AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Harder, better, faster, stronger. [Mike]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sorcier Noir ~ Membre de Rosenrot
Sorcier Noir ~ Membre de Rosenrot
avatar

LOCALISATION : Derrière toi
CITATION DU PERSONNAGE : J’te fascine hein ? Allez viens on parle de moi !

MESSAGES : 781
DATE D'INSCRIPTION : 01/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
51/100  (51/100)
Point Membre:
48/100  (48/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Harder, better, faster, stronger. [Mike]   Mer 22 Aoû 2012 - 0:18




« Work it, make it, do it, makes us harder, better, faster, stronger. »
Mikeal & Evan


    J’adore les mariages.
    Les froufrous, les robes blanches, les ballons multicolores, les chansons d’amour, les larmes de bonheur, les promesses d’avenir, les…
    Non. C’est une blague. Je déteste les mariages. D’ailleurs, tout le monde déteste les mariages. Dès qu'on aperçoit ne serait-ce que le coin rose du faire-part, c'est la panique. Parce que vous, vous n'avez plus vingt ans, et vous ne rentrez définitivement plus dans votre unique robe. Parce qu'il va encore falloir acheter un cadeau, féliciter les futurs mariés. Parce que vous allez rater un épisode de votre série préféré. Ou tout simplement parce que vous êtes seul. Terriblement seul. Qui a envie de se rendre seul à un mariage ? Croyez moi, tout le monde déteste ça. Seulement personne n’est assez malin pour oser se l’avouer.
    Moi, je hais la dentelle, les robes de trois kilomètres, les chansons à dormir debout, les sourires forcés, les promesses à la noix ; je hais le concept même du mariage, de deux êtres qui jurent de se chérir pour l’éternité alors qu’aimer la même personne ne serait-ce que pour une vie relève déjà du prodige. Beurk, moi je vous dis. Et je le vis très bien.

    Mais surtout, surtout, je hais les gens. Les mariés, mais pas seulement. Eux sont naïfs. Et absolument pathétiques. C’est un fait irrévocable. Mais on peut encore leur pardonner. Ce sont des humains après tout. Les mariés ne font qu’enfiler une jolie robe et un costume sur mesure pour se décréter dès lors puissamment heureux. Le fait est qu’ils ne voient pas plus loin que le bout du nez de leur conjoint.

    Les invités sont donc et seront toujours la pire espèce qui soit. Les parents d’abord. Qui se retrouvent contraint de dire adieu à leur enfant chéri. Puis les frères et les sœurs. Peut importe le motif, croyez-moi, ils ne sont jamais là par hasard. Ils ont forcément quelque chose à y gagner. Que ce soit le plat principal. L’occasion de se saouler la gueule. Ou de vous piquer votre futur mari, qui sait. Les cousins, les oncles, les tantes. Qui ne sont là que pour faire bonne figure, prouver au monde entier que vous êtes bien entouré. Les amis ensuite. Qui louchent avec envie sur le dessert ou sur votre collier de perles un peu trop cher. Ces mêmes amis qui, à l’intérieur, hurlent de détresse et de jalousie. Les connaissances de boulot, de club de golf, de cours de claquette ou de pâtisserie. Qui sont venus uniquement pour se convaincre que le grand amour finit toujours par arriver. Vous en êtes la preuve vivante.
    Regardez tous ces gens. Tous ces visages. Que vous croyez connaître. Regardez les dans le blanc des yeux. Et dites vous bien qu'ils tueraient pour être à votre place.

    Et à cette grande fratrie d’hypocrites, ajoutez les gens comme moi. Les gens comme moi qui, ayant pris quelques jours de vacances à Las Vegas, se retrouvent par une regrettable erreur professionnelle au beau milieu d’un tas de confettis, alors qu’ils affectionnent ce genre de cérémonie presque autant que les excréments de leur arrière grand père.
    Hm. Les gens comme moi ne doivent finalement pas courir les rues…
    Mais ce n’était tout de même pas ma faute ! Une fausse manipulation est très vite arrivée, la téléportation est une technologie encore très aléatoire de nos jours, vous savez.
    Toujours est-il que maintenant que j’y suis, je ne manquerais pour rien au monde l’occasion de rendre cette cérémonie plus inoubliable encore.
    Car vous n’en n’avez eu qu’un aperçu. Le pire reste à venir.
    Le pire, c’est le gâteau. L’énooooorme gâteau.

    J’attrape deux coupes de champagne sur la plateau d’un serveur submergé. L’avantage c’est qu’ici, on ne vous demande jamais rien. Et moi je suis là, en jean et chemise, au milieu de ces gens qui ne me connaissent pas, que je ne connais pas et que je ne veux pas connaître car je les exècre profondément.
    Je vide un verre, puis deux, puis comme le dit si justement le dicton, jamais deux sans trois, en méprisant intérieurement ces fillettes qui suçotent l’alcool du bout des lèvres.
    Je me tiens un peu à l’écart, appuyé nonchalamment à un banc fleuri, scrutant le moment opportun pour me joindre à la foule en émoi et laisser une trace indélébile de mon passage.
    La seule question encore pourvue d’intelligence trottant dans mon esprit tordu étant : comment gâcher cette adorable cérémonie de bisounours malhonnêtes ?
    Une jeune fille choisit ce moment pour me proposer à boire, interrompant par la même occasion mes interrogations existentielles.
    Elle est mignonne dans sa robe rose bonbon. Elle est vraiment mignonne. C’est justement le problème. Je décline son offre, presque poliment, et je bouge.
    Je fais quelques mètres avant de percuter un truc. Un truc qui bouge, qui a deux jambes, deux bras, une bouche et un nez au milieu de la figure. Un con, somme toute.

    - Tu peux pas regarder où tu mets les pieds ?


    Je suis sur le point de lui conseiller gentiment et avec beaucoup de tact – comme à mon habitude – d’aller se faire mettre quand…

    - Callaghan ?

    Ma moue irritée cède la place à un sourire hilare. Je connais ce gars !
    C’est un sorcier noir, un tordu, un pervers, un comme moi. Un chic type. Je l’aperçois de temps en temps à Rosenrot, entre deux missions, au détour d’un couloir. Mais s’il y a bien une personne que je ne m’attendais pas à croiser ici, c’est lui !

    - Bah alors, tu t’es perdu ? je lance, l’ironie pointant dans la voix.

    Il pourrait effectivement me retourner la question. Mais je n’apprécierais pas. Pas beaucoup. Et comme il est poli et qu’il a des principes, il ne le fera pas. N’est-ce pas ?
    Gentil petit.
    Et s’il est vraiment très sage, je l’autoriserai peut-être à m’aider à mettre en œuvre mon plan diabolique pour ruiner le mariage.
    Seulement s’il est sage, attention.


HRP: Sorry, c'est court !

_________________



- I wear your granddad's clothes, I look incredible. -
« life sucks. get a helmet. »





Dernière édition par Evan Adams le Jeu 23 Aoû 2012 - 20:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2559
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
281/200  (281/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: Harder, better, faster, stronger. [Mike]   Mer 22 Aoû 2012 - 13:48

On traine des pattes, partout ça traine des pattes. Mais poussez vous ! J'ai un avion à prendre alors dégagez du chemin sales humains ! Vous vous dites sûrement que je prends beaucoup l'avion, c'est vrai. Je dépense beaucoup d'argent. Un peu trop parfois, mais si je reste en Allemagne, je m'ennuie, alors autant voyager, c'est mieux. Mais bon, j'admets que mon avion ne décolle pas dans une minute. J'ai quelques heures devant moi. Saleté d'escale. Mais je veux un siège. Et comme ça je regarderai les mamies et les gosses plein d'envie, et je ne bougerai pas de ma place ! Puéril, certes, mais méchant.

69, voilà, là où j'embarquerai dans quelques heures. C'est chiant tout de même les escales, ça te force à attendre sur un siège dur. C'est chiant. Extrêmement chiant. Mais bon, faut s'y habituer. Je pense qu'on va piquer un somme, si j'y arrive.

Je m'étire à la fin du vol, ça fait du bien d'être arrivé à destination. Enfin, je dirai même. C'était long mais j'ai bien dormi. Bon, ça pue l'humain mais je ne peux pas avoir de jet privé, alors on fait avec. Le plus dur restant de se contrôler et de ne pas tous les massacrer. Si seulement le Concorde existait encore ... Je pourrais me le payer, et je subirais moins cette puanteur humaine. Enfin, oublions ce malencontreux épisode et cherchons un taxi en cette soirée chaude. Enfin en même temps, ici, il fait toujours chaud. Ha, vous vous demandez sûrement où je suis. Je suis aux États-Unis, à l'ouest de ce gigantesque pays. Dans l'état du Nevada, au sud de celui-ci. Dans le comté de Clark. Vous voyez ? Non, toujours pas ? Eh bien je vais devoir tout vous avouez ... Je suis à Détroit ! Mais non bande de débiles ! Je suis à Las Vegas. Voilà, vous avez une image plus précise de mon environnement maintenant, c'est cool. Donc vous voyez, il fait nuit, mais c'est un début de soirée, et tout est éclairé. Cela faisait beaucoup de temps que je voulais venir ici, et maintenant me voilà. A moi les casinos, les filles, l'alcool ... La ville des rêves. Mais, n'allons pas nous marier, se serait problématique. Oui parce que, un jour, une fille m'a forcée à regarder un film. Ça se passait à Las Vegas, ils avaient trop bu et se sont mariés. Et ils ont, bien évidemment, bien galéré pour divorcer. Je ne vous raconte pas tout le film sinon je vais gerber. Vous savez, ces comédies romantiques, ces films dont on sait dès le début ce qui va se passer à la fin. ILS VONT FINIR ENSEMBLE, c'est écrit ! Alors pourquoi vous vous obstinez à regarder ce genre de film ?! En plus, c'est toujours la même chose, n'importe quoi, franchement. Bref, heureusement que je sais me retenir quand je bois, enfin, je déteste tellement le mariage que je ne me marierai pas, tout de même !

Je loge au Paris. Un Paris à Las Vegas ! Trop énorme ! Non, je rigole, je joue les putes. Et je décide d'aller me balader, les poches pleines. Et me voilà en train d'arpenter la ville, faisant tous les casinos, mes poches pesant plus lourds à chaque fois. Que voulez vous, je suis un sorcier ! Même si ce n'est pas nos dons ou pouvoirs, on peut quand même réussir à manipuler des petites choses, voilà tout. Et c'est ce que je fais pour m'enrichir. Au moins, j'aurais remboursé mon voyage. Et d'autres choses.

Et d'un coup, je me retrouve entouré de blanc. Comment je suis arrivé ici ? Je me souviens. Il y avait une belle mariée, j'ai essayé de la draguer, elle avait un peu trop bu donc ce n'était pas bien difficile. On s'est embrassé, et je commençait à la toucher, en public, oui. Mais tous ses invités étaient autour et personnes ne nous regardaient, le mari devait être aux chiottes, j'en sais rien et je m'en fiche. Et puis j'ai été emporté par le flux, m'apportant droit dans une chapelle alors que je ne le voulais pas. Et le mari est revenu, un gros costaud. Pas de cervelle, juste du muscle. Donc, je vais éviter les problèmes et j'ai arrêté de peloter sa copine. Si ça se trouve il ne se connaisse même pas. Peut être qu'un plan à trois ... ? Enfin, je suis actif, et lui je ne pense pas qu'il veuille se faire dominer, et pas question d'avoir sa bite dans le cul ! Sauf si on touche uniquement à la fille, j'aimerais bien. Sauf que je ne voudrais pas voir ce gars en face de moi ... Sourcils froncés, poings serrés, qui fait la gueule. Vous voyez Hulk ? Même gueule, sauf que Hulk il est vert, et pas ce gars.

Donc, autant rester ici pour profiter de la bouffe et l'alcool gratuit. Et puis pourquoi ne pas saccager ce charmant ... Mariage ? Rien que le mot me répugne. Mais comment saccager ça ? De façon à ce que, même bourré, ils puissent se souvenir de ça toute leur pauvre et courte vie. Je les regarde tout en marchant, une coupe de champagne à la main d'un air distingué alors que j'ai juste envie de la siffler d'un trait... Ce que je décide de faire finalement, et j'en prends une autre sur le plateau d'une serveuse qui passait par là. Je mange également leur petit canapé. Parce que voyez-vous, c'est comme ça qu'on dit les amuse-gueule. Mais voilà que je percute un truc. Ca peut pas faire attention à où ça va ? Quand on marche, on regarde devant soit, merde ! Bon, je suis mal placé pour dire ça mais bon.

- Tu peux pas regarder où tu mets les pieds ?

C'est moi qui doit dire ça, pas toi pauvre humain. Je lève la tête, pose ma coupe de champagne vide, le reste est par terre, il a de la chance que ça n'ait pas atteint mes habits. Donc je lève la tête vers l'homme qui m'a bousculé et reconnait une tête familière.

- Callaghan ?

L'irritation laisse la place à un sourire sur la tête de l'homme en face de moi. Et j'en fais autant.

- O'Callaghan s'il te plait, Adams !


J'insiste bien sur le O'. Il est très important, il ne faut pas l'oublier. Non mais oh ! Je lui tends la main pour qu'il la sert. Quel hasard de se retrouver ici tous les deux ! Deux sorciers noirs de la même organisation à un même mariage de pouilleux inconnus à Las Vegas ! Même si je n'ai jamais eu de vraies discussions avec lui, c'est un collègue, et chez Rosenrot, on est toujours plus que des collègues. Un ami sans le connaître, c'est cool non ? J'entends d'ici les petits humains dire "Comme à la maternelle !" avec un sourire niais.

- Bah alors, tu t’es perdu ?

Je le regarde, des petits éclairs dans les yeux.

- Non, je me baladais. Mais je ne te pensais pas friand de mariage, il t'es arrivé quoi mon petit chat ?

Ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas du tout pourquoi j'ai dit ça ! Surtout qu'il n'a pas du tout une tête de chat ! Et des fois, Evan peut faire des têtes qui font ... Peur. Comme le gros Hulk là bas. Non je n'ai pas peur de lui, vous me prenez pour qui ? C'est si je me mets à la place d'un humain que j'aurais peur. C'est extrêmement rabaissant de se mettre à la place d'un humain. Mais quand on est le chasseur, on doit se mettre dans la tête de sa proie, savoir comment elle pense, réfléchir comme elle pour savoir quels vont être ses agissements et ses cachettes. Des années d'expérience moi je vous dit !

Bon, maintenant que j'ai trouvé quelqu'un, on va pouvoir s'amuser ensemble ici. Parce qu'il y a le même sourire sur nos lèvres, et le même éclat sadique dans nos yeux. On pense donc à la même chose. Mais que faire pour que ça aboutisse ? Que faire pour qu'ils en gardent des cicatrices ? Déjà, il faudrait savoir si ils sont proches les uns des autres ou non. Si les mariés s'aiment vraiment. Détruire les liens forts, c'est drôle. Parce que c'est là où les humains souffrent le plus. Enfin, pas que les humains d'ailleurs. Les petits exorcistes aussi. Et moi ? Vous ne pourrez jamais me faire de mal en faisant souffrir ma famille, car je me fiche éperdument d'eux. Si ils meurent, j'aurais juste mon héritage plus vite. Ça s'arrête là. J'ai un moral en béton ! Donc, trouvons les liens qu'ils ont entre eux, et détruisons les.

- Une idée de comment pourrir ce déluge de blanc et rose ?

Ma phrase ne veut rien dire ! Mais bon, le rose et blanc c'est la fête. Il n'y a que du rose et du blanc. La mariée est trop loin. J'aimerais bien provoquer son fiancé, voir comment il va réagir si je l'embrasse sous son nez. Et vu comme elle est alcoolisée, elle ne me dira pas non. Cela fera déjà un lien de brisé. Le suivant, où est la demoiselle d'honneur ? Et il y a sûrement de la famille là dedans. Brisé les couples et les familles, les faire souffrir, faire en sorte qu'ils n'auront plus jamais de réunion de famille. Tous les secrets révélés, des trahisons de tous les côtés, une orgie immense ! Bon, je me calme un peu. J'ai quelques idées, les tantes qui couchent avec les cousins devant leur maris ... Mais ça reste assez enfantin. Peut être Evan aura une meilleure idée.


Couleur:
 

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier Noir ~ Membre de Rosenrot
Sorcier Noir ~ Membre de Rosenrot
avatar

LOCALISATION : Derrière toi
CITATION DU PERSONNAGE : J’te fascine hein ? Allez viens on parle de moi !

MESSAGES : 781
DATE D'INSCRIPTION : 01/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
51/100  (51/100)
Point Membre:
48/100  (48/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Harder, better, faster, stronger. [Mike]   Mar 30 Oct 2012 - 23:58

Les gens raisonnables n’ont pas la belle vie. Ils regardent les gens pas raisonnables, et bien souvent ils les envient.
    Elle porte deux ou trois froufrous superflus, manque de se prendre les pieds dans la robe qu’elle trouvait sublime en vitrine à chaque pas qu’elle fait, et arbore un immense sourire aussi imbuvable qu’un sorcier noir faisant preuve de modestie.
    Et voilà. En une minute trente-six secondes, notre chère mariée est repérée. Future. Future mariée. Je ne sais pas qui a inventé le proverbe « ne jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué » mais il savait visiblement de quoi il parlait. Je ricane bêtement, comme un gamin content du mauvais tour qu’il s’apprête à jouer.
    On ne sait jamais ce qui peut arriver.

    J’en ai la magnifique et hilarante preuve devant les yeux. Preuve qui, en l’occurrence a deux yeux, deux bras, un nez au milieu de la figure, et accessoirement, le même sourire tordant qu’apporte le hasard quand on s’y attend le moins.

    - O'Callaghan s'il te plait, Adams !

    Je lui rends la poignée de main qu’il me tend.
    Ma journée vient de passer du statut de mortellement ennuyeuse à potentiellement intéressante. Et accessoirement, de célibataire à en couple, mais trêve de plaisanteries.

    - O…k, Callaghan ! Comme tu voudras.

    Je m’abstiens de pouffer à cette petite blague pourtant fort amusante. Les meilleurs humoristes ne rient jamais de leur propre humour (la phrase est de moi).
    Et puis, il ne s’agirait tout de même pas de faire fuir mon divertissement ! Callaghan n’est pas un ami, c’est un collègue, mais personne n’ayant d’ami digne de ce nom à Rosenrot, nous nous sommes tous officieusement mis d’accord sur le fait que nous formions une sorte de famille. Le jeune sorcier au grand sourire est donc en quelques sortes mon frère. Enchanté, bro.

    - Non, je me baladais. Mais je ne te pensais pas friand de mariage, il t'es arrivé quoi mon petit chat ?

    Le petit chat en question se retient in extremis de miauler son mécontentement face à ce sobriquet ridicule.
    Il se contente de grogner.

    - Une regrettable erreur de sortilège ! Et toi Grosminet, tu as perdu ton tutu rose ?

    Loin de moi l’idée de lui avouer que la téléportation n’est pas encore une technique infaillible !
    Je lui souris niaisement et adopte une moue attristée vraiment adorable.

    Les festivités sont sur le point de commencer. Dans peu de temps, on pourra entendre les discours hypocrites et écoeurants des proches résonner dans cet accoutrement de rose, de blanc et de lilas.
    Il manque définitivement une tâche sombre à ce tableau. Cette tâche, cette surprise, ce hasard malencontreux, c’est nous.
    Et, comme s’il avait lu dans mes pensées, mon collègue lance le vif du sujet.

    - Une idée de comment pourrir ce déluge de blanc et rose ?

    J’apprécie intérieurement la formulation quelque peu tirée par les cheveux.
    Un bon sorcier est un sorcier qui n’a pas peur de détruire pour mieux reconstruire. Ou pas (la phrase est de moi également…).
    Je n’en attendais pas moins de lui.
    Avec suffisamment de lenteur pour faire monter le suspens à son comble, je pivote légèrement et plante mes yeux bleus où dansent de petites lueurs diaboliques dans ceux de Callaghan.
    Avant de prononcer l’ultime phrase qui scellera notre accord et par là même notre mission du jour, je me promets intérieurement (et quand je dis promets, j’entends marquer au fer rouge) que jamais, sous aucun prétexte, je ne me marierai.

    - Tu ne pouvais pas mieux tomber.

    Comme réplique culte, c’est certes à revoir, mais nous ne sommes pas dans un film après tout.

    - Mais la véritable question est… On commence par quoi ?

    Et je lui adresse un clin d’œil plein de sous-entendu.
    J’ai évidemment songé à tout un tas de jolies astuces pour rendre ce mariage inoubliable, sans utiliser directement la force brute, évidemment. Tout en beauté, en finesse.
    Bien entendu, j’ai prévu un petit supplément, pour le bouquet final. Je pensais à enflammer le gâteau. Ou le bouquet de fleur, pourquoi pas. Mais ce ne sont que des détails !
    Il y a des cas bien plus intéressants à traiter pour l’instant, comme séduire la mariée, surprendre la sœur adorée en flagrant délit d’infidélité avec le futur mari vénéré, ou encore les rendre tout deux si saouls qu’ils seraient incapables d’aligner deux mots dotés de bon sens. Et si cela n’est pas suffisant, il reste toujours cette formidable compagnie d’oncles, de tantes, de cousins éloignés, d’amis, qui, sous l’emprise de la jalousie, de la rancœur ou de je ne sais quel autre sentiment méprisable chez les humains, les mènerait à faire n’importe quoi pour compromettre ce si beau mariage.

    Mais mon moment préféré est indéniablement celui où le prêtre prononce les vœux, devant les regards niais des spectateurs, ce moment où personne n’est censé avancer une quelconque objection contre cette union.
    Je jette un bref coup d’œil à mon associé. Et je souris, satisfait. Aujourd’hui, il y aura au moins deux personnes sensible de s’opposer à ce mariage.

    - Alors, tu veux qui en premier ? La mariée, la sœur, la mère, la grand-mère… ?

    Car ce qui est certain c’est que personne ici n’est prêt d’oublier ce jour mémorable, où ces deux adorables tourtereaux on bien failli se marier !


_________________



- I wear your granddad's clothes, I look incredible. -
« life sucks. get a helmet. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2559
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
281/200  (281/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: Harder, better, faster, stronger. [Mike]   Mar 18 Déc 2012 - 22:42

Nos mains se serrent. Oui, bonjour. Et je suis très content de ne pas être seul à Vegas. Et encore moins ici, à ce mariage. Saccager seul c'est bien, mais à deux, c'est mieux.

- O…k, Callaghan ! Comme tu voudras.

Je le fusille du regard. Il se croit drôle en plus ce petit Adams. Laissons le, si ça l'amuse, grand bien lui fasse !

- Une regrettable erreur de sortilège ! Et toi Grosminet, tu as perdu ton tutu rose ?

Mais oui c'est ce qu'on dit. C'est cool, entre sorciers noirs, on ne fait que se charrier. J'ai l'habitude de faire chier les gens comme ça, mais la plupart du temps se ne sont que de vulgaires humains, et ils aiment bien ça. C'est différent quand on te réponds, mais j'aime bien quand même, ça prouve que nous ne sommes pas faibles, que nous n'avons pas peur des mots, que se soit de les entendre ou de les utiliser. Blesser, c'est ce qu'on veut. Mais des paroles ne Sorciers Noirs ne blessent pas, elles amusent quand c'est entre nous. Car nous sommes tous comme ça.

Enfin, tutu rose, il y va fort.

- Ne me prends pas pour toi Barbie. La téléportation n'est pas ton fort ma chère.

Se foirer avec son don, quel boulet celui là, vraiment. Je ne me foire jamais en télékinésie, je suis le meilleur. Enfin, disons que quand je me foire ça reste chez moi. Par exemple un verre d'eau plein qui est loin de moi, je le rapproche et il se renverse et j'ai déjà eu plus d'une fois des crayons dans le nez... Tant que ça reste privé.

- Tu ne pouvais pas mieux tomber.

Lui non plus. Un mariage à pourrir, l'occupation idéale comme deux personnes comme nous, n'est-ce pas ? J'en jouis d'avance ! Ce soir, ça va être orgasmique, c'est moi qui vous le dit. Et dans tous les sens du termes si vous voyez ce que je veux dire.

- Mais la véritable question est… On commence par quoi ?

J'entends de la musique. Je vois la scène remplie d'instruments et des idées me viennent. Un sourire diabolique s'étirent sur mes lèvres. Ho oui les idées arrivent. Les idées pour commencer tout cela. Je repère la mariée. Oui je la repère bien. Easy : blanc. La marié aussi : noir. Ensuite, les demoiselles d'honneur : Roses. Les garçons d'honneur : gris. Je les observe rapidement. Une demoiselle d'honneur qui ressemble beaucoup à la marié : soeur. Elle drague un témoin du marié. Intéressant. Enfin, ce n'est même plus draguer à ce stade, je dirais même qu'ils sont ensemble mais qu'ils cahcnet leur relation . Intéréssant. La mariée ne regarde pas son mari. Pourquoi ? Il est pourtant imposant, belle musculature, plutôt belle gueule même. Elle ne l'aime pas ? Elle est timide ? Non, pas pour faire une cérémonie comme celle ci à Vegas. Elle ne le connait pas ? Autant de monde qui se connaissent, si, ils se connaissent forcément. Il faut creuser là dessous. Mais j'ai bien envie de m'occuper de celle là.

- Alors, tu veux qui en premier ? La mariée, la sœur, la mère, la grand-mère… ?

- J'ai déjà une idée mon petit. Tu vois la demoiselle rose rayonnant près du garçon gris ? Ils discutent tous les deux. Tu t'occupes d'elle. Je m'occupe de la mariée, j'ai une idée pour ça. Ca va même faire diversion.

Aussitôt dit, aussitôt fait, je vais vers la scène. Je branche tout ce qu'il faut. Micro surtout sur l'ampli. J'ai pas mes musiciens, too bad. Par contre, j'ai un CD. Où il n'y a pas les paroles. C'est moi. Je branche donc, mets en lecture, et avant que ça ne démarre, je demande l'attention de tout le monde.

- Un cadeau spécial pour Mademoiselle, bientôt Madame (?) la mariée.

Personne ne distinguera ce point d'interrogation. Personne, sauf Adams. Je lui fais d'ailleurs un clin d'oeil tandis qu'il s'approche de Blondie. Ouais, parce qu'elle est blonde platine.

La batterie s'enflamme, rejoint par la guitare, très rapidement. Mon cul commence à bouger, je m'accroche au micro et commence à chanter.

Got caught running up a tab
Couldn't drive home so I had to share a cab
Introduced herself by her last name
The kind of girl you steal from the football team
Brought up a silver spoon mess

Je regarde la mariée, toute mon intention est portée sur elle. Je vais m'adresser à elle tout au long de la chanson. Mon but à atteindre, c'est de la baiser. Et faut que son mari le voit. Et Adams doit séparer nos deux témoins. Après on s'occupera du reste, ou alors ça viendra tout seul. Et si ils se marient toujours, et bien non seront là pour nous opposer au mariage. Les deux glandus que personne ne connait. Les deux fouteurs de merde. Nous sommes diabloliques.

But the alcohol made its way down
She was the last thing that I saw last night before I hit the ground
Oh god I did the wrong thing to the right girl
My mind was only in it for a minute
Had a bad fling with a good girl
I was stupid and dumb not giving a
The blank stare out the window

Je fixe la mariée dans le blanc des yeux. Oui c'est à toi que je m'adresse. Sourire aguicheur, elle rougit. Clin d'oeil, beaucoup, et le mari à l'air de s'en foutre complètement. Plus facile que prévu peut être alors.

Instrumentale rapide, j'enlève mon tee shirt, le jetant à la mariée. Ca a l'air de lui plaire de se faire draguer ouvertement devant autant de monde, à son mariage, par une personne inconnue.

Maybe I'm shy, I drive an old car
Maybe I'm amazed that I got this far
And I got my stand-bys waiting on the line
But the hardest part is knowing that it won't be her this time
Oh god I did the wrong thing to the right girl
My mind was only in it for a minute

Je continue de faire le con, léchant mon doigt, le mettant sur mon téton et faire comme si ça brûlait. Et elle glousse. Ho bordel mais qu'est-ce qu'elle est conne ! Et moi je continue ma comédie, faisant de l'air guitare, m'accrochant au micro de toutes mes forces, comme si j'étais le chanteur dans un concert. Ce que je suis un peu là.

Please, please, baby come back
Please, please, baby come back
Please, please, baby come back
Please, please, baby come back

Je luis fais signe de venir. Je joue vraiment avec elle. Ma tête est danbs le rythme, mon corps dans la mélodie. Tout ça bouge tout seul en fonction des paroles aussi. La main en l'air, fouettant l'air au rythme de la batterie. Exprimant des choses qu'on pourrait également faire juste en parlant.

That if you ever needed someone to pick up the pieces in your life
Oh god I did the wrong thing to the right girl
My mind was only in it for a minute
Had a bad fling with a good girl
I was stupid and dumb not giving a
The blank stare out the window
If I could just sober up I could just admit
I did the wrong thing to the right girl
It was your world, baby and I just lived in it
It was your world, baby and I just lived in it

Je continue de danser sur ce rythme, parfois comme si j'étais seul au monde et je m'éclate. La chanson se finit et je regarde la mariée dans le blanc des yeux, implorant presque qu'elle vienne à moi. Je suis un acteur, ne l'oubliez pas. Je salue mon public et refait un clin d'oeil à Adams.

Je descends de scène avec un mouvement de hanche et part voir la mariée qui a l'air de m'aduler. Un coup d'oeil au mari m'indique qu'il nous observe, et qu'il n'a pas l'air très content. Ça commence bien.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier Noir ~ Membre de Rosenrot
Sorcier Noir ~ Membre de Rosenrot
avatar

LOCALISATION : Derrière toi
CITATION DU PERSONNAGE : J’te fascine hein ? Allez viens on parle de moi !

MESSAGES : 781
DATE D'INSCRIPTION : 01/09/2011

Niveau du personnage
Point RP:
51/100  (51/100)
Point Membre:
48/100  (48/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Harder, better, faster, stronger. [Mike]   Lun 18 Mar 2013 - 23:19

« - La meilleure baise de votre vie ?
- Britney Spears.
- Waow!
- Nan je déconne... Elle était pitoyable ! »


    Je crois que cet imbécile de Mike me trouve drôle. Enfin je veux dire, il n’y a rien d’étonnant à ça, je suis tout bonnement hilarant, mais j’ai bien l’impression qu’il me trouve particulièrement amusant. Tellement amusant qu’il ne se donne même pas la peine de rire à ma plaisanterie… Ce n’est pas très gentil de sa part, il va falloir qu’il fasse quelques efforts, heureusement que j’ai encore suffisamment de lucidité pour lire à travers les lignes invisibles de son silence et en déduire qu’il me trouve à mourir de rire. Bref.

    - Ne me prends pas pour toi Barbie. La téléportation n'est pas ton fort ma chère.

    Il n’a certes pas mon niveau mais il faut dire que le petit chat a de la répartie. Il n’est pas totalement dénué d’humour et j’apprécie cela. Je ne fais jamais équipe avec des partenaires dépourvus d’humour, que ce soit en termes de combat, d’amour, ou de sabotage de mariage, peut importe. L’humour est très utile et peut souvent vous sortir de situations à première vue délicates. Je parle en connaissance de cause.

    Donc oui, pour répondre à la question silencieuse que vous n’avez pas osé poser (bande de trouillards), nous allons continuer longtemps comme ça !

    - Estime toi heureux qu’elle m’ait conduit ici, chérie. Tu n’imagines pas à quel point la fête aurait été ennuyeuse sans moi !


    Il est vrai que quelques minutes plus tôt j’aurais donné cher pour avoir évité à temps cette inattention qui m’a valu de me retrouver ici, où quelqu’un a eu la charmante idée de réunir toutes les niaiseries possibles en un seule et unique endroit. Je dois dire que celui qui a inventé le mariage devait avoir l’esprit totalement tordu ou avoir un sérieux complexe personnel.

    - J'ai déjà une idée mon petit. Tu vois la demoiselle rose rayonnant près du garçon gris ? Ils discutent tous les deux. Tu t'occupes d'elle. Je m'occupe de la mariée, j'ai une idée pour ça. Ca va même faire diversion.

    - Ok.

    Mon « ok » sibyllin n’est certes pas des plus expressifs, mais il ne requiert pas de mots pour décrire l’excitation enfantine qui illumine ma frimousse, prenant la forme d’un adorable et énorme sourire reliant mes deux oreilles l’une à l’autre. Un sourire pervers et terriblement irrésistible. Un sourire exactement comme je les aime.
    Sans plus de cérémonie (l’expression est mal choisie), j’abandonne mon coéquipier de choc à son occupation qui pour l’instant me paraît encore des plus obscures. Peut importe, j’ai en tout sorcier noir une aveugle confiance pour ce qui est de faire foirer quelque chose. D’autant plus si le sorcier en question a un sourire débile, s’appelle Callaghan (en effet je mets un point d’honneur à toujours oublier sa particule de noblesse à la noix !) et a l’esprit aussi tordu que le mien.

    Me voilà donc parti, très sûr de mon effet, pour donner un bel exemple de ce que je sais le mieux faire aux femmes, après les tuer. Les charmer. Les ensorceler en un regard innocent. Et plus si affinités.
    Je jubile d’avance. C’est tellement facile.

    Je décide d’ôter mon blouson en cuir qui n’est plus tout à fait de circonstance et l’abandonne entre deux ballons multicolores. Je suis persuadé que personne n’aura l’idée de le voler. À un mariage ! Mon dieu, vous imaginez-vous cela ? Sacrilège !
    Dans le pire des cas, j’irai dans la boutique la plus chère du quartier et m’en rachèterai un tout neuf. Un encore plus beau. Et hors de prix, surtout. C’est une bonne idée, ça.

    Je me focalise sur la demoiselle en rose près du garçon gris. Les explications de ce cher Mike n’étaient définitivement pas des plus précises. Les demoiselles en rose et les monsieurs en gris à un mariage, ce n’est pas très original ! Heureusement qu’il a précisé qu’elle était rayonnante. C’est vrai qu’elle dégage quelque chose de différent des autres. Cela doit être la sœur. Ou la meilleure amie. La jalousie a parfois un effet lumineux sur les femmes.

    J’attrape un verre de champagne, remonte le col de ma chemise et passe une main dans mes cheveux, le tout en traversant la foule jusqu’à ma cible, avec une assurance qui sans mon charme inconditionnel aurait paru imbuvable.

    Je comprends l’intention de Callaghan au moment même où il monte sur la scène. J’avais ostensiblement oublié, qu’outre ses innombrables défauts, le sorcier était aussi chanteur… En d’autres circonstances, j’aurais probablement trouvé cela pathétique, mais pour l’occasion, je n’ai jamais été aussi excité de l’entendre chanter. Il se met à chanter, à bouger en rythme devant des centaines de paires d’yeux intriguées, alors qu’une seule ne l’intéresse réellement. Une fois qu’il a toute l’attention de la mariée, convaincu du bon déroulement de la suite des festivités, je le laisse à son sort et m’en retourne à mes deux tourtereaux en cavale.
    Eux ne semblent pas se préoccuper davantage de la musique. Quelque chose me chiffonne néanmoins. C’est au moment de les aborder que je perçois le petit détail qui m’avait échappé. Depuis un moment déjà, alors que le jeune homme la dévore du regard, la belle jette des coups d’œil inquiets autour d’elle. J’ai d’abord cru qu’elle attendait quelqu’un, mais la vérité me paraît à présent évidente.
    Elle n’attend pas, elle surveille. Elle est aux aguets.
    J’avale une gorgée du verre qui ne m’était pourtant pas destiné, m’empêchant ainsi de rire devant la naïveté presque touchante des humains. J’ai dit presque.

    Puis j’exécute un petit tour rapide, facile et efficace. En arrivant à leur hauteur, je fais mine de percuter quelqu’un et dans un malheureux hasard, renverse la moitié du contenu de mon verre sur la belle chemise toute neuve de monsieur en gris.
    Je choisis mon plus beau sourire pour m’excuser immédiatement. « Comme je suis maladroit ! » , je m’entends dire avec une bonhomie enfantine. J’avance mes plus plates excuse et propose un mouchoir récupéré deux secondes auparavant sur une table à ma victime. Il me remercie sèchement et, avec l’air d’avoir ravalé un pet de travers, se retire pour « aller nettoyer tout ça ».
    J’hoche la tête en signe d’approbation, l’air fort aimable mais où un observateur plus avisé aurait déduit « Mais vas-y, quelle bonne idée ! ne te presse surtout pas, je vais m’occuper de ta copine pendant ce temps là ! et ne fais pas trop le malin ou tu vas véritablement te retrouver avec le feu aux fesses, et ceci n’est pas une métaphore. ». Ou quelque chose d’approchant.
    J’attrape un deuxième verre sur le plateau d’un serveur qui passait miraculeusement par là et m’empresse de l’offrir à la demoiselle.
    Elle me remercie, toujours sur le qui-vive, mais déjà décontenancée par mes beaux yeux. Elle ne se retiendra pas bien longtemps.

    Je la prends pas le bras, l’invite à écouter la chanson de « l’étonnant musicien que nous avons la chance d’accueillir aujourd’hui ! », ressort mes meilleures plaisanteries, celles que je ne garde que pour de grandes occasions, et enfin, je prétend être un cousin très éloigné du mari. J’ai dit ça au hasard, mais je vois immédiatement que j’ai touché juste. Son regard s’illumine, j’ai maintenant toute son attention.

    - Vous connaissez bien Jeremy, alors !


    C’est ainsi que j’apprends que le mari s’appelle Jeremy. Je trouve que John lui allait mieux mais passons. « Non, pas vraiment », je réponds, et je vois qu’elle est déçue ; « mais il m’a l’air d’être un homme remarquable ! ». Elle acquiesce immédiatement. J’en chaîne, j’y vais peut-être un peu fort mais tant pis, c’est tellement plus drôle : « Personnellement, je ne vois vraiment pas ce qu’il fout avec elle… ». Elle me regarde, étonnée : « C’est ma sœur, tout de même », s’empresse-t-elle de répliquer, sans grande conviction. « Ah, autant pour moi, je ne savais pas ! Mais vous n’êtes pas d’accord ? », « C’est vrai que parfois… Miranda peut être un peu… enfin vous voyez… » Je fais oui de la tête, oui, bien sûr que je vois (bien que tout ce que je vois actuellement soit sa poitrine se rapprochant indéniablement de moi).
    Elle m’apprend alors qu’il n’y avait absolument rien de sérieux entre l’homme au costume gris de tout à l’heure et elle, me rendant la tâche plus facile encore.

    Cette femme est jalouse, libre, et ostensiblement sensible à mon charme. Je ne pouvais pas rêver mieux !

    Je la force à finir son verre, l’attrape par le bras, sans la moindre délicatesse, mais, riant aux éclats, elle ne le remarque même pas. Je l’emmène jusqu’aux toilettes, la colle contre le mur et presse brusquement mes lèvres sur les siennes. C’est chaud, brutal, et pas vraiment agréable, mais j’ai déjà vu pire. Alors je continus. D’autant plus que si je ne me trompe pas, le jeune homme au costume gris ne va pas tarder à sortir des toilettes. Je payerais très cher pour voir sa tête lorsqu’il découvrira sa bien aimée dans les bras du sale type qui a dégueulassé sa nouvelle chemise !
    Callaghan s’est également arrêté de jouer, et je songe alors qu’il n’y aurait rien de mieux qu’une petite rencontre collective dans les toilettes (pas d’idées déplacées cette fois, promis !) réunissant la future mariée dans les bras de Mike, la sœur jalouse dans les miens, le futur époux face à sa femme et sa maîtresse, et, en surplus, le « je ne sais pas qui » en gris qui fera office de décoration.

    En effet, ça serait un bon début.


_________________



- I wear your granddad's clothes, I look incredible. -
« life sucks. get a helmet. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
Modérateur | Roi du monde | Espion et sorcier noir pour Rosenrot
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : Baiser June ♥
LOCALISATION : DTC
CITATION DU PERSONNAGE : Trash ta life, ce soir je meurs et pas toi

MESSAGES : 2559
DATE D'INSCRIPTION : 18/03/2012

Niveau du personnage
Point RP:
168/200  (168/200)
Point Membre:
281/200  (281/200)
Niveau: Apprenti

MessageSujet: Re: Harder, better, faster, stronger. [Mike]   Jeu 18 Avr 2013 - 13:32

- Estime toi heureux qu’elle m’ait conduit ici, chérie. Tu n’imagines pas à quel point la fête aurait été ennuyeuse sans moi !

- Je n'en doute pas !

Je ris. Il est mignon ce petit. Petit. Ahaha. Je rigole encore à ma blague. Mais personne ne comprend, évidemment. Bah non, t'es pas télépathe mon coco alors t'en sais rien ! Je ris, je ris.

Je lui expose mon plan, ce à quoi il répond avec juste un simple "ok" mais je vois bien à son visage que se sera ... Très drôle. Oui, amusons nous chéri ! J'appelle les gens comme je veux. Je suis dans ma tête, je décide. Voilà tout. Et puis, un coup de bite dans le cul, il aimerait peut être ça, non ? Enfin, je n'ai pas forcément envie d'étaler au monde que je suis bi. Enfin je m'en fiche. D'ailleurs je couche bien avec Bleu, régulièrement. Mais évitons de coucher avec tout Rosenrot peut être. Notre relation n'est pas "secrète" mais on ne s'affiche pas non plus. C'est juste un plan cul quoi. Et c'est aussi l'expression qu'elle utilise à mon propos. Nous sommes donc d'accord sur le sujet.

Bref, je quitte le petit chat noir aux magnifiques yeux bleus, je suis bi, quand je vois une personne belle je le dis tout de même. Et ce gars à des putains d'yeux quand même ! Donc je monte sur la scène pour chanteeeeer. Et ça m'éclate.

Je continue de chanter, me déhanchant aussi au rythme de la musique. Je vois Adams se rapprocher de sa cible. Je vais le suivre de loin en fait. De la scène quoi. Parce que j'ai une autre cible, la mariée. Qui n'a dieu que pour moi, est ça c'est bien. Il faudrait peut être que je cherche le mari. J'aimerais tellement voir la tête qu'il tire ! Ca me ferait rire. Mais si je perds ma cible des yeux, elle va être déçue, pauvre petite humaine. Vraiment faible. Naïve. Susceptible. Franchement, heureusement que je suis un sorcier ! J'ai du caractère au moins, et je suis loin d'être faible, je me défends parfaitement bien tout seul. Bon, quand je suis en face d'un sorcier plus fort c'est tout de même beaucoup plus galère. Donc la... Mais ça ne m'arrive que très rarement. Et puis, je n'aime pas vraiment me battre contre d'autres sorciers. Je trouve ça trop sérieux. Et je n'aime pas être sérieux. Je préfère la rigolade et la déconnade.

Je lance ma tête en arrière et cherche le mari en même temps, sans que la mariée ne s'en aperçoive. Qu'est-ce que je suis fort. Oh, il est là, le gros baraqué en noir. Il n'a pas l'air très commode. Une armoire à glace. Comme si j'avais peur de lui de toutes manières. Il a les sourcils froncés et fixe sa future femme. Oh il est jaloux, qu'est-ce que c'est mignon ! Il a l'air furieux aussi. Drôle.

Je retourne fixer sa femme, pour la séduire. Et elle n'a d'yeux que pour moi. La chanson arrive bientôt à son terme et je jette un coup d'œil à Adams. Qui n'est plus à sa place. Je regarde au fond de la salle et je le vois bras dessus bras dessous avec sa cible.

La chanson se fini et je saute de la scène, je m'approche de la mariée, que je fixe dans les yeux.

- Ca vous a plu mademoiselle ?

Je lui fais un baise main. Vrai gentleman le Mickey. Elle secoue la tête, comme une gamine. Une vraie gamine. Oh ça me dégoute. Je déteste les gamins. Mais ça va être drôle, donc on joue le jeu.

Je passe mon bras sur ses épaules, et la guide dans la salle. Peut être que le mari nous suivra, ça pourrait être drôle. J'en profite pour prendre deux coupes de champagne, sur un plateau qui passait par là et lui en offre une. Elle le boit à une vitesse impressionnante.

- Heureuse de bientôt s'unir à l'homme de sa vie ?

- Oh vous savez, Jeremy est une personne que je connais depuis très longtemps. Mais il a beaucoup d'argent !

Oui donc elle ne l'aime pas quoi. Merci pour cette confirmation.

- Il est très bon au lit aussi, hihi !

Oh mon dieu, c'est quoi ce rire ?! J'approche ma bouche de son oreille pour chuchoter.

- Pas autant que moi.

Elle le regarde alors, légèrement étonnée mais un peu demandeuse. J'en profite pour lui glisser un clin d'œil. Et nous arrivons aux toilettes, où Adams roule une pelle à la demoiselle qui l'accompagne. Je lui glisse un clin d'œil en passant et dit à ma compagne

- Vous m'accompagnez ?

J'ouvre en même temps une porte de toilettes. Il y a légèrement la place pour deux personnes là dedans !

Mais elle n'a pas le temps de répondre que je vois le mari débarqué. Simultanément, un homme en gris sort d'une cabine. La mariée n'a rien vu du tout alors je pose mes mains sur ses deux joues et j'attire son visage vers moi pour l'embrasser. Et miracle, elle répond ! Elle mets ses bras autour de mon cou et resserre son étreinte. Je souris et regarde son mari. Hé toi, Jeremy, regarde, j'embrasse ta femme.

_________________

My life for Anja
My love for June
I'm just a kid

With fuckin' demons inside


June:
 

Surprise:
 



Mike roule une pelle à Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Harder, better, faster, stronger. [Mike]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Harder, better, faster, stronger. [Mike]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: ▐ Z.O.N.E R.P.▐ :: ● ● Amérique :: || Etats-Unis-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :