Solo : Closer


Partagez | .
 

 Solo : Closer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Exorciste | no faith no more
EMPLOIS/LOISIRS : S'entraîner.
LOCALISATION : Dans les airs...
CITATION DU PERSONNAGE : વેશ્યા

MESSAGES : 1112
DATE D'INSCRIPTION : 08/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
79/300  (79/300)
Point Membre:
111/300  (111/300)
Niveau: 8 - Reconnu
avatar
Ian Coley
Exorciste | no faith no more
MessageSujet: Solo : Closer    Mer 10 Jan 2018 - 23:15

Je sautille un peu devant Simje, aux aguets. Il tire une tronche de dix kilomètres, tout ça parce que j’ai été affilié avec lui. Beaucoup d’exorcistes partent seuls en mission, mais comme je n’ai jamais été vraiment formé - quelques petits soucis de maître, on ne va pas le cacher - je suis globalement toujours envoyé avec une paire. J’ai demandé à ce que ça soit Rhyan, puisqu’Autumn n’est pas disponible, mais on m’a sévèrement rembarré, comme quoi nous sommes encore trop inexpérimentés. De plus, les patrons ont bien notés que j’avais suivis plusieurs cours que le polonais a dispensé et ils pensent donc que nous formons la paire parfaite. Autant vous dire qu’ils ne doivent pas être au courant que j’ai surtout fait cramer le QG canadien, et qu’il a tout pris pour sa gueule, parce que visiblement c’est quelqu’un de sympa. Et depuis, il à l’air renfrogné.

- Ils ne t’ont pas mis à pied, d’ailleurs, finalement, pour le QG ?

Je me doute que c’était pas hyper sympa de ma part de m’énerver avec Nawel. En même temps, si c’était pas une sale conne, peut être que j’aurais pas agi comme ça. Après faut pas chercher pourquoi je m’énerve face à une personne aussi énervante. J’vous jure, plus tête à claque y’a pas. Le moment même où j’ai pu retrouver Autumn, j’ai du l’étouffer d’amour et lui répéter un milliard de fois que c’est la personne parfaite, bien plus parfaite que toutes les autres du monde entier, surtout les blondes, trop connes et trop maquillées.
Bref.

Je le laisse me rattraper. La forêt allemande et épaisse et bruyante et je sais qu’il entend aussi bien que moi. Ca doit être chiant quand même d’être toujours dépêché pour soigner les gens. Genre, ne pas avoir de pouvoir offensif. Ne pas pouvoir broyer une gorge. Genre vous savez, sauter sur les gens, planter les crocs et sentir le sang chaud qui coule ? Le goût de fer sur les babines ? Lui, il guérit et il feule.
Ahah. 
Autant, si je mute sous forme de chat il va faire la gueule et il va me détester. Déjà qu’il est tout silencieux et qu’il marche derrière ! Le gars il a mis une chemise. Je vous jure, une che-mise. Ca fait très professionnel mais un peu bizarre dans la forêt. Je sais pas. Peut être qu’il n’a pas pris de lame non plus, et donc peut être qu’il n’a pas non plus d’arme et que je serais le seul. Je m’arrête à nouveau et il passe devant moi en me regardant hyper mal.

Oh là là.. Lourd. A vrai dire, pour lui, l’Allemagne, ça faisait pas loin. Alors il pourra vite rentrer chez lui, puisque visiblement c’est son but premier, et il pourra se terrer dans un coin. Je sais en plus qu’il a une chienne, mais il l’a pas emmené parce qu’il paraît que c’est dangereux. Je sais pas trop quoi en penser, niveau danger. J’ai pas vraiment l’impression de risquer ma peau pour l’instant à marcher dans l’immense forêt qui n’en fini plus, elle est longue, grosse, é.. ehm. Bref, on est censés être là parce qu’il y a un pan de forêt étrange qui ne se renouvelle pas, j’ai pas creusé le dossier puisque Simje l’a fait, et on est partis, main dans la main, joyeux comme jamais. Et lui, en chemise.
Ahah.

- Ca va, t’as pas chaud ?

J’me dis que au pire, au moins la prochaine fois, ils me laisseront partir tout seul. Si il me tue pas d’ici là. Mais non, il à l’air gentil Simje. J’ai un peu appris à brider mon don d’empathe, alors pour l’instant ça va, ça me tente pas des masses de savoir les problèmes d’un petit trentenaire bobo sur les bords, en crise existentielle avec les humains, qui n’a pas de copine je crois bien mais un chien. Je critique pas le chien, il n’a pas de copine si il veut, c’est juste que je m’en fou un peu. Parce qu’il s’en fou de moi aussi. J’vous jure, il fait tellement la gueule on dirait que son but dans la vie et d’avoir l’air le plus malheureux possible. 
Et c’est réussi. 
Enfin, en plus, si il parlait, on pourrait être copains, des vrais copains tu vois, un duo même, des gens qui partent comme partenaires à l’aventure, libres et sauvages vous voyez, on serait super complémentaire, il préparerait le terrain et couvrirait mes arrières et puis après, il nettoierait les dégâts pendant que je briserais des mâchoires.
J’espère quand même que la guerre c’est bientôt fini. 
Mais en attendant, on deviendrait un duo de choc, on serait même connus à force et une fois que tout ça ça sera fini, on glandera juste sur une plage en se racontant les vieilles histoires de missions et puis voilà. Mais le problème, c’est que Simje, il parle pas.

_________________

darkslategrey

h       o       m      e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directeur d'Orpheo Varsovie | Patpatpatpatpatpat
CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 198
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
122/100  (122/100)
Point Membre:
133/100  (133/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Simje Voniestosiwjski
Directeur d'Orpheo Varsovie | Patpatpatpatpatpat
MessageSujet: Re: Solo : Closer    Mer 10 Jan 2018 - 23:17

Tuez-moi. Ou tuez le. 
Au choix. 
L’un ou l’autre. 
Vous savez, comment j’adore mes pouvoirs, je vante souvent leur mérite et leur utilité, j’adore pouvoir feuler et guérir des gens qui m’ont rien demandé, des connards étouffés avec une cacahuète, mais aujourd’hui une téléportation serait d’une utilité, sans nom. 
Autant vous dire que quand on m’a proposé la mission avec un sourire bienveillant j’étais content. Mais alors quand j’ai vu le nom, IAN COLEY, j’ai beaucoup moins apprécié. L’autre il crame des QG et il revient. Bref, restons pro.

Il enjambe une racine, ressassant avec calme les runes disponibles dans son esprit stressé et même comprimé par le stress qui commence à prendre la place. C’est toujours pareil, d’abord, sur le chemin, il a froid tellement qu’il a peur, et puis il arrive sur la zone et il se concentre et puis au final, une fois exposé au danger, il s’en fou. Il en a tellement bavé en général qu’il abandonne la vie, la vie c’est trop dur, la vie c’est trop fatiguant, autant en finir, voilà. Au moins ça rend ce type efficace en général. 
En général.

- Ils ne t’ont pas mis à pied, d’ailleurs, finalement, pour le QG ?

Simje lève subitement ses grands yeux clairs sur Ian qui le regarde, un vrai sourire sur le visage, l’air content et satisfait, presqu’il sautillerait dans le fourrés de mec et les sourcils levés, ce qui lui donne ce sourire de bonne foi constante tout à fait insupportable. Le mec, t’as envie de le gifler puis tu le regardes et t’as l’impression qu’il fait juste pas exprès.

- Non.


Il soupire, enjambe une autre racine et continue de marcher un peu plus vite. Il passe une main dans cette poche où se trouve un jeu de lames de rasoir - les runes et le sang c’est toujours plus pratique. Ce que Ian ne sait pas, c’est qu’il servira sûrement, de, cobaye. Comme j’le saigne puis je le guéri et tout le monde est content.

Je sais même pas pourquoi il reparle du QG d’ailleurs, c’est débile. Lui, il n’a rien eu, et il souhaite savoir si il me doit quelque chose ? Un mois de salaire ? En effet, après y’a eu un trou au niveau des missions, bizarrement pendant quelques temps ça a été le vide. M’enfin j’ai pu rencontrer Allen.

Et puis après le Sri Lanka, c’était pas glorieux non plus. Oh, le Sri Lanka..


Bref, donc cinq hommes qui ont été vus à plusieurs reprise dans les environ, et 11 humains retrouvés morts de manière étrange dans les alentours. 5 accident, un règlement de compte qui aurait fait trois morts, et le reste de suicide. Le reste de suicide quoi, sérieusement il y a une vague de dépressifs qui arrivent d’un coup ? C’est débile, les gars ils ont fait aucun effort. Il y a aussi, selon de nombreuses observations une partie de la forêt qui n’est plus modifiable, la personne n’a pas donné de rapport précis mais comme si finalement ce qui se reflétait était toujours la même chose. Ca prouverait un gros travail de runes qui, peut être, laisserait à la personne à l’intérieur du cercle l’impression qu’elle peut bouger des branches par exemple mais effacerait son passage une fois qu’elle est partie. Comme une couverture par dessus la réalité. Reste à savoir ce qu’il y a derrière cette couverture.

- Ca va, t’as pas chaud ?

Simje s’arrête à nouveau, fixant l’autre d’un air consterné. Non mais c’est possible dans la vraie vie d’être mi-content mi-incroyablement chiant ? Il se rend pas compte qu’on va peut être crever ? Que je sais pas, il est inutile ? Qu’il est vraiment relou et puis qu’il parle, qu’il parle, qu’il parle ? Si j’avais un super pouvoir genre la télékinésie ou une maîtrise des éléments je ferais en sorte que je sais pas, il tombe. Ou du genre. Ca me détendrait, je vous jure.

- Non.

Il le dépasse ce coup ci en retroussant ses manches. Ses sens captent bien que quelque chose à changé et il s’arrête brusquement. Est-ce qu’on est passé sur la couverture ? Ca y est ? Et on n’a rien vu ? Ca serait hyper bien fait quand même ?
Il gratte un arbre, trace une rune dessus mais elle ne s’allume pas, rien, et le polonais reste sceptique. Il se sent épié et peut être que c’est la paranoïa, peut être que c’est l’instinct. Il attrape le bras de Ian avec lenteur et lui lance un regard qui veut juste dire « clairement, ferme ta gueule » et prend le temps de calmer sa respiration. S’ils ne sont pas épiés, ils sont clairement aux abords d’une magie active et sombre, bien plus puissante que ce que Simje avait imaginé pour une mission de routine.

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste | no faith no more
EMPLOIS/LOISIRS : S'entraîner.
LOCALISATION : Dans les airs...
CITATION DU PERSONNAGE : વેશ્યા

MESSAGES : 1112
DATE D'INSCRIPTION : 08/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
79/300  (79/300)
Point Membre:
111/300  (111/300)
Niveau: 8 - Reconnu
avatar
Ian Coley
Exorciste | no faith no more
MessageSujet: Re: Solo : Closer    Mer 10 Jan 2018 - 23:18

Je trottine donc, le loup au bout de mes doits. Des fois ça me taraude, c’est insupportable, je le sens sous ma peau et c’est comme un hurlement que je me devrais m’efforcer de taire. Comme si je forçais ma peau à rester entière, à ne pas exploser ni se déchirer, j’aimerais ne plus être moi mais apprendre à se contrôler reste la base de la survie. Je n’ai pas envie de me faire dégommer dans une grande surface par des vigiles alors que j’ai stupidement muté en loup. Aux Etats-Unis, quand j’y suis allé, ils n’avaient pas l’air de plaisanter sur les armes. Ni sur les loups. 
Bref.

- Non.

Je me rapproche subtilement de lui et laisse mon don exploser autour de lui. Même s’il est excessivement renfermé, une glissade entièrement dirigé vers lui et je suis envahi d’abord d’une joie, un amour assez fort, puis d’une peine, toujours teintée d’amitié. Quel rapport avec le QG ? On dirait que ses émotions ne sont pas en rapport avec ce dont on est en train de parler, comme s’il menait une conversation intérieure avec lui-même, pas du tout concerné par ce que je lui raconte. Il n’a clairement pas envie de parler. Ca me fait chier, je déteste quand les gens me détestent.

- Non.

J’aimerais bouder comme un enfant de six ans, vous savez, réclamer de l’attention comme quand j’étais au Mystery en me cachant quelque part, quelque fois pendant des heures. Je savais que quelqu’un viendrait me trouver, prendrait soin de moi. Que quelqu’un me poserait des questions en attendant les réponses, en m’écoutant.
C’est tout disparu tout ça, c’est tout parti. Ca n’existe plus.

Je sais même pas ce que la plupart des orphelins sont devenus. Sûrement rien, sûrement morts, sûrement disparus je ne sais pas. Et Myaw? Myaw est-ce qu’elle est toujours là-bas ? C’est le pire dans la guerre je crois, le manque de communication, le désert des connaissances. Peut être qu’ils y sont, peut être pas. L’espoir ne meurt pas mais il n’y a plus aucune sérénité de permise. Heureusement que j’ai Autumn, des bras sur qui se refermer à la nuit tombée, un corps chaud auprès de qui fermer les yeux pour souffler, respirer vraiment un bon coup et permettre à ses muscles de se détendre. Une odeur de paix à soi.

Simje s’arrête subitement, l’air suspect. Il m’attrape le bras et par ce contact je sens toute sa complexité et surtout ce qu’il pense garder sous contrôle. Comme une bulle inconsciente qui se serait logée dans sa poitrine pour y grossir en paix. Je n’ai pas accès à ce que c’est, mon don est encore limité. Même si pouvoirs et dons sont équilibrés chez moi - le seul et unique avantage d’être mêlé, réellement il n’y en a pas d’autre, mh - je me fonds plus facilement dans le loup que dans les autres. 
La plupart du temps ils m’effraient. 
J’aurais préféré pouvoir lire les pensées je crois. Peut être que ç’aurait été plus simple, plus compréhensible et moins envahissant. J’en sais plus sur ces gens qu’eux-même c’est insupportable.

Et bref, il trace sur un arbre, je m’éloigne. Il n’y a pas d’odeur mais sous forme humaine je suis un peu inutile. Il reste aux aguets et il me stresse un peu, il est tendu, stressé. Il attend un peu comme un chat, réellement on pourrait voir le chat sous sa peau et dans ses os mais il ne pipe pas mot. Ca l’emmerderait de me tenir au courant ? Je sais pas ? On fait équipe ou pas ? Mais j’ai pas envie de poser une autre question débile, il me méprise déjà assez comme ça. Enfin, y’a pas vraiment eu du mépris quand je l’ai touché mais un bon gros désintérêt quand même. Je m’approche pour lui parler quand un sifflement emballe mon coeur et je mute sans réfléchir. La flèche silencieuse rebondit contre un cailloux et je me retrouve démuni et aveugle. Est)ce que c’est le moment de fuir ?
De partir ? De se battre ?
J’aimerais me retourner et me retrouver au milieu d’une mêlée, dégainer une lame sous forme humaine et affronter droit dans les yeux les agresseurs mais je sais bien que le piège est plus réfléchit que ça et que seul Simje s’est méfié. Alors qu’avec quatre yeux et deux instincts on aurait pu le voir. 
Je n’ai rien vu.

Je me retourne mais je n’entends rien d’autre, il n’y a que le silence anormal et les oiseaux qui se taisent. Simje a disparu subitement il n’y a que l’odeur d’un sang frais dans les taillis. Je mute sous forme de chat et fonce au milieu des cailloux pour me tapir au milieu. Okay, maintenant je comprends l’entraînement, je comprends Simje et je comprends les runes que je ne maitrise pas, stupidement coincé au milieu de mes cailloux. 
Aide moi putain.

_________________

darkslategrey

h       o       m      e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directeur d'Orpheo Varsovie | Patpatpatpatpatpat
CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 198
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
122/100  (122/100)
Point Membre:
133/100  (133/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Simje Voniestosiwjski
Directeur d'Orpheo Varsovie | Patpatpatpatpatpat
MessageSujet: Re: Solo : Closer    Lun 15 Jan 2018 - 14:11

Vous pensez que c’est qui, dans l’histoire, la chair à pâté ? Vous pensez qu’on envoie qui mourir ici ? Moi ? Lui ?

J’ai des milliards de théories. Peut être que ce n’est pas dangereux et dans ce cas, ils ne prennent pas de risque. Pourtant c’est l’Angleterre qui nous envoie et si j’ai reçu une missive c’est bien que la mission est assez importante pour dépêcher quelqu’un de l’extérieur. Après certes, je n’ai pas d’affiliation propre, je sais bien, mais tout de même. Je coûte plus cher que Ian, par exemple.
Et ils n’ont pas voulu que Ian y aille seul. En même temps, visiblement le gars est plus une arme qu’un cerveau. Peut être suis-je méchant en disant ça mais je vous jure, c’est l’impression que ça me fait. Il se bat, il se métamorphose, je soigne et je trace. Et la différence ne s’arrête pas là, le gars il part les mains dans les poches sans aucune préparation. Ça m’horripile, il sert sérieusement à rien.

Sauf peut être, du coup, à se battre.

Bref, deuxième théorie, ils l’envoient lui mourir si ça tourne mal parce qu’il ne fait partie de rien sauf de son Orpheo et il n’a pas de poste important.
Troisième théorie, après le Sri Lanka, qui commence à dater, même si je n’ai pas été mis à pieds ça gueule un peu parmi les rescapés - ce que je comprends - et autant me virer du paysage aussi. Ils pensent peut être qu’on va se faire bastonner et que je vais y rester, et pas Ian. D’un autre côté, il à l’air de faire partie de ces gens loyaux et dans ce cas là, il ne me laissera sûrement pas ici, ce qui nous laisse arriver à une autre théorie :
Celle qui dit qu’Orphéo a vraiment besoin qu’on soit ici, peu importe les conséquences. Autant vous dire que ça fait pas hyper plaisir.


Bref, le polonais est donc perdu dans ses pensées, le coeur gonflé d’une angoisse sourde qui lui broie le ventre. Pourtant il était certain jusqu’alors de ne pas être stressé, alors pourquoi cette sensation que quelque chose cloche ?
Il se jette sur le côté sans réfléchir quand son cerveau comprend le sifflement. Il ne réfléchit pas plus quand il entame lourdement son bras pour tracer une rune d’invisibilité, il essaie de se reculer le plus possible en la traçant mais il est au sol et vraiment très lent. Une autre flèche est décochée, il sait bien que cette fois-ci, il représente une cible facile et il essaie de bouger au dernier moment mais la flèche entre dans la muscle de se avant bras pour en ressortir aussi tôt, lacérant sa peau et sa chair, muscle et tendon et il finit sa rune en vitesse avant de fuir. Il est invisible mais laisse du bruit, des traces, des mouvements.

Et Ian qui a déjà disparu, bordel.

Il ne tremble pas, pour une fois. Il ne sent pas encore la douleur, complètement shooté à l’adrénaline, un peu fou aussi. Le sang qui lui coule dans la paume servira à tracer une rune. Il la verront mais ça sera sûrement trop tard.
Et si je tombe inconscient.. il faudrait que je retrouve Ian, bordel. Il se terre contre l’arbre et ferme les yeux pour écouter autour de lui. Il a un bras qui est appuyé sur des cailloux et il pause la main à p.. [/i] Mais y’a un coeur sous les cailloux ? [/i] Il aimerait que plus jamais pouvoir être télépathe, discuter tranquillement mais il se contente de feuler. Et feuler pour de vrai, parce que visiblement c’est la seule mutation physique outre ses yeux et ses oreilles que lui a octroyé la magie.

Le chat n’est plus un rat mais une souris et sans lui expliquer, Simje l’entoure d’une main et laisse goutter fébrilement son sang sur le sol, seulement guidé par son index qui touche la terre. Trois traits, quatre ici, des points, quatre centimètres entre chaque, neuf troncs et un retour, on barre, on reprend on revient, un rond barré et un rond nu, un rond incomplet, un rond terminé.

Rien ne se produit.
Il pensait lever le voile étrange mais rien n’est découvert. Il se sent juste vidé, il a perdu beaucoup de sang, il est épuisé, il a perdu son invisibilité et c’est tout.

Il y a à nouveau le bruit d’une arbalète qui va tirer et Simje lâche Ian qui cette fois-ci, cette fois-ci se trouve une utilité.

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste | no faith no more
EMPLOIS/LOISIRS : S'entraîner.
LOCALISATION : Dans les airs...
CITATION DU PERSONNAGE : વેશ્યા

MESSAGES : 1112
DATE D'INSCRIPTION : 08/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
79/300  (79/300)
Point Membre:
111/300  (111/300)
Niveau: 8 - Reconnu
avatar
Ian Coley
Exorciste | no faith no more
MessageSujet: Re: Solo : Closer    Lun 15 Jan 2018 - 14:35

Ca feule, proche de moi. Ca feule pour de vrai, ce son que tu fait en rabattant les oreilles en arrière, le poil hérissé et l’envie de crever les yeux. Un chat m’a fait comprendre une fois, qu’il feulait juste pour dire quand son humain lui cassait les couilles, qu’il n’avait pas vraiment l’intention d’être violent. Ce qui me semble pourtant inhérent au feulement.

La question n’est pas là. Ca feule, et je connais le don de Simje. Je mute en souris, forme épuisante mais beaucoup plus discrète, je marche de manière pataude, la longue queue sans poil qui racle le sol et les petits cailloux mais je m’extirpe des cailloux. Au moment où j’entrevois la lumière, une main s’abat sur moi et j’ai peur que mon coeur ne me lâche mais c’est l’odeur de sang qui m’enveloppe, puis celle de Simje, plus ténue.

Et il ne me lâche pas. Je ne sais pas si il a vu des ennemis ou pas mais il me presse et je comprends qu’il trace et qu’il peut essayer de réquisitionner mon énergie. Ca n’étonnerait que ça soit possible sous ma forme animale mais ça ne lui coûte rien d’essayer, je suppose.

Et puis sa main se relève, et je comprends l’erreur que j’ai fait en restant humain si longtemps. Une souris entend, par exemple, des sons beaucoup plus aigus, jusqu’à 40 000 hertz alors que l’homme s’arrête aux alentours de 20 000 hertz. On apprenait ça à l’orphelinat, quel animal est le plus avantageux et quand, comme les utiliser et essayer de bien se débrouiller dans toutes les situations. L’homme n’entendait pas mais la souris entend précisément les cliquetis stridents de l’acier qui frotte l’acier, elle peut même localiser le son.

Localiser.

Au moment où Simje finit ne lever la main c’est le loup qui prend toute la place. Peut être un félin serait plus judicieux, plus utile et plus souple, peut être qu’il se faufilerait mieux entre les arbres et pourrai se tordre pour éviter la flèche mais c’est le loup qui explose sans même demander mon avis. Le loup est sombre dans des bois qui le sont tout autant et file entre les arbres, je sens à peine le sol sous mes pattes, l’odeur de l’homme derrière les arbres m’atteint de plein fouet.

Nouvelle erreur.
Même Simje avec ses sens surdéveloppés n’aurait pas pu sentir quelqu’un qui avait le vent de son côté. Mais nous avons fuit d’un côté, il a du s’adapter et maintenant je sens le cuir et la graisse forte des armes à poulies. Mais je ne sens pas la peur. Pourquoi n’a-il pas peur ? Soit, il ne m’a pas vu, soit il pense m’avoir facilement..

Visiblement il m’a vu mais pense m’arrêter d’un seul trait.

Il décoche une flèche qui me rase, quelques poils s’envolent sûrement mais ce qui m’importe, c’est que la seconde d’après je suis assez proche pour me rassembler, battue des pattes avant, battue des pattes arrière, détente. Il a tout juste le temps de sortir une lame mais c’est une toute petite lame, je la vois à peine briller, je la sens à peine tenter de frayer un chemin à travers mes côtes, ce que je sens c’est son sang qui coule dans ma gorge. Il produit quelques gargouillis mais sa gorge est massacrée par les yeux.

Un délice, croyez-moi.

Le problème c’est qu’avec tout de bruit, des pas sont maintenant en train de se rapprocher, ils essaient d’être discrets mais se sont des hommes. Lourds et maladroits. Armés d’armes à feu ayant servi récemment d’ailleurs. L’odeur me prend au nez, elle est dégueulasse et agressive et j’accélère pour rejoindre mon acolyte déjà blessé. C’est bien pratique en début de mission.

Ou peut être est-ce déjà la fin ?

Je trottine plus loin, vers là où Simje était, là où Simje n’est plus, bordel de merde, mais il a laissé du sang et son odeur et il a eu l’intelligence de s’éloigner un peu. Pourtant les pas ne tarderont pas à nous rejoindre alors je galope jusqu’à lui avant de reprendre forme humaine. La douleur me chauffe les côtes mais je ne perds qu’un peu de sang, rien de mortel, rien qui ne puisse pas être soigné quand on rejoindra les équipes de récupération.
Mais pour Simje, c’est un peu moins sûr. Il est plus pâle que d’habitude - c’est dire - mais les yeux alertes et le visage dur. Je dis :

- Il y a en a deux autres.

Mais le temps que je parle, une voix s’élève, une voix qui dit « oh merde, ils ont eu Crost » et puis une autre qui dit « putain, regarde le voile est levé » et puis un grand silence. Les pas ne reprennent pas, seul un flottement et puis un odeur, mais une odeur. Une odeur rance qui me prend au nez, n’importe quel humain pourrait sentir ça, et je me rends compte que loin devant, il n’y a plus les trois chênes, il n’y a plus rien comme si je l’autre côté de la bute il y a avait un trou.

«  Putain de merde », ça dit là-bas.

_________________

darkslategrey

h       o       m      e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directeur d'Orpheo Varsovie | Patpatpatpatpatpat
CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 198
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
122/100  (122/100)
Point Membre:
133/100  (133/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Simje Voniestosiwjski
Directeur d'Orpheo Varsovie | Patpatpatpatpatpat
MessageSujet: Re: Solo : Closer    Lun 15 Jan 2018 - 14:53

Ian, égorge, l’autre.
C’est aussi simple que ça. Il galope, lui saute dessus tel l’immense brute qu’il est et mais il n’y a pas de déchaînement de violence, pas de fioriture. Il vise la gorge comme s’il avait dirigé toute son énergie vers une zone et la seconde d’après, l’autre est mort.

Il est adulte, il est un peu grisonnant, il est très bien équipé. Et les gens très équipés ce sont ceux qui sont très faibles, de mauvais pouvoirs, de mauvaises techniques d’attaques, ceux qui doivent se servir de flèches et de balles pour attaquer. Rien à voir avec les sorciers noir que j’ai pu croiser, ceux qui en un regard peuvent mutiler un coeur, ceux qui jouent avec les éléments, les bourreaux, etc. En face ils ont des balles et ce sont donc sûrement des larbins. Peut être que c’est rassurant, je n’en sais rien. Ca n’a sûrement pas d’importance.


Un frisson court sur l’échine de Simje qui n’a jamais assisté à un tel carnage. Quand Ian revient, il a du poil partout autour de la gueule, sur le poitrail et sur les pattes mais il boite un peu, il a du mal à développer une foulée normal, il le voit bien ça Simje.

Et après son bras éclaté, il n’est pas plus glorieux. La douleur est sienne maintenant mais il serait idiot de continuer à mettre de l’énergie dans les runes, sachant qu’il est déjà essoufflé de se tenir debout, de vivre. Putain, au Sri Lanka il s’est passé des milliards de choses, de runes, d’événements, de sang, de blessures et là, en quelques secondes je me vide juste de me sang c’est idiot.

Ian redevient humain, et la sensation est pire. Le sang couvre désormais la moitié de son visage humain et, comme si c’était un réflexe, il s’humecte les lèvres et emporte un peu de sang avec. Il prend quand même le temps de s’essuyer sur son avant-bras quel moment délicieux, je crois que je vais vomir. Mais Ian ne semble pas le remarquer, il se tient bien droit, sanglant.

- Il y a en a deux autres.

Le polonais hoche la tête mais il a du mal à ressembler ses idées et former un plan cohérent. Il sort quand même un fusain de sa poche pour tracer sur sa main une guérison, une histoire de coagulation qui pourrait s’avérer utile.

« oh merde, ils ont eu Crost »
« putain, regarde le voile est levé »
« Putain de merde »


Simje sait alors que l’épuisement vient de sa rune qui a bel et bien marchée, quelque chose est apparu mais ce n’est pas ce qu’il pensait. Il regard Ian, blessé mais pas vraiment touché et lâche :

- Ce sont des larbins, ils ne sont rien.

Puis l’odeur seulement l’atteint et il met sa main devant sa bouche. Oh, quelle horreur bordel, quelle horreur. Tous ces sens lui disent que c’est le moment où jamais de se tirer de là.
Il ne bouge pas.

Il attrape un bras de Ian, trace à nouveau la rune d’invisibilité en toute hâte, au fusain, ferme les yeux, la nausée au bord des lèvres, il n’explique rien mais il s’en fou, il plonge un doigt dans sa plaie et la double avec du sang avant de souffler, haletant.

- Ce sont des larbins, on ne découvrira rien ici. Pas de bâtiment, pas d’organisation, pas de point stratégique. J’pense que c’est plus pour les humains qu’ils ont fait ça, pour pas être emmerdés, ou pour nous, je sais pas mais en attendant ce n’est rien d’immense. A toi tout seul tu peux les supprimer, mais soit discret et rapide, surtout rapide, si ils préviennent leurs supérieurs y’en a d’autres qui peuvent rappliquer. Je sais pas. Je sais pas mais on découvre ce que c’est et on se casse.

Il souffle. Il souffle pour essayer de juguler la terreur, il faut que tout s'en aille, il faut faire sortir ces émotions et ces sensations qui le paralysent mais ça ne marche pas comme ça, il pourra expirer de l'air autant qu'il veut ce n'est pas comme ça que ça marche. Ce n'est pas comme ça qu'on tue l'angoisse et la peur sourde et animale qui s'est construite depuis des millénaire pour la survie. Il souffle quand même, inconscient de tout ça et répète :

- Faut vraiment qu’on se casse.

L’odeur est partout, ses yeux, sa gorge, il faut partir désormais il le sait, il faut fuir, il faut rentrer chez soi et ne plus jamais, ne plus jamais y penser.

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste | no faith no more
EMPLOIS/LOISIRS : S'entraîner.
LOCALISATION : Dans les airs...
CITATION DU PERSONNAGE : વેશ્યા

MESSAGES : 1112
DATE D'INSCRIPTION : 08/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
79/300  (79/300)
Point Membre:
111/300  (111/300)
Niveau: 8 - Reconnu
avatar
Ian Coley
Exorciste | no faith no more
MessageSujet: Re: Solo : Closer    Lun 15 Jan 2018 - 19:48

Je ne sais pas du tout ce que pense Simje, mais je sais parfaitement bien ce qu’il ressent. Il a peur et il écoute le chat en lui qui lui dit qu’il est temps de partir. Peut être que même un humain aurait compris que cet endroit sent la mort. J’ai une petite idée de ce qu’il se passe, peut être des exécutions ont eues lieu et les sorciers ont tenté de les cacher.
Quoi que, non, ça semble peu tout de même.
Et l’odeur est faible. Peut être un feu ?
Ca sentirait la cendre.
Ca sent pourtant juste la mort et des relents de putréfaction, la mort encore, la mort toujours. Peut être des animaux ? Je ne distingue pas l’odeur des cadavres d’animaux de ceux des humains. Honnêtement, pour moi qui suit les deux ça ne change rien. Ma forme humaine n’est pas ma préférée, les humains ne sont pas mes préférés (sauf Autumn, elle, c’est la mieux) et je ne vois pas pourquoi tout le monde s’évertue à poser des barrières entre les deux.

- Ce sont des larbins, ils ne sont rien.

Est-ce qu’il essaie de se rassurer ? Que l’on tue des gens qui ne sont rien et qui sont mauvais, qu’ils ne manqueront à personne ? Il n’y a pas de culpabilité en lui mais il émane un léger dégoût. Pour ce que j’ai fait ? L’attaque à la gorge ?
J’ai envie de répondre à son dégoût, le patpater sur l’épaule et lui dire « c’est la guerre » comme si c’était une excuse, comme si ouais, ça excusait tout mais je sais que ce n’est pas le cas. Je sais aussi que ça n’a jamais fait plaisir à qui que se soit que quelqu’un sache exactement ce que vous ressentez en permanence. Comme au début de la mission, quand je les lui brisais.

C’était somme toute beaucoup plus rigolo que maintenant.

Il m’attrape le bras et se met à tracer. Je la reconnais vaguement, il porte la même sur lui mais le sang a coulé et il n’a plus assez d’énergie ou de puissance magique pour la maintenir. Il double la rune avec son sang, le mec râle pour le sang des autres mais le sien, visiblement tout va bien, et se met à inspirer et expirer avec force, je vois bien qu’il puise dans ses réserves et que va falloir que ça se termine vite, cette histoire.

Plus courte mission du monde.

- Ce sont des larbins, on ne découvrira rien ici. Pas de bâtiment, pas d’organisation, pas de point stratégique. J’pense que c’est plus pour les humains qu’ils ont fait ça, pour pas être emmerdés, ou pour nous, je sais pas mais en attendant ce n’est rien d’immense. A toi tout seul tu peux les supprimer, mais soit discret et rapide, surtout rapide, si ils préviennent leurs supérieurs y’en a d’autres qui peuvent rappliquer. Je sais pas. Je sais pas mais on découvre ce que c’est et on se casse.

Je hoche la tête, j’ai bien compris ce que je devais faire. Normalement la rune marche, je ne sais pas mais au pire on verra bien, je me recule un peu en sentant la peur lui broyer le ventre, c’est la même peur que la mienne mais plus expressive, irraisonnable.

- Faut vraiment qu’on se casse.

Je me retourne et m’éloigne en prenant une forme de chat qui se glisse sans aucun bruit dans les fourrés. Ca a vraiment de très, très petites pattes les chats, et avec toute cette histoire je sens bien que jouer à la souris ça m’a épuisé. J’ai beaucoup du mal à prendre la forme d’animaux de petites tailles et je n’ai aucune forme où je vole. Ca c’est vraiment un mystère de ma vie, les hauteurs et tout ça.
Bref, passons.

Tout est différent quand on est petit comme un chat. Les troncs nous cachent entièrement sans effort et je passe sous les buissons, découvrant de petites choses (comme des balles perdues) jusqu’à me rapprocher des hommes. Je suis trop petit pour voir ce qu’ils regardent mais quand ils se remettent en mouvement vers moi, j’attends qu’ils me dépassent pour muter sous forme de loup, me rendant compte que c’était finalement une mauvaise idée de les avoir de dos. Et avec toutes ces histoires de mutation, je n’ai aucune lame sur moi.
Je saute sur le premier qui tombe sur le ventre mais sa gorge n’est pas dégagée, et ils portent des vêtements de sécurité, gilet pare balle, etc, aussi bien je rebondis sur le premier pour égorger le deuxième qui s’effondre. Cela laisse une fenêtre ouverte pour le premier qui atterrit sur mon dos, m’assène un coup de poing dans la tête puis une lame s’enfonce dans me ventre mais c’est trop tard, j’me suis retourné et il est mort.

Simje me rejoint et je clopine jusqu’à lui en redevenant humain. Il souffle et pose ses mains sur moi. La lumière qui sort de ses mains est presque transparente et je vois bien qu’il est pas loin de tourner de l’oeil alors je le repousse gentiment. Je sais bien que j’vais pas crever ici et maintenant et la plaie, grâce à lui ne saigne pas.

La douleur ne compte pas.


_________________

darkslategrey

h       o       m      e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directeur d'Orpheo Varsovie | Patpatpatpatpatpat
CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 198
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
122/100  (122/100)
Point Membre:
133/100  (133/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Simje Voniestosiwjski
Directeur d'Orpheo Varsovie | Patpatpatpatpatpat
MessageSujet: Re: Solo : Closer    Lun 15 Jan 2018 - 21:35

Ian bute tout le monde. Maintenant je suis certain que je suis le cerveau et qu’il est en effet efficace pour supprimer les gens. Il fait ça rapidement mais j’entends les grognements et les gargouillis de la mort.
Sérieusement après ça, j’vais arrêter pour toujours de partir en mission et refaire comme avant, les runes. Les mecs d’Orphéo ils m’ont vu une fois en mission qui bouge et c’est bon, c’est la folie, je suis un mec de terrain alors que pas du tout. Sérieusement, c’est pas du tout mon truc. Et je vais dormir des millénaires, seul dans mon appart, seul sur ma terrasse ou avec mon chien sur le lit qui tient chaud, les couvertures, le soleil.

J’ai peur sa mère, et je ne sais même pas pourquoi.


C’est seulement quand Ian revient que Simje remarque les chênes ont disparu et que donc un voile s’est levé. Un noeud se forme dans son estomac alors que l’autre revient, blessé - comment en aurait-il pu être autrement ? - et Simje pose ses mains sur la peau tendue et rougie. Il a toujours envie de vomir mais ses sens lui indiquent maintenant qu’ils sont seuls et Ian a également adopté cette démarche plus tranquille, presque nonchalante des gens après l’orage. Ils sont sauvés et ce n’est pas rien. Ian le repousse et le polonais ne dit rien, lui même soulagé. Ils avancent doucement, côte à côte, les pas lourds qui râlent presque le sol et piétinent les buissons. Ian ne dit rien mais Simje entend sa respiration plus rauque que précédemment.

Ils montent la petite butte sans regarder les corps - d’autres se chargeront de ça pour ça. Ils n’ont même plus de pitié pour ce genre de jobs ingrats. C’est sûrement à cause du moment de doute : va-t-on rentrer vivant ?

Je galère à monter une butte. C’est pas un pic hein. C’est une butte. Et je vous jure que c’est vraiment la galère, j’pense j’vais mourir par ici à côté de ce buisson, ou juste me poser là, dans la terre et l’humus un peu crade de la forêt et me taper une petite PLS du réconfort.
J’ai les muscles des cuisses tous raides alors qu’on a que très peu marché et carrément pas couru ; je déteste la magie quand elle trompe mon corps de cette façon. Des fois quand je m’entraîne à tracer, j’ai l’impression le soir d’avoir couru un marathon alors que je n’ai pas bougé, de mon, putain de canapé.


Il arrive finalement au sommet de la butte, pile au moment où Ian se penche en deux pour vomir. Simje pose une main sur sa bouche, puis sa joue, touche son visage et continue dans ses cheveux. Les deux restent sans voix face au charnier. Les corps empilés ont été pour la plupart recouverts de chaux vive mais la couche du dessus est encore visiblement assez récente, il y a à peine des oiseaux et des vers sûrement aussi qui tournent autour. Mais ils sont des dizaines et des dizaines dans cette fosse, presque tout mutilés et sanguinolent. Le pire, ce sont les yeux encore ouverts dans le vide.

Mais beaucoup d’yeux manquent, à vrai dire. Beaucoup d’habits aussi mais pas tant que ça. Il y a des bras arrachés et des corps encore intacts, des visages déformés, altérés, ruinés. Il ne peut pas s’empêcher de détailler tout ça, Simje, les yeux grands ouverts et le coeur qui bat la chamade.

Un massacre.

Ils restent quelques secondes sans rien dire, sans vraiment réaliser qu’ils sont au bord d’une immense fosse à cadavres. Ils n’ont aucun moyen de savoir qui sont ces gens, d’où ils viennent, est-ce qu’ils appartiennent à des organisations connues ? Peut être est-ce le stock personnel de Dorian Croix qui diminue. Peut être est-ce Rosenrot, qui sait ?

Bordel, c’est bien rare que les missions aboutissent ces derniers temps mais alors là pour le coup, ça m’aurait pas dérangé de rentrer bredouille. Il jette un coup d’oeil à Ian mais l’expression de ce dernier s’est figée, elle s’est fermée et il passe une main dans ses cheveux; geste qui ne le lâche jamais avant de murmurer.

- On devrait appeler les renforts et partir d’ici. C’est plus de notre ressort après ça.

Il aimerait bien, en un sens, rentrer en contact avec Ian, lui parler et le laisser exprimer quelque chose, du choc ? Mais l’autre est comme lui et ils sont de ceux qui ne parlent pas et encaissent. Il ne rajoute rien, j’ai toujours trouvé que les phrases bateau du genre « on a fait notre boulot » ce sont les pires et qu’il n’y a rien à dire. Nous avons du éliminer trois hommes pour découvrir cette horreur et, même si on se doutait que les sorciers noirs faisaient énormément de victimes c’est autre chose que de voir ça sous ses yeux. Et aucun mot ne pourra laver l’esprit maintenant.

_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste | no faith no more
EMPLOIS/LOISIRS : S'entraîner.
LOCALISATION : Dans les airs...
CITATION DU PERSONNAGE : વેશ્યા

MESSAGES : 1112
DATE D'INSCRIPTION : 08/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
79/300  (79/300)
Point Membre:
111/300  (111/300)
Niveau: 8 - Reconnu
avatar
Ian Coley
Exorciste | no faith no more
MessageSujet: Re: Solo : Closer    Dim 21 Jan 2018 - 15:24

Simje me lâche et la pression retombe un peu. On prend un chemin vers les arbres qui ont disparus et le vent se lève un peu. J’ai une main sur ma bouche, l’autre sur ce qu’il reste de ma plaie. Je n’ai plus qu’une obsession : rentrer à la maison.

Autumn,
Bain chaud,
Lit tiède.


J’attends le polonais qui à l’air d’être à deux doigts de claquer - même si, je le sais, il en faudrait plus pour en finir avec lui. Il souffle bruyamment mais je sens ses émotions à travers moi, et si ce n’est une légère frustration je ne décèle rien de dramatique. Je sautille pour arriver en haut de la bute en premier, gros gamin que je suis, mais le gros gamin que je suis est très vite calmé face à la vue - imprenable. Je me penche immédiatement pour vomir sans avoir réalisé ce que je venais de voir. Je me perds en spasmes sur le sol, courbé en deux, les muscles du ventre sous l’effort. J’en lâche quelques larmes involontaires, vous savez quand vous dégobillez vos tripes et vos yeux s’y mettent sans votre accord ?

Je me redresse un peu mais reste à genou, un frisson affreux me parcourt le corps. C’est comme si le temps s’était subitement arrêté, pendu à un fil. Je jette un regard de biais à Simje, il ne bouge pas et se tient juste la bouche l’air totalement choqué. Il reste là, fixement alors que je me dis qu’on ne devrait pas trop regarder, il est hors de question d’avoir dans mes rêves les visages dont il ne reste qu’un peut de chair dessus, ou d’autres, les yeux plein de chaux et les habits couverts de fluide. J’aimerai me concentrer sur Simje sans avoir l’air trop bizarre - il ressemble à un elfe c’est incroyable - mais je finis par me retourner vers la fosse. Ils sont des milliers, j’ai l’impression que la terre entière y est enterrée. Le silence n’est pourtant pas absolu, les oiseaux piaillent derrière nous. Les corbeaux ne vont pas dans la fosse, ils doivent savoir que c’es damné. Ou alors la chaux les éloignent, je ne sais pas.

Simje ne se remet toujours pas à parler et je n’ose pas briser son silence. En théorie, ce n’est pas mon supérieur mais dans les faits je me sens quand même un peu.. pas.. je ne sais pas. Quand il dit, ça à l’air réfléchit alors naturellement nous nous sommes placés ainsi. Et peut être que ça le choque plus que moi finalement. Personnellement, là tout de suite, ça m’a l’air juste irréel de toute façon, et je n’ai aucun moyen pour savoir si oui ou non mon subconscient en fera quelque chose affreux.

Ca fait bien longtemps que j’ai détourné les yeux.

Je reste sans bouger, l’expression blanche et figée. J’évite de trop y penser, j’essaie de ne rien en faire et de rester hermétique à tout ça, la guerre c’est la guerre et nous nous sommes juste au milieu de ça. Ce n’est pas de notre faute, on n’aurait pas pu empêcher ça.

Il passe alors une main dans ses cheveux et se remet en mouvement comme si il était sorti d’un mauvais rêve, d’une bulle dans laquelle il aurait été enfermé. Son visage redevient humain, moins tiré, moins figé alors qu’il dit d’une voix calme - comme celle d’un directeur.

- On devrait appeler les renforts et partir d’ici. C’est plus de notre ressort après ça.


Je hoche la tête alors qu’il se détourne silencieusement. Il est temps de rentrer. Il faudra faire des rapports et expliquer mais ça ne durera pas, et après ça je pourrais prendre le temps d’être chez moi avant la prochaine mission. Peut être qu’on pourra à nouveau faire équipe, qui sait.

Il me regarde quelques secondes, et ces quelques secondes sont visiblement trop pour moi puisque je m’entends - comme de loin, comme si je n’étais pas vraiment concerné - répondre d’une voix tendue.

- C’est qui, ces gens, tu penses ?

Il redresse vers moi ses yeux pâles alors que nous continuons à descendre la pente. C’est lui qui a l’émetteur je crois et en effet, il est temps d’appeler les secours, et je croyais que je pourrais me taire mais visiblement il faudra quelques secondes pour blinder tout ça, raconter ça à Autumn sur un air de joie « on a réussi la mission, t’entends ça ? »
Et puis je me rappelle que Simje n’aura personne à qui raconter ça, personne pour partager la peine en deux pour ne pas s’y noyer, qu’il rentrera chez lui et que ça sera tout et je me pince les lèvres.
Dans une autre vie, j’aurais voulu pouvoir être là pour lui.

_________________

darkslategrey

h       o       m      e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directeur d'Orpheo Varsovie | Patpatpatpatpatpat
CITATION DU PERSONNAGE : Meow.

MESSAGES : 198
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2012

Niveau du personnage
Point RP:
122/100  (122/100)
Point Membre:
133/100  (133/100)
Niveau: 6 - Affirmé
avatar
Simje Voniestosiwjski
Directeur d'Orpheo Varsovie | Patpatpatpatpatpat
MessageSujet: Re: Solo : Closer    Dim 21 Jan 2018 - 15:43

C’est ce genre de moments où j’aimerais avoir le don d’Allen pour savoir ce que pense Ian. Mais le polonais n’est pas du genre à se torturer pour les gens, surtout pas des coéquipiers côtoyés seulement quelques fois. Il ne peut pas savoir ce qui se trame dans la tête de Ian, tant pis. Il ne le saura pas, il n’imaginera pas pour ne pas se faire de fausses idées. Il préfère ne pas mettre ses propres doutes entre eux.

Il voudrait juste oublier.

Mais Ian en a décidé autrement.

- C’est qui, ces gens, tu penses ?

Le jeune homme a perdu sa voix d’enfant, sa voix de gamin qu’il utilisait pour emmerder le polonais. La voix n’est plus qu’une tension, un jet d’esprit jeté sur Simje qui n’a rien demandé. Il se retourne pour le regarder sans s’arrêter pour autant de marcher. Il voudrait parler mais il se contente de lui lancer un regard infiniment désolé.
Si tu cherches du réconfort, c’est vraiment pas ici que tu vas pouvoir le trouver, vieux, je suis désolé.
Ses sourcils se contractent dans cet expression sincèrement touchée mais sa gorge est nouée, il serait incapable de répondre quoi que se soit, et, de toute façon il n’a pas la réponse. Je ne pense rien. Tu devrais faire pareil Ian. Ne plus rien penser pour ne pas te blesser. Ce genre de question c’est comme du verre brisé, t’auras beau les prendre sous tous les angles tu ne feras que te charcuter. Range ça plus loin, tu verras, tu finiras par oublier.

Simje a-t-il oublié le Sri Lanka ?

Non.

Il se tait, donc, mais tout silencieux qu’il est il ne peut s’empêcher de penser, penser, penser, penser encore et penser toujours. Ils vont devoir révéler l’inutilité d’Orphéo qui les a envoyés là sans vraiment savoir ce qui se tramait. Les sorciers noirs ont toujours une longueur d’avance il semblerait, comme si ils étaient toujours mieux préparés. Et c’est frustrant comme jamais, putain, c’est incroyable qu’on soit là à patauger pendant qu’ils peuvent buter des gens sous notre nez et on ne s’en rend pas compte, est-ce que des membres de nos rangs sont dans ces fosses à pourrir avec les autres ? Ou pas ?
Qui sait, avec Ian on aurait pu finir là-bas.


Il actionne son émetteur une fois qu’ils sont plus proches de l’orée de la forêt. Ils se sont mis à marcher d’un pas plus tonique, comme la dernière goutte d’énergie avant qu’ils ne s’effondrent tous les deux. Ils ne disent rien - en même temps, Simje a bien ruiné comme il faut la discussion, Ian n’a pas l’air assez fou pour se mettre à se parler à lui même à voix-haute comme si je n’étais pas là.

Quand ils arrivent à l’extérieur de la forêt, vers une aire dégagée mais pas sécurisée, des marques leur prouvent que d’autres personnes sont passées par là. Peut être déjà des sorciers noirs, peut être que la mission n’est pas terminée et que ça va continuer encore des années et des années comme ça, autant ce n’était qu’un piège et on va tous crever comme des chiens, comme c’était prévu depuis le début, mais non, une voiture blindée arrive et deux hommes descendent de la voiture. Simje est soulagé qu’il n’y ait pas de prisonnier, il sait que la torture est illégale, il sait aussi que certains ne s’en privent pas. Il sait aussi que l’exorciste sur place doit parfois mener l’interrogatoire mais lui, il ne se sent pas du tout l’âme d’un flic, et il s’en fou un peu des réponses, il veut juste être payé pour ses missions et rentrer chez lui lorsque la nuit tombe.

Il monte dans la voiture sans un mot, c’est un Range Rover qui a été couvert de runes sous la carrosserie - il le sait, c’est lui qui a formé les quelques personnes qui s’y sont collé sur les nouveaux modèles - et ils sont donc assez certains d’être en sécurité. La fatigue l’étreint subitement et la nausée se colle sur ses lèvres alors qu’ils sont trimballés en dehors de la zone à risque.

- Ca a été ? demande un des gars à l’avant.

Simje hoche la tête, sans répondre toujours, l’air de dire je causerai pour le rapport et c’est tout, me faites pas raconter l’histoire deux fois s’il vous plaît, vous lirez les documents pour satisfaire votre curiosité et puis ça suffira.
S’il te plaît.


Le paysage défile mais cette fois ça va, il a presque envie de sourire : il est certain de rentrer.


_________________


Spoiler:
 

- Est-ce que tu as déjà tué quelqu’un ?
- Oui mais c’était des méchants !


You'll be loved but not by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exorciste | no faith no more
EMPLOIS/LOISIRS : S'entraîner.
LOCALISATION : Dans les airs...
CITATION DU PERSONNAGE : વેશ્યા

MESSAGES : 1112
DATE D'INSCRIPTION : 08/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
79/300  (79/300)
Point Membre:
111/300  (111/300)
Niveau: 8 - Reconnu
avatar
Ian Coley
Exorciste | no faith no more
MessageSujet: Re: Solo : Closer    Dim 21 Jan 2018 - 16:02

Simje ne me répond pas. Au moins, c’est clair. Il me jette un regard absolument affreux. Le genre de regard où vous vous dites « nope, pas du tout envie de vivre ce moment, désolé je me retire de la vie pendant quelques secondes, oublie moi » mais je suis obligé de rester là et d’affronter ces yeux qui disent trop.

Je me ferme à l’empathie, hors de question de me laisser baver dessus, quoi qu’il ressente, c’est trop pour moi. Je m’épuise à me couper des autres et c’est quelque chose qui est terrible anormal pour moi, pas du tout naturel, mais tant pis. Peut être que ça va chez lui et que j’ai tord d’agir comme ça, mais pour moi, c’est le moment où je dois fermer ma gueule et attendre demain. Comme si j’avais vécu ma dose d’émotions pour le moment. Et c’est totalement le cas. J’pense pas que quoi que se soit puisse m’émoustiller ou me choquer à nouveau, comme si j’avais dépassé mon quota de sensations et qu’il ne restait plus rien à griller. Plus d’allumettes dans le tiroir, vous aurez beau gratter des bouts de bois, il sera trop tard.

J’sais même pas à qui je m’adresse, c’est du grand n’importe quoi.

Simje envoie le signal, sa main tremble un peu. Moi c’est mes jambes qui flageolent un peu, je me sens tout vide et épuisé comme après une grosse, grosse séance de sport. On marche à vive allure dans les taillis et les racines, on s’en fou de faire du bruit, je crois qu’on est sauvés. Il n’a plus cette allure souple et féline, il est juste déterminé comme s’il avait un seul but en tête. Il fait un peu peur quand il est comme ça.
On arrive à l’extérieur de la forêt, il y a des traces de .. il y a des traces, je ne sais pas, les branches ont été brisées comme dans un souffle ou une course, je sens la peur d’ici, elle émane tout autour et ça à l’air récent. Je vois bien que Simje aussi à l’air inquiet mais il ne dit rien - il ne dit de toute façon jamais rien - et se contente de tout observer. On dirait qu’il a arrêté de respirer. J’ai sûrement arrêté moi aussi, mais je ne m’en rends compte que lorsque la voiture arrive enfin. On monte dedans, l’atmosphère est affreuse, le gars fume à l’avant ça me dégoûte vraiment très fort mais je ne dis rien, même si j’aurais souhaité maîtriser l’eau pour lui étreindre sa clope dégueulasse. Il cendre, l’éteint et repart.

Oups, peut être est-il télépathe.

Au pire tant pis, au moins il a accédé à mes envies. Je me laisse m’égarer et me poser un peu quand subitement je deviens chat dans la voiture, comme ça sans prévenir, fluctuation de merde. Je tombe sur le sol, panique un peu - le chat, enfermé dans une voiture ? Très mauvaise idée - mais reprends les rênes et me traîne comme une daube sur le siège en cuir en m’attachant. Je déteste quand je suis trop fatigué pour contrôler quoi que se soit, j’me sens mi nul, mi débile.

Ils doivent se demander comme j’ai pu faire pour finir cette mission en un seul morceau. Même moi je sais pas trop, à vrai dire.

On roule un moment dans le silence, on entend juste les cahots et les pressions sur les essieux et les amortisseurs de la voiture. J’ai l’impression de sortir d’une arène d’un jeu dans lequel on serait ressortis vivants.

- Ca a été ?

Je sursaute au son de la voix et jette un regard vers Simje, peut être est)ce qu’il veut prendre la parole, mais bien sûr que non, il ne veut toujours pas parler. C’est dommage, il aurait peut être pu leur expliquer, ou au moins leur dire ce qu’on a trouvé. Peut être a-t-il peur qu’on fasse demi-tour et qu’on soit obligé d’aller prendre des photos ou d’aller voir ?

Je sais pas.
Sûrement pas.

J’pense qu’il a juste super envie de rentrer, et qu’il s’en bat les couilles des autres. Ouais, c’est plutôt ça je pense. Aussi fermé que je puisse être envers lui, il émane quand même la lassitude.

Je soupire longuement, et me cale un peu plus profondément dans le siège en répondant.

- Ouais.

J’ai pas trop la force de répondre plus, et il faudra attendre que les corps soient identifiés - ceux que nous avons supprimés et ceux de la fosse - pour qu’on sache ce qu’on a réellement découvert et ce qui va en découler. Peut être rien du tout, qui sait. Mais on m’enverra sûrement un récapitulatif des événements. Je me doute que la moitié ne me sera pas dite, tout sera gardé secret mais je m’en fou.

En sortant d’ici, je serai payé.

_________________

darkslategrey

h       o       m      e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Solo : Closer    

Revenir en haut Aller en bas
 

Solo : Closer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» présentation Bob Solo [Validée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)
» Rompre la solitude (Solo acquisition Kuchiyose)
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» La bourse ou la vie (Solo Rang B)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage ::  :: ● ● Suivis du personnage :: || Solos-
Nos partenaires