégueule je le téléporte au beau milieu d’un lac pour l’y laisser se noyer. Il ne battra sûrement pas des bras et sera peut être même soulagé. Qui sait ? Il y a du réconfort à trouver au fond d’une piscine. C’est sûrement pareil avec les lacs, au milieu des brochets et des ossements de vaches du siècle dernier.

Il se met à me fixer, mais pas l’air d’apprécier quoi que se soit, plutôt une finette de type bourré jusqu’à ce qu’il se penche et heurte mon nez. Il se recule d’un coup, se relève l’air penaud - je pense qu’il s’en bat les couilles mais au moins il fait genre, c’est pas mal - et je lève la main vers le barman en lui lâchant des billets. Je dessine les whiskeys - un dernier et on se tire - qu’il apporte en servant sans un mot.

Peut être qu’il a compris notre jeu de muets et qu’il veut jouer avec nous ?

Je commence a avoir sacrément chaud et si j’étais seule je ferais sauter ma robe par dessus mes épaules, je mettrais une musique super violente pour danser dessus jusqu’à ce que je me sente transpirante et épuisée, et j’irai m’endormir à poil dans un fond d’eau froide, une clope à la main, le maquillage ruiné sur les joues.
Tellement dramatique.
Mais je ne suis pas seule et je vide le whisky d’un mouvement sec. Les glaçons viennent buter contre mes lèvres et je les laisse quelques secondes m’anesthésier un peu la peau avant de poser le verre sur le comptoir. Il claque sèchement et je me lève de ma chaise, un peu chancelante. J’ai du mal à garder le dos droit et à marcher correctement mais je m’en branle, j’ai vraiment envie de fumer une clope mais pas ici, ici il a déjà étalé sa peine et j’ai besoin d’air frais.

Pas de mots.

Je lui attrape la main et lui montre les toilettes. On va y aller et se barrer discrètement. Avec un peu de chance il y a une fenêtre et ils penseront qu’on est partis par là-bas, et puis sinon ils penseront ne pas nous avoir vu passer et puis c’est tout. Et si le gars, il est pas magique, il pensera avoir abusé de l’alcool et rêvé de la téléportation. Mais il faut qu’on se barre de là, maintenant. Je resserre ma prise en l’emmenant vers les toilettes - allez, on y va, on va ailleurs.
On va respirer, s’il te plaît.

_________________


darkgoldenrod
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2653
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
176/200  (176/200)
Point Membre:
290/200  (290/200)
Niveau: 7 - Confirmé
avatar
Mikeal O'Callaghan
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
MessageSujet: Re: I'm not heartstone {Haselünne}   Dim 21 Jan 2018 - 21:12

Madame décide de ne pas jouer le jeu de qui se bourre la gueule le plus vite. C'est bien dommage. Je suis tout triste. Du coup elle ne boit qu'un shot et me file les autres. Que je bois à une vitesse plus raisonnable du coup. Vu que madame s'est dit que la course c'était trop has been.

J'ai l'air ridicule maintenant, pas vrai ?

J'ai décidé de m'en foutre royalement. De toutes façons je suis déjà dans un état lamentable, pas vrai ? Tant que je commence pas à partir dans tous les sens à la rigueur, ça peut bien faire quoi que je sois bourré jusqu'à plus savoir comment je m'appelle ? On s'en carre non ? Limite, tant mieux, ça veut dire que je me souviendrais pas d'elle et de tout le mal qu'elle m'a fait.

Ah bah j'm'en souviens. J'fronce les sourcils et avale le dernier verre présent sur le comptoir.

Ptet qu'il en faut plus que ça pour alcooliser un sorcier.

Ptet que mon foie il a trop l'habitude de tous les litres d'alcool que j'ingère tous les soirs.

Quand on dort pas de la nuit, on peut considérer qu'être bourré à dix heures du matin c'est le soir ? Ou c'est juste être pathétique ?

J'suis juste pathétique j'crois bien. Et puis, personne viendra me sauver. J'ai l'alcool pour me sauver de moi même. J'crois bien.

La fille paye sa tournée. J'crois que j'vais devoir lâcher pas mal de thunes aussi. J'sais plus à combien je suis.

Mon meilleur ami le scotch revient sur la table. En vrai tous les alcools sont mes meilleurs amis. Enfin... La bière c'est pas forcément assez fort en ce moment. J'ai l'impression d'être un putain de connard d'adolescent qui fait juste la course à être bourré le plus vite et qui connait pas ses limites.

Pathétique.

Elle finit son whisky d'un trait et me prend la main pour m'entraîner ailleurs ? Tu veux aller où nénette ? Je l'imite, prends mon manteau, me lève, manque de me casser la gueule, forcément, c'est limite si je fracasse pas tous les verres par terre. Mais non. Miraculeusement, non.

Nénette continue de me tirer le bras. Ouais, j'arrive, laisse moi payer. J'suis trop sympa, j'ai décidé de payer. J'lâche des petits billets, je sais pas si yen a assez, ou trop. Je sais pas combien ya, je sais pas combien j'ai consommé.

J'en sais rien, je sais plus. J'm'en carre.

Et puis j'la suis, vers les toilettes. Ok, tu veux pisser ? Tu veux qu'on se barre ? On fait quoi en fait ?

On baise ? Oh dis oui steuplait.

Arriver dans les toilettes, déjà, j'me fume une clope. Si ya l'alarme incendie, j'men fiche. Mais déjà ya pas le barman qui va trop mal me regarder et me foutre dehors. Parce qu'il nous voit pas. J'lui en propose une en lui tendant le paquet. Parce qu'elle est ma foi bien sympa. De vouloir continuer la soirée avec un gars aussi pathétique que moi.

Et puis j'ouvre les fenêtre en grand. Sauf qu'elles sont quasiment coincées, c'est jamais aéré ici ou quoi. Je veux la morsure du froid, ok ? Un coup de télékinésie et le machin s'éclate contre le mur perpendiculaire à elle.

Au pire, elle se dira que j'ai beaucoup de force.

Au pire, j'm'en fiche.

Et puis le froid me fait du bien. J'inspire à fond. Ca fait du bien, ça fait redescendre tout le oulgaboulga de l'alcool.

Un coup de pichenette et ma clope même pas finie termine dans la cuvette des toilettes. J'me retourne vers nénette, fais le pas qui nous sépare, colle mes lèvres aux siennes et vais ensuite la plaquer contre le mur derrière elle.

Ca fait comme si l'alcool avait disparu, remplacé par une envie plus pressante, plus urgente, plus animale.

Je pose alors mes mains sur ses hanches, n'osant pas encore les monter plus haut, ne sachant pas ce qu'elle voudrait entreprendre en cette nuit.

Pas que le viol ça me gêne.

Sinon, on pourrait aussi aller dehors.


_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 
Color: indianred

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste | Agent de la Police Magique
MESSAGES : 105
DATE D'INSCRIPTION : 12/11/2011

Niveau du personnage
Point RP:
76/100  (76/100)
Point Membre:
61/100  (61/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Nawel Meish
Exorciste | Agent de la Police Magique
MessageSujet: Re: I'm not heartstone {Haselünne}   Dim 21 Jan 2018 - 22:15

Il retient un peu mon bras, j’ai peur qu’il s’échappe et qu’il ne revienne pas. Je ne sais pas comment je pourrais le vivre, peut être que j’oublierai, peut être pas. S’il se dégage maintenant, je ne comprendrais pas, mais soit; qu’il en soit ainsi.
Il retient un peu mon bras, donc, mais il finit par céder et me suivre après avoir lâché des billets. Ses yeux roulent un peu comme s’il était devenu fou mais il ne dit toujours rien.

Les toilettes sont propres et des mots sont écrits un peu partout. Ces mots là sont les pires, moralisateurs, clichés, inutiles; aussi j’évite de les lire pour ne pas avoir à trop râler.

Il sort une clope du paquet, ses doigts sont gauches et maladroits comme ceux d’un nourrisson mais ses muscles sont habitués à faire ce geste. Même s’ils sont engourdis ils n’ont plus besoin du cerveau pour amener une barre de goudron aux lèvres du propriétaire. Il l’allume et me temps le paquet.
J’allume.
Je tire aussi fort que je peux la première et puis la deuxième fois, bon sang que j’en avais envie de cette clope - à croire que je ne fais que ça de mes journées, sortir fumer. Est-ce qu’ils savent au bureau que j’ai du mal à rester enfermée ?
J’m’en tape, finalement, ça ne change rien qu’ils le savent où qu’ils le savent pas. Je sais pas pourquoi je me tracasse avec ça. Je sais pas pourquoi je suis là non plus, et ma tête engourdie commence à trier mes pensées : utiles, pas utiles.
Non, c’est pas vraiment ça.
C’est plutôt : nécessaire, pas nécessaire.
Mais mon cerveau il est mauvais quand il s’agit de trier et il laisse tout le temps passer des choses débiles, vraiment trop débiles.

Il est où Zach ?

Il s’irrite d’un coup, tout son visage exprime une frustration incroyable alors qu’il machine contre la fenêtre qui finit par s’exploser contre le mur. Le verre n’a rien mais ils doivent penser qu’on est en train de baiser comme des bêtes là dedans.
Que nenni.

Il inspire et lâche sa clope et m’embrasse d’un coup. C’est con, parce que maintenant il sent un mélange de scotch et de sirop trop sucré, de clope et de désespoir. Ses lèvres sont trop chargées et je n’ai plus vraiment envie de l’embrasser parce que si on baise, après y’aura des moments gênants, je sais pas.

Je sais même pas pourquoi je me justifie.
Toujours est-il que je culpabilise un peu de l’avoir emmené dans les toilettes, comme si on allait baiser, alors qu’en fait non.
Il pose ses mains sur mes hanches et ça me saoule encore plus de ne rien dire parce que je me sens débordée par son envie, totalement incapable de repousser ce désir débordant et je me rends compte que je suis à deux doigts de me résoudre à baiser, alors que sérieusement, j’ai pas envie putain.
J’sais pas pourquoi je culpabilise.

Je le repousse mais avec douceur, mes paumes gelées contre son visage. Je me dessine une clope, l’allume avec une flamme tout aussi dessinée avant de secouer doucement la tête, l’air de dire « non, non, tu comprends pas, c’est pas pour ça que je t’ai amené là » et je lui attrape le bras en lui faisant un clin d’oeil.

La seconde d’après on se retrouve dans une chambre d’hôtel, dans les plus hauts étages. S’il veut se jeter au moins, d’ici il pourra. Je m’écarte de lui sans lui laisser le temps de réagir. La chambre n’est pas occupée - par chance, y’aurait eu des gens c’était pareil - aussi le lit n’est pas fait, il n’y a ni couettes ni coussins. C’est parfait, comme ça il pourra pas penser que je l’invite à une baise plus confortable, je ne l’invite à rien du tout, si ce n’est à me suivre.

Les minis bars sont toujours pleins, l’alcool n’étant pas périssable, ils ne s’emmerdent pas à les vider à chaque fois. J’le sais, quand j’étais plus jeune c’était à moi de relever les consommations des clients. Très très gratifiant comme travail, au cas où vous auriez des questions.
J’attrape deux flasques, je crois qu’il y a whisky et gin, et, parfait très bien, je me garde le liquide transparent, lance la bouteille sur l’autre inconnu - pitié, c’est le moment où jamais d’avoir des réflexes. Je tire la baie vitrée qui donne sur un petit balcon, ma clope dessinée toujours au bord des lèvres (c’est meilleur pour la santé, de dessiner, mais parfois ça me manque de tirer sur quelque chose de vrai) et je viens me poser, mi nostalgique mi super ivre, sur le balcon, les jambes entre les barreaux qui pendent dans le vide.

Allez, viens t’asseoir le malheureux. Viens t’asseoir qu’on cause pas tous les deux.

_________________


darkgoldenrod
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2653
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
176/200  (176/200)
Point Membre:
290/200  (290/200)
Niveau: 7 - Confirmé
avatar
Mikeal O'Callaghan
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
MessageSujet: Re: I'm not heartstone {Haselünne}   Mar 23 Jan 2018 - 13:08

Elle accepte la clope, l'allume d'en geste mécanique et tire dessus comme si l'envie la consumait depuis des années. Comme si c'était plus un besoin qu'une envie.

Moi aussi j'ai besoin d'ça. Et d'autre choses aussi.

D'elle.

Non. Non. Non. J'ai assez de sang dans le sang pour éviter de penser à cette salope qui part sans mot dire. Stop les pensées sauvages là. J'essaie de prendre un bon temps. J'crois.

Impact, des lèvres qui se mêlent. J'crois que je sens son désir là dessous aussi. Ou alors c'est que moi et le fait que je veuille à tout prix me changer les idées. Et que je sois prêt à tout pour oublier tout ça. Même inventer les pensées des gens. Même penser qu'ils pensent comme moi.

Me mentir à moi même quoi.

Comme d'habitude.

Et puis elle me repousse. Arf. Sérieuuuuuux, pourquoi ? C'est bon, on baise, et on se reparle plus jamais de la vie. J'veux dire, c'est pas comme si j'allais te recroiser un jour. Et puis tant bien même, j'te reconnaîtrais pas. On s'ignorerait, comme deux inconnus et basta. Comme si c'était n'importe qui qui passait sur le trottoir.

Sérieux, juste du bon temps entre deux adultes consentants, c'est tout.

Après j'suis ptet beaucoup trop pitoyable pour qu'on puisse considérer cette chose avec moi.

J'suis tombé bien bas.

Elle fait apparaître une clope, comme ça, venue de nulle part. Je tilte même pas en vrai. Ouais, normal. Et puis elle me fait signe de la tête genre non. Non on va pas baiser.

J'suis deg putain.

J'voulais juste oublier, jusqu'à m'oublier moi.

Et puis elle me reprend le bras avec un clin d'oeil. Azy tu me dragues là, pourquoi tu veux pas faire plaisir à mon ziziiiiiiii. Il est tout triste, coincé dans son caleçon, tout seul, sans même une main pour lui faire des câlins (même bourré je fais des rimes, admirez).

Et puis zap, on est plus là, on est ailleurs. Loin. J'en sais rien. Une chambre d'hôtel.

Ah, on baise alors ?

J'crois pas, elle va direct au minibar. Le lit est pas fait mais en cas, ya toujours la douche. Ou la baignoire, ou je sais pas ce que c'est. Ou direct sur le balcon. Pour dire au monde qu'on les emmerde. Aha. J'ferais bien ça moi.

Elle me lance une bouteille riquiqui que j'attrape au vol (non je triche en fait). J'suis pas bien sûr que se soit une bonne idée. J'en sais rien. J'suis tiraillé entre le fait d'être si pitoyable qu'on ai même pas envie de me baiser et de me miner la tronche.

Mais la téléportation putain. Faut avoir l'estomac solide. J'sais pas comment j'ai fait pour tout garder à l'intérieur en vrai. C'était caca. Ca a tout retourné, comme des montagnes russes.

Montagnes russes...

Non. Oublie. Stop. Putain d'images, putain de souvenirs. Comment tu peux penser à ça en plus, elle t'as dumpé après la parade putain.

Ouais mais avant y avait eu tous les rires.

Son rire putain.

Comment un rire peut nous manquer ? J'l'entends encore, qui résonne.

Nénette file vers le balcon en tirant un grand coup sur la baie vitrée. Je sens la morsure du froid, encore.

J'ai froid.

J'ai froid de solitude.

Sans bouger, j'ouvre les placards pour trouver ce que je cherche. UN PLAID OK. En plus il est tout tout doux. J'adore, mes préférés. Pas une couverture toute rèche dégueulasse qui gratte et qui pique et t'as pas du tout envie d'être en contact avec.

Non là tu peux te rouler dedans. Comme un sushi.

Du coup je sors aussi. J'sais pas si elle veut un bout du plaid. J'lui propose pas, j'lui mets pas dessus ni rien. J'ressors juste une clope, machinalement, et l'allume avant de contempler la ville éclairée.

On entend des rires d'humains bourrés d'où on est. J'sais pas qui est le plus misérable entre eux et moi.

Chamailleries, bousculades, rires.

Ils passent du bon temps quoi.

Je m'affale contre la baie vitrée, et descend progressivement par terre. Face à l'immensité de … Rien du tout.

Le monde c'est de la merde.

La vie c'est de la merde.

Ma vie c'est de la merde.

J'veux toujours pas parler. Au moins si on baisait, ça occuperait le temps, non ?

Pourquoi tu veux pas baiser ? J'ai toujours pas ouvert la bouteille, elle est là dans ma poche, avec mon téléphone.

Ah nan, pas mon téléphone, j'sais pas où il est. J'ai tendance à le négliger énormément en ce moment. Parce que je veux parler à personne, parce que je m'en carre, parce que je veux pas voir les missions qu'Anja pourrait me donner.

Je pichenette ma clope pour qu'elle vrille par dessus le balcon et qu'elle tombe, loin, au sol, si possible sur quelqu'un, aha. Elle pourra malheureusement pas la brûler, dommage.

J'en rallume une, et laisse le paquet en évidence, si nénette veut se servir.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 
Color: indianred

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste | Agent de la Police Magique
MESSAGES : 105
DATE D'INSCRIPTION : 12/11/2011

Niveau du personnage
Point RP:
76/100  (76/100)
Point Membre:
61/100  (61/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Nawel Meish
Exorciste | Agent de la Police Magique
MessageSujet: Re: I'm not heartstone {Haselünne}   Mar 23 Jan 2018 - 19:54

Il a vraiment envie de baiser, et moi, vraiment pas. Je sais pas quand est-ce qu’il va lâcher l’affaire. Enfin c’est pas comme si il insistait mais, même si je me déteste de faire cette généralité, mais les hommes quand même des fois t’as l’impression que tu sais quand ils ont super envie. C’est peut être une histoire d’hormones qu’on peut recevoir, je sais pas, mais y’a moyen. Autant je capte ses phéromones et c’est pas sa faute si j’ai autant conscience qu’il a envie de baiser, mais même si j’aime bien baiser - avec John par exemple, c’est de la baise trop cool - j’aime pas trop être un corps. Si tu baises avec moi, tu baises avec moi. J’irai pas jusqu’à aller dans ton cerveau, mais on est pas dans une mauvaise série. Tu vas pas t’allonger sur moi puis m’appeler Lyanna. *
Et là clairement, à part une fille, je vois pas ce qui peut le mettre dans cet état - pas que ça m’intéresse non plus - mais je suis pas aveugle quand même. Et j’aime pas trop qu’on me prenne pour une conne ou pour un trou.
Pas qu’après j’ai envie qu’on se revoie ou quoi, ça je m’en tape, mais sur le moment, soit là.

Il n’est plus nul part.
Il n’est ni ici (il voudrait être dans le passé) ni dans le passé (il en a été expulsé).

J’ai envie de lui dire que c’est le moment d’aller dormir ou de se jeter pour oublier et peut être qu’après je serais plus optimiste dans mes mots, je pourrais dire quelque chose comme « tout passe » d’un air glauque et noir, mais les mots n’aident pas, le temps n’aide pas, rien n’est là pour vous dans ces cas là.
Non.
Personne n’est jamais là pour vous quoi qu’il en soit.

Mais c’est pas plus mal comme ça.

Il va fouiller dans les placards alors que je suis dehors et il en revient avec un plaid sur les épaules. Il a l’air au beau de sa vie.

Is my miserability a warm coat ?

Il vient s’asseoir à côté de moi, il est à l’intérieur de lui, inaccessible. Il se croit au chaud et protégé comme ça. En vrai il fait juste un peu pitié. Il s’allume un clope alors que je porte la bouteille à mes lèvres. Je suis pas tellement bourrée j’ai l’impression maintenant que je suis dehors et je sais d’avance que je vais sûrement me téléporter pour le planter ici et me sauver la mise. Je déteste quand ce genre de mec s’endort, le lendemain c’est affreux.

Il laisse son paquet sur le rebord du balcon mais je m’en dessine une, puisque j’en ai encore les capacités autant m’en servir. Une flamme l’allume, je tire dessus dans le froid de l’hiver. Pourtant c’est un peu comme si je le sentais pas, comme si j’avais la peau plus dure que j’sais pas, les rhinocéros.

En tout cas il n’a pas sorti sa bouteille, il l’a gardée dans la poche et je trouve ça idiot alors je porte la mienne à mes lèvres, ça réchauffera la fille que je suis qui n’a pas froid en laissant mes jambes se balancer dans le vide. La vue est pas désagréable, mais je donnerai faire pour ne pas être là, pour être ailleurs genre face à la mer, une mer chose ou gelée peut importe mais agitée, souple et sauvage. Pas comme si j’aimais la nature, non c’est vraiment pas ça, plutôt comme si les vagues pouvaient m’emmener avec elle. Je pourrais flotter dans années sans plus me soucier de rien. Et lui là, il voudrait être où ?

Je me tourne pour le fixer et le détailler. Il a des cernes colorées, d’un noir presque vert. Ses tatouages sont visibles d’ici mais pas beaucoup, je suppose qu’il est tatouée presque de partout. Et je n’irai pas voir. Ses cheveux sont en bordel, sa peau crie au secours et ses lèvres.. ses lèvres..
Je sais pas pourquoi j’y pense, mais des fois c’est le cas, aux lèvres qui plus jamais ne seront embrassées. Plus aucun baiser, plus jamais. Peut être auront-ils encore un câlin, une bise, une accolade mais l’être aimé et parti et tout est fini. Comme le poète André Gorz qui se suicide avec sa femme Dorine, à quatre-vingt quatre ans, parce qu’elle est atteinte d’une maladie incurable et qu’il ne lui semble pas possible de vivre sans elle, alors sereins, ils s’en sont allés. Mais si elle était morte avant, plus personne ne l’aurait embrassé, André.

Peut être comme la fille que t’as perdu, inconnu.
Est-ce que t’as déjà pensé que peut être, plus personne ne l’embrasserait ?
Est-ce que c’est pour ça, seulement, que t’es presque en train de pleurer ?


_________________


darkgoldenrod
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2653
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
176/200  (176/200)
Point Membre:
290/200  (290/200)
Niveau: 7 - Confirmé
avatar
Mikeal O'Callaghan
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
MessageSujet: Re: I'm not heartstone {Haselünne}   Dim 28 Jan 2018 - 21:41

J'fais pitié, pas vrai ? Une bonne grosse tièpe. Même à mes yeux j’ai l’air d’un plouc. J’ai l’air misérable. Je sais même pas comment je peux encore me supporter tellement c’est n'importe quoi. Plus aucune motivation, plus aucun engouement. Juste du vide, si profond.

Intersidéral.

Un creux énorme qui donne l’impression qu’il ne se rebouchera jamais tellement il a atteint tout mon être, tellement il est profond. Tellement il est ancré en moi.

C’est comme si il faisait parti de moi maintenant. Mes organes l'ont pris en compte, mes cellules et mes vaisseaux sanguins aussi.

Comme si c’était un trou dans la route et qu’on construisait autour avec une légère déviation. Comme ça, le trou reste vide, il reste comme il devrait être, rempli de rien, il restera rien. Le puis sans fond où tu peux te plonger intégralement jusqu’à te perdre.

J’y suis déjà en vrai. J’suis perdu dedans depuis si longtemps.

Depuis quand ? Depuis l’enfance ? Depuis mes parents et la vieille qui donnent rien, qui ont juste des enfants pour faire perdurer la famille et donner leur contribution de chair à l’organisation ? Depuis Alexander qui est parti ? Ou depuis elle qui m'a abandonné ?

Ou alors le trou s’est creusé davantage à chaque fois ? Prélevant sur les organes à chaque fois pour être plus béant et plus profond. Pour t’empêcher de respirer, pour t’empêcher de bouger, pour t’empêcher de vivre.

Pour qu’à la fin, tu ne sois plus qu’une coquille vide.

Une épave.

Je fais quoi ici, sur ce balcon, avec la dépression qui revient à fond les ballons ? Avec cette inconnue ? En plus on parle pas. On fait quoi pour occuper le temps quand on parle pas ? A part fumer ? A part baiser, parce que madame veut pas.

Même pas je me bats contre une téléporteuse pour la violer.

Ça m'aurait fait tellement de bien, de la baise sans rien ressentir, un truc presque animal. Ok, j'aurais sûrement passé mes nerfs là dedans. Moi j’dis, justement, ça aurait été la meilleure baise de sa vie.

Du coup on est juste là, à fumer nos clopes chacun de notre côté. Comment ça se passe ? J’ai pas la force d’aller voir ailleurs ce soir anyway. Il se passe quoi alors ? Je me murge encore plus ou mon état est déjà assez pitoyable comme ça ?

J'me relève, clope au bec et vais m'asseoir sur la rambarde avec nénette. Sauf que c'est pas drôle. Alors j'me lève pour faire un beau spectacle d'équilibriste qui tient déjà pas bien droit au sol.

Et si je tombe, en soit, il se passe quoi ?

J'manquerai à personne de toutes façons. Surtout pas à elle, vu que c’est elle qui est partie, sans se retourner.

J'me retourne tous les jours.

Et même si je tombe, je m’étalerai pas par terre.

Voilà, j'ai fait un aller-retour. Bravo Mike. J'me rassoie sur la rambarde, en chutant à moitié vers l’avant, me rattrapant grâce à la télékinésie.

J'regarde nénette, avec les yeux à moitié dans le vide. Si c’était pas elle ça aurait été quelqu’un d’autre. Ça aurait pu être n’importe qui ce soir.

Le mieux aurait été qu’elle reste et qu’on continue notre vie comme on le faisait. C’était le pied.

Putain.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 
Color: indianred

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste | Agent de la Police Magique
MESSAGES : 105
DATE D'INSCRIPTION : 12/11/2011

Niveau du personnage
Point RP:
76/100  (76/100)
Point Membre:
61/100  (61/100)
Niveau: 6 - Affirmée
avatar
Nawel Meish
Exorciste | Agent de la Police Magique
MessageSujet: Re: I'm not heartstone {Haselünne}   Mer 31 Jan 2018 - 18:22

Il monte sur la barrière, en équilibre, mais je ne suis plus vraiment là. Il ne l’a jamais été non plus, je ne sais pas à quoi il joue, ça ne m’importe plus. Je ne sais pas ce que je fais là, l’alcool commence à descendre dans mes tripes, là où je n’ai pas envie qu’il soit. Je ne veux pas non plus aller vomir, je ne veux pas aller dormir, je ne veux pas aller mourir. Je ne sais pas ce que je fais là et arrive le douloureux moment de la nuit où je me retourne sur moi même et je me dis : qu’est-ce que tu fais là ?

Barre-toi.

Mais je ne voudrais pas partir de la chambre d’hôtel, je voudrais partir de la misérabilité de ma vie futile, qui ne change rien à rien. Attraper les méchants vous dites ? A quoi bon ? Ils vont en prison, on les torture, et qu’est ce que ça change ? Rien.
J’ai l’impression d’être un enfant qui apprend que la vie n’a pas de sens.
Je suis incapable de me rendre heureuse, ça me gave, je tourne en rond et je ne vois pas la sortie du tunnel. J’suis pas du genre suicidaire, mais je pèterais un câble si j’apprends qu’on se réincarne, on m’a servi ce jeu une fois, ça ne va pas m’amuser à l’infini.

J’me gave, j’me rebute, je veux, sortir, de, ma peau.
C’est impossible, je sais bien, et puis on n’a jamais les pouvoirs dont on a besoin. Ni moi, ni vous. A quoi ça peut bien me servir de me téléporter jusqu’à l’autre bout du monde si la seule personne que j’ai envie de fuir, c’est moi ? J’aimerais pouvoir, comme Weiss, me diriger vers ce que je veux le plus au monde, parce que lui il saurait alors que moi, j’en ai aucune foutre idée. Partir c’est bien beau mais ça reste un mot, une idée, pas une réalité. On peut partir à l’infinie.

Je voudrais juste être retrouvée.

Peut être que se sont les idées noires du gars d’à côté qui déteignent su moi mais je sais bien que c’es faux. Je, suis allée au bar seule, j’ai, décidé de boire comme un trou, j’ai, refusé la baise parce que finalement j’étais écoeurée, j’ai, emmené le gars dans cette chambre d’hôtel vide. J’ai mené une danse qui vous vile la gerbe, qui vous fait vomir, j’ai lancé le train sur des rails que j’aurais voulu détruire. Maintenant on en est là, c’est de ma faute.

Il faut que j’me casse.

En deux ?

J’me brise.

Les yeux.

Je me lève finalement, un peu chancelante, pose la flasque. Je l’embrasserai bien pour me sentir moins seule mais lui, lui il se sentirait encore plus seul parce que ce n’est pas elle, c’est moi, c’est juste moi qui ne suffit pas.

Qu’est-ce que je peux y faire ?

Elle n’est pas là, moi si, moi non, je ne sais pas.

J’essaie de ne pas imaginer, parce que c’est nocif et inutile, et que pour ça il faudrait parler alors que le silence est visiblement l’accord tacite de la soirée. Comme si il y avait un contrat que nous avions signé. J’aurais pourtant voulu le harceler de questions, lui demander comment c’est d’aimer quelqu’un pour de vrai, ce que c’est l’amour, vous savez.

Il aurait peut être pas répondu.

Il aurait peut être pleuré.

Je me lève, rentre dans la chambre d’hôtel et laisse les pensées rouler sur mes épaules comme si elles étaient de pierres et, quand elles sont toutes évanouies à mes pieds, je me téléporte dans le petit studio qui m’appartient à côté, celui qui sent la clope froide et le café, le maquillage hors de prix, le thé détoxifiant et les larmes sur l’oreiller.

Chez moi.

Il y a cette couleur particulière, ce rose pâle si clair et ce vert de pâture qui trainent, j’ai l’impression qu’ils sont comme moi, dévalés, et que comme moi, ils ne connaitront jamais autre chose que cette étagère misérable et le courant d’air des jours d’automnes, quand il est encore permis de laisser le carreau ouvert.

Je m’effondre sous la douche, les sanglots restent dans mon coeur et le font tressauter, je n’ai plus rien à expurger et l’eau chaude lavera les restes de mascara, masquera la détresse et je n’aurais pas le temps de dormir, juste le temps de rafraîchir ma peau, encrasser mon cerveau un peu plus avant d’aller bosser, étendre mes cernes plus loin - mais le territoire est déjà conquis, elles sont déjà colorées, elles sont déjà creusées - et puis voilà.

On attrapera d’autres méchants,
Mais pas ce soir,
Ce soir il s’agit de réparer les vivants.

_________________


darkgoldenrod
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2653
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
176/200  (176/200)
Point Membre:
290/200  (290/200)
Niveau: 7 - Confirmé
avatar
Mikeal O'Callaghan
Admin | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
MessageSujet: Re: I'm not heartstone {Haselünne}   Jeu 1 Fév 2018 - 19:42

Nénette n'a toujours pas décroché un mot. En même temps... Moi non plus. En vrai ça me ferait ptet du bien de parler. Sûrement pas d'elle, faut pas déconner non plus. Mais de dire des âneries et tout ça. Ça ferait gavé de bien. J'crois.

Sauf que parler après tout ce silence ça ferait juste trop bizarre. Et forcé, en quelques sortes.

Pourquoi tu veux pas baiser ? Sérieusement. De toutes les meufs sur terre il a fallu que je tombe sur une à cheval sur ses principes de pas baiser avec un camé.

Est-ce que c'est pour ça déjà ?

Parce que c'est vrai que je suis bien pitoyable et que je me suis mise une grosse race devant elle. J'aurais ptet dû me bourrer la gueule tout seul. Tant pis. Ce qui est fait est fait.

Si on pouvait changer le passé, croyez bien que je ferais tout pour changer le début de matinée le plus horrible de mon existence.

C'est ça le truc le plus horrible qui me soit arrivé ou mon passé, mon enfance ?

Est-ce que le fait qu'on soit pas brisé tous les deux n'a pas anéanti ce qu'on avait ? Et que ça aurait pété à un moment où à un autre ? Parce que, oui, elle était tout aussi brisée que moi. Elle peut bien dire le contraire, je m'en fiche. Elle peut se mentir à soi même tant qu'elle veut, elle l'est.

Et si moi j'allais mieux, ou si j'avais été mieux, ça aurait fait quoi ? Jamais elle aurait acceptée qu'on la sauve. C'est pas une princesse en détresse. Je suis pas un prince charmant. J'ai des allures de prince, je suis tout à fait charmant au sens physique du terme mais c'est tout.

Les contes de fée, ça n'existe pas.

Même aux enfants on devrait pas leur apprendre tout ça. Ça leur donne de faux espoirs quant à l'avenir.

J'ai pas eu tout ça.

J'ai jamais cru au romans de capes et d'épées pleins de magie et de princes ensorcelés.

Nénette se lève, j'me retourne vite fait pour la suivre du regard. Elle rentre dans la chambre, fait vite fait le tour du regard et ...

Pouf, me voilà seul.

Comme si je l'étais pas déjà.

Sans bouger les mains ni rien, je fais sortir une autre cigarette, encore, l'autre s'échoue loin, si loin, par terre. Et je récupère la mini bouteille. Maintenant que je suis seul, pourquoi essayer de faire des efforts ? J'enlève le bouchon, qui va s'échouer avec les anciens mégots.

Et cul sec.

Engloutie, je crache la flasque.

J'sais même pas à quel étage on est. Haut ? Pas haut ?

J'me remets debout sur la rambarde. Je joue avec mon don, me laissant glisser vers le vide, les pieds sur la barre de métal, me retenant grâce à la magie. Et j'me relève.

Pas un poil de muscle bougé.

Longue inspiration, longue pause. Long silence. Je suis seul. Si seul. Avec elle au moins, la solitude était un peu plus plaisante. On était seul mais à deux. C'était mieux. Si mieux.

Et puis je saute.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 
Color: indianred

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I'm not heartstone {Haselünne}   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm not heartstone {Haselünne}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: || Boite à souvenirs-
Nos partenaires