AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 297
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
119/100  (119/100)
Point Membre:
123/100  (123/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Lun 4 Oct 2010 - 20:36

    L'amour,
    Le vrai.

    La salle des professeurs est, entre deux heures de cours, toujours, toujours pleine. Je venais tout juste de croiser Nérys dans les couloirs et après quelques regards amoureux, deux baisers et un câlin dans une salle vide, j'avais dû la laisser partir. Je n'avais pas cours et Pandora ne lui avait rien laisser à faire, mais le petit Mathéo était malade et cela devenait assez inquiétant, elle devait donc l'emmener à l'hôpital. C'est avec regrets que je la laissais s'échapper de l'étreinte de mes bras. Je la vis me sourire et je lui répondit. D'extérieur je devais avoir l'air béat et complètement stupide. L'amour rend fous l'amour rend bête. Elle disparu dans les escaliers. Et donc je m'étais retrouvé seul, dans la salle des profs. C'était bruyant. Très bruyant. En même temps entre deux cours, la salle réunissait un maximum de professeurs... Je ne pouvais espérer avoir de la tranquillité ici. Je pouvais me réfugier dans ma chambre mais je n'en avais pas du tout envie.

    J'échangeais quelques mots avec d'autres professeurs, sans réellement faire attention à qui je parlais et de quoi je parlais. En général les discutions se portaient sur les cours du matin. Nous nous amusions des exploits des élèves, qu'ils soient bien, ou pas. J'entendis vaguement parler d'un enfant télékinésiste ayant porté tous ses camarades de classe d'un seul coup, alors qu'il n'avait que sept ans. Le nom ne me revient pas, c'est dire tant j'étais perdu dans d'autre pensée. Je me rappelais de la saveur des lèvres de Nérys. Elles étaient douces et chaudes, agréables et réconfortantes. Mes pensées convergeaient souvent vers elle. J'étais un imbécile heureux, un chanceux qui avait trouvé la femme de sa vie.

    La cloche sonna et les professeurs qui avaient cours se rendirent à leurs cours. Je restais seul, avec une jeune femme, une nouvelle. Son nom ne me revenais, mais Nérys m'avait dit qu'elle était professeur d'armes blanches et d'hébreux. D'ailleurs Pandora était très contente car cela faisait maintenant douze ans que le poste était libre. Je me dirigeais vers mon casier et en sorti le tas de copie doubles de contrôle que j'avais à corriger. Contrôle sur les runes anciennes. Quelle rune sert à quoi, quelle est la formule qui permet d'assurer que telle rune marche, quelles runes utiliseriez-vous... etc ? Je me posais négligemment sur une table et m'emparais d'un stylo bille vert clair. Oui c'est une de mes manies, corriger en vert clair. Et bah si ça vous plait pas, c'est la même chose.

    Un élève me désespéra profondément quand au soin de son écriture. Enfin il y avait un minimum de propreté tout de même. Et puis quand on dessine des runes il faut être précis, le moindre traits en l'air et tout est fichu. Alors que ce soit dans le dessin ou l'écriture, j'exigeais d'eux qu'ils soit propres, soignés, gracieux, harmonieux. Évidement que je n'exigeais pas quelque chose d'impossible. Exemple : moi qui avait avant une écriture catastrophique, j'écrivais maintenant très bien. En même temps avec le professeur tyrannique que j'avais eu... Trois copies passèrent. Trois notes. 11/20, mouais, il avait qu'à écrire mieux, 20/20, excellent, et 17,5/20, très bien. Je décidais d'abandonner lâchement mon travail. La nouvelle professeur me perturbait. Je veux dire que ne pas savoir son nom.... Enfin bref. Je m'avançais vers elle et lui tendis ma main.

    -" Jonathan, Jonathan Loïs Taylor, je suis professeur de magie générale, vovinam viêt võ dao et runes anciennes. Et vous?"

    J'évitais d'ajouter petit ami de la fille qui vous a recruter (attention à savoir Nérys pas Pandora évidement) car d'une elle devait s'en moquer comme de son premier bavoir, et de deux si je voulais que Pandora ne le sâche pas, autant éviter de le crier sur tous les toits.

_________________




Nérys & Salim


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Mer 6 Oct 2010 - 18:30

    Coincée dans sa salle du troisième étage, Bastet avait un certain calme. A cet étage, que les enfants, enfin adolescents, de onze à dix-huit ans. Elle trouvait les adolescents très intéressants, les pré-adolescents, très barbants, mais on faisait avec. Elle observait ses copies sur l'hébreu. Elle corrigeait avec rapidité, après tout, c'était sa langue maternelle. Certains s'en sortaient très bien, d'autres avaient du mal avec les signes. Après tout l'hébreu n'était pas une langue avec des lettres, mais était cyrillique. Certains restaient très évasif sur les signes. Hors, un mouvement différent pouvait dire autre chose. Un élève se retrouva avec une copie de trois sur vingt, sur ce coup-là Bastet ne pouvait pas faire d'effort. Se redressant, elle s'étira longuement.

    Il n'était qu'onze heures du matin, faisant craquer sa nuque, elle décida d'aller chercher un café. Sortant de sa salle de cours, elle traversa l'étage en saluant quelques élèves, descendant au second, elle se fit plus discrète face aux enfants. Elle était mal à l'aise avec eux, mais le cachait aisément. Par contre au premier, cela fut catastrophique. A chaque fois, même sans s'en rendre compte, Bastet s'arrêtait devant la pouponnière, observant les bébés, et les enfants plus âgés. Elle sursauta violemment en entendant du bruit, remontant le col de son pull léger blanc, avec un simple col en V, elle reprit sa marche l'air de rien. Elle avait relevé sa toison brune aux dessus de sa nuque dans un chignon lâche. Elle devait absolument se les couper, mais ne savait pas vraiment quand. Bastet reprit sa marche, descendant rapidement les escaliers, les mains dans les poches, son jean couinait de temps en temps. Le tissu était trop tendu, elle le portait slim très serré, dans un noir donnant l'impression qu'il était en cuir.

    Elle ralentit devant la salle au piano, et tendit l'oreille en écoutant rapidement une sorcière jouer une mélodie harmonieuse. Secouant la tête, elle se remit en marche, plus rapidement, et s'approcha de la salle des professeurs. Elle souffla vivement, c'était plein de monde et elle détestait cela! Elle ne sourit même pas, elle ne s'en donnait pas la peine, elle disait bonjour et attrapa une tasse de café. S'asseyant à une table vide, et libre, elle sortit sa dague de sa chute de reins, attrapant une feuille et un crayon, elle se mit à faire un croquis de son arme. Cela serait le sujet de son prochain cours. Complètement plongée dans sa passion, Bastet ne se rendit pas compte que les gens étaient partis. Par contre elle entendit qu'on s'adressa à elle. Une main se tendit sous son nez, et son monde bascula...

    -" Jonathan, Jonathan Loïs Taylor, je suis professeur de magie générale, vovinam viêt võ dao et runes anciennes. Et vous?"

    Bastet bondit sur ses deux jambes, attrapant sa dague, elle mit la pointe de la lame contre la jugulaire de l'homme sans réfléchir. Le mouvement avait été plus que rapide, et dans ce genre de moment, seul son instinct, et son savoir avaient agis, rien de plus. Même pas sa conscience, et son intelligence. Il ne fallait jamais la surprendre, son instinct de survie prenait toujours le dessus. Son don s'activa, faisant vibrer l'air de sa magie. Ses sens devinrent ceux d'un félin, et sa pupille devint en fente, trahissant en quelque sorte son don. Chaque sens se décuplèrent, la rendant légèrement sonnée sur le coup. Elle dut attendre quelques secondes jusqu'à se calmer complémentent, et voir clair. Elle abaissa son arme, lentement, et la posa sur la table.

    "Désolé, me surprendre est une mauvaise chose. Bastet Ahila, la nouvelle professeure d'hébreu et d'armes blanches."

    Elle serra vivement la main, et avec poigne sans vraiment aucune gêne de son geste précédent. Des fois, réagir au quart de tour permettait de survivre, elle ne le savait que trop bien. Elle fit un petit sourire, l'homme était très beau en face d'elle. Elle le détailla sans aucune gêne. Bastet faisait souvent du rendre-dedans malgré son caractère atypique. Il semblait avoir son âge, à vue de nez, trente ans. La sorcière n'avait que vingt-huit ans, mais elle semblait l'une des plus âgés. Elle avait déjà rencontré Ren et Takeji qui n'avaient que vingt ans. Des sortes de génies probablement. Elle s'assit de nouveau, et compléta son croquis en faisait des jeux d'ombres.

    "Vous êtes le troisième que je rencontre, de professeur je veux dire...Vous empestez le désir."

    Elle n'avait pu s'empêcher de le dire, Bastet plissa légèrement son nez. Quand son don des sens s'était activé, elle avait senti l'odeur de désir sur la peau de l'homme, et flottant dans l'air. Cela pouvait être excitant, mais dans ce cas-ci, c'était très écœurant. Surtout qu'une odeur de femme accompagnait le désir. Hors Bastet ne chassait pas sur les plates-bandes de l'autre. Mais elle pourrait aisément reconnaître la porteuse de cette odeur...Un sourire taquin naquit sur ses lèvres, visiblement monsieur le professeur avait une aventure...Avec une élève? C'était une odeur féminine, mais Bastet était dans l'incapacité de déterminer l'âge. Le sexe du porteur lui suffisait amplement la plupart du temps. Mais pas cette fois-ci, sa curiosité malsaine s'était en quelque sorte éveillée.
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 297
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
119/100  (119/100)
Point Membre:
123/100  (123/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Mer 6 Oct 2010 - 22:28

    Oui j'aime,
    et je n'en ai pas honte.

    Elle dessinait simplement. Les traits gracieux représentaient son arme. Je me perdis un instant dans le dessin, admirant le geste rapide et précis, mais parfois hésitant et lent. C'était d'une beauté fragile. Une sorte de beauté éphémère et pourtant hors de l'espace temps. Soudainement elle se leva avec grâce et rapidité et sa dague se retrouva sur ma jugulaire. Aussi souple qu'un félin, par instinct, j'avais réagis. Si je ne l'avais pas fait, je n'aurais pas été un bon prof de viêt. Oui abrégeons par viêt. Ma main gauche s'était retrouvé sur son bras, prêt à le virer au dernier moment. Et l'autre remontait pour frapper son menton et ainsi casser les dents. Mais elle s'était arrêté, moi aussi. Pas de sang, pas de dents cassées, tout allait bien. Je la regardais toujours avec un sourire. Elle était forte et rapide. Pas assez vieille pour que cela ralentisse ses mouvements, pas assez jeune pour manquer d'expérience. A peu prêt mon âge sans doute. Le bon âge dit-on. Je ne sais pas si c'est vrai.

    "Désolé, me surprendre est une mauvaise chose. Bastet Ahila, la nouvelle professeure d'hébreu et d'armes blanches."

    J'éclatais doucement de rire, tandis qu'elle serait ma main. Effectivement, surprendre n'est pas forcément la bonne approche. Mais c'était plus spontané que par exemple envoyer un signal/message/cri/autre avant de se présenter. Et puis ce n'est pas grave. Elle n'a pas touché ma joue, et je l'aurais déviée de toutes façons. Sur ce seul mouvement, j'étais largement capable de me débrouiller, après un mouvement ne montre jamais la façon de se battre de l'autre. Avec un léger sourire je me demandais comment elle se battait. Bien sans doute. Même très bien. Et son corps respirait une grâce féline. Je dégageais légèrement le col de ma chemise noire que je portais sur mon jean sombre, retroussée sur les manches. Bastet donc. Je fronçais très légèrement les sourcils. Bastet, drôle de nom. Je ne veux pas dire par là moche ou autre. Non, je sous-entend qu'il n'est pas commun. Si je ne m'abuse c'est le nom d'une déesse chat égyptienne. Mais je dois avouer que la mythologie égyptienne et moi ça fait deux. Je préfère celle des romains et des grecs.

    -" Hum armes blanches. Oui j'avais deviné !"

    Je la regardais toujours avec un sourire. Charmeur disent les autres pour me taquiner. Mais j'y peux rien, je vous jure que je ne le fais pas exprès. Et mes pensées dérivèrent encore et toujours sur Nérys. Treize ans déja que nous étions ensemble. Mais dix-neuf ans qu'on ne se lâchait plus. Une éternité autant dire. Et moi je commençais à vouloir des enfants, un mariage. Mais il en était hors de question pour le moment. Pandora ne le savait pas. Et donc tous mes projets tombaient à l'eau. Je ne voulais surtout pas brusquer Nérys, ni la forcer à quoi que ce soit, si elle ne voulait pas, elle ne voulait pas, point barre, et tant pis. Avec un soupir je chassais la belle de mes rêveries éveillées pour me reconcentrer sur la discution présente.

    "Vous êtes le troisième que je rencontre, de professeur je veux dire...Vous empestez le désir."

    J'haussais les sourcils. Elle m'avait carrément surprise là. J'empestais le désir? Bon ok, même pas deux minutes auparavant je pensais à Nérys, donc quoi de plus normal, mais le fait qu'elle me le fasse remarquer... Déjà elle devait avoir des sens sur développés. Métamorphe féline? Moi aussi, mais je n'arrive pas à sentir tant de chose sous ma forme humaine. Non je dirais qu'elle est... Hum comment dire... Qu'elle a des sens exacerbés. Je passais la main dans les cheveux, légèrement gêné mais sans plus. J'aime et je n'en ai pas honte, loin de moi. Le troisième qu'elle rencontre. A qui elle parle plutôt. Parce que quelques minutes plus tôt la salle était pleine à craquer. Enfin bref. Je me demandais un instant quels étaient les deux autres avec lesquels elle avait fait connaissance avant moi mais rapidement cette question me passa au dessus de la tête.

    -" J'aime quelqu'un, et je pense souvent à elle..."

    Mais j'avais perdu mon sourire. Si jamais sans le faire exprès Bastet reconnaissait en la femme que j'aimais Nérys et qu'elle le laissait échapper à Pandora... Je me mordis la lèvre pour me calmer. Il ne fallait surtout pas que cela arrive. Je regardais autour de moi, personne. Mais ne me fiant plus à la simple vision, j'inspirais profondément et j'écoutais attentivement. Personne. Du moins pas dans les environs très proches. Et dons assez loin pour ne pas m'entendre.

    -" La directrice ne doit surtout pas le savoir, j'aimerais garder votre discrétion..."

    Je me tus, encore incapable de faire le grand pas. Mais il le faudrait, parce que sinon ça ferait un peu bizarre. La directrice ne doit pas le savoir. Genre quoi? Je sortirais avec une élève? Nooooon pas mon genre franchement. J'eus un rire nerveux. Je n'arrivais pas à continuer.

_________________




Nérys & Salim


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Ven 8 Oct 2010 - 21:17

    Il était beau mais empestait le désir à un kilomètre. Le désir, ce désir qui pouvait conduire à la magie de notre corps. Bastet observait cet inconnu, il avait une manière de se mouvoir, professeur de viet, c'était un sport de combat dont elle avait très peu entendu parler. Son regard marron toisa cet homme qui semblait plus vieux qu'elle, et portant, elle crut à cet instant, que c'était elle la plus adulte, la plus vieille. Comme si on venait de lui mettre dix ans de plus sur les épaules. On venait de lui ouvrir un monde, le monde de l'amour. Bastet avait-elle capable d'aimer un jour dans sa vie? Bien entendu, mais cela datait tellement. Depuis combien de temps n'avait-elle pas connu la chaleur d'un corps contre le sien? Elle ne préférait pas le savoir, pour l'instant son agressivité, et sa rage de vivre étaient ses seules compagnes, bien plus chaleureuses par certain côté que la présence d'une femme à ses côtés. Jonathan était gêné, que cachait-il? Un amour interdit style Roméo et Juliette? Bastet se faisait sûrement beaucoup de films sur ce coup-là.

    -" J'aime quelqu'un, et je pense souvent à elle..."

    Souvent, ce mot accompagnait toujours les amoureux, telle une béquille. Bastet avait souvent pensé aussi, c'était cela l'amour, on devenait con, et jusqu'aux bouts des pieds pour dire vrai. Penser, non, penser ne donnait pas cet odeur, ce n'était pas du désir imaginé, mais du désir vécu. Oula, oui c'était un domaine compliqué celui des émotions, et des odeurs. La sorcière ne faisait qu'écouter son instinct, mais aussi, elle pouvait amplement se tromper. Bastet pencha la tête sur le côté, comme elle l'avait fait dernièrement en attrapant un élève entrain de l'espionner sous la douche. Son regard exaspéré tentait de percer cet homme, qui n'était plus un adolescent.

    "Je sens ça."

    Aimer, elle ne pouvait pas le déterminer, ce n'était pas un détecteur de mensonges non plus. C'était autre chose, c'était l'odeur du désir tout simplement, on pouvait désirer et ne pas aimer. Voila, mais le fait que l'homme précisait cela, cela en voulait en lire long. Elle l'observa se mordiller la lèvre, elle venait de toucher une corde sensible. En temps normal, contre un ennemi, Bastet aurait violemment tiré sur cette corde, et avoir raison de lui. Elle devrait peut-être dire à cet adulte, de faire attention? Qu'un sorcier noir en tirait parti, et pas qu'un peu sur ce coup-là. Mais ce n'était pas un ennemi. Il observait autour d'eux, et la sorcière d'Orpheo, inconsciemment, regarda aussi, comme si un ennemi allait surgir. Paranoïa, que je t'aime.

    -" La directrice ne doit surtout pas le savoir, j'aimerais garder votre discrétion..."

    A votre avis, pourquoi ne devait-elle pas savoir? Une lueur étrange s'alluma dans le regard de la professeure d'hébreu et d'armes blanches. Elle n'était pas une balance, mais était du style à faire du chantage. Elle savait tirer parti des choses, parce qu'il faut des gens ainsi dans la vie. Certes, elle n'aimait pas le chantage sur elle, mais le faisait volontiers subir aux gens, ainsi va la vie. Jonathan sortait avec une élève?! Elle qui était mère, cela souleva quelque chose en elle. Alors que l'autre andouille éclata de rire, elle soupira longuement, pour se canaliser.

    "Asseyez-vous, et ce n'est pas une offre."

    Son ton claqua, sec, autoritaire, comme si elle parlait à un enfant. Cette chose en elle, c'était son instinct de mère, et d'un côté, de séductrice. Elle se fit mille et un scénarios, elle qui d'habitude ne se mêlait des affaires de personne, le faisait entièrement sur ce coup-là. Attrapant son arme par son manche, elle le fit tournoyer avec une certaine finesse, pour planter la lame dans le bois. Son don avait à nouveau surgi, ses sens félins se firent plus forts alors qu'elle sentait sa force diminuer aux fils des minutes. Jouer avec la magie, c'était une très mauvaise idée, elle adorait faire cela, malgré son âge mûr. Mais sommes-nous réellement mûrs à trente ans? Quarante ans? Cinquante oui, car nous avons la moitié de cent ans, alors peut-être bien que les bêtises on les a arrêté.

    "Je ne suis pas une balance. Mais...Une relation avec une élève, ce n'est pas conseillé. Ou un élève, je ne connais pas vos goûts."

    Un sourire étrange effleura les lèvres de Bastet, une once de moquerie dans la voix. Elle avait envisagé le fait que cet homme aime les hommes, parce qu'elle, elle aimait tout. Elle n'avait pas peur donc de dire les choses. Mais vue la tête qu'il se tapait, il dégageait quelque chose de bien mâle, et on ne pouvait se permettre le doute. Il sentait la virilité même, dans la nature, cela aurait été un mâle en plein rut, prêt à fonder sa descendance. Bastet s'enfonça dans son siège, tapant la table de ses ongles, elle toisait cet homme aux charmes ravageurs. Elle se sentait déjà fondre, et à chaque fois son esprit relançait la question. Depuis combien de temps? Depuis combien de temps n'avait-elle pas passé un moment dans les bras de quelqu'un? Ouvrant sa carapace, et dévoilant ainsi la femme qu'elle était. Faire l'amour n'était pas rien, ou même coucher, c'était une manière de nous dévoiler, entièrement. Le faire avec tant de désinvolture cachait quelque chose, de bien profond sur ce coup-là...
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 297
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
119/100  (119/100)
Point Membre:
123/100  (123/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Ven 8 Oct 2010 - 22:14

    Tomber,
    Mais se relever...


    Étrangement l'envie que je ressentais il y a peu en pensant à Nérys, l'envie de dévoiler notre relation à Pandora, tout cela disparu. J'avais peur. Et c'est étrange d'avoir peur de quelqu'un qu'on a toujours aimé comme sa presque mère. Les traits crispés de Pandora quand elle me frondait étant enfant me revinrent en mémoire. Je savais pertinemment qu'elle essayait de caser Nérys avec cet Erwan. Et je frissonnais. La plus grande peur en amour, je crois que c'est de perdre ce qu'on aime. Évidement que si Nérys tombait amoureuse de lui, je la laisserais partir. Mais l'égoïste n'est jamais loin. Le pire serait vraisemblablement de la perdre définitivement. Il n'y a que quand on est prêt de la fin, qu'on comprend le sens du mot définitif. Je la regardais, anxieux. Je ne pensais qu'à Nérys et à ce qu'il se passerait si jamais Pandora l'apprenait. Me virerait-elle? Je ne pense pas. M'interdirait-elle d'approcher Nérys? Probable, mais je ne le parierais pas. En fait le fait que nous ne sachions rien de ce qu'elle ferait nous, nous fait peur. L'inconnu fait toujours peur.

    "Asseyez-vous, et ce n'est pas une offre."

    Sa voix était inflexible. Mais je ne m'assis pas. Mes sourcils se froncèrent. Qui était-elle pour me donner ainsi des ordres. Je la regardais durement. Je fixais sans raison ses cheveux bruns, sans arriver à me fixer sur un point. Finalement je fini pas m'asseoir, non sans un temps de flottement, faisant bien comprendre qu'au final je ne m'asseyais pas parce qu'elle me l'avait dit, mais bel et bien parce que je le voulais. Beau mensonge. Je l'avais tout de même fait parce qu'elle me l'avait demandé. Mais un homme aime à croire qu'il est toujours au dessus de la situation, qu'il s'en sortira. Allez savoir pourquoi, moi je trouve ça stupide, et je ne peux pourtant m'empêcher de faire pareil. Le destin des hommes. Tragique. Je m'adossais contre ma chaise, plus détendu que je ne devrais l'être. Je respirais tout à fait normalement. Mais ce n'était qu'une façade. Le propre d'un guerrier, d'un combattant, d'un soldat, d'un pratiquant de sport de combat, c'est de se maîtriser. Alors il n'y avait rien exceptionnel à ce que je sois là, calme. Seulement mon esprit bouillait. J'imaginais mille et un plan tortueux pour me sortir de cette situation, pour le moins inconfortable et totalement délicate.

    "Je ne suis pas une balance. Mais...Une relation avec une élève, ce n'est pas conseillé. Ou un élève, je ne connais pas vos goûts."

    Je la regardais limite bouche-bée. Ainsi avait-elle envisagé la possibilité que je sorte avec un autre homme, mais encore pire, enfin selon moi, avec un/une élève. J'étais professeur, pas séducteur sur patte et amoureux d'ados boutonneux. Bon ok, j'y vais un peu fort. Mais je ne sortirais jamais avec une fille qui à l'âge d'être ma fille. Ma fille = Luka. Qui elle n'a pourtant pas l'âge d'être ma vrai fille. Vous vous rendez compte je l'aurais eut à treize ans ! Hum. Je passais la main dans les cheveux d'un air absolument pas dégagé. Cette femme me prenait presque pour un pédophile. Ce que je serais réellement si je sortais/couchais avec une mineure. Heureusement ce n'est pas mon cas. Et le doux visage de Nérys flotta doucement dans ma mémoire. Je me reconcentrais, évitant de penser à elle qui accompagnais Mathéo...

    -" Nous nous sommes mal compris je pense. Je ne sors pas avec une élève. Ni un d'ailleurs."

    Je regardais sans nervosité apparente son arme. Mais que déciderait-elle? Rien, il n'y avait rien à décidé. J'étais un homme droit dans mes bottes pour le moment. Alors je n'avais rien à me reprocher, et elle n'avait rien à décider, rien à me faire. Je souris légèrement. Il y avait eut méprise, et malgré le fait que je m'apprêtais à parler de mon secret, je me sentais plutôt calmé. J'avais eu vraiment peur. Mon regard se balada le long de la pièce, sautant parfois quelques chaises, évitant un mur. Ma chemise baillait et laissait voir peu être un peu plus que la décence le permettait. Mais je m'en fichais royalement je crois. La pendule sur le mur d'en face cliquetait joyeusement au rythme de ses secondes effrénées. Le temps semblait ralenti et accéléré à la fois, comme s'il se jouait de moi.

    -" La femme que j'aime s'appelle Nérys. C'est la fille adoptive de Pandora, la sous-directrice. Nous sommes ensembles depuis que nous avons dix-sept ans, et Nérys refuse que Pandora soit au courant. "

    Je la regardais. Certains dirait que Nérys est ma plus grande faiblesse. Je ne suis pas d'accord. Elle l'est, certes, car pour elle, je pourrais me laisser manipuler comme un petit pantin obéissant au doigt et à l'œil. Mais elle est également ma plus grande forcé, ma raison de vivre. Alors oui, elle me procure ma force. Elle est celle qui sait me calmer lorsque je suis hors de moi, celle qui sait me consoler lorsque j'en ai besoin. Elle est mon âme sœur, et je le pense vraiment. Il y a des hommes qui, même aimant leur femme, se disent que ça ne durera peut être pas, qu'ils ont peut être fait le mauvais choix ou tout simplement qu'il ne pense pas que la femme soit celle de leur vie. Je ne suis pas ce genre d'homme. Nérys est ma vie. C'est tout. C'est ma force, ma faiblesse, ma vie.

_________________




Nérys & Salim


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Dim 10 Oct 2010 - 19:11

    Bastet avait bien remarqué qu'il avait mis du temps à s'assoir. Elle comprenait ce qu'il voulait faire ressentir. Il voulait faire comprendre que c'était lui le maître, et personne d'autre. Pauvre garçon, il ne savait même pas à qui il avait affaire réellement. Elle garda le silence quelques secondes, ne disant d'abord rien, les hommes d'aujourd'hui. Ils voulaient toujours se prouver les dominants. C'était bien peut-être pour cela que Bastet sortait aussi avec des femmes. La douceur de leur peau, ou leur psychologie étaient plus simples que celles des hommes. Elle caressa du bout de l'index le manche de sa dague. Elle ressentait la puissance de l'arme proche d'elle, et n'avait envie que d'une chose, l'utiliser à pleine main si possible!

    -" Nous nous sommes mal compris je pense. Je ne sors pas avec une élève. Ni un d'ailleurs."

    Elle arqua soudain un sourcil, alors c'était quoi le problème? Elle continua de caresser son arme, comme si cela lui permettrait de comprendre certaines choses. Car elle, elle ne comprit pas du tout le souci. Il sortait avec une femme du personnel, et à la bonne heure. Aaah mais c'était vrai que selon la loi ce n'était pas vraiment autorisée. Enfin, elle n'était même pas sûre. Mais bon, personne n'était capable de respecter les lois alors quoi? Bastet se détendit alors, ses prunelles claires pétillant de malice. Elle quitta sa dague des mains, et croisa ses mains-ci sous sa poitrine, s'appuyant à son tour contre le siège dans la même position nonchalante que son interlocuteur. Elle n'aimait pas entendre les histoires des autres, mais adorait les histoires de couettes. C'était toujours marrant d'entendre les gens consumés par le désir. Parce qu'ils manquaient de discernement, et il y avait une sorte de méchante sorcière pour les poursuivre.

    "Alors, où est le souci? On n 'est pas dans un couvent."

    Si c'était un couvent, elle partirait vite fait et bien fait sur ce coup-là! Après tout, elle, elle aimait la chair, et ne s'en privait pas. Elle n'allait pas tarder à tester un des élèves, ou une. Ce n'était pas de la pédophilie, enfin à ses yeux, un élève de dix-sept ans...Bon d'accord peut-être bien que oui mais c'était un grand classique des films, et de la littérature. Après tout, c'était dans ce genre de lieu que le désir naissait, et les adolescents avaient vite fait d'aller se défouler auprès de leurs professeurs qui ne demandaient rien au fond. Pauvre victime, n'est-ce pas? En parlant de désir, Bastet avait une excellente vue sur la chair dorée de Jonathan. Il était sacrément bien foutu, mais elle ne brisait pas les couples. C'était la seule limite qu'elle s'était imposée. Parce qu'il faut toujours une limite dans la vie après tout...

    -" La femme que j'aime s'appelle Nérys. C'est la fille adoptive de Pandora, la sous-directrice. Nous sommes ensembles depuis que nous avons dix-sept ans, et Nérys refuse que Pandora soit au courant. "

    Aïe, le plus terrible des scénarios. La fille adoptive de Pandora Mystery, une excellente sorcière, et la directrice de Mystery Orphanage. Bastet avait été recruté par Nérys, une gentille au fond, mai que la sorcière avait eu envie d'assommer. Elle n'aimait pas les gentilles filles, non, elle les préférait très vilaine. Une grimace traversa ses traits, oui, niveau scénario, on ne pouvait pas faire plus terrible. Il était maudit, elle aurait bien voulu sauf que...Ce n'était pas, mais alors pas du tout son style d'aider les gens!

    "Jonathan, j'espère pour toi que tu sais courir vite. Parce que la directrice ne risque pas de t'avoir dans ses petits papiers."

    Seul aide qu'elle fut capable de fournir, et de dire. Bastet n'était pas associable, elle savait même communiquer quand elle s'y mettait. Mais là...Il n'y avait pas transi mille chemins pour dire bonne chance. Et là, sans aucune raison valable, elle éclata de rire, juste hilare, il y avait de quoi quand même! On se saurait presque cru dans une série de seconde zone. Le pauvre garçon cachant son amour pour la belle princesse protégée par la célèbre sorcière et affreuse sorcière. Tout cela étant bien entendu, très symbolique. Bastet cessa bientôt de rire, retirant sa dague du bois, elle joua quelques secondes avec, l'esprit ailleurs.

    "Alors, c'est quoi le plan? Je ne suis pas une balance. Mais pas non plus un Cupidon."

    Son visage se ferma complètement, comme si elle se fermait au monde. Elle ne préférait pas relever ses pensées là-dessus. Mais bon, elle n'avait contre ce genre de relation. Pour l'église, elle n'était qu'une damnée après tout. Et oui, être homosexuelle, ce n'était pas très toléré. En plus, elle était bisexuelle, alors pour certains, elle accumulait. Que voulez-vous, nous vivons dans une société intolérante. Heureusement que Bastet n'avait jamais été une fervente croyante, elle aurait donc perdu son Dieu depuis longtemps. Mais aucun Dieu ne la dirigeait, elle, la porteuse du nom d'une déesse, et quelle déesse. Un nom pouvait signifier bien des choses, des noms pouvaient être type à plein de sorte de personnalité. Et oui, votre prénom vous dévoilait avant même que vous parliez...
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 297
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
119/100  (119/100)
Point Membre:
123/100  (123/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Dim 24 Oct 2010 - 23:52

    Fatigué
    de lutter.


    Je soupirais doucement. Mes yeux se posèrent sur la jeune femme. Bastet. D'où venait-elle? Qui était-elle? Son caractère? J'y avais déja un peu goûter, peut être trop. Non. Cette jeune femme avait un fort caractère. Dur, implacable, un peu je-m'en-foutiste, peut être aussi manipulatrice. Du moins de ce que je pensais, de ce que je voyais. Mais elle n'était sûrement pas mauvaise. Pandora n'acceptait personne qui soit un temps soit peu noir, méchant et autre. Et elle avait un don pour voir ça. C'était comme si la vielle sorcière lisait en nous comme dans un livre, ouvert à la bonne page. Oui, pour ce genre de choses elle avait un don. Et d'ailleurs je me demandais par quel bienheureux hasard elle n'avait pas encore vu que je sortais avec Nérys. Sa fille savait à présent bien lui cacher ce qu'elle ressentait, mais je restais un éternel débutant en la matière. Je ne sais absolument pas cacher ce genre de chose. Alors quand je vois Pandora, je ne cesse de me sentir mal, d'essayer de penser à autre chose. Mais bannir une pensée par la volonté revient à penser obsédément à elle.

    "Alors, où est le souci? On n'est pas dans un couvent."

    J'haussais les sourcils face à sa remarque. Évidement qu'on est pas dans un couvent. M'enfin. Il y a aussi des limites à ne pas franchir, et je n'arrive pas à savoir si je les ais franchies. Je n'espère pas. Je ne voudrais pas que Pandora soit en colère pour ça. Je voudrais seulement qu'elle accepte le fait que sa fille est une sorcière libre de ses choix. Et que pour le moment, son choix, c'est moi. C'est drôle de se soucier de l'avis d'une femme comme ça, alors qu'à priori on n'a rien en commun avec elle. Mais Pandora m'a élevé. Aimé? Je ne saurais vraiment le dire, mais je pense que oui, elle m'aime bien. Je me souviens encore de ses sourires qu'elle essayait de me cacher alors qu'elle me grondait. Je suis allé souvent la voir dans son bureau parce que je faisais une bêtise. Mais quel enfant n'en fait pas? Bon ok, j'en faisais peut être un peu trop. Et je crois d'ailleurs qu'une partie de moi aspirait à ce qu'elle me remarque. Oh, elle l'a fait. Avec un léger sourire j'arrêtais de penser à tout cela pour me reconcentrer sur la discution présente.

    "Jonathan, j'espère pour toi que tu sais courir vite. Parce que la directrice ne risque pas de t'avoir dans ses petits papiers."

    J'hochais pensivement la tête. Évidement que je savais que Mrs Mystery risquait de péter un câble si jamais, au grand jamais elle apprenais la relation qui nous unissais, Nérys et moi. Après tout la vieille sorcière préfèrerait sans doute ce Van Der Brook ou je ne sais plus trop quoi. Il ne m'inspire pas confiance ce type. Sûrement quelqu'un de super, je n'en doute pas. Mais comme il s'impose comme mon potentiel rival, je n'ai pas vraiment d'autre choix que de me méfier de lui, et aussi de ne vraiment pas l'aimer. Bon, je le connais à peine, mais tout de même... Je me passais lentement la main dans les cheveux, faisant mine de réfléchir, alors qu'il n'y avait rien à réfléchir. C'était comme ça point barre. Et elle me demanda quel était le plan. Je fronçais imperceptiblement les sourcils. Le plan?

    -" Il n'y a pas de plan. Quand Nérys se décidera à l'annoncer à Pandora, on l'annoncera, pour le moment on se tait. C'est tout."

    Et j'espérais qu'elle se tairait aussi. Hors de question que la mère de Nérys l'apprenne par une autre bouche que la notre. Et j'étais sérieux. Je n'aime pas les rapporteurs. Bon apparemment elle ne le dira pas. Mais je préfère être prudent, à vrai dire on ne sait jamais ce qu'il peut se produire. Et je me décidais enfin à changer de sujet de conversation. On ne parlait que de moi depuis le début, je crois bien qu'il est grand temps de changer. Je fixais Bastet, essayant de deviner d'où elle pouvait bien venir. Ne trouvant pas la réponse à cette question, je me décidais à lui la poser:

    -" Et vous, d'où venez vous? Et pourquoi avoir décidé d'enseigner au Mystery?"

    Une question comme une autre, pour apprendre à faire connaissance. Étonnamment je doutais qu'elle réponde comme ça, sans exiger autre chose, ou sans détourner le sujet. Peut être était-ce la tournure de la conversation qui me faisait douter ainsi. Je ne saurais le dire. Mais toujours était-il que je le pensais vraiment.

_________________




Nérys & Salim


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Mar 26 Oct 2010 - 18:09

    Prévoyons-nous à l'avance comment nous allons mourir sur Terre? Que cela notre destin une fois né, ce genre de chose, Bastet se demandait des fois dans une vie antérieure si on les prévoyait. Peut-être bien, peut-être pas. Son regard marron entouré de vert était posé sur Jonathan avec beaucoup de calme. Elle ne le dénoncerait pas, ne jouerait pas les Cupidon, mais était la reine pour fuir. Elle avait fuit à travers la planète, s'était battue avec des sorciers noirs. Alors il était légèrement plus jeune qu'elle, mais elle pourrait être un avantage. Bastet était une trouble-fête au final. Elle aimait faire des choses qui n'allaient pas dans le sens de tout le monde. Pourquoi suivre tout le monde? Cela vous rend juste plus c**, que vous sachiez...Enfin, c'était son opinion, peut-être se trompait-elle après tout.

    -" Il n'y a pas de plan. Quand Nérys se décidera à l'annoncer à Pandora, on l'annoncera, pour le moment on se tait. C'est tout."

    Bastet se retint de rire, mais un large sourire barra son visage. Pas de plan? Se taire, elle le ferait, car ce n'était pas son histoire, mais elle ne comprenait pas le principe de se taire. Pour éviter des bagarres, pour elle, exploser et dire ce qu'on pensait aiderait plus. Maintenant ce n'était la sagesse incarnée, désolé de vous décevoir. Mais elle ne dit pas qu'elle l'aiderait volontiers. Elle le ferait peut-être comprendre, quand elle sentirait que Jonathan pourrait se fier en elle. Je vous le rappelle, une trouble-fête, elle n'aimait pas respecter les règles. Alors, elle serait ravie de faire un plan débile pour sauver un couple, juste pour ne pas respecter les règles. Si c'était pas tordu ça! Elle fit une petite moue, ne pouvant s'empêcher d'en placer une.

    "Se taire, j'espère pour vous qu'elle dira bientôt la nouvelle. Sinon, dans dix ans, vous saurez toujours le pauvre amant chéri qu'on cache dans le placard Jonathan."

    Et probablement cette Nérys aurait-elle un époux aussi. Voyons, il y avait plein d'histoires ainsi, gnan-gnan. La vie ne va pas forcément dans le sens qu'on désire, mais on peut la forcer, du moins tenter si on en a le courage. Elle n'était pas mauvaise, mais disait ce qu'elle pensait, et plutôt durement. Les femmes étaient plus malignes que les hommes, si elles avaient fait la guerre, je puis vous jurer que la guerre aurait une autre tête que maintenant. Bastet fit un sourire malicieux, c'était l'amant non? Vu l'âge qu'il se payait, elle ne croyait pas à la chasteté. D'accord c'était une dévergondée de première catégorie, mais elle ne croyait pas à la pureté. Mais elle semblait gêner Jonathan car il changea de sujet, bon, pas de souci. S'il se sentait mieux ainsi, tant mieux pour lui au fond, n'est-ce pas? Elle devait tenter d'être sociable, c'était ce qu'on lui avait dit dernièrement. Elle ne l'avait toujours pas avalé celle-la.

    -" Et vous, d'où venez vous? Et pourquoi avoir décidé d'enseigner au Mystery?"

    Elle fit un sourire moqueur, il tentait de changer de sujet. D'accord, elle jouerait le jeu. Attrapant son poignard, elle le fit jouer quelques minutes dans l'air en faisant mine de réfléchir. Mais elle ne réfléchissait pas, elle savait quoi dire. Elle laissait juste mijoter quelques minutes les mots dans sa poches. Pour leur donner un ordre cohérent et éviter qu'elle blesse l'homme en face avec ses paroles. Elle devait déjà être assez lourde, elle en avait amplement conscience. Ses yeux d'un marron banal, à ses yeux, se plissèrent alors qu'elle réfléchit vivement. Par où commencer? Elle n'aurait jamais terminé.

    "Je viens d'Israël. Je suis professeure parce que...Parce que je pense qu'il faut quelqu'un pour empêcher ces jeunes de sortir avec les mêmes paroles que j'ai eu à leur âge. Mes parents ont été tué par des sorciers noirs."

    Bastet n'était qu'une enfant à l'époque, ils avaient tué sa mère d'abord, et ensuite son père, elle avait eu le temps de fuir. La sorcière sentit la rage glisser son doux manteau sur ses épaules et elle envoya vivement son poignard dans la porte dans son dos. Arquant un sourcil, elle avait sentit soudain l'adrénaline couler dans ses veines. Des dizaines d'années plus tard, elle éprouvait toujours cette même haine qui la rendit des fois monstrueuses. Ce qu'elle avait dit...Elle ne voulait que personne ne l'entente, adolescente, elle avait été monstrueuse, haineusement. Elle ne voulait pas qu'un autre adolescent dise pareilles paroles, et perde une innocente que nous perdons déjà bien assez tôt.

    "Je les ai tous tué quand je les ai retrouvé. Mais maintenant...Je sais que j'aurai voulu quelqu'un pour me retenir et me dire que la rage tue. Je sais quel dégât elle fait. Alors si je peux aider des jeunes de ne pas devenir comme moi...J'en serai heureuse. Bonne idée, n'est-ce pas?"

    Elle fit un petit sourire en coin, ironique contre soit-même. Elle se critiquait ouvertement. Elle savait très bien la femme qu'elle était, et serait toujours. Une femme qui n'était pas ouverte à la sympathie, qui se réfugiait dans le sexe et le combat. Sincèrement, elle ne souhaitait cela à personne, même pas à sa fille. Sa fille, serait-elle seulement un jour là pour elle? Jamais, elle ne pourrait pas affronter cette erreur du passé, une nuit torride, sa première fois avait donné naissance à Eva, son enfant. Bastet ne pouvait pas réparer le passé, ni l'effacer, mais comme disait si souvent son père, on pouvait protéger le présent, et construire l'avenir. Les prochains sorciers qui sortiraient de cette école, elle les voulait fort. Quitte à traquer tous les haineux pour les attacher dans une cellule et les apaiser le mieux possible. Elle aurait aimé à l'époque qu'une emmerdeuse de son rang fasse cela, ça pouvait aider, toujours, vous sauriez surpris.
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 297
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
119/100  (119/100)
Point Membre:
123/100  (123/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Sam 30 Oct 2010 - 0:05

    Ne rien dire
    Se taire...


    Je la regarde sans émettre le moindre son, attendant une objection, une réplique, une crise de colère, une parole sensée, insensée. Je fixe presque ses lèvres, attendant qu'elles bougent, qu'elles se décident enfin à s'ouvrir, pour laisser échapper quelques mots. Le temps me parait comme suspendu, et peut être l'est-il. Je sens mon cœur battre la chamade sans vraiment comprendre pourquoi. La jeune femme devant moi ne dis rien pour le moment et son silence m'oppresse. Mais qu'y-a-t-il réellement à dire? Et elle sourit. Elle continue de sourire comme cela, sans rien dire, devant moi. Je ne sais pas trop comment je dois réagir. Je suis plutôt patient, mais étonnement son silence me mets les nerfs à vif. Et je sais qu'il n'est jamais bon de s'énerver pour rien. C'est pourtant ce que je suis malheureusement en train de faire. Je force mon regard à passer à autre chose et je détourne la tête, de façon à me calmer. Je ne comprend pas ce qui me rend nerveux. Est-ce le fait que je viens de révéler à Bastet que j'ai une liaison avec Nérys? Je ne pense pas. Et pourtant... J'ai l'impression que ça me pèse.

    "Se taire, j'espère pour vous qu'elle dira bientôt la nouvelle. Sinon, dans dix ans, vous saurez toujours le pauvre amant chéri qu'on cache dans le placard Jonathan."

    Je me retournais brusquement vers elle pour la dévisager de nouveau. Elle se moquait carrément de moi. Et je ne pu m'empêcher de rougir un peu. La formulation : "Le pauvre amant chéri qu'on cache dans le placard" me fit bizarre. Amant. Je n'avais jamais vraiment considérer notre relation comme telle. Disons que je ne me voyais pas vraiment comme dans une tromperie. Mais c'est ce que nous sommes. Un mensonge par omission, une cachotterie. Et Pandora le prendra mal. C'est peut être par manque de confiance, ou manque de connaissance et ça nous a pousser à vouloir nous cacher comme des gamins. Mais nous ne sommes plus ces enfants peureux qui se terrent dans un placard... Non nous ne sommes plus ces lâches. Et pourtant nous continuons tout comme.

    -" C'est ça, moquez-vous..."

    C'est franchement pas drôle. Du moins je trouve. Je ne suis pas du genre à rire pour ce genre de chose. Les histoires d'amours sont drôles, parfois, mais moins quand ça nous arrive. L'amour rend fou, l'amour rend c*n, mais drôle... Je ne sais pas. Après tout pourquoi pas. L'amour change et transforme les gens. Et j'ai changé par amour, j'ai changé pour amour. Je me détend légèrement sur ma chaise. Changer de sujet, demander autre chose, laisser les problèmes derrière, pour avancer tranquillement. Je pose mon pied droit sur mon genou gauche et joint mes mains. Les problèmes refont toujours surfaces de toutes façons, mais souvent on est plus à même de les gérer. Et je l'écoute répondre à ma question, répondre sur ses motivations. Elle vient d'Israël donc. Je n'y suis jamais allé. En fait je n'ai pas vraiment quitter le Mystery. Sauf peut être pour quelques voyages et quelques missions. Mais je suis pour la plupart du temps resté en Écosse. Parents tués par des sorciers noirs. Je ne dirais pas classique, mais je le pense sincèrement. Beaucoup trop de personnes ont des parents qui ont été assassinés par des sorciers noirs. Je crois en faire partis. A vrai dire je n'en sais rien moi même. Mais la haine apporte la souffrance... Je comprend ce qu'elle veut dire, sans toutefois l'imaginer.

    -" Avoir quelqu'un qui vous guide, en sachant pertinemment ce qui vous attend si vous déraper, oui c'est quelque chose de bien... Vous avez une histoire bien triste."

    C'est une simple constation. Je remarque alors, et il était temps (faut que mon cerveau se remette en marche décidément) que nous nous vouvoyions depuis le début. Elle est plus jeune que moi, mais à quoi bon continuer comme ça? Je préfères le tutoiement. Mais il se peut également qu'elle refuse. Qu'à cela ne tienne, je ferais comme elle veut.

    -" Et si on se tutoyais?"

    Question posée de manière franchement déb*le, mais bon. Il fallait bien que quelqu'un fasse le premier pas. Je l'ai fait et voilà. Maintenant je ne peux plus reculer. A voir si elle me trouve assez intéressant pour continuer la discution et accepter mon offre. A voir...

_________________




Nérys & Salim


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Dim 31 Oct 2010 - 12:31

    Jonathan avait rougi comme un enfant, comme un enfant prit la main dans le sac quand elle l'avait traité d'amant, même si ce n'était pas une insulte. Elle se retint de rire, avec une grande difficulté alors qu'il tentait de retourner la discussion. Elle ne lui souhaitait pas une telle situation, autant les femmes étaient des maîtresses maître dans l'art d'être l'amante, mais les hommes...Ils voulaient toujours quelque chose, et elle était sûre que Jonathan une fois allait demander plus. Elle en pariait sa main, elle serait là pour voir ça un jour, tôt ou tard, mais ne dit rien. Bastet observa cet homme élégant qui dégageait une sensualité à toute épreuve. Elle l'aurait volontiers dragué, mais elle avait ses limites, ne pas prendre les hommes des femmes, c'était sa limite.

    -" Avoir quelqu'un qui vous guide, en sachant pertinemment ce qui vous attend si vous déraper, oui c'est quelque chose de bien... Vous avez une histoire bien triste."

    Bastet fit un petit sourire en coin, se penchant en avant, elle lui fit un clin d'œil et se redressa. Se levant, elle fit craquer ses os, elle semblait être faite dans la même matière que les chats. Son corps étant souple et élastique au fond, elle tourna la tête vers Jonathan. C'était probablement à cause de son don premier qui était les cinq sens félins. Ou peut-être était-elle une chatte réincarnée en humaine, tout simplement. Avec le nom de cette déesse féline, on ne savait jamais.

    "Je n'ai entendu que très peu d'histoires heureuses, et vous? Mais j'y crois...Pour les autres."

    Elle ne croyait pas au bonheur pour elle, le bonheur pour elle n'existait pas, comment aurait-il pu y croire au fond? Elle avait tant souffert, mais elle désirait le bonheur pour les gens, ils le méritaient, et pas qu'un peu. Elle le savait, si elle devait souffrir, les autres devaient être heureux, elle faisait en sorte que. Même si elle avait très mauvais caractère. Bastet marcha dans la salle, jouant avec son arme. Elle n'avait pas encore donné cours, et cela le rendait fébrile. Elle était habituée aux entraînements à fond, et à soumettre son corps à ses humeurs. Ce qui expliquait les cicatrices mais aussi son caractère. Pourtant ici, c'était comme un camp de vacances pour elle.

    -" Et si on se tutoyais?
    -Bien entendu, je peux aussi te draguer? Je rigole."

    Bastet fit pourtant un sourire dragueur et bondit sur la table. Elle surplomba avec sensualité Jonathan, elle pouvait très bien draguer les autres, autant les hommes que les femmes. Elle faisait dominatrice, de toute manière la femme adulte n'aimait pas être dominée. Elle avait un caractère bien fort pour supporter certaines choses. Lentement, elle se mit à quatre pattes sur la table, tendant sa main, elle effleura le gorge de l'homme avec sa lame. Se léchant le contour des lèvres, elle pencha la tête sur le côté et sa queue de cheval lâche se défit. Couvrant la moitié de son visage, taquinant sa nuque, elle draguait ouvertement le professeur. Mais en restant discrète, elle ne le montrait pas, et ne le disait pas ouvertement, tout simplement.

    "T'es fidèle, dis-moi?"

    Elle s'était assise sur la table, son jean noir semblant être du cuir épousait chacune de ses formes. Elle posa ses baskets, le bout des pieds, sur le rebord de la chaise et se pencha en avant. Son pull en col en V ne dévoilait rien, c'était juste pour créer un peu d'imagination. Bastet ne put s'empêcher de faire un petit sourire en coin taquin, son regard brillait de mille feux. Elle était plus qu'intéressée au fond. Elle jouait avec la lame entre ses doigts, avec grâce, et agilité, mais elle pouvait se couper à tout moment, elle le savait.

    "Je ne te ferai rien, je ne marche pas sur les plates-bandes des autres...Mais je ne refuse jamais une invitation Jonathan."

    Bastet avait tendu la main, caressant la joue barbue de l'homme. Elle ne fit rien d'autre, elle savait les hommes très manipulables. Elle voulait juste voir si celui-ci était tout simplement amoureux. Elle faisait une sorte d'assurance pour l'autre femme. Vous n'y croyez pas? Sincèrement, elle non plus. Même si elle ne coucherait pas volontiers avec ce professeur-ci. Elle continua d'affronter son regard alors que son don félin avait explosé dans l'air. Sa pupille était devenue une fente, elle était très bien réveillée sur ce coup-là.
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 297
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
119/100  (119/100)
Point Membre:
123/100  (123/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Lun 1 Nov 2010 - 19:35

    Être quelqu'un
    ou personne.


    Je la regardais faire craquer ses os sans rien dire. Au fond de moi quelque chose remua. Je ne trouvais pas ça horrible, mais j'avais toujours eut peur des os qui craquent. Pourquoi? Je ne le sais pas moi même. Peut être parce que mes parents sont morts les os écrabouillés. Oui c'est immonde, mais je n'en sais rien. Et puis on m'avait dit que quand on fait craquer ses os de l'air, un liquide, ou que sais-je encore, rentre dans les articulations et au bout d'un moment on a plus de mal à s'en servir. Je ne sais pas si c'est vrai et je ne veux pas essayer de le vérifier, alors autant ne pas le faire. Bastet était une belle femme, aux formes avantageuses et ses cheveux foncés lui allaient vraiment bien. J'acquiesçais vaguement quand elle parla des histoires. Il y a peu d'histoire heureuse. Mais du bonheur dans chacune d'elle, toujours. C'est obligé. Une vie sans bonheur, même si peu, n'est pas une vie. Même s'il faut chercher dans la plus triste des vies, on y trouvera forcément une parcelle de joie. Car le malheur est l'absence de bonheur. Mais si l'on ne sait pas que le bonheur existe, alors on ne peut être malheureux.

    -" Bien entendu, je peux aussi te draguer? Je rigole."

    J'ouvris grand les yeux. Bastet avait décidément une personnalité troublante, et un humour étrange. Je voulu me relever mais la jeune femme me tomba dessus. Enfin elle se posta devant moi. Juste devant moi. Je ne comprenais pas ce qu'elle voulait tirer de moi en mettant sa poitrine à niveau de mes yeux. Son sourire me fit frissonner car je compris à quel jeu elle était en train de jouer pour avoir souvent jouer au même, mais avec Nérys. Le jeu de la drague. Oui draguer est un jeu, mais il n'y a pas d'ennemi, juste un but à atteindre. Et c'est tout. Mais il faut y arriver, coûte que coûte. Les cheveux de la professeur d'hébreux lâchèrent et se rependirent en une magnifique cascade autour de son visage. Je déglutit. C'était quoi son but? Que voulait-elle? Je n'arrivais pas à comprendre. De sa lame elle caressa, provocatrice, ma gorge. Je déglutis.

    "T'es fidèle, dis-moi?"

    Je fronçais les sourcils. C'est quoi son délire? Le piège est où? Je dois répondre quoi? Je n'y comprenais goutte. Bien sûr que je suis fidèle. Et mon esprit se dirigea vers Nérys. Du plus loin que je me souvienne, et je remonte loin, je n'ai jamais regardé une autre femme que la belle Nérys. Je veux dire pas là que je n'ai jamais eu envie d'être avec une autre femme qu'elle. Évidement que j'avais regarder d'autre femme, parce que je suis un homme et que c'est génétique. C'est comme ça. Mais il n'y a que mon amour qui me fasse vibrer. Et si Bastet essayait pour je ne sais quelle raison de me faire basculer elle ne pourrait pas y parvenir. Car pour moi il n'y a qu'une femme. Et c'est Nérys.

    "Je ne te ferai rien, je ne marche pas sur les plates-bandes des autres...Mais je ne refuse jamais une invitation Jonathan."

    Je la regardais, presque effaré. Sa main caressa ma joue légèrement barbue et je la repoussais fermement. Je me levais pour me soustraire à la vue de son col qui laissait place à beaucoup d'imagination mal venue.

    -" Je ne sais pas à quoi tu joues, mais je ne suis pas intéressé. Jamais je ne trahirais Nérys. Parce que je l'aime sincèrement et ce depuis que je suis un puceron."

    Puceron. J'aime cette expression qui désigne un enfant en bas âge. Oui je suis amoureux de la belle depuis que j'ai trois ans. C'est compliqué de se rendre compte qu'on aime à cet âge là? Mais depuis que je l'ai rencontré, je n'ai jamais vu qu'elle. Elle et son rire, elle est ses cheveux bouclés, elle et tout ce qu'elle est. J'aime énormément Nérys. Je suis fou d'amour...

_________________




Nérys & Salim


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Jeu 4 Nov 2010 - 19:20

    Bastet voyait le regard de Jonathan dériver sur son corps, et la regarder comme une femme, la femme qu'elle était. Elle fut étonnée qu'il lui accorde même un regard mais elle ne fit pourtant aucun commentaire, il était libre de faire ce qu'il voulait au fond. Mais elle se doutait qu'il n'y aurait rien. Cet homme ne fonderait pas si facilement dans ses bras. Bastet ne l'y pousserait pas non plus. La femme s'assit, écartant les cuisses sur la chaise, elle fit un sourire amusé alors que Jonathan bloqua sa main. Elle avait écarté les cuisses non pas pour ce que vous pensez, mais simplement pour se stabiliser. Il faut être logique hein! C'était une combattante d'abord, pas une catin royale non plus. Il se leva soudain, comme s'il avait peur de déraper. Les hommes tous pareils? Peut-être bien...La petite tête commandant la grosse, en gros, le sexe face au cerveau, et oui.

    -" Je ne sais pas à quoi tu joues, mais je ne suis pas intéressé. Jamais je ne trahirais Nérys. Parce que je l'aime sincèrement et ce depuis que je suis un puceron.
    -Alors reviens t'assoir, il ne se passera rien."

    Elle parlait avec beaucoup de calme, comme si elle avait été confronté déjà une fois à ce genre de situation. Vous sauriez étonné de quel genre de vécu avait eu cette femme sorcière. Bastet pouvait passer pour une femme horrible, mais en réalité, elle couvrait les arrières de sa collègue. Elle testait son compagnon pour être sûre qu'il n'irait pas voir ailleurs. D'accord ce n'était pas son rôle, mais la femme féline avait un instinct très féministe quand elle s'y mettait. Même si l'idée était tordue en soit. Elle ne voulait pas que Nérys soit triste, hein qu'elle était super sympa? Je vous l'accorde! Elle descendit lentement de la table, et abandonna son arme, elle n'en n'aurait pas besoin. Bastet s'approcha de Jonathan, et trouva moyen de le coincer contre un mur. Elle entoura son corps de ses mains, de chaque côté sans le toucher. Leurs corps à quelques millimètres, elle avait lancé son poignard dans la table.

    "De quoi as-tu peur, exactement?"

    Elle se demandait bien ce qu'il craignait. Il avait un avantage certain sur elle, c'était à elle d'avoir peur, pas lui. Même si la magie et don entraient en ligne de compte mine de rien. Ce n'était pas forcément d'elle qu'il avait peur, la sorcière d'Orpheo n'espérait pas. L'idée même qu'elle terrifiait un homme, même si elle mesurait 1m70, la faisait hurler de rire. Elle fit un sourire moqueur, affichant ainsi qu'elle se retenait ouvertement de rire, bien évidemment. Ele se riait de lui sous cape. La scène pouvait porter à faux jugement, mais la professeure s'amusait comme une folle, pas sûre que son homologue partage son avis.

    "Je ne vais rien te faire, je ne vais pas te violer. Même si je le voudrais...Mais je ne le veux pas."

    Elle était bien trop digne pour forcer un homme à quoi que se soit. Vous seriez étonnés, mais on peut forcer un homme, si si! Je puis vous l'assurer, comment? Mieux faut-il que vous ne sachiez pas sincèrement. Bastet avait les jambes bien écartées pour se stabiliser. Le tissu dévoilait un corps mince, fin, athlétique. On pouvait deviner une petite poitrine sous son pull. Elle ne touchait même pas le visage de Jonathan, elle aurait dû se mettre sur la pointe des pieds pour le faire, et ne désirait pas cela. Elle l'interrogea pourtant du regard, pourquoi être si mal à l'aise en présence d'une femme si on prétendait être sage? Aurait-il menti? Doutait-il de sa fidélité? S'il ne connaissait que Nérys depuis toujours, peut-être voulait-il goûter plus. Il avait trente ans, Jonathan devenait un homme mûr, et peut-être bien que l'envie de tester une autre chair le tentait bien plus qu'il ne le dirait pas...Mystère et boules de gommes, mais la sorcière d'Orpheo attendait de savoir, curieuse et amusée à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
Admin | Professeur de Magie, Runes et Vovinam Viêt võ dao ~ Deviens qui tu es...
avatar

EMPLOIS/LOISIRS : La chercher...
LOCALISATION : Dans mon endroit secret
CITATION DU PERSONNAGE : Nous n'avons qu'une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté...

MESSAGES : 297
DATE D'INSCRIPTION : 02/10/2010

Niveau du personnage
Point RP:
119/100  (119/100)
Point Membre:
123/100  (123/100)
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Sam 27 Nov 2010 - 23:15

    To say she'll
    be my wife...


    Je la regardais étrangement perdu. Je ne savais pas trop comment réagir face à elle. Bastet était une femme d'allure sympathique, et plutôt gentille, mais elle avait ce côté félin un peu mesquin et ce comportement irrémédiablement dragueur, qui, je dois l'avouer, me mettais réellement mal à l'aise. Je pense que la source de mon malaise provenait surtout de son sourire. Il me faisait horreur. Je n'avais qu'une envie, lui demander d'arrêter. Il ne faut pas croire que je suis toujours un gentil garçon. Je suis gentil, c'est vrai. Mais je n'aime pas qu'on joue avec moi. Et c'est évidement ce que la sorcière était en train de faire. J'avais presque envie de la repousser physiquement pour éloigner le mal de moi, pour m'assurer que cela finirait. Mais je ne voulais pas la pousser.

    -"Alors reviens t'assoir, il ne se passera rien."

    Je lui lançais un sourire purement ironique. J'avais vraiment l'impression que la jeune femme se fichait de moi. Elle semblait absolument bienveillante mais dés qu'elle dardait son regard sur moi, je la sentais bien plus... joueuse. On dirait un chat avec une souris, un félin et sa proie. Et étant métamorphe félin, je sais ce que je dis. Nous, on aime bien jouer. C'est comme ça. D'ailleurs Takeji a dû être félin dans une autre vie, en plus de clown ou d'humoriste, ou bien encore un fou. Peut être même tout. Bref passons, ce n'est pas le sujet pour le moment je pense.

    "De quoi as-tu peur, exactement?"

    Elle avait trouver le moyen de m'acculer contre un mur, chose que je détestais. Étant non seulement métamorphe et en plus téléporteur, je suis légèrement claustrophobe. J'ai besoin de grand espace où courir, où me matérialiser. Le mur dans mon dos me faisait horreur. Je n'aimais vraiment pas ça. Il me semblait presque être dans un placard puisqu'en plus elle me barrait la sortie. Je réfléchis légèrement à sa question. De quoi avais-je peur? De plein de chose. De perdre Nérys. Que Nérys me lâche. Que Pandora n'approuve pas notre union. Que Nérys et moi ne puissions pas avoir d'enfant. La mort de Luka. La mort de Nathaniel. Oui j'ai peur d'un tas de chose et ça n'ira pas en s'arrangeant. Je ne suis pas un froussard, seulement je ne peux m'empêcher de craindre le jour possible où Nérys ne rentrera pas d'un passage à Little Angleton où d'un voyage à Édimbourg, parce qu'elle aura été assassinée par un sorcier ou un humain noir, ou un poltergeist. Je ne peux que faire des cauchemars, de la voir dans mes bras, ensanglantée, pâle comme la mort...

    "Je ne vais rien te faire, je ne vais pas te violer. Même si je le voudrais...Mais je ne le veux pas."

    Ne pouvant plus résister à cet état de confinement, je me téléportais à deux mètre de là, plus loin des murs afin de ne pas me retrouver de nouveau bloqué. Je souris légèrement. Me violer? Oui bon techniquement c'est possible. Mais bon je suis téléporteur... Ok, il faudrait soit me poser une rune, soit me droguer à voir. Mais je ne pense pas que Bastet ferait ça, en plus elle n'en a pas envie.

    -" J'ai peur de pleins de choses. Perdre Nérys en est une."

    Avouer ses faiblesses est une chose, en être fier est une autre. Moi je les avoue rarement, mais quand je le fais, j'en suis souvent fier. Fier d'être faible pour l'amour. Faiblesse, parce que n'importe quel sorcier noir pourrait s'en servir contre moi. Mais c'est aussi une grande force que d'aimer. Je me rassis sur la chaise que j'avais quitter, comme elle me l'avait gentiment demandé. Mes yeux se posèrent sur elle, mais je ne la voyais plus que comme Bastet, une femme sympa, et non plus la femme qui m'avait dragué quelques minutes auparavant.

_________________




Nérys & Salim


Si un jour tu me quitte,
dit le moi sous la pluie,
pour ne pas voir couler mes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   Dim 5 Déc 2010 - 16:27

    C'était un gentil garçon, Bastet en avait la nette impression quand elle voyait les traits de son visage. Il joua trente secondes le jeu, elle le tenait sous sa poigne, et soudain, il disparut. Saleté! Tu parles qu'elle pourrait le violer ainsi. Elle avait intérêt à se lever tôt pour avoir l'audace de coincer un téléporteur. C'était quasi impossible. Elle en avait déjà combattu, et c'était franchement usant d'avoir affaire à eux. Usant pour les nerfs surtout...Bastet pivota la tête, son regard marron entouré de vert suivit Jonathan du regard, et elle ne put s'empêcher de sourire. Comme une chatte amusée de voir que la souris pouvait l'esquiver, sans même se fatiguer. Elle était amusée par la situation alors que le professeur s'assit, et la toisa avec un calme étonnant vu ce qu'il venait de se passer. Un calme qu'elle respectait, voir admirait dans ce cas-ci.

    -" J'ai peur de pleins de choses. Perdre Nérys en est une.
    -La peur nous rend vivant."

    Bastet avait par exemple, peur de perdre sa fille. C'était une peur si profonde en elle que rien ne la ferait partir, rien du tout. Un soin peut-être annihilerait cette peur et encore. Ce n'était pas si simple que compter jusqu'à trois, non, et Bastet était bien obligée de se soumettre à la nature pour ça. L'instinct maternel était l'un des pouvoirs de la nature le plus impressionnant. Même si elle rejetait complètement cette enfant, son enfant pour faire clair. Avoir peur, c'était si naturel, humain. La peur nous forgeait, et des fois nous contrôlait plus que raison. Plus Bastet regardait Jonathan, et plus elle pouvait dire qu'il était fou d'amour. Mais à force d'être fou d'amour, on en meurt, forcément, tout bonnement. Il en mourrait tôt ou tard de cela, en avait-il conscience, ou pas? Probablement pas.

    "Mais attention, à force d'avoir trop peur, cette peur devient réel."

    Le pouvoir des mots aussi, et le pouvoir tout simplement. C'était en donnant une force à quelque chose qu'elle régissait notre vie, notre être. Mais ça, c'était un principe que beaucoup de gens connaissaient, un grand classique des livres de littérature. Par notre psyché, on pouvait donné du pouvoir aux choses, et ça, aussi quand on était des vulgaires humains. Être sorciers ne faisaient que rajouter de la magie dans ce pouvoir. Bastet avait donné une fois du pouvoir à quelque chose, et maintenant, elle le regrettait bien. La jeune femme fit un sourire en coin, comme pour s'excuser de quelque chose, et sans demander son reste, elle ouvrit la porte. Elle n'allait pas s'assoir à côté de Jonathan, à quoi bon après tout? Porte qui dévoila un élève qui avait levé la main pour pouvoir toquer. Celui-ci cligna des yeux, comme surpris de voir la professeure.

    "Oui?
    -Je vous cherchais professeure.
    -Bonne journée Jonathan."

    Bastet lui glissa un sourire faussement innocent et partit sans demander son reste. Elle n'avait plus rien à ajouter. Elle avait eu son petit entretien avec son collègue, et savait quoi attendre de lui, et quoi ne pas attendre. Retenir une leçon, c'était la meilleure chose au monde qu'elle savait faire, et pas qu'un peu sur ce coup-là. Claquant la porte dans son dos, la suite ne vous sera pas dit. Elle suivit effectivement cet élève, pourquoi faire? Ca c'était une histoire, que vous ne saurez pas, du moins, pas aujourd'hui...Mais tout ce que vous devez savoir, c'était que Bastet n'appartenait plus à ce monde depuis longtemps. Depuis qu'elle avait tourné le dos à certaines choses, entre autre, ses responsabilités...

    [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery Orphanage :: || Boite à souvenirs-
Sauter vers:  
Nos Partenaires

CITATION DU MOMENT :

"Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."

Friedrich Nietzsche


M&M's du Moment

Mikeal&Kirsten

VOTEZ ! :